Le Bourgeois de Paris au Moyen Âge

La plume vive et alerte de Jean Favier fait découvrir au lecteur un Paris oublié et bien loin de l’actuelle Ville lumière.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bourgeois moyen age

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le Bourgeois de Paris au Moyen Âge

Publié le 1 février 2015
- A +

Les éditions Tallandier republient en poche un des ouvrages majeurs du médiéviste Jean Favier, Le Bourgeois de Paris au Moyen Âge. Ce livre est une somme, car il prétend étudier l’ensemble des aspects de la vie du bourgeois, c’est-à-dire de celui qui habite dans la ville de Paris. À proprement parler, ce n’est pas l’ensemble du Moyen Âge qui est couvert par l’étude, mais surtout les XIe-XIIIe siècle.

Paris s’est construit autour de son fleuve, et celui-ci parcourt l’ensemble de son histoire et de ce livre. Autour du fleuve naissent les marchands, mais aussi les hommes de science et de foi. Paris s’est construit également contre et avec la présence royale, ce qui fait de cette ville fluviale et insulaire, la capitale. Paris est une ville de commerce, d’échanges, de théologie, avec son immense université, une ville de foi et une ville d’artisanat. Tous ces métiers s’associent et se côtoient, sans toujours se mélanger, et souvent en s’opposant.

On croise dans son livre les grandes figures parisiennes : Étienne Marcel et Cauchon, les Anglais et les Bourguignons, lors de la guerre de Cent Ans, et la reprise en main des Armagnacs. On y trouve les luttes d’influence et de pouvoir, les luttes politiques, les occupations et les libérations de la cité dont la patronne Geneviève demeure la figure tutélaire.

La plume vive et alerte de Jean Favier, qui fut président de la commission d’histoire de Paris et de la BNF, permet au lecteur de ne rien céder sur l’érudition et l’analyse des phénomènes, tout en accompagnant celui-ci dans un voyage temporel et géographique qui lui fait découvrir un Paris oublié et bien loin de l’actuelle Ville lumière. C’est une histoire économique de la France, tout autant que politique et culturelle, et c’est également une histoire de France, dans son lent développement, et à travers le travail laborieux des hommes.


Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • je vais l’acheter , tiens ; j’aime les histoires sur le moyen age , j’oublie l’époque ou je me trouve , un petit voyage dans le temps….sympa…

  •  » mais surtout les 11-13ième siècles  »

    pourtant, etienne marcel, cauchon, les bourguignons et les armagnacs, c’est plutot les 14 – 15ième ?

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
métro parisien avec pass navigo
3
Sauvegarder cet article

Navigo, un véritable tour de passe-passe !

En effet, il est ahurissant de voir la polémique qu’engendre l’augmentation du prix du passe Navigo qui devait passer de 75,20 euros mensuel à environ 90 euros en tenant compte partiellement de l’augmentation du coût de l’énergie mais également d’une baisse de la fréquentation en période covid.

 

À quoi donne accès le passe Navigo

Le passe Navigo donne un accès à l’ensemble du réseau transport en commun francilien soit :

13 lignes de train, 14 lignes de métro, 1500 lign... Poursuivre la lecture
10
Sauvegarder cet article

Le vendredi, c’est poisson et la morue en est un excellent qu’on peut par exemple déguster en brandade. Sans rapport aucun, signalons qu’Anne Hidalgo fait actuellement parler d’elle alors que la ville dont elle a la charge serait en très fâcheuse posture budgétaire.

Il est vrai que la situation économique du pays et l’inflation galopante finissent par toucher tout le monde, même la Ville des Lumières. Ajoutons-y une petite guerre à l’Est, un méchant covid qui a nettement pénalisé les activités touristiques et voilà la capitale français... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

Anne Hidalgo avait promis de ne pas augmenter les impôts à Paris. C’était pour rire.

Elle a décidé de taper les Parisiens au portefeuille par surprise au moment qui fait le plus mal. L’inflation galopante a déjà commencé à rogner leur pouvoir d’achat et leur épargne. Une récession dure pointe le bout de son nez. Joli contexte pour accroître brutalement la pression fiscale de 570 millions supplémentaires. Au groupe Changer Paris, nous avions prévenu les Parisiens qu’Anne Hidalgo entrainait la mairie sur une trajectoire financièrement in... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles