Un périple autour du monde : Chiens fous, tacos et bestioles exotiques

Pendant les 1 200 premiers kilomètres au Mexique, nous n’avons eu ni vent, pluie ou montée. Mais quel ennui ! Enfin, une fois retirées certaines rencontres uniques…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un périple autour du monde : Chiens fous, tacos et bestioles exotiques

Publié le 3 février 2015
- A +

Parce qu’un con qui marche va toujours plus loin qu’un intellectuel assis, deux frères sont partis sur les routes depuis de longs mois, traversent les frontières, les villes et les campagnes à l’occasion d’un tour du monde à durée indéterminée, sans casques ni golden-parachutes. Au fil de leur voyage, ils livrent leurs impressions sur des expériences qui les ont marqués.

Aujourd’hui, la suite du voyage au Mexique.

Par Greg.

Parfois je me demande pourquoi je me tale le postérieur sur une selle inhospitalière cinq heures par jour, sans espoir d’une douche le soir et avec un régime alimentaire ennuyeux à mourir. C’est, étrangement, souvent lorsqu’il pleut, face à une grosse côte ou un vent de face que la question ressurgit. Et pourtant pendant les 1 200 premiers kilomètres au Mexique, nous n’avons eu ni vent, pluie ou montée. Mais quel ennui !

Une pause s’impose et c’est à Mazatlan que nous passerons presque une semaine à glandouiller. Nous y rencontrons Peter Smolka, cycliste allemand insatiable qui était au début d’un énième voyage. Il a accumulé plus de 200 000km en 25 ans, trois fois moins que le pape du touring Heinz Stücke, certes, mais rudement impressionnant tout de même. Il a également le premier tour du monde avec un moyeu à vitesses intégrées à son actif. Adieux déchirants après cette courte pause, larmes et cris et nous voici partis en direction du sud, toujours en longeant la côte. Nous passons noël au milieu d’un champ d’ananas et le réveillon sur une plage vide avec un restaurant à proximité pour nous approvisionner.

Tous droits réservés

Les jours suivants ne sont pas bien plus agités, mais nous approchons lentement de Guerrero, l’État où une quarantaine d’étudiants ont été arrêtés par la police en septembre 2014, livrés à un groupe mafieux local puis exécutés. L’événement a fait scandale localement et internationalement et a douloureusement rappelé aux mexicains la corruption omniprésente et les fricotages entre élus locaux, police municipale et cartels de drogue. Voyageurs et locaux nous ont déconseillé d’y passer. Quand on y regarde de plus près, les étudiants ont été enlevés à Igualpa, qui est géographiquement plus proche de Mexico City que d’Acapulco. Faut-il également fuir la capitale ? Sans parler de l’omniprésence de la police fédérale depuis les enlèvements et les gangs faisant profil bas, la région est sans doute plus sûre aujourd’hui qu’elle ne l’était avant.

Dans le Michoacan (l’État à l’ouest de Guerrero) les populations indigènes peignent des slogans de soutien aux étudiants sur les ponts.

greg et alex tous droits réservés

Toujours en vie pour témoigner, il semblerait que nous ayons eu du nez. Le plus gros challenge des dernières semaines fut d’éviter de se faire bouffer un mollet par les chiens. Léthargiques comme leurs propriétaires, la vue du cycliste les sort définitivement de leur torpeur. On a l’habitude, le bâton à portée de main, prêts à leur latter la truffe si nécessaire. Plus exotique, nous avons rencontré notre première mygale. Sur la route passe encore, mais lorsqu’une autre s’immisce entre mes jambes pendant le petit déjeuner, Panique ! Pierre > Gravité > Sprotch. On apprend un peu trop tard qu’elle ne présente aucun danger pour l’homme et est en plus une espèce protégée. Double flop, pardon Brigitte.

greg et alex tous droits réservés

À Acapulco, nous découvrons d’autres bestioles par milliers : des coccinelles Volkswagen. Il y en a littéralement partout, de tous les types (taxis, roadster, déglinguées, comme neuves) et nous n’avons trouvé aucune raison à cette étrange concentration (130 comptées en 10 minutes) La ville en elle-même ne présente pas grand intérêt, les resorts en bord de mer n’étant pas notre tasse de thé.

greg et alex tous droits réservés

Le sud du Mexique et ses paysages nous ont réconcilié avec le pays, même si nous n’avons pas eu de coup de cœur particulier. Les plages au sud sont vierges et sauvages et les Mexicains sont des gens chaleureux avec qui il est facile d’engager une conversation malgré un espagnol balbutiant.
L’omniprésence policière est rassurante et nous n’avons jamais senti de menace ou d’animosité. On regrette que les routes soient jonchées d’ordures et de cadavres d’animaux en décomposition. Enfin la nourriture est d’un ennui mortel, tortillas, quesadillas et tacos, même combat. C’est comme proposer des crêpes sucrées, salées, petites ou repliées. Au final c’est une crêpe. Petite consolation, c’est bon.

Sur le web

Lire les autres épisodes de la série :

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Salut les Frangins! Votre impression de Mexique tranche agréablement des habituels articles folkloriques sur le même sujet. Bonne route!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par J.D. Tuccille. Un article de Reason.

Nous avons dépassé depuis longtemps le stade de la pandémie de Covid-19 où les politiciens font beaucoup plus pour répondre aux frayeurs virales et renforcer leur propre pouvoir que de s'engager dans un apaisement de la population craintive. Avec le nouveau variant Omicron qui se répand dans le monde entier, les restrictions de voyage semblent être leur réponse de choix parce qu'elles sont politiquement populaires.

Peu importe que la fermeture des frontières n'ait d'autre effet que d'alou... Poursuivre la lecture

cannes
0
Sauvegarder cet article

Par Jean-Baptiste Noé.

À Los Angeles comme à New York le passant se voit dans des scènes de films. Telle rue, tel bâtiment, telle lumière rappellent une scène, un dialogue, un moment du cinéma. Difficile de voir les gratte-ciel de New York sans penser à Spiderman, ou l’Empire State Building sans revoir King-Kong.

En France, Paris joue un peu ce rôle. Du pont des Arts à Montmartre, en passant par les quais de Seine, des moments mythiques du septième art ressurgissent. À Cannes ce ne sont pas les films qui se rappellent à nous, no... Poursuivre la lecture

Un entretien dirigé par Justine Colinet.

Suite à la pandémie, plus précisément suite aux restrictions qui en ont découlé, l'hôtel bruxellois dans lequel Marion travaillait a été contraint de fermer ses portes depuis la fin du mois de décembre 2020. Au mois de mai 2021, la réouverture n'a pas pu avoir lieu. L'hôtel espère désormais pouvoir ouvrir à nouveau en juillet avec, peut-être, le retour d'une activité touristique rentable à Bruxelles.

Sachant qu'elle ne retrouverait pas son activité professionnelle avant cela, Marion a déc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles