Fabius inaugure une usine en Algérie

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
contrepoints 909 Fabius Algérie

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fabius inaugure une usine en Algérie

Publié le 15 novembre 2014
- A +

contrepoints 909 Fabius Algérie

Le FLN a fait la guerre à la France et créé un État Algérien indépendant. Il s’est emparé du pouvoir par les armes en n’hésitant pas à faire abattre les opposants et en multipliant les coups d’État puis, en évoluant, par des intrigues de Palais que seuls les Initiés – traduisez la nomenklutura – pouvaient décrypter. Le tout en s’alignant sur l’allié soviétique et en instituant une économie de type socialiste. 50 ans plus tard, le pays est au bord du gouffre, incapable d’offrir du travail à la jeunesse qu’il a voulu à toute force multiplier dans une optique de revanche avec le colonisateur (Boumédienne), incapable de produire la nourriture pour sa population (d’où des importations qui représentent un quart des recettes d’hydrocarbures, pour une contrée exportatrice en 62), incapable de loger ses citoyens (obligés d’importer de la main-d’œuvre chinoise pour construire des HLM !), incapable de créer une industrie de PME, une économie ouverte et dynamique.

L’État algérien n’existe que par son pétrole, dont la manne est dilapidée par une bureaucratie incompétente et des détournements répartis entre les groupes mafieux de l’Armée qui tient le pays. Fréquenter les sites d’info de la presse gouvernementale (El Moudjahid) permet d’y voir régulièrement de violentes diatribes contre l’ex-colonisateur français. Même chose sur Liberté Algérie avec mon collègue Dilem, très critique. Le printemps arabe a soigneusement été dissuadé à coût de dollars-pétrole, judicieusement répartis dans la population, par ailleurs traumatisée par la guerre civile des années 90 (150 000 à 200 000 morts). Tout ça pour en arriver à ce contraste de notre Fabius inaugurant une usine de fabrication de « Renault Symbol » : une première !

Cette Algérie ne vit que du prix du baril, qu’il lui faudrait à 110, alors qu’il n’est plus qu’à 85. Des millions d’Algériens pauvres, dont le nombre augmente, vont-ils accepter encore longtemps cette fiction d’un Président impotent, momie entretenue par la clique de généraux qui l’ont fait roi, parfait symbole de cette incompétence de ce régime socialiste, obligé d’avoir recours à la puissance ex-colonisatrice honnie en raison de son incapacité à installer un système de santé algérien ? Tout ça pour grappiller quelques répits pour les véritables seigneurs de l’Algérie, le temps de trouver une autre momie plus présentable.

 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Dans l’espoir d’améliorer les relations avec l’Algérie, le gouvernement français multiplie depuis quelque temps les petites concessions, tout en étant conscient que l’Algérie ne sera jamais satisfaite, car, pour le pouvoir algérien, le problème est ailleurs.

Un de ces « petits pas » a été l’annonce le 10 décembre 2021 par Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, de l’ouverture des archives sur les enquêtes judiciaires de la guerre d’Algérie.

Mon propos sera plus général, l’ouverture de certaines archives étant pour moi un élém... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Rachid Nekkaz.

Depuis 46 ans, la réalisation du Grand Maghreb est bloquée par l'absence de solution diplomatique concernant le Sahara occidental, une ancienne colonie espagnole désertique de 266 000 km2 située entre la Mauritanie, le Maroc et l'Algérie. 75 000 âmes arabo-berbères y vivaient.

En dépit de la mobilisation internationale (Nations Unies, Europe, Espagne, États-Unis, Union africaine, Ligue arabe), aucune solution acceptable par tous n'a été encore trouvée pour cette terre riche en phosphates et dont la côte Atlant... Poursuivre la lecture

Par Samuel Furfari.

Malgré la COP26, et encore plus après son flop, les projecteurs sont braqués sur les migrants syriens entassés sur la frontière entre la Pologne et le Belarus à la suite d’une tentative du dictateur biélorusse « d’embêter » ses voisins de l’UE, en guise de revanche sur les sanctions que celle-ci inflige à son pays. Alexandre Loukachenko a commis l’imprudence de laisser entendre qu’il allait limiter, voire couper, l’alimentation en gaz russe de ces pays.

Les pressions de l’Algérie et de la Biélorussie en matière ... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles