Belgique : l’« alternative socialiste » ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Belgique : l’« alternative socialiste » ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 24 décembre 2014
- A +

Par Thierry Godefridi, depuis la Belgique.

Marx credits montecruz fotos (licence creative commons)

17 décembre 2014 : au lendemain du Grand Direct de son successeur à la télévision et à la radio sur la même chaîne, le Président du PS wallon et ancien Premier ministre belge est sur Bel-RTL l’invité du 7h50, l’interview qui précède le journal parlé de 8 heures. Martin Buxant lui demande ce qu’il a retenu de positif de l’intervention de son successeur : manifestement rien. Il reparle du saut d’index, des « 400 € de perte de pouvoir d’achat pour le citoyen » que le PS wallon rabâchait déjà avant que la première mesure du nouveau gouvernement de centre-droit ne soit annoncée, il égratigne le Gouverneur de la Banque nationale de Belgique dont il promet de reparler dans ses mémoires et il répète quatre fois qu’il « existe une alternative ».

Flashback. Nous sommes le 21 novembre 2014, sur le même plateau, avec les mêmes protagonistes. Martin Buxant au Président du PS wallon : « Vous êtes un social-démocrate… ». Son interlocuteur lui rétorque : « Permettez-moi de vous reprendre : mon profil est un profil de socialiste. » « Social-démocrate », insiste l’interviewer ; « non, ça, ce ne sont que des mots, je tiens à ce que je suis, je suis socialiste et j’entends rester socialiste. »

La nuance n’est pas anodine. Elle signifie que le PS wallon épouse plutôt les lignes du socialisme à l’italienne, à l’espagnole, à la portugaise ou à la grecque qu’il ne revendique une identité commune avec la social-démocratie réformiste de type allemand (SPD) dont l’un des éléments constitutifs fut historiquement l’anti-communisme et, partant, l’adhésion à un modèle de démocratie représentative érigée sur le multipartisme politique.

Comme le démontrèrent la volonté du gouvernement d’Helmut Schmidt (SPD) de sauvegarder la compétitivité des entreprises (sur fond de stabilité monétaire et de faible inflation) lors de la crise économique consécutive aux chocs pétroliers des années 70 et, plus tard, l’Agenda 2010 du gouvernement Schröder (SPD) visant à asseoir cette même compétitivité via une libéralisation du marché du travail, une baisse des prestations sociales et une réforme des retraites, l’approche social-démocrate tend à privilégier l’intérêt général et le consensus socio-économique.

En se démarquant de cette approche « win-win » propre à la social-démocratie et en affichant un socialisme radical, le PS wallon s’inscrit dans une logique « win-lose », un jeu politique à somme négative dans lequel la lutte des classes est sous-jacente et dont l’objectif est d’écraser l’adversaire et non d’arriver à un quelconque compromis.

En cela, le Président du PS wallon reste cohérent par rapport aux statuts du parti qu’il a présidé et dont l’article premier dans la dernière remise à jour datant de 2013 continue d’énoncer que « le PS a pour but d’organiser, sur le terrain de la lutte des classes, toutes les forces socialistes de Wallonie et de Bruxelles (…) afin de conquérir le pouvoir pour réaliser l’émancipation intégrale des travailleurs ».

alternative socialiste rené le honzecSans doute cela explique-t-il aussi les vociférations ayant miné la séance d’inauguration du nouveau gouvernement au Parlement fédéral, les diatribes véhémentes aux relents de haine de classe dont a souffert le consensus social belge et la virulence des grèves qui ont paralysé la Belgique ces derniers mois. Car, sinon, comment cet acharnement s’expliquerait-il dans le contexte d’une démocratie représentative ? Et, s’il existe une alternative comme le Président du PS wallon ne cessa de le répéter sur l’antenne de Bel-RTL, pourquoi son parti n’a-t-il pas profité de sa présence à tous les niveaux de pouvoirs en Belgique pendant vingt années consécutives pour réduire la dette publique qui, sous sa direction, a dépassé les 100% du PIB, et pour diminuer le poids de l’État dont la part dans l’économie belge en préjudicie la croissance et y favorise le chômage ?


Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Ah ? «…mon profil est un profil de socialiste. » éructe l’héliotrope(*).
    Ce faisant, marionnettiste hypocrite, il se moule parfaitement dans le profil moyen de ses Z-électeurs : usage de discours simplistes (les 300 mots-clés au ras-des-pâquerettes) aux fins médiatiques de rester compris par ses adeptes d’errance (**) !

    L’histoire retiendra que le coq (ou la poule) wallonne pivote au gré des vents : hier belgicain, aujourd’hui d’opportunité wallingante, quant à demain … sera un autre jour !
    Dire que les con-venances firent de cet ambigu un minisss d’Etat !
    Pauvres région wallonne et fédé wallo-bruxelloise…

    (*) calcédoine vert foncé, tachée de rouge et opaque ! (Larousse)
    (**) http://papidoc.chic-cm.fr/22errance.html

  • le ps est ni plus ni moins qu’une mafia. sa force électorale vient du clientélisme. le meilleur moyen de détruire le ps s’est d’enquêter sur ses magouilles. mais vu que le ps a des liens avec la magistrature cela est difficile. la wallonie était la région la plus riche de Belgique puis c’est devenu le haut lieu du socialisme et la wallonie s’est appauvri tandis que la flandre plus à droite s’est enrichi. même chose pour la suisse francophone et le québec deux bastion de la gauche qui sont comme par hasard plus pauvres qu le reste du pays

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Extrait de Philippe Nemo, Histoire des idées politiques aux Temps modernes et contemporains, PUF, 2002, p. 779-781.

Si l’on entend par socialisme une doctrine, ou une famille de doctrines, condamnant la propriété privée, prônant la mise en commun des biens, imposant des conduites normées qui restreignent la liberté individuelle, il est clair – et les premiers socialistes ont explicitement revendiqué cette parenté – que le socialisme peut et doit être rapproché des « communautés primitives » ayant précédé l’émergence de l’État et des so... Poursuivre la lecture

Par Doug French. Un article du Mises Institute

Relatant une boutade de l'économiste soviétique Nikolai Fedorenko, Yuri Maltsev a illustré le problème du socialisme dans sa préface à l'ouvrage de Ludwig von Mises intitulé Economic Calculation in the Socialist Commonwealth. Fedorenko a déclaré à l'époque, selon les mots de Maltsev, "[Un] plan économique entièrement équilibré, vérifié et détaillé pour l'année suivante serait prêt, avec l'aide des ordinateurs, dans 30 000 ans."

L'intelligence artificielle comme outil socialiste ?

Vi... Poursuivre la lecture

Par Martin Giraud.

Une ritournelle revient constamment dans le débat public, affirmant que le libéralisme économique serait condamnable car il serait mauvais pour les personnes modestes.

Malgré la longue tradition libérale occidentale ayant abouti à une hausse sans précédent de notre niveau de vie depuis deux siècles, cette idée s’est ancrée chez une majorité de gens depuis quelques décennies.

Elle n’est bien sûr pas nouvelle, mais elle transcende désormais la plupart des courants politiques, alors qu’elle était auparavan... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles