Smart, enquête sur les internets

La mondialisation numérique n’est pas une uniformisation : l’internet ne dissout pas les identités culturelles.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
smart

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Smart, enquête sur les internets

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 14 décembre 2014
- A +

Par Jean-Baptiste Noé

smartFruit de cinq ans de recherches et d’une cinquantaine de pays visités, Smart est une enquête de Frédéric Martel sur les internets. L’auteur emploie le pluriel à dessein. Sa thèse est de démonter l’idée que la mondialisation numérique est une uniformisation. En réalité, chaque ville, chaque pays, a un internet différent, et chaque communauté à ses pratiques d’internet.

En dépit de son image uniforme globale, internet est partout différent. Ayant enquêté en Europe, en Russie, en Amérique latine ou en Asie, l’auteur démontre qu’Internet est territorialisé. La pratique du web est fortement ancrée dans un territoire. Internet ne dissout pas les identités culturelles, il n’aplanit pas les différences linguistiques, il les consacre. « Le futur d’internet n’est pas global, il est ancré dans un territoire », nous dit l’auteur. Témoin au Kenya, où des entrepreneurs locaux ont créé des entreprises de production de films de quelques minutes sur la vie des habitants. Ils ont permis l’ouverture de cafés internet, où l’on paye pour recharger son téléphone et pour se connecter. En Afrique, il n’y a pas d’ordinateur, car ils coûtent trop cher, mais la population est passée directement au téléphone ou à la tablette, en sautant l’étape ordinateur.

Le grand enjeu d’internet, c’est la bataille de la langue. Les Espagnols se sont battus pour maintenir le ñ. Dans les pays de l’Est, on crée du contenu en cyrillique. Preuve de la territorialisation d’internet, dans les pays de l’ère d’influence russe on voit se dessiner un combat linguistique, qui est aussi politique, entre ceux qui adhèrent à un internet en cyrillique et les pays qui le refusent et le préfèrent en anglais. En Ukraine, la fracture sépare le pays entre l’Est et l’Ouest.

Par internet transitent la musique, les chaînes d’information, les séries télévisées, qui sont autant de combats culturels, qui sont tout à la fois identitaires et localisés. Internet n’est pas un espace de frontières toujours repoussées, mais un lieu où les identités et les différences culturelles s’affirment. Même si nous avons la possibilité d’accéder aux contenus du monde entier, notre usage d’internet reste très local et limité à notre domaine culturel. « Loin d’un mondialisme sans frontière, la transition numérique n’est pas une homogénéisation. La révolution numérique apparaît, au contraire, comme une territorialisation et une fragmentation : internet, c’est un territoire » démontre Frédéric Martel. Internet renvoie à une communauté, que celle-ci soit religieuse, ethnique, culturelle ou sexuelle.

Internet est fracturé en fonction des cultures, des langues et des régions. Il s’inscrit dans un territoire qui est celui de la communauté, cette communauté pouvant transcender les frontières nationales. C’est en collant à la réalité des territoires et des vies humaines qu’internet a pu avoir un tel succès. Témoin Google Maps dont on se sert essentiellement pour trouver son chemin dans son propre pays, mais très rarement dans un pays étranger.


Sur le web.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Avec le pouvoir d’achat, l’écologie et l’immigration, un autre clivage entre les candidats aura été la mondialisation. Marine Le Pen a plaidé le souverainisme français, Emmanuel Macron le souverainisme européen. Mais les réalités de la mondialisation ne se limitent pas au choix du souverainisme. Elles sont en apparence très complexes, et je crois nécessaire de mettre de l’ordre dans les concepts et dans les faits.

Deux types de mondialisation

Je soutiens qu’il existe deux types de mondialisation : une mondialisation politique et une mo... Poursuivre la lecture

localisme
0
Sauvegarder cet article

Par Diego Taboada. Un article de Liber-thé

Lors de la crise du Covid-19, beaucoup de critiques ont été émises sur le système économique actuel. Des appels à la lutte contre la surconsommation, au retour à la nature et à la mise en place d’un système plus local, en opposition à la mondialisation des échanges, se sont fait entendre. L’idéologie du localisme popularisée dans les années 1980 par les mouvements écologistes a ainsi été remise au goût du jour.

Bien que les libéraux soient souvent sceptiques envers ce projet de société ... Poursuivre la lecture

Après la présentation, ainsi que des analyses précises et détaillées portant sur les enjeux liés aux techniques et technologies du numérique, objets d’un premier volume, puis la portée économique prodigieuse de ces technologies, étudiées dans un second tome, cette importante somme de connaissances et de réflexions se poursuit à travers ce troisième et ultime volume, consacré aux enjeux sociétaux et aux nombreuses questions que soulève la pratique du numérique.

Réunissant une nouvelle fois les contributions de multiples spécialistes ven... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles