Le Bourgeois de Paris au Moyen Âge

La plume vive et alerte de Jean Favier fait découvrir au lecteur un Paris oublié et bien loin de l’actuelle Ville lumière.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bourgeois moyen age

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Bourgeois de Paris au Moyen Âge

Publié le 1 février 2015
- A +

Les éditions Tallandier republient en poche un des ouvrages majeurs du médiéviste Jean Favier, Le Bourgeois de Paris au Moyen Âge. Ce livre est une somme, car il prétend étudier l’ensemble des aspects de la vie du bourgeois, c’est-à-dire de celui qui habite dans la ville de Paris. À proprement parler, ce n’est pas l’ensemble du Moyen Âge qui est couvert par l’étude, mais surtout les XIe-XIIIe siècle.

Paris s’est construit autour de son fleuve, et celui-ci parcourt l’ensemble de son histoire et de ce livre. Autour du fleuve naissent les marchands, mais aussi les hommes de science et de foi. Paris s’est construit également contre et avec la présence royale, ce qui fait de cette ville fluviale et insulaire, la capitale. Paris est une ville de commerce, d’échanges, de théologie, avec son immense université, une ville de foi et une ville d’artisanat. Tous ces métiers s’associent et se côtoient, sans toujours se mélanger, et souvent en s’opposant.

On croise dans son livre les grandes figures parisiennes : Étienne Marcel et Cauchon, les Anglais et les Bourguignons, lors de la guerre de Cent Ans, et la reprise en main des Armagnacs. On y trouve les luttes d’influence et de pouvoir, les luttes politiques, les occupations et les libérations de la cité dont la patronne Geneviève demeure la figure tutélaire.

La plume vive et alerte de Jean Favier, qui fut président de la commission d’histoire de Paris et de la BNF, permet au lecteur de ne rien céder sur l’érudition et l’analyse des phénomènes, tout en accompagnant celui-ci dans un voyage temporel et géographique qui lui fait découvrir un Paris oublié et bien loin de l’actuelle Ville lumière. C’est une histoire économique de la France, tout autant que politique et culturelle, et c’est également une histoire de France, dans son lent développement, et à travers le travail laborieux des hommes.


Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • je vais l’acheter , tiens ; j’aime les histoires sur le moyen age , j’oublie l’époque ou je me trouve , un petit voyage dans le temps….sympa…

  •  » mais surtout les 11-13ième siècles  »

    pourtant, etienne marcel, cauchon, les bourguignons et les armagnacs, c’est plutot les 14 – 15ième ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Anne Hidalgo
5
Sauvegarder cet article

Si l’on se risque à écrire que Paris est devenu un cloaque anxiogène et cradingue, infesté de rats, d’embouteillages, de travaux et de détritus, beaucoup croiront à une caricature. Et pourtant. La réalité n’est pas si éloignée de cette description, à laquelle s’ajoutent une insécurité endémique et une dette abyssale tutoyant les dix milliards d’euros.

Paris est l’une des villes les plus sales d’Europe, d’après The Guardian. Les riverains exaspérés se voient en outre imposer de coûteux réaménagements pris sans concertation, maintenus ma... Poursuivre la lecture

Par Jonathan Flickert.

Comme partout en Europe, l’Espagne a connu ses propres noblesses. En Castille en particulier, elles se sont constituées en revendiquant l’héritage de la Reconquista. Divisée en plusieurs niveaux, le moins prestigieux était accessible sur simple témoignage aisément falsifiable.

Au XVIe siècle, l’élargissement des conditions d’accès à toute personne mariée avec plusieurs enfants achèvera le peu de prestige de cette caste. En espagnol, cette petite noblesse porte le nom désormais célèbre d’hidalgo, contractio... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

C’est dorénavant acté : depuis le 1er septembre, toute l’agglomération parisienne se traverse sous la chape des 30 kilomètres-heure et la vitesse sur le périphérique, ceignant icelle, sera ramenée à 50 kilomètres-heure pour 2024, voire même avant. Cette mesure, qui est la queue de toute une série de bien d’autres mesures ayant contribué à rendre la capitale française de moins en moins accessible aux classes moyennes et populaires ainsi qu’aux populations périphériques est hautement symbolique d’une mentalité, d’un é... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles