Les mauvaises leçons d’Axelle Lemaire en matière de numérique

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Silicon Valley CC Christian Rondeau

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les mauvaises leçons d’Axelle Lemaire en matière de numérique

Publié le 17 décembre 2014
- A +

Vous ne la connaissez probablement pas, et c’est bien normal, d’autant qu’elle vous le rend bien : Axelle Lemaire est l’une de ces ministricules dont le gouvernement s’encombre pour récompenser les copains et les coquins du Parti. Pour l’occuper, on l’a placée comme secrétaire d’État chargée du numérique, des choses qui font pouic et tût et des réseaux sociaux qu’il faut maîtriser pour avoir l’air à la mode. Et pour avoir l’air à la mode, elle a l’air. Mais pas les paroles.

La semaine dernière se tenait à Paris la conférence LeWeb qui permet de rassembler, le temps de quelques jours, des investisseurs, des entrepreneurs de jeunes pousses, des personnes reconnues de la Silicon Valley, et (surtout) quelques politiciens en mal de reconnaissance et d’accolades chaleureuses d’un public toujours plus difficile à contenter. C’est d’ailleurs pour cela qu’on retrouve régulièrement dans ces happenings des représentants d’un État qui, le reste du temps, s’emploie à rendre misérables les vies de ceux qui participent à ces réunions publicitaires pétillantes : en quelque sorte, cela permet aux prédateurs fiscaux de marquer le bétail et de repérer les spécimens appelés à devenir les plus dodus.

la french techEn vague rapport avec la tenue de cet événement, il n’était donc pas surprenant de retrouver Axelle Lemaire frétillant au milieu de tout ça, d’autant qu’elle doit poursuivre l’indispensable tâche de la ministre qui l’a précédée à sa place, Fleur Pellerin. Rappelez-vous : en février dernier, cette dernière lançait, en fanfare et avec vos sous, un site web et un million de petits bricolages, aussi éthérés qu’amusants, sur le thème prédigéré de la French Tech, le tout estampillé d’un magnifique coq rose du plus bel effet.

À peine hum broum hmmf 10 mois plus tard ahem, le bidule gouvernemental pénètre un peu dans le concret tiède avec l’investissement dans des accélérateurs privés via le fonds French Tech Accélération doté de 200 millions d’euros (souriez, vous payez). Dans ce cadre, la déléguée Lemaire a décidé de répondre à un entretien avec La Tribune.

C’est pratique, un entretien. Cela permet à notre petite secrétaire d’exprimer tout haut quelques bêtises que nos gouvernants pensent tout bas ou chuchotent niaisement en privé.

On y apprend notamment que ce fameux fonds d’investissement est géré par BPIFrance, ce qui place immédiatement l’ensemble de la démarche sur la même trajectoire que Challenger en janvier 1986, ou Ayrton Senna en mai 1994.

On apprend aussi que la pauvrette tente des trucs à l’Assemblée afin d’aider les jeunes pousses, grâce à son idée de « Corporate venture ». Fouyaya : quand on voit l’ensemble des lois fiscales concoctées par ce gouvernement et les précédents, notamment pour capter un maximum de la plus-value obtenue à la revente des parts de sociétés, forcément, ça va bien se passer : dans l’idée d’Axelle, ça glisse au pays des merveilles.

boat crash

Mais surtout, on apprend que le petit appendice ministériel a une vision bien arrêtée du monde, d’autant plus qu’elle a rencontré des investisseurs américains, qu’elle a bien vite remis à leur place. Pensez donc ! « La Silicon Valley est pour eux le centre du monde. » Comme c’est rétrograde ! S’en suit une saillie d’un calibre si conséquent qu’il faut l’analyser morceau par morceau.

Ça commence assez fort par un jugement à l’emporte-pièce propulsé au fulmicoton :

Je ne suis pas sûre que la Silicon Valley soit le modèle social dont il faille s’inspirer et que l’affolement autour des valorisations de startups d’application de service qui seront peut-être oubliées dans 12 mois soit très sain pour l’économie américaine.

Certes. On peut cependant observer en contrepartie qu’il y a des milliers, disons des centaines ou mêmes de dizaines d’applications de service françaises qui adoreraient probablement bénéficier de ce genre d’affolement, même si c’est pour être oubliées douze mois plus tard. D’autant qu’actuellement, les rares innovations françaises dont on parle sont oubliées au bout d’un mois. Du reste, on peine à voir dans Silicon Valley autre chose qu’une localisation géographique. Si modèle social il y a, la comparaison avec le français mettrait ce dernier en difficulté (le revenu moyen de la vallée est près de trois fois supérieur au français, et les facilités locales en terme de transports, d’éducation, de santé n’ont pas à rougir face au magnifique RER B ou à nos universités rutilantes par exemple).

Mais pour Axelle, le problème est plus grave encore qu’une bête question de modèle social :

Je ne suis pas sûre non plus que la Silicon Valley joue un rôle exemplaire dans la transformation numérique plus globale de toute l’économie et la société au bénéfice de tous, en embarquant tout le monde, y compris les ouvriers. Nous n’avons donc pas de leçon à recevoir de la Silicon Valley.

Oh que non, les idées de ces gens-là sont à prendre avec des pincettes ! D’ailleurs, la transformation numérique de la société, ouh là, c’est pas que du bon ! Le minitel à la poubelle, c’est la fotala Silicon Valley ! Le Bebop de France-Télécom au placard, même chose ! Le TO7 qui n’a pas décollé, comment ne pas incriminer Steve Jobs ? Vraiment, Axelle et son gouvernement n’ont aucune leçon à recevoir, ni d’eux ni de personne. Ils savent et elle sait. Et d’ailleurs, on ne remplit pas un verre plein : le nombre conséquent de géants français du numérique parle de lui-même.

En outre, avec toute cette arrogance (celle des Américains, bien sûr, pas celle de la Française qui distribue des bons et des mauvais points en invitant des gens dont elle veut bien l’argent mais pas les leçons — suivez, un peu !), il semble évident que la Silicon Valley va louper un truc hyper-important :

La Silicon Valley risque de rater le train du développement numérique raisonné, éthique, en croyant être le centre du monde. Je m’intéresse beaucoup au boom des usages mobiles en Afrique, continent grâce auquel le Français sera la première langue parlée au monde en 2050, ce qui représente un énorme potentiel en termes d’e-éducation, d’e-santé, de chantiers d’infrastructures.

Le train du développement numérique raisonné et éthique.

long facepalm

Mais qu’est-ce que c’est-y donc que c’est que machin-bidule ? Vous ne savez pas ? Vous pouvez coller tout et n’importe quoi derrière ces concepts fumeux ? C’est un truc qui respecte les animaux et l’environnement, tout en apportant du bien-être et de la mobilité sociale avec des morceaux de respect des différences, c’est ça ? Vous sentez comme une forte odeur de caca de taureau ? C’est normal, c’en est.

le Français sera la première langue parlée au monde en 2050

stupid cat

Non. Déjà, l’étude vague à laquelle se réfère la pauvrette indique plutôt qu’elle sera en deuxième ou, plus probablement, en troisième position, et d’autre part, cette étude reste une prospective franchement hardie. 2050, c’est très loin, ce qui permet une imagination audacieuse mais, ma brave Axelle, ça ne permet pas d’affirmer n’importe quoi pour se faire mousser.

Heureusement, la fin de l’entretien pèse et enveloppe le tout dans un gros papier journal comme on le fait du poisson le vendredi matin à l’étal :

Là sont les vrais enjeux : le rôle de l’État n’est pas de permettre à un individu de devenir milliardaire ! Ce n’est pas un discours contre la richesse ou l’innovation, je pense au contraire que la France constitue un terreau très attractif et très favorable à l’entrepreneuriat. (…) une partie de la mission de la French Tech est d’organiser des visites de VC, de capitaux-risqueurs. Je leur dis qu’ils sont bienvenus, que les mots clés sont stabilité, prévisibilité, accompagnement. J’espère que mon invitation va être entendue.

En effet, le rôle de l’État n’est pas de permettre à l’individu de devenir milliardaire, mais certainement pas non plus de l’en empêcher. Actuellement, un tiers des milliardaires français a quitté la France, et il serait peut-être temps de s’en rendre compte. Ce qui éviterait à Axelle de sortir des balivernes sur le « terreau attractif gnagna », violemment contredit par les faits, ou la consternante affirmation sur la stabilité et la prévisibilité française qui sont a contrario les principales raisons de la fuite de cerveaux, de talents et de richesses observée actuellement.

Pauvre Axelle qui, persuadée de n’avoir aucune leçon à recevoir de personne, n’en a à l’évidence pas reçu assez, et fait ici la démonstration d’une cuistrerie assez phénoménale. Car même en imaginant la France sous ses meilleurs atours, on aura toujours à apprendre des autres. Et lorsque ces autres nous tiennent, sans la moindre difficulté, la dragée bien haute, il serait de bon aloi et de bonne intelligence de prendre des notes. Par exemple, pour comprendre que la dernière des choses dont la technologie et l’innovation ont besoin en France, c’est d’une nouvelle intervention de l’État qui a largement saboté le domaine par ses incessantes exactions (fiscale, politique, financière).

Et avant tout ça, quelque chose dont les investisseurs étrangers, américains et autres, se passeront fort bien, Axelle, ce sont vos conseils et votre arrogance.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (42)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (42)
  • il me semblait pourtant que l’Élysée avait vendu sa cave , resterait il encore de bonnes bouteilles cachées dans son ministère ..du numérique éthique..non, éthylique 😉

  • Je trouve cet article très dur avec notre gouvernement.

    Ils ont quand même créé la Silicon Valois (15 jours) excusez du peu.

    http://cblog.culture.fr/siliconvalois/actualites/fin-du-premier-acte-pour-la-silicon-valois/

    Avec des projets qui ont fait trembler l’industrie du numérique et dont on a pas fini d’entendre parler.

    Mes préférés sont le data cooking ou le Joconde Lab.

    En regardant la vidéo sur le datacooking (130 vues quand même en 1,5 an) http://cblog.culture.fr/projet/2013/07/09/data-cooking/ on perçoit facilement notre avancée technologique et comment l’Etat peut servir de levier.

    Ainsi comme l’atteste la vidéo, à la Silicon Vallois, on fait du numérique sans ordinateur, avec des collages, du coloriage (au feutre de couleur), du papier, et un tube de colle. Voir ainsi la crème de notre industrie numérique réfléchir c’est rassurant et à mon avis, le MIT là, ils sont largués pour au moins 15 ans.

  • D’accord sur tout, et j’ai envie de rajouter que Axelle le Maire, c’est « blabla »… »on subventionne encore et encore comme on fait depuis des dizaines et dizaines d’années aux frais du reste de la population quelques personnes choisis par l’Etat »… »blabla »…
    De plus, et la c’est plus spécifique au domaine des startups techno, mais les financements servent à :
    – soit ils ont besoin de fonds car ils n’ont pas de modele economique et donc on restera pendant longtemps dans de la valorisation artificielle (ce qu’elle dit qu’elle veut pas) car il n’y aura pas de modele eco trouvé, mais que le portefeuille de client potentiel est grand.
    – soit ils veulent la gratuité au début pour pouvoir apporter le prix après une fois que les gens sont habitués et dépendant (donc ces subventions issus du peuple francais serviront a faire des milliardaires sur le dos des citoyens francais)

    Alors autant un actionnaire privé qui fait tout cela est normal et il recolte ce qu’il aide a semer… autant quand c’est l’Etat qui paye (remarque c’est normal « c’est gratuit c’est l’Etat qui paye » comme dit le patron) et donc qui demande aux citoyens de financer obligatoirement un futur millionnaire ou bien de jouer ses impots aux casino… c’est assez symptomatique… bref ca continue.

  • « Et pour avoir l’air à la mode, elle a l’air. Mais pas les paroles. »

    « dans l’idée d’Axelle, ça glisse au pays des merveilles. »

    Pierre Dac sors de ce corps ! 😀

  • Axelle organise des visites de VC. Attention au double Axel ! Et en France on a le Bon Coin, bien qu’un peu petit, pour représenter l’économie numérique…

    On dit maussade comme un Californien
    Moi j’peux vous dire qu’c’est pas mon impression
    Car tous les gars d’la Silicon Valley
    Ne sont pas prêts d’arrêter d’rigoler.

    (Au refrain)
    Encore heureux l’drink était bon
    Quand l’Axelle elle a fait son sermon…

  • le gars du bateau a perdu ses lunettes et recupéré 2 nanas sur le corps.
    Qui conduit le bateau après ?

    Votre chat devrait arrêter le shit, il a l’air un poil nerveux….

    Enfin pour la ministre du truc machin….pffff, que dire ?!

    Elle a certainement une centaine de personnes pour l’aider dans sa tâche. À empiler des dossiers, rapports, analyses….l’on a toujours l’impression d’etre utile.

    Un petit écosystème fermé, hermétique, têtu, stupide, inutile, forcement corrompu, qui au lieu d’aider, bouffe du pognon. Bien pire, que coûter de l’argent (et de nous ruiner), ces gens nuisent au bonheur des gens.

    Que peut on faire à des gens qui s’attaquent à notre vie, notre argent, notre bonheur, notre santé…..

    Hum, j’ai bien une petite idée. Vu les gens sur la route en ce moment. Ça m’a l’air chaud dans les chaumières.

  • Bien vu, encore une fois.
    En plus d’être, finalement, bêtes et prétentieux, ils n’ont jamais les moyens de leurs ambitions, ces politiques. De véritables boulets. C’est systématique : avec eux, toute idée, même bonne (1 sur 1000), finit dans le bricolage de kermesse et le foutage de gueule. Et dès qu’ils s’emparent d’un projet en voie de réussite, ils le plantent, et nous plantent avec. C’est désespérant.

  • Elle sert a quoi ?

    Euh bah en fait elle dépense les impots des autres. trop fort comme job « en fait c’est nous qu’on na rien compris ».
    Moi je vais demandé une subvention pour un site social au bonheur de tous qui fera travaillé tous le monde et qui aidera notre prochain et qui sera à l’image de la france et surtout un énorme lobbing , et hop la subvention empoché j’irais à la Silicon Valley …. je pouff.

    Même des gamins de 15 ans arrive à empocher de l’argent en jouant sur le net en revendant des profil ou en établissant des petites applications qu’il mettent en vente sur microsoft apple ou playstore….

    Non mais ils sont complètement dépassé, les sociétés vont prendre le pas sur les politiques et ils s’en rendent même pas compte tellement ils sont coincé dans leur bulle idéologique.

    L’économie numérique n’existe meme plus, elle est déjà dépassé, la nouvelle génération n’aura plus besoin de ces infrastructure étatique et ces boites qu’il veulent nous mettre.

    Certain parle dans certain Web d’une plateforme dans les eaux international en dehors de toute souveraineté et la il feront quoi tous ces états moribond et protectionniste pfff ridicule,petit , pourris, sans aucun avenir.

  • Axelle Lemaire :

    Formation :
    – études supérieures, d’abord de lettres modernes (hypokhâgne) puis de sciences politiques à Sciences Po (section service public).

    Vie professionnelle :
    Elle se spécialise en droit international (maîtrise, DEA à l’Université Panthéon-Assas et maîtrise au King’s College de Londres) avant d’enseigner le droit à l’université et d’intégrer un société d’avocats3.

    Elle est donc tout à fait formée et expérimentée pour décider et orienter l’avenir technologique et économique de la France.

    • Je suis d’accord
      Et de plus : In Wikipedia

       » Vie privée : Lemaire habite avec son épouse et deux enfants à Paris (avant à Londres). »

      Ce qui ne gâche rien, bien au contraire.

      • La véritable représentation de la société, mon bon monsieur. Vous ne voudriez tout de même pas qu’un honnête gouvernement socialiste fasse dans le racisme ou l’homophobie. Laissez toutes ces bassesses à ceux qui n’ont pas l’intelligence de faire partie du peuple de gôoooche.

      • C’est quoi le rapport ? Autant Pragmat a raison, autant vous, vous dites n’importe quoi juste pour déverser votre petite haine maison… après libre à vous de vous exprimer, mais au moins essayer de justifier vos propos, que cela, ait au moins l’air d’avoir une liaison avec le sujet. Je ne veux pas dire de betise, mais elle aurait été musulmane la ca aurait été la totale pour vous non ? J’avoue qu’une homo qui gere Internet c’est totalement incoherent, c’est comme un oiseau qui volerait dans le ciel, d’une incoherence totale.

        C’est avec ce genre de propos incohérent et hors sujet, que, justement, les abrutis qui nous dirigent arrivent a ne pas repondre sur les fonds des sujets vu que certains arrivent a les detourner des sujets importants.

      • Pourtant, elle n’a pas la gueule de l’emploi, je trouve :/

        • Ah bon ? La photo avec Hollande sur Wikipedia montre qu’elle est blonde, et qu’il a l’air de la trouver bien, deux caractéristiques révélatrices 🙂

  • Axelle qui ? Quoi ?
    Fermez la lumière… en partant.

  • J’aurai bien aimé moi que Microsoft, Google, Amazon Ebay etc… soient français. Vu leur niveau de réussite un être humain normal dit chapeau l’artiste et essaye d’en prendre de la graine.

    notre secrétaire d’Etat dépense l’argent des autres et ose toiser de haut des entreprises qui ne voudraient même pas d’elle comme secrétaire d’accueil.

    Heureusement qu’en France on arrive encore à donner des leçons au reste du monde alors que nous baignons dans la merde étatique jusqu’au cou.

    Avec Axelle c’est certain dans 10 ans on sera au niveau de la somalie….

    • J’aurai dit la Corée du Nord.

    • Pour google vous avez Quaero la perle des moteurs de recherche financée sur vos deniers . ça a coûté 200 millions d’euros (ce qui n’est pas très cher) sauf que …. il n’y a pas de moteur de recherche .

      Mais comme ils disent sur leur site « ça a été une fantastique aventure humaine ». Heureusement pour 200 millions.

      Ils aimeraient cependant un peu plus d’argent public mais pour cette fois révolutionner le Clound.

      Soyez patient et vous allez voir ce que vous allez voir.

      • je ne connaissais pas Quaero. je suis allé voir…..

        Hum ce truc m’aurait encore fait rire il y a quelques années sauf que c’est payé avec vos impôts et les miens donc. Stop rire !!!

        Google Microsoft et Facebook ont été crées dans un garage et on a vu leur évolution.

        Quaero a sans doute permis a quelques énarques de se gaver de pognon à 100000 euros le rapport de 20 pages rédigé avec des phrases alambiquées incompréhensibles du même style que celles déclinées sur la page d’accueil de ce bouzin à 200 millions.

        Il en va de même du programme satellitaire censé concurrencer le GPS…..

        Un moment ou un autre il faudra demander à ces politocards irresponsables des comptes et là ça va saigner

        • « Un moment ou un autre il faudra demander à ces politocards irresponsables des comptes »
          Il n’y aura pas de meilleur moment qu’aujourd’hui, et pourtant personne ne le fait.

        • Parce qu’il y a encore des gens qui croient réellement qu’avec du fric on fait un moteur de recherche?

          Il faut certes du pognon pour l’infra, des têtes bien faites (et très intuitives), et surtout des cycles d’essais, plein de tests, tester, tester, tester.

          Et pour ça il faudrait des années de développement. Année que Google a utilisé pour aller au delà des valeurs propres-point fixe de son théorème machin chose.

          Pour faire Airbus on s’est appuyé sur l’expérience du Concorde en contrôle par ordinateur. Et les premières versions avaient plein de bugs.

          Pour faire un moteur de recherche européen, on s’est appuyé sur …?

          • @Anticrétins

            « Pour faire un moteur de recherche européen, on s’est appuyé sur …? » Au choix :

            – notre arrogance
            – notre incompétence
            – notre méconnaissance de l’économie
            – nos impôts
            – le désir de nos politiques de faire un effet d’annonce (de plus)

      • A la limite en france à défaut d’un moteur de recherche on devrait pouvoir faire un très bon moteur de perte…

  • Aujourd’hui, nous avons:
    E-joint, autoroute, Najat, Hollande veut faire jeune, Jospin jospine, et les autres.

    Ce que cela m’évoque:
    Une bande de lapins (cretins) devant les phares d’une voiture. Une douce nuit de noel, la route est givrée.
    Merde, 3 lapins en moins. Bah, qui va le savoir ?

    • E-moi: « Une bande de lapins (cretins) devant les phares d’une voiture »

      Ça supposerait qu’ils soient responsables de leurs actes et paient les conséquences.

      Naëver ! C’est bien pour cela qu’ils continuent en roue libre.

      • The equalizer.
        La nature s’equilibre, c’est ainsi !

        A priori, nous sommes au maxi aujourd’hui…l’equilibre, c’est maintenant.

    • E-joint : MST est déjà dessus. Le produit est mort-né.

      Alors que justement, le canabis est de plus en plus utilisé pour ses propriétés autres que psychotropes. En France on a pas de pétrole mais on a des interdictions 😉

      • On s’en fout, dépassons l’Etat !

        Ras le bol de ce vieux dinosaure corrosif.
        Même pas le droit de crever dignement dans ce pays.

        Non, ces gens ne sont pas respectables.

  • Axelle Lemaire …

    Je l’avais entendu à la radio tandis que je conduisais. La qualité de ses propos m’avait poussé à éteindre la dite radio, et continuer mon trajet dans un silence reposant.

  • Comparer la France et la silicone valley c’est un peu comme comparer un centre commercial soviétique et un autre occidental…. y’à pas photo…

    Elle est grave Axelle…

  • La mise à jour de son site date de mars 2014…Pour une secrétaire d’État chargée du numérique, ça fait un peu tache…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Scott Shackford. Un article de Reason

Un document de travail récemment publié prétend montrer que les vastes lois sur la confidentialité des technologies mises en œuvre par l'Union européenne en 2018 ont considérablement étouffé l'innovation des apps et potentiellement privé les consommateurs de produits utiles.

Le rapport a été publié par le National Bureau of Economic Research, et il tente de calculer les effets sur les consommateurs du Règlement général sur la protection des données (RGPD), une loi de l'Union européenn... Poursuivre la lecture

Par Alexander Hammond. Un article de HumanProgress

Voici le trente-troisième épisode d’une série d’articles intitulée « Les Héros du progrès ». Cette rubrique est une courte présentation des héros qui ont apporté une contribution extraordinaire au bien-être de l’humanité.

Nos héros de la semaine sont George Hitchings et Gertrude Elion, les deux scientifiques américains qui ont initié le développement de la conception rationnelle des médicaments.

Jusqu’alors, la méthode classique employée pour les découvrir reposait sur un... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

Côté face, Elon Musk est un entrepreneur à succès avec SpaceX, Tesla, Neuralink et X.com (futur PayPal). Côté pile, Elon Musk est un trublion médiatique trop heureux de jouer avec les réseaux sociaux et les crédules. Irritant, séduisant, provocant, exaltant, il est peu dire que l’individu déclenche les appréciations les plus tranchées dans les discussions, les rédactions et les commissions d’enquête.

Devenu troisième fortune mondiale (115,4 milliards de dollars estimés) en 2021, l’entrepreneur américain d’ori... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles