Taxer, taxer, taxer, vraiment, y’a que ça de vrai !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Taxes impôts (Crédits 401kcalculator.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Taxer, taxer, taxer, vraiment, y’a que ça de vrai !

Publié le 21 novembre 2014
- A +

Grâce à Hollande, son gouvernement et un parlement débridés, la terre ne ment plus, elle se contente de coûter une blinde : l’État, toujours plus impécunieux, cherche à remplir ses caisses par tous les moyens, et à mesure que les moyens disponibles se font plus rares, ils se font aussi de plus en plus douteux. C’est ainsi qu’on découvre lentement l’ampleur de la spoliation qui se met doucement en place sur le foncier, bâti et non bâti, puis sur tout le reste.

Comme le faisait fort justement remarquer Proudhon en protestant contre toute conclusion communiste, « La propriété, c’est la liberté ». Et s’il y a bien quelque chose que l’État combat, c’est bien la liberté, celle qui permet notamment de s’affranchir de lui. Quel meilleur moyen de détruire celle-ci qu’en subornant celle-là ? Et quel meilleur moyen de corrompre la propriété, notamment foncière, qu’en la taxant comme jamais ?

Et c’est dans l’Observatoire des Subventions qu’on prend connaissance des nouvelles dispositions fiscales relatives au foncier non bâti. Vous disposez de terrains, réputés bâtissables sur le plan local d’urbanisme (le remplaçant du plan d’occupation des sols) ? Heureux propriétaire fortuné ! Vous voilà à la tête d’un empire foncier, dont l’impôt sera calculé sur la valeur cadastrale à hauteur de 5€ par m² en 2015, et le double l’année d’après. L’addition monte à la fois très vite, et comme elle s’applique, pour une fois, dans une parfaite équité indépendante des ressources de la personne, on comprend assez facilement que, du jour au lendemain, des dizaines de milliers de Français vont se retrouver avec des milliers d’euros d’impôts supplémentaires à payer pour avoir eu le malheur de disposer d’un bout de terrain bâtissable en bordure de village, ce dernier ayant été malencontreusement déclaré en « zone tendue ». Subitement, le potager va revenir très cher en France.

L’idée derrière ce nouveau coup de pelle derrière la nuque des contribuables ? Tout part d’une loi qui a en fait une « longue » histoire (parlementairement parlant) puisqu’elle est d’abord issue des petites bavures législatives de Cécile Duflot en 2012 (article 82). Prenant pour prétexte le « déséquilibre entre l’offre et la demande de logement », le gouvernement avait fait voter en catimini cette majoration de la taxe foncière pour trouver un moyen simple de permettre aux communes de lever un impôt supplémentaire alors que les dotations de l’État viendraient à diminuer. À la suite de la mobilisation des agriculteurs, se rendant compte de l’énormité de la nouvelle taxe, cette dernière avait été mise en suspens par Duflot qui déclarait alors à l’Assemblée Nationale « Cette disposition ne s’appliquera pas au 1er janvier 2014 pour que chacun puisse en mesurer les conséquences. » Mais voilà : 2015 arrive, et la taxe n’est plus suspendue.

Les hostilités fiscales peuvent donc reprendre, et tout comme le foncier non bâti, c’est au tour du foncier bâti de se retrouver dans la ligne de mire du parlement, par le truchement commode de la petite lucarne magique, celle qui distribue aux foyers français d’inénarrables chefs-d’œuvres culturels

On savait déjà que la redevance télévisuelle serait augmentée (discrètement) de trois euros pour atteindre 136 euros tout de même, soit à peu près trois fois l’inflation constatée. Manifestement, tous les salaires ne baissent pas partout, et notamment pas dans les médias publics français à en croire la facture, en hausse donc, qui sera donc adressée à tous les contribuables. Le bonheur de vivre en Socialie mérite quelques sacrifices, après tout.

proudhon la propriété c'est la liberté

Mais cette petite hausse, connue, en cache peut-être une autre, plus substantielle et qui va certainement ouvrir un intéressant débat.

C’est le sénateur des Alpes-Maritimes, Jean-Pierre Leleux, du parti socialiste de droite UMP, qui a émis l’idée croustillante de taxer forfaitairement les résidences pour cette redevance audiovisuelle, indépendamment du fait qu’elles aient ou pas de poste récepteur. Idée d’autant plus croustillante qu’elle se place en parallèle de celle du parti socialiste de gauche qui propose quant à lui d’étendre l’actuelle redevance à tous les types de récepteurs, ordinateurs, téléphones et tablettes inclus. Apparemment, le combat pour une France plus taxée est maintenant embrassé avec fouge et passion par les deux « bords » de l’hémicycle qui s’en donnent à cœur joie pour trouver de nouvelles sources à un fisc décidément très gourmand.

attack-giant-leeches-posterLeleux, « homme libre et de conviction » (slogan de sa campagne sénatoriale) comme on peut l’être lorsqu’on émarge aux frais de la République, nous propose donc de payer pour un service qu’on peut potentiellement avoir (la présence d’une télé n’étant plus obligatoire). C’est pratique et facilement extensible : à quand une taxe applicable à tous les adultes sur la cigarette, même celle qui n’est pas achetée ? À quand une taxe foncière même pour les locataires, ces derniers étant des propriétaires en puissance ? Le bonheur fiscal créatif est sans fin !

Cette furie taxatoire audiovisuelle intervient de surcroît avec un timing endiablé au moment où l’on apprend que le service public de télévision, lourdement subventionné, entretient à nos frais des chaînes dont certaines ne sont pas regardées… du tout. C’est ainsi que France Ô, la « chaîne de la multiculturalité » qui nage dans le bonheur sucré de 30 millions d’euros gratuits du contribuable, récolte certains soirs … 0 (zéro) téléspectateurs. D’un autre côté, la même redevance, qu’on veut étendre à toutes les plate-formes ou à tous les foyers, selon qu’on est à gauche ou à droite dans la Socialie détendue de la ponction, sert aussi à alimenter en fonds ces exotiques chaînes rigolotes comme Guadeloupe 1ère, de Wallis-et-Futuna 1ère, sans oublier Saint-Pierre-et-Miquelon 1ère, qui emploient des douzaines d’intermittents de l’information dont le désœuvrement les pousse parfois à travailler pour des boîtes de production privées…

françois hollande fait l'andouilleExtension de la redevance, taxation en folie du foncier qu’il soit non bâti ou même bâti (avec une augmentation vigoureuse pour les résidences secondaires des salauds de riches), augmentation salée de taxes diverses l’an prochain (droits de timbre en appel qui bondit de 50%, TSCA qui passe à 11%, hausse du plafond de la taxe de séjour, hausse des droits de mutation dans l’immobilier, hausse du diesel), et projet d’aller taxer les ressortissants français étrangers où qu’ils se trouvent … J’avoue que le changement, ça fait mal. Et à bien y réfléchir, vraiment, pour nos députés, les expressions « simplification administrative » et « pause fiscale » n’ont pas celui que le sens commun leur donne.

Non, vraiment, messieurs les députés : arrêtez la pause fiscale ! Finissons-en avec la simplification administrative ! Depuis que vous vous êtes lancés dans ces lubies, jamais les Français n’ont subi tel assaut de taxes et de ponctions ! Depuis que vous vous êtes montés le bourrichon sur la complexité administrative au point de vouloir tout simplifier, jamais les processus n’ont été aussi alambiqués, les textes de lois aussi nombreux, les procédures aussi complexes et les décrets aussi illisibles ! Reconnaissez votre nullité, il n’y a pas de honte à comprendre qu’il n’y a décidément qu’en plein sommeil, sur les bancs de l’assemblée, ou profondément endormis dans vos fauteuils cossus de vos douillets ministères que vous nous faites du bien en ne faisant rien du tout. Messieurs, lâchez-nous et arrêtez vos exactions.

Il en va maintenant de la survie de la France, et bientôt, pour vous, de la votre.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (81)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (81)
  • Mdr. J’imagine la tete d’un ministre en train de bullé sur son IPad en pleine assemblée lisant du H.

    Alors, Ministre, si tu me lis:

    La conclusion de ce billet est très pertinente. Pendant que vous vous regardez dans la glace, des gens commencent à se demander ce qu’ils vont bien pouvoir glisser au bout de leur fourche…..

    Ça va pas être beau, car comme nous le savons, les élus sont gras, gros, libidineux et pas très rapides.

    Ça promet des moments de franche rigolade.

    • On se réjouie déjà de cette conclusion : cela occupe l’esprit, à savoir qui, quoi, comment finira cette débâcle qui risque le sanglant qui tâche un peu.

  • Euh a part reposer sur une info d’un autre site qui lui même ne donne pas de sources à part une mention « loi de finance 2013/2014 » , ce qui serait bon serait d’étayer ces dires par des liens concrets vers les textes d’un site officiel, je n’ai pas le temps maintenant de faire la recherche mais fidèle lecteur de contrepoints je trouve que cela aurait un plus gros impact et une meilleure efficacité.

    • http://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2012/12/29/EFIX1234869L/jo/article_82
      II. ― A. ― Dans les communes mentionnées au I de l’article 232, la valeur locative cadastrale des terrains constructibles après la déduction mentionnée au I du présent article est majorée de 25 % de son montant et d’une valeur forfaitaire fixée à 5 € par mètre carré pour les impositions dues au titre des années 2014 et 2015, puis à 10 € par mètre carré pour les impositions dues au titre de l’année 2016 et des années suivantes.

      De ce que je comprends, il suffira aux dits propriétaires de demander un permis de construire pour une petite cabane afin d’être exonéré.
      En tout cas, ce qui est fou, c’est que soit tu construits toi-même le lotissement ou quelque chose, soit tu payes la taxe, soit tu vends…:
      1° Les contribuables qui justifient avoir obtenu au 31 décembre de l’année d’imposition, pour le terrain faisant l’objet de la majoration, un permis de construire, un permis d’aménager ou une autorisation de lotir. Toutefois, la majoration est rétablie rétroactivement en cas de péremption du permis de construire, du permis d’aménager ou de l’autorisation de lotir ;

      • Merci ça c’est du concret, maintenant je pars à la recherche de la fameuse liste des communes LOL

      • D’après ce que je comprends, c’est la valeur locative qui est majorée de 5 €, pas l’impôt lui-même.
        Il faut encore appliquer un taux à cette valeur locative. Ce taux varie selon les communes.
        53,8% à Anger
        43,13% à Bordeaux
        44, 22% à Besançon

        http://droit-finances.commentcamarche.net/faq/15886-taxe-fonciere-a-angers-les-taux-d-imposition
        http://droit-finances.commentcamarche.net/contents/961-taxe-fonciere-calcul-et-biens-imposables

        Le tout après un abattement de 50%, mais je crois comprendre que cet abattement est remplacé par le taux de 20% évoqué dans l’article.
        Avec une majoration de 25%, on annule déjà l’abattement.

        C’est moins lourd que 5 € d’impôts au m2, mais ça reste très élevé. Si je pige bien, pour 1000m2, on devrait tourner autour de 2000 € de taxe foncière en plus et non pas 5000 €.

        Ou alors je n’ai rien compris. La fiscalité, ce n’est pas fait pour qu’on comprenne.

        Si j’ai bien compris, les élus locaux auraient la possibilité d’atténuer les effets de la loi, en baissant les taux. Mais comme il y a des taux décidés à différents niveaux (commune, département, intercommunalite), ça risque d’être assez compliqué.

    • Le lien sur la loi est dans l’article. Le tout est de savoir lire.

  • Cette augmentation des taxes foncieres et d’habitation, d’uncote, avec l’obligation aux communes de faire construire a minima 25% de logements sociaux, permet aussi aux proprietaires de se retrouver souvent a louer des appartements en competition directe avec les logements de type HLM qu’ils auront eu le plaisir de financer grace au paiement de leurs impots.

    On est pas seulement dans une situation de concurrence deloyale, l’etat a par ailleurs le toupet de faire payer l’addition aux proprietaires prives qui sont ainsi mis en concurrence par un office des HLM qui est, hors zones « tendues », le plus souvent surequipe.

    Le maire de la commune de Ruy-Montceau, dans le departement de l’Isere, vient au sujet des 25% obligatoires d’entamer une greve de la faim.

    • Un cas concret: moi.

      J’ai un bout de terrain constructible. Je pourrais le vendre ou même construire pour louer.

      Que nenni. Pourquoi ?

      Car je ne veux pas de la proximité d’un Français (1 Français sur 2 est un con)
      Car si il ne paye pas je l’ai dans le fion
      Car si il me casse tout je ne peux rien faire
      Car si je vend mon terrain l’Etat me vole 35% de mon bien
      Car enfin, c’est une guerre ouverte contre ma propriété, et je suis maintenant résistant contre l’Etat.

      Les logements sociaux ça existe uniquement car le socialisme fabrique des pauvres plutôt que de nous offrir les moyens de gagner notre vie.

      • Je ne suis pas d’accord avec vos chiffres et c’est grace a la bienveillance et au politiquement correct de vos afirmations que le pays est foutu: Non il n’y a pas un Français sur deux de cons c’est tout le peuple en tant que tel 100%; Heureusement,individuellement il y a quelques gens bien mais en tant que peuple, il n’y a que du négatif

        • Hummm…quoi ça !

          Je suis un adorateur de Milton Friedman. J’aime bien Proudhon aussi. Mais voyez vous, je laisse les gens du peuple faire le sale boulot pour moi ! Le sang viendra bien assez tôt….

          je suis encore assez « jeune » et en forme, je vais essayer de durer le plus longtemps possible. Car, voyez vous, j’aime la vie 🙂

          La connerie est difficilement quantifiable. Il existe,(hélas) aucune instrument permettant de donner avec une précision absolue la connerie humaine. Pour cela nous devons avoir recours à la valeur étalon d’une population donnée. En l’occurrence l’on peut prendre les socialo-communistes-escrococologistes Français comme valeur fiable.

          A partir de là, on peut facilement trouver les gens qui restent valables. Mais seront ils capables de cohabiter ?!

          Pour conclure, et revenir sur mes pieds: pour la révolution, confiez la toujours au peuple !

          • En fait la connerie est tout a fait quantifiable – lors des elections…

            Il suffit de faire le petit cacul suivant – je n’ai pas le temps aujourd’hui mais les statistiques existent quant aux parametres necessaires au calcul – soustraire le nombre des personnes interesses par l’accession au pouvoir de politiciens clairement inaptes (leur clientele « logique ») au total des votes concernant les partis politiques proposant des inepties au premier tour (au second tour, c’est moins evident puisque bon nombre de gens, pas trop cons, sont amenes a faire la certains compromis, lies au format), et vous avez – grosso modo – votre resultat en ce qui concerne le capital « connerie » du pays tout entier.

            • Oh mais le calcul est très facile.

              2ème tour élections présidentielles 2012 (il y a 2 ans et demi donc…)

              -Sans-Dent Taxeur : 18 000 668
              -Karcher sans pression Taxeur : 16 860 685

              Total : 34 861 353 voix

              Ca en fait un sacré paquet, hein ?

              Et statistiquement, certains lecteurs ici… faisaient partie du lot.
              😉

              Inutile donc de chercher midi à 18h… Une simple addition suffit.

              • Vous oubliez la corruption.

                Imaginons que je gagne 1 million en votant socialiste. Je vote contre les libertés individuelles, mais pour mon intérêt personnel en devenant millionnaire. Toutes proportions gardées, certains ont interet à ce que les socialistes soient au pouvoir (fonctionnaires, artistes, fiscalistes…)

              • Vous savez, cc, certains lecteurs de Contrepoints ont deja vote, depuis longtemps, en prenant le bateau avec une auto chargee jusqu’au toit, et le camion de demenagement qui suivait derriere, en 88 pour etre precis.

                Depuis ce voyage, toute operation de comptabilite electorale participe donc pour moi du domaine de l’abstraction, je m’interesse a distance par solidarite…

      • oui mais si ce francais qui vient chez toi n est pas un con ,c est toi le con…!!

    • Une grève de la faim…
      Il espère faire maigrir l’obèse à lui tout seul ?

    • Des lecteurs du Dauphiné mettent en doute sa sincérité on verra la suite
      C’ est encore une loi de type Mussoliniene votée seulement par une poignée de gens – quelques centaines de personnes – quels démocrats !

  • La guerre civile menée par l’Obèse contre la population française se poursuit sans faiblir.

  • Pour se remonter le moral ?… 😉

    Raymond Devos : « Le possédé du percepteur »
    (à partir de 4:45)

    Je suis même allé voir un prêtre […]
    Qu’est-ce que je peux faire, mon Père ?
    Il m’a dit : « Payez, payez… payez pour nous ! »

  • L’impot sur les terrains a batir, d’une valeur de 5 euros par m2, est particulierement debile dans le sens ou le prix du m2 varie considerablement d’une commune a l’autre.

    Si vous avez beaucoup de terrain, vous serez d’autre part impose deux fois. Une premiere fois au titre de l’ISF et une deuxieme fois avec cette nouvelle invention. Et les socialistes vont encore imposer les proprietaires d’une troisieme maniere – plus ou moins invisible celle-la et particulierement sournoise – ils vont par ailleurs, grace a l’introduction de cette nouvelle surtaxe, faire baisser les prix des terrains considerablement par un afflux soudain a la vente. Vous paierez plus d’impot et votre terrain vaudra moins.
    Vous serez donc vole deux fois. Ou trois fois si vous avez le malheur d’etre riche. Enfin, precedemment riche. De la richesse vous n’en conserverez plus que le titre. La nomination en quelque sorte…

    Il y a pire : cet assassinat des valeurs immobilieres en France est voulu par le gouvernement. Il s’agit la d’un exercice en pleine conscience. Nous allons nous retrouver dans un pays ou non seulement le systeme de retraite va se casser le gueule, ou non seulement notre argent ne vaudra plus rien, mais aussi dans un pays ou les valeurs immobilieres, derniere ressource independante des Francais face aux divagations etatiques(et c’est ce que disait justement H16 lorsqu’il citait Proudhon), est consciemment devaluee par un gouvernement ideologique qui est en train de detruire la France.

    Le socialisme « light » c’etait deja hier, nous voila maintenant sur la route du communisme. Le vrai !

    • Avant que Duflot ne nous ponde la taxe sur les les terrains à batir, elle avait essayé de taxer à 5 euro le m linéaire les propriétaires dont le terrain se situait sur les berges d’un ruisseau, rivière ou fleuve. Il a fallu la levée de bouclier des agriculteurs (qui paient déjà l’eau qu’ils puisent pour arroser leurs cultures) pour qu’elle fasse machine arrière et trouve une autre source de revenus.
      Le changement promis est bien là : taxations et impots tous azimuts

    • L’Etat a intérêt à pousser à la vente, autant de fois que possible. Parce qu’il touche les taxes à chaque transaction.
      Ou tu gardes et tu payes.
      Ou tu vends et tu payes (en fait l’acheteur).

      Il gratte aussi (ainsi que ses coquins les banques) des frais sur les placements que tu feras avec ce que tu récupèreras de la vente. C’est une stratégie de grignotage comme font les rats pour bouffer un gros morceau.

      L’insécurité juridique est donc voulue et organisée.

      • « Ou tu vends et tu payes (en fait l’acheteur). »

        Pas exact : le vendeur paie la taxe et les charges sociales sur les plus-values alors que l’acheteur se fend des droits de mutation… et la TVA sur les honoraires du notaire…

        Pire racket que ça, c’est pas possible.

    • A part les Qatariens, il n’y a que les idiots pour investir dans l’immobilier en France ❗

  • pas d’inquiétude , il suffit de faire une SCI pour s’affranchir de toutes ces augmentations de taxe . l’état aime les petites entreprises familiales ou alors , sur votre terrain, faites un élevage de petits chevaux de bois ou de nains de jardin ou alors, plantez des bonzaïs en vue de les vendre dans 80 ans, cela passera surement !

    • Ou alors installez un camp de ROMs !

      En plus des déchets et des grosses commissions vous aurez ainsi des voisins sympas pouvant protéger votre bien des voleurs, taxeurs étatiques et autres parasites.

      Ps: léonarda cherche justement un foyer en ce moment.

    • « plantez des bonzaïs en vue de les vendre dans 80 ans »

      LOL ! Je ne sais pas si ça marche, mais vous avez raison sur le fond : il y a toujours moyen de contourner la loi, ce qui fait que dans son délire législatif l’état s’en prend toujours aux plus faibles ou à ceux qui sont blasés et ne peuvent se défendre.

      Le seul moyen de sauver ce pays serait de réduire le nombre des politiciens pour réduire leur pouvoir de nuisance global.

      • réduire le nombre de politiciens pour réduire leur pouvoir de nuisance global…
        réduisons leur nombre en réduisant les politiciens eux-même

      • La loi qui impose 25h par semaine au travail à temps partiel contient dans le même paragraphe le moyen de s’en dispenser. Du grand art.

        « Lorsque le contrat de travail est soumis à la durée minimale de 24 heures par semaine (ou son équivalent),
        une durée de travail inférieure à 24 h par semaine (ou son équivalent) peut être fixée à la demande du salarié pour lui permettre de faire face à des contraintes personnelles, ou pour lui permettre de cumuler plusieurs activités.

        Cette demande doit être formulée par écrit et motivée. »

    • les sci payent les taxes foncières comme les particuliers; il ne faut pas croire que le statut sci exonère de quelques taxes que ce soient le seul avantage est de pouvoir mettre au nom de ses enfants ou tout autre personne des biens afin qu’il leur reste un tout petit quelque chose a la succèssion après que les escrocs légaux ne fasse main basse sur tout. Le miracle fiscal des sci n’est qu’un fantasme

  • bof ; pour moi la télé ça va être vite réglé ; au vu des programmes d’une incommensurable bétise qui nous sont proposés , d’une mièvreté à faire pleurer d’ennui , je vais donner ma boite à image ; de toute façon , je m’endors devant la télé , c’est automatique ; je peux trés bien m’en passer ; et quel plaisir de me dire que ces 136 euros resteront dans ma poche !

    • en fait, la question posée, c’est « au 1er janvier, possédiez vous une télé ? ». il suffit de dire non, au premier janvier, je ne possédais pas.
      il faut la débrancher au 31 décembre et de la rebrancher au 2 janvier, pour pas se faire chopper si par hasard ils vont jusqu’à analyser le débit descendant par adsl.

    • Dommage d’avoir attendu fin 2014 pour le faire…

      Si seulement des centaines de milliers de personnes pouvaient faire la même démarche, en même temps.

      Cela étant, vous avez des moyens de vous rattraper : réduisez votre temps de travail, expatriez-vous, baissez vos revenus, votre consommation, vos investissements…

      Là aussi, il suffirait de quelques centaines de milliers de braves… et game over, échec et mat… Nous mettrions à genoux le système mafieux.

      Atlas Shrugged. La Grève. Ayn Rand.

      Seul levier efficace.

  • il n ‘a pas plutôt dit que la propriété c’était le vol ?

  • ha ! au fait , ils veulent aussi taxer les fumeurs de canabis  » parce que c’est mauvais pour la santé  » nous dit cette gourde de touraine ; je présume que les dealers ne sont pas concernés , ni ceux qui vendent de l’héroïne que les accros vont s’envoyer dans les veines dans les salles de shoot , ouvert expres pour eux ; taxer , encore et toujours taxer , ces gens là nous étouffe , ils sont aussi nocif qu’une armée de criquets qui se goinffre dans les cultures ;

  • De plus en plus compliqué cette fiscalité…
    Halala, effectivement, on est pas sorti de l’auberge

    J’interviens pour ajouter mon grain de sel.
    Vous proposer ma vision éclairée, je l’espère, sur la spécificité de
    – la propriété foncière –

    Oui sa spécificité, sa nature fondamentalement différente.
    A ne pas metrre dans le meme sac
    Et oui, je pense que sur la propriété foncière, qui n’est pas une propriété comme les autres, il a y des choses à dire…
    Et à vrai dire, il est nécessaire et important de la taxer, et pas qu’un peu cette propriété pas comme les autres…

    Je m’explique

    Pas comme les autres effectivement, car tout le reste, toutes les autres propriétés sont le fruit d’un travail.
    Tout ce qui s’achète et qui se vend resulte en effet d’un travail, tout sauf la dite propriété cadastrale.

    Par exemple, pour une voiture, c’est évident, il faut bien la construire, pour l’eau, il y a le cout de l’extraction, du transport, eventuellement de la purification, pour un service, il y a main d’oeuvre, etc etc
    Par contre, pour la propriété foncière, c’est à dire pour une surface délimitée de notre planète, il y a eu un monarque/tribu/gugus qui se l’ai octroyé/conquis/colonisé au début et puis maintenant ca se vend…
    C’est différent !

    D’ailleurs, en comptabilité, les terrains sont les seuls investissements qui se s’amortissent pas.
    En effet, toute propriété finira fatalement par ne plus rien valoir. Un immeuble tombera en ruine, une voiture rouillera, l’eau croupira etc etc…
    Mais la surface délimité d’un bout de la planète, étant finalement plus un concept qu’un bien matériel, ne souffrira d’aucune décrépitude…

    Je dirais meme plus, étant donné que la surface de notre planète est finie, et que la masse monétaire comme la population augmente, il ne peut fatalement n’y avoir que spéculation intrinsèque sur la propriété foncière. Pure logique.

    D’ou l’existence, au combien salutaire, de la taxe foncière, pour éviter justement cette spéculation .

    • 1) La spéculation n’est pas un problème en soi.
      2) Augmenter le prix d’un bien avec une taxe c’est simplement le rendre plus difficile d’accès aux plus pauvres. Ensuite le produit de la taxe est essentiellement capté par une clientèle politique.
      3) « Je dirais meme plus, étant donné que la surface de notre planète est finie, et que la masse monétaire comme la population augmente, il ne peut fatalement n’y avoir que spéculation intrinsèque sur la propriété foncière. Pure logique. » Il y a des terrains qui perdent de la valeur, ça ne vous dit rien les villes fantômes ? Et pour le reste il suffit de construire en hauteur.

      • Je vois que personne n’a compris le fond de mon propos.
        Cela me chagrine beaucoup.
        Je n’ai pas du être assez clair

        J’attendais un commentaire poli et intelligent pour débattre, ou m’expliquer
        Il n’est pas venu.
        … soupirs…
        Il y a bien eu quelques remarques interessantes, noyées dans la masse des aboiements, j’en conviens tout de même !

        Bref, je ne vous abandonne pas
        Alors, pour continuer cette demonstration, raisonnons par l’absurde !

        (Je previens tout de suite pour les quolibets et le mauvais esprit : Les demonstrations par l’absurde sont tout à fait acceptables et plusieurs théorèmes de mathématique se démontrent ainsi…)

        Bref, par l’absurde, disons nous.
        Alors disons
        Et si la taxe foncière n’existait pas…
        Que se passerait il ?

        Je vous rappelle ce que j’ai dis précédemment : que tout ce qui s’achète et qui se vend a une durée de vie plus ou moins longue, mais qu’à la fin, sa valeur sera égale à zéro
        (exemple du brevet qui tombe dans domaine public, de l’immeuble qui s’effondre, du livre qui tombe en poussières, etc..)
        Bref, rien n’est eternel…
        Rien de ce qui s’échange par la loi de l’offre et la demande n’a de quantité finie et durée de vie infinie…
        (Mais les métaux précieux m’a t on justement fait remarquer ! l’or par exemple ? d’abord, il een reste à découvrir et le coût de stockage n’est pas anodin… vu que c’est un bien matériel, il faut dépenser pour le sécuriser… L’argent peut être, alors, mais celi-ci, nous le savons bien, est loin également d’être en quantité finie)

        Je vous le dit : la propriété foncière fait figure d’exception !
        On pourrait presque la considérer comme l’intrus du capitalisme !

        Donc par l’absurde… Et si la taxe foncière n’existait pas ?
        Je vous laisse deviner la suite…
        (Indice : les personnes morales ne meurent pas forcement non plus…)

        Et je précise pour les idiots de passage que je ne suis ni un collectiviste, ni un socialiste. Que je n’ai aucune envie que la terre soit nationalisée…
        Je tente juste d’expliquer le pourquoi d’une taxe à tous les anarchistes qui voudraient supprimer l’état…
        Hé, oui, tout n’est pas noir, tout n’est pas blanc, et certaines taxes ont une raison d’être.
        Dingue non !

        • … soupirs…

          Avez-vous besoin de mouchoirs en papiers ❓
          On pourrait se cotiser ❓

        • Bonjour Antoine,

          Evitons de nous traiter d’idiots les uns les autres, nous sommes tous intelligents et betes en proportion, la connerie c’est a la portee de tout le monde, il y a par ailleurs des sujets que nous connaissons mieux que d’autres. Dans votre cas, l’economie ( l’immobilier en particulier) ne semble pas etre votre point fort.

          Un immeuble ne s’effondre pas forcement, s’il est entretenu et utilise regulierement, voire recycle de maniere reguliere, il conserve meme une valeur venale, quantifiable par rapport au marche, apres possible destruction, liee a la valeur du terrain sur lequel il a ete construit pour commencer. Un exemple particulierement interessant, de recyclage perenne, est le temple d’Auguste et de Livie, a Vienne, dans l’Isere, construit par les romains au 2eme siecle, puis convertit en eglise, puis en bibliotheque apres la revolution, aujourd’hui a l’inventaire des monuments nationaux.

          La valeur d’un terrain n’est jamais egal a 0 (a moins que l’etat ne soit venu y mettre son nez et ait rendu, par l’impot, la possession ou l’usufruit de cette propriete artificiellement indesirable – ou qu’un volcan ne s’y installe).

          Les biens immobiliers ne repondent pas du tout a la meme logique que les produits de consommation, ne melangeons pas tout.

          Je connais l’exemple, particulierement interessant (puisque vous choisissez de parler de raisonnement par l’absurde, cette histoire est un exemple splendide quant a la vocation cleptomane de l’etat), d’une maison Corse construite avant l’an 1000, brulee en 1769 (par l’armee Francaise…) et reconstruite depuis, par des membres de la meme famille qui l’avait construite a l’origine, et qui continue d’etre utilisee, par les membres de cette famille, qui doivent aujourd’hui, grace a l’existence incontournable de cette taxe fonciere, payer – en effet – une location annuelle a l’etat…

          Bel exemple – s’il en est – pour rappeller, surtout, que le droit a la propriete est le principal garant de la liberte individuelle. Elle figure sur notre consitution et se trouve en permanence galvaudee.

          • Et quant aux raisons, supportant l’existence de la taxe fonciere, que vous proposiez d’evoquer dans votre introduction, puis que vous avez suggere avoir evoque dans votre conclusion, je les ai cherche en vain dans votre commentaire, vous etes restes dans le domaine du flou artistique et de la posture.

            Vous n’avez en fait rien propose du tout.

            • Votre seule proposition, clairement lisible, provient de votre premier commentaire ou vous exprimez cette croyance qu’il faille taxer, « …et pas qu’un peu », les terrains car constituant le seul capital veritablement tangible et intemporel.

              Donc vous avez une vision collectiviste des choses.

              Soit vous etes un collectiviste qui s’ignore – soit vous venez ici pour chatouiller du liberal.

              • Votre commentaire est interessant, notamment le passage sur le temple d’Auguste et de Livie, a Vienne… Instructif.

                Neanmoins vous vous meprenez sur ma personne, je suis un libéral ! Certes un libéral de gauche, un capitaliste humaniste, mais un libéral quand même, et jusqu’au bout des ongles !
                J’ai vraiment du mal avec cette gauche caviar bien pensante moraliste qui s’achète une tranquillité d’esprit en croyant savoir ce qui est bien pour les pauvres et qui ce faisant, crée la pauvreté et l’exclusion en s’enterrant dans des combats anachroniques contreproductifs…

                Cela étant dit, je ne propose rien, j’alerte sur le bien fondé de la taxe foncière.
                Après, son application et surtout ses variations est sujette à débat, comme le fait H16.

                Mais gardons nous de la deviance anarchique en comprenant que certaines taxes sont tout de meme salutaires.

                • Certes un libéral de gauche,

                  C’est quoi ça un libéral de gauche … ou de droite ❓

                  • Certains « liberaux de gauche », en verite marxistes pratiquants, viennent ici regulierement, comme les mauvais comiques au festival d’Avoriaz. Je crois que c’est le meme qui etait venu nous rendre visite il y a deja quelques mois. Le charlot qui ecrit dans son petit blog personnel « pave au poing ». J’ai finalement reconnu son style, et son mode operatoire, dans les deux derniers commentaires, avec son insistance a se dire liberal tout en racontant l’oppose.

                    Comme Cavaignac l’avait pousse – et qu’il ne faisait vraiment pas le poids – il a finit par se decouvrir en racontant carrement n’importe quoi.

                    • ERRATUM

                      Je vais donner cette precision pour Antoine, ou Isga, ou… avec tous ces personnages farfelus je ne sais plus comment vous appeler. Enfin, tout ca pour dire que le festival d’Avoriaz, c’est en fait le festival du film fantastique, donc ce serait plutot pour les socialistes de gouvernement. Ce qu’il vous faut plutot a vous, c’est le festival du film de comedie (vous pourrez y apporter votre pave) et cela se passe chaque annee a L’Alpe d’Huez.

                      Pour prendre contact avec les organisateurs du festival, tapez http://www.festival-alpedhuez.com.

                • @Antoine,

                  J’attends toujours votre developpement en ce qui concerne le bien fonde de la taxe fonciere appliquee aux terrains a construire.

                  En constraste (ou pensez vous aussi que la taxe fonciere soit souhaitables pour ces types de biens ? ), que pensez vous de la taxe fonciere en ce qui concerne les maisons particulieres ? Les appartements ? Les batiments commerciaux ? Les terrains agricoles et forestiers hors zone constructibles ? Les taxes d’habitations ?

                  • Et pendant que nous y sommes, si vous pouviez avoir la gentilesse de m’eclairer quant a votre avis sur la nouvelle taxe sur les residences secondaires.

                    Connaitre precisemment votre opinion sur ces impositions, toutes sans exception liees a la propriete individuelle, nous permettrait d’y voir beaucoup plus clair en ce qui concerne votre liberalisme revendique.

        • Antoine commet deux erreurs.

          D’une part, il croit que la propriété publique, définie négativement comme l’absence de propriété privée, serait possible. En dernière analyse, la propriété est le pouvoir de détruire, l’abusus. Alors, la propriété publique n’est que la propriété privée du chef du groupe humain s’appropriant collectivement un objet (dictateur ou élu ou délégué) qui se réserve personnellement le pouvoir de décider de détruire l’objet approprié. La propriété publique, c’est l’appropriation sans cause par le chef du groupe (dictateur, roi, empereur, fonctionnaire ou politicien, peu importe le régime politique) aux dépens de tous les autres membres du groupe. Le chef et ses favoris se réservent de ce fait tout le potentiel de l’échange, donc de création de richesses, plongeant inexorablement autrui dans la pauvreté qui résulte de l’absence de potentiel d’échange. A ce sujet, relire impérativement de Soto à propos de l’absence légale de propriété des capitaux pour comprendre l’origine de la pauvreté dans le tiers-monde. En résumé, la collectivisation de la propriété est une illusion. Pire, la collectivisation est un crime contre l’humanité parce qu’elle condamne le plus grand nombre à la pauvreté.

          D’autre part, Antoine confond la propriété avec l’objet approprié alors que la propriété se résume à la capacité de décider de la destruction de cet objet. Mais, en dépit de la définition de la propriété, nul ne peut effectivement détruire les composants de l’univers. Rien ne se détruit, tout se transforme. Alors, ce qu’on nomme propriété, ce dont on peut abuser, c’est en réalité l’utilité humaine de l’existant transformé, rendu utile, et non l’existant lui-même. Par exemple, l’or n’a de valeur qu’après avoir été extrait du sol. L’or dans le sol n’a aucune valeur. Qui est propriétaire de l’or non encore extrait ? Nécessairement celui qui, par son travail, en l’extrayant du sol, aura donné à l’or sa première valeur humaine, celle qui permettra le premier échange créant la richesse. Ceci valide la thèse du premier arrivé pour enclencher le cycle infini des échanges, ce qui permet aussi de comprendre que la croissance est infinie quand bien même les ressources physiques seraient limitées. Accessoirement, cela doit nous interroger sur la forme utile de la monnaie et les limites intrinsèques respectives des monnaies physiques, déflationnistes, comme des monnaies étatiques, inflationnistes.

          Le véritable propriétaire de la terre est celui qui lui donne de la valeur en vue de l’échange futur, soit la terre elle-même (occupation), soit le fruit de la terre (exploitation). Il est donc tout à fait légitime car indispensable et nécessaire que la terre soit objet de propriété privée. La propriété foncière est parfaitement légitime. La propriété foncière est même la plus importante des propriétés en ce sens qu’elle conditionne l’existence de toutes les autres. La propriété foncière ne peut pas être détruite par l’impôt. Par l’impôt, elle est simplement déplacée, sous couvert de mensonge idéologique, au profit de ceux qui vivent par, pour et en l’Etat, aux dépens du plus grand nombre.

          Empêtré dans ses erreurs, Antoine touche du doigt la nature de la propriété mais il ne parvient pas à la percevoir pleinement. Il y a une forme d’impuissance à frôler ainsi le sujet sans arriver à le pénétrer.

          • Ce que vous dites est assez interessant et je suis d’accord avec la plus grande partie.
            Par exemple
            « Il est donc tout à fait légitime car indispensable et nécessaire que la terre soit objet de propriété privée. La propriété foncière est parfaitement légitime. »

            => Je suis tout à fait d’accord !

            Mais comprenez que la taxe foncière a notamment pour fonction de forcer le propriétaire a tirer rentabilité de cette surface de la planète, à l’utiliser, pour son profit et in finé, pour le profit de tous !
            Si cette taxe n’existait pas, vous vous doutez bien que beaucoup en feraient juste spéculation. Ou garderaient les terres en jachère pour la gloire, pour le prestige, ou que sais je.

            La terre et les hommes, vaste sujet

            Pendant longtemps, il n’y a pas eu de taxe foncière et cette époque était notamment l’époque féodale.
            La taxe foncière est un acquis de la révolution française !
            Et à moins de vouloir revenir au nobles privilégiés, tiers état et clergé….
            Ou alors franchement, dites moi par quoi la remplacer !

            • Si cette taxe n’existait pas, vous vous doutez bien que beaucoup en feraient juste spéculation. Ou garderaient les terres en jachère pour la gloire, pour le prestige, ou que sais je.

              On pourrait l’appliquer à ceux qui en foutent pas une : cela les forcerait à travailler un poil plus ❗ :mrgreen:
              Comme quoi, vos idées ne sont stupides quand elles sont généralisées ❗ :mrgreen:

    • Antoine: « Vous proposer ma vision éclairée »

      J’ai rarement lu plus débile.

      • Et je précise vu que j’ai du temps…

        Antoine: « il y a eu un monarque/tribu/gugus qui se l’ai octroyé/conquis/colonisé au début et puis maintenant ca se vend… »

        … »conquis » Il y a des siècles de cela, depuis des gens l’ont souvent travaillée, ont sués dessus ou l’on entretenue (aucune forêt primaire en France) et l’ont revendue à des gens qui eux aussi ont sué pour avoir l’argent nécessaire, un argent bien souvent déjà taxé par l’état.

        C’est donc du pillage pur et simple.

        Ensuite sur les « bienfaits » de la taxe on ne peut que rire nerveusement, si les taxes marchaient vraiment la France serait un paradis vu le nombre. Hors tout est en berne: marché du travail, marché de l’immobilier etc etc. Tous assassinés pour cause de sur-régulation et de sur-taxation.

        Et la cerise sur le gâteau: Pleins de gens a revenu moyen ou faible disposant de parcelle qu’ils réservaient pour leur enfants, famille ou qui l’exploitaient simplement (potager, arbre fruitier) vont être obligés de vendre à des prix misérable vu l’afflux sur le marché, les promoteurs immobiliers vont se les arracher à des prix de misère, se remplir les poches avec et construire n’importe quoi pourvu que ce soit rapide.

        Antoine, les pillards et les vautours vous remercient vraiment.

        • Antoine, les pillards et les vautours vous remercient vraiment.

          Mieux, ils vous bénissent, et ceux qui n’avaient jamais mis le pied dans une église vont le faire : un miracle lourdesque :mrgreen:

    • La propriété foncière est la plus essentielle des propriétés qui supporte toutes les autres. Si vous la supprimez, vous supprimez par destination toutes les autres propriétés. Votre pure logique nous conduit à la collectivisation de tout, donc l’esclavage de tous, la dictature économique. En outre, c’est une proposition absurde car il y a forcément un propriétaire, au sens de l’exercice du pouvoir de décision, soit le particulier dans le cas du foncier privé, soit le politicien au pouvoir dans le cas du foncier public.

      « spéculation intrinsèque » : la spéculation n’existant pas, sinon comme anticipation de l’avenir, elle ne peut être qualifiée d’intrinsèque, même pour le foncier.

    • « D’ou l’existence, au combien salutaire, de la taxe foncière » : une taxe a pour objet de financer un service public légitime, donc régalien (article 13 de la DDHC). Dans le cas contraire, la taxe n’a pas d’objet, pas plus que les partis politiques qui la propose. Puisqu’ils n’ont pas d’objet, il convient sans délai d’interdire et de dissoudre ces partis (article 2 de la DDHC).

    • Pauvre garçon, tout a l’air bien compliqué , tout ça pour justifier le vol.

    • D’ailleurs, en comptabilité, les terrains sont les seuls investissements qui se s’amortissent pas.
      En effet, toute propriété finira fatalement par ne plus rien valoir. Un immeuble tombera en ruine, une voiture rouillera, l’eau croupira etc etc…
      Mais la surface délimité d’un bout de la planète, étant finalement plus un concept qu’un bien matériel, ne souffrira d’aucune décrépitude…

      Y aurais pas une toute petite contradiction ❓

      D’ou l’existence, au combien salutaire, de la taxe foncière, pour éviter justement cette spéculation .

      Vous spéculez beaucoup, vous êtes un expert (pépère). Chouette, on va pouvoir vous taxer 🙂 . Une taxe sur la spéculation, cela va rapporter des milliards, pourquoi personne n’y a pensé avant vous ❓ :mrgreen:

    • Encore s’agirait-il de ne pas confondre investissement, a long terme, pour se mettre a l’abri du besoin, ce qui est aussi legitime qu’un plan retraite et plus efficace aussi, plus sur, car par capitalisation, et qui dettache l’investisseur de la necessite de regarder vers l’etat pour assurer sa retraite, et speculation qui s’apparente plutot a chercher a faire (for want of a better word) un « coup ».

      Il n’est pas inutile de nous rappeller que le systeme de retraite, que nous connaissont depuis 70 ans, et que nous pensons a tort etre quelque chose de « normal », n’a jamais existe auparavant, et bientot n’existera sans doute plus, la logique de preparation a une retraite confortable a toujours ete de mettre du bien et de l’argent de cote. Il y a ensuite un roulement de generation en generation. Ce cycle est naturel. La retraite par repartition ne l’est pas.

      Ce qui decourage la speculation – a court terme justement- n’est pas l’impot foncier mais les impots sur les plus values immobilieres, en particulier justement sur du court terme (ou elle sont traditionnellement – en France – punitives). J’habite l’Irlande et j’ai eu l’occasion d’observer sur place les effets de l’existence d’un % d’imposition sur les plus values a court terme qui etait insuffisant (pendant les annees principales de surchauffe du marche), a peine superieur a l’inflation annuelle immobiliere, ce qui a cause effectivement la formation d’un marche secondaire ou des particuliers ou des entreprises achetaient sur du court terme pour revendre ensuite, en degageant une marge au passage, a d’autres particuliers moins entreprenants ou qui n’avait pas les moyens de faire des achats groupes. Il n’y avait pas non plus a l’epoque de taxe fonciere, Bruxelles a impose plus ou moins au gouvernement Irlandais depuis qu’ils en installent une – ce qui a ete fait – mais pour avoir assiste de tres pres aux operations de speculations (ou beaucoup de speculateurs ont fini en faillite pour n’avoir pas su prevoir la fin de l’embellie), je peux vous assurer que l’absence de taxe fonciere – ou d’habitation pour les batis – n’a participe en rien au climat speculateur ou a la crise qui suivit. L’outil souhaitable ici, comme je l’ai deja dit plus haut, consiste en la mise en place de taxes sur les plus values qui ne decouragent pas l’investissement, mais qui soient punitives en ce qui concerne la speculation. Il est important de rappeller que Bruxelles n’a par ailleurs pas (dans l’esprit) « impose » aux Irlandais la creation d’une taxe fonciere pour dissuader les speculateurs, mais pour permettre a Dublin de generer suffisemment d’exedent pour rembourser la dette (l’eau desormais payante en est un autre exemple) vers la BCE.

      • Au delà de l’impossibilité pratique de définir la spéculation autrement qu’une anticipation de l’avenir, à quel titre faudrait-il la combattre ? A quel titre serait-il « souhaitable » de condamner un quidam gagnant sa vie en achetant et revendant des immeubles ? On se le demande.

        En outre, comme vous le notez à propos, la spéculation (au sens politique, donc erroné, du terme) finit toujours par une crise, non parce que c’est de la spéculation mais parce qu’elle est le fruit des législations néfastes produites par l’Etat obèse déformant les marchés et conduisant à une perte de régulation naturelle. La crise est la conclusion normale des interventions étatiques inappropriées, y compris en Irlande, quand bien même le poids de l’Etat y était plus qu’ailleurs.

        En imposant des règles de bonne gestion à l’Etat irlandais, ses créanciers ne s’intéressait ni de près ni de loin à une spéculation fantasmée mais à l’équilibre des comptes d’une entité irresponsable sous perfusion, condition légitime de l’aide octroyée. Prochainement, la France…

        • Tout à fait. une grande partie des méchants spéculateurs sont en fait des caisses de pensions. Qui travaillent pour les retraites futures de leurs affiliés, et non pour s’enrichir.
          Voudrait-on que les français ne puissent se constituer une épargne retraite ?

          • Oui, vous avez raison tous les deux, c’est vrai que je m’etais quelque peu egare dans des considerations d’ethique mal degauchee entre investissement et speculation a court terme.

            Ce qui est vrai aussi, et Cavaignac a bien fait de mentionner cet aspect des choses, dans son dernier commentaire, c’est qu’en ce qui concerne l’Irlande, c’est la que je m’etais principalement egare en cherchant en aval des poux dans la tonsure du gouvernement Irlandais pour ne pas avoir mis en place une imposition qui aurait pu ralentir le gonflement de la bulle immobiliere, en oubliant de mentionner qu’on peut en fait souligner une decision unique de ce gouvernement pour etre a l’origine de tout : l’introduction de subventions sous la forme de credit d’impot (jusqu’a 50%) au benefice des particuliers ou des professionnels de la construction, avec l’intention – dans un premier temps – d’assurer la renovation du parc immobilier Irlandais. Mais dans un premier temps seulement, car l’erreur a ete que les subventions perdurent, parceque trop d’acteurs y trouvaient leurs comptes, les banques qui pretaient abondamment de l’argent, qu’ils n’achetaient pas cher sur le marche de gros europeen, les constructeurs qui faisaient de tres belles marges, gonflees artificiellement par les subventions, et enfin le gouvernement lui-meme arrose genereusement avec l’argent des precites. Tout le monde avait interet a ce que le petit jeu de Monopoly (avec les billets fantoches qui vont avec) continue. Et tout ce beau monde, comme larrons en foire, avaient le nez si pret du ballon qu’ils gonflaient, qu’ils ne prirent conscience de la bouffonerie totale de l’operation que lorsque le ballon finit par eclater.

            J’avais en effet oublie l’origine etatique de la farce, dans mon commentaire auquel Cavaignac repond si bien, J’avais surtout oublie que l’etatisme n’est pas seulement socialiste, il peut-etre aussi de connivence (en France les deux vont de paire), meme dans une economie d’esprit principalement liberal comme celle de l’Irlande.

            Enfin, je ne veux pas non-plus cracher dans la soupe, l’Irlandais moyen est tres rarement inscrit a l’equivalent local de la CGT. Un jour un voisin pas tres cultive, sans etre pour cela idiot du tout, m’a pose la question suivante (je ne plaisante pas), et je crois que c’est plutot bon signe quant a l’esprit general du pays.

            « c’est quoi un communiste ? »

            • Désolé si mes remarques vous ont paru sévères. Rien de personnel évidemment mais dès que j’entend parler de spéculation, d’économie prétendument réelle ou tout autre éructation factice de la pensée inique, j’ai tendance à sortir la sulfateuse…

              • Bonjour Cavaignac,

                Il n’y a pas de mal, bien au contraire. Vos remarques m’ont donne l’occasion d’aller un peu fouiller dans ma memoire, et m’ont oblige a concentrer mon diagnostique. Si plus de gens « sulfataient »a bon escient, pour obliger les electeurs a mettre en marche les petites cellules grises, plutot que de les laisser tranquillement roupiller, on en serait sans doute pas la…

            • « c’est quoi un communiste ? »

              Vous auriez pu répondre : un socialiste qui s’ignore ! 😉

              Quant à l’action de l’état, elle est toujours mauvaise. Même en Suisse. Avec la bulle immobilière de la fin des années 1980, l’état de Vaud avait décidé de pousser la valeur locative pour contrer la bulle. Vous n’imaginez pas l’ânerie puissance socialiste élevée elle même à la puissance bobo-socialiste.
              De toutes façons, la bulle devait se purger toute seule. Pas besoin d’intervention.

              Résultat, en ce qui me concerne : la valeur locative était 2.5 x plus élevée que le loyer que j’aurai pu tirer du logement que j’occupais. Donc je payais plus d’impôts que le loyer que j’aurai pu en tirer. Donc en déménageant, et en louant ce logement, le problème était résolu : et surtout moins de rentrées pour l’état. Quand on prend ses responsabilité dans un état socialiste, on est toujours « récompensé ». Et autre chose que l’on oublie : le temps passé dans la paperasse, pour des cacahuètes, même en Suisse. Et cela c’est un problème digne des droits de l’homme.

              Conséquence des actions de l’état suisse quelques années plus tard : tous les acteurs ayant quitté le marché immobilier, faillites, chômage au passage chez les artisans, le stock de logements disponibles à décru lentement mais très sûrement, à la suisse. Du coup, les locataires qui faisaient la fine bouche l’ont eu profondément la ou je pense, et les loyers ont pris doucement l’ascenseur. Une autre bulle avait remplacé la précédente, et les mesures prises avaient anesthésié les acteurs.

              On voit donc que l’action de l’état, sous des couches de moralité, peut conduire à de grandes injustices. Surtout si l’on pense que l’on peut acheter des fonds suisses basés sur l’immobilier, rendement environ 6% NETS D’IMPOTS. Imaginez le confort administratif ! Faut-il donc punir les gens qui font l’erreur d’acheter un bien immobilier, même en Suisse ? Comprenez donc que les actions, vous pouvez facilement les transférer d’un pays à un autre, alors qu’un bien immobilier, vous êtes piégé. Mais cela fait bien de taper sur le propriétaire, cela se voit, on se fait mousser à bon compte, on donne l’illusion que l’on est fort alors que l’on est qu’un colosse aux pieds d’argile. Ce que l’on ne voit pas, c’est les futurs chômeurs du secteur immobilier, l’inconfort grandissant des classes moyennes. Mais cela ne compte pas 🙁 Enfin : pas de suite … 🙂

              Vous ne me croyez pas ? La Suisse vient de décider que les logements subventionnés serait logés à la même aune que les autres. Égalitaire : égalitude. Eh bien, cela vient de stopper sec le marché du logement subventionné. Alors que les caisses de pension, tenez : encore des retraités, bouh les vilains méchants futurs retraités, ont besoin d’avoir un rendement net de 4%, voire un poil plus, la décision des juges limite le rendement à 2.5%, taux moyen actuel. A votre avis, que va-’til se passer sur le marché du logement genevois, déjà à peine tendu ? Va-t-on voir fleurir les pots de vins (la ce serait plutôt des barriques) et les petits malins pour les passe-droits? Encore une fois, il y a ce qu’on voit et ce que l’on ne voit pas 🙁

              Vous avez la preuve par A+B et même par A/B que l’état ne peut que se planter et créer des dommages à l’économie. Et à la société.

              • Meme en Suisse… les peaux de bananes etatiques se glissent vraiment partout !

                • C’est pour ce genre de raisons que je pense qu’il faut beaucoup moins d’état.
                  Même en Suisse ❗

                • Et bien sûr, sans compter que le risque inhérent à un seul objet immobilier est effacé par le nombre élevé d’objet immobiliers du fond. C’est un aspect très important.
                  J’ai l’impression que seul les arriérés achètent des objets immobiliers en Suisse ❗

          • C’est ça : l’épargne individuelle, autrement dit le capitalisme des petites gens, le capitalisme des sans-dents méprisés parce que besogneux et méritants, c’est le mal absolu pour les collectivistes. Le but du socialisme n’est pas de s’attaquer aux quelques riches qu’ils savent hors de portée mais bien de soumettre la masse des pauvres à leur sujétion, à leur désir de pouvoir absolu.

            • Oui, c’est plus facile de cogner sur ce que l’on voit et pas sur ce que l’on ne voit pas (ou que l’on feint de ne pas voir) ❗
              Même les suisses multiplient les âneries de ce genre, voir mon commentaire plus haut.

              il va falloir leur offrir des canes blanches d’aveugles à ces politiciens ❓

  • Ces socialistes c’est des voleurs et rien d’autre.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Le dernier-né des rapports régulièrement consacrés à la question de l’audiovisuel public nous vient du Sénat. Il n’échappe pas à la règle propre à ce type d’exercices : comme ses (trop) nombreux prédécesseurs, ce document constate la gestion défaillante des sociétés de l’audiovisuel public, et propose comme d’habitude une augmentation du financement public et une nouvelle version du mécano institutionnel. Sans oublier, bien sûr, de prévoir la création de plusieurs  commissions et autres missions de préfiguration chargées de donner suite à ses... Poursuivre la lecture

Par Nafy-Nathalie.

Rappelez vous ! Octobre 2018, je vous contais la belle histoire d’un candidat devenu président qui s’était engagé en campagne sur le fait de restituer du pouvoir d’achat aux citoyens en réduisant, puis supprimant la taxe d’habitation. Cela semblait si cocasse que la seule conclusion qui s'imposait était celle d'une immense couillonnade.

Trois ans plus tard, au moment où Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, annonce que les promesses du Président seront tenues, j’ai eu envie de faire un bilan.

Qu’avait... Poursuivre la lecture

Par Romain Delisle. Un article de l'IREF Europe.

En 2018, le taux de prélèvement obligatoire en France s’établissait à 45 % du PIB et se décomposait en trois parts principales :

53,7 % pour les administrations de sécurité sociale (ASS), 31,6% pour les administrations publiques centrales (APUC), 14,3% pour les administrations publiques locales (APUL).

Soit 6,4 points de PIB contre seulement 4,3 en 1986.

Les dépenses des APUL ont crû principalement du fait des Actes I et II de la décentralisation, mais aussi par l’applic... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles