Ron Paul : les attaques contre Charlie Hebdo ne relèvent pas de la liberté d’expression

Certains libéraux et progressistes américains pensent que l’attaque contre le journal satirique n’était pas une attaque contre la liberté d’expression.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ron Paul (Crédits Gage Skidmore, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ron Paul : les attaques contre Charlie Hebdo ne relèvent pas de la liberté d’expression

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 21 janvier 2015
- A +

Par Matt Welch, depuis les États-Unis.

Ron Paul (Crédits Gage Skidmore, licence Creative Commons)

Ron Paul a publié un article intitulé « Leçons de Paris » dans lequel il enjoint ses lecteurs à considérer le massacre de Charlie Hebdo comme un « retour de flamme » contre la politique étrangère impériale française et américaine, argument à propos de ces attaques qu’il soutient d’ailleurs depuis le début. Si cela peut sembler contre-intuitif que des attaques répétées contre un journal de caricatures anti-guerre, anti-militariste, anti-Bush, anti-torture, anti-Guantánamo, pro-État palestinien, pro-immigration, a fortiori originaire d’un pays s’étant farouchement opposé à la guerre en Irak, soient dues partiellement aux mésaventures franco-américaines en terres musulmanes, l’argument sous son meilleur angle porterait sur le fait que l’historique de l’interventionnisme occidental aurait créé un nid favorable plus large de terroristes potentiels, et que, de fait, nous ne devrions pas être surpris lorsque ces terroristes répliquent.

La partie la moins convaincante de l’argument de Ron Paul, comme pour un certain nombre de libéraux et de commentateurs progressistes de cette semaine, est de nous entrainer dans une analyse abstraite en niant catégoriquement l’explication directe de la liberté d’expression.

Exemple :

« Les médias classiques ont immédiatement décidé que la fusillade était une attaque contre la liberté d’expression. Nombreux aux États-Unis préfèrent une version du style « ils nous haïssent parce que nous sommes libres », déclaration du Président Bush après le 11 septembre. Ils ont exprimé leur solidarité envers les Français et ont juré de se battre pour la liberté d’expression. Mais n’ont-ils pas remarqué que le premier amendement est violé de façon routinière par le gouvernement américain ? Le Président Barack Obama a fait davantage usage de l’Espionage Act que toutes les administrations précédentes combinées afin de réduire au silence et d’emprisonner les lanceurs d’alertes. Où sont les manifestations ? Où sont les manifestants demandant la libération de John Kiriakou, qui avait tiré la sonnette d’alarme sur l’usage de tortures pratiquées par la CIA ? Le lanceur d’alerte est allé en prison alors que les tortionnaires ne sont pas inquiétés. Zéro manifestation.

Ils préfèrent croire en leurs interprétations illusoires d’attaques perpétrées parce que les terroristes haïssent nos libertés ou ne peuvent supporter notre liberté d’expression. »

Le surlignage en gras est de moi. Il est vrai que le Président Barack Obama a été particulièrement mauvais concernant la liberté d’expression, sujet que nous avons traité de manière exhaustive dans les pages de Reason (à propos de l’Espionage Act, de John Kiriakou, et des lanceurs d’alerte). Mais il est vrai aussi que cette médiocrité n’a rien à voir avec le fait de considérer les attaques répétées des fondamentalistes islamistes contre le seul journal occidental important à les avoir critiqués comme une attaque contre la liberté d’expression.

Les rédacteurs de Charlie Hebdo ont caricaturé les fondamentalistes en sachant qu’ils pouvaient se faire attaquer pour cela ; ils ont ensuite été poursuivis en justice, ont été victimes d’attentats à la bombe, à nouveau attaqués en justice, « fatwadés », et enfin massacrés par des musulmans qui se déclaraient choqués par les caricatures. Et pourtant ce serait un « fantasme » d’estimer « qu’ils ne soutiennent pas notre liberté d’expression » ? Cela me fait doucement rire.

Ron Paul n’est clairement pas le seul à balayer du revers de la main la problématique de la liberté d’expression pour faire place à d’autres théories plausibles.

J’ai quatre autres exemples en tête :

Chris Hedhes de Truthdig :

« L’attaque terroriste en France du journal satirique Charlie Hebdo ne portait pas sur la liberté d’expression… Elle était le signe avant-coureur d’une dystopie émergente où les damnés de la terre, dépourvus de ressources pour survivre, dénués d’espoir, brutalement contrôlés, méprisés et moqués par les privilégiés qui vivent dans la splendeur et l’indolence de l’Occident industriel, se déchainent dans une furie nihiliste. »

Note : les tueurs de Charlie Hebdo étaient nés et élevés en France.

Becky Akers de LewRockwell.com :

« Si vous insultez la mère d’un homme, de façon répétée et agressive, seriez-vous surpris ou outré si le gars vous tombe dessus ? Le fils vengeur aurait-il vraiment violé votre « liberté d’expression » ou votre « liberté de parole » ? Ou auriez-vous tout simplement subi les conséquences de votre comportement grossier ?

De la même façon, si vous publiez durant des années des insultes envers une figure religieuse majeure, peut-on considérer que les adeptes de cette religion ont violé votre « liberté d’expression » ou votre « liberté de parole » lorsqu’ils réagissent à votre provocation délibérée ? Les adultes, en particulier les lettrés se targuant d’une sophistication cynique, ne devraient-ils pas comprendre que les victimes de caricatures incessantes et de violences verbales vont presque toujours riposter ?

Évidemment, je ne cautionne en aucun cas les assassinats de journalistes et de dessinateurs. Mais soyons bien clairs, ces meurtres n’ont rien à voir avec la liberté de parole ou d’expression, en dépit de ce que veulent nous faire croire nos dirigeants et ceux de la France. Seuls les États ont le pouvoir de restreindre nos libertés. […] »

Asghar Bughari de Medium :

« Cette attaque n’avait rien à voir avec la liberté d’expression – c’était un acte de guerre. »

Diane Johnstone, Counterpunch (dans un article republié par l’Institut Ron Paul) :

« En réalité, Charlie Hebdo n’était pas un modèle de liberté d’expression. Comme la plupart des droits-de-l’hommiste de gauche, le journal a fini par défendre les guerres menées par les États-Unis contre les « dictateurs ». »

Note : Johnstone ne nomme aucune desdites guerres.


Traduction pour Contrepoints de « Ron Paul: The Notion That Charlie Hebdo Was Attacked Over Free Speech Is ‘fantasy’ » par Virginie Ngô.

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • Ron Paul est un idéologue. Les terroristes étaient nés en France, même pas en banlieue : dans le XIXe arrondissement ! Rapport avec la politique impériale de la France (!) : zéro.

    • Le rapport avec la politique « impériale », c’est que ces gens-là ne se sont pas structurés dans la société française. Ils ont vécu en marge, au sein d’une population majoritairement d’origine immigrée, à cheval sur deux cultures sans s’associer pleinement à aucune. Ces gens, qu’on retrouve par dizaines, sinon centaines de milliers en France, sont à la recherche d’une identité.
      A coups de prétextes et de fantasmes, ils s’en sont forgée une, faite de bric et de broc: Palestine, « antisionisme », Irak, Syrie, Afghanistan, théories du complot, etc.
      Ne sachant comment se construire de façon positive (je suis ceci ou cela), ils l’ont fait de façon négative (je suis contre ceci ou cela, donc je suis). C’est là que la politique extérieure de la France entre en jeu : la France est intervenue à de nombreuses reprises contre les idéaux fabriqués de ces gens, renforçant leurs convictions, les radicalisant.
      Le voilà, le rapport avec la France « impériale ». C’est un rapport tordu, voire torturé, fantasmé, mais il faut le prendre en compte si l’on veut comprendre le phénomène.

      Note: Il n’y a guère de différence entre la population du XIXème arrondissement et celle des banlieues Est de Paris.

    • genre parcequ’on est né en france c’est impossible de répudier (violament) la politique imperial de la france ?

    • rapport avec la politique de la france : tout !
      depuis 40ans on entend dans la propagande médiatique gauchiste française « le pauvre peuple de gaza tyrannisé par les méchants israéliens » sans aucune objectivité, « les pauvres gars de banlieues » qui n’ont aucune chances alors que les problèmes viennent d’une minorité de voyous qui vivent bien mieux que la plupart de nous de trafics en tous genres….bref j’en passe mais Tout vient des problèmes que la gauche ne veut pas voir…. et tu peux toujours fermer les yeux, ce n’est pas pour ça que ça t’empêchera de te prendre le mur quand il arrivera ( ceci est valable pour plein de sujets à propos de la pensée de gauche !) – et ce d’autant plus fort que tu n’as pas ralenti ou esquissé un mouvement de protection

    • Ron Paul a parfaitement raison.
      Les centaines de citoyens europeens qui vont faire la guerre a l’autre bout du monde (Syrie etc.) et qui reviennent ensuite y vont principalement a cause de Charlie hebdo & Co peut-etre ?
      C’est ridicule.
      Le groupe terroriste qui a revendique l’attaque a clairement donne une des raisons de cette attaque: l’intervention de l’Etat francais au Mali.
      La France est classee 39ieme en terme de de liberte de la presse… Pourquoi les terroristes n’attaquent pas le top 10 plutot ??
      Finlande
      Pays-Bas
      Norvege
      Luxembourg
      Andorre
      Liechtenstein
      Danemark
      Islande
      Nouvelle-Zelande
      Suede

      Oh wait… Aucun de ces pays ne font dans le delire interventionniste.

      • Parce que ces pays n’ont pas de journaux publiant des caricatures de mahomet peut être ?
        Ho wait, les danois l’ont fait et les journalistes ont été menacé de mort (et sont sous protection) avec de très très violentes manifestations dans les pays arabes.
        Your argumnent is invalid

  • je reformule la reflexion de r paul:est ce cela la liberté d’expression?(charlie hebdo,interdiction de lanceurs d’alerte,etc….)n’est elle pas restrictive du « politiquement correct »,basé sur des réactions émotionnelles??
    les démocraties « modernes »(i.e.:indirecte)sont elles le reflet de la volonté des peuples(nations??)
    nos civilisations sont elles encore mues par la raison?offrent elles une vision d’avenir épanouissantes?(plus de libertés?)
    au vu des différents commentaires de ce site,notamment,j’en doute un peu
    offrir plus de redistributions sociales à ces « paumés » semble la seule solutions des differents zélus,leur offrir un espoir de se batir un avenir meilleur n e semble pas leur etre encore arriver au cerveau ou au coeur….

  • Hier la liberté de la presse représentait la liberté d’expression, car c’était la seule méthode d’expression… aujourd’hui il y a internet et donc la liberté d’expression du citoyen, et par conséquent, les meurtres ont été une attaque d’un journal… et le meurtre de 11 personnes… aussi abominable qu’il soit, cela n’en fait pas une lutte contre la liberté d’expression en effet.

    – qui a écrit dans un texte de loi qui condamne 66 millions de francais (et non pas 11) a ne pas utiliser de mot raciste, antisémite,… ? les politiques d’Etat
    – qui a écrit dans un texte de loi qui condamne 66 millions de Francais (et non pas 11)a ne pas reviser l’histoire ? les politiques d’Etat
    – ….

    La preuve en est, c’est que après l’attaque de Charlie Hebdo et la mort des 11 membres du journal et des 2 freres Kouachi… la une de Charlie Hebdo etait la représentation de Mahomet… alors qu’après l’écriture des lois précédentes, plus personnes n’ose tenir des propos raciste, ou aborder la révision de l’histoire.

    Comme le dit très clairement Becky Ackers :
     » Évidemment, je ne cautionne en aucun cas les assassinats de journalistes et de dessinateurs. Mais soyons bien clairs, ces meurtres n’ont rien à voir avec la liberté de parole ou d’expression, en dépit de ce que veulent nous faire croire nos dirigeants et ceux de la France. Seuls les États ont le pouvoir de restreindre nos libertés. […] « 

  • Ron Paul n’a pas tort mais son analyse n’est pas complète. La conjonction d’une politique historiquement impérialiste (Algérie, Lybie,…) et d’un modèle social et économique dépassé forment un terreau favorable au développement de terroristes français… Dans tous les cas, l’Etat est coupable. Le phénomène est d’autant plus vrai en France que l’Etat y est encore plus omniprésent que dans la plupart des pays développés du fait de son modèle centralisé par opposition au modèle fédéral notamment.

  • Enfin un article honnête sur ce sujet. Cette affaire n’a rien à voir avec la liberté d’expression. Pas plus qu’avec la démocratie, la république, ou les « symboles » de la France, comme on le répète à tue-tête sur les radios et télévisions.

    Attention à la traduction, quand même : « argument à propos de ces attaques qu’il soutient d’ailleurs depuis le début. » Euh non, Ron Paul ne soutient pas les attaques.

  • Bah, c’est pas non plus la première fois que Ron Paul dit des conneries. Lui et son fils Rand semblent être des chouchous de cet estimé site web, ce que je n’ai jamais vraiment compris vu les nombreuses contradictions internes qui les animent. Ayant vécu aux US 10 ans, je peux témoigner que leurs politiciens (de tout bords) sont aussi retorts et « self-serving » que les nôtres et que leur système est bien cassé. Le rêve libéral vit encore dans leur culture et leur société au niveaux des individus, plus depuis longtemps dans leurs institutions.

  • La majorité des victimes des terroristes islamistes sont des musulmans. Je ne crois pas que la majorité d’entre eux ont directement ou indirectement quelque chose à voir avec la politique  » impérialiste des occidentaux « .

    Les islamistes nous haïssent parce que nous partageons les valeurs judéo-chrétiennes. Les politique US et occidentale en terre d’islam attisent la haine des islamistes contre nous; mais il n’est est pas la cause.

    Ce n’est pas un retrait total de l’Amérique dans le monde tant politique que militaire comme le milite Ron Paul que cela va nous épargner attentats et autres. Les islamistes nous haïssent pas pour ce que l’ont fait mais pour ce que l’on est.

    D.J

  • Ron Paul n’a pas forcément tort. On parle de liberté d’expression comme un droit que ne peut nous arracher l’État. On parle de liberté d’expression comme un droit à donner son opinion sans être menacé par la justice. Bref, seul l’Etat peut arracher la liberté d’expression.

    • Ou la terreur, qui par ricochet imposera une limitation de la liberté d’expression par l’état.

      • La liberté d’expression c’est un rapport entre l’Etat et les citoyens, et non entre citoyens. De même que la laïcité exprime un rapport entre l’Etat et les citoyens et non entre citoyens. Donc quand un citoyen s’en prend à un autre pour ce qu’il a dit ou ce qu’il croit ce n’est ni s’en prendre à la liberté d’expression ni à la laïcité en tant que principes généraux mais simplement une violence physique comme une autre motivée par x raisons.

  • Il a raison au moins sur un point, le Ron…
    Charlie Hebdo n’était pas « la liberté d’expression », mais « la liberté d’exprimer leurs idées et faire taire les autres ». Genre ils avaient fait une pétition pour faire interdire le FN et étaient ravis des lois anti-racistes.

    Et les Kouachi n’avaient rien contre « la liberté d’expression » (surtout pas la leur) mais juste contre des gus qui avaient insulté leur prophète, ce que le prophète en question avait explicitement rendu passible de mort. A mon avis ils étaient ravis de pouvoir écrire des tas de trucs « vive le prophète » sur les interwebs. Et ils auraient adoré pouvoir écrire plus de trucs genre « la Shoah c’est du pipo » et « les juifs sont méchants » ou autre… Donc eux aussi, fans de la « liberté d’expression de ce que j’aime »…

  • Si on pose l’axiome que l’usage de l’autorité pour forcer la société et l’économie est de gauche.
    Si on pose l’axiome que le laisser-aller libre est de droite.

    Alors Ron Paul et le mouvement Rothbardien incarnent le seul mouvement politique de droite que je connaisse en ce monde. Strictement selon ces définitions, il n’y a pas de droite en France. Il y a une gauche nationaliste qui veut forcer les citoyens dans leurs moeurs ou qui veulent forcer les payeurs de taxes à supporter des guerres. Il y a une gauche socialiste qui veut forcer l’économie. Il y a une multitudes de gauches qui veulent forcer les gens pour toutes sortes de raisons. Mais il n’y a pas de droite.

  • Ron Paul a sacrément raison cela dit en passant sur la stupidité du mimétisme « je suis charlie ». Et puis quoi ces frères Qouachi ils pouvaient pas simplement dessiner la vierge Marie avec un godemichet (politiquement correct..),histoire d’élever le débat chez les Laicards _liberaux « Hawks » particulièrement moutonniers ..LOL

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ainsi donc, et j'approuve, la FNAC a mis fin à son cafouillage initial en réintégrant dans son offre le jeu de société Antifa Le Jeu quelques heures après l'avoir retiré suite aux remarques peu amènes émises ce week-end sur Twitter par le Syndicat des Commissaires de la Police Nationale (SCPN) et un peu plus tard par le député du Rassemblement national (RN) Grégoire de Fournas.

Ce « jeu » est en vente à la Fnac. @Fnac un commentaire pour ainsi mettre en avant les antifas, qui cassent, incendient et agressent dans ... Poursuivre la lecture

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Cher ami,

Une nouvelle année difficile pour la liberté est sur le point de se terminer. Les nuages s'amoncellent sur des décennies d'impérities économiques. Les élites occidentales semblent de plus en plus oublier les idées libérales les plus basiques. L'apathie gagne la population.

Face à ce sombre tableau, il est plus que jamais nécessaire de faire entendre les voix libérales.[/vc_column_text][vc_btn title="Faire un don pour soutenir Contrepoints" style="classic" color="danger" align="center... Poursuivre la lecture

elon musk
3
Sauvegarder cet article

En affichant son attachement à la liberté d’expression, Elon Musk a réveillé tous les censeurs progressistes et les régulateurs étatistes ou para-étatistes qui estiment que les médias doivent demeurer leur chasse gardée, préservée d’un grand public toujours perçu comme une menace.

Depuis le rachat chaotique de Twitter, régulateurs, politiciens et influenceurs se bousculent dans les médias pour mettre en garde contre le « dangereux libertarien » Elon Musk qui menace l’ordre moral numérique des élites progressistes.

 

Les... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles