Religion d’État contre religion d’Allah

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Islam (Crédits : zbigphotpgraphy, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Religion d’État contre religion d’Allah

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 31 janvier 2015
- A +

Par Baptiste Créteur.

Face aux menaces contre la liberté présentées par l’intégrisme et aux attaques perçues à la laïcité par l’islam, le gouvernement riposte.

La justice réagit à la vitesse de la lumière en condamnant l’apologie du terrorisme, y compris quand elle est faite par un enfant de 8 ans. Et la République s’arme de la carotte et du bâton pour faire aimer les valeurs républicaines et instaurer un peu de discipline à l’école et dans la société.

Des propositions diverses voient le jour, allant de l’uniforme à l’école au service civique. Des petits fascicules dont nos dirigeants ont le secret visent à faire aimer la république et identifier les comportements suspects du jihadiste en herbe.

Derrière les pictogrammes et la nostalgie d’une discipline disparue se cache une certaine idée de la laïcité, selon laquelle la religion étatiste doit primer sur toutes les autres. Tous pareils, tous égaux, tous en uniforme et fondus dans le collectif prosterné devant son maître, comme le propose la sénatrice Samia Ghali :

La sénatrice veut aussi imposer l’uniforme dans toutes les écoles du pays. «Le tablier en maternelle et au primaire et l’uniforme au collège et au lycée», détaille Samia Ghali. «Tout le monde pareil, en plus c’est plus joli», insiste la maire du 8e secteur de Marseille.

Idée qui resurgit à chaque fois que l’islam se trouve sous le feu des projecteurs, et où tout un chacun appelle les « Musulmans modérés » à se manifester pour condamner fermement les actions commises au nom de leur religion, à témoigner leur allégeance à l’État et aux valeurs qu’il incarne si mal. Et qui prend le parti qu’une société laïque est nécessairement meilleure qu’une société religieuse, ce qui n’est pas toujours vrai.

Que chacun puisse choisir et exercer librement sa religion est effectivement un progrès. Mais il ne suffit pas qu’une société devienne laïque pour être au-dessus de tout soupçon d’absolutisme et d’irrationalité. Il ne suffit pas que le « bien commun » remplace la divinité, que le changement climatique remplace le châtiment divin et que la loi remplace la Loi pour qu’une société soit vertueuse et harmonieuse.

Le pouvoir politique est une forme de pouvoir, au même titre que le pouvoir religieux. Distinguer le religieux du politique est bénéfique si cela donne à l’individu une plus grande maîtrise de son destin, pas si on remplace une contrainte par une autre. Et exporter la démocratie à coup de bombes n’est pas moins violent qu’exporter l’islam.

Tel qu’il est formulé aujourd’hui, le débat entre religion et laïcité est un piège. Une illusion. Le vrai débat est de savoir si l’individu peut s’affranchir du groupe, si ses choix sont laissés à sa discrétion tant qu’il n’attente pas aux droits d’autrui. Le vrai débat, c’est de savoir si l’individu est libre, ou si sa vie est subordonnée aux décisions d’autrui, qui qu’il soit, que les lois qu’il tente d’imposer aient été rédigées il y a plusieurs siècles ou quelques jours, au nom d’une autorité divine ou d’une autorité légale à laquelle, dans aucun cas, on ne peut échapper.

Il ne faut pas renoncer à nos libertés face au terrorisme, pas plus qu’il ne faut y renoncer au nom d’une « sécurité » dont on refuse de nous rendre le contrôle. Il ne faut pas céder aux attaques à la liberté d’expression, qu’elles viennent de terroristes en survêtements ou de politiciens en costume-cravate.

Et il ne faut pas lutter pour la liberté uniquement sur un mode défensif ; il faut affirmer nos principes et revendiquer nos libertés. Plus que les revendiquer, il faut les reprendre, les exercer.

Et si on reprenait nos vies ?

Voir les commentaires (39)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (39)
  • la différence qu’il y a entre les politiciens et les térroristes concernant la liberté d’expréssion , entre autre liberté , c’est que les térroristes attaquent ouvertement et violement , alors que les politiciens font la même chose mais sournoisement , sous couvert de protéger les citoyens dont ils se foutent d’ailleurs royalement ;en gros , térroristes et politiques , ils nous emmerdent , ils nous pourissent la vie , chacun à leur manière ; pour garder notre liberté on doit donc batailler sur deux fronts ;

    • le peuple n’est rien et ne peut contreditr les decisions lorsqu’il y a erreur et une mauvaise approche du sujet. Bien sûr le tribunal administratif existe mais pourquoi en arriver là alors que la politique de connivence est présente.

      • le peuple n’est rien …parce qu’il est complêtement endormi….attendons qu’il se réveille , en espèrant que ça finira par arriver , et là on vérra si le peuple n’est rien…

        • non Marie, le peuple n’a pas de droits,l
          il n’est pas endormi. Le peuple n’a pas le droit de contester sauf s’il est conduit par un parti politique. Ce que j’appellerai du trafic d’influence.

          • c’est le pouvoir de droit de l’État envers le peuple qui a des devoirs de respecter ces droits.

          • C’est faux !

            C’est écrit dans la constitution. Il suffit de savoir lire !

            Si (et on a suffisamment de preuves), il s’avérait que l’État n’œuvrait pas au bien public (collectif), le peuple pourrait récupérer son pouvoir !

            Mais cela est un cycle sans fin. Nous serons condamné à cette damnation tant que le libéralisme ne sera pas la seule et unique valeur Étatique.

            Car lorsque vous remplacez des pourris par d’autres (pas encore vérolés), ils deviendront également corrompus à partir d’un certain temps. C’est ainsi. Les « institutions », le système collectif de reconstruction d’après guerre est très très nuisible à la santé et au développement humain.

            Il faut virer tous les fonctionnaires inutiles (environ 50% de la totalité) et/ou les réaffecter là où ils sont nécessaires (urgences des hôpitaux pour un sénateur….)

            Mais cela relève de l’utopie, bien entendu. La norme laïc si chère à nos élus n’est pas l’arbre qui cache la foret. C’est le fondement même de notre Ripoublique et de ses valeurs.

            Alors, mes frères, mes soeurs, tous et toutes égaux, tous et toutes libres dans le cadre de cette magnifique Ripoublique.

            Finalement le mouton dans un enclos correspond bien à la France. Même la mort quasi assuré à la fin de la fête « nationale ».

            Pour conclure, c’est allal laïc. (L’Etat construit des mosquées avec l’argent du contribuable, non ?)

            P.s: J’aime bien Hollande vu par les Marocains: il est si beau en nazi.

            • Ce qui est ecrit dans la constitution, sensée contenir le pouvoir politique, c’est que ce sont précisément les politiques qui l’écrivent. Le peuple n’a aucun pouvoir, il n’est pas souverain le moins du monde, l’on n’est pas en démocratie, ni de prés ni de loin.

              Démocratie : régime politique où la constitution n’est modifiable QUE par référendum, lequel peut être initié par pétition populaire, aisément et sur tout sujet.

        • Oui le peuple Révolutionne de temps en temps. Cela fait rigoler le pouvoir en place. D’autres (des copains) prennent la place. Le peuple peut se rendormir encore un siècle.

          • @cas,
            il faut identifier le sujet, la langue française a ses particularités. Le sujet est dans tous les cas un complément auquel se rapporte le contribuable. Selon ma compréhension on parle de la pertinence de la chose avant de parler de son entretien et de son coût

            • Nous sommes nos propres esclaves, c’est à nous de réécrire notre liberté !

              Les normes et les règles ne servent qu’à tondre le mouton docile.
              Je propose de suivre mon cœur et de respecter ma liberté.

              Le bien collectif et les règles attendront.
              Faites comme bon vous semble.

            • Voici des extraits des droits de l’homme: (mon avis est qu’aucune loi, ni le fonctionnement Étatique d’aujourd’hui n’est aux normes….)

              Nos droits fondamentaux sont ignorés, simplement.
              Le droit naturel est complètement supprimé.
              Nous ne sommes que des moutons, juste bon à payer pour notre servitude.
              (Genre moderne d’un esclave qui paye son maitre….cool)

              Extraits:

              Les droits naturels et imprescriptibles de la Déclaration de 1789 sont antérieurs aux pouvoirs établis, ils sont considérés comme applicables en tout temps et en tout lieu.

              La propriété, « droit naturel et imprescriptible de l’Homme » selon l’article 2 est, en outre, « inviolable et sacré[e] » (article 17). Selon cet article 17, « La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité. »

              Selon l’article 15, les agents publics sont responsables de leur administration puisque la société a le droit de leur en demander compte.

        •  » les hommes naissent libres et égaux , et quand ils sont adultes, ils finissent au bistro … « 

  • L’aboutissement du Socialisme tel qu’il est conçu en France ne peut être que celui d’une véritable religion d’état. Avec l’ensemble de ses dignitaires , évêques, prêtres – vous les trouverez facilement en observant les attitudes et déclarations- mais aussi la brigade des prêcheurs et des inquisiteurs …ce qui est déjà bien moins sympathique. Ceux qui s ‘opposent à la ligne établie par l ‘État deviennent les nouveaux hérétiques, et sont traités comme tels. Voilà ce qui arrive quand un parti au pouvoir confond morale et loi, et qu’on l’a laissé faire !

  • Cher Baptiste (prénom de circonstance!), au lieu de titrer « Religion d’État contre religion d’Allah » vous auriez pu mettre « Religion d’État contre toutes les religions traditionnelles ».

    N’oublions pas aussi l’ancien Ministre d’Etat en charge de la rééducation nationale qui écrivait la veille des élections de 2012: « C’est au socialisme qu’il va revenir d’incarner la révolution religieuse dont l’humanité a besoin.  »
, « C’est bien une nouvelle naissance, une transusbtantiation qui opère dans l’école et par l’école, cette nouvelle Église, avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la Loi. »

    http://www.contrepoints.org/2013/01/14/111251-le-socialisme-est-une-religion-pour-vincent-peillon

    • Si l’Educ Nat apprenait déjà à tous les enfants à lire, écrire et compter en français, ce serait déjà bien.
      Nous en sommes là ;(

    • Non, mettre l’islam dans le même sac que les autres religions c’est précisément faire le jeu des islamistes.
      Tant qu’elle ne se sera pas réformée en supprimant le blasphème et l’apostasie, et en acceptant la sécularisation de la société musulmane, avec ses conséquences sur le statut de la femme, l’islam restera ce qu’elle est pour notre malheur: une religion absolutiste, théocratique, liberticide, impérialiste, en un mot totalitaire.
      Notre pays s’est fragilisé parce qu’il s’est laissé entraîner ( et il est le seul), par soumission aux diktats de son jacobisme, dans une dérive laïciste (ou laïcarde) qui a inversé l’ordre démocratique de ses facteurs constitutifs. La fille aînée de l’Eglise avait tellement outrepassé ses droits, que son absolutisme a exacerbé le processus de sécularisation. Les pays protestants, qui acceptaient par essence le pluralisme religieux, ont inventé la laïcité, et pour eux la séparation DES EGLISES et de l’Etat signifie que celui-ci n’entrave pas la liberté de conscience et ne s’immisce pas dans les affaires religieuses. En France, c’est le contraire. Elle a instauré une LAICITE de COMBAT, destinée à protéger L’ETAT de l’emprise toute puissante du clergé catholique, les deux autres religions étant de ce fait quantités négligeables. On ne dira jamais assez combien la Révocation de l’édit de Nantes et la constitution civile du clergé ont à jamais affaibli la France en brouillant les cartes et notamment en lui interdisant une vision sereine de la religion. La laïcité s’est ainsi pervertie en laïcisme, avatar avec ses dogmes, son clergé, et son endoctrinement plus liberticide que le catholicisme apaisé qu’elle continue à vouloir combattre comme Don Quichotte ses moulins….C’est cette magistrale erreur que nous payons aujourd’hui et qui nous interdit de faire front commun contre la barbarie islamiste auquel le dénigrement des valeurs fortes qui constituaient notre identité ont ouvert un magnifique boulevard.
      Quand Sarkozy a voulu mettre la question de l’identité en débat, les ayatollahs qui dominent la scène politique-médiatique ont hurlé au fascisme.

      Cette vocifération est la poudre que la gauche nous jette aux yeux pour masquer ses propres turpitudes et son incapacité à résoudre les problèmes qu’elle a engendrés.

  • Stéphane Boulots
    31 janvier 2015 at 10 h 35 min

    L’idée même qu’il puisse y avoir un débat entre la laïcité et les religions est hallucinante : de quelle autorité la laïcité (dont l’objectif est sensé être de permettre aux religions de cohabiter) peut elle s’opposer aux religions ? La laïcité serait elle une religion ou une ‘méta-religion’, une religion supérieure, une autorité qui régulerait les religions ?

    On atteint le sommet de l’embrouille en se moment : pour sauvegarder la liberté d’expression, il faut diminuer les libertés individuelles, pour sauvegarder la liberté de religion, il faut diminuer les libertés religieuses … de plus en plus fort dans le délire.

    Votre fils arrête de zoner 24/24 devant sa console ? Appelez les urgence qu’on l’envoie à Guantanamo !

    • Le pouvoir demande à respecter la norme édictée. Ne pas penser et surtout ne pas dire ce que l’on pense.

      • Et surtout enlever un maximum de repères aux jeunes, à commencer par leur propre langue.
        La perte de l’esprit critique français est une garantie de catastrophe pour l’avenir.

    • Laïc avec des musulmans de France, dans des mosquées construitent avec notre argent.

      Est-ce bien laïc ?

  • Ayant repris la pratique de l’escalade, j’ai modifié mes habitudes alimentaires. Le plaisir de cette activité m’a rendu indigeste la sédentarité télévisuelle. Mes enfants ravis de me voir occupé, ont vaqué à leurs occupations, nous nous voyons un peu moins…Pourvu que je ne sois pas mis en examen.
    Je conseillerais d’ailleurs à mes compatriotes, de changer leurs habitudes alimentaires ( l’augmentation de la masse graisseuse et la baisse de la masse musculaire de l’homme moderne n’est pas un gage de bonne santé physiologique), de réduire de façon importante les heures d’écoutes de la TV et ne plus essayer de couvrir le bruit des autres avec sa musique. cela rend sourd !
    Je n’ose croire que pendant que je ne suis pas là, des instituteurs se permettent de faire des rondes avec mes enfants, en leur faisant répéter: je suis Charlie. Tout en ayant rien contre d’hostile contre Charlie. Problème d’éducation, de savoir vivre, de pudeur. On n’oblige pas des enfants à mimer des adultes ! Le goût de l’imitation leur viendra bien assez vite. Je pensais qu’ai pays de Voltaire, on développait l’esprit critique, c’est à dire l’inverse du caractère moutonnier de l’homme. Voltaire vécu d’ailleurs dans une relative solitude, ce qui ne gêna en rien, la pertinence de ses réflexions. Le mouton suit celui qui le précède, ce qui est bon pour un mouton, mais m’inquiète toujours chez les humains.
    Changer vos habitudes, manger moins, écoutez moins les « bruits » qui vous entourent, écrivez…Voyagez (proverbe arabe: l’homme est semblable à l’eau d’une rivière; s’il stagne, son eau se trouble; s’il court son eau s’éclaircit), et visitez peut être le château de Ferney-Voltaire.
    C’est toujours un grand plaisir de vous lire monsieur Créteur, comme un bol d’air frais. merci

    • Mathilde de St Amour
      31 janvier 2015 at 11 h 14 min

      ohh j’ai visité 2 fois le château de Ferney, les ballades dans le parc, le long du parc, j’habitais à côté…j’ai voyagé en habitant à Ferney, loin, très loin, c’était génial!
      J’aime beaucoup ce proverbe d’ailleurs 😉
      vous avez raison, je me sens un peu graisseuse, en ce moment, hop hop hop, malgré le froid, faut aller courir!

      • par cette saison , il n’y a qu’une solution : le sport en chambre …

        • Mathilde de St Amour
          31 janvier 2015 at 20 h 07 min

          Je sais bien, déjà monsieur devra supporter que je sois un glaçon, avec des pieds et des mains archi froides…pour l’instant ce sera yoga…le médecin m’avait proposé un traitement mais trop contraignant et avec pleins d’effets secondaires, alors je me réchauffe comme je peux!

    • Cher Benoit, tu vis ta crise de la 40-50-60 (biffer les mentions inutiles)-aine comme tu le veux mais l’état se charge déjà très bien tout seul de passer les messages « manger, bouger » … Donc je continuerai à faire du gras comme je l’aime.

  • Bordel ! Je rentre dans les conditions du futur djihadiste:

    – je n’aime pas certains membres de ma famille
    – je change brutalement d’habitude alimentaires. Je mange des spaghettis.
    – je ne vais plus au cinéma et j’ai pas la télé pour payer moins d’impôts…
    – je n’écoute plus de musique car ma mission c’est d’en jouer et pas d’en écouter…
    – et je ne dis pas tout 😀

    Bon je suis un dangereux radicaliste en somme ? Je doit pas trop être « charlie » selon les critères de l’état ?

    • Pire vous êtes sur CP.
      Aucun doute que nos petits messages sont imprimés et archivés au cas où !

      So Fuck the State
      🙂

  •  » Tout le monde pareil  » dit la sén actrice et dans les assiettes ? du jambon pour tout le monde ! sauf pour moi j’ ai cessé la bidoche
    sur l’ internement psy j’ apprend ce jour qu’ apparemment ils ont des droits de sortie matin et ap mi 2x2h non accompagné et voila le résultat après 10 ans ? de soins ! Clermont 60
    s’il faut se méfier des malades et aussi des gens qui les soignent

  • Il évident que les manifestations du 11 janvier n’ont rassemblé que des croyants. Des croyants en quoi ? C’est là tout le problème. Des croyants en la République, la laïcité, la liberté d’expression, la liberté tout court ? Des croyants en notre “civilisation” ? Laquelle ?

    Un croyant le restera toute sa vie. Il ne pourra qu’échanger sa croyance par une autre. Autrefois Dieu, aujourd’hui la République. Raisonner avec un croyant est impossible. Raisonner avec un fondamentaliste, islamiste, laïcard, socialiste, “républicain”, libéral, peut-être… est impossible. La seule chose à faire est de le séduire, de le soumettre avec une autre croyance, encore plus délirante et pleine d’espoir que la précédente.

    Je suis Charlie contre Allah ouakbar. Vaste programme. Croyances contre croyances. Illusions contre illusions. Vérités contre vérités. Quand la foule se fait trop nombreuse, l’hystérie est à redouter.

    • Stéphane Boulots
      1 février 2015 at 12 h 00 min

      L’homme a besoin de croire, comme il a besoin de boire et de manger. Lui supprimer cette nourriture, c’est le détruire.

      Raisonner avec un incroyant (ou quelqu’un qui se dit athée) est absolument impossible : la seule croyance qu’il a est lui-même et c’est la pire des dictatures, si l’athée ne croit même plus en lui-même, il s’enfonce dans le nihilisme total.

      Tous les hommes croient avant de raisonner, la raison repose sur la croyance : celle que les postulats existent et sont vrais. Le contraire faux.

      Essayer de noud faire croire que l’on peut vivre en paix dans l’absence de foi est une escroquerie, qui n’a qu’un seul but : nous faire croire en l’Etat, en la seule cause commune, nous transformer en fourmis, nous aliéner complétement.

      • l’homme a besoin de trouver ses repères croire ou pas croire est une liberté. L’homme a besoin de croître. La foi est une liberté qui ne concerne que le sujet, c’est-à-dire lui. L’homme a besoin d’un retour sur lui. Ce n’est pas forcément la spiritualité.

  • À l’auteur :
    Vous ne croyez pas si bien dire, Peillon voulait enseigner une religion laïque d’état. C’est toujours au programme.
    Quand à la liberté d’expression en France …. Ce fait presque rire. J’espère que tout le monde à compris qu’elle est réservée aux gens de gauche. Un président, un 1er ministre, un ministre de l’intérieur qui dénoncent un auteur et recommandent de ne pas le lire, c’est du jamais vu. J’en suis aux 3/4 du « Suicide Français » et je n’y voit rien de subversif. Aucun appel à renverser l’état, aucun appel à la haine. La seule subversion se situe face à la pensée unique.

  • Je suis Charlie… non. Dieu est grand et Mahomet est son prophète… non plus. Ce n’est pas ma vie, ça ne le deviendra pas. Ils ne m’auront pas. Ni les uns, ni les autres. Liberté d’expression ! Juste un slogan d’un publicitaire de la nouvelle religion d’état. Qui ne veut rien dire et pour lequel nous passons des heures à débattre. Pendant que le bon peuple se rassure avec des incantations venues d’en haut, le politique fait voter les lois qui maintiennent la ségrégation. Un vrai apartheid. Pas noirs contre blancs, même pas riches contre pauvres, un apartheid entre ceux qui ont le pouvoir et ceux qui ne l’auront jamais.

    Il n’y a pas de réponse à la question du sexe des anges. L’erreur n’est pas de vouloir répondre à la question, l’erreur est de se la poser. Ou plutôt, d’accepter qu’on nous la pose, qu’on nous l’impose. L’erreur est d’accepter de se laisser divertir par des futilités. La diversion est énorme. Tant que nous réfléchissons au vide, tant que nous persistons à réaliser l’impossible quadrature du cercle, tant que nous laissons aller notre esprit à ce qu’il sait faire de mieux et de pire, autrement dit tant que nous glosons, nous ne voyons pas la lame du bourreau s’approcher de notre nuque.

  • Si l’islam, et sa pire expression le djihadisme, est la seule religion que le gvt nous interdit de critiquer, peut-on en déduire qu’il défend la liberté d’expression, comme il prétend nous le faire croire ? A ce compte là, la liberté d’expression serait plutôt du coté du Maroc, qui n’y va pas de main morte, à la manière de Charlie Hebdo ?

    • Dans un pays où règnerait une parole libre, votre réflexion devrait être à la Une de la plupart des journaux tellement elle paraît évidente.

  • Pas étonnant! On n’a pas encore réussi à faire un Aggiornamento sur les fumisteries qui sévissent depuis Platon, dont la plus monumentale est que la fin substantielle de toute chose c’est…l’Etat.

  • Modération Contrepoints
    1 février 2015 at 13 h 18 min

    MESSAGE DE MODÉRATION

    En raison des nombreux abus constatés dans les commentaires sous cet édito, les messages ont été supprimés et le fil de commentaires fermé.
    Les accusations non fondées sur des faits avérés ne sont pas publiées sur Contrepoints (d’autant que, en l’espèce, des poursuites judiciaires pour diffamation se préparent…).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
6
Sauvegarder cet article

Suite au triptyque sur la fabrique du consentement (ou plus exactement, l’extorsion du consentement), il apparaît profitable d’y ajouter deux addenda : le premier relatif au clergé médiatique et le second tenant à la délégation de responsabilité sans signature.

Ces deux éléments constituent deux courroies majeures de la transition vers un régime post-démocratique tel que l’avait élaboré dès 2004 le chercheur anglais Colin Crouch.

Car la post-démocratie c’est l’évolution de la démocratie vers une tyrannie qui conserve malgré tout... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Qu’est-ce que le libéralisme ? Voilà une question qui peut paraître simple, mais au sujet de laquelle le moins qu’on puisse dire est qu’il existe beaucoup d’idées préconçues. Pour ne pas dire totalement fausses.

Il n’y a sans doute pas plus haï ou diabolisé que ce vocable de « libéral », quotidiennement mué en « ultra-libéral » ou « néo-libéral » pour les besoins de la cause.

Vous affubler de ce qualificatif suffit généralement à vous discréditer et à vous rendre inaudible par avance. Pourtant, le libéralisme n’est pas ce que l’... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Vos enfants apprennent-ils des principes éthiques et politiques appropriés en classe ? Comment expliquer la liberté et l’oppression à un enfant de 7 ans ? Les parents sont souvent démunis pour assumer la charge d’éduquer leurs enfants et leur transmettre l’amour de la liberté.

Je voudrais vous parler d’un livre écrit par un Américain, en vente sur amazon.fr, et traduit par mes soins. Ce livre est dédié aux parents ou aux enseignants disposant de peu ou pas de matériel pédagogique pour parler aux enfants des concepts de droit, d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles