L’aversion aux inégalités : un biais cognitif inné ?

meute credits Rouzet (licence creative commons)

Serions-nous des « égalitaires naturels » ?

Par Le Minarchiste.

meute credits Rouzet (licence creative commons)

Je n’ai pas beaucoup apprécié ce livre de Paul Bloom en général, mais la section traitant du « biais d’égalité » m’a particulièrement intrigué.

Une série d’études montre que les enfants et les bébés démontrent un biais égalitaire, c’est-à-dire une pulsion irrationnelle qui les amène à préférer une allocation égale des ressources. Serions-nous des « égalitaires naturels » ?

Dans une expérience menée par l’auteur, Karen Wynn et Mark Sheskin, des enfants âgés de 5 à 10 ans se sont fait offrir une série de choix visant à répartir des jetons entre eux et un autre enfant, pouvant ensuite être échangés pour des jouets. Entre avoir un jeton chacun (1/1) et deux jetons chacun (2/2), les enfants ont choisi rationnellement d’avoir deux jetons chacun. Cependant, quand on présente à l’enfant un choix en vertu duquel il peut obtenir 2 jetons et l’autre enfant 3 (2/3), l’enfant préfère que chaque enfant en obtienne un seul (1/1), même s’il se retrouve lui-même avec un jeton de moins. Autrement dit, les enfants sont prêts à sacrifier un jeton pour ne pas se retrouver en situation de désavantage relatif. De plus, les enfants de 5 et 6 ans préfèrent une répartition 1/0 à une répartition 2/2, ce qui est tout aussi irrationnel (les enfants de 7 à 10 ans ont choisi 2/2).

Les psychologues Kristina Olson et Alex Shaw ont raconté à des enfants de 6 à 8 ans l’histoire de « Mark et Dan », qui ramassent leur chambre et sont récompensés par des gommes à effacer. Il y a 5 gommes à distribuer, ce qui ne permet pas une répartition égale. Dans ce cas, les enfants ont choisi de jeter la cinquième gomme plutôt que d’en arriver à une répartition inéquitable. Il est évidemment irrationnel de détruire une ressource pour obtenir une répartition égale. Cependant, si on leur mentionnait simplement que « Mark en a ramassé davantage de Dan », alors les enfants remettaient la cinquième gomme à effacer à Mark. Le mérite est donc pris en compte dans le concept d’équité des enfants.

Les chercheurs Alessandra Geraci et Luca Surian ont aussi observé chez des bébés de 16 mois que ceux-ci préféraient une marionnette qui distribue les choses de manière égale à une marionnette qui les distribue inéquitablement. Marco Schmidt et Jessica Sommerville ont obtenu les mêmes résultats avec des bébés de 15 mois.

Cependant, une expérience menée par les psychologues Stephanie Sloane, Renee Baillargeon et David Premack auprès de bébés de 19 mois a montré que lorsqu’un individu ramasse les jouets et que l’autre ne fait rien, les bébés s’attendaient à ce que celui qui a ramassé obtiennent une plus grosse récompense que celui qui n’a rien fait. Lorsque les deux individus ramassaient les jouets, les bébés anticipaient une récompense égale.

L’économiste Ernst Fehr et ses collègues ont été parmi les premiers à explorer le comportement des enfants impliqués dans des « jeux économiques ». Par exemple, dans une variante du jeu du dictateur, un enfant reçoit 2 friandises et se voit offrir l’option d’en donner une à un autre enfant (fictif) qui n’en a pas. Environ la moitié des 7 à 8 ans ont donné une friandise, mais seulement 20 % des 5 à 6 ans et 10 % des 3 à 4 ans l’ont fait. Ces pourcentages sont nettement inférieurs à ceux observés chez les adultes.

bloomL’une des explications possible est que les jeunes enfants ne sont pas nécessairement moins équitables que les plus vieux ou les adultes, mais sont seulement moins aptes à s’auto-contrôler. Pour vérifier cela, Fehr et son équipe ont développé le jeu Prosocial. L’enfant reçoit une friandise, peu importe ce qui arrive. Son choix consiste à donner ou non une friandise à un autre individu, sans que cela ne lui coûte quoi que ce soit. Chez les 7-8 ans, 80 % des enfants ont donné la friandise, mais chez les groupes plus jeunes, ce fut environ 50 %. Il ne s’agit donc pas d’une question de « self-control », mais bien de statut relatif.

Considérez maintenant une expérience impliquant deux enfants qui se connaissent, (disons Sally et Mary) lesquels on récompense par des autocollants. Le chercheur distribue un autocollant à Sally, un à Mary, un second à Sally, un second à Mary, un troisième à Sally et un quatrième à Sally, puis attend la réaction des enfants. Typiquement, la réaction de l’enfant dans la position de Mary sera de s’exclamer que ce n’est pas juste et d’avoir l’air fâché. L’enfant dans la position de Sally sera d’accord que la répartition est injuste, mais n’en serait pas affecté d’une quelconque manière. Moins de 10 % des enfants dans la position de Sally ont donné le quatrième autocollant à Mary pour que la répartition soit égale. En fait, Sally ne pouvait résister à l’envie de se trouver dans une position avantagée relativement à l’autre.

Nivellement par le bas

L’autre manière d’étudier les comportements humains innés est d’observer les tribus d’aborigènes coupées du monde développé. En 1999, l’anthropologue Christopher Boehma publiait un livre relatant ses recherches dans ce domaine. Ces mini-sociétés sont en fait très égalitaires, mais selon Boehm, elles ne sont pas ainsi parce que ces humains sont naturellement vertueux. Au contraire, ces sociétés sont égalitaires parce que ces populations font tout ce qu’elles peuvent pour que le moins de monde possible ait un statut supérieur à eux, même si cela implique un coût. Dans ces sociétés, le meilleur chasseur se doit de partager sa prise, sinon il sera lynché. Si vous en avez plus que les autres, soit vous partagez avec la collectivité, soit la collectivité aura votre peau !

Finalement, la dernière chose que j’ai trouvée intéressante dans ce livre est la description du paradoxe de Unger & Singer. Un homme possède une Bugatti stationnée près d’une voie ferrée où il s’est arrêté pour prendre l’air. Il aperçoit soudainement un train qui approche et un enfant coincé sur la voie ferrée. Il réalise alors qu’il pourrait actionner un levier qui ferait dévier le train de sa trajectoire, mais qui l’enverrait vers sa Bugatti, qui n’est pas encore assurée. Que fera-t-il ? La plupart des gens pensent que cela vaudrait la peine de sacrifier sa Bugatti pour sauver la vie d’un enfant. Par contre, en faisant un don à Oxfam, un personne pourrait aussi sauver la vie d’un enfant à un coût bien moindre que la valeur d’une Bugatti. En fait, pour être conséquent, il faudrait dilapider ses actifs jusqu’au dernier dollar pour les donner à Oxfam tant que des enfants meurent de faim dans le monde. Pourtant, peu de gens sont prêts à le faire… Comment concilier cet acte (un altruisme limité) avec l’histoire de la Bugatti ? Pourquoi est-il acceptable de ne pas tout donner son argent à Oxfam pour sauver le plus d’enfants possible de la famine alors qu’il est considéré inacceptable de ne pas sacrifier sa Bugatti pour sauver un seul enfant ? Cela rappelle les fameux problèmes de trolleys (voir ceci).

Conclusion

Ce que ces expériences et observations tendent à démontrer est que l’humain a une préférence innée pour l’égalité… Sauf si l’inégalité le favorise, et il déteste l’inégalité quand celle-ci le défavorise. Par ailleurs, les humains ne se préoccupent pas tant de leur niveau absolu de richesse, mais plutôt de leur niveau relatif aux autres.

D’ailleurs, les humains sont même prêts à sacrifier de la richesse (i.e. s’auto-punir) de manière à atteindre une situation relative plus favorable à leur égard. Les humains peuvent aussi être altruistes, mais cela sert généralement à mousser leur statut social, ce qui est en fait plutôt égoïste.

Cela permet de mieux comprendre l’organisation politique de la société. Les gauchistes sont prêts à être moins riches collectivement et individuellement pour atteindre une société où la richesse est répartie plus inéquitablement, ce qui est complètement irrationnel d’un point de vue purement quantitatif.

C’est comme si chaque personne était plus ou moins affectée d’un biais cognitif primitif qui, lorsqu’elle n’est pas favorisée par sa position dans l’échelle sociale, l’amène à favoriser une distribution de la richesse qui soit le plus égalitaire possible, même si cela implique que cette personne se retrouve avec moins de richesse dans l’absolu.

Les humains en viennent à accepter que ceux qui font plus d’effort soient davantage récompensés. Cependant, lorsque le gain supérieur est justifié non pas par l’effort, mais plutôt par des aptitudes supérieures (physiques ou cognitives), les inégalités deviennent vite intolérables pour ceux qui sont plus bas dans l’échelle sociale.

Les gens qui sont plus à droite ont une tolérance supérieure aux inégalités et sont conséquemment moins affectées par ce biais. Par ailleurs, ce biais semble diminuer avec l’âge, c’est-à-dire que les gens deviennent plus conservateurs en vieillissant. Une citation (faussement) attribuée à Winston Churchill dit que : « Si vous n’êtes pas un progressiste à 25 ans, vous n’avez pas de cœur. Si vous n’êtes pas un conservateur à 35 ans, vous n’avez pas de cerveau ». Les études sur le sujet démontrent que c’est tout à fait vrai !

Comment pouvons-nous débarrasser le monde de ce biais qui pousse les gouvernements à adopter des politiques de nivellement par le bas qui détruisent la richesse ?


Sur le web