Je ne suis pas Charlie

Le journal satirique a lourdement payé le prix de sa liberté de ton.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
charlie-hebdo-publication-des-caricatures-de-Mahomet-en-2006_scalewidth_630

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je ne suis pas Charlie

Publié le 8 janvier 2015
- A +

Par h16.

Les premières secondes, j’ai cru à une mauvaise blague, une petite gorafisation du réel, comme cela arrive de temps en temps, ces pieds de nez parfois macabres que la réalité adresse aux satiristes et aux blagueurs. J’ai lu, d’un œil distrait, que des tirs avaient été entendus à la rédaction de Charlie Hebdo. J’ai froncé le sourcil lorsque j’ai vu que des gens y étaient morts. Intrigué, j’ai regardé, sans originalité, la « une » de Google News. La mauvaise blague continuait, de pire en pire.

charlie hebdo intouchablesQuelques heures plus tard, les faits sont assez bien connus, et le déferlement de vidéos, de directs souvent idiots et les commentaires haletants de journalistes aux yeux embués permettent de prendre bien conscience de l’ampleur du massacre, puisque c’est bien d’un massacre qu’il s’agit ici. Le journal satirique a donc lourdement payé le prix de sa liberté de ton.

Car à l’évidence, c’est bien elle qui est à l’origine de l’horreur, c’est bien cette liberté d’expression, largement utilisée par le journal, qui a motivé le triplet d’individus cagoulés à dégommer froidement du journaliste, du dessinateur, et, ce faisant, à emporter dans la foulée quelques salariés et deux policiers. Et, comme le fait très justement remarquer Guillaume Périgois, directeur de publication de Contrepoints, ce qui a été attaqué n’est pas spécifiquement la branche de la liberté de la presse ni même son tronc, la liberté d’expression mais c’est bien la racine, le droit fondamental qu’a chaque individu de penser librement.

charlie hebdo dur d etre aime par des consEt bien évidemment, une fois cette liberté attaquée, on aura eu le droit à toute la cohorte de ses défenseurs plus ou moins attitrés, plus ou moins crédibles, au micro de toutes les rédactions, de toutes les télés. Les journalistes, bien sûr, dont beaucoup, légitimement et authentiquement émus. Des politiciens, évidemment, parce que c’est leur rôle, et parce que c’est, aussi, ne l’oublions pas, leur gagne-pain. Tous, comme un seul homme, ils se sont, ce jour-là, dressés pour expliquer que rien ne pourrait et ne devrait entamer cette si chère liberté qui leur tient tant à cœur.

Ce combat, à mener, va mobiliser les uns, les autres, et tout le monde, vous allez voir. Mais pas maintenant. L’heure, évidemment, est au recueillement et c’est tout à fait normal. Apparemment et selon les uns et les autres (ceux qui parlent, avidement, dans tous les micros à portée), l’heure est aussi à l’unité et aux rassemblements.

charlie hebdo hitlerÀ l’unité ? Mais de quoi parlent-ils donc ? Ne pas se chamailler sur les cadavres d’un attentat ignoble, ce n’est pas de l’unité, c’est de la décence élémentaire, c’est le minimum de retenue dont un humain dispose normalement lorsqu’il n’a pas subi l’ablation de la honte tout petit. Retenue et décence qui ont, malheureusement mais à l’évidence et depuis bien longtemps, déserté la classe politique française (qui n’a de classe que le nom). La mascarade actuelle tiendra peut-être quelques jours parce que l’émotion du peuple est grande, et qu’il faut donner le change, mais c’est à peu près tout, et c’est garanti sur facture.

Et puis, des rassemblements, partout. Mais pourquoi ? Pour y déclamer haut, fort et grégairement « Je suis Charlie » ? Mais pourquoi ? Quel but peut-il y avoir à vouloir se fondre dans un grand tout lacrymal, à se dissoudre ainsi pour montrer qu’on peut ou qu’on doit s’exprimer ? On peut parfaitement être choqué et viscéralement contre ce qui vient de se produire sans avoir pour autant la moindre affinité avec le journal et à plus forte raison sans vouloir disparaître derrière un slogan niaiseux. Et puis surtout, la liberté de penser, de s’exprimer, ce n’est précisément pas de penser et d’exprimer ce que tout le monde pense et exprime déjà, que diable !

Mais rassurez-vous, l’heure est trop grave pour réfléchir ergoter. Il y aura unité, il y aura rassemblements, il n’y aura personne pour rappeler à ces gens toutes ces libertés qu’ils ont précédemment grignotées ou qu’ils ont laisser grignoter, en toute décontraction. Il n’y aura personne pour leur rappeler ceux qui s’exprimaient trop librement et qu’ils ont censurés explicitement (parce que la loi, ou un décret, ou un bricolage juridique vite fait, le leur permettait) ou implicitement, par la bande, parce que, … « parce qu’on ne peut pas laisser publier ça, laisser dire ça, il a le droit, mais enfin » … La liberté d’expression, la liberté de penser, c’est très joli, mais il vaut sans doute mieux l’encadrer un peu.

Ça tombe bien. Avec ce qui vient de se passer, de l’encadrement, on va en avoir de grosses louchées.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (193)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (193)
  • Par quelle pirouette incroyable Valls va pouvoir justifier qu´il défend la liberté d´expression alors qu´il interdit des spectacles d´humour?

    • Il ne va pas, c’est largement oublié de la clique médiatique, personne ne va le lui renvoyer à la figure. Et au pire, si ça devait arriver il saurait très bien vous expliquer qu’il y a la bonne et la mauvaise liberté, en vous expliquant en détail la différence entre les deux et que pour la mauvaise, il est indispensable de l’encadrer.
      Et c’est ce qui va tomber aussi suite à cette affaire, comme le dit si bien la dernière phrase : on est tous pour la liberté, mais ce qui vient sera une réaction politique sans précédent pour montrer au « peuple » que le politique « agit » (c’est à dire pond une loi, quitte à se plaindre de ses effets quelques temps plus tard), indépendamment des lois scélérates déjà pondues, déjà en place et bientôt appliquées qui donnent un pouvoir de contrôle sans précédent… pour quel effet ? On le voit bien aujourd’hui.

  • J’avoue que je suis assez écœuré d’entendre les pires ennemis de la liberté individuelle se transformer en chantres de la liberté d’expression là où ils ont toujours soutenu les attaques gouvernementales contre Dieudonné et contre tous ceux qui ne leur semblent pas assez politiquement corrects. Que dire de ceux qui veulent mettre en prison les femmes voilées? Ca procède du même sentiment que ceux qui tuent des journalistes pour des caricatures…
    Ceux qui crient au respect des libertés dans les médias en réaction a l’attaque de CH sont malheureusement souvent ceux qui l’ont bafouée et vilipendée par le passé. Leur propos perd beaucoup de son crédit à la lumière de leurs actions et propos passés qui foulent au pied la liberté quand ca les arrange.

    • Quel amalgame idiot entre personne voulant mettre les femmes « complètement » (ce mot à une importance) voilées en prison et ceux qui massacrent des êtres humains. Dans le premier cas il s’agit de penser qu’il est bien de respecter la loi française, dans l’autre il s’agit de penser qu’il est bien de tuer des gens. Comment peut on faire le parallèle ?

      • Mettre quelqu’un en cage parce qu’il s’habille différemment de ce qui est coutumier dans la localité où il se trouve n’a vraiment rien de glorieux. C’est une agression, même si ce n’est pas un meurtre.

        • Si le principe de la mise en cage au nom d’un vivrensemble écorné par le voile est très contestable, la lutte anti terroristes crée ou créera une présomption d’intention criminelle pour celui qui dissimule son visage …surtout après ce qu’on commence à appeler le 11/9 européen.

          • C’est idiot : un motard circule en moto avec un casque ne laissant visible que ses yeux. S’il rentre dans une bijouterie sans l’enlever c’est trop tard. Et s’il repart avec il n’est pas différent des milliers de motards.

            • S’il rentre dans une bijouterie sans l’enlever c’est trop tard.

              Pan! Le bijoutier a fait feu.

              Avec un système d’identification par l’iris dans un sas, il aurait du enlever son casque.

      • Cher Olivier,
        vous dites:
        « Quel amalgame idiot entre personne voulant mettre les femmes « complètement » (ce mot à une importance) voilées en prison et ceux qui massacrent des êtres humains. »
        En quoi le fait que ces femmes soient « complètement » couvertes est il important? En quoi ce fait justifie il qu’on ne les autorise pas à porter ces vetements? Pourquoi est ce que « complètement » est il plus grave que « Presque complètement » ou plus grave que les seins des Femen?

        Par ailleurs sur la massacre d’Etre humain vous faites bien rire: Si la femme voilée refuse de payer sa prune on la met en taule, si elle résiste aux flics qui l’y forceront, si elle se défend contre cette agression policière, ils lui colleront une bastos. Quand on menace quelqu’un et qu’on ne transige pas, on menace toujours avec ce qu’on a de plus balèze. Que ce soit pour vous empêcher de traverser en dehors des clous, pour payer vos impôts ou pour vous empêcher de de cambrioler l’Elysee, la loi est appliquée sous la menace des flingues de la république. Le massacre d’être humains n’est pas l’appannage des terroristes.

        « Dans le premier cas il s’agit de penser qu’il est bien de respecter la loi française, dans l’autre il s’agit de penser qu’il est bien de tuer des gens. Comment peut on faire le parallèle ? »

        Mais les musulmans pensent eux aussi respecter la loi: Celle de dieu. Je sais bien que dieu n’existe pas mais eux ils le croient, un peu comme vous êtes probablement convaincu que les lois sont edictées démocratiquement…

        La parallèle il est dans les moyens et dans l’intention. Je sais que c’est choquant, mais la principale différence entre ceux qui veulent interdire des traditions musulmanes avec les flingues de la république et ceux qui veulent imposer la chariah avec leurs propres flingues est toujours une différence de degré, pas de nature. Quand vous voulez imposer des lois liberticides (sous couvert de bonnes intentions pour paver notre enfer national) vous etes en fait dans le meme camp que les terroristes: Dans le camp des constructivistes. Vous etes dans le camp de ceux qui veulent déplacer les individus comme des pions sur un echiquier. Vous êtes dans le camp de ceux pour qui « La fin justifie les moyens ». Et ca c’est la camp des despotes. Que ce soit du Salazarisme, du Bolivarisme, ou du Komeynisme, le despotisme utilise toujours les meme moyens, a savoir la menace d’INITIER LA VIOLENCE, et c’est ca qui réunit les gauchistes bien pensants les conservateurs méprisants, les terroristes assoiffés de sang… et vous…

        La femme qui est suffisamment folle ou stupide pour s’embourquinner la face, elle se contente de vivre comme elle peut de son coté avec ce qu’elle a. Elle ne mérite pas la violence policière à laquelle vous voulez la soumettre; pas plus que le journaliste qui déclame son mépris du fanatisme ne mérite des balles de Kalash.

        Si vous refusez de voir ca, ca ne peut signifier qu’une chose: Votre raisonnement est encore plus proche de celui des terroristes que ce que je viens de décrire.

        • Beau développement Mitch ! J’ai vécu il y a quelques temps une scène qui m’a rappelée une parabole de Saint Luc sur la paille que l’on voit dans l’œil de son voisin….Je demandais à une jeune fille pourquoi elle ne se dévoilait pas devant moi. Elle m’ a répondu qu’elle étudiait dans un collège « d’une zone sensible ». Dans sa classe , on injuriait, agressait, volaient, dealait…. il semblait que la seule mesure d’ordre dans cette « atmosphère » soit son voile ! Elle devait travailler chez elle, puisqu’elle avait l’ambition d’étudier, tout en ayant l’obligation d’assister à des cours ou tout du moins de faire présence dans sa classe. Son sentiment d’injustice était si palpable que je sentais de la haine aveugle pour tout un système qui cautionnait cette prétention qu’elle percevait comme obscène. Et elle persistait a porter son voile. Agressivement !
          Ayant vécu et travaillé en Arabie, il y a bien longtemps, une vielle dame Française qui y vivait depuis longtemps, me fit remarquer qu’en tout domaine, on obtient davantage des autres par l’exemplarité que par des lois. Ma ponctualité devint la leur, la constance et la discipline de mon travail fit des émules…leur politesse constante, leur pondération, leur détestation de toute provocation ( que traduit leur formule de politesse: la paix soit sur toi ) devint mienne le temps que je suis resté la-bas.
          Sayd bahodine majrouh, Afghan, maîtrisant parfaitement le Français et assassiné par les intégristes, expliquait que les Russes avaient gagné la guerre, puisque de nombreux Afghans étaient devenus identiques à ceux qu’ils combattaient ! En effet chez les hommes, l’outrance répond à l’outrance, l’injure à l’injure, la haine à la haine, et selon ses moyens et sa puissance la réponse du faible balance entre grotesque, inepte, tragique, inutile, suicidaire.
          Le stratège Clausewitz expliquait que tout conflit commence toujours par la l’idée qu’un autre est un sous homme par ses croyances, ses traditions ! Se replonger dans la guerre entre Tutsie et Hutu

  • 100 % d’accord.

    Il y aura aussi un formidable tour de vis sécuritaire … et quelques lois anti-terroristes supplémentaires et probablement encore plus de censure … un fois l’émotion tombée.

  • Excellent billet.

    « ce n’est pas de l’unité, c’est de la décence élémentaire » dont l’autre sinistre Dupont-Aignan n’est alors manifestement pas doté…

    Quant à la liberté d’expression, elle est peut-être menacée et abimée par les attaques terroristes, mais dans le même ordre d’idée, elle l’est encore plus par les lénifiant « Je suis Charlie » et les incantations « pas d’amalgames ».

    • Lisez le psaume 58 (57 dans la vulgate) surtout les versets 11 et 12 et vous apprendrez ainsi que la liberté d’expression va jusqu’à l’indécence quand la vengeance frappe des indécents.

      • Vous vous sentez bien ❓

        Vous dites en somme que la fin justifie les moyens.

      • Les religions ont démontré leur totale opposition au droit d’expression et à la liberté de pensée, qu’elles soient d’ici ou d’ailleurs : fr.wikipedia.org/wiki/François-Jean_Lefebvre_de_La_Barre

        J’y habite encore et y ai habité de manière permanente pendant 5 années. J’ai eu le temps de savoir qui était le héros qui avait donné le nom à ma rue ; celle du Chevalier de la Barre. Mon groupe de jazz a porté son nom.

  • Ce qui me hérisse c’est qu’on nous force presque à approuver le rassemblement gnangnan, sinon on est des enfoirés insensibles et réac.
    Ce qui s’est passé est véritablement horrible, mais j’imagine que ca va justifier un plan anti-terroriste qui grignote les libertés, encore et encore..

  • Oui on ne peut qu’avoir la nausée devant tous ces nouveau chantre auto-proclamé « défenseur de la liberté » qui hier encore interdisaient des spectacles et réclamaient encore plus de chaines et de racket.

  • Vous m’avez piqué le titre de mon prochain billet mais tant pis, je l’utiliserai quand même!

  • Les mêmes gangsters corrompus qui ont échoué à défendre le droit à la vie de certains citoyens français nous donnent maintenant des leçons sur l’unité devant les caméras.

    Croire que cette fois-ci l’Etat va nous sortir de cette situation alors qu’ils en est l’instigateur est de la pure démence. On se fait hara-kiri. Les français ont oublié qu’il n’existe pas de liberté sans combat. Il ont négligemment déléguée cette tâche élémentaire à une classe de politiciens corrompus et incapables.

  • Décidément je suis bien ici… Les commentaires précédents et l’article me rassure sur LES français… Pas ces pseudos Charlie revendiqués.
    De un il n’est pas l’heure du pseudo recueillement national, des atteintes aux libertés nombreuses ont été dénoncées ici même, sans susciter un quelconque intérêt national… Et on arrive au…
    Deuxième point. D’après les journaux people BFM, France2,… Un des 2 presumés (presumé jai dit) tueurs est un type qui voulaient se rendre en Syrie et comme une fabuleuse loi (combattu par les vrais defenseurs des libertés, pas ceux qui s’expriment aujourd’hui et qui ont accepté sans réserves cette loi liberticide) l’a mis en prison 1 an et demi ferme juste pour une intention de se rendre dans un pays, il s’est radicalisé en prison…
    On paye aujourd’hui le prix des atteintes précédentes à nos libertés… Commis par les mêmes qui vont manifester main dans la main…
    Un état qui créer les monstres et qui se plaint des conséquences.

    Et bon la defense de la liberté d’expression… Pas eux !

    • « il s’est radicalisé en prison » vous voulez rire j’espère ??? il était déja radicaliser avant. il voulait partir pour faire le djhad. le problème s’est que l’on l’ait laissé sortir. ce genre d’individu doivent allé en prison pour le reste de leur jours.

      • Non!
        Ou alors vous allez aussi en prison pour intention de commettre un crime ou même simplement parce que vous vouliez faire la guerre au Mali. Je le sais, je l’ai lu dans vos pensées, je l’ai déduis de vos propos, vous avez utilisé le mot djihad dans un de vos mails. Je vous laisse choisir le mode de déduction.
        S’il veut faire le djihad, il y va et s’il en revient, on le surveille parce qu’il y a un risque réel et connu.

        • il a été condamné parce qu’il a fait une tentative. dans le code pénal, la tentative de commettre un crime ou un délit est passible d’une peine d’emprisonnement. ce qui est normal. pour condamner quelqu’un pour tentative, il faut qu’il pose des actes matériels extérieures et qu’il a été empêché par un concours de circonstances extérieures à sa volonté. donc si on suit votre logique, il faut dépénaliser les tentatives. donc commettre une tentative de meurtre ce n’est pas grave

        • vive votre caricature. pour condamner quelqu’un qui fait une tentative, il ne suffit pas qu’il dise qu’il va commettre un délit ou crime, il faut qu’il fasse des actes matérielles qui ne laissent aucun doute sur le fait qu’il va le faire. donc en suivant votre logique, on devrait laisser les terroristes commettre leurs attentats avant de les arrêter ???

        • Le problème est qu’on les laisse libres de retour du Mali, Somalie ou Syrie Irak.
          Qu’ils y aillent, admettons, ce n’est pas faux.
          Mais participer à des massacres, quelle qu’en soit la forme, ce n’est pas de la liberté.
          A eux d’assumer au retour.

          Ma liberté, c’est de ne pas avoir ce genre d’individu pour voisin.

      • Non, on doit laisser ce genre d’individu partir (ne serait-ce que pour la liberté de circulation) . En revanche, s’il s’avère qu’ils s’impliquent dans une entreprise terroriste la sanction devrait être déchéance de la nationalité française s’ils sont Français et interdiction de retour en France voire en Europe.

      • Allez manifester dans la rue, allez tendre votre bras vers le haut avec le poing fermé en disant « non ! Grace a ma manif les terroristes vont se dire, oh zut il y a des gens qui sont contre… on va arreter de terroriser du coup ». Allez-y, vous serez entourer de ceux qui sont responsables du racisme en France (goche et SOS racisme, licra,…), entourez du FN et de l’ump qui a créé le climat qui n’existait pas avant, anti-musulman depuis des années.

        Vous avez raison, on devrait enfermer tous les pas beau, méchants qui ont des « intentions » négatives… d’ailleurs je pense que vous avez dit a un moment « il faut tous les butter ses terroristes » n’est-ce pas ? Donc une « intention » de commettre un crime… directement en prison à vie…

        Sur le fond, oui ce mec était radicalisé, mais son objectif était d’aller combattre dans un pays étranger pour défendre les valeurs que certains lui ont transmis.. lui interdire d’y aller en le mettant en prison c’est le conforter et le radicalisant encore plus. Il se dit, vu qu’on m’interdit d’aller défendre mes valeurs a l’étranger je vais le faire en France. La non libre circulation des citoyens est la première arme d’une dictature. En mettant, quelqu’un d’embrigadé, en prison, sans travail psychologique derrière, c’est l’extrémisé et surtout ne pas connaitre le monde carcéral… les 3/4 des petits dealers de shitt on appris leur « métier » de braqueur en prison (on leur explique ou se fournir de meilleurs armes, les cibles faciles, la notion de rentabilité et peuvent former des groupes d’actions alors qu’ils ne se connaissaient pas avant) et plus ils se font enfermer dans des prisons sécurisés plus ils cotoient des gens encore plus violent et dont l’interet supérieur est la rentabilité. Donc il est assez logique qu’en enfermant ceux qui ont été endoctriné sans casser leurs doctrines, vont s’extremiser encore plus, et vont par conséquent exercer toute leurs haines la ou ils le peuvent… en France. Au lieu de dépenser des milliers d’euros a enfermer des endoctrinés (et pour rappel dans le cas présent mettre quelqu’un qui a juste une « intention de… » en prison… c’est bien, c’est beau, c’est Bosh) on pourrait légitimement se poser la question de 10€ investi dans une cage et 10€ investi dans du « désendoctrinement »… dans le premier cas 85% de récidive, dans le deuxième on n’en sait rien on le fait pas.
        Bon et la prison a vie quoi vous répondre, vous pensez quoi des pédophiles, des tueurs, des violeurs,…. qui eux tuent a longueur d’années sans que cela touche un quelconque citoyen ni un quelconque ministre (ba oui un enfant violé et tué n’a pas le droit a sa journée de deuil national… un journaliste oui). Faut-il tous les mettre en prison à vie ? Vous allez me répondre (je connais c’est courant) ba oui tous en prison à vie, et vous allez donc me sortir la petite phrase de votre président adoré (je taquine) « c’est gratuit, c’est l’Etat qui paye »… Et celui qui tue dans un accident de voiture, juste car il s’etait endormi… prison a vie, et celui qui a tuer le voleur qui était rentré chez lui ? Et pour les combats a l’etranger, une question, comme çà, les francais qui se rendent en Israel pour aller combattre pour leurs valeurs avec l’armée, prison a vie ? (ah ba non la c’est différent, en face ce sont des arabes donc ca va)…

        Bref… et votre commentaire suivant en est un révélateur, vous faites comme les politiciens et journalistes, vous regardez les conséquences et jugez, sans jamais regarder les causes. Je n’amoindri pas les actes, ces mecs sont des tarés assassins, mais vous vous arretez là dans votre travail intellectuel… alors que comprendre les causes, ce n’est pas accepter, mais cela permet de combattre les conséquences avant qu’elles aient lieu. Concretement, il y a un climat islamophobe (ce n’est pas une qualification, 75% des francais trouveraient l’islam non compatible avec la France, donc c’est la définition meme du mot, n’y voyez donc pas un jugement de valeur, juste un nom sur un mal) en France depuis une dizaine d’années , d’abord débuté par le FN avec les prieres de rues qui concernaient une petite rue de Paris, bref qui concernait 0,000001% de la population, mais qui a fait la une de tous les journaux) suivi par l’UMP avec la loi sur le voile qui interdit a une fille/femme d’etre libre de se vetir comme elle veut, suivi par les différents amalgames généralisant parlant de la burka porté par 3 femmes en France,… tout cela, et c’est habituel n’a eu qu’un effet, et c’est l’essentiel de mon propos : créé les monstres de toutes pièces a partir de gens qui n’avaient rien demander. Vous transformez n’importe quelle femme en burka en terroriste, n’importe quel musulman a barbe pareil,… vous focalisez totue l’attention sur une cible unique qui doit payer vos vrais problemes (chomage, pseudo crise bancaire,…) ba oui 3 musulmans qui prient dans la rues n’a pas beaucoup d’effet sur votre vie, par contre les charges sociales a 68% oui, un effet direct, mais c’est sur qu’un musulman est plus facile a tapper qu’un ministre/député….

        Ensuite il y a le principe de création de climat,, les affaires sont multiples, Sarkozy qui voulaient lutter contre les racailles, a passer son temps à amalgamer, a stigmatiser, a creer un climat… qui a eu comme conséquences les émeutes de banlieu avec des millions d’impots supplémentaires en plus pour les francais (pas grave c’est gratuit, c’est l’état qui paye), ensuite, plus tard, l’affaire Dieudonné, d’un simple humoriste, focalisé sur les juifs, mais bon c’est un humoriste tout de meme (Charlie Hebdo était satirique concentré sur les musulmans et les chrétiens sans que ca gene les politiques)… ou donc un ministre a décidé qu’arreter et populariser un humoriste pendant des mois était plus important que de redresser la France, et qui a eu comme conséquence une augmentation des actes antisémites,… La goche a fait passer le pariage pour tous en Force, ce qui a énervé une partie des francais, ont manifester, avec des extremistes chretiens (civitas) qui ont tabassés des journalistes (ah baoui mais pas musulman donc ca va) et ou le gouvernement a gazzé des familles manifestants calmement,… bref quand on remue, on récolte.

        Mais je vous rassure, mon discours est inaudible, celui qui s’entend c’est le votre, les conséquences, rien que les conséquences… du coup on va avoir encore une loi liberticide dans les prochains jours, accompagné d’une bonne parole de l’UMPFN ou du PSOSraciste qui va remonter encore d’un niveau la haine anti-musulman, certains ayant marre de se sentir cible de tout et amalgamé, vont se laisser entrainer dans le cercle infernal, d’autres attentats vont avoir lieu, et vous vous plaindrez encore des conséquences… rien que des conséquences…

    • cet attentat a été rendu possible à cause du laxisme de la justice. punir le fait de vouloir commettre des actes terroristes n’a rien de liberticide, c’est juste du bon sens. que proposer vous ??? que l’on doive laisser ce genre de fanatiques partir faire le dijhad ??? que l’on doive les laisser commettre des actes terroristes ??? leur permettre d’allé s’entrainer dans des camps d’entrainement ???

    • je reposte mon commentaire car il n’a pas l’air de passer: cet attentat a été rendu possible à cause du laxisme de la justice. punir le fait de vouloir commettre des actes terroristes n’a rien de liberticide, c’est juste du bon sens. que proposer vous ??? que l’on doive laisser ce genre de fanatiques partir faire le dijhad ??? que l’on doive les laisser commettre des actes terroristes ??? leur permettre d’allé s’entrainer dans des camps d’entrainement ???

  • Aïe !
    Heureusement que vous n’avez qu’un masque et pas « l’engin » qui va avec votre nom.

    Car il est vrai que vous êtes bien monté, gros calibre, si l’on peut dire.

    A t’on le droit de dire:
    – J’ai comme une envie d’exploser la tête de ces terroristes avec une batte de baseball ?

    Non, il faut du recueillement, de la soumission. Il faut se rendre à l’Etat qui va nous protéger. Etc….

    Bien entendu que l’Etat va nous faire le tremolo dans la voix, venez mes enfants, réunissez vous, nous sommes là pour vous « protéger ».

    Mais bordel, l’Etat régalien n’existe pas chez nous. Des femmes, des enfants violés, des routes tueuses de motards, des politiques corrompus. Du chômage de masse, liste sans fin.

    Mais qui nous protège de l’Etat ?
    Finalement, un terroriste sans visage n’est il pas aussi pire qu’un Etat corrompu bien visible.

    Il n’y a qu’un effet levier de taille:
    3 terroristes peuvent tuer 12 personnes
    Un Etat peut ruiner et faire souffrir 60 000 000 d’individus.

  • Besoin de communion sous le coup d’une émotion ! Avec la part d’indécence qui s’en suit ( difficile de retrouver de la dignité qui s’accompagne de réserve et de silence et de temps, dans tout battage médiatique, foules réunies !)
    Des milliers de pondérations individuelles font par un « copier-coller » itératif médiatique quelque chose d’effarant qui nous éloigne d’un sentiment de recueillement. Du coup l’envie de s’isoler en coupant tout lien avec ce battage survient, avec alors un sentiment déprimant d’ignorer les victimes.
    Un autre aspect du sujet me préoccupe l’esprit. La liberté d’expression ! Cette liberté est amalgamée avec la liberté de penser, et d’offenser dans nos sociétés occidentales. La manifestation élémentaire de cet assemblage se trouve dans les goûts musicaux. Beaucoup d’individus qui aiment une chanson (ce qui n’a rien de choquant), s’autorisent donc à vous en faire profiter à pleines décibels au titre de la liberté d’expression ! Le droit d’afficher ses opinions, ses humeurs, ses jugements…sa perversité, ses injures semble devenir la « norme » de notre société. (La lecture des commentaires internet étant souvent éloquente). Chacun peut imaginer ce que la pratique de ce droit à l’échelon individuel peut entraîner, a propos de ses voisins, de sa famille. Notre pays de 100.000 lois prétend fixer ce qui injurieux, diffamatoire !
    Dire a son voisin qu’il est un peu con, avec un sourire, n »‘est pas exactement lui dire qu’il est un gros connard en lui postillonnant au nez. Et pourtant il est bien traité de con ! Du fait du tapage médiatique se produit un phénomène similaire. La redondance médiatique finissant par transformer un jugement pour ce qu’il est, en provocation. La provocation agrégeant les opinions, et les foules dont émergent les tribuns et falsificateurs.
    J’attends le jour ou les automobilistes n’ayant crée aucun accidents s’excuseront et condamneront ceux qui en en ont crée. L’obscénité médiatique demande a chacun de s’exprimer sur tout, a tous propos. La liberté d’expression fait que chacun doit commenter un fait, en attendant le commentaire du commentaire…
    tout cela rendant illusoire la portée de cette liberté autrement que celle d’humeurs. Pour ma part j’attache beaucoup d’importance à la liberté d’expression concernant les rapports de la cour des comptes qui n’intéresse pas tant de monde, comme si la seule liberté était « d’attaquer », plutôt que de commenter…Ce qui montre l’attachement aux libertés belliqueuses.
    Coluche avait lors d’un tragique fait divers en Espagne, ou de nombreuses personnes étaient mortes brûlées vives, parler d’un grand méchoui ! J’ai beaucoup apprécié la liberté de Coluche et son insolente pertinence, mais j’ai toujours pensé qu’il avait eu tort ce jour là.
    Il n’y aura jamais assez de lois pour faire que des gens qui ne savent plus se tenir se tiennent ! Il faudrait donc commencer par l’esprit de mesure, d’équilibre. La liberté d’expression est souvent perçue comme un droit à la provocation, ce serait mieux qu’elle soit un droit à la pertinence.
    Mes pensées pour ceux de ce journal qui sont morts et dont je ne connais pas le nom, puisqu’ils n’étaient pas célèbres et que les médias ont… »oublié » de donner le nom tant ils étaient dans une profonde affliction

  • Matt Welch, dans Reason, a publié le commentaire qui m’a le le plus intéressé à ce jour:
    ‘Je suis Charlie’? No, You’re Not, or Else You Might Be Dead
    http://reason.com/blog/2015/01/07/je-suis-charlie-no-youre-not-or-else-you

    L’argument qui m’a le plus convaincu est le suivant: si la majorité des médias n’étaient pas lâches, notamment en refusant de publier les fameuses caricatures de Mahomet, ou pire en les condamnant, alors les quelques courageux comme Charlie ne seraient pas devenus des cibles privilégiées.

    Parfois Contrepoints publie des traductions de Reason, ce serait une excellente occasion.

  • Vous critiquer le slogan « Je suis Charlie » ainsi que les rassemblements et les personnes qui s’y rendent gregairement… moi je dis que cette une façon de montrer un élan de citoyenneté
    et de solidarité qui fait chaud au coeur face à un acte devant lequel on peut se sentir impuissant.

    • chacun fait ce qu’il veut 🙂 perso, je suis d’accord avec l’auteur de l’article maintenant si vous voulez prononcer le slogan « Je suis Charlie » personne ne vous empêche. je ne vois pas où l’auteur a critiqué les rassemblements et les personnes qui s’y rendent

    • « Citoyenneté »? de quoi? On est citoyen quand on a des droits et des devoirs et qu’on jouit d’une réelle souveraineté politique. Ça ressemble à la France, ça?

      « Solidarité »? avec qui? Rien que ce lexique très à la mode me fait rire…

      Les seuls à souffrir sont les proches des défunts, et je pense à eux, et à eux seuls. Les autres ne font que de la comédie. Demain, ça sera oublié. Le traitement médiatique vient du fait que ce sont des journalistes qui sont morts, quand ce sont des policiers qui sont abattus, poignardés, des piétons écrasés, ça ne fait pas autant de bruit. Pourquoi, à votre avis?

      « impuissant »? Mais « on » l’a voulue, cette situation. Comme feu George Carlin répondait à ceux qui s’étonnent de ce qui peut se passer autour d’eux, « nos hommes politiques ne tombent pas du ciel, ils sont les meilleurs d’entre nous, c’est ce que nous avons de mieux en magasin ». A tous ceux qui râlent au sujet de notre président, je coupe nette la discussion : il est à notre image, il est ce qu’on a voulu. Et ça fait 40 ans que nous votons pour les mêmes gens, les mêmes idées, les mêmes politiques. Toujours moins de liberté, toujours moins de responsabilité, toujours plus d’Etat. Et on finit par n’avoir que des collectivistes sous la main, et sur le dos. La dernière fois qu’un homme politique libéral d’envergure a été candidat à une élection, c’était il y a presque 13 ans, et il a fait 3%!… Où le collectivisme et la bien-pensance peuvent-ils nous mener, si ce n’est là où nous sommes maintenant?

      C’est pas maintenant qu’il faut se plaindre, ni pleurer, ni craindre la réalité, c’est trop tard. Les caricaturistes danois ont frôlé la mort eux aussi, mais ça n’avait pas l’air si terrible. Le siège d’un journal en Europe a été obligé de se barricader comme un camp retranché. Van Gogh, Fortuyn, sont morts pour leur liberté de parole. On peut mourir, aujourd’hui, en Occident, pour un dessin ou une phrase prononcée de manière trop audible. Mais de toute évidence ça ne pose pas de problème. Donc continuons comme ça, ça va bien se passer.

    • So: « moi je dis que cette une façon de montrer un élan de citoyenneté et de solidarité qui fait chaud au coeur »

      C’est plein de bonne volonté et de bon sentiments c’est vrai, mais c’est rempli d’ignorance aveugle aussi.

      La Presse française est classée 39eme pour la liberté d’expression, en dessous de pays comme la Slovenie, la Lettonie, le Ghana, le Surinam, la Namibie, le Costa Rica, la Slovaquie, la Jamaïque etc. etc.
      Indice liberté économique – Classement des pays

      Pour la liberté économique, c’est encore pire: 70eme, en dessous du Kazakhstan, du Rwanda, de la Turquie etc etc:
      Indice liberté de la presse – Classement des pays

      La citoyenneté ce ne sera pas d’être quand même de se tenir un minimum informé et de lutter pour pour maintenir la liberté plutôt plutôt que de se reveiller vaguement quand le sujet est ponctuellement incontestable pour se rendormir tout de suite après ?

      Tout ces gens se réclament de la « patrie de la liberté » mais elle est morte depuis un moment sous les coups de boutoir des élites derrières lesquelles ils se rassemblent.

      Les vrais patrie de la liberté ce sont la Finlande, la Norvege, les Pays-Bas, la Suède, la Suisse etc. des pays irreprochable dans tous les classements aussi bien pour la démocratie que pour les libertés.

      La France n’est même pas classé comme une vraie démocratie…
      Indice de démocratie – Classement des pays

  • Excellent article, bien raisonné. (Je découvre votre site). Les chefs de communication du gouvernement influencent même nos sentiments et les dicte par les médias, pour étouffer le vrai problème : une liberté totale dans la moralité, mais une censure dans nos réactions contre ce système.
    Comme tout humain normal, je suis stupéfait du massacre de ces hommes par des fanatiques. Mais je ne suis pas Charlie. Ni le professeur Choron. Depuis des années, je répète que la liberté a des limites, dans chaque domaine : l’expression, le travail, la moralité, la religion, etc. Or, en tant que dessinateur, je n’ai jamais été d’accord sur leur moralité. Pour deux raisons: 1) Question morale : AUCUN humain ne peut ni tout dire, ni tout dessiner en public : dessins porno, blasphèmes sur le Dieu des autres, etc. 2) Question sécuritaire: Quand notre vie est en danger, on doit être raisonnable. Savoir dit NON : « Je vais trop loin et je ne veux pas finir au cimetière. » La maîtrise : c’est le propre de l’homme par rapport à l’animal. Mais les dessinateurs de Charlie ont provoqué ces trois animaux malades et meurtriers.
    Dommage, j’aimais les dessins politiques justes de Cabu qui me faisaient hurler de rire, mais dans le Canard enchaîné, pas dans Charlie Hebdo. Quant à Bernard Maris, il était pour moi, un des meilleurs penseurs de la France.
    Cette acte historique est grave à plus d’un titre : 1) C’est un attentat inutile, car Charlie Hebdo pouvait éviter ce carnage en se calmant. 2) Les connotations racistes risque d’être l’étincelle d’une guerre civile dans notre pays muselé par LE système capitaliste et mondialiste.

    M.J, dessinateur professionnel et indépendant depuis près de 20 ans.

    •  » notre pays muselé par LE système capitaliste et mondialiste » le problème de la France n’est pas le capitalisme (qui a réduit ces vingt dernières années la moitié de la pauvreté mondiale) mais le socialisme qui a ruiné notre pays. la france est l’un des pays les plus socialistes d’europe, il suffit de regarder les chiffres (dépenses publiques 57%, la fonction publique représente pres de 7 millions de personnes dans la fonction publique (http://www.observatoiredessubventions.com/2010/combien-de-fonctionnaires-en-france/
      ), 70 au rang des libertés économiques selon Heritage Foundation après le Cap-Vert, le Kazakhstan ou encore la Jamaïque, l’un des plus haut taux d’imposition ( la France a un taux d’imposition total moyen de 64,7% principalement constitué (51,7%) de charges sociales, le 2 plus fort taux d’imposition en europe),….. certains partis de gauche dans le reste de l’europe (spd, parti travailliste,…) sont plus libéral que l’ump. la france est championne du monde en dépenses sociales. la france possède 60 code et est ultraréglementé (plus de 500000 lois et décrets).

    • la mondialisation n’est pas spécialement une mauvaise chose. il suffit de voir les bienfaits de la mondialisation pour les pays du sud. si elle est si mauvaise pour la france c’est car notre système n’est pas adaptée. prenez un pays comme la suisse ce pays réussi très bien à vivre la mondialisation tout en gardant ses particularités nationales. il faut aussi arrêter de confondrer la mondialisation et l’immigrationnisme voulue par la gauche francaise où on laisse entrer n’importe qui qui peut bénéficier des allocations. un des problèmes de l’immigration vient de l’état providence (trop généreux) http://www.contrepoints.org/2014/10/17/184867-francais-nayez-pas-peur-de-la-mondialisation

    • le problème des limites à la liberté d’expression c’est qui fixe les limites à cette liberté d’expression ??? l’état ?? il y a un grand risque qu’il abuse de son pouvoir. de plus, ce qui est intolérable à dire pour certaines personnes est parfaitement tolérables pour dire (et vice versa). accepter de limiter la liberté d’expression c’est accepter que quelqu’un puisse contrôler ce que l’on dit et décider si c’est acceptable ou pas. « Quand notre vie est en danger, on doit être raisonnable » donc ce que vous dites c’est qu’il faut céder à la violence, aux obscurantistes,….les laisser gagner. perso, je préfère être courageux et me battre pour mes convictions refuser de laisser les obscurantistes gagner. en suivant votre logique, les résistants n’auraient pas du résister face au nazisme et les gens vivant dans une dictature ne devraient pas lutter contre cette dictature

    • le vrai probleme est le capitalisme de connivence, c’est quand l’État soutient certaines entreprises, soit qu’il cède à leur pression par corruption, soit que ce soit de sa part une volonté délibérée à des fins politiques. le probleme de l’état est que contrairement à ce que croit tous les socialistes (de gauche et droite), ce n’est pas quelque chose de bien mais c’est un instrument aux mains de l’élite au pouvoir (ump et ps) qui s’en sert souvent pour ces propres intérets, pour aider ces copains. l’état francais aide les grandes entreprises à créer le monopole. les politiciens viennent presque tous de la fonction publique donc ils ne comprennent rien à l’économie. ce qui crée des richessses c’est l’entreprenariat, et ce qui crée les emplois c’est les pme pas les grands groupes. aujourd’hui, en france, la surtaxation et la surréglementation détruisent les pme et l’entreprenariat. il faut supprimer toutes les niches fiscales ( qui permettent aux grands groupes de payer moins d’impots), il faut arreter la surréglementation ( qui ne sert l’intéret que des grands groupes (qui font du lobbying pour avoir de la réglementation à leur avantage) et qui peuvent se payer des avocats pour détourner les règles à leurs avantages. plus la justice est complexe plus cela avantage les riches. il faut aussi arreter de sauver les banques et les multinationales avec l’argent du contribuable. en vérité ce qu’il faut c’est séparer l’état de l’économie, l’état doit s’occuper des fonctions régaliennes (éducation, sécurité, justice,…) pas de l’économie. les pays scandinaves séparent l’état de l’économie et ce sont les pays les plus égalitaires au monde. les pays qui font cela, sont les pays qui s’en sortent le mieux (autriche, pays bas,…). il faut réformer la fonction publique qui coute bcp trop chère et qui est très incompétente. la france est paralysé par la surrréglementation.

      • là aussi +1000. Tout a fait exact (de mon point de vue)

      • Et si vous arrêtiez de quémander des impôts, taxes et autres cotisations aux grands groupes (et aux petits qui parfois dépendent des grands), peut être créeraient ils richesses ET emplois . En quoi taxer et retaxer une entreprise (petite ou grande) est il bénéfique pour la société ?
        Contentez vous de taxer l’argent qui sort des entreprises, salaires, dividendes et autres et laisser le capital travailler et produire !
        Et les grands groupes partirons si vous les taxez à hauteur des pme!
        L’éducation, c’est régalien ?

      • Cher Jacques, permettez-moi d’apprécier vos 4 réponses…
        1) Je suis d’accord avec ce point ; le problème n’est pas vraiment le capitalisme, mais l’hypercapitalisme. L’Etat devrait interdire des salaires à 100 fois le SMIC. En tant qu’ « artisan », je suis bien conscient de la différence de traitement entre les patron du CAC 40 et tous les autres.
        2) La Suisse s’en sort bien, oui. J’y travaille… Mais pour être le n°1 mondial (qualité d’entreprise, richesses), il faut dominer. Donc, il faut soumettre des pays pauvres (Chine, Afrique). Je précise que la Suisse gère la moitié de l’argent du monde. Un autre pays comme exemple ?
        3) La liberté d’expression n’est pas d’abord fixée par l’Etat, mais par chaque citoyen. Avant qu’une religion éduque, le bon sens vous le dicte. Dans la rue, insultez-vous les musulmans que vous croisez ? Insultez-vous leur Dieu ? Personnellement, plusieurs d’entre eux m’ont causé des problèmes. Mais je ne suis pas raciste et ne vais pas me venger en insultant leur religion. Cette méthode « Charlie Hebdo » est le fruit du manque de morale de notre pays, notamment depuis mai 68 : nous, français, devons être laïcs, libres, pervers, tout nous permettre. NON ! Ce n’est pas la société que je veux pour mes enfants. Enfin, les résistants que vous citez n’ont pas diffusé des dessins d’Hitler copulant avec une femme ou des dessins irrespectueux du Dieu des allemands. Ils ont lutté de manière beaucoup plus droite et intelligente.
        4) Je comprends votre énervement et suis d’accord avec l’essentiel de vos idées socio-économiques dans ce 4ème message.

        Mais mon message concernait ce sujet tabou : la moralité; et donc, la religion. Ces valeurs morales et leurs limites induites sont capitales, car elles préservent une société. Aucune civilisation n’a réussie sans morale et sans limite.
        Merci d’avoir répondu : la liberté commence par le débat.

        • 1.Plus l’Etat est fort, plus les inégalités sont grandes. Les Suisses ont quand même réussi à rejeter une proposition de limiter cet écart. Longue vie à la Suisse! Ils ont compris que les restrictions d’ordre économique menaient tout droit dans le caca. Après, pas besoin d’être un génie : suffit de regarder l’Histoire et la réalité comme elles sont. Le ressort de la jalousie est très fort, et ça marche, cool…
          2.somme nulle dans l’échange économique? mmmoui mais non, là encore, le réel vous contredit.
          3 et 4. pas lu, désolé

        • @ MJ

          « Je précise que la Suisse gère la moitié de l’argent du monde. »

          Un peu mégalo : le total de bilan de toutes les banques suisses ne dépasse pas 5,000Mds de CHF.
          C’est équivalent au total de bilan de toutes les banques françaises et je doute qu’ensemble elles représentent le monde entier.

        • e secteur financier suisse – banques et assurances comprises – représente environ 11,5 % du PIB, à comparer avec les États-Unis par exemple où le secteur pèse environ 8%, un chiffre un peu plus imposant, certes, mais très loin des 18,1% que représente le secteur industriel suisse à lui seul. Bref, avant d’être une place financière, la Suisse est une puissance industrielle. « Un autre pays comme exemple ? » les pays les plus libéraux au monde sont la nouvelle zélande, australie, canada, singapour,….tous ces pays sont prospères. « Mais pour être le n°1 mondial (qualité d’entreprise, richesses), il faut dominer » cela est une vision marxiste des choses comme quoi les pays occidentaux sont riches car ils dominent les autres pays et les exploitent. or cette théorie a été démonté depuis longtemps. la suisse n’est pas d’ailleurs pas en concurrence avec les pays pauvres et les pays en voie de développement (qui n’ont pas d’économie basé sur l’innovation et la qualification de la main d’oeuvre).

        • les inégalités ne sont pas le problème. le problème s’est la pauvreté pas les inégalités. les économistes qui combattent les inégalités ne s’intéressent jamais aux effets secondaires négatifs qu’entraine leurs solutions pour lutter contre les inégalités. or la lutte contre les inégalités mènent en un appauvrissement général (y compris des pauvres). de manière plus général, l’égalitarisme mène au nivellement vers le bas ( regardez les politiques désastrueuses mises en place dans l’enseignement pour lutter contre les inégalités qui mènent à un abaissement général du niveau de l’enseignement). sans oublié le fait que la luttre contre les inégalités nuisent à la mobilité sociale

        • je ne comprends pas ce que vous entendez par hypercapitalisme. le problème n’est pas un excès de capitalisme mais la perversion du capitalisme (capitalisme de connivence). http://www.blorange.com/nantermod/linitiative-de-la-jalousie/?lang=fr&utm_source=feedly les actionnaires font ce qu’ils veulent de leur fric. s’ils veulent payer un très gros salaire c’est leur problème.

        • ce que je trouve marrant c’est que les gens qui veulent combattre les inégalités ne parlent jamais de la mobilité sociale. faut il mieux vivre dans un pays certes où il y a plus d’égalité sociale mais où les pauvres n’ont aucune chance de changer de classes sociales, de devenir riches où ils sont condamnés à rester des assistés toute leur vie, à dépendre de l’aide sociale. ou bien vivre dans pays où il y a plus d’inégalité mais où il y a une grande mobilté sociale, càd que les pauvres peuvent devenir plus riches, passer dans une autre classe ?? dans ce genre de société, le mérité personnel importe beaucoup plus et conditionne beaucoup plus notre condition sociale ?? perso, je préfère la seconde option que je trouve plus juste à la première. or comme par hasard, plus un pays est soicaliste moins il y a de mobilité sociale.

        • l’égalitarisme s’oppose aux égalités de droit et amène une situation où certaines personnes recoivent des privilèges (clientélisme). si les politiciens ont la possibilité de donner des privilèges à certaines personnes, ils le feront à des fins électoralistes (clientélisme) et abuseront de ce pouvoir . l’égalitarisme sous ses airs de bons sentiments charitables n’est que motivé par la jalousie et l’envie.

    • « Depuis des années, je répète que la liberté a des limites, dans chaque domaine : l’expression, le travail, la moralité, la religion, etc. »

      La liberté d’expression a effectivement des limites et elles sont fixées par la loi: diffamation, incitation à la haine ou à la violence, troubles de l’ordre public, etc. Dans un pays de droit aucune autorité morale ou religieuse ne peut se substituer à la loi.

      « Charlie Hebdo pouvait éviter ce carnage en se calmant »

      Non. Vous renversez la responsabilité. C’est à peu près comme de reprocher à la victime d’un viol la manière dont elle s’habille. Les assassins sont responsables de leurs crimes. Pas les victimes.

      • Vos fameuses victimes incitaient à la haine des chrétiens, à la haine du FN, à la haine des bonnes moeurs. On se sent un peu mieux maintenant.

        • faux : la plainte du CFCM contre la publication des caricatures avait été rejetée… Charlie avait respecté les limites de notre loi.

        • faux 2 : ils incitaient à la haine du libéralisme, c’était pas Bernard Maris qui passait son temps à pointer du doigt l’ultralibéralisme qui détruit ce monde? est-ce que les libéraux sont allés les canarder? Si les plus grandes victimes de France devaient avoir le droit de canarder, ça serait nous! Aucun courant de pensée, pas même le catholicisme, et encore moins l’islam et le socialisme, n’est autant vilipendé!

          Inversion de la cause et des effets, comme d’habitude

    • @M.J.

      Notre pays n’est pas muselé par LE système capitaliste et mondialiste.

      Les Français sont largement trop chauvins et arrogants pour permettre cela : notre pays se musèle, s’auto flagelle tout seul.

      Qu’est ce qui nous empêche de vendre des tonnes et des tonnes de babioles en plastique de mauvaise qualité comme le font les chinois ? Rien, à part le fait que l’on préfère les acheter en cachette et en pérorant que la qualité Française est la meilleure du monde.

      Qu’est ce qui nous empêche de régler les problèmes des banlieues qui empoisonnent ce pays depuis 50 ans ? Rien à part le fait que comme pour les polonais avant eux, les italiens et les portugais ensuite, on estime juste que c’est aux habitants des banlieues de régler le problème eux même.

      Qu’est ce qui fait que l’on mange mieux à Londres qu’à Paris, que l’on s’habille moins uniformément à Tokyo qu’à Paris, que l’on s’amuse mieux à Munich qu’à Paris ?

      Rien, à part le fait que pour donner des leçons, on est champion du monde, pour le reste … ben on dira qu’on est champion du monde et on y croira très fort.

      Arrêtez d’avoir peur des musulmans de France, des fascistes de France, des racistes, des guerres civiles à la télé, du monde et de la mondialisation, du capitalisme … on ne vit qu’une fois.

      (et passez plus de temps sur ce site, vous verrez il y a pas mal d’allumés, vous risquez de vous faire remuer les bretelles pas mal de fois, mais en fin de compte vous ne le regretterez pas)

      • A Stephane Boulots,
        Vous avez raison : « je me fais remuer les bretelles » sur ce site où « il y a pas mal d’allumés ». Mais c’est apparemment un site de gens intelligents, puisqu’ils réfléchissent.
        Ceci dit, après la forme, parlons du fond. Le sujet présent n’est PAS ECONOMIQUE, mais MORAL, mot tabou que la majorité d’entre nous, « bons français » laïcs, avons transformé en « ETHIQUE ». La France est un des pays les moins croyants du monde. Or, la moralité va de pair avec la religion. Depuis le début du XXème siècle, l’Eglise catholique a perdu ses fidèles. La moralité des citoyens a baissé d’autant. Et maintenant, nous voulons le beurre et l’argent du beurre : pouvoir tout dire, tout écrire sans se faire reprendre. Peut-être appréciez-vous que les gens vous insultent dans la rue ou copulent en public. Personnellement, j’apprécie le respect d’autrui, le calme, une femme élégante (ni nue, ni en burka). Mais des dessins choquants, comme ceux de Charlie Hebdo (je suis sûr qu’ils ne vous choquent pas) devraient rester en privé, pas en public. Et l’Etat devrait arrêter d’utiliser le sexe (porno libre, mariage pour tous) et la laïcité (droit au blasphème) pour défendre cette liberté et cacher les mensonges. Notre liberté s’arrête là où commence celle des autres. De plus, je ne reviendrai pas sur ce miroir aux alouettes dont vous parlez tous : nous ne sommes pas libres – ou si peu, de décider dans le domaine public. L’Etat est hypocrite. L’affaire Valls-Dieudonné va resurgir. Encore une fois, c’est un problème moral, qui masque les problèmes économiques.
        Merci d’avoir répondu.

        • @M.J. :

          Entièrement d’accord avec vous : la morale est un élément crucial dans une société.

          Le socialisme se base en grande partie sur des arguments moraux : inégalité, justice, protection des plus faibles etc … qu’il met en opposition avec le libéralisme qui serait le royaume des vices et de l’amoralité.

          Mais comme vous l’avez fait remarqué, l’Etat socialiste est hypocrite. Pour faire court : le socialisme est le champion du monde des holdups et de la construction d’hommes de pailles, des mensonges éhontés et des tartufferie … surtout dans ce domaine, mais je vais sans doute trop vite.

          Le libéralisme est basé sur la liberté et la responsabilité des actes. Qui dit responsabilité, dit morale. On ne peut ‘être en mesure de répondre de’ qu’à la condition de ‘donner du sens aux choses’.

          Là est la très grande différence entre le socialisme, qui voudrait définir une morale unique, soit d’origine philosophique et scientifique (de gauche) soit d’origine traditionnelle et coutumière (de droite) et le libéralisme qui d’une part stipule que l’humain construit lui-même sa propre morale et d’autre part considère que la morale absolue n’existe pas : ce qui est bien à un moment, en fonction d’un point de vue, peut être moins bien, voir mauvais dans d’autres conditions ou selon un autre point de vue.

          Vous avez un homme dans votre ligne de mire. Cet homme a lui-même en joue un autre homme. Vous tirez ? l’homme qui vous tenez en joue pointe son arme sur votre fils, vous tirez ? l’homme pointe son arme sur l’assassin de votre fils, vous tirez ? l’homme pointe son arme sur un homme qui vous a en joue, vous tirez ?

          Maintenant, avant d’avoir à la fois une migraine et un torticolis, posez-vous la question : pourquoi dois-je répondre à cette question ? Est-ce que j’assume ou pas mon acte ? Est-ce que je ne l’assumerais pas en toute circonstance ?

          Le libéralisme est profondément empirique : il est basé sur l’expérience, il ne pose pas les limites à priori, mais fait confiance en la morale des gens et en leur libre arbitre, en leur capacité à agir moralement, c’est pour cela qu’il considère qu’il est très important que les gens soient responsables, qu’ils se bâtissent une morale forte, et que pour cela, il faut faire confiance aux gens, que c’est uniquement en leur faisant confiance que l’on leur permet de se construire.

          La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui.

          (Je sais, cela ne correspond pas du tout à la description faite par les socialistes du libéralisme : faites vous votre idée)

        • Peut-être appréciez-vous que les gens vous insultent dans la rue ou copulent en public.

          Ce n’est pas légal. Et d’ailleurs, est-ce à vous d’en juger?

    • notre pays muselé par LE système capitaliste et mondialiste.

      Non, muselé par le socialisme.

      C’est un attentat inutile, car Charlie Hebdo pouvait éviter ce carnage en se calmant.

      Vous êtes contre la liberté d’expression. Je vous rappelle que toute dérive est sanctionnée par la loi.
      En plus, vous insultez CH en le traitant d’excité. Particulièrement gonflé.

      Savoir dit NON : « Je vais trop loin et je ne veux pas finir au cimetière. »

      Je préfère, moi, pas vous, finir ainsi, plutôt que dans une lente agonie par manque d’air.
      C’est moins angoissant. Et en plus cela fait chier les cons.

    • @mj, Je partage tout à fait votre point de vue. Savoir dire Non quand il faut. Le dessin est l’expression psychologique. Quant à la religion est elle l’intime de l’être humain.
      Pauvre Maris, pauvres dessinateurs
      La haine de l’autre doit être
      combattue avec respect, sans arme.

  • Pourquoi donc autant de véhémence sur ce « lénifiant », « niaiseux », « gnangnan » ‘Je suis Charlie’ ? Il n’est pas difficile de comprendre que ce slogan ne veut pas dire « je suis un fan de Charlie Hebdo, ils me font trop rire depuis tout petit », ce slogan signifie « en s’attaquant à la liberté en France on s’attaque à moi ».

    Que l’on décide de ne pas l’arborer je le comprends tout à fait, mais le dénigrer ainsi en se masturbant les circonvolutions de « je suis différent, je pense plus que les autres, je suis un vrai penseur » je trouve ça affligeant à un moment où l’on devrait peut être plus réfléchir sur notre société et non sur notre nombril. Soyons heureux que cet acte horrible ait trouvé une mobilisation spontanée de tant de personnes…

    • Je ne sais pas si H16 se masturbe en écrivant ses billets, mais sortir des clous provoque beaucoup d’animosité visiblement, et je ne parle pas des 12 personnes en ont fait les frais hier.

      Je compatis au chagrin des proches des gens assassinés (libre à vous de me croire), mais je n’ai pas envie de me mêler à des gens qui pleurent les conséquences alors qu’ils en chérissent les causes, pour la plupart. Et où sont-ils, ces défenseurs de la liberté, depuis des décennies, alors qu’on la perd, jour après jour, dans l’inconscience généralisée?

      Trop tard pour se plaindre, tout simplement.

    • Tenez, pour commencer votre réflexion, tout blasphème contre les valeurs chrétiennes sera vengé par Dieu, et là, on a l’impression qu’il a excité les Charlie Hebdo contre les islamistes pour que les blasphémateurs se fassent taper dessus ; Astucieux non ?

    • « Je précise que la Suisse gère la moitié de l’argent du monde.  »

      Et c’est quel pourcentage de la richesse nationale cette activité?

    • La liberté des journalistes français est la façade démocratique du régime qui nous contrôle depuis 50 ans. En la défendant, vous ne défendez pas Votre liberté surtout pas d’expression.
      Les journalistes n’en ont rien à faire de votre liberté d’expression avec leur politiquement correcte, leur subventions et leur niche fiscale (sauf exception).
      Mais bien évidemment, il y a pire ailleurs!

      « Tout le monde hurle à la remise en cause de la liberté d’expression. Journalistes et politiques en tête. Ceux-là mêmes feignent d’oublier que la France, avec son arsenal législatif des lois Pleven puis Gayssot, a déjà supprimé la liberté d’expression. Que des historiens sont déjà allés en prison pour leurs écrits. Et que la camarilla médiatique sait très bien organiser la mort civile de ceux dont l’expression n’est pas tolérée. Voir les affaires Millet, Zemmour, etc. » Philippe Christèle

  • Le slogan « Je suis Charlie » est sans doute niaiseux, « cheesy » diraient les anglophones… Mais il n’exprime pas un choix ; il exprime un fait. C’est tout simplement une façon de dire « Je suis libre ».
    En France nous avons la chance, dans un cadre légal qui a d’ailleurs protégé Charlie Hebdo dans l’affaire des caricatures, d’être libres de penser et de nous exprimer. C’est une liberté fondamentale qui a été attaquée hier ; la même dont vous jouissez à chaque billet publié sur votre blog ou sur ce site.
    Si vous n’êtes pas capable, dans un tel contexte, de passer outre la niaiserie d’un slogan rassembleur et la maladresse d’un peuple groggy pour vous mettre en retrait quelques heures derrière l’essentiel qui nous lie, c’est tout simplement triste.
    Bonne continuation.

    • Dire « Je suis libre » avec une formule toute préparée (par des autres), s’abstenir de tout commentaire et de toute pensée différente, pour combattre pour la liberté d’expression, ce n’est pas du tout paradoxal. Et lorsqu’on voit qui tient, avidement, ce petit carton « je suis charlie » sur les perrons des institutions républicaines, ceux-là même qui n’ont jamais hésité à museler cette liberté d’expression (pas plus tard que LPM, article 20), on ne peut pas cautionner. Si cet « essentiel qui nous lie » doit nous faire abdiquer toute raison, désolé, mais ce sera sans moi.

      • Ce qui vous gène H16 ne serait-ce pas que vous assimilez ces comportements à un manque d’originalité, à du « moutonisme »… Ceci va à l’encontre de votre pensée individualiste forcenée à la Ayn Rand : en réalité l’homme est un animal social, il se sent solidaire de ses congénères, il ne raisonne pas fondamentalement individuellement. Il a besoin en cas de coup de dur de se sentir semblable aux autres, peut-être pour se convaincre que de tels actes ne peuvent être que le fait de personnes singulières dénuées de toute compassion et qui ne voient pas en tout être humain son semblable. C’est ainsi, les humains sont avant tout sensibles, pas toujours rationnels mais sociaux…

        • @Dédé: Est ce une raison pour cautionner l’irrationnalité?

          Ce style de phrase est vraiment petit: « Ceci va à l’encontre de votre pensée individualiste forcenée à la Ayn Rand : en réalité l’homme est un animal social, il se sent solidaire de ses congénères, il ne raisonne pas fondamentalement individuellement. »

          1.Juger l’homme plutot que ses propos: C’est bas. Etes vous en train de dire que la meme hrase dans la bouche d’un socialiste n’auait pas le meme poids?

          2.Se cacher derrière une interprétation très subjective de la nature humaine en la faisant passer puor communément acceptée: C’est pas glorieux et en plus c’est d’une consternante faiblesse comme argument.

          3. Nier l’individu ou tout du moins l’existence d’un raisonnement vraiment individuel est un sophisme de bas étage: c’est un peu comme diviser par zero en math… Une fois qu’on est passé par la, tout se vaut, et tout est à la fois vrai et faux. Donc autant ne rien dire.

          Que de sophismes en seulement 8 lignes…

          • @Micth : il ne s’agit pas de cautionner irrationalité, juste de la comprendre, comme un agnostique peut tout à fait comprendre et être solidaire d’un croyant sans pour autant partager une foi par nature irrationnelle.

            1. Juger un homme plutôt que ses propos : quand je m’adresse à h16 qui a l’habitude de vampiriser l’image de ses contradicteurs (au sens propre via de superbes photos traficotées dans de nombreux articles) pour mieux appuyer son propos, je ne pense pas à prendre des pincettes…

            2. L’idée n’est pas d’interpréter la nature humaine mais de constater simplement que l’émotion est le propre de l’homme et peut provoquer une forme de communion sans pour autant des gens n’aient réellement en commun autre chose qu’une émotion. C’est d’ailleurs véritablement une chose remarquable dans cette affaire : Libération, le Figaro, Contrepoints même l’Humanité ont choisi de mettre un bandeau en soutien à Charlie Hebdo (je n’ai pas fait d’inventaire exhaustif, mais il n’y a guère que sur le site de Minute, où je n’ai pas vu de bandeau – mais un article solidaire est quand même en en-tête). Bref, ce soutien va au delà de tous les clivages et c’est assez singulier.

            3. Effectivement mon propos est un maladroit, ce que je souhaitais faire passer c’est que les individus n’agissent pas forcément toujours suite à une réflexion personnelle nourrie, c’est une simple constatation.

            • 2. L’émotion vraie n’a pas besoin de bandeau ni de pancartes « je suis charlie » ; ni d’une minute de silence institutionnalisée voire imposée : mon émotion n’était pas jeudi à midi entre 2 coups de téléphone.

              Il n’y a rien de remarquable à ce que les medias aient tous affiché un bandeau ou une bande noire : je ne sais pas si tu as remarqué mais quelques personnes assassinées étaient du métier. Tu auras d’aillers noté que pour ceux assassinés les jours précédents il n’y a pas eu de bandeau, ils n’étaient pas journalistes.
              A la RATP quand un chauffeur est attaqué ils font un mouvement aussi, tous ensemble… donc rien d’extraordinaire là, sauf que les journalistes sont les seuls à avoir le porte-voix.

              3. Si les individus n’agissent pas par rapport à une réflexion personnelle, là c’est grave : y a une prise réseau ? Bon ça doit certainement permettre de déresponsabiliser les actes des gens des trucs comme ça et d’expliquer les prochains lynchages : c’est pas moi M’sieur le Juge, j’ai suivi le mouvement !
              Donc tu es en train de nous expliquer que les gens ont un comportement moutonnier… c’est toi qui le dit hein… donc ce pays est foutu !

        • « il ne raisonne pas fondamentalement individuellement »
          Pfff….

        • votre pensée individualiste forcenée à la Ayn Rand

          Votre propos fleure bon le socialisme, celui qui a conduit à cette situation 🙁

          Il a besoin en cas de coup de dur de se sentir semblable aux autres

          Je compatis, quel manque de courage 🙁

      • De même dire « Je suis libre » et je suis contre l’État est totalement schizophrène – je serai gentil en disant que c’est seulement « adolescent » – parce qu’il n’y a pas de lois qui garantissent la liberté en dehors de la constitution des États. Cette discussion est donc bien une vaste branlette « adolescente », le niveau sexuel, moral, psychosociologique, psychanalytique, de « branlette intellectuelle », en gros (ou en groupe) du jeune premier. L’homosexualité ne se détache d’ailleurs pas de cette étape, comme si un enfant ne sortait jamais du stade anal.

  • Quand Cavanna, Val et Charb réclamaient l’interdiction du FN pour promouvoir la liberté d’expression certainement.
    http://www.contre-info.com/liberte-dexpression-quand-charlie-hebdo-reclamait-linterdiction-du-fn
    Je ne suis pas Charlie.

  • Bal tragique à Paris XI° – douze morts

    L’humour, quand il se moque des autres, c’est toujours drôle au début, comme quand les gamins arrachent une à une les pattes des fourmis en se marrant : c’est bête et méchant.

    Sauf que quand des vrais bêtes et méchants s’invitent au bal, eux ils n’ont pas besoin de masque, de surnom, de loi, de protection judiciaire, de comité de rédaction …

    Je ne suis pas Charlie et je pense que je vais me relire Tartuffe

    Oui, nous avons du soucis à nous faire : le bal de ceux qui vont nous expliquer comment il faut faire pour être libre, comment il faut protéger les libertés en les supprimant, ce que ca veut dire exactement que d’être libre de façon républicaine, citoyenne et responsable, quelles sont les milliards de règlements, de conventions qu’il faut adopter pour être libre, quel masque il faut porter pour être libre ou plutôt, pour être politiquement correct (mais c’est la même chose, ne soyez pas un sale égoïste) … ce bal bat son plein.

  • c est de la pleurnicherie ,ces tueurs etaient repere ,un etait condanne a 3ans ,il est sortit rapidement au bout de 1an ( a voir ) la france est une poubelle depuis 40ans ,ouverte a tous … les politiques sont responsables , gauches et droites confondues ..!!

  • Pas évident de sortir un article avec un titre à contre courant de ce qui se répand partout. Qui oserait défendre la liberté de dire, en France, « Je ne suis pas Charlie », quand tout le monde dit l’inverse ? Hé bien justement, ceux qui sont Charlie, vous devez soutenir cet article si vous avez réellement compris ce que vous défendez.
    Bravo à l’auteur, l’exercice était risqué.

  • Étonnant aussi de constater que le seul représentant des religions présent sur les plateaux de télévision soit aussi celui de la religion qui monte ! Un beau travail de communication qui montre au peuple les symboles de cet effacement progressif et insensible de notre culture millénaire. Tout est fait à dose homéopathique, en toute fidélité avec les principes sans cesse répétés de son vivant par celui qui a été tué au Pakistan par les Seals pour avoir organisé les attentats de New-York : « sa religion a le temps pour elle ».

    On a cédé sur les prières de rues (et sur le reste). Le seul qui tient bon est DD, chef de l’équipe de France de football. On cèdera donc sur tout. D’autant plus quand les socialistes sont élus pour être connus de céder aux injonctions des minorités qui les maintiennent au pouvoir.

    • Sur le fond, il faut quand même continuer à être fidèles à Charlie Hebdo même si le le larmoyant occulte le courage nécessaire pour lutter contre l’infamie des « extrémistes » (?) de cette idéologie. Extrémistes, non ! Puisque leur idéologie est la même que celle des non violents. Les textes de références sont identiques en tous points puisqu’il n’y a pas eu de réforme dans cette idéologie, aucune dénonciation des textes fondateurs terrifiants par ses autorités morales, au titre du fait que « la parole de Dieu » ne peut être remise en question.

      Eh, les gars, on est au XXIè siècle ! Réveillez-vous. Assumez la modernité même celle de vos esprits !
      Vous êtes dans un pays moderne qui peut vous aider en ce sens. Profitez-en donc pour vous libérez de vos chaînes séculaires sans perdre pour autant vos attaches culturelles et régionales qui ont offert tant de belles choses aux arts dans le passé.

      Aucune dénonciation des textes criminogènes, donc, par les autorités morales !
      Ça tranche avec la rapidité de dénonciation de Mein Kempf !

      Donc, s’ils ne dénoncent pas ces textes, ils y sont fidèles, sont en accord avec. On ne peut parler autrement. Ils sont fidèles point par point au commandeur des Croyants, descendant du premier d’entre eux, l’équivalent du Pape de Rome, qui n’est autre que l’actuel Roi du Maroc. Les fidélités de certains artistes à ce régime sont donc bien suspectes… Donc les objectifs profonds sont identiques puisqu’ils ne sont pas dénoncés par les soi-disant « démocrates ».

      Par contraste, analogie et base de comparaison, tous les allemands ne lisaient pas Mein Kempf, tous les russes ne lisaient pas Lénine, Marx, Staline et Trostsky. Tous les chinois, le Petit Livre Rouge.

      Certaines périodes charnières comme celle d’aujourd’hui devraient être des périodes d’éclaircissement idéologique, politique, philosophique, moral. On peut parier sur le fait que la réforme ne sera pas effectuée et que les textes fondateurs barbares continueront d’être la référence du milliard et demi d’individus quasiment en situation d’esclavage physique et moral, excepté pour les 200 millions les plus fanatiques. ¨

      Pour les mêmes raisons qu’ils ne sont pas libres de la quitter compte tenu des peines encourues : la mort, pour le blasphème et l’apostasie.

      • A quand le premier des Conciles de réforme à Rabat ? Là est la vraie question.

        • Exactement. Ca serait très difficile et il y aurait de nombreuses victimes hélas, mais on en sortira pas sans que les érudits de cette religion ne lancent ce travail.

  • Comme vous avez raison de le rappeler !!
    S’ils sont si attachés a la liberté d’expression ils n’ont qu’a l’inscrire dans la Constitution mais..ainsi:
    « On garantit a toute personne la liberté d’expression. (point) »
    Le point précédent est très important. Il a été remplace il y a des années par un ; (point-virgule).
    Et après le (;) les exceptions se sont multipliés comme des lapins (ou pire).
    Donc… chiche (pour la Constitution) ?

  • Ce qui est cocasse c’est de voir sur une chaine comme itélé les journalistes parler de d’atteinte à la liberté d’expression que signe c’est acte. Certes mais quid de leur interdiction de Zemour dont les propos ne leur plaisaient pas il y a encore quelques jours? Donc ok, je suis Charlie mais je suis Zemour ou alors je ne suis que du flan.
    Liberté, liberté cherie, combat avec tes défenseurs!

    • Les zemmouriens ne répondent pas au blasphème par le bazooka et la kalach…

      Les journalistes excédés par la pensée unique – par cette situation schizophrène d’atteinte à la liberté d’expression – font un transfert (Freud encore) depuis les dénonciations qu’ils ne peuvent faire malgré les faits honteusement visibles contre une idéologie impliquée jusque au cou jusque dans ses fondements, préfère donc désormais parler la langue de bois devant le tribunal de la pensée unique qui distribue travail et bons point à chaque occurrence sur le « vivre ensemble », « l’antiracisme », « la communauté nationale », etc… Freud aurait rêvé analyser une telle folie s’emparant d’un peuple tout entier.

      Freud explique donc que le journaliste, l’homme politique, le penseur et le citoyen, excédés par la violence d’une philosophie qu’il ne peut dénoncer, se venge de sa schizophrénie sur celui qui la montre du doigt dans ses plus simples et criantes vérités.

      • Peut-être même qu’il n’y a pas de schizophrénie en France et que le syndrome de Stockholm explique bien plus simplement l’état d’esprit général. OK, mon point de vue est plus désespérant que le vôtre. Désolé! 😀

      • Frustration et névrose sont donc les nouveaux modes de fonctionnement imposés par la pensée unique aux médias, donc au peuple et à ses représentants.

        • Pas complètement d’accord avec votre analyse 🙂

          Bastiat:
          « Les gouvernements sont fort habiles. Ils agissent avec méthode, avec suite, sur un plan bien combiné et constamment perfectionné par la tradition et l’expérience. Ils étudient les hommes et leurs passions. Si la nation est généreuse, ils s’offrent à guérir tous les maux de l’humanité. Ils relèveront, disent-ils, le commerce, feront prospérer l’agriculture, développeront les fabriques, encourageront les lettres et les arts, extirperont la misère, etc. Il ne s’agit que de créer des fonctions et payer des fonctionnaires.  »
          Un homme politique, sans limitation du nombre de mandats, ne cherche que le pouvoir. Comment on l’obtient? Se faire élire. Comment fait-on pour se faire élire? On dit et donne aux gens ce qu’ils veulent entendre et obtenir, même si ça passe par la faillite et la fin de notre modèle civilisationnel.

          Simple comme bonjour, mais j’attends qu’on me prouve que j’ai tort dans mon observation.

          Les médias? subventionnés, ils disent ce que l’Etat veut qu’ils disent.

          Une fois que les individus sont dépouillés de leur culture générale et de leur libre-arbitre (merci l’EdNat, très très beau travail), il suffit d’une chose pour que ça roule comme ça (jusqu’au mur, mais les élus ont tous un bel airgab, eux) : la surenchère.

          • Je ne crois pas à votre théorie du complot : les hommes politiques sont pour la plupart complétement prisonnier de leur rôle.

            L’Etat républicain est une immense prison dans laquelle les élus essayent désespérément de survivre, c’est à dire faire la seule chose qu’ils savent faire : se faire élire.

            D’où la schizophrénie.

            Se pose en plus un énorme problème : comment remplacer le ciment de la société (appelez cela culture, morale, vivre ensemble…) une fois que l’on a à la fois supprimé toute religion et exacerbé toutes les différences en les stigmatisant et en les victimisant ?

            La seule solution restante est la pensée unique, le politiquement correct. Le droit de transgresser, mais uniquement quand on le revendique comme action politique transgressive encadrée : le droit de choquer les autres en revendiquant la liberté d’expression, le droit de taxer en revendiquant l’égalité, etc…

            En gros le droit de légitimer n’importe quelle action immorale par la moralité d’une cause.

            D’où un ajout de schizophrénie.

            • Oui le droit de transgression institutionnel (seul autorisé) a été dénoncé par Aude de Kerros et Christine Sourgins ici même sur Contrepoints à l’époque du Plug Vendôme. Vous avez totalement raison, Stéphane. On est bien là au cœur du problème de la schizophrénie actuelle de nos dirigeants et des médias ; donc du peuple qui ne sait plus à quel saint se vouer et profère des mensonges désormais tout seul, après conditionnement comme les chiens de Pavlov.

            • Je n’ai jamais parlé de complot, gardons notre calme 😀

              Il s’agit du mécanisme. Pouvoir, corruption, pouvoir absolu, corruption absolue, je ne sors pas la citation en entier, tout le monde la connait.

              Prisonniers? J’espère que c’est une plaisanterie! 😀 On ne peut pas démissionner de son poste quand on rentre en politique, dans ce pays? Allons…

              Ca me rappelle Claude Guéant qui se plaint de son revenu et de ses conditions de travail. Là, en effet, il ne faut pas que le ridicule tue!

              A vous écouter, nos élus vivent une torture! Mais pourquoi on détient le record mondial du nombre d’élus (en proportion du nombre d’habitants)? Pourquoi ils y passent toute leur carrière? Pourquoi ils ne fuient pas dans le privé, puisque c’est si juteux et confortable? La réponse, malheureusement, me donne raison. Le pouvoir, la puissance, et, en France, ce que ça peut rapporter…

              • Pourquoi ils ne vont pas dans le privé, pour deux raison :

                1 – il sont incompétents : ingérables, immanageables, déconnectés de la réalité, dogmatiques … cf DSK et bien d’autres exemples. Ils ne savent faire qu’une chose : se faire élire.

                2 – ils sont drogués au pouvoir : ne pas se retrouver dans le stress délirant de la campagne électorale les rend complétement dépressif. Vous avez vu comment Sarkozy a vieilli en 2 ans et demi, comment Chirac c’est effondré une fois parti ?

                Franchement Sarkozy se remplissait bien les poches avec ses conférences … qu’est ce qu’il a à gagner à se représenter, à part l’espoir du panard monstrueux de se faire élire ?

                Et ils sont tous comme cela : c’est la démocratie qui les rend dingue. Et ce n’est pas nouveau, Rome a connu exactement le même problème en son temps.

                • Sarkozy ‘a pas encore réglé son Œdipe.

                • Une élection dans un pays peuplé de moutons est un des rares instants dans une vie d’homme où on peut être jugé indépendamment de ses résultats. Ce qui est magique! 🙂

                  En effet, les ex présidents doivent se faire du beurre en quantité, mais nous sommes en France, pas en Scandinavie. On ne sait et ne saura jamais ce que ça peut rapporter dans l’exercice de ses fonctions (voir la situation de la famille Mitterrand) mais ça dépasse largement les indemnités d’élus (qui ne sont, certes, pas dégueu…). Sarko est marié à une multimillionnaire, donc je ne pense pas que boucler ses fins de mois soit son souci premier.

                  Je persiste quand même sur la notion de Bastiat sur une dynamique conjointe et coordonnée, pour installer un pouvoir de plus en plus fort.

                  • Je pense qu’aucune de nos analyses n’est fausse. Elles sont bien entendu complémentaires dans leur capacité à décrire une vérité au centre de plusieurs observateurs disposés différemment à des points cardinaux différents et avec des outils de mesure différents. Là est la difficulté du monde moderne. A l’époque de Pic de la Mirandole, l’analyse était le produit d’une dizaine de milliers d’observations intelligentes produites par les siècles et le temps ; contenues dans sa bibliothèque universelle.

                    Aujourd’hui, à l’heure d’Internet, il est impossible de produire un Pic de la Mirandole. Quelques experts ont cette vision globale. Mais las, ils l’ont aussi pour défendre leurs chapelles, rien n’est parfait ! Toute science étant devenue par la complexification des découvertes un domaine d’expertise. Aussi faut-il s’astreindre à être capable de dissocier dans tout discours le vernis et la sève, de décrypter les ressorts fondamentaux sous les apparences. Puisque les médias ne font plus leur travail d’explication, la forme et les carrières professionnelles, comme chez les politiques, l’emportant sur le fond.

                    C’est aussi le propre de la crise, qui est rude, qui impose des critères de sélection que personne ne comprend plus, ou ne comprend que trop.

                    L’histoire seule et son recul permettent cette grille d’analyse.

              • Une torture mentale tout à fait, dont ils se sortent par les conditions du pouvoir, les fameux ors de la République : banquets, boissons, restaurants, réceptions, hommages, apparences, commémorations…

                Ce qui leur permet de se hisser au-dessus de leur névrose fondamentale qui est de l’ordre de l’impuissance totale. Regardez comment un impuissant sexuel transfère ses pulsions interdites par la physiologie déclinante. Il les transfère sur l’apparence de la puissance, la cylindrée du véhicule et les apparences de la puissance, etc…

                • Mouais, j’adore les belles voitures alors que ça va bien, merci 😀

                  Quand vous parlez de torture, j’ai quand même l’impression que vous déresponsabilisez les hommes politiques. J’avoue que ça me gène. Les fous, les violeurs ne sont pas responsables de leurs actes non plus alors?

                  • Les nuits de la plein lune, non ! Hier mercredi était la fin de celle-ci et la fin d’une période de grande marée. La lune a toujours rendu plus fous les déséquilibrés mentaux. De nombreux films et thèses…

                  • Moi aussi mais à partir de 50 ans ça se dégrade !

                  • Non, ils sont conscient de leurs actes, mais croient de bonne foi qu’ils sont tout à fait normaux.
                    Normal, ça vous rappelle rien ?

                    Il est hors de mon propos de les déresponsabiliser, c’est l’idéologie socialiste qui les a déresponsabilisé, en donnant le pouvoir au peuple. Il est absolument impératif de les surveiller, comme l’huile sur le feu.

                    La démocratie, ce n’est pas de donner le pouvoir au peuple, qui signerait des chèques en blanc de 5 ans, c’est donner au peuple la souveraineté, c’est à dire le droit d’exercer le pouvoir.

                    Cela revient à donner le contrepouvoir au peuple (et non aux journaux, aux institutions, aux associations)

          • Il faut aussi parler de la situation psychologique catastrophique d’un peuple, qui ne peut plus (n’a plus le droit) de dire ce qu’il voit. Ce qui déchaîne aussi les extrémismes violents et inverses par réaction.

            – Le lion a tué l’antilope Maman.
            – Non, mon petit Martin, le lion est gentil. Il ne peut avoir tué l’antilope.
            Martin dessine alors un lion qui tue l’antilope avec une cruauté encore plus vive que la réalité vue.

            Les Charlie Hebdo étaient des adolescents qui, fâchés qu’on leur dénie le droit de dénoncer la réalité, la dessinaient cruellement (au sens cru). Ainsi font les enfants et les artistes.

            • Ainsi font toutes les personnes qui revendiquent et se fient consciemment ou inconsciemment à leur narcissisme. Rousseau bien avant Freud, l’enfant roi.

            • Vous dénoncez cette situation comme si elle tombait du ciel. Sauf qu’une liberté ne se perd pas d’un seul coup : c’est lent, mais nous n’avons jamais voté ni manifesté contre ce glissement. Je n’arrive plus à avoir de la peine pour les gens qui se réveillent 5 minutes de temps en temps.

              • C’est ce que disais je ne sais plus où. Nous sommes dans une immense partie d’échec contre une philosophie qui n’a jamais caché son désir de reprendre pied sur un continent après en avoir été éjecté 1250 années avant, en 732 à Poitiers.

                Sièges de Vienne en 1529 et 1683 : d’autres dates de sinistre mémoire et dont nous oublions les implications politiques et juridiques probables, s’il n’y avait que les croissants du boulanger, s’ils avaient réussi comme les barbaresques pendant 3 siècles. Mise en esclavage des pourtours de la Méditerranée sur 50 kilomètres de profondeur.

                Il ne faut pas se mentir, cette philosophie déteste ontologiquement l’occident : « Nous conquérons l’Europe par le ventre de nos femmes » Houari Boumédienne (1974, siège de l’ONU)

                • Un penseur a dit cette phrase que j’aime beaucoup : pendant des siècles nous avons essayé de frapper par l’épée, alors qu’il suffit de frapper à la porte.

                  Il n’y a pas de partie d’échecs si on connait le plan du gars qu’on a en face de soi, je suis désolé. Vous rappelez à bon escient que boumédiène y est allé franchement, je ne vois pas ce qu’ils cachent. Faut « juste » lire des livres d’histoire, tendre l’oreille, ouvrir les yeux sur la réalité, et on n’est plus étonné de rien.

                  • C’est clair, vous avez raison. C’est l’histoire aussi de celui qui veut aller vers l’étranger en y allant nu. C’est la vérité. Mais combien sont capables de se mettre à nu pour aller vers l’autre ? Un seul pays aujourd’hui a mis fin à son armée, je crois que c’est un pays d’Amérique centrale mais je ne sais plus lequel : Nicaragua, Guatemala, etc…

                    La diplomatie n’a-t-elle pas pour emblème la main tendue dans une main et l’épée dans l’autre ? La diplomatie est-elle efficiente quand elle ne s’appuie pas sur une force frappe ?

      • Stockholm et schizophrénie sont intimement liés, et vous avez totalement raison d’en parler. J’en avais émis la thèse pour tous les individus piégés par cette idéologie comme par une secte, au titre de la fidélité extrême avec leurs geôliers. Car une philosophie peut bien entendu devenir une prison. On le voit ici.

        Pourtant, c’est aussi pour cette raison que nombre de personnes de cette philosophie / secte fuient leurs pays d’origine, toutes des dictatures. Normal, ils ont la télé.

        • La plupart ne viennent pas que pour le confort, il faut lire beaucoup d’ouvrages de penseurs musulmans et se frotter à la situation pour le savoir clairement.

          • J’ai vécu 5 années à la station Chateau-Rouge à Paris jusqu’en 1999. J’ai eu le temps de réfléchir à la situation de l’intérieur. Je ne suis pas du tout étonné par la radicalisation actuelle, ayant vécu tous les vendredis de ma présence dans le quartier les prières de rues qui s’étendaient sans contrôle malgré nos appels aux autorités publiques pour restaurer l’état de droit.

            • Une religion qui fait autant fi de l’autorité républicaine doit se sentir très forte pour avancer encore plus ses pions, par à coups, étape par étape. Nous sommes dans une immense partie d’échecs. Inventé en Arabie, il ne faut jamais oublier ce détail qui permet de comprendre la forme et le fond de la mentalité dont on parle.

              • Sauf qu’on ne sait pas d’où vient le jeu d’échecs ET qu’aux échecs, il ne faut pas dire ce qu’on va faire. Or, là, c’est le cas, encore faut-il avoir envie de se pencher sur ce genre de littérature…

                • D’où la communication complexe que peu arrivent à décrypter. Le mensonge étant la base de cette philosophie.

                  • J’ai un peu de mal à placer le mot « philosophie » dans une phrase qui traite de ça. Étymologiquement, ça veut quand même dire « amour de la sagesse » 😀

                    • Je dis philosophie pour ne pas parler de religion. Par respect aussi pour les gens qui y croient encore, qui sont des individus comme vous et moi mais encore prisonniers d’une situation sociale / mentale / psychosociologique dans laquelle ils sont avant tout des victimes. J’y ai des amis et de la famille. J’ai eu le temps de discuter du fond et de la forme. D’apprendre. C’était nécessaire pour comprendre et expliquer. J’aurais pu utiliser le mot idéologie pour discréditer totalement cette pensée, son corpus, vu ses accointances passées et actuelles avec les pires régimes dont le nazisme (Mufti de Jérusalem, actuel Hamas).

                    • Religion de Paix et d’amour.

                    • Je me doutais que vous ne cherchiez pas à élever cette chose au rang de philosophie 😉

                    • On sait aujourd’hui que cette idéologie a des ramifications jusque dans les descendants suisses actuels de Hassan El Banna, créateur des Frères Musulmans. Dont le gendre était ami de François Genoud et Jacques Vergès. On connait le CV border-line du second. Lire le Wikipédia de ces personnages déniaisera aussi bon nombre de nos compatriotes à commencer ici par les libéraux.

                      Le premier est moins connu mais il l’est pour avoir été le financier suisse des nazis, l’exécuteur testamentaire de Hitler et Goebbels. Donc quand on connait l’histoire privée de ces gens, l’apparition actuelle à la télévision française et dans les médias majeurs du descendant très célèbre me glace le sang. Par son innocence, par les ramifications de son influence jusqu’à Oxford où il enseigne, par ses entrées dans les médias où il est considéré comme interlocuteur principal, où il embobine tout le monde par sa faconde et sa culture, jusque dans l’ancien gouvernement britannique de Tony Blair, aussi dans les réunions annuelles de son obédience sises au Bourget, en tant que prédicateur principal et chef de file maniant les fils du cheval de Troie avec un talent indéniable ; qui n’a pour l’instant trouvé qu’un seul interlocuteur à la hauteur, car celui-là n’en a pas peur, Nicolas Sarkozy.

  • Avec toutes les lois qu’ils nous pondent et les moyens techniques à disposition de l’état, force est de constater que des abrutis peuvent faire ce qu’ils veulent.

    Que ces abrutis sous prétexte néo-religieux, sachent qu’ils n’auront pas ma liberté de penser.

  • Ma grande crainte est que cette abomination serve à justifier des mesures qui acterons la fin de des libertés et l’instauration d’un régime autoritaire assumé ( par ce gouvernement ou par l’élection d’extremistes qui utilliseront ce drame)…Il suffit de voir les USA après le 11 Septembre…

    • Vous avez raison,

      « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. »

      C’est donc aux individus d’avoir les yeux ouverts et d’agir en conséquence. Mais ça demande trop, de toute évidence 🙁

  • Les musulmans sont les premières victimes par stygmatisation,n¨oubliez surtout pas que notre religion est une religion de paix et damour et que faire des infidèles de véritables adeptes de lislam est notre seul et unique but.

  • Les musulmans sont les premières victimes de la stigmatisation, et rappelez-vous surtout que notre religion est une religion de paix et d’amour et de faire les infidèles vrais disciples de la paix est notre seul objectif.

  • Merci, H16, de pointer du doigt ma principale inquiétude en guise de conclusion.

    Que restera-t-il de nos libertés publiques dans trois ou quatre ans, après quatre ou cinq lois censées renforcer la répression contre le seul terrorisme et après un ou deux arrêts de principe du Conseil d’Etat et de la chambre criminelle de la Cour de cassation ?

  • Modération : insultes

    • Charlie n’a craché sur personne. L’insulte est interdite et condamnée. La liberté est encadrée. Vous vous sentez insulté sans avoir été insulté. Regardez la réalité avant pondre n’importe quoi. Se prétendre offensé, ne serait ce pas un bon moyen d’imposer sa loi en demandant réparation?

    • Les saints ne tuent pas 700 personnes d’une tribu juive.

    • La vous pissez vous-meme sur la memoire de 12 etres humains – ASSASSINES !!!!

      Et ca c’est du REEL !

      Et ca ne me donne pas du tout envie d’etre gentil avec vous.

      Fin de la conversation.

  • Votre bêtise me consterne. Je ne perd pas plus de temps sur votre article.
    Il n’a jamais été question d’adhérer ou non à un journal via le « je suis Charlie ». Chacun démontre un soutien envers toutes les victimes (pas seulement les journalistes) suites aux actes ultra violent d’exécution.

    • pas seulement les journalistes : Toulouse, Bruxelles, Nantes, Dijon ? ah bah non, y avait pas de journalistes dans les morts ou les blessés.

  • Ce genre d’article était prévisible. Raisonnement bien arrogant: « puisque les personnes qui veulent descendre dans les rues sont nombreuses, alors il est complètement abruti d’y aller aussi ». Il ne s’agit pas de dire que la majorité a toujours raison, ce serait stupide de dire ça, mais vous tombez dans l’excès inverse et vous vous faites le contradicteur de la majorité parce que ça fait si intelligent d’aller à contre-courant!
    En outre, si l’on veut défendre nos valeurs, il n’y pas 36 moyens de le montrer: il faut aller le dire! Quel que soit la raison pour laquelle vous n’y allez pas, vous laissez les terroristes gagner.
    D’autre part, je n’ai personnellement jamais acheté Charlie Hebdo, que je ne trouve pas très intéressant. Mais le slogan « Je suis Charlie » va bien au delà de cela, ce n’est qu’un symbole certes, mais ce sont les symboles qui restent. On ne gagne pas une guerre idéologique avec des fusils ou des missiles.

    • « A plus de 4 on est une bande de cons »

      Brassens.

    • « Quel que soit la raison pour laquelle vous n’y allez pas, vous laissez les terroristes gagner. »

      Ca c’est fort ; comment en faisant rien on fait quelque chose. Le manichéïsme poussé à fond.

      Pour ou contre : pas de « ça dépend », ça ne tient pas dans la case.

      Ca doit donc être la raison qui vous a donc poussé à venir écrire ici. Ouf !

      • Alors j’assume mon manichéisme. Vous me permettrez à mon tour de me méfier du relativisme. Oui, il y a des sujets sur lesquels « ça ne dépend pas », sur lesquels le silence est coupable, mais ça c’est entre vous et votre conscience, je ne vais forcer personne à aller dans la rue fort heureusement. Mais le but des terroristes c’est que tout le monde reste cloitré chez soi par la peur.

        Quant à faire quelque chose en ne faisant rien, ça s’est déjà vu à maintes reprise, cela s’appelle détourner les yeux. Ou bien se complaire dans un intellectualisme finalement presque aussi confortable que le grégarisme, au choix.

        • « Vous me permettrez à mon tour de me méfier du relativisme. » : homme de paille, je n’ai jamais dit que je me méfiais.

          Wah… « le silence est coupable, mais ça c’est entre vous et votre conscience » : une culpabilité interne due à une non-action c’est combien d’années de prison ? Au pire, ça ne vous regarde même pas. Mais c’est bien là la volonté de culpabiliser socialement. T’étais où hein ? On t’a pas vu à la manif ? T’as quelque chose à te reprocher hein ? Tu voterais pas FN des fois ?

          « … au choix. » : un peu limité les choix, comme le raisonnement. Espérons que l’on ne vous verra pas dans une prochaine video en live dans un bus de la RATP en ne portant pas assistance à une personne agressée : parce que depuis son canapé, tout est facile.

          • « Homme de paille, je n’ai jamais dit que je me méfiais. »
            Vous ne vous méfiez pas du manichéisme ? Pourtant vous devriez ! Alors arrêtez donc de jouer sur des détails de forme.

            « Le choix est limité non ? »
            Oui il est limité ! Si vous n’êtes pas dans la marche, le monde entier le verra. Et déduira que vous vous en foutez, ou que vous avez peur. C’est sûrement faux, mais c’est comme ça. Je comprends fort bien que la présence de SOS Racisme (association pas exempte d’hypocrisie, loin de là) incite à hésiter avant de venir. Ce qui me choque, c’est que parce qu’un grand nombre de personne comptent marcher dans nos rues, cela en fait des moutons incapables de penser.

            « Une culpabilité interne due à une non-action c’est combien d’années de prison ? »
            Il va falloir m’expliquer le rapport : Quand je dis que c’est entre vous et votre conscience, ça me semble suffisamment clair que personne ne devrait vous mettre en prison pour ça. Si ça ne l’est pas, alors tant pis pour moi . On ne peut pas parler de morale sans être accusé de vouloir imposer la sienne ? Je défends la mienne, je n’ai jamais dit qu’il faut punir tous ceux qui en ont une autre !

            « T’étais où hein ? On t’a pas vu à la manif ? T’as quelque chose à te reprocher hein ? Tu voterais pas FN des fois ? »

            Ah le FN ! Je l’attendais. Personne ne vous force à y aller, à cette « manif » (puisque vous êtes chatouilleux sur les mots, ça n’est d’ailleurs pas une « manif », la nuance a son importance, on n’est pas en train de défendre ses retraites là). Le FN est franchement le cadet de mes soucis (enfin non, il devrait participer à la marche). Si vous ne venez pas, vous envoyez un signe, volontaire ou non. Encore une fois, vos intentions seront sans doute mal interprétées. Mais ce sera en connaissance de cause, et ce sera à vous (seul, pas à la police de la pensée que je voudrais mettre en place) de l’assumer.

            Tiens, imaginons que, par je ne sais quelle grâce, nous nous rendions tous compte qu’il est absurde et grégaire d’aller manifester. Les titres de la presse : « 500 français/brebis manifestent pour la liberté d’expression, des dizaines de milliers d’intellectuels les qualifient de suiveurs. » Les intégristes en crèveraient de rire : « c’est contre ça qu’on se bat ? »

            Désolé si je tombe dans la mauvaise foi/la caricature. J’ai affaire à forte partie en la mtière.

    • Il faut exprimer ses pensées même si elles ne plaisent pas à tout le monde. Il faut échanger discuter. La pensée unique ça n’existe pas.

  • Condoléances aux familles des victimes (tout le monde est venu vendre sa stigmatisation d’une communauté, mais personne ne s’occupe des familles des victimes. ) « Il s’est radicalisé en prison » ?? La loi en vigueur à l’époque lui a permis de ne pas aller en prison, grands débats sur la prison qui rend l’être mauvais..pas de chance, il est reparti à pieds du tribunal avec obligation de pointer au commissariat.

    « Il fallait le laisser aller combattre, et le surveiller à son retour ??!! », c’est quoi ça ? Le permis de tuer ? Instaurons le alors pour tous nos grands criminels : dès qu’ils ont des pulsions, ils appellent un NO. special : et on leur paie l’avion pour la Turquie, quand ils ont assouvi leurs instincts meurtrier en Syrie, ils rappellent le NO. et on leur envoie un laisser passer pour le vol de retour…
    Plus d’emprisonnement malsains ! Une grande salle de shots : la Syrie.

  • Fraserve,

    Je souscris entièrement à vos propos précis et particulièrement éloquents sur l’Islam (que je nomme). Le processus de désenfumage de Tarik Ramadan est possible, mais long et rigoureux. En voici un exemple éloquent, que les lecteurs de Contrepoints auraient intérêt à visionner, surtout Mohamed…

    C’est ici, en bas de page, et cela s’intitule «Le Coran expliqué aux mécréants».
    http://assohum.org/

    Bon visionnement.

    • J’avais oublié une preuve ultime de la stagnation historique éternelle de cette philosophie. Aucune religion n’a une organisation dynastique depuis son origine. C’est ce qui empêche celle-ci d’effectuer sa réforme.

      • Comme si le pape François était le descendant direct de Jésus-Christ, celui des juifs de Moïse, celui des bouddhistes de Bouddha, etc…

  • Conversation ce matin avec une personne à qui je tentais d’expliquer que la liberté d’expression est un principe, avec rappel de l’affaire Dieudonné à la clé …
    – La liberté de la presse, c’est sacré.
    – Pourquoi pas les autres modes d’expression?
    – … Et puis, Charlie Hebdo, c’était de l’humour…
    – Et pas Dieudonné?
    – Ah non, lui il est carrément antisémite!
    – Charlie Hebdo ne se moquait pas des Juifs?
    – Non, eux, c’était pas pareil…
    J’ai arrêté là…

    • @huger,

      On ne peut pas être envers et contre tout.
      On est contre et pour quelque chose.
      Je suis contre l’antisémitisme et pour l’amitié entre les peuples. Je respecte leur intimité religieuse et demande la PAIX dans tous les pays.

      • Avec la PAIX il est possible de décliner des faisabilités pour tous.
        Les enfants ne sont pas faits pour faire la guerre et encore moins pour la subir.

      • Ah Miss France est passée : veux la paix dans le monde, suis contre la guerre, contre la faim dans le monde et contre les mauvais traitements aux animaux… ah oui et aussi contre le cancer…

    • quant à moi, tentai tout aussi vainement d’expliquer les limites de la liberté d’expression, s’agissant de la liberté de parole donnée à ceux qui la voudraient voir restreinte.
      A force d’avoir trop scandé son nom, ne l’aurions-nous sacrifié sur l’autel des concessions ?

  • RE bis sur contrepoints : 1% de fondamentalistes déterminés sur 500 000 = 5000
    avec 5 000 000 = 50 000
    alors il faut ++++++++ de moyens pour les surveiller
    Mais ça c’ est très très difficile à comprendre pour nos religieux socialistes qui gouvernent depuis une quarantaine d’ années plus encore pour les fanas actuels ( leur pseudo Loi mariage ) et puis c’ est impossible à comprendre pour leur puissante pretrise médiatique dont fait partie Charlie Hebdo

  • j’attends, tout simplement,
    l’article du Canard Enchainé, lequel ne pouvait alors se douter,
    le meilleur éloge s’agissant de la liberté de s’exprimer

  • oh bon sang,
    S’agissant de quelqu’un qui « Tombé tout petit dans le libéralisme et les mocassins à gland » qui nous parle « d’encadrer » la liberté, c’est plutôt peu fort de café
    Allez : un libéral – 1

  • « À l’unité ? Mais de quoi parlent-ils donc ? Ne pas se chamailler sur les cadavres d’un attentat ignoble, ce n’est pas de l’unité, c’est de la décence élémentaire […]« .

    Excellente mise au point. La mise en sourdine des querelles politiciennes relève de la décence élémentaire, mais cet appel à « l’unité » est aussi ridicule que dangereux. Le mérite de la Société ouverte est précisément d’être compatible avec l’absence d’unité.

    Comme l’écrit Nemo, «Les sociétés démocratiques modernes, en effet, ne sont pas, comme les sociétés tribales de jadis, des « groupes en fusion », des collectivités où l’unanimité est indispensable à l’ordre social. Ce sont des sociétés pluralistes où il est normal, sain et fécond que des visions du monde et des projets socio-politiques différents existent et se concurrencent.»

    A vrai dire, dans une société unie, dans un « groupe en fusion », la liberté d’expression serait de peu d’utilité. Hollande, et tous les politiciens et journalistes à qui l’on a tendu des micros pour commenter ces événements tragiques, montrent en fait qu’ils partagent les fondamentaux de la weltanschauung des islamistes. C’est peu dire qu’ils ne comprennent pas l’idéal d’une Société ouverte : ils n’en conçoivent même pas l’existence.

  • Mon cher H, vous me plaisez, autant dire que votre liberté d’EXPRESSION me plait. Le nombre d’idées, de cheminements intellectuels générés par vos écrits, comparés aux nombre de vos mots vous affecte d’un index : pensée organisée/mots PO/M élevé ! Vous ne m’apportez guère d’information. Par exemple Mediapart concernant l’affaire Cahuzac s’en est chargé, sans cependant m’apporter autre chose que des faits ! Vous m’apportez peu de faits, mais de nombreuses pensées organisées !
    Il y a donc des EXPRESSIONS de faits, ou de pensée organisée derrière ce mot EXPRESSION. Il existe des EXPRESSIONS sans faits ou bien avec des faits dénaturés, ni pensée organisée non plus que l’on appelle caricature. Il y a bien un sens dans ces caricatures, une pensée élémentaire, une créativité au détriment de la vérité des faits, une partialité, une prétention superbe qui clos tout débat, mais il n’y a pas de pensée organisée donc nuancée, contradictoire !
    L’histoire de la caricature des juifs (caricaturés en rats), de Dreyfus, des caricatures du journal minute…jusqu’à madame Marine Le Pen représenté comme une merde sur un drapeau tricolore, illustre l’index de la part de pensées conceptuelles de ce mode d’EXPRESSION.
    La liberté d’EXPRESSION regroupe donc différents registres : le droit d’exposer des faits, le droit de diffuser des pensées, le droit de caricaturer jusqu’à la vomissure ! Si les deux premiers registres me semblent témoigner de la vigueur d’une démocratie, je doute que le troisième registre le fasse.
    Régis Debray sur France culture expliquait qu’il est Charlie puisqu’il est Voltaire et Courteline. J’oserais lui dire, lui qui a également un fort index PO/M, que Voltaire, Courteline ne sont probablement pas des Charlie, sinon pour plaire à l’opinion.
    Le droit à l’image est censé protéger l’individu. L’image de la petite taille de l’ex-président Sarkozy semble donc ne pas lui appartenir ! Puisqu’il s’agit d’une caricature
    Je me souviens de la distinction en Latin de fama et loqui. Loqui : la parole de la pensée organisée qui exprime que l’esprit conçoit, et fama : la parole qui n’est qu’un bruit parce qu’elle est le degré minimal de la pensée organisée au profit d’une pensée circonstancielle, émotionnelle et donc mimétique.
    L’appétence pour la caricature, pour les guignols de l’info de canal +, pour Coluche ou Bigard, Desproges et autres humoristes, semble montrer que le plus grand effort de l’intellect des temps modernes semble être de rire. Heureusement d’ailleurs mais si vous montrez quelques attentions à votre rire, vous percevrez au fond de vous des mauvais rires et d’autres meilleurs.
    La liberté d’expression semble donc regrouper un pèle mêle de choses très diverses : des bonnes et des moins bonnes alors que beaucoup crient qu’elle est une loi du tout ou rien. Il y aurait donc dans la liberté d’expression un droit à la moquerie, à l’humiliation, à l’injure garantie d’impunité sauf tergiversations savantes d’un tribunal ! Les querelles byzantines judiciaires ne me semblent pas être une orientation démocratique intéressante (un pays qui a 100.000 lois disait Balzac n’a pas de lois)
    Les manifestations pléthoriques médiatisées à l’instar de l’apathie généralisée vis-à-vis de toutes incivilités me laissent penser que le meilleur des mondes décrit par Adlous Huxley vient de naître.
    Respectueuses salutations

  • Ouf je croyais être seule à penser comme vous et je n’ai pas défilé parce que je ne veux pas crier avec les loups!

    Pour autant, je suis pour la liberté d’expression et contre l’extrémisme mais j’aimerai qu’il y ait autant de solidarité pour tous ceux qui souffrent ici et ailleurs!

  • Des milliers de Chrétiens ont été tués par les islamistes à travers la planète… AUCUNE MANIFESTATION EN LEUR MEMOIRE !…
    « Il y a des gens qui sont tués par ces fanatiques extrémistes pour avoir seulement un nom chrétien, une foi chrétienne, une vie chrétienne. En Syrie, en Afghanistan, au Nigeria, en Libye … ils tuent des chrétiens, séquestrent des fillettes chrétiennes, expulsent de leurs terres les chrétiens, volent leurs maisons et leurs églises, mais quasi personne en Occident ne le dénonce, pas de déclarations ou rassemblements intergouvernementaux, ni de grandes manifestations de rue, on ne pleure pas ceux qui sont innocents de toutes provocations et offenses, ils sont abattus simplement pour être différents, pour être chrétiens, sans être contre quiconque. »
    (Mgr Jesus Sanz Montes, archevêque d’Oviedo, Espagne)
    « Il n’est pas question de tolérance ou de libre pensée: l’insulte est une violence. Charlie est mort pour avoir minimisé les risques de l’islam radical. Il pensait qu’en vivant dans un pays chrétien il pourrait insulter en toute sécurité. Je ne suis pas Charlie, mais je suis un chrétien. Je n’ai pas pensé un instant qu’ils devaient mourir ou qu’ils avaient trouvé ce qu’ils méritaient. Paix à leurs âmes et que Dieu les accueille, s’ils le veulent, dans sa miséricorde. Mais je ne suis pas Charlie.»

    • Bonjour Henry,
      Oui vous avez raison. Cependant il faut aller vers la PAIX pour rendre les hommes et les femmes moins malheureux. Les guerres de religions ne l’ont pas permis. Oui il y a eu beaucoup d’erreurs commises par les dirigeants occidentaux mais les enfants.. n’en sont pas responsables.

      • B,

        Les gens les plus malheureux ne sont pas ceux qui sont en guerre et qui savent pourquoi. Ce sont ceux qui ne savent pas qui ils sont et pour qui ou quoi ou comment ils seraient prêts à se battre.

        Et vous devriez laisser tranquilles les dirigeants occidentaux; ils sont un piètre alibi :
        – les peuples n’ont que les dirigeants qu’ils méritent, et ô combien !
        – nos « invités » ont leur part de responsabilité, et elle est déterminante; l’une des raisons du chaos actuel est cette culture de l’excuse et de la repentance dont vous crevez visiblement, et dont ces invités et leurs patrons politiques savent si bien abuser

        Celui qui recherche la PAIX au prix de ne jamais se battre pour ce à quoi ou en quoi il croit ne la trouvera jamais. Il ne trouvera que la servitude et la misère morale.

        Nous ne sommes pas responsables de ce que nos grands parents ont fait ou n’ont pas fait.
        Mais nous sommes comptables devant nos enfants et petits-enfants de nos lâchetés, bassesses et autres abandons; quel que soit le nom apparemment plus valorisant que nous voulons leur donner.

        Si vous voulez être respecté, si vous voulez que vos enfants soient respectés, l’absence d’irrespect envers autrui ne suffit pas; il faut aussi que vous vous respectiez vous-même, et exigiez des tiers qu’ils vous respectent aussi.

        Laissez donc au placard les fautes que vos ancêtres ont, ou n’ont pas commises.
        Et essayez de ne pas en commettre ou cautionner d’autres plus graves encore.

        • Quel harcèlement moral !

          • Je croyais que nous étions dans un débat ouvert.
            Les propos tenus par ces gens qui ne partagent pas votre vision Bisounours de ce monde sont-ils à ce point du « harcèlement moral » ?

            Toutes les sociétés décadentes ont leur Munich, unique ou répété.
            Comme beaucoup d’otages qui ont renoncé à se battre ont leur syndrome de Stockholm.

            Là où vous faites fausse route est de croire qu’en déposant les armes (que vous n’avez peut-être déjà plus) vous pouvez espérer que vos adversaires vous respecteront. C’est contraire à la nature humaine, et aussi aux multiples enseignements de l’histoire. Le faible qui se soumet sans combattre et sans essayer de recréer un équilibre de forces n’est jamais respecté; ses biens sont pillés, ses femmes sont assujetties au bon plaisir du vainqueur, comme au Levant ou au Nigéria en ce moment, et ses hommes réduits en esclavage. La soumission est toujours abjecte.

            Dans quel monde voulez vous vivre ?

            • Moi je l’aime bien ce mister B, avec ses « allons vers la paix » et autres « sauvons les enfants ».
              Ça ramène un peu de douceur dans ce forum de brutes 😉

            • je veux vivre dans un monde de paix parce que je suis vivante comme l’environnement d’ailleurs.
              La paix de l’âme c’est la mort. Il y a bien la réincarnation, pour moi c’est comme de la folie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robby Soave. Un article de Reason

 

L'année dernière, la comédie originale de Dave Chappelle, The Closer, a suscité l'ire de la communauté des activistes transgenres, et Netflix est devenu la cible de protestations. Ted Sarandos, co-PDG du géant du streaming, a d'abord défendu le droit de Chappelle à créer des comédies offensantes, mais il est revenu quelque peu sur ses commentaires dans le but d'apaiser "un groupe d'employés qui ressentaient certainement de la douleur et de la souffrance."

Il était donc diffic... Poursuivre la lecture

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles