Marseille : au son du Kalachnikov

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Marseille : au son du Kalachnikov

Publié le 10 février 2015
- A +

Le regard de René Le Honzec.

valls marseille

Vu de ma Bretagne et de ma petite paroisse, Marseille c’est loin. Je ne suis pas fan de la vie au soleil, et…

Je n’aime pas le son du kalachnikov, le soir au fond du bois,
Qui chante les pleurs du dealer aux abois.

Faut dire que je ne suis pas Alfred de Vigny, et qu’il me manque une sacrée dose de poésie pour apprécier une ville qui se distingue pas sa corruption, ses trafics, ses politiques et ses politiciens, ses syndicats qui se sont partagés ville et port, et ses employés de voirie qui finissent très, très, très tôt. À côté, les Chevaliers du Fiel, ce sont des stakhanovistes. Plus que ça, la Cour des Comptes accable régulièrement la ville. Mais, cet humour et cet accent marseillais qui m’accablent aussi sur tous les plateaux de comiques officiels, là, je dois dire, chapeau. Parce que la blague qu’ils ont faite à Valls et Cazeneuve, alors, là, putain de sort, con, LOL !

Sarkozy, en son temps qui commence à faire loin, avait parlé de karchériser les quartiers « en difficultés », et ses efforts contre la délinquance n’avaient pas produit grand-chose, en dehors de statistiques douteuses. Valls, qui est une espèce de clone catalan du Hongrois, s’était fait un devoir de l’imiter. Auréolé de sa détermination du 11 janvier, fétiche indispensable du Credo médiatique subventionné, le Premier ministre se pointe sur un char de triomphe avec Cazeneuve lui tenant une couronne de lauriers d’or sur son auguste front (républicain) en véhicule hybride pour annoncer à ses braves vassaux que, grâce à l’efficacité des forces de l’ordre du coin (et, à mon avis, surtout, de la Bonne Mère), la délinquance avait substantiellement baissé dans la ville phocéenne.

Belle opération de com’. Qui a viré au grandiose quand des « jeunes en difficultés avec les institutions » (demandez à Taubira, elle vous dira mieux), sans égard pour la solennité de la visite ministérielle, des jeunes dis-je, se sont flingués à la kalachnikov (tradition locale) même que quasiment tout Marseille a entendu, con. Ça, c’est de l’humour marseillais, putain de sort. Et moi, ça me rappelle le ridicule BHL quand il se planquait derrière un muret au moindre coups de feu dans un de ses « reportages » en ex-Yougoslavie.

C’est une réponse cinglante au laxisme doctrinal qui tient lieu aux socialistes de réponse à la montée constante de la criminalité et du ressenti de la violence, loin des chiffres officiels qui ne sont que les actes déclarés.

L’effet 11 janvier se retire aussi vite qu’il est venu, Hollande est à 67% de mécontents. Aucune grande loi, de celles qui structurent une pensée politique, n’a été votée et mise en application (le dépeçage territorial, par ex.). Parce que les socialistes, ça ne sait pas faire.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  •  » la vie au soleil, et  »

    et quoi?

  • Vous écrivez aussi bien que vous dessinez! Chapeau bas monsieur Le Honzec

    • C’est vrai qu’un recueuil de dessins serait « le bienvenu », pas au café du coin ni à l’épicerie des 60’s, mais dans les chaumières à tuiles mécaniques! Cela changerait un peu de la routine gauchisante française. C’est sans doute une des conséquences du microclimat breton!
      Il n’y a pas que le caramel liquide au beurre salé làbas!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Raphael Roger.

Mon article précédent sur l’effectivité des politiques aggravant les peines eu égard à la criminologie a beaucoup fait réagir, à raison d’ailleurs.

Ce présent article aura pour objet d’esquisser une politique pénale dissuasive, faisant ressortir l’autorité de l’État par ses fonctions régaliennes, tout en s’appuyant sur ce que j’ai précédemment écrit.

L’importance de la certitude de la peine et de la fonction intimidante de la peine

Une politique pénale plus dissuasive ne veut pas dire plus sévère. Xavi... Poursuivre la lecture

Par Raphaël Roger.

2022 arrive et chaque candidat rivalise en matière de populisme pénal, promettant monts et merveilles à ses électeurs. L’idée commune, à la fois chez Marine Le Pen, Xavier Bertrand ou Valérie Pécresse, est celle de l’aggravation des peines, de manière générale ou plus spécifique, pour les banlieues par exemple. Le problème qui se pose ici est de savoir si, du point de vue de la criminologie, l’aggravation des peines est réellement la solution et si plus globalement, en matière pénale, on ne ferait pas fausse route.Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Nasier Ockham et h16.

Pour Ariane Chemin, grande reporter au journal Le Monde, c’est évident : ce qui se passe à Marseille en matière de gestion sanitaire est la représentation fidèle des errances du Pr. Raoult. Paf, c’est dit.

Pourtant un intéressant billet de blog paru en avril 2020 établissait avec quelques chiffres des statistiques sur ce qui se passait justement du côté marseillais, et ce avant même que les polémiques aient pris des proportions démesurées, et manifestement, ça cadrait mal avec les saillies enfla... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles