Sécurité routière : la limitation de vitesse à 80km/h testée en 2015

Limitation de vitesse 80 km h Credit Papa Pic (Creative Commons)

Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, devrait annoncer en janvier prochain l’expérimentation de la baisse de la vitesse sur les routes départementales.

Une tribune de « 40 millions d’automobilistes »

Limitation de vitesse 80 km h Credit Papa Pic (Creative Commons)

Selon le quotidien Le Parisien / Aujourd’hui en France publié ce vendredi 5 décembre 2014, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, annoncerait en janvier 2015 des mesures de sécurité routière dont l’expérimentation d’une baisse des limitations de vitesse passant de 90 à 80 km/h sur le réseau secondaire.

Le 16 juin dernier, lors de la séance plénière du Conseil National de la Sécurité Routière à laquelle a siégé M. Quéro, président de « 40 millions d’automobilistes », le ministre de l’Intérieur se voulait rassurant et rejetait toute idée d’abaissement généralisé des limitations de vitesse. Il déclarait ensuite, en marge de cette réunion à Pierre Chasseray, délégué général de l’association, qu’il n’y aurait pas de baisse des limitations de vitesse car cette mesure n’est pas acceptée par l’opinion publique. Dans un sondage lancé hier matin sur leparisien.fr 83,8% des internautes se prononcent contre cette mesure et 87% selon celui réalisé sur sudradio.fr.

Si d’un point de vue économique, les économistes semblent être vent debout contre cette mesure à l’instar de Rémy Prud’homme ou encore Jean Poulit qui affirment qu’un abaissement de la limitation de vitesse sur les axes secondaires représenterait une perte de plusieurs milliards d’euros par an, l’intérêt en termes de sécurité routière n’est quant à lui pas avéré.

L’Angleterre est un pays de référence en matière de sécurité routière au niveau européen. Pourtant, la vitesse des axes secondaires y est limitée à 97 km/h (60 miles/h) avec des résultats bien meilleurs qu’en France. En Allemagne, même constat ! La vitesse y est pourtant limitée à 100 km/h sur les axes secondaires et les résultats sont inexorablement plus flatteurs que dans l’hexagone. Dans l’écrasante majorité des pays européens, la vitesse de 90 km/h semble uniformisée.

Dans un film réalisé par l’association « 40 millions d’automobilistes » en mai dernier (« L’Angleterre, la fin de la guerre contre les automobilistes », présenté à l’Assemblée nationale lors d’une conférence de presse aux côtés du Député-Maire de Villiers sur Marne, Jacques Alain Bénisti), les acteurs de la sécurité routière britannique apparaissent pour le moins interrogatifs sur la volonté d’abaissement des limitations de vitesse en France.

Quant au Danemark, il est en train d’expérimenter depuis 2 ans avec réussite la hausse des limitations (le Danemark augmente sa limitation de vitesse sur le réseau secondaire de 80 à 90km/h).

« Le ministre nous a promis des mesures intelligentes. Généraliser la baisse des limitations de vitesse serait une erreur fondamentale. Nous préférons nous en tenir au propos du ministre. Nous ne voulons pas croire en cette mesure qui serait contre-productive car rejetée par l’opinion publique » déclare Pierre Chasseray, délégué général.

Depuis juillet 2013, lors de la première prise de position de l’ancien ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, « 40 millions d’automobilistes » se bat contre une baisse généralisée des limitations de vitesse passant de 90 à 80 km/h. En octobre de la même année, l’association avait lancé un appel à tous les usagers de la route à venir signer la pétition pour dire « Non à la baisse des limitations de vitesse » sur le site Internet www.nonalabaissedeslimitationsdevitesse.com.

« La position de « 40 millions d’automobilistes » est très claire, nous sommes opposés à une baisse généralisée de la limitation de vitesse sur le réseau secondaire ! » conclut Daniel Quéro, président de l’association.