Trop d’impôt tue l’impôt : la preuve par la France ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
impots credits LendingMeme (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Trop d’impôt tue l’impôt : la preuve par la France ?

Publié le 13 décembre 2014
- A +

On connaît la célèbre courbe de Laffer, du nom de cet économiste qui a théorisé que « trop d’impôt tue l’impôt », ou bien encore que « le taux tue l’assiette », c’est-à-dire qu’à partir d’un certain seuil l’augmentation du taux des impôts entraîne une diminution des recettes. Qu’en est-il ?

Par Bernard Zimmern.

impots credits LendingMeme (licence creative commons)On entend couramment dire dans les cours d’économie enseignés à l’université, ou encore dans les blogs ou journaux de gauche que cette théorie n’est pas prouvée : ainsi elle serait soit carrément fausse ou bien encore le fameux « pic » de Laffer se situant à un taux très élevé, on n’aurait jamais eu l’occasion de constater l’effet néfaste de son dépassement. La différence entre les recettes nettes de l’impôt sur le revenu en 2014 et les prévisions initiales, semble pourtant remettre en cause ce credo égalitariste : l’écart devrait atteindre cette année un record de 6 milliards d’euros. Un milliard serait dû au geste en faveur des ménages modestes, en outre la croissance a été plus faible que prévu, néanmoins une partie de l’écart reste inexpliquée si l’on nie que « trop d’impôt tue l’impôt ». Il y a donc eu sans trop de doutes des comportements d’évitement de l’impôt : report de perception des revenus, délocalisations, réduction d’activité, travail au noir, niches fiscales, etc.

Les écarts de recette en TVA peuvent également jeter le doute. En 2012, il y avait un retard inexpliqué d’environ 15 milliards 1 d’euros entre les recettes réelles et les recettes théoriques 2. On constate par ailleurs en 2014 que si les taux de TVA ont augmenté (passage de 7 % à 10 % pour le taux intermédiaire et de 19,6 % à 20 % pour le taux normal), les recettes n’auront quasiment pas bougé, et ce malgré notre très légère croissance 3.

Alors que depuis plusieurs années, la France cherche par tous les moyens à augmenter les impôts 4, il est en outre frappant de constater que le Royaume-Uni, qui a désormais durablement renoué avec la croissance et l’emploi, et a réduit son déficit budgétaire de moitié depuis 2010 5, a, au contraire, adopté une politique de réduction de certains impôts. C’est ainsi que le gouvernement britannique a considérablement augmenté le plafond des déductions fiscales de l’impôt sur le revenu, tout en diminuant progressivement l’impôt sur les sociétés. Entre 2004 et 2012, le montant éligible à déduction d’impôt sur le revenu en cas d’investissement dans une PME est passé progressivement de 150.000 livres à 1 million de livres. Par ailleurs, entre 2010 et 2015 le taux d’IS est passé progressivement de 28 % à 20 %.

Sur ce dernier point, le Royaume-Uni a même été capable de quantifier le retour en croissance, en investissement et en revenu pour les ménages, grâce à un nouveau modèle de prévision dynamique de l’économie, qui regarde les interactions entre tous les secteurs. Ce modèle sophistiqué d’un type innovant – inexistant en France, qui n’utilise que des modèles statiques antédiluviens – a permis de démontrer – au moins sur le long terme – la réciproque de la théorie de Laffer : quand on diminue le taux, l’assiette augmente. Ce modèle prévoit qu’au terme des 20 prochaines années, l’abaissement du taux de l’impôt sur les sociétés aboutira à une augmentation du PIB de 0,6 à 0,8 % et un accroissement de l’investissement de 4 à 6 milliards, soit à peu près ce qu’il nous manque annuellement en France pour combler notre énorme retard en création d’emplois marchands.

Impôt et développement des entreprises

Toute diminution d’impôt n’est cependant pas nécessairement bonne. Ainsi lorsque Ronald Reagan en 1986 a abaissé le taux marginal d’imposition sur le revenu et l’a aligné sur le taux de taxation des plus-values, cela a conduit indirectement à diminuer l’investissement dans les entreprises. Cet alignement a, en effet, détruit l’incitation qu’avaient les investisseurs potentiels à investir et à garder le capital dans l’entreprise pour le faire fructifier, plutôt que d’être salariés ou de se verser des dividendes. Les créations d’entreprises, qui n’avaient cessé de croître malgré des taux d’imposition sur les revenus élevés, se sont alors mises à chuter suite à cette réforme. Ce n’est ensuite que lorsque Bill Clinton a rétabli un taux d’imposition marginal sur les revenus supérieurs à celui de la taxe sur les plus-values, que les créations d’entreprises ont retrouvé leur dynamisme.

Ces observations historiques permettent de décréter sans peur de se tromper l’ineptie de la « révolution fiscale » souhaitée par les égalitaristes Emmanuel Saez, Thomas Piketty et Camille Landais. Ils proposent, en effet, un nouvel impôt qui supprimerait les exceptions permettant aujourd’hui de diminuer l’impôt sur les revenus du capital, et ils proposent en sus de fusionner IRPP, CSG, CRDS, prélèvement libératoire, impôt proportionnel sur les plus-values, prime pour l’emploi et bouclier fiscal. Dans ce système, les plus riches – c’est-à-dire ceux gagnant plus de 100.000 euros bruts mensuels – se verraient par ailleurs appliquer 60 % d’impôts sur leur revenu, dans un système de taux effectif sur l’ensemble du revenu et non de taux marginal. Cette proposition est donc doublement stupide : elle ignore totalement, d’une part la réalité de la courbe de Laffer, et d’autre part le danger d’une trop forte homogénéisation fiscale.


Sur le web

  1. L’écart entre les recettes réelles et les recettes théoriques était de 25 milliards. Sur ces 25 milliards, 10 milliards ont été identifiés comme venant de la fraude à la TVA, par exemple par complicité de plusieurs entreprises pour obtenir le remboursement en France d’une taxe qui n’a jamais été acquittée dans un autre pays de l’Union.
  2. Étude de la Commission européenne publiée le 23 octobre 2014.
  3. 0,4% annuel d’après les prévisions de l’INSEE.
  4. Impôt marginal de 75 % sur le revenu, hausses diverses des prélèvements sur les entreprises depuis 2010, etc.
  5. Passant de 10% à 5,5 % du PIB.
Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Dans les bons exemples que les gauchistes sont encore vaguement capable de comprendre:

    Les 72’000 emplois à domicile qui ont disparus des radars des Urssaf en 2013 suite au matracage fiscale.
    http://www.lefigaro.fr/emploi/2014/04/11/09005-20140411ARTFIG00004-baisse-historique-et-dramatique-de-l-emploi-a-domicile.php

    • Ils vous diront que de toute façon, il s’agissait d’emplois humiliants et dégradants, et qui se concluaient trop souvent directement de personne à personne sans passer par un service ad-hoc de l’état.

  • C’est là une évidence, et qui n’est pas une nouveauté. La progressivité de l’impôt est aussi une catastrophe pour l’emploi: un diplômé de l’enseignement supérieur préfère peindre son appartement, plutôt que de payer un artisan avec ce qui lui reste de son revenu amputé de la tranche supérieure d’impôt. Le calcul est vite fait, pas besoin de Laffer! Je travaille, il me reste 50% de mon gain, avec ces 50% je paye un artisan qui doit me facturer la TVA, plus ses charges sociales.
    Ce n’est pas par hasard que les magasins pour bricoleurs prolifèrent partout, et que les artisans disparaissent.
    Et maintenant un phénomène nouveau se développe de plus en plus: le jardinage avec revente ou échange de son surplus.
    Et puis l’échange de services entre particuliers.
    Et tout cela n’est même pas illégal. Ne parlons pas du travail au noir.

    • Un artisan a qui ne restera que 20 % du chèque que vous lui auriez versé ❗
      Impressionnant, non ❓

    • Selon moi, les tranches d’impots maximales font plus de mal au moins « riches » (contrairement a ce que voudrais nous faire croire les socialauds).

      Par exemple, un cadre superieur qui decide de prendre un 4/5 temps pour retaper sa maison, ca fait du travail en moins (macon/carreleur…) pour le jeune qui sort de l’ecole et qui voudrait bosser.
      Ca emmerde un peu le cadre de se salir les mains, mais ca rend le jeune (ou pas) qui veut bosser completement dependant de l’assistance de l’etat. Le pire, c’est que c’est le but du systeme: que les tout le monde depende de l’Etat!

  • A force de taxations, l’état m’a ruiné. Qu’il essaie donc maintenant de me prendre ce que je n’ai pas, ah , ah, ah !

  • Si trop d’impôt tuait l’impôt ça ne serait pas bien grave. Le problème c’est que trop d’impôt tue l’économie

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Malgré de nombreuses et ardues négociations, les démocrates ne pourront pas adopter leur fameux projet Build Back Better (BBB) pour l’instant. L’un des leurs, le sénateur de la Virginie occidentale Joe Manchin, a annoncé qu’il s’opposerait au titanesque projet de loi de trois billions (12 zéros) de dollars.

Évidemment, les réactions négatives ont été presque instantanées. Chez les démocrates, on doute de la loyauté de Manchin envers son parti. Joe Biden a même promis « de lui parler » et ne semble pas regretter ce message agressif. Mai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles