L’obscurantisme a un brillant avenir

L’obscurantisme fondé sur le discours de peur et le rejet de la science a encore en France un brillant avenir.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
chapeau papier alu credits Brian (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’obscurantisme a un brillant avenir

Publié le 11 novembre 2014
- A +

Par Michel Gay1.

chapeau papier alu credits Brian (licence creative commons)

Le combat contre l’obscurantisme et le charlatanisme est assurément sans fin. Mais certains événements récents prennent une tournure inquiétante. En voici trois exemples.

1. La Commission européenne est sommée de se séparer de ses conseillers scientifiques.

Le 22 juillet 2014, neuf organisations de l’écologie politique ont demandé au nouveau président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, de supprimer le poste de conseiller scientifique en chef afin que la Commission « prenne ses conseils d’une variété de sources indépendantes et multidisciplinaires »… Les signataires comprennent notamment Greenpeace et la Fondation Sciences Citoyennes. Il est à craindre qu’une nouvelle étape soit franchie en Europe dans la désinformation en matière scientifique.

2. Des messages alarmants sur les dangers allégués des « ondes » s’infiltrent jusque dans les « conseils » donnés aux femmes enceintes, parfois assortis de publicités mensongères pour d’illusoires protections.

Lorsqu’une femme déclare sa grossesse, elle reçoit un « pack » avec des produits de puériculture et un petit livret « happy baby ». Dans ce livret figure une mise en garde contre « les ondes électromagnétiques » (page 33) au même titre que le tabac ou l’alcool, ainsi qu’une publicité pour le « vêtement de grossesse anti-ondes Bellyarmor ».

Bien entendu, il n’y a pas de raison de faire peur aux femmes enceintes avec un danger inexistant ou, en tout cas, non avéré. Malheureusement, elles représentent une cible privilégiée des vendeurs de prétendues protections en tout genre qui s’appuient sur des sources farfelues ou aussi peu fiables que le rapport « bioinitiative 2013 ».

3. Des gourous et guérisseurs vendent leurs recettes parfois dangereuses dans les écoles, voire les hôpitaux.

Ainsi, une magnétiseuse place des aimants qui « tuent les micro-organismes responsables des pathologies ». Elle prétend guérir « avec grand succès » sida, méningite, diabète, pneumonie, infertilité, etc., et elle désintègre sans peine les tumeurs cancéreuses.

D’autres dissolvent des maladies par téléphone en récitant une suite de mots, ou remplacent des vertèbres avec des outils invisibles.

Certains délivrent même des diplômes, comme le Californien Eric Pearl, ex-chiropraticien, qui jure avoir « activé » plus de 60 000 mains pour leur donner « de nouvelles fréquences » afin de « devenir des catalyseurs de guérisons ».

Imposer les mains et parler peut soulager une détresse psychologique mais il faut rester très prudent dans l’ouverture aux approches complémentaires.

Le divorce des élites politiques et, plus sournoisement, des faiseurs d’opinions que sont les journalistes, d’avec la connaissance scientifique est à la base d’une défiance des citoyens vis-à-vis de la science. Chacun a le droit de donner un avis à la condition expresse de ne pas avoir de compétence pour le faire. Ainsi, tout le monde peut avoir un avis sur le nucléaire sauf les physiciens qui, forcément, appartiennent au lobby nucléaire. Il en va ainsi pour les vaccins et les médecins, pour les OGM et les biologistes, ou pour le gaz de schiste et les professionnels des forages pétroliers.

La dimension scientifique et technique des décisions nécessitent de plus en plus de l’expertise. Sa dévaluation, voire sa disqualification, est un danger pour l’équilibre de notre société.
Une lueur d’espoir nous vient de l’étranger : la BBC a décidé de ne plus inviter de charlatans lors des débats scientifiques et de former ses journalistes à la démarche scientifique.

Mais en France, pays de Descartes, faut-il s’étonner que des décideurs et des instances officielles soient si déboussolés par la cacophonie ambiante qu’ils en perdent leur bon sens ? Ou pire, qu’ils y contribuent en favorisant l’intrusion des idéologies dans les agences de santé, de l’énergie (comme l’ADEME2 imprégnée d’un parti-pris antinucléaire), ou dans des programmes de recherche sous couvert « d’ouverture à la société civile ».

L’obscurantisme fondé sur le discours de peur et le rejet de la science a encore en France un brillant avenir.

  1. Inspiré directement de la revue de l’Association Française pour l’Information Scientifique (AFIS) n°310 d’octobre 2014.
  2. ADEME : Agence De l’Environnement et de la Maitrise de l’Énergie.
Voir les commentaires (191)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (191)
  • Obscurantisme… Discours de peur…
    Il faut arrêter avec la dialectique du XIXe siècle, on a vraiment l’impression de tomber sur le degré 0 de la pensée…
    Pourquoi ne pas faire juste un article sur la débilité de ces croyances, sans utiliser un vocabulaire qui décrédibilise l’article?

    • Et pourtant, il s’agit bien de ça, d’obscurantisme. Une nouvelle religion avec ses adeptes et ces gourous manipulant les masses : le Giec, la fin du monde en 2012, le bug de l’an 2000, la montée des eaux, les populations carbonisées par le trou dans la couche d’ozone, le risque affreux des médicaments et des vaccins bien plus important que les maladies, la nourriture viciée qui nous tue en Europe alors qu’on tuerait dans d’autres pays pour avoir la même nourriture contrôlée et réglementée, la robotique qui ne facilite pas aussi le travail pénible des ouvriers…
      Le mot « croyance » n’est-il pas, lui aussi, un tantinet désuet et renvoie à un monde pas toujours très « éclairé »?

      • euh … le bug de l’an 2000, c’était plus du marketing que de l’obscurantisme. Qu’est-ce qu’on a pu se faire comme blé avec cette c…ie !!! 🙂

        • Sûrement mais cela a fonctionné ce qui prouve la crédulité et le pouvoir des médias et autres lobbies pour instiller la peur et vendre des biens ou des idées ou obtenir des subventions.

        • N’est ce pas la finalité de l’obscurantisme? Ne se résume t il pas à ce que vous dites: « se faire du blé ». Du moins à se faire une place dans la société, à obtenir la gloire et des privilèges (droit de décider, de cuissage, etc. ) bref à manipuler l’ignorant pour s’en servir…

      • « Le bug de l’an 2000 »: de la part des médias, il eût été moins idiot, mais aussi moins médiatique, de parler « des bugs » de l’an 2000. Il n’était pas invraisemblable d’envisager que certaines applications pourraient dysfonctionner sans pour autant que ce soit la fin du monde. Aussi tout ce que la planète comptait de programmeurs, y compris des retraités, a été mobilisé pour éplucher des milliards de lignes de code à la recherche de l’instruction qui allait transformer « 2000 » en « 0000 ». Combien y en a-t-il eu de trouvées , on ne le saura jamais. Chaque fois qu’un programmeur a modifié une ligne de code, il n’a pas rédigé un rapport en triple exemplaire pour expliquer ce qu’il a fait. Et pour ce qui aurait été de donner les explications au grand public…

      • « le risque affreux des médicaments et des vaccins bien plus important que les maladies »

        Vous vouliez dire :

        « le risque affreux de la grippe bien plus important que le vaccin »

  • Tant que des gens, comme l’auteur du présent article ou beaucoup d’autres, resteront arc-boutés sur le principe que seul ce qui est mesurable et/ou explicable par la science peut exister (malgré tout un tas d’exceptions passées, présentes et très certainement à venir), nous n’avancerons pas.

    Monsieur GAY, comme beaucoup qui ont l’esprit étriqué, ne fait ici que défendre sa religion : la Science.

    A une époque, quand on ne savait expliquer, on disait que c’était divin ; aujourd’hui, quand on ne sait pas expliquer, on dit que ça n’existe pas !

    Pas mieux……..

    • Attention, il pourrait y avoir une attaque de dragons sur Paris. Heureusement, les verts, sur leurs licornes dont l’entretien nécessite des subventions lourdes, sont là pour nous sauver…

    • euh non quand ça existe ça existe, expliquer c’est autre chose….
      non vous parlez de croire à des choses qui non pas n’existent pas mais dont l’existence n’est pas prouvée.

    • aujourd’hui, quand on ne sait pas expliquer, on dit que ça n’existe pas !

      Si vous le dites, c’est que c’est forcément vrai :mrgreen:

    • Une religion se base sur des croyances (ne pouvant être prouvées, donc). La science se base sur des faits, prouvés. La science n’est donc pas une religion.

    • Quand je vois le fanatisme, la violence verbale et parfois physique pratiqués par des pseudos scientifiques « anti tout », je pense à certains écolos, nous sommes bien dans le registre des intégrismes religieux. Le religieux, la foi, nécessitent la CONFIANCE, confiance aveugle dit-on souvent. Le religieux, la foi, la confiance ne se démontrent pas, ne se mesurent pas…

      Cependant, contrairement à l’animal, l’esprit humain, même inculte, a besoin de preuves, d’explications. Les religions ont eu besoin d’inventer ces preuves (le truquage, le Miracle, etc…), dans les écrits passés et/ou actuels. Les religions, les sectes ont eu besoin aussi de construire des schémas de pensée, une logique avec une fin heureuse ou malheureuse si on ne respecte pas les préceptes. Celle–ci est nécessaire pour faire des adeptes, contrairement à la démarche scientifique qui ne solutionne ou n’aboutit pas toujours et souvent même démonte une certitude scientifique antérieure. RELIGION et SCIENCE sont deux mondes différents, sans points communs. Les seuls points communs se situent sur certains aspects quand la religion intégrait la science et imposait des comportements résultats des nombreuses observations liés hygiène alimentaire, sexuelle,etc. se traduisant par des interdictions vu les moyens curatifs à la disposition des peuples anciens.
      La plupart des religions sont totalitaires, totalitaires dans le sens qu’elles couvrent TOUS les aspects de la vie des adeptes en leur mettant des contraintes plus ou moins fortes, graduées. Les seules contraintes voulues par le monde scientifique se situent dans la méthode. Ce monde ne porte pas de jugement de valeur morale sur l’objet de leur étude…mais un intérêt, une curiosité…

      Or on se rend compte qu’avec l’accroissement du savoir, des méthodes d’enquêtes, des retours d’expériences, la fréquence des « miracles » se réduit…Quand au charlatanisme basique, basé sur le truquage celui-ci est mis à mal sans nécessiter de grandes expertises…

      Ce n’est pas Monsieur Gay qui se sert de « preuves » scientifiques ou de propos d’éminents professeurs sortis de leur contexte pour valider sa religion. Ne confondez pas les termes « rigueur intellectuelle » qui est une qualité et une contrainte incontournable pour le scientifique et le mot « étriqué » qui est contraire à l’esprit scientifique…

      « …quand on ne savait expliquer, on disait que c’était divin ; aujourd’hui, quand on ne sait pas expliquer, on dit que ça n’existe pas !…. » Ce propos slogan final montre le besoin de travestir les attitudes des scientifiques. Quand avez-vous entendu des scientifiques tenir de tels propos? Un phénomène est un fait même s’il est inexplicable et peut devenir objet d’études. Le doute est une qualité pour un croyant, il est incontournable pour un esprit scientifique…qui demande vérification et validation.

      J’ai fait Bac + 2, mais jamais je n’ai eu de séances sur la méthode de travail scientifique. Cela procède du même tonneau que de lancer des profs sans formation pédagogique! Nos ministres qui avaient supprimé cette matière préféraient croire et laisser croire aux dons de la « Nature », du Dieu Nature ? … Ça arrange bien du monde! En voilà un champ de recherche pertinent que ce comportement de l’animal politique…

    • Si vous voulez croire à vos lubies libre à vous. Mais prenez-vous de les enseigner à mes enfants ou de soigner mla femme avec et vous aurez affaire à moi.

  • Sans la science, LpV ne pourrait pas nous raconter n’importe quoi via internet et son portable, incarnations de la science appliquée.
    Mais bon, la tendance actuelle est au chamanisme éclairé et aux études trafiquées Séraliniennes. On appelle cela de la « science citoyenne ». Ca sonne bien mais ça revient à mettre sous la tutelle de groupes d’activistes bien organisés la recherche et les thèmes « citoyens » à développer en priorité. Bien entendu la recherche sur les OGM et les nanotechnologies par exemple ne sont pas « citoyennes » et doivent disparaître dans les poubelles de l’histoire, encadrée et corsetée par le saint principe de précaution.
    Le monde étriqué est un monde sans science, mais voilà une affirmation totalement has been. Merci aux journaleux, à Greenpeace, au WWF et à nos écolos télévisuels éclairés et à LpV.

  • « Chacun a le droit de donner un avis à la condition expresse de ne pas avoir de compétence pour le faire. »

    La généralisation du phénomène résulte de la politisation à outrance de la société, dans tous ses aspects, instrument de sa collectivisation. Une dérive du même ordre est à l’oeuvre quand on prétend faire participer les syndicats aux conseils d’administration des entreprises, comme s’ils en étaient propriétaires, lorsqu’on demande leur avis à des écologistes pour construire un barrage, comme s’ils avaient quelque chose de pertinent à exprimer, quand on laisse quelques olibrius décider d’impôts qu’ils ne paieront jamais et de normes dont ils ne comprennent pas les conséquences, au prétexte qu’ils font carrière dans la politique.

    L’affadissement de la responsabilité et le mépris de la raison révèlent une démocratie pervertie par le collectivisme socialiste.

    • « … L’affadissement de la responsabilité et le mépris de la raison révèlent une démocratie pervertie par le collectivisme socialiste… »

      On est en droit de se demander ce que viennent faire le collectivisme socialiste dans la profusion des bussiness des médecines parallèles et des pseudoscientifiques et charlatans?…
      Il convient de rappeler que ces collectivistes socialistes dans le « paradis soviétique » faisaient taire tout ce qui s’opposait à la « religion » stalinienne de manière plus ou moins violente que ce soit la religion orthodoxe comme les sectes, rebouteux et autres… Seule la science officielle du régime avait droit de cité même si elle ne respectait pas toujours les protocoles scientifiques telles les théories de Lissenko…

  • Nouvelle démonstration de sa profonde malhonnêteté par le triste M Gay.
    Mais la ficelle est grossière : pensant décrédibiliser les alertes bien justifiées, il y mêle des charlatans et autres « magnétiseurs », ce qui n’a strictement rien à voir.

    Par contre, les dangers dénoncés sont bien réels.

    Avec M Gay, il faudrait encore utiliser l’amiante et même la radioactivité qui, pendant longtemps, a été présentée comme bonne pour la santé (il existait même des crèmes radioactives pour avoir une « belle peau »)

    D’autre part, M Gay feint de ne pas connaître les études bidons produites par l’industrie du tabac (ce qui lui a valu des amendes gigantesques aux USA) pour « prouver » l’innocuité des cigarettes.

    Or, les lobbys de l’atome ou des ondes (téléphones mobiles, wi-fi, etc) font exactement la même chose…

    M Gay n’aime que la maladie, la haine, la destruction.

    • Voila exactement le genre de discours obscurantiste dont parle l’article…

      Les faits ne comptent pas, la crédibilité populaire justifierait à elle seule des théories et la censure…
      Oui, l’obscurantisme, la crédulité, les théories du complot ont de beaux jours avec des gens comme vous…

      Et le gars dénonce les lobbies alors qu’il appartient lui-même à une de ces organisations…

      • Le problème, c’est que même quand il se décrédibilise (en parlant des ondes des téléphones ou du WiFi par exemple), la majorité des gens n’ayant pas les compétences scientifiques ni même ne sont sensibilisés à la démarche scientifique, ce genre de discours débile est considéré comme vrai pour beaucoup…
        C’est franchement déprimant, toutes ces découvertes, ces avancées scientifiques, ce progrès pour en arriver à ÇA et à la montée en flèche de l’obscurantisme. Déprimant…

    • Tiens « Observatoire du Nucléaire » observe aussi les ondes radios. Y compris probablement les rayons N.

      Il va sûrement nous expliquer que la téléphonie est en déclin comme le nucléaire et que l’avenir est aux pigeons voyageurs.

      • Eh bien non, contrairement au nucléaire qui est infime et en déclin sur Terre (ce qui n’empêche que son danger reste maximal), la téléphonie n’est pas en déclin, loin de là.

        D’ailleurs, j’ai moi-même un téléphone portable mais je ne l’utilise jamais sans oreillette, et j’ai désactivé tout ce qui était wi-fi chez moi.

        • Quel horreur, vous êtes donc en partie responsable de la pollution des antennes relais qui communique en permanence avec votre téléphone pour vous intégrer et vous garder dans la cellule !

          Par ailleurs, vous savez sûrement que tout phénomène électrique variable génère des ondes électromagnétiques : éteignez vite toute le lumière ou plutôt couper au compteur. Mais le pire est que la longueur d’onde diminue avec la fréquence et que cela rend les ondes plus difficile à contenir par des blindages et plus pénétrantes. Il faut absolument éteindre votre ordinateur car il rayonne dans des fréquences de l’ordre du GigaHerz !

          Et pour les rayons N, comment faites vous pour vous protéger ?

          • Il doit absolument mettre 2 m de plomb autour de son ordi :mrgreen:

          • « tout phénomène électrique variable génère des ondes électromagnétiques : éteignez vite toute le lumière »

            Attention, en éteignant la lumière vous générez des ondes (qui parfois perturbent la connexion ADSL).

        • « nucléaire qui est infime et en déclin sur Terre »

          Une poignée de pays sortent du nucléaire, mais l’Inde et la Chine se lancent à fond dedans.

          Comme source d’énergie infime, il y a l’éolien et le solaire qui représentent environ 0 % de l’énergie consommée.

        • Il y a actuellement 72 réacteurs nucléaires en construction dans le monde et 470 réacteurs en fonctionnement…

        • Si vous voulez, j’ai un très bon anti-licorne à vendre (à un tarif pour ainsi dire modique si on le compare au prix de votre santé, de votre intégrité physique). Efficacité 100% prouvée: PAS UNE SEULE licorne n’est venue embêter mes clients.

          Je vends aussi des casques a tu-ondes, efficacité 100% garantie aussi.

          Contactez-moi par MP si vous être intéressé, et je suis sûr que vous le serez, car qui ne veut pas protéger sa santé et celle de ses proches?

        • @Observatoire du nucléaire : quand on lit les réponses à vos commentaires, on voit bien que vos détracteurs ne sont que dans le mépris ou l’exagération. Tout simplement parce qu’ils n’ont pas d’arguments.

    • Ce n’est pas un lobby anti -nucléaire, c’est un lobby pro-Grotte de Lascaux. Pardon, comme me l’avait démontré mon fils dans sa juvénile naïveté sur son cahier de CP, « la grotte de la Squaw ». On s’étonne que Cécile aille encore en transports en commun polluants à son bureau le matin, et non à pied…

      C’est pas l’éolienne qui va produire l’électricité pour ses TGV ou pour tout ce qu’elle a dans son assiette. L’Observatoire du Nucléaire est inutile, la Criirad suffit et elle fait bien son travail.

    • Et merde, je n’ai plus de papier aluminium. Je ne peux pas sortir de chez moi pour allez chercher mon traitement homéopathique … Comment faire ?

    • Les vendeurs de systèmes de protection contre les invasions de girafes affirment que ces système sont très efficaces.

      Et c’est vrai ; la preuve : il n’y a aucune invasion de girafes …

    • M Gay n’aime que la maladie, la haine, la destruction.

      Diffamation pure et caractérisée. Propos inadmissibles.

    • « même la radioactivité qui, pendant longtemps, a été présentée comme bonne pour la santé »

      Elle l’est à dose raisonnable.

    • Il y a un bon résumé sur Wikipédia.

    • « … Avec M Gay, il faudrait encore utiliser l’amiante et même la radioactivité qui, pendant longtemps, a été présentée comme bonne pour la santé (il existait même des crèmes radioactives pour avoir une « belle peau »
      … D’autre part, M Gay feint de ne pas connaître les études bidons produites par l’industrie du tabac (ce qui lui a valu des amendes gigantesques aux USA) pour « prouver » l’innocuité des cigarettes… »

      Il n’écrit rien de tout cela!
      Puisque vous faites des procès d’intention; si on suit le conformisme et l’attachement de M.Gay au monde qui utilise la rigueur des procédures scientifiques il aurait appuyé Marie Curie qui s’opposait aux toubibs à bourgeois qui préconisaient ces crèmes au radium. Ceux-ci ne se remplissaient pas les poches avec des pièces de radium …
      Derrière ces effets de mode il en est qui en tirent gloire et/ou rémunération.

  • En quoi est-ce gênant d’associer le mot « charlatans » à Greenpeace et au WWF? Ces organismes, sous couvert d’études pseudo-scientifiques, cherchent seulement à promouvoir leur idéologie.
    L’auteur a raison de pointer le déficit scientifique de notre société. L’approche scientifique est certes basée sur la raison, par l’observation aussi objective que possible de faits et leur interprétation. Mais ce n’est pas tout: si un véritable scientifique se distingue par sa rigueur, il doit aussi faire preuve d’humilité et de désintéressement. C’est pour cela que les sciences peuvent et doivent être un lieu de débat et que des affirmations définitives comme celles du GIEC sont suspectes.

  • Il faut ajouter à cet article que l’obscurantisme est aussi entré depuis longtemps dans les sociétés occidentales par la brèche ouverte de l’économie, qui est une science dont le périmètre est difficile à circonscrire tant elle a de modes d’évaluation, malgré une pratique ancestrale liée au point mort, à la rentabilité. Cette part de l’obscurantisme s’appelait le socialisme et il a essaimé partout et toujours avec les mêmes désordres et les mêmes chaos. Par ailleurs, si l’on regarde dans le détail, les nouveaux gourous de l’écologie ou des sciences occultes, dont la psychanalyse et les médecines parallèles, sont tous issus de mouvements illuminés ayant été nourris au berceau par le marxisme-léninisme, cette fabuleuse religion spontanée pour fidèles aveuglés, cohorte d’idiots utiles d’une secte qui n’a pas encore périclité. On peut alors allègrement et sans défaillir définir l’origine du charlatanisme moderne en politique en cette illusion qui continue de polluer les ondes, les organes de pouvoir, d’administration et de décision en permanence.

    L’on peut aussi désormais sans honte affirmer que ceux qui se prêtent à ce jeu du charlatanisme institutionnel sont des gourous sectaires, manipulateurs pervers arrivés au sommet de leur art, on l’a encore constaté dans les discours de leur chef en France il y a moins d’une semaine dans une émission grand public.

    Les charlatans sont bien encore au pouvoir, et pour longtemps tant qu’on prêtera à ce genre de personnages des espaces médiatiques où ils peuvent dire tout et n’importe quoi sans que plus personne ne s’en offusque réellement, tant que les décisions de les déloger manu militari de ces postes de responsabilité ne sont pas prises, au nom de l’intérêt national.

    Oui l’obscurantisme a un brillant avenir, et ce n’est pas pour nous réjouir. Quand les extrêmes prennent le pouvoir sous la coupe d’idéologies non basées sur le réel, il y a toujours plus de têtes qui tombent, toujours plus de catastrophes économiques, énergétiques ou sociales, toujours plus de maisons qui brûlent, toujours plus d’enfants qu’on envoie au casse-pipe et d’opposants dans les camps de concentration.

    La gauche et l’extrême gauche, le socialisme et le communisme nous ont habitué à leurs méthodes.
    Et pourtant das l’ère moderne, cela ne fait que 100 ans qu’ils ont réellement pris le pouvoir sur les consciences. Cette période ressemble à s’y méprendre à celle de la peste noire qui fut parallèle à la Guerre de Cent Ans. Comme par hasard, l’obscurantisme y était alors au pinacle.

    • Pour l’édification des ignorants, cela fait plus de 160 ans que Bastiat a définitivement levé l’ambiguïté en distinguant les économistes (les scientifiques) des socialistes (les charlatans).

    • Quelle profession de foi! Vous êtes en pleine guerre des religions! Nous sommes loin de la science et de sa démarche…

      • Je suppose que c’est moi qui doit avoir inventé le tribunal de la pensée unique et les procès contre les déviants, école philosophique Beria, Lyssenko & Vichinsky, les goulags en annexe…

        • Nous parlions d’obscurantisme en sciences, voilà de bons exemples non théoriques de ces écoles de pensée pour étayer ce que vous appelez chez moi « une guerre des religions ». Je ne parle pas de religion ni ne fait de guerre de religion, je ne parle que de faits. Avez vous des exemples de mes actes ou paroles comme guerre de religion pour m’opposer quelque argument notable à ces faits historiques ?

  • Au groland aussi, il y en a qui se protègent des ondes avec du papier alu

  • Qu’appelle-t-on obscurantisme ?
    Selon moi, faire obstacle à la connaissance des faits.

    Pourquoi y fait-on obstacle ?
    Où que je regarde, les raisons sont politiques.
    La connaissance des faits est combatte non pour elle-même, mais pour manipuler.
    Par exemple on justifiera le socialisme par le New Deal (dans les faits, un désastre).
    Le réchauffisme est aussi motivé par la perspective irrésistible aux socialistes d’un nouveau et gigantesque système contraignant, collectiviste.

    Je partage en partie l’inquiétude de l’auteur, mais plutôt que d’obscurantisme je parlerais plutôt de retour de l’animisme. La science a, selon certaines analyses, pris son essor grâce à une vision du monothéisme qui a supplanté l’animisme, ce qui changeait le regard sur le monde.
    L’animisme suppose une spiritualité diffuse dans toute la nature, ce limite sa compréhension et empêche de chercher à la domestiquer.
    Il me semble que la déchristianisation s’est accompagnée du retour d’un certain animisme, que je crois déceler dans une certaine écologie, ou dans le film Avatar.

  • Evidemment ! puisque c’ est un énorme Marché mondial ! ce qui signifie des acheteurs et des vendeurs exerçant dans de nombreuses professions
    La crédulité surtout cette clientèle inexpérimentée les enfants , ados , jeunes gens les vieux aussi hé ! et les autres plus coriaces ne sont pas à l’ abri

  • Article navrant qui se moque (§2) au lieu de d’être factuel, et qui mélange charlatanisme et prévention. Les ondes wifi et GSM sont dangereuses pour la santé, c’est ainsi.

      • Il faut chercher un peu.
        Vous connaissez l’hyper éléctrosensibilité ?
        Voyez aussi le site de l’association « robin des toits ». Bon, il ne sont pas passés sur TF1 donc ça doit d’être d’obscurs charlatans.

        • Looooool les Robins des toi. Merci pour ce grand moment. On les connaît bien ici ^^
          Ah, la fameuse nocivité des ondes, tellement nocives que ceux qui en souffrent ne sont pas capables de dire quand l’antenne est en fonctionnement ou a l’arrêt, tellement nocives que quand on fait croire aux gens que l’antenne a été « débranchée » alors que ce n’est pas le cas, ils ressentent une nette amélioration de leur santé.

          Le pire dans tout ça? En limitant le nombre d’antennes, cela oblige le téléphone à émettre avec une puissance plus importante, alors que celui-ci est positionné juste a côté du cerveau, organe qui selon eux est le plus sensible aux ondes. Même pas à une contradiction près…

          Mais non mais non ce ne sont pas du tout du tout des charlatans.

          • Comme souvent les commentateurs de contrepoints prennent l’exemple qui leur va bien et négligent les autres. Les antennes-relais qui sont installées discrètement mais qui empêchent de dormir certaines personnes, non ça n’existe pas…
            Je vois que l’ouverture d’esprit n’augmente pas bien chez les libéraux, vous qui vous battez contre l’obscurantisme parait-il…
            Un peu de réel ne vous ferait pas de mal. Pas d’inquiétude, ça viendra.

            • Vous parlez des personnes tellement sensibles aux ondes des antennes qu’elles ne sont pas capables de dire si les antennes sont en fonctionnement ou non ou vous parlez d’autres personnes? Dans le deuxième cas, on veut bien vous croire, mais il faut des PREUVES. Des VRAIES preuves. Tests en double aveugle et tout le tralala.
              Oui je sais, c’est compliqué et pénible la démarche scuentifique…

              • @Mateo : pour avoir une « démarche scuentifique » (oui je suis taquin), il faut déjà être objectif. Votre première phrase montre que vous ne l’êtes pas.
                Il y a sans doute des personnes qui se croient hyper électrosensibles mais qui ne le sont pas. Je ne parle pas de celles-là. Si vous voulez des études scientifiques, allez ici : http://www.electrosensible.org/b2/index.php/sante/hyper-sensibilite-electromagnetique-les-

                • Hum désolé, mais si la seule étude allant dans votre sens que vous ayez trouvée implique un seul patient, je ne me peux que me montrer sceptique. C’est quand même bizarre, avec toutes ces personnes « hyper éléctrosensibles »… Et je peux aussi trouver au moins UNE personne sur Terre « allergique » à la lumière ou à l’eau, ce n’est pas pour autant qu’il faut faire des lois ou créer des association militant pour la « limitation » de la lumière ou de l’eau.

                  De plus, cette étude dit « les symptômes ont été causés principalement lors des transitions physiques (off-on et on-off) plutôt que la présence du champ électromagnétique »… J’ai envie de dire, si c’est « principalement » quand on met en marche ou qu’on éteint qu’il y a un effet perceptible, cela démontre que ceux que disent les personnes « hyper éléctrosensibles » ne tient pas trop la route…

                  Enfin, la phrase « Le sujet n’avait aucune perception consciente du champ à en juger par son incapacité à signaler sa présence le plus souvent que dans le contrôle simulé. » est très ambiguë: cela veut dire qu’elle ne savait pas si l’expérimentateur avait mis en marche le dispositif ou pas, mais cela veut aussi dire que le cobaye n’était pas capable de dire, « grâce » à ses supposés symptômes si le dispositif était en marche ou non, ce qui est « inquiétant » pour les défenseurs de la cause.

            • Pourtant les recherches vétérinaires connaissent le phénomène de diminution de production laitière quand les vaches sont en dessous de lignes à haute tension. Ici on veut ignorer l’induction qui est un phénomène électrique qui commence dès qu’un courant passe dans un câble et qui induit un autre courant immédiatement dans celui qui passe à côté. Il est évident que toutes les ondes et tous les circuits électriques de notre modernité ont créé un stress supplémentaire dans notre vie, comme la pratique régulière et prolongée des écrans. Pourquoi et comment sciemment l’ignorer ? Le contraire serait étonnant ! Quand je suis passé de l’écran d’ordinateur télévision (20 premières années de 1985 à 2005) à l’écran plat, j’ai vu mon niveau de céphalées quotidienne baisser de 75% à peu près. De même les gaz émis par les ordinateurs (radon, etc…) sont réputés très nocifs pour la santé, comme on le sait à l’ISERM, comme on sait depuis longtemps que l’amiante, le charbon et le diesel sont mortels en usage prolongés.

              Mais le progrès ne veut jamais entendre parler de ces nuisances mortifères, tant que le progrès avance et permet des parts de marché, tant que la deuxième génération qui tiendra compte de ces désagréments n’est pas encore apparue. Tant qu’un nombre de morts suffisant n’encombre pas les statistiques. Dans les années 1950, la cigarette était une bénédiction promue par la pub Malboro, au sortir de la période du Débarquement dont elle a été un symbole de la libération, puis en 4 par 3 sur tous les écrans du monde .

              C’était tant mieux parce que Philippe Morris engrangeait de monstrueux bénéfices qui achetaient les consciences à la Chambre des Représentants US , au motif seul qu’il reversaient impôts aux États et salaires à leurs employés et actionnaires, permettaient des bénéfices énormes sur le marché mondial, toutes catégories de métiers confondus. Sauf à ceux de la santé ! Et puis patatras, la recherche scientifique découvre les 400 substances cancérigènes. Et là, on fait machine arrière toutes. Le coût actuel : 60.000 personnes (dont mon frère à 50 ans) qui meurent en France chaque année. Qui paye la facture ? Nous tous.

              Obscurantisme, quand tu nous tiens !

              Oui , on a aussi affaire ici à un tas d’obscurantistes, qui au prétexte que cela rapporte de l’argent ne veulent pas entendre parler des catastrophes induites par le progrès. Je suppose que le nuage de pollution au dessus de Pékin doit être aussi une vue de l’esprit.

              Il faut quand même, rappeler aux ignorants que Marie Curie est morte d’avoir méconnu (non ignorer, elle ne pouvait pas le savoir, elle l’a découvert à ses dépends perdant petit à petit ses cheveux et ses doigts) les dangers de la radioactivité. Après, on a commencé à faire des enceintes de confinement, à mettre des tabliers de plomb dans les laboratoires. On oublie au passage le nombre de morts (secret d’État oblige !) du cancer en France et aux USA dus aux essais nucléaires dans les années 50-60 (on se « parfumait » à l’époque au nuage radioactif). On ne parle évidemment pas de la Russie et du Golfe de Botnie où sont entreposés à ciel ouvert les sous-marins nucléaires comme des poubelles. Bien entendu aussi, le nuage de Chernobyl n’est en rien responsable des problèmes de thyroïde en explosion en Corse quand il passa au mois de juin-juillet au dessus de la Méditerranée et est responsable de multiples cas de malformations de jeunes et moins jeunes qui étaient à l’époque dans les ventres de leurs mères…

              Ici aussi, l’obscurantisme a un brillant avenir quand il s’agit d’occulter les réalités du terrain.
              Pour les ignorants et ceux qui veulent le rester ad vitam eternam, veulent continuer à pratique l’obscurantisme scientifique, au passage mon père avait un laboratoire scientifique d’analyses médicales, je sais donc de quoi je parle.

              • Bravo pour votre commentaire auquel je m’associe totalement.

              • On mélange tout, on mélange n’importe, et vous avez la recette du gloubiboulga! Ou comment parler d’une multitude de sujets, certains à peu près pertinents, d’autres un peu débiles, pour noyer le poisson et ainsi tenter de faire croire qu’on a réussi à prouver UNE des thèses se trouvant au milieu (enfin là, même pas, car il n’est même pas question d’antennes téléphoniques ni du WiFi sujets dont il était question au départ). Il me semble que cette technique de rhétorique vieille comme Hérode a un nom, mais il m’échappe.

                Et la belle-sœur de la voisine de ma grand-mère faisait le ménage dans un laboratoire de rhétorique, alors je sais de quoi je parle!

                Finalement, on s’aperçoit bien avec ce genre de discours réactionnaire avec lequel les écolos sont totalement d’accord que l’écologie politique devrait être classée à l’extrême-droite. Ou alors que Philippe Fabry a raison en disant que les idées voyagent de l’extrême-gauche à l’extrême droite, meurent puis renaissent à l’extrême gauche, mais « rebrandées » comme disent les communiquants.

                  • Sortez de votre camisole intellectuelle ! Blindée elle au plomb de toute évidence.

                    • Je n’y arrive pas… C’est tous ces médias, ce milieu familial, cette Ed Nat ultra-néo-méga-hyper-giga-turbo-libéraux qui m’ont mis toutes ces idées dans la tête, et je n’arrive pas à m’en défaire. Aidez-moi! Vous allez m’aider n’est-ce pas? Pourquoi ne suis-je pas un gaucho ou un droiteux, comme tout le monde? Snif snif :'(

                    • Il vous reste l’humour, qui m’a bien fait bien rire, sincèrement.

                      C’est un bon début, vous sortez enfin de votre grotte. Faites attention par contre à ce que le grand d’air d’objectivité ne vous étourdisse pas trop vite. Car les convaincus de la dernière heure sont souvent les meilleurs zélotes, les plus farouches propagandistes. Avoir une vision mesurée des choses, cela s’appelle « le lâcher prise » et « être capable d’entendre un autre son de chose que celui de sa chapelle ». Vous n’y êtes pas encore… Mais c’est vrai que le tintamarre des idées libérales nouvellement arrivées dans votre tête obscurcissent encore trop votre mens pour accorder un tant soit peu d’écoute à tout ce qui dérange vos illusions théoriques.

                      Ce dont je vous ai parlé ne sont pas des illusions théoriques mais bien des faits constatés par toutes les analyses disponibles. Je vais vous étonner, je suis un écologiste pro-nucléaire (non affilié aux écologistes politiques qui me font gerber par leurs positionnements anti-tout, par leur obscurantisme donc), mais je ne me fais pas avoir par tous les discours d’un bord comme de l’autre qui veulent ignorer les faits scientifiques REELS (l’obscurantisme en question, le vôtre, le sujet de l’article), ceux des opposants comme ceux des disciples aveugles et bêlant.

                      Je vous renvoie aux sites de la Criirad et de l’INSERM.
                      Si vous avez quelque objectivité pour aller vous y instruire de faits constatés !

                      Au passage leurs études font référence et consensus mondial. Ici il n’y a pas de subjectivité ni de subventions comme au GIEC. La Criirad est indépendante, elle refuse d’être achetée par le pouvoir politique.

                    • Quand vous aurez des enfants malades et que vous passerez votre vie à l’hôpital à leur chevet, peut-être deviendrez-vous alors un peu plus ouvert à la réalité des choses… Je ne vous le souhaite pas de tout coeur, mais cela arrive !

                    • « Car les convaincus de la dernière heure […] »  » le tintamarre des idées libérales nouvellement arrivées dans votre tête  »

                      Vous recommencez à faire des suppositions sur moi et à vous planter lamentablement. Je pensais que la dernière fois cela vous aurait suffit.

                      Ça fait bien 20 ans que je suis libéral, même si je ne suis pas sûr que je le savais à l’époque (ou plus exactement je croyais que c’était un courant de droite). Et cela doit faire une dizaine d’année que je m’intéresse aux idées libérales, bien que croyant au début que le libéralisme traitait de l’économie.

                      « Je vous renvoie aux sites de la Criirad et de l’INSERM. »

                      Je veux bien les liens de leurs études sur l’hyper électro-sensibilité, car je ne les ai pas trouvé sur leur site.

                      PS: vous me prenez pour un idiot qui ne connaît pas le Criirad et l’INSERM ou quoi?

                    • Et arrêtez de croire que vous êtes le seul au monde à avoir vécu. Vous me prenez pour un gamin de 20 ans ou quoi?
                      Et les hôpitaux, je ne connais que trop bien, ça va merci.

                    • Il suffit de vous lire à insulter tout ce qui déplait à vos thèses…

                      De toutes façons, vous passez votre vie à vous rattraper aux branches, de Philippe Fabry par exemple, votre maitre à penser qui finit juste ses études théoriques… Je ne sais pas mais à vous lire, on croirait vraiment vraiment que vous êtes né de la dernière pluie ! C’est l’impression que vous donnez en tout cas de l’extérieur. Car sans cesse les réalités vous dérangent, sans cesse ! La réalité… Il n’y a pas une discussion où vos principes passent devant la réalité constatée de visu. D’ailleurs j’évite les forums où vous êtes car je sais d’emblée que cela va partir en vrille, arguments contre arguments. L’électro-sensibilité n’est pas une vue de l’esprit non plus. J’ai travaillé dans un studio d’enregistrement pendant 2 ans et je me prenais des arcs électriques en permanence (mise à la masse défaillante) alors que d’autres personnes y étaient totalement insensibles. Le problème des lignes à hautes tensions sont connues pour émettre des perturbations sur tout le réseau électrique domestique et magnétique. Ils perturbent d’ailleurs les téléphones portables quand on est dessous, comme d’ailleurs les émissions de télévision et de radio. Le wifi permanent dans toutes nos vies n’a pas assez de recul pour être mesuré par l’institut de veille sanitaire, mais je ne doute pas des résultats à venir. Cela s’appelle l’intuition et elle a gouverné la science depuis des millénaires, bien avant l’obtention des résultats probants mis sur le papier.

                      J’ai monté moi-même mon studio d’enregistrement et d’autres précédemment dans des structures de production qui ne m’appartenaient pas. En studio acoustique, on utilise systématiquement le câblage blindé, ce n’est pas par hasard. Car la profusion des câbles audio et électriques fabrique une surcharge de courants induits multiples qui finissent par s’entendre dans les mixages par des ronflements, résultats de ces fameux courants induits.

                      Excusez-moi de penser avec toute objectivité que si les personnes prises dans ce champ magnétique et électrique permanent ne sont pas touchés par ce phénomène, autant croire en Dieu, ce sera plus certain. J’ai rencontré une cohorte d’ingénieurs du son. Ils sont tous très vieillis avant l’âge… Faites l’expérience par vous-même, au moins vous saurez là de qui vous parlez, pour une fois.

                    • Tiens je vais vous parlez d’un autre fait scientifique que vous semblez ignorer (peut-être) et qui va (peut-être) éclairer votre lanterne sur l’effet d’influence des corps les uns sur les autres, sans contact. Il y a d’abord le phénomène d’attraction, que personne n’ignore plus et qui est défini par la formule de Newton. Et puis il y a un aspect que je connais bien lié à la musique et à la résonance des corps : cela s’appelle la sympathie.

                      Je ne parle pas du sentiment que nous ne partageons pas l’un pour l’autre, en tout cas vous pour moi, moi je n’en ai aucun pour vous, ni haine ni rien, juste un peu de surprise pour vos arguments sans cesse si peu pertinents dans la réalité, tout occupé que vous êtes à vouloir tout prouver par vos théories de bazar.

                      La sympathie est la capacité d’un corps à résonner suite à la stimulation acoustique d’un corps voisin, sans contact. A l’orchestre, si la pédale sourdine n’a pas été mise sur les timbales par exemple, il suffit de jouer près de cette instrument (tutti ou solo) pour que le son se reproduise sur la peau, sans qu’on y touche. Vous ferez la même expérience en chantant auprès d’un piano, c’est magique. Vous voyez, on a pas besoin de toucher quelqu’un pour que la sympathie vous gagne !

                      Et puis il a foule d’expression populaires qui expriment ces sensations sans toucher, comme « je ne le sens pas » par exemple. Je vais vous rassurer, les sens à notre disposition ne sont pas déconnectés de notre cerveau. L’intelligence n’est pas seulement abstraite. Pourquoi serions nous dotés d’oreilles, de peau, d’une langue, d’un nez, des 5 ou 6ème sens ? Que les animaux n’ont pas perdu. Regardez les dauphins !

                      Regardez ! Moi-même, j’ai un sixième sens. Dès que je vous vois sur un forum, j’évite. Je ne me trompe pas beaucoup, à chaque fois ça embraye au quart de tour… Et encore, je ne réponds pas à toutes vos réflexions et porches tendues, à toutes vos provocations, je passerais ma vie à ça.

                      Je dois aussi composer de la musique…
                      J’y retourne, car autant essayer de convaincre un mur.

                    • Blablablabla… Toujours la même rengaine dénuée de tout fondement. Changez de disque un peu. C’est vous qui provoquez mais c’est moi qui cherche. Le tout venant d’un serial trolleur s’étant déjà fait rembarré par plusieurs personnes. Bref, on aura tout vu… Ça ose tout, et c’est même à ça qu’on les reconnait.

                      Bref, sinon, on attend toujours des preuves de la nocivité des antennes relais et du WiFi (et ne détournez pas le sujet avec les LHT ou un autre sujet – sérieusement, vous croyez m’apprendre quelque chose en disant que les LHT peuvent créer des interférences?). J’attends par exemple les liens vers les études du Criirad et de l’INSERM que vous avez évoquées. Ou autre source sérieuse.

                    • Arguments récurrents de ce monsieur, que tout le monde aura pu constater ici sur ce forum : serial trolleur, con (la référence à Audiard), droiteux, extrême droite, « rembarré par d’autres personnes » (nouvelle celle-la !), réactionnaire, conservateur, gloubiboulga, laboratoire de rhétorique…

                      ll est créatif en tout cas… Et toujours très rapidement poussé dans ses retranchements, à la vitesse de l’éclair. Constat accablant ci-dessus.

                      Ah j’oubliais, combien de fois ce personnage récurrent des forums contrapuntistes, ailleurs que sur cet article, a traité un autre que moi d’incompétent (d’inculte ou de personne étant incapable d’argumenter, on l’a bien lu récemment sous ses doigts) en matière économique ou libérale… Souvent. Je ne sais plus… Lui est un pur de dur, un vrai, un tatoué.

                      Arguments ? Il est gentil, poli et agréable quand on est d’accord avec lui.

                      J’ai beau être libéral (écolo-capitalisto-libéral pour être précis de la nouvelle école du XXème siècle, pas d’une plus ancienne, libéral mais responsable et lucide, pas du tout théorique seulement pragmatique, libéral mais pas obtus extrémiste, au sens de sachant tourner casaque quand elle se trompe et ne restant pas cramponnée sur des principes intangibles comme certains, ne parlant du principe de précaution stérilisant mais intégrant dans sa démarche d’action un principe d’attention et de protection à notre environnement, c’est assez moderne il me semble comme position), mais comme je ne suis pas anarcho-turbo-libéral (je ne sus pas assez subtil sans aucun doute !) comme lui et que je suis pas d’accord avec la thèse de Philippe Fabry (son maître à penser sur cette publication), qui prétend que le libéralisme ira jusqu’à convaincre (à pour vocation à être avec) les gens d’extrême gauche de les rejoindre, ou une espèce de soupe théorique du genre, aimerait bien que le libéralisme soit placé à la gauche de l’extrême gauche à l’assemblée nationale (leur rêve éveillé, on l’a bien lu), ce serait leur plus grand plaisir ainsi que celui de son disciple ici présent, alors je suis (nous sommes tous) = tout ce que ce monsieur a bien voulu m’affubler ici.

                      La liste n’est pas exhaustive, on avait bien compris.

                      Je n’ai pas de temps à consacrer à la recherche de liens pour essayer de le convaincre, je lui propose juste (avec sa curiosité illimitée) d’aller chercher des liens par lui-même avec la recherche Google : « electrosensibilité » (il a traité de cons les électro-sensibles, 20.000 résultats rien qu’en français), « danger du wifi pour la santé » (395.000 réponses rien qu’en français), « danger des ondes électromagnétiques sur la santé » (167.000 réponses), « danger du nucléaire sur la santé » (620.000 réponses), « danger du tabac sur la santé » (553.000 réponses rien qu’en français)…

                      Bon j’arrête, j’aime la documentation et je lis beaucoup et partout ce genre d’articles, il vaut mieux arrêter. La coupe est pleine. Voilà ce que donne une discussion avec un obscurantiste. CQFD.

                      Et c’est lui, ce même personnage clownesque qui veut nous parler d’obscurantisme…

                    • Blablabla blablabla. continuez à troller, à m’attaquer, puisqu’apparemment c’est votre passion dans la vie… Et à changer de sujet en permanence, aussi.

                      En attendant, vous avez parlé explicitement du Criirad et de l’INSERM. J’attends donc toujours les liens vers leurs études sur l’électro hyper-sensisbilité. Et si je vous les demande, c’est justement parce-que je ne suis pas parvenu à les trouver sur leur site. À moins… à moins qu’elles n’existent pas ou qu’elles ne vont pas dans votre sens?

                      Et sinon:
                      – recherche sur « Illuminati » -> 42 700 000 résultats dont 467 000 en français
                      – recherche sur « extra-terrestre roswell » -> 334 000 résultats
                      – recherche sur « licorne » -> 7 090 000 résultats

                      S’il y a autant de résultats, c’est que ce doit être vrai!

                      PS: si à chaque fois que je trouvais un article bon / intelligent, même en émettant quelques réserves, je devais faire de son auteur mon « maître à penser », j’en aurais un paquet, et je ne saurais plus que penser (parce-qu’évidemment, je ne suis pas capable de penser par moi-même)!

                      PPS: ah au fait, encore fois vous imaginez des trucs sur moi, et comme d’habitude vous vous plantez: je ne suis pas anarcap. Ni même libertarien au sens minarchiste, d’ailleurs. Caramba, encore raté!

                      PPPS: vous savez, la technique de l’homme de paille est connue comme le loup blanc ici, elle ne marche pas. Je ne vais donc pas perdre mon temps à contre-argumenter les idées ou les propos que vous m’attribuez (et pas qu’à moi d’ailleurs) et qui ne sont pas les miens. À moins que ce ne soient que de simples (et gros) problèmes de compréhension?

                    • Vous êtes vraiment médiocre, et je suis gentil de me déplacer pour faire cet effort :

                      https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#q=inserm+électrosensibilité

                      Le lien est le 3ème en pdf.

                      https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#q=criirad+électrosensibilité

                      Le lien est le premier.

                    • Et assumez au moins vos paroles quand vous dites que c’est moi qui vous attaque. J’ai référencé vos qualificatifs et j’ai aussi référencé vos arguments. A chaque fois vous jouez le poisson-chat en disant « vous vous êtes trompé une fois de plus ». Je demande donc aux autres contributeurs d’aller voir les arguments de Monsieur sur les articles de Philippe Fabry au sujet de l’extrême gauche et du libéralisme. Ils précisaient bien noir sur blanc leurs opinions d’être très heureux le jour où le parti libéral serait à l’extrême gauche de l’Assemblée Nationale. Noir sur blanc.

                      N’étant pas d’accord avec leur thèse et leur démonstration plus que sujette à caution, irréaliste compte tenu du fait qu’ils rpétendaient par ailleurs que le libéralisme ne correspondait à aucun spectre de la politique telle qu’elle se vivait actuellement (ah bon ? le libéralisme réfractaire à toute analyse typologique ou sémantique, ben voyons ! j’voudrais bien voir !), je le leur ai dit calmement. J’ai tout de suite été traité de réac et de conservateur, puis tous les noms d’oiseaux ci-dessus, de « troll ». On ne sait même pas ce que cela signifie, on peut tout mettre sous ce mot vu que c’est en langue scandinave… ou d’initiés. En tout cas c’est obscur comme de l’obscurantisme ! CQFD.

                      Et ça continue.

                      « Continuer à troller » : sait pas ce que cela veut dire. Rien dans langue française. Absence totale du dictionnaire. Donc argument sans effet ni importance puisque mot sans signification dans la langue de référence. Acculé dans son coin de l’Assemblée Nationale, son rêve libéral, notre ami éructe, éructe, éructe. Coincé dans ce coin, cela ne m’étonne guère !

                    • N’étant pas d’accord avec leur thèse et leur démonstration plus que sujette à caution,

                      Vous êtes d’accord avec les « illuminatis », et avec cette thèse, malgré le vocabulaire posé, vous êtes contre.

                      Ne vous tromperiez vous pas d’adversaire, en partie du à l’aveuglement que vous cause Matéo ❓

                      Un peu de calme SVP ❗ Il y a d’autres luttes à mener que celle stérile que vous empruntez en ce moment !!!

                    • Quant à la technique de l’homme de paille, vous la connaissez certainemnt mieux que moi, puisque vous l’appliquez à mon encontre. Je suppose que me traiter de tous ces qualificatifs fait partie de sa stratégie. Pour ma part, je n’ai fait que reprendre votre positionnement et vos arguments qui stipulaient « votre rêve de voir le libéralisme positionné à la gauche des communistes à l’Assemblée Nationale » dixit, en tant « qu’anarcho-libéral » revendiqué à cet endroit même, à l’instar de votre ami Philippe Fabry. C’est ce vous dites de vous sur le forum de l’article Philippe Fabry (Le libéralisme à l’extrême gauche), déterminants que je me suis contenté de reprendre, puisque c’est ainsi que vous vous définissiez en ce lieu.

                      Aucune stratégie de l’homme de paille de ma part, je n’ai fait que vous reprendre là où vous vous prétendez vous situer, ou lalors précisez mieux votre positon parce qu’elle apparaît tout le temps fluctuante, et après vous nous dites « vous vous trompez complètement sur moi  » et puis « le libéralisme ne peut être analysé avec les moyens de la typologie actuelle »…

                      Il y a de quoi se perdre dans votre argumentation.

                      Vous n’échapperez pas aux moyens d’analyse de la typologie existante, à moins de me prouver vos origines extra-terrestres.

                    • fraserve, vous avez du talent, c’est indéniable ❗
                      Arrêtez cette lutte stérile avec Matéo, je vous en prie.
                      N’y a-t-il pas assez de socialistes qui viennent sur ce site nous chanter que plus d’état ce sera mieux ?
                      Dirigez cette énergie contre ces gens là, et en ce qui ne concerne, je l’apprécierai très fortement. 🙂

                    • Michel C, non je récuse la manière d’agir de Mateo et de mener un débat de la sorte car je n’appelle pas cela argumenter. Moi aussi je peux trouver des centaines de milliers de liens sur des élucubrations libérales non prouvées… Ce n’est pas une façon honnête de faire.

                      Je propose de vrais arguments, certes dont les conséquences scientifiques ne sont pas encore prouvées scientifiquement (le cancer par le tabac a mis combien de temps à émerger scientifiquement ?) concernant les ondes électromagnétriques malgré les fortes présomptions et pas des moindres de la part d’EXPERTS AVERES ( http://www.lemonde.fr./technologies/chat/2009/04/03/antennes-relais-wi-fi-quels-sont-les-dangers_1176416_651865.html ) et ce monsieur prend toute opposition contre ses monstrueuses absences d’arguments pour une attaque personnelle.

                      Il me fait toujours des démonstrations par l’absurde. C’est un rhétoricien, un sophiste, il ne sait faire que cela. Il devrait être avocat et procéder par nullité, il est excellent. Suivez son fil d’argumentation, vous le constaterez vous-même. Des faits, jamais.

                      Non je ne fais pas une fixation sur lui. C’est lui qui en fait une sur moi, n’inversez pas les rôles. Quand ce n’est pas une attaque directe pour ridiculiser mes arguments, c’est une attaque indirecte en disant « certains trolls identifiés sur ce forum que l’on connait bien » ou quelque arguments de ce genre. Il peut dire ce qu’il veut, il n’a pas d’arguments, il n’arrive pas à suivre, il est dépassé par l’enjeu de ces problèmes de santé publique, et n’est pas concerné et ne veut pas l’être et récuse à toute personne le droit de l’être.

                      Il faudrait que je me laisse faire avec ce personnage malhonnête. Alors que je ne fais que reprendre ce qu’il dit sur lui-même. J’attaque ses opinions. Diantre, c’est bien mon droit. Lui il en est à l’ad hominem, avant la reductio ad hitlerum qu’on sent poindre derrière le reste. C’est fatiguant à la longue. Voilà pourquoi je dis et je persiste et signe que quand on en est à ce niveau d’arguments « ad hominem », « reductio ad hitlerum » et « troll » c’est qu’on a plus d’arguments. C’est un fait.

                      Je ne dirais pas, comme un autre contributeur qui me traitait de facho sur Contrepoints (Anne Honime) parce que j’osais défendre l’Hadopi controversé en accord avec l’auteur de l’article Thierry Berthier mais je commence à en avoir par dessus la casquette de ce personnage, mais je ne dirais pas « cela commence à bien faire, j’en appelle à la modération » comme Anne Honime l’a fait… Anne Honime était anarchiste aussi, son pseudo sentait l’Anonymous, il ne s’en cachait pas le moins du monde dans ses arguments.

                      Un fait : la controverse ne semble pas plaire à certains libéraux ou se définissant comme tels ici sur ce forum. Seraient-ils réfractaires à la liberté (d’expression entre autres) comme les extrêmes gauche de 1968 dans leur aphorisme désormais célèbre « pas de liberté pour les ennemis de la liberté » et qui les a défini pour toujours plus que toute autre chose dans l’histoire de France ?

                    • Sinon sur le fond et la forme , je suis profondément d’accord avec vous, Michel C, c’est stérile. Mais il faut quelquefois avoir le courage de mettre les gens face à eux-mêmes, à la place qu’ils prennent et revendiquent. J’aime bien discuter avec les Michel de Contrepoints (C&O) on se marre même si on n’est pas d’accord sur tout, avec pleins de gens fort agréables avec qui échanger ici, même arguments contre arguments.

                      Avec ce genre de personne, ça part toujours en vrille.

                    • Laissez tomber, SVP, il y a mieux à faire, vous verrez.
                      Insister, c’est se pourrir la vie. ce n’est plus remettre en place, laissez Mattéo de coté.

                      De nouveaux problèmes politiques pour 2017 sont à prévoir.
                      Ils ne seront pas minces. Et s’il n’y avait que cela !

                      On est pas obligé d’être d’accord sur tout, d’ailleurs c’est impossible.
                      Et il y a divers degrés de libéralisme.
                      A la rigueur tout est relatif. On s’en aperçoit avec le temps.

                      Au lieu d’un ennemi, virtuel, s’il en est, vous aurez un ami ! Ou du moins pas d’ennemi.

                      L’ennemi c’est bien le socialisme, qu’il national, extra-national, ou historique. Rien d’autre.

                    • Oh la vache, je vous obsède on dirait! Vous avez passé la soirée à penser à et à discuter de moi ou quoi? Get a life!

                      Et sinon, les liens vers les études sur l’hyper électro sensibilité? Toujours pas? Non?

                      J’ai tout de même noté votre lien vers un article… de l’Immonde – #fail -, parlant « des ondes électromagnétiques dont on ne sait rien sur l’impact sanitaire pour les populations » et contenant un chat avec une… député écolo d’EELV et ancienne directrice de Greenpeace – double #fail – (et aussi fondatrice du Criirad, ce qui porte un coup à la crédibilité de l’organisme, mais gageons que cela a changé depuis) et qui reste très floue quand on lui demande des études sérieuses sur l’hyper électro sensibilité (on remarquera qu’elle est assez douée en pirouettes, une vraie poly-tocarde!).

                      PS: pas d’homme de paille? Vraiment? Et bien par exemple trouvez-moi un passage où je dis que je suis « anarcho-libéral ». Ce n’est qu’un exemple hein, je vais pas perdre mon temps à relever les autres hommes de paille ou les autres attaques sans fondement, j’en aurais pour la journée! Et puis c’est assez drôle de vous voir accuser les autres de faire ce dont vous êtes coutumier. Encore encore! 🙂

                    • « Les liens vers les études du Criirad et de l’INSERM sur l’hyper électro sensibilité », vous aurez corrigez de vous-même, depuis le temps…

                    • Vous avez raison, Michel C. Vous êtes de bon conseil. Merci.

                      Mais je me méfie aussi du « tout est relatif » que j’ai pratiqué aussi par périodes,encore maintenant, lassé du conflit, parce que la vie devenait, comme vous le dites si bien, pourrie. Mais alors la phrase éclairante d’Edmund Burke « Pour que le mal triomphe seule suffit l’inaction des hommes de bien » m’est comme à chaque défaitisme ou lâcher-prise salutaire sauté à la figure.

                      C’est ce même défaitisme qui a mis notre pays au tapis. « Tout était relatif, donc tout était bien. » On voit où mène ce laisser-faire individuel et collectif qui nous parcourt tous un jour ou l’autre, dans la politique économique et celle de l’immigration par exemple… Qui pourrait être une tentation mortelle du libéralisme, par ailleurs, quand il faut sans cesse redéfinir le libéralisme comme non opposé à un État de surface régalienne, avec des lois et des nomes vitales pour sa pérennité ! Le mal se nourrit aussi évidemment de la lâcheté de la bête placide, de son inconsistance face à la marée de la vie.

                      Je suis comme nous tous, j’ai eu des périodes de découragement profond à voir et constater cette débâcle et puis j’ai eu des regains d’énergie quand j’ai constaté à nouveau que nous n’étions pas des îles et que Contrepoints (entre autres) était un archipel d’invincibles, de lucides et de « dompteurs de rêves ». J’ai rejoint le groupe parce que j’en faisais partie par naturel plus que par philosophie, comme beaucoup d’autres îles ici présentes. Nous ne sommes plus seuls.

                      Bien sûr que le libéralisme est multiforme, mais s’il devient extrémiste et totalitaire, il ne sera pas la voie de l’avenir.

                      Le libéralisme ne s’imposera (et il va s’imposer) que par l’exemplarité.
                      On a eu assez de cataclysmes au XXème siècle.

                    • Bien sûr que le libéralisme est multiforme, mais s’il devient extrémiste et totalitaire, il ne sera pas la voie de l’avenir.

                      Un libéralisme totalitaire 😆
                      Cela ne peut être, par définition.

                      Le libéralisme ne s’imposera (et il va s’imposer) que par l’exemplarité.
                      On a eu assez de cataclysmes au XXème siècle.

                      L’exemplarité, celle du socialisme, les gens commencent à déguster.
                      Ce qu’il faut c’est veiller à la transparence des élus, moins d’élus, et beaucoup moins de lois et règlements.

                    • Ben si, quand on a ici une personne qui veut réduire l’Etat à rien…

                    • Et sinon fraserve, ces études du Criirad et de l’INSERM sur l’hyper électro sensibilité, toujours pas retrouvées? Toujours pas retrouvé non plus l’endroit où j’aurais dit que j’étais anarcap? (et sur le reste de vos assertions fausses sur ce que j’aurais dit aussi, tant qu’à y être. La prochaine étape c’est quoi? Vous allez dire que je suis d’extrême gauche?)

                      Je trouve pour le moins étrange que lorsqu’on vous demande de prouver ce que vous dites, vous ne répondez pas ou vous parlez d’autre chose. Ne seriez-vous pas un peu mythomane?

                    • Ben si, quand on a ici une personne qui veut réduire l’Etat à rien…

                      Cela n’est pas possible.

                    • Réponse à Non « c’est impossible » : c’est que je m’évertuais à leur dire malgré leur irréalisme à prétendre que c’était le seul avenir (chimiquement pur) du libéralisme… On lit de ces choses !

              • Je rappelle au passage (sujet : les ondes et l’électricité) pour les ignorants que les ondes spatiales atteignent peu la surface de la Terre parce que les ceintures de Van Hallen la protègent. Sinon, toute vie serait ici impossible. C’est ce qui se passe sur les planètes qui ont un noyau ferreux (donc un magnétisme) trop faible.

                Que le premier qui découvre les « ceintures de Van Hallen » entourant notre corps ou celui d’un bio (d’un être vivant) me prévienne ! Je propose les chemises en plomb… Merde, c’est trop lourd et toxique ! Progrès et obscurantisme, quand vous nous tenez par les couilles !

                • les ondes spatiales?
                  c’est à dire? elle arrête quoi la ceinture de van hallen?
                  dieu merci un peu des ondes électromagnétiques émises par le soleil nous parviennent…

                  en fait les ondes électromagnétiques sont dangereuses….c’est certain..elle brûlent ellescassenet des liaisons moléculaires etc..mais ça dépend des longueurs d’onde… pour es ondes qui vous inquiètent..à part la piste d’un réchauffement local …il est difficile de même imaginer un mode d’action , ce qui ne prouve rien certes…

                  d’un autre coté rien ne vous oblige à vous en tenir aux ondes électromagnétiques pour critiquer par exemple les antennes relais… si vous mettez en cause un » effet mystérieux lié » aux antennes relais, vous n’aurez pas à affronter la critique rationnelle sur les ondes électromagnétiques…

                  une petite remarque il me semble que dans le syndrome hyper machin chose, l’effet des ondes n’est pas mentionné, c’est l’effet des dispositifs sur les gens ce n’est pas pareil!!!! , moi quand je suis dans une salle où il y a un lapin j’ai très peur et j’ai la chiasse et ce n’est pas à cause des ondes lapinesques…restez donc dans l’ambiguité.

                  • Il faut tout faire sur ce forum. Ceinture de Van Allen :

                    https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#q=ceinture+de+van+allen

                    Ondes nocives :
                    changera.blogspot.fr/2014/05/ondes-nocives-connues-depuis-plus-de-30.html

                    • vous n’avez pas compris le sens de la remarque …la ceinture de van hallen arrête les ondes spatiales???

                      et pour les ondes nocives…si le lien entre cancer du cerveau et usage du téléphone portable est vérifié…il ne me semble pas improbable de penser que ça vient puisse venir d’un chauffage local…sans être un expert il ne me semble pas impossible qu’un chauffage prolongé m^me faible modifiant la biochimie puisse conduire à des effets délétères…là jpourquoi pas…

                      mais les ondes infrarouges vous brûlent , les uv peuvent aussi vous cramer ou induire des cancers…
                      à part pour les ondes pour lesquelles nous sommes transparents, les ondes peuvent toujours être nocives… et alors…
                      reste que la vraie nocivité est mesurée via les effets sur la santé humaine…
                      bah…

                      il ne faut pas aller vite en besogne et tirer des conclusions ( surtout si c’est ce que vous avez intention de démontrer dès le départ)

                    • Je n’ai aucun a priori dans un sens comme dans l’autre. Mais j’imagine que si la vie s’est développée sur a Terre jusqu’au XXème siècle à l’abri des ondes électromagnétiques grâce aux ceintures de Van Allen, il me paraît assez peu crédible que la profusion des ondes totalement inexistantes ici-bas avant ce siècle soient totalement inoffensives, surtout quand on est bombardé de celles-ci désormais au quotidien depuis 20 à 30 années. On verra les effets dans 20 à 30 ans, pas avant. Donc toutes les recherches menées en ce moment sont peu crédibles car elles n’ont aucun recul (10 ans maximum). Il faut donc, comme on l’a vu dans les protocoles de précaution non mis en place pour toutes les pollutions précédentes qui ont abouti à des catastrophes sanitaires mondiales (pollutions à l’amiante, au charbon, au CO2, au diesel, à la cigarette, aux rejets de CFC, au rejets de pots d’échappements…), des dizaines de millions de victimes que la collectivité est obligée aujourd’hui de prendre en charge sur nos deniers les vôtres et les miens, prendre en charge maintenant dès le début des études de produit les précautions d’usage, comme il y a des normes désormais mondiales pour les jouets destinés aux enfants pour enlever tous les risques sanitaires, d’empoisonnement ou de blessure. Je ne vois pas en quoi cela pose un problème à une chaîne de production ! Les normes sont utiles à la qualité des produits, donc utiles aux consommateurs, font dorénavant partie intégrante de notre quotidien. Dans une voiture, il a des milliers de normes qui vous empêchent d’aller au fossé et personne ne s’en plaint. C’est tout bonus pour tout le monde contrairement au discours négatif que l’article ci-dessus véhicule sur elles.

                      J’ai fait une expérience un jour dans mon home-studio à mon corps défendant, que vous pourrez aussi essayer de reproduire à votre tour facilement. J’ai un casque audio hifi sans fil et un micro-ondes pour réchauffer le café. Il sont à dix mètres l’un de l’autre. Le casque un jour est sur ma tête pour écouter un mixage. Je me réchauffe un café grâce à l’appareil domestique présent dans toutes les cuisines. Quelle n’a pas été ma surprise d’avoir un bourdonnement infernal dans le casque quand j’ai mis le café à réchauffer par ce biais ! Je me suis éloigné de 10, 20, 30 mètres dans le couloir, le micro-ondes toujours allumé, le bourdonnement n’a pas faibli. J’ai arrêté le casque sans fil et je garde le micro-ondes pour l’exceptionnel désormais… Le micro-ondes n’est pas blindé, malgré sa coque d’acier qui pourrait constituer une cage de Faraday et le faire croire. Quand on sait par ailleurs que le wifi a la même fréquence que ce micro-ondes, on commence à se poser des questions… Je me permets de vous remettre ce lien sur le Monde de la spécialiste en la matière :

                      http://www.lemonde.fr/technologies/chat/2009/04/03/antennes-relais-wi-fi-quels-sont-les-dangers_1176416_651865.html

                      Vu son pédigrée, la crédibilité est, il me semble, plus de son côté que du côté de l’opinion du café du commerce…

                      Je vous rappelle aussi que des tas d’études ont été déposées à l’ONU et à l’OMS par des experts assermentés payés par les cigarettiers américains (lire John Grisham est suffisamment éloquent à ce titre pour comprendre les mécanismes politiques, scientifiques et judiciaires, la corruption institutionnelle même dans les recherches scientifiques, on l’a suffisamment constaté avec le GIEC) et que l’OMS et l’ONU n’ont pas détecté la supercherie pendant des dizaines d’années…

                      Les protocoles de recherche d’aujourd’hui sont-ils si exempts d’impartialité compte tenu du volume d’affaires généré par le secteur ?

                      Je ne dis pas que j’ai raison, mais en attente d’études sur des dizaines d’années de référence, le doute doit être la principale démarche scientifique dans le secteur des ondes électromagnétiques véhiculées par l’appareillage domestique.

                      Le sujet était bien l’obscurantisme, non ? Pourquoi jeter un voile noir ou d’opprobre sur des démarches qui voudraient avoir un recul suffisant pour juger de l’innocuité ou non du phénomène électromagnétique sur la santé et son influence sur la biologie moléculaire. La religion (du business) n’est-elle pas du côté de ceux qui veulent empêcher ces recherches ? Essayez de mettre un micro-onde auprès d’un dauphin, réputé pour communiquer cérébralement… Je n’ai pas fait l’expérience mais j’aimerais la tenter !

                    • Je voulais dire évidemment « exempts de partialité »

                    • citation « j’imagine que si la vie s’est développée sur a Terre jusqu’au XXème siècle à l’abri des ondes électromagnétiques grâce aux ceintures de Van Allen. il me paraît assez peu crédible que la profusion des ondes totalement inexistantes ici-bas avant ce siècle soient totalement inoffensives, surtout quand on est bombardé de celles-ci désormais au quotidien depuis 20 à 30 années. »

                      On va essayer de démêler tout ça :

                      1)  » Les ceintures de van Halen »… nous protègent des rayonnements cosmiques, OK.

                      2)  » vie développée à l’ABRI des ondes » . Ben non c’est le contraire ! Les CEM existent à l’état naturel, la vie n’existerait pas sans les CEM.

                      3) « ondes totalement inexistantes ici-bas avant ce siècle » ben non elles existent à l’état naturel. Sur tout le spectre électromagnétique existe une courbe de bruit naturel. Ca commence très bas en fréquence par exemple avec la résonance Schumann de 3 à 30 Hz (ondes radio pas ondes sonores evidemment) qui est due à l’excitation de la cavité terrestre (entre le sol et l’ionosphère) par les CEM générés par la foudre qui tombe constamment quelque part sur terre. Les CEM émis par le soleil peuvent être tellement importants lors des cycles solaires qu’ils peuvent couper les lignes à haute tension et provoquer des interférences dans la réception de la radio et la télévision, c’est dire ! Bien entendu l’homme a ajouté les rayonnements artificiels au rayonnement naturel. Mais il faut bien comprendre qu’il s’agit du MEME phénomène physique. C’est seulement la PRODUCTION de CEM qui peut être soit naturelle, soit artificielle.

                      4) « bombardé » : ca ne veut rien dire. L’idée qu’on se fait des ondes dans le public ne correspond pas à la réalité. Par exemple, l’idée de brouillard (electrosmog) est fausse, car les ondes ne s’accumulent pas comme l’imagine le sens commun.

                      citation : « On verra les effets dans 20 à 30 ans, pas avant. Donc toutes les recherches menées en ce moment sont peu crédibles car elles n’ont aucun recul (10 ans maximum). »

                      -il y en a de bien plus ancienne. Ce qui change est surtout qu’auparavant elle concernait les professionnels alors qu’aujourd’hui elle concerne tout le monde. Les ondes ont tout de même été découvertes en 1888, les micro-ondes sont utilisées depuis le début des années 30, les effets sur le vivant sont connus et utilisés en médecine depuis longtemps (diathermie) . L’épidémiologie sur les cancers du cerveau ne montre pas d’augmentation significative alors que la téléphonie numérique existe depuis 22 ans et plus pour l’analogique, la radio TV etc. Selon l’OMS les études animales à long terme (ayant passé le crible de l’évaluation) ne montrent pas d’augmentation de cancer (OMS aide mémoire 304) .

                      citation : « Il faut donc, comme on l’a vu dans les protocoles de précaution non mis en place pour toutes les pollutions précédentes qui ont abouti à des catastrophes sanitaires mondiales (pollutions à l’amiante, au charbon, au CO2, au diesel, à la cigarette, aux rejets de CFC, au rejets de pots d’échappements…),  »

                      -Ne mélangeons pas tout. Le problème de l’amiante est très différent. Sa dangerosité est documentée depuis le début du 20ème siècle, le problème est la GESTION calamiteuse du dossier par les pouvoirs publics. Les ondes c’est l’inverse, aucune dangerosité documentée malgré des milliers d’études. Ce n’est d’ailleurs pas le nombre qui compte mais la qualité. Beaucoup d’études sont de « faible qualité » car les ondes sont un sujet difficile. Beaucoup d’études ont été invalidées. souvent pour cause de « dosimétrie déficiente ». Le rapport Anses 2013 est à ce sujet édifiant.

                      citation : « J’ai fait une expérience un jour dans mon home-studio à mon corps défendant, que vous pourrez aussi essayer de reproduire à votre tour facilement. J’ai un casque audio hifi sans fil et un micro-ondes pour réchauffer le café. Il sont à dix mètres l’un de l’autre. Le casque un jour est sur ma tête pour écouter un mixage. Je me réchauffe un café grâce à l’appareil domestique présent dans toutes les cuisines. Quelle n’a pas été ma surprise d’avoir un bourdonnement infernal dans le casque quand j’ai mis le café à réchauffer par ce biais !  »

                      -Pas de quoi fouetter un chat ! ça existe depuis… les années 1920 ! 🙂 quand les allumages de moteurs de voiture brouillaient la radio. Il s’agit bêtement des brouillages ou parasitages, en langage moderne on appelle ça la Compatibilité Electromagnétique. Les industriels doivent faire en sorte d’éviter 1) de brouiller les autres 2) d’être brouillé par les autres. http://fr.wikipedia.org/wiki/Compatibilit%C3%A9_%C3%A9lectromagn%C3%A9tique

                      citation : « Je me permets de vous remettre ce lien sur le Monde de la spécialiste en la matière : »

                      -STOP ! Presse, Radio, vu à la télé etc… aucune valeur ! pire c’est souvent de la désinfo comme le documenteur « sous le feu des ondes » diffusé sur ARTE ! L’état des connaissances scientifique est ailleurs. Dans les publications scientifiques, les revues à comité de lecture. L’OMS, le SCENIHR (Europe) Anses etc. ou aussi pour leur coté documentés et synthétiques, les rapports de l’OPECST, Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques à l’Assemblée nationale et au Sénat : Exemple le rapport Alain Gest 2009 toujours d’actualité
                      http://www.senat.fr/rap/r09-084-1/r09-084-11.pdf

                      citation : « Je vous rappelle aussi que des tas d’études ont été déposées à l’ONU et à l’OMS par des experts assermentés payés par les cigarettiers américains.  »

                      -Bien sûr mais on ne peut pas généraliser un domaine à un autre. L’OMS peut effectivement faire l’objet de lobbying,. On peut lui reprocher une éventuelle partialité mais il faut alors en faire la démonstration, sinon on tombe dans la théorie du complot.

                      citation : « Les protocoles de recherche d’aujourd’hui sont-ils si exempts d’impartialité compte tenu du volume d’affaires généré par le secteur ? »

                      -Contrairement à ce qui est souvent raconté, il existe beaucoup d’études sur fonds publics, Interphone par exemple qui a coûté 20 millions de dollars. En France c’est une redevance qui abonde une fondation dans laquelle les opérateurs n’ont pas de droite de regard. Mais peu importe la France, puisque la question des ondes est internationale. Or il existe sur les ondes un consensus scientifique. La controverse dont on nous rebat les oreilles dans les…media (évidemment) tient plus du phénomène de société que de la science.

                      citation : « Je ne dis pas que j’ai raison, mais en attente d’études sur des dizaines d’années de référence, le doute doit être la principale démarche scientifique dans le secteur des ondes électromagnétiques véhiculées par l’appareillage domestique. »

                      -Des études ? mais il y en a plus de 3500 et pas que récentes, et ça continue. Malheureusement, l’empilement permanent de discours de précaution et l’ouverture de parapluie, donnent l’impression qu’il y a un problème réel et non hypothétique

                      citation : « Le sujet était bien l’obscurantisme, non ? Pourquoi jeter un voile noir ou d’opprobre sur des démarches qui voudraient avoir un recul suffisant pour juger de l’innocuité ou non du phénomène électromagnétique sur la santé et son influence sur la biologie moléculaire. »

                      -Qui jette un voile noir ou d’opprobre ?

                    • c’est peine perdue…

                    • Merci pour votre documentation fort intéressante qui fait avancer le débat.

                      « Qui jette un voile noir ou d’opprobre ? » Mais tout le monde le fait ici, l’article qui nous réunit ici aussi, chacun travaille pour sa chapelle et a les références qui y correspondent. Je vous mets en référence ci-dessous ma réponse de ce matin à Mateo à ce sujet :

                      fraserve le 20 novembre 2014 à 10 h 41 min

                      « Peine perdue » pour ceux qui n’aiment pas débattre seulement et ostracisent la controverse qui dérange le consensus au moment où elle apparaît. Classique : « Laissez-tomber, il est… (tout ce qu’on a déjà entendu) ». Pour les autres, c’est intéressant.

                      Qui a défendu la découverte de la circulation du sang : pas l’Académie et ses pédants, ses donneurs de leçons du haut de leur chaire et de l’olympe académique (… « voyons, voyons, jeune homme, ne mélangeons pas tout » …) , ses notables et ses pontes, que Molière a ridiculisés. Là encore « attitude d’obstruction » et « argument d’autorité » de « La Science » qu aurait raison mais uniquement conjoncturellement, comme je le démontre ci-dessous dans ce commentaire de ce matin.

                      Je peux aussi vous faire la leçon sur l’histoire des sciences et de « l’Académie » (et de leurs découvertes provisoirement « vérités incontournables ») qui condamnèrent Jeanne d’Arc, Galilée, Christophe Colomb… mais je m’en tiendrais à des généralités.

                      Il manque un peu de recul à toute cette science pontifiante.
                      Comme toujours.

                      Cours magistraux qui sont nécessaires pour édifier les consciences des élèves et disciples en cours de formation, je le conçois, « dans l’état actuel des connaissances », mention qui manque cruellement à votre démonstration et que pourtant aucun scientifique n’ignore plus désormais, connaissant le principe central d’éthique et de transformation d’une science qui s’est trompé tant de fois…

                      Tiens, par exemple, citez moi un maître qui n’a pas été dépassé par un ou plusieurs de ses élèves, dont la théorie et les expériences n’ont pas été partiellement ou totalement remises en question à l’aune des plus récentes découvertes ! Je n’en connais aucun.

                    • Et bien je vous obsède on dirait ^^ Vous pensez jour et nuit à moi ou quoi? Bien que j’en sois flatté, je doute que ce soit très bon pour votre santé mentale.
                      Allez allez, on arrête de penser à moi tout le temps, et on se concentre sur la composition de votre musique!

              • Ce n’est pas pour rien que le DAS est indiqué sur les portables.
                Et que l’on recommande les oreillettes.
                Un champ électrique, cela se mesure.
                On découvrira peut-être que ce monsieur a des aimants dans la tête.

              • « perdant petit à petit ses cheveux et ses doigts »

                ah bon?

              • à Fraserve, je vous cite : « les gaz émis par les ordinateurs (radon, etc…) sont réputés très nocifs pour la santé, comme on le sait à l’ISERM »

                des gazs émis par… les ordinateurs ? du radon ? j’en tombe de ma chaise ! mais où avez vous trouvé une idée pareille ? en tout cas sûrement pas à l’Inserm (et pas l’Iserm)

                • Faut laisser tomber avec Fraserve… Le « radon émis par les ordinateurs » cela fait partie du « n’importe quoi » que j’évoquais précédemment. S’il y avait que ça…

                  Je lui ai demandé à plusieurs reprises les « études » sur l’hyper électro sensibilité qu’il évoquait, il n’a jamais été capable de me les fournir.
                  Il a évoqué des études du Criirad (célèbre repère d’escrologistes tentant de se faire passer pour une « commission de recherche » sur la radio-activité et s’étant déjà fait prendre la main dans le sac par le passé à manipuler des données). Je lui ai demandé les liens, je ne les ai jamais obtenus (et je ne les ai pas trouvé sur leur site).
                  Pareil pour l’INSERM, je lui ai demandé les liens prouvant ce qu’il affirmait, pas de réponse.
                  Pour tenter de prouver ses dires il a tenté de faire croire que des « experts avérés » avaient prouvé la chose et a fourni un lien vers un article de l’Immonde contenant l’interview… d’une prof de Sciences Nat députée écolo EELV et fondatrice du Criirad. Si ça c’est pas de « l’expert avéré » ^^

                  Je ne sais pas si c’est par erreur ou par malhonnêteté, toujours est-il qu’il n’a jamais voulu admettre ses erreurs ou mensonges. Il a même dit que j’aurais déclaré être anarcap (première nouvelle!) ou d’autres absurdités du même acabit (je serais un grand admirateur de l’extrême gauche paraît-il ^^), et quand je lui ai demandé de prouver ce qu’il avançait, pas de réponse, ou il changeait de sujet et en profitait pour inventer d’autres trucs…

                  Après dans le flot intense de commentaires qu’il poste il peut parfois, mais c’est rare, y avoir des choses intéressantes (mais à vrai dire je n’ai pas eu le courage de tout lire, d’autant qu’il a dû passer une bonne partie de son week-end à nous faire profiter de sa prose…)

                  • Tout le monde connaît le pédigrée scientifique de ce monsieur (il n’a jamais voulu nous le fournir donc je gage plus sur un pédigrée idéologique que réellement scientifique), qui est professeur au Collège de France sans doute (référence à vérifier), c’est toujours mieux que « professeur de sciences naturelles » agrégée de biologie à l’ENS rue d’Ulm, n’est-ce pas !

                    Entre « L’immonde » (à vérifier, des preuves), le « n’importe quoi » (à vérifier, des preuves), « professeur de « sciences nat » (à vérifier, des preuves), « la main dans le sac » (à vérifier, des preuves)… et mes références, chacun pourra juger de la pertinence des arguments des uns et des autres. Dans un cas on est dans l’anathème et l’insulte permanente, dans l’autre on propose une vraie réflexion basée sur des expériences réalisées et vécues. Cette personne est en permanence dans la réaction, dans la frustration scientifique et utilise un argumentaire de mépris, utilise l’attaque ad hominem (et on sent bien qu’il est tenté par la « reductio ad hitlerum ») pour détruire la personne qui argumente. C’est un réactionnaire révolutionnaire, une nouvelle espèce, et un conservateur, c’est la meilleure définition qu’on puisse trouver. Il n’accepte par qu’on puisse remettre en question son modèle de libéralisme échevelé qui voudrait éteindre toutes les normes.

                    Je suis pour ma part pour un libéralisme raisonné et raisonnable, avec des normes de qualité et de production, un par exemple qui ne fait pas travailler des enfants de 6 à 10 ans dans des fabriques de chaussures du sud-est asiatique pour 1$ par jour… Là non plus je n’invente rien, comme chacun sait. Le capitalisme et le libéralisme n’ont pas tous les droits. C’est mon principe. Je ne vois pas en quoi cette position que je défends est choquante !

                    Contrairement à ce qui est dit, je ne passe pas mes week-ends sur le forum de Contrepoints vu que je peux écrire 5 à 10 pages A4 par jour, l’écriture est aussi mon métier. Je n’interviens pas qu’ici par ailleurs, j’écris aussi sur des blogs au Brésil et aux USA et j’ai des livres publiés, d’entretiens publiés par la Sorbonne (Office Musical Français) et au Brésil par un ancien professeur directeur du département de musique de l’USP, la plus grande Université d’Amérique du Sud. Chacun pourra venir le vérifier sur mon site. Ma démarche est donc celle d’un esprit scientifique habitué des joutes scientifiques. Donc une heure me suffit pour répondre à ce tas de non arguments. Je n’ai d’ailleurs pas plus le temps d’y répondre vu le niveau des arguments avancés, c’est peine perdue. On ne convainc pas un esprit religieux. Au passage, le radon a été identifié depuis longtemps comme gaz émis par les ordinateurs.

                    Puis on peut suivre aussi le fil des arguments des uns et des autres sur cette publication et ses différents articles… pour vérifier le niveau des argumentations… C’est suffisamment instructif.

                    • Ah, ça faisait longtemps ^^ Après anarcap, je suis maintenant réactionnaire, conservateur et révolutionnaire, j’en apprends tous les jours sur moi-même grâce à vous! ^^
                      Oui, comme vous dites, chacun pourra juger de qui viennent les anathèmes, encore que certains de vos commentaires montrant bien qui a commencé à attaquer l’autre ont été supprimés sur un autre article…

                      Enfin bref, alors ces études dont vous parliez, toujours pas? Non? Ça vous coûte tant que ça de concéder que vous avez peut-être confondu avec autre chose? Ou vous préférez passer pour quelqu’un de malhonnête?

                      Quant à Michèle Rivasi, la « spécialiste reconnue », chacun pourra vérifier que c’est (ou était) une député écolo. Membre d’EELV. Elle est bel bien prof(esseure) de biologie (pardon, j’ai remplacé « biologie » par sciences nat’). Elle enseigne à l’IUFM de Grenoble. (Et bon, passer une aggreg à l’ENS ce n’est pas non plus un exploit, j’en connais quelques uns qui avaient choisi cette voie dans ma prépa, ça n’en fait pas pour autant des spécialistes des ondes électro-magnétiques. Alors la biologie…)
                      Et c’est elle qui a créé le Criirad célèbre repère d’escrologistes tentant de se faire passer pour une « commission de recherche » sur la radio-activité et s’étant déjà fait prendre la main dans le sac par le passé à manipuler des données (« affaire » avec l’IRSN évoqué par exemple là http://imposteurs.over-blog.com/article-fukushima-quand-la-criirad-veut-nous-rejouer-la-musique-du-nuage-de-tchernobyl-75596119.html, là http://www.journaldelascience.fr/environnement/enquetes/nuage-de-fukushima-quand-reellement-debute-la-contamination-de-l-air-francais-2166, ou là http://www.contrepoints.org/2011/08/18/41140-les-technophobes-se-dechainent-contre-le-nucleaire-civil )

                      PS: on vous l’a déjà dit: la technique de l’homme de paille ne marche pas ici! Vous pourrez faire comme si j’étais contre les normes ou que sais-je, si ce n’est pas mon opinion, votre technique tombe à l’eau!

                    • Vos références sont des thèses peu crédibles vu qu’elles sont peu documentées et minoritaires scientifiquement. Pour contrer un argument, je ne vais pas aller chercher l’argument de la niche intellectuelle, même si elle a une quelconque ou infime crédibilité. Je vais chercher des références qui ont été établies par la notoriété scientifique d’un organisme incontournable qui a prouvé sa place dans le débat depuis… Tchernobyl, en l’occurrence pour la Criirad justement. Il y a des écologistes qui appartiennent à des partis de droite ou de gauche, du centre, des libéraux, des écologistes non politiques et non politisés, des praticiens, pas forcément des apprentis sorciers ou des habitants de grotte opposés au progrès, mais plus simplement regardant plus loin que le débat terre à terre entre les tenants religieux du progrès technologique et ceux du moratoire technologique.

                      Le fait que vous apparteniez au libéralisme vous rend-il plus crédible que cette personne, personnellement j’en doute fort ! Quels que soient les liens mis ici pour nous instruire de controverses, et je vous remercie de nous les avoir fournis.

                      J’ai vu des débats de psychanalyse et de psychiatrie du même ordre que celui que vous tentez d’instruire ici contre moi, quasiment « sur le sexe des anges », dans le cadre du Sénat français entre des praticiens de haute volée. C’était folklorique de voir et d’entendre tous ces gens qui se traitaient de noms d’oiseaux, en venaient presque aux mains. Pour les références dont vous m’accusez de ne pas avoir fourni les preuves, elles sont ci-dessus, bien devant vos yeux. Elles sont de plus présentées par des organes d’information (Inserm, Crirrad, Criirem, Le Monde…) qui se décrédibiliseraient mondialement à publier des recherches qui n’auraient pas un consensus scientifique avéré, organe d’information que vous avez appelé « l’immonde ».

                      Le consensus est loin d’être le cas de vos références, donc vos contre-arguments ne peuvent au minimum qu’être ceux de thèses intéressantes au débat d’idées ou de vérités conjoncturelles crédibles pour remettre en question celle d’un organisme ayant fait ses preuves par le passé. Ils peuvent donc difficilement avoir le poids des références que j’ai présentées.

                      Pour ce qui est des attributs dont je serais accusé de vous affubler, c’est seulement votre manière de parler et d’insulter, de jeter le discrédit (typique de l’extrême-gauche) qui vous met vous-même dans les cases de ces familles d’idées, dont l’anathème récurrent est la marque de fabrique des discours, suffit à les identifier. Vous ne vous êtes pas par ailleurs, sur certains commentaires récents, défini autrement. Donc je ne fais que reprendre vos propos, vos attirances, votre positionnement rêvé de libéral à la gauche de l’extrême gauche (article de Philippe Fabry sur « Le libéralisme à l’extrême gauche » et vos commentaires à cet endroit sur Contrepoints).

                      Pourquoi anarcho-capitalisme ? Parce que vous prétendez être un libéral tout crin qui veut réduire l’État à son strict minimum et en plus vous révélez votre positionnement rêvé à la gauche de la gauche à l’Assemblée Nationale, comme il l’était à l’époque de la Révolution Française. Je n’ai fait que reprendre vos propos dans ces commentaires sur cet article… Qui dois-je croire ? Vos paroles de dénégation ci-dessus ou celles de celui qui parlait sous votre pseudo dans ces commentaires ?

                      Vos convictions et celles de Philippe Fabry (que je respecte mais auxquelles je m’oppose de la plus profonde manière) ne seraient-elles pas par ailleurs en contradiction avec la vocation du libéralisme à être central comme le montre ce schéma sous ce lien suivant ( http://www.gaucheliberale.org/tag/libéralisme ) ?

                      Je me suis juste, malgré les arguments historiques présentés relatifs à la Révolution Française « le libéralisme était positionné à la gauche de la gauche à cette époque » opposé à cette vision des choses qui n’a rien à voir avec la modernité du libéralisme du XXIème siècle. Je disais juste dans mes commentaires sur cet article, que si telle était la forme (souhaitée par vous et lui) du libéralisme (présenté par la thèse de Philippe Fabry dans son article très bien écrit mais aussi très intellectuel à mon goût et peu réaliste sur le fond, mais que vous défendiez ardemment), je ne voyais pas l’avenir du libéralisme ainsi et à cet endroit et ne pourrai m’y associer sous cette forme. Et que s’il en était ainsi, son avenir serait fortement compromis.

                      Je n’ai fait que surfer facilement sur la vague de vos opinions sans aucunement les dénaturer, simplement en illustrant vos propos.

                      Mon positionnement est par contre à ce sujet, il me semble, un peu plus avancé que le vôtre et peut se résumer par l’article suivant et ce schéma qu’il vous sera facile d’analyser : http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/des-vertus-du-liberalisme-54637

                      On pourra désormais alors traiter de la pertinence des sujets évoqués dans cet article et des commentaires à l’aune de ce nouveau paradigme. Mais il me semble que l’esprit de religion impacte encore trop cette publication et ses thuriféraires pour en mesurer raisonnablement la profondeur et l’aspect avant-gardiste.

                      Bien à vous.

                    • Oui oui c’est vrai que l’IRSN c’est pas du tout du tout sérieux, c’est du « minoritaire scientifiquement ». Bref, passons.

                      Concernant l’HSEM, je peux vous exposer le point de l’OMS mais vous allez dire qu’ils ont été achetés par les lobbys des télécoms. Je le mets tout de même au cas où (issu d’un lien posté par un autre commentateur):

                      « ETUDES PORTANT SUR DES INDIVIDUS SE PLAIGNANT DE HSEM
                      On a réalisé un certain nombre d’études dans lesquelles on exposait des individus présentant une HSEM à des CEM similaires à ceux auxquels ils attribuaient leurs symptômes. L’objectif de ces études était de provoquer l’apparition de ces symptômes en conditions de laboratoire contrôlées.

                      La majorité de ces études indique que les individus se plaignant de HSEM sont incapables de détecter plus précisément une exposition à des CEM que des individus ordinaires. Des études bien contrôlées et menées en double aveugle ont montré que ces symptômes n’étaient pas corrélés avec l’exposition aux CEM.

                      Il a été suggéré que les symptômes présentés par certains individus se plaignant d’une HSEM pouvaient résulter de facteurs environnementaux non liés aux CEM, par exemple des papillotements provenant de lampes à fluorescence, des reflets et autres problèmes visuels associés aux écrans de visualisation, ainsi qu’une mauvaise conception ergonomique des stations de travail informatisées. D’autres facteurs, comme la mauvaise qualité de l’air des locaux ou le stress dans l’environnement de travail ou de vie, peuvent jouer un rôle.

                      Il existe aussi certains éléments indiquant que ces symptômes peuvent être dus à des maladies psychiatriques préexistantes, ainsi qu’à des réactions de stress résultant de la crainte inspirée par les éventuels effets sur la santé des CEM, plutôt que de l’exposition aux CEM elle-même. »

                      http://www.who.int/peh-emf/publications/facts/fs296/fr/

                      En attendant, bien que vous dites que vous les ayez fournies (j’ai peut-être raté un commentaire) je n’ai toujours pas vu de lien vers les études du Criirad et de l’INSERM que vous évoquiez.

                      Quant à mes soit-disant opinions de gauche (et anarcap et conservatrices et réactionnaires, et révolutionnaires, ce doit être un sacré bordel dans ma tête!) j’attends également que vous prouviez ce que vous dites. Car j’ai beau relire mes commentaires dans l’article dont vous parlez, je ne vois pas. Le plus rigolo c’est que tous ceux qui me connaissent et croient connaître mes opinions sans avoir approfondi me prennent pour quelqu’un de droite, voire un droiteux. Par contre, j’ai une petite idée sur l’origine de votre méprise, mais j’attends de voir si je ne me trompe pas.

                      D’autant plus que je suis tout-a-fait d’accord avec la carte politique positionnant les partis français que vous donnez en lien, et que j’ai dit, à multiple reprises, sur CP et ailleurs, et notamment me semble-t-il dans l’article dont vous parlez, qu’à l’heure actuelle on ne peut positionner le libéralisme sur un axe droite-gauche. Alors de grâce, cessez d’inventer mes opinions, je pense les connaître mieux que vous.

                    • « L’IRSN, L’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) est un établissement public à caractère industriel et commercial français (EPIC) fonctionnant sous un régime de droit privé via la tutelle conjointe des ministres chargés de la Défense, de l’Environnement, de l’Industrie, de la Recherche et de la Santé. L’IRSN est l’expert français en matière de recherche et d’expertise sur les risques nucléaires et radiologiques. » (Source Wikipédia)

                      Il dit donc, comme tous les organismes publics ou privés vivant de subventions ou de tutelle étatique de ce type (les 600 ou 700 « machins » référencés), ce que lui recommande « la voix de son maître », l’État en l’occurrence. Nous situant ici dans les domaines stratégiques et de secret défense de l’État, la pratique usuelle de communication (officieuse mais bien réelle) est donc le service minimum, surtout sur les sujets sensibles ou qui fâchent les options stratégiques et de secret défense ; d’autant plus quand une tutelle référencée est celle du Ministère de la Défense, où la pratique ontologique courante est celle des armées, qu’on surnomme à juste titre « la grande muette ». Une personne de mon entourage plus que proche a travaillé pendant 20 ans pour le service communication de l’ANDRA, celui du CEA, celui de la COGEMA. Je connais donc les discours et comment on les fabrique, comment on arrange les études, comment on les rédige et ce qu’on met sur les sites Internet (20 à 50 personnes travaillent là-bas – en interne et en externe – uniquement sur la communication)… Ce qui est sur le site est donc du tout venant sans danger pour le donneur d’ordre principal, l’État ! De la comm’ enrobée quoi !

                      Le principal opposant de ces organes officiels (de l’État) est bien entendu la Criirad. Ils en ont d’ailleurs une peur bleue et reconnaissent (en aparté) la compétence de l’organisme tout en fustigeant les positions et recherches (en devanture), en utilisant les mêmes tactiques que vous connaissez fort bien, l’anathème, le discrédit et la diffamation publique, car « l’État, le public c’est du sérieux, le privé n’est pas sérieux », en cassant la réputation par les habituelles et basses besognes de scientifiques aux ordres. Aux ordres de qui ? Et bien, comme pour le GIEC, de celui qui paye les trains de vie de ces structures officielles de recherche (donc oriente évidemment les résultats selon ce qu’on doit entendre), les traitements et salaires, soit l’État lui-même selon la procédure du « chien qui ne mord pas la main qui le nourrit ».

                      C’est du vécu de l’intérieur. Pas de la parlotte en l’air de spécialistes en recherche de liens, ce qui n’est pas mon cas. Les liens ne sont pas faits pour les chiens d’aveugles et sont au-dessus, avec la recherche Google. Cliquez dessus, vous trouverez ce que vous ne voulez à aucun prix rechercher.

                      Votre source n’est pas forcément « peu crédible », mais à tout le moins « peu fiable » sur les sujets pointus où l’État est très exposé. Cela se comprend, c’est un site de communication et une structure de recherche et de surveillance de l’État. Je ne dis pas qu’elle n’est pas sérieuse, je dis simplement qu’on n’y lira jamais de critique impliquant l’État et ses services, ses entreprises sous tutelle. On ne peut attendre moins d’obéissance (le doigt sur la couture) de leur part, compte tenu de ma démonstration ci-dessus.

                    • bof…baratin..
                      cet institut et la criirad font des rapports…
                      vous discourez sur l’évidence de la fiabilité des travaux parce qu’un tel est privé ( mais militant aie!!) et l’autre publique…ben désolé…ça ne fait avancer la question…

                      Et vous venez de pondre un long paragraphe pour expliquer à un type son appartenance politique….

                    • Il est pourtant parfaitement légitime de suspecter l’irsn de vassalité politique ou de connivence industrielle ( et ça reste à prouver) mais il est aussi légitime de considérer la criirad comme manquant d’objectivité du fait de son militantisme….un pas de plus sans élément de preuve est un pas de trop..
                      en outre ça ne vous avance en rien sur la qualité des travaux des uns et des autres…il y a des salauds honnêtes et des gentils malhonnêtes aveuglés par leur amour du prochain..

                      et s’occuper de savoir qui est qui…est absurde….

                    • Quand aux maladies psychiatriques supposées chez des personnes ne rentrant pas dans les critères des études et observations officielles, le procédé est tellement éculé (plaider la folie chez celui qu’on veut discréditer) qu’on ne le pratique plus depuis… Jeanne d’Arc et Galilée. Quand on est sérieux, je veux dire !

                      Pourquoi les études sont plus sérieuses chez les observateurs privés qu’officiels ? Et bien la démonstration a été produite ici même sur Contrepoints dans un sujet sur l’ébola et la fabrique de pneumatiques Firestone (http://www.contrepoints.org/2014/10/09/184035-virus-ebola-firestone-plus-efficace-que-les-etats-pour-contrer-sa-propagation). Il s’agit du même processus d’optimisation des moyens qui interdit au privé de se tromper, car il en va de sa survie.

                      L’Etat ne fait que désinformer, par stratégie et pour protéger ses intérêts. Tous les rois ou despotes éclairés (ou non) ont toujours fonctionné ainsi et le procès truqué des Templiers ourdi par Philippe Lebel doit nous rappeler en permanence cette vérité immanente sous tous les cieux et tous les temps ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Proc%C3%A8s_de_l%27ordre_du_Temple ).

                      ONU, OMS, FIFA… Combien la Suisse cache d’organismes supposés indépendants (et de vérités pas bonnes à dire) dans ses coffres et derrières ses devantures toujours immaculées ? Mais l’argent mène le monde, n’est-ce pas !

                    • mais comment vous savez qu’ils cachent des trucs???????????

                    • Au temps pour moi, j’avais effectivement loupé votre commentaire avec les liens vers les « études » de l’INSERM et du Criirad. Quand on clique dessus, on tombe:

                      – pour l’INSERM, une sorte d’article de com’ parlant de plein de choses, et contenant un petit encart sur l’électro sensibilité, qui n’a donc rien d’une étude, et disant:

                      « Face à des symptômes fonctionnels inexpliqués, de plus en plus de personnes se déclarent électrohypersensibles (EHS). La diversité de ces symptômes laisse bon nombre de chercheurs et médecins perplexes, surtout qu’aucune corrélation n’a été trouvée entre symptômes ressentis et exposition aux ondes électromagnétiques. « Plusieurs études suggèrent l’existence d’un effet nocebo – effet inverse de celui du placebo -, que
                      confirme une étude en IRM fonctionnelle publiée en 2008 par une équipe de l’université de Regensburg en Allemagne : face à une exposition simulée à des radiofréquences, les aires corticales de la douleur sont activées chez les EHS, et non chez les témoins. On ne peut cependant conclure sur la base de cette seule expérience », regrette Jean-Pierre Marc-Vergnes *, chercheur émérite »

                      Bref, non seulement l’INSERM ne semble pas avoir mené d’étude sur le sujet, mis en plus il parle explicitement d’effet nocebo… Bref, cela va bien dans le sens des « sceptiques ». Du coup je ne comprends pas trop pourquoi vous fournissez un lien allant dans le sens inverse du vôtre. Mais bon l’INSERM est public et « L’Etat ne fait que désinformer, par stratégie et pour protéger ses intérêts.  » selon vous (ce qui me semble être quand même un point de vue un peu sectaire, certains organismes d’Etat font quand même bien leur travail même si on peut trouver des choses à redire)

                      – pour le Criirad… Ben on tombe sur rien du tout. En tout cas moi quand je clique sur la recherche Google que vous donnez, le « premier lien » que vous évoquez, c’est le site du Criirem, « une association écologiste qui étudie les effets des champs électromagnétiques sur le vivant » selon Wikipedia. Fait intéressant, sa vice-présidente est, je vous le donne en mille… Michèle Rivasi! Oui oui, toujours la même députée écolo que vous présentiez comme une spécialiste reconnue ^^

                      Bref, je vais abandonner, plus ça va, plus c’est du grand n’importe quoi! Vous vous enlisez mon pauvre ami.

                      PS: je ne vois pas bien le rapport avec entre Firestone et sa façon de gérer ebola et notre sujet… D’ailleurs les organismes pseudo-scientifiques à visée politique que vous évoquez, comme le Criirad ou le Criirem ont au contraire tout intérêt a aller le plus possible dans le sens de leur clientèle politique, les écolos, donc on repassera pour leur objectivité. C’est comme si l’Huma se mettait a vanter les mérites du libéralisme, ils perdraient tous leurs lecteurs (enfin le peu qui leur reste)….

                    • Criirad et Criirem à visée politique ! Juste rappel historique. La Criirad a été créée suite à l’accident de Tchernobyl quand le consensus scientifique de l’époque criait à qui voulait bien l’entendre que le nuage radioactif n’avait pas franchi les frontières de l’hexagone ( https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#q=tchernobyl+le+nuage+radioactif+n%27a+pas+franchi+les+fronti%C3%A8res+de+l%27hexagone ). Par ailleurs, dans son principe de certitude lié à son positionnement d’autorité auquel rien n’est opposable, l’Observatoire de Paris nous a soutenu mordicus en l’an 2000 (seul au monde, la France et son consensus académique et médiatique) que le troisième millénaire commencerait…. le 1er janvier 2001, au rebours de toutes les incrémentations mathématiques (que comprennent les enfants de l’école élémentaire) qui font changer de dizaine entre 9 et 10, de centaine entre 99 et 100, de millier entre 999 et 1000 et ainsi de suite… Le monde entier a fêté l’entrée dans le troisième millénaire le 1er janvier 2000. La France, le 1er janvier 2001. Cherchez l’erreur !

                      Je vous laisse réfléchir à la pertinence des services publics français (en particulier) concernant uniquement ces deux sujets…

                      Le combat entre David et Goliath n’est pas le premier de ce genre. L’Etat, le monopole ou la puissance dominante (même ceux des idées, des arts et des sciences) peuvent détruire tout ce qu’ils veulent, tout ce qui ne vient pas d’eux, tout ce qui n’a pas reçu leur onction médiatique ou administrative… jusqu’à ce qu’ils rencontrent plus fort qu’eux. Le dominant domine par ses moyens, pas forcément par la pertinence de ses idées et orientations intellectuelles. Thomas d’Aquin a nommé ce paradoxe « l’argument d’autorité ».

                      Pour revenir au fond du débat, la vérité scientifique n’est-elle de même pas ontologiquement fluctuante ?
                      La vérité scientifique est ce qu’elle est à un temps T selon la formule consacrée, elle ne le sera plus à un temps T+1. En étudiant l’histoire des phénomènes humains, qui ne sont guère peu différents du support qui les véhicule, la vie, ses fluides, ses atomes et ses molécules, on constate que la permanence des idées comme des découvertes, comme des inventions et des créations est figée le temps de la mode et puis, comme le vent pour le voilier, étant au nord, il va passer à l’ouest, puis au sud, puis à l’est et enfin ayant accompli son cycle il retournera au nord. Pourquoi vouloir alors figer des idées alors que les matériaux qui les supportent, les molécules et les atomes sont eux-mêmes si peu fixés dans le corps humain ? Ce dernier lui-même n’est-il pas en rien figé au cours de son existence puisqu’aucune cellule de la naissance (d’après ce qu’on sait) n’est présente 10, 20, 50 années plus tard sous cette même identité/entité corporelle ?

                      Les idées figent l’instant, pas le temps.

                      Mais pourquoi ce corps humain, ce réceptacle d’idées, de fluides et d’inventions, qui se transforme au fur et à mesure qu’il ingère et se vide, serait-il différent de l’Univers dont il est l’un des produits ultimes, dans lequel « rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme » selon la célèbre formule de Lavoisier ? Que nous pourrions dans notre quotidien et celui de nos idées et certitudes d’un jour résumer par « tout lasse, pour passe, tout casse ».

                      Si nous reprenons l’historique des découvertes scientifiques, qu’observe-t-on ? Que la réalité d’un jour n’est jamais celle du lendemain, qu’elle est en ce moment même illustrée ces jours-ci par le dernier paragraphe de l’interview sur Le Point de l’astrophysicien Jean-Pierre Bibring, coresponsable scientifique de Philae, dans le dernier paragraphe de celle-ci ( http://www.lepoint.fr/astronomie/rosetta-ce-que-philae-est-parti-faire-sur-cette-comete-15-11-2014-1881406_1925.php ) au moment de l’atterrissage de Philae sur la comète « Tchouri »…. Puis comparez juste le contenu des minutes des découvertes successives depuis cet événement spatial des deux dernières semaines avec le passé et ses poncifs. Comme le jour du premier alunissage de l’homme, que de découvertes, que de remises en question pour la science, que de certitudes qui volent en éclat ! Sans le moindre regard dans le rétroviseur pour ce qui faisait les consensus d’hier ! Bah, c’est du passé, exit, « tabula rasa ».

                      Qu’en est-il dans l’histoire des hommes ? Si nous parlons des découvertes essentielles, elles ont toutes un moment donné été ostracisées par le consensus commun de l’académie scientifique notable du moment, leurs découvreurs aussi (toutes les inventions du monde sans exception qui remettaient en question l’idée dominante du moment, et leurs inventeurs quand ils n’ont pas été brûlés pour ces raisons mêmes par toutes les inquisitions du lieu et du moment, l’excuse de la psychiatrie étant la dernière invention pour dégager les gêneurs ; il fut un temps où c’était l’homosexualité ou la couleur rousse des cheveux…), puis comme un fluide incontrôlable se répandant par contagion en passant d’échine en échine comme le frisson de l’émotion à partir d’une œuvre majeure, elles finirent par s’imposer.

                      La recherche scientifique et ses découvertes sont de cet ordre. Elle sont un frisson qui parcourt l’échine un moment donné puis « tout lasse, tout passe, tout casse ». L’esprit humain a toujours besoin de nouveaux frissons, de nouveaux horizons, franchit à nouveau « la dernière frontière » qui hier était réputée infranchissable. Le processus est inexorable. Les découvertes et les consensus d’aujourd’hui sont donc par définition « mous et incomplets », voire faux par moments. Combien de consensus scientifiques ont été remis totalement en question dans l’histoire humaine : pratiquement tous. L’existence de Dieu ou sa thèse opposée, l’héliocentrisme ou sa thèse opposée, l’anthropocentrisme ou sa thèse opposée, le darwinisme ou sa thèse opposée, « la cigarette ou sa thèse opposée », les idées de mai 68 ou leurs thèses opposées, le socialisme ou sa thèse opposée…

                      Concernant la pollution des mégalopoles, j’ai même entendu une grande intelligence parisienne dire un jour que la pollution « était bonne pour la santé car elle favorisait les mutations génétiques », pendant que dans le même temps les poissons au barrage de Suresnes montraient au ciel leur ventre blanc à la suite d’un orage antédiluvien nettoyant tout sur son passage dans la capitale (tout finit dans les cours d’eau un jour ou l’autre), pour avoir osé braver l’interdiction de se baigner (ou de pêcher) dans la Seine promulguée par la Mairie de Paris. Bien fait ! Ils n’ont pas voulu s’adapter…

                      Bref, tout fluctue, tout varie. Comme la vie. Comme l’Univers qui la supporte. Mais nous n’avions rien inventé non plus à ce sujet car le philosophe grec Anaxagore ne prétendait-il pas 2200 ans avant Lavoiser, dont la phrase célèbre n’est qu’une reformulation, que « Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau ».

                      Alors que faire face à cette marée permanente des fluides (gazeux, liquides, intellectuels, spirituels…) dans lesquels nous ne sommes que des jouets. Certes créer des sociétés (et des idées) pérennes pour lutter contre cette formidable et inexorable érosion, mais aussi rester mobile et ne pas opposer de freins trop importants à cette mobilité nécessaire et vitale, sinon l’on risque la thrombose, sociale, intellectuelle, scientifique, idéologique, artistique, administrative… Tous nos maux actuels si bien référencés dans Contrepoints.

                      Mais Contrepoints lui-même n’est pas à l’abri non plus de ce phénomène d’usure… Il est fait d’hommes et de femmes (surtout des hommes tiens, bizarre, un repère de machistes ? le libéralisme, un épiphénomène lié à la testostérone ?), des idées qui s’useront aussi un jour. Comme tout. Il faut donc créer des sociétés articulées sur les trois principes de la vie qui ne sont en aucune manière opposables : conservation, progrès, liberté. Car ces trois phénomènes philosophiques, pragmatiques et pratiques issus du fond des âges sont le propre de la vie et des phénomènes stellaires ; rien ne sert donc de les opposer par l’idéologie. C’est vain et improductif. La science est elle-même fruit de ce lent processus de fluidité permanente étayé par des structures qui résistent un temps jusqu’au jour où elle sont frappée d’obsolescence, mais comme tout ni plus ni moins, pas plus ni moins que nous tous, pas plus que les humains et leurs intelligences qui les supportent et les défendent.

                      Le principe premier des thèses majoritaires est donc bien alors en dehors du débat de fond mais bien dans la forme que détient le pouvoir majoritaire d’un temps, qu’il faut suivre pour être dans le vent, pour être « in the mood », pour ne pas être traité de « has been », pour trouver du travail en s’insérant dans la société (ou inversement), pour ne pas être mis de côté par la horde suiveuse des moutons. Le modernisme des idées a été un temps le christianisme ; ce fut le socialisme ; puis le communisme ; ce fut l’écologisme ; aujourd’hui c’est le libéralisme ; demain il y a fort à penser que la modernité sera certainement ailleurs… « S’adapter ou périr » est le maître mot de la vie, de l’intelligence, de la science, des idées, des arts, partout.

                      L’état d’esprit majeur au centre de nos existences est donc unique : la souplesse et l’adaptation. La souplesse dans l’adaptation. La souplesse par l’adaptation.

                      Car ce qui est la vérité d’aujourd’hui ne le sera plus demain.
                      C’est la seule certitude que l’on puisse avoir.

                    • « Au temps pour moi… »

                      « Ô temps ! Suspends ton vol, et vous, heures propices ! Suspendez votre cours :
                      Laissez-nous savourer les rapides délices. Des plus beaux de nos jours ! »

                      Laissez-nous aussi profiter des merveilles innocentes de la poésie spontanée…

                    • Bon ben si vous considérez que le Criirem et autres associations écolos sont objectifs et fiables, je ne peux pas grand chose faire pour vous. Pour rappel, l’objectif principal du Criirem par exemple est d’informer les gens sur les *protections* contre les ondes pour la santé, en d’autres termes, ils présupposent dès le départ le danger des ondes des relais téléphoniques et du WiFi… Et avec un tel objectif évidemment qu’ils vont pas dire que ces ondes sont sans danger!

                    • « « Au temps pour moi… »

                      « Ô temps ! Suspends ton vol, et vous, heures propices ! Suspendez votre cours :
                      Laissez-nous savourer les rapides délices. Des plus beaux de nos jours ! »

                      Laissez-nous aussi profiter des merveilles innocentes de la poésie spontanée… »

                      Vous avez encore une fois perdu une belle occasion de vous taire! « Au temps pour moi » est bel et bien l’orthographe correcte selon l’Académie Française, bien que certains linguistes en débattent.
                      Et vous dites écrire des livres??? ^^

                    • fr.wikitionary.org/wiki/autant_pour_moi
                      fr.wikitionary.org/wiki/au_temps_pour_moi
                      http://fr.wikipedia.org/wiki/Poésie
                      fr.wikipedia.fr/wiki/Obsession_(medecine)
                      fr.wikipedia.fr/wiki/Paternalisme
                      fr.wikipedia.fr/wiki/Existentialisme#Mauvaise_foi
                      fr.wikitionary.org/wiki/voir_la_paille_dans_l’oeil_du_voisin_et_ne_pas_voir_la_poutre_dans_le_sien
                      http://fr.wikipedia.org/wiki/Diffamation

                      http://oserchanger.com/blogue_2/2013/05/13/lacher_prise/

                      Un scientifique a-t-il le droit de manifester une opinion politique ?
                      Une opinion ou un engagement politique sont-ils incompatibles avec l’exercice d’une profession scientifique ?

                      http://www.un.org/fr/documents/udhr/
                      http://chrhc.revues.org/242

                      http://www.numerama.com/magazine/19687-pour-luc-ferry-l-anonymat-sur-internet-permet-toutes-les-horreurs.html

                      Quand on met son site sous son pseudo, on assume ses paroles et on prend le risque de les assumer publiquement. Tout le monde n’est donc pas à la même enseigne à ce titre. Le poids, le sens de la mesure de la parole est aussi différent quand on ne se cache pas derrière un pseudo anonyme.

                      http://www.esolem-production.com/livres.html
                      http://www.esolem-production.com/blog.html

                    • quel baratin….
                      pas de preuve de la causalité onde electromagnétique et syndrome d’electrosensibilité le mal nommé…

                      pas de réponse mais des digressions sur l’état …sur les gens…

                      et au passage les ordinateurs émettent du radon….mais bon sang s(ou ça sort ça???
                      alors comment il en émettent?

                      vous vous rendez compte que vous enfilez les inepties ?

                      mais quel est votre but?
                      vous voulez dire quoi?

                    • Arrive toujours une étape dans les débats où il faut les recentrer sur le fond car les parties d’enculage de mouches commencent. Nous y sommes depuis un bon moment. L’égarement manifeste général est donc à son comble. Kant et Heigel se méfiaient de la science et l’on comprend ici pourquoi : les querelles de spécialistes finissent par occulter la lumière.

                      Et pourtant l’essentiel est invisible pour les yeux. Les yeux ne suffisent plus pour voir ce que les photos nous montrent et les témoignages nous présentent. La métaphore de l’art contemporain. Je retourne à ma musique comme conseillé par des esprits vifs, mais aussi pour y voir plus clair. Dans la musique on a vu jusqu’où l’esprit scientifique amena la musique, jusqu’au bord de l’abîme par l’esprit de bunker caché sous la place Stravinsky, entre autres. La France aime tant ses lignes Maginot. Elle les cultive, elle les entretient, elle en fait des religions et des guerres de religion, elle en étouffe, elle en meurt, pour renaître. Pour cette secte a-musicale enfermée à double tour, la musique n’était qu’une souris de laboratoire. Pour beaucoup de scientifiques, la vie n’est qu’une souris de laboratoire. On leur demande de rechercher l’âme, l’animus, celle qui fait de nous des êtres animés de désirs et de quêtes malgré l’enveloppe charnelle, moléculaire et chimique qui semble seule combler leurs espérances et ils nous répondent « no pasaran », « ici la religion n’entre pas ». On avait bien compris que l’esprit ne soufflait pas sur vos têtes, ne le criez pas si fort !

                      Science sans conscience n’est que ruine de l’âme.
                      Science, conscience, ruine, âme.

                      Pourtant c’est clair. Plus clair ne saurait exister.
                      Les mots ont un sens.

                      Et l’on accède enfin à une part de vérité. On accuse certains dont moi d’esprit de chapelle car je défendrais un respect de l’environnement vital pour l’avenir de l’humanité. Suis-je le seul dans ce cas, bien que je sois viscéralement attaché au progrès technologique par toutes mes fibres, à avoir cet esprit de chapelle qui m’interdirait la crédibilité scientifique ? Bien que trouvant en des opposants au nucléaire et aux ondes électromagnétiques, méritoires et experts, des vertus abandonnées par l’esprit de lobbying stratégique et militaire ou de dernière génération de communication sans fil, au sujet de ces énergies dangereuses si elle ne sont pas maîtrisées comme en attestent la condition des ceintures de Van Allen pour l’existence de la vie, comme en attestent les dégâts de l’énergie nucléaire. Je les remercie du fond du cœur pour leur vigilance et de leur compétence de tous les instants qui nous ont permis depuis bientôt 30 années d’éviter tant de catastrophes.

                      L’auteur de l’article, Michel Gray, ne nous cache pas son appartenance à un ancien corps militaire, ancien pilote de chasse, métier et compétence d’élite qui imposent le respect et nous permettent de dormir tranquilles quand lui prenait des risques pour protéger la nation. On peut sans mal constater son immense honnêteté intellectuelle et son esprit éclairé qui nous fait ici une démonstration imparable à laquelle j’ai souscris immédiatement, voir plus haut.

                      Mais deux choses me troublent à cet instant de ma réflexion :

                      – il pense aussi comme un ancien militaire qui défend son lobby, celui de la grande muette, celui de l’arme nucléaire qu’il a porté (ou non) sous ses ailes pour notre défense collective aux ordres de cet État régalien si nécessaire. Il défend donc aussi sa chapelle, c’est bien naturel de sa part et on ne peut en un cas l’accuser de le faire. Il croit en son ancien métier et en ses vertus pacifiantes, la dissuasion. Nous ne pouvons que l’approuver et je me rue en permanence à mes fenêtres dès que l’un des ses collègues passe (ou lui-même passa) sur nos villes et campagnes en rase motte, pour admirer la technologie française, pour admirer l’art des pilotes d’exception aux manettes de ces monstres froids, technologiques et sans âme. Peut-on alors, au titre qu’il défend sa chapelle, lui interdire toute crédibilité sur un sujet de sa compétence ? Bien entendu non. Il faudrait éliminer tout débat et toute controverse, toute personne impliquée personnellement sur un sujet, car chacun défend bien entendu la sienne.
                      – le deuxième détail qui m’interpelle dans sa démonstration est son aversion pour la peur, qui serait si mauvaise conseillère. Il a raison, mais pourquoi l’a-t-il alors portée sous ses ailes pendant toute sa carrière ? Pourquoi passa-t-il celle-ci à faire des rase-mottes en rase campagne à 300 mètres au-dessus des villages et des champs si ce n’est pour rappeler la puissance de l’Etat régalien de droit, par la peur et la dissuasion qui s’en nourrit ? N’a-t-il pas eu l’opportunité, lui ou ses collègues, de porter cette peur abominable, poétiquement nommé en d’autres temps Little Boy, et n’a-t-il pas ressenti un frisson de peur ce faisant ou en imaginant sa réaction si un ordre de l’Élysée lui avait été donné de porter la mort et la destruction en si grande quantité ? Il faut avoir des nerfs d’acier pour anticiper cette peur abominable attachée sous son ventre et les conséquences qu’elle suppose. Pourquoi n’a-t-il pas fui celle aussi d’apponter sur des porte-avions, symboles de la peur que doit inspirer une nation moderne pour se faire respecter ?

                      La peur serait-elle mauvaise conseillère ? Même l’officielle.
                      On voit où amène l’escalade de la peur, la guerre froide en est l’exemple parfait. Elle resurgit en permanence comme le serpent de mer de la mythologie. Est-elle systématiquement mauvaise conseillère ? Non, elle nous évite aussi de commettre des bêtises ou des crimes inimaginables, et l’humanité n’en est pas avare.

                      L’arme nucléaire existe donc et symbolise la peur ultime, l’extinction des espèces.
                      Les hommes en sont-ils plus ou moins heureux ?
                      Ont-ils moins peur ?
                      Se sentent-ils plus protégés ?
                      Que peut la dissuasion nucléaire et les pilotes de chasse contre l’action directe des djihadistes ?
                      Essayer de tuer une mouche avec une tonne de TNT reviendrait au même.
                      Les mouches continueraient à pulluler.
                      Pire, les mutations génétiques provoquées par la séquence atomique les rendraient mutagènes et donc plus résistantes. C’est de l’ordre de la symbolique mais c’est prégnant.

                      La guerre. On est toujours en retard d’une guerre et c’est le propre de la France. La France a ses mérites que nul n’ignore et je tombe trop souvent dans le frenchbashing à mon tour pour ne pas m’obliger à reconnaître les siens, en mathématiques par exemple. Merveilleux récipiendaires de la médaille Fields, les derniers sont français. A leur écoute la vie s’éclaire. L’ESA, comme Airbus, me remplissent d’admiration comme la technologie nucléaire française.

                      La peur aussi s’insinue en nous au sujet des ondes électromagnétiques et les études présentes ne l’étanchent pas.

                      Tout le contraire de ce débat dont le sujet est l’obscurantisme. Personne n’a relevé mes liens sur l’obscurantisme ontologique de l’armée, de celui du lobby du nucléaire, pour lequel je milite pourtant sachant tous ses mérites. Ses fautes passées et avérées sont pourtant tellement accablantes.

                      On met pourtant devant les yeux de non voyants dotés d’organes de sensibilité et d’appréhension de leur environnement des preuves, experts cérébralisés dans l’art des œillères scientifiques, des photos et des liens. Mais ils ne voient pas, ne veulent pas voir, ne veulent plus voir, ne veulent plus sentir, ne veulent plus ressentir, ne veulent plus entendre. Sont-ils encore des bios ? Ils militent pour la robotisation ! Que ne leur plaise, elle leur ôtera toute capacité à comprendre le réel par leurs sens. C’est ce qu’ils recherchent de toute évidence de toutes leurs forces. A quoi leur sert-il alors d’avoir été dotés d’organes si leur intelligence n’est plus capable de les utiliser, cerveau tout occupé désormais à ne compulser que les archives de leur pré carré ou cliquer du pouce et l’index sur la souris ou l’écran tactile ? Il fut un temps où les inventeurs et les créateurs marchaient, c’était leur principale source d’inspiration et de conscience au monde…

                      Donc l’émotion devient le seul vecteur pour les faire sortir de leurs gonds et de leur univers clos, car étonnamment c’est la seule manière trouvée pour que leur intelligence sorte de ses rails et devienne un peu plus… humaine, doté d’une âme et d’une conscience et non plus seulement que d’une intelligence rationnelle. La science n’a d’ailleurs toujours pas prouvé l’existence ou non de l’âme, donc celle-ci n’existe pas… On comprend alors pourquoi l’esprit d’une certain musique si enfermée dans ses bunkers physiques, sophistiques et scientifiques n’a jamais réussi à toucher l’âme humaine. C’était couru d’avance. On ne lutte pas à armes égales contre la nature, contre le naturel car quand on le chasse, il revient au galop.

                      L’essentiel est invisible pour les yeux.

                      Et pourtant c’est visible, c’est audible, c’est sensible, cela sent mauvais la pollution. Cela gène l’électricité statique, les ondes. Cela énerve, cela trouble, cela excite, cela désocialise. La sérénité nous abandonne…

                      Restons-en aux photos pour capter l’attention et provoquer l’émotion puisqu’il n’y a plus que ce vecteur de communication possible :

                      https://www.google.fr/search?q=la+pollution+expliqu%C3%A9e+aux+enfants&biw=1280&bih=637&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ei=W_5uVKGNM4jtO-_1gYgB&ved=0CAcQ_AUoAg

                      https://www.google.fr/search?q=la+pollution+de+la+nature&biw=1280&bih=637&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ei=0f5uVKqzJoveOOqcgIAD&ved=0CAgQ_AUoAQ

                      https://www.google.fr/search?q=la+pollution+de+la+mer&biw=1280&bih=637&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ei=8_5uVM3lBYi3OMH4gNAF&ved=0CAYQ_AUoAQ

                      https://www.google.fr/search?q=la+pollution+de+l%27air&biw=1280&bih=637&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ei=E_9uVJXjMongOKeDgNgO&sqi=2&ved=0CAYQ_AUoAQ

                      https://www.google.fr/search?q=la+pollution+de+l%27espace&biw=1280&bih=637&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ei=Nv9uVOaVDoSiPYiagIAP&ved=0CAYQ_AUoAQ

                      https://www.google.fr/search?q=la+Terre+est+une+poubelle&biw=1280&bih=637&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ei=UP9uVImuKcr3PM3qgcAN&ved=0CAcQ_AUoAg

                      https://www.google.fr/search?q=d%C3%A9chets+nucl%C3%A9aires&biw=1280&bih=637&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ei=cv9uVN_bFojiO_P8geAL&sqi=2&ved=0CAYQ_AUoAQ

                      https://www.google.fr/search?q=lignes+%C3%A0+haute+tension+et+sant%C3%A9&biw=1280&bih=637&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ei=jv9uVNUeycY9xoiB4As&sqi=2&ved=0CAcQ_AUoAg

                      https://www.google.fr/search?q=ondes+%C3%A9lectromagn%C3%A9tiques+et+sant%C3%A9&biw=1280&bih=637&tbm=isch&source=lnms&sa=X&ei=rP9uVNSGOMX5PPf8gdgJ&ved=0CAgQ_AUoAw

                      C’était la séquence émotion comme dirait l’autre.

                      Et honnêtement, j’ai beau me raisonner, toutes ces images me font peur, me fichent littéralement la trouille, me font craindre l’avenir des générations futures sur la Terre. Il y a de quoi être épouvanté sans être pour le moins du monde extrémiste. En étant justement raisonnable justement. Serais-je seul, même parmi les scientifiques, à frissonner en voyant tous ces dégâts ? Et mon âme et ma conscience me disent que ce n’est pas bon pour moi, ni pour ma santé, ni pour mes enfants et futurs petits-enfants et la leur, et pour tous les enfants à venir de la Terre et la leur, et enfin pour la Terre elle-même. Qui elle s’en remettra sur des millions d’années…

                      Je ne suis pas le seul à penser ainsi.

                      J’adresserai donc quelques recommandations à l’usage des scientifiques, si peu amène pour donner des leçons permanentes sur ce qu’il faut lire, dire, faire, voir et enfin comment penser. Ils les ont amplement méritées.

                      Première recommandation pour leur bien être mental en commençant les soins afin de ranimer leur âme et conscience : regarder le film Wall-E. C’est une fiction raisonnable dans l’état actuel des sciences et des connaissances, du développement de la pollution sur Terre, de ce qui peut advenir des générations futures. Ensuite d’écouter la musique composée ici par Peter Gabriel, un génie de la musique. Il n’est pas le seul musicien ou génie de la musique à utiliser les dernières technologies, il en a été l’un des premiers donc il les adoube. Il n’est donc pas obscurantiste. S’il a signé la musique de ce film, c’est qu’il en partage les convictions profondes ainsi que les aspirations à une âme et conscience rénovée de la science et des scientifiques, si aveuglés par la puissance et la complexité de leurs machines mais aussi par les conséquences de leurs découvertes. Par ailleurs, si l’on suit le fil de ce chef-d’œuvre de dessin animé pondu par Pixar, grand utilisateur et inventeur de nouvelles technologies, on se demande bien, si l’expérience allait jusqu’au bout, où sont passés les 10 milliards d’individus manquant sur ce vaisseau spatial conçu comme une arche de Noé. En toute probabilité fictionnelle, ils ont succombé à la pollution et aux guerres. Par pertes et profits. Oui les implications de ce film très réaliste font peur, malgré sa poésie prophétique hallucinante.

                      La deuxième recommandation que j’adresse aux scientifiques, à leurs adeptes et disciples trop souvent aveuglés par leurs inventions, est de se mettre au travail pour former de nouvelles générations de scientifiques de haut niveau, de toute urgence, car il y a du pain sur la planche. Car quand on voit ces images de catastrophes écologiques sur la Terre, il y a un gros bordel déjà présent, il y a un gros bordel à venir, donc il y a un gros boulot pour au moins une bonne centaine d’années au minimum pour nettoyer tout ce gros bordel aux quelques générations de scientifiques uniquement formées à la réparation du gros bordel, dont l’origine évidente est la science et ses découvertes scientifiques depuis deux siècles, leur utilisation non raisonnable et extrémiste. Ce n’est donc pas un discours de peur mais bien de raison.

                      Troisième recommandation aux scientifiques et inventeurs : adopter la posture et la mentalité BMW. Cela leur réussit si bien financièrement ! Se mettre à inventer des produits recyclables (chez eux les voitures le sont à 98%) dès leur conception, qui disposerait dès lors d’un label vert collé en sticker (je n’invente rien). Ce serait tout bonus pour notre avenir sur la planète et aussi pour le business. Un nouveau business model bien en cours de formation sous nos yeux, et réaliste en diable… Pas obscurantiste pour un sou puisqu’il ouvre les yeux sur la « réalité concrète constatée sur ces photos » et trouve et cherche des solutions directes à la résolution de ces graves problèmes !

                      Quatrième recommandation : cesser l’obscurantisme pour protéger des intérêts particuliers et cacher des réalités inavouables et dangereuses pour la collectivité à terme : les déchets nucléaires dans l’Atlantique et la Manche entre autres, puis ne plus donner sa caution scientifique à des mensonges, tel « le nuage de Tchernobyl s’est arrêté… »… Où ? Même les scientifiques ne le savent pas.

                      Puis enfin dernière recommandation aux scientifiques, accélérer la conception et la réalisation d’Iter à Cadarache, qui devrait résoudre tous les problèmes d’énergie, même la gestion des déchets les plus toxiques d’après les perspectives entrevues.

                      Alors, à vos torchons et à vos méninges (jeu de mot) !
                      Inventez-nous des choses pour nettoyer toute cette merde !
                      Car le boomerang vous revient en premier lieu dans la figure à juste titre… et aussi dans celle des utilisateurs de vos technologies si polluantes. Le progrès a un prix et il faudra passer à la caisse, un jour ou l’autre. On commence d’ailleurs déjà à le faire. La santé en prend un sérieux coup, avec tous ces poisons répandus partout.

                      J’admire les pilotes de chasse et j’ai lu avec avidité les récits romancés de Saint-Ex, qui se perdit à la guerre en mer face à Marseille, et nous permit de nous envoler sous les étoiles, physiquement et spirituellement. Mais il n’oublia jamais que l’essentiel était invisible pour les yeux, que la science ne suffisait pas à comprendre. Pilote de guerre, Citadelle… tant de chefs-d’œuvre pour édifier la compréhension, même celle des intelligences les plus avancées.

                      Voilà ce que je voulais prouver.
                      Si ce n’est pas assez clair, je n’y peux plus rien.
                      J’abandonne.

                      Ce n’est pas un esprit de chapelle.
                      C’est un esprit de réalisme.
                      Que la science a abandonné.

                    • Où l’on constate que l’obscurantisme est surtout une question de croyance. En la science comme étape définitive ou dans une religion comme illusion de la totalité :

                      http://www.lepoint.fr/editos-du-point/anne-jeanblanc/le-pouvoir-de-la-meditation-sur-les-blessures-du-corps-29-11-2014-1885529_57.php

                    • Et puis il y a des références autrement incontournables que celles de cet article et des commentaires associés qui se méfient de la science à juste titre et nous rappellent sans cesse le « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » :

                      http://www.lepoint.fr/sciences-nature/l-intelligence-artificielle-la-fin-de-la-race-humaine-03-12-2014-1886415_1924.php

                      Et c’est à cette aulne qu’on voit que certains scientifiques ne sont que des Docteurs Folamour en herbe en arguant que la science et son raisonnement, ses élites, sont supérieurs à toute autre considération. Obscurantisme vous avez dit ? Quel dommage que la philosophie ne soit plus enseignée dans les études supérieures scientifiques quand on voit les dégâts de cette science tout autour de nous ! Bien dommage en effet. Une fabrique à obscurantistes, de toute évidence ! Des fous à lier.

                      Et n’allez pas me dire que Stephen Hawking n’est pas une référence.

            • Réduisez le thé et le café, coca-cola et autres.

        • « Vous connaissez l’hyper éléctrosensibilité ? »

          Ces gens soit-disant sensibles aux ondes téléphoniques mais incapables de déterminer si un téléphone est allumé ou éteint ?
          L’électrosensibilité existe oui, c’est une maladie mentale.

          • Hyper électrosensibilité = psychiatrie ouverte.

            • le problème est qu’on qualifie un truc qui peut exister du fait de l’usage de bidules électroniques…à une sensibilité aux ondes électromagnétique…
              l’usage d’un téléphone, d’une tablette,s d’ un écran ne se résume pas à l’exposition aux ondes électromagnétiques…

              Il faudrait l’appeler d’abord syndrome d’intolérance aux bidules électroniques…et non électrosensibilité…

              le simple fait que des gens aient choisi ce terme avant d’avoir trouvé la cause met en évidence le préjugé …

              • citation : »Il faudrait l’appeler d’abord syndrome d’intolérance aux bidules électroniques…et non électrosensibilité… »

                bien vu ! et c’est ce qu’à fait l’OMS.
                A la place du terme électrosensibilité, l’OMS a proposé le terme d’ IIE pour intolérance idiopathique environnementale. Un terme qui regroupe plusieurs hypersensibilités présentant des symptômes similaires sans qu’aucune relation causale avec l’agent incriminé soit établi.

                • on ne va quand même pas commencer à être rationnel et objectif!

                  Ces gens là ne voient pas qu’ils entravent la marche de la science et que ce sont eux qui ont des préjugés…
                  il y aura il un problème sanitaire..on fera quoi? On évaluera l’impact sanitaire_réel_, et on avisera…considérant les avantages et les inconvénients…

            • Dans votre lien :  » Le sujet n’avait aucune perception consciente du champ à en juger par son incapacité à signaler sa présence »

              L’électrosensibilité est une maladie mentale.

              • Vous ne savez pas lire, cette phrase veut dire que le sujet ne savait pas s’il y avait un CEM ou pas. Il n’était donc pas influencé psychologiquement.

                • Vous êtes de mauvaise foi.
                  Un électrosensible qui ne PEUT PAS dire si le CEM est actif ou non n’est PAS SENSIBLE aux CEM.

                  En revanche, le sujet avait des symptômes lors des changements d’état (on vers off ou off vers on).
                  Lorsque le sujet SAIT qu’il y a manipulation du CEM, il a des symptômes, lorsqu’il ne sait pas si le CEM est actif ou non, il n’a pas de symptômes. L’électrosensibilité est une maladie mentale, un effet nocébo. Pas une conséquence des CEM, mais une conséquence de la peur des CEM.

    • une seconde, vous êtes bien certain que les effets de ces ondes sur la santé humaine ont été démontrés ?

      Il me semble par exemple qu’un des rares trucs discernables ( cancer du cerveau) pourrait être attribué à un réchauffement local et prolongé…effet de la chaleur quoi…bon ,la « dangerosité » de la chaleur a elle été démontrée depuis belle lurette…

      l’obscurantisme repose sur la peur….

      L’obscurantisme c’est de s’en tenir a une observation du genre tel « truc » est démontré « cancerogène » dans des condition expérimentales particulières et d’en tirer la conclusion que les effets sur la santé humaine seront certains. C’est ce qui est fait TOUTES les semaines dans les médias.
      Cela relève même de la stratégie de désinformation.

      Il s’agit d’un lutte idéologique contre certaines substances considérées comme diaboliques… avec de tels critères d’alerte la moitié des substances chimiques usuelles seraient sans doute « dangereuses »…mais on préfère s’ne tenir à une demi démonstration soit à pas de démonstration du tout, car la conviction est faite avant …

      • Merci Jacques pour ces réflexions, si je peux me permettre d’argumenter là dessus.
        Citation : « une seconde, vous êtes bien certain que les effets de ces ondes sur la santé humaine ont été démontrés ? Il me semble par exemple qu’un des rares trucs discernables ( cancer du cerveau) pourrait être attribué à » (…)

        « Discernable » ? Même pas !
        -1er temps : tout commence avec l’étude Interphone du CIRC de Lyon publiée laborieusement en 2010 après six ans de retard sur le programme pour cause de protocoles approximatifs et confus. Il s’agissait d’établir une seule conclusion à partir d’études disparates provenant de plusieurs pays. Sa conclusion est rassurante, mais dans son annexe, Interphone précise qu’une étude suédoise a « constaté » une augmentation de glomes (cancer du cerveau) pour les « gros utilisateurs de portable » à long terme, Interphone précise que : « des biais et erreurs empêchent une interprétation causale » (il s’agit d’une étude épidémiologique basé sur des questionnaires jugés non fiables (1) .
        A noter aussi qu’En 2013 le rapport Anses documente ces études suédoises et les qualifie de « faible qualité méthodologique », rapport Anses 2013 pages 233, 239, 438. (2)

        -2ème temps : un an plus tard en mai 2011 le même CIRC réunit un groupe de travail à Lyon. Par précaution et « parce que les enfants utilisent le portable » dixit Jonathan Samet, le directeur du groupe d’étude, et aussi pour continuer les recherches et justifier de nouveaux financements (Interphone avait déjà couté la bagatelle de 20 millions de dollars pour une conclusion bancale) il a été décidé de classer les radiofréquences « peut-être cancérogène » (3) dans une catégorie (2B) où le danger n’est pas démontré, on y trouve le café, les légumes au vinaigre etc. A noter que l’institut Gustave Roussy la plus grande autorité Européenne en matière de cancer classe les champs électromagnétiques au chapitre « expositions soupçonnées » (4)

        -3ème temps, depuis 2011 les associations militantes font des gorges chaudes de ce classement en le présentant quasi systématiquement comme un fait avéré. Peu leur chaut que ce soit hypothétique. L’OMS dont dépend le CIRC, n’a pourtant absolument rien modifié de ses conclusions générales sur les ondes (5) mais rien n y fait !

        citation : « L’obscurantisme c’est de s’en tenir a une observation du genre tel « truc » est démontré « cancerogène » dans des condition expérimentales particulières »

        et fort justement, « démontré », pour les ondes ça ne l’est pas !

        SOURCES :

        1) « l’Etude Interphone friture sur toute la ligne »
        http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1164
        http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1857

        2) Rapport Anses octobre 2013, est la suite du rapport Afsset qu’il complète sans le remplacer
        https://www.anses.fr/sites/default/files/documents/AP2011sa0150Ra.pdf
        Rapport Afsset octobre 2009
        https://www.anses.fr/sites/default/files/documents/AP2007et0007Ra.pdf

        3) CIRC communiqué 208
        http://www.iarc.fr/fr/media-centre/pr/2011/pdfs/pr208_F.pdf

        4)Gustave Roussy Epidémiologie des cancers (ondes voir page 71)
        http://www.gustaveroussy.fr/doc/cancer/pdf/prevention/epi_oct2013.pdf

        PS : au passage voir absolument le tableau des « expositions avérées » page 38

        5) Aides mémoires OMS
        OMS 304 : stations de base et technologie sans fil
        http://www.who.int/peh-emf/publications/facts/fs304/fr/
        OMS 296 : hypersensibilité électromagnétique
        http://www.who.int/peh-emf/publications/facts/fs296/fr/
        OMS 193 : téléphone portable
        http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs193/fr/
        OMS 322 : Exposition aux champs de fréquence extrêmement basse
        http://www.who.int/peh-emf/publications/facts/fs322/fr/
        OMS : Que sont les Champs Electromagnétiques ?
        http://www.who.int/peh-emf/about/WhatisEMF/fr/

        Merci à Michel gay, et pardon pour la longueur de ce message

  • En constatant la succession de croyances dans ce monde, aussi loin que la connaissance que nous en avons, j’ai toujours été un peu stupéfait. Cela concerne autant la science que les religions ou l’animisme, la santé ou la société. Il suffit de regarder 50 ans en arrière pour se dire : « mais qu’est-ce qu’ils étaient cons » !

    Cependant, je me disais en parallèle : est-il possible que l’on soit moins con aujourd’hui et que nos théories ou nos points de vue ne deviennent pas risibles dans 50 ans. La question qui se posait alors à moi était : dans tout ce que nous considérons comme certain, qu’est-ce qui est du grand n’importe quoi ?

    J’ai commencé à avoir des doutes croissants avec les pluies acides, la couche d’ozone, les OGM … Maintenant, grâce au GIEC je sais : tout ce qui fait le buzz mais n’a pas de répercutions visibles et mesurables autrement que par détournement des causes ou dans des statistiques bidons et des prêches de fanatiques est le grand n’importe quoi ne notre époque. Il était simplement sous mon nez mais je ne le voyais pas. Et ça fait un sacré paquet ! L’écologie à la mode Khmer vert n’en est que la partie la plus visible.

    C’est dur d’admettre et de constater que l’on vit dans un monde où la plus grande partie des certitudes universellement répandus sont du pipeau, même quand l’histoire nous a préparé à ce constat.

  • C’est de la folie, on va bientôt faire voter pour savoir si un vaccin est obligatoire ou pas ou s’il faut continuer ou pas la recherche sur tel ou tel sujet.
    La « voix » de la population ne représente que le résultat du bourrage de crâne journalistique. C’est une intoxication des pensées pires que les religions!
    La liberté de penser n’existe presque plus, on nous dicte ce que l’on doit penser et ceux qui nous « télécommande » sont des pseudo-scientifiques évidemment incompétents, mais parfaitement compétent en manipulation d’opinion.

  • On parle des conflits d’intérêts chez les bouffons vaccinalistes?

  • Le vrai problème est que 90% de la population française n’a pas les moyens intellectuels pour comprendre les sujets scientifiques abordés.Cela n’empêche pas certains de s’exprimer. C’est d’autant plus facile que les progrès technologiques ont mis à la portée du quidam internet, le téléphone portable, etc. Aujourd’hui tout le monde estime avoir droit à la parole, même sur des sujets non maitrisés.

    • Et 99 % des vaccinalistes n’ont pas ou se privent de la capacité intellectuel d’un gamin de 10 ans.

      Et je ne parle pas des profs de statistiques qui n’ont pas le niveau pour y comprendre quoi ce soit.

  • En tant qu’informaticien je ne puis qu’être d’accord sur le fond de l’article. Vous n’imaginez pas le nombre de rituels magiques que font les utilisateurs de ces machines. « L’ordinateur ne va pas aimer ci ou ça »

    Il est clair que la société dans son ensemble rejeté de plus en plus les raisons scientifico-techniques pour se rabattre sur l’animisme.

    • L’évolution rapide de la société et de la technologie pose de gros problèmes : fossé entre les générations, peur du futur, mais aussi réelles difficultés pour s’adapter et pour anticiper. Cependant, on n’y peut rien et se replier sur soi est un suicide.

      Il ne faudrait plus se contenter de s’adapter et d’anticiper, mais s’adapter à l’anticipation, anticiper l’adaptabilité … La procrastination n’a plus de sens – soit on fait tout de suite parce que c’est faisable, soit on oublie. Ce n’est évidemment pas aussi sensible dans tous les domaines, mais les projections à 30 ans me semblent particulièrement dénuées de sens aujourd’hui alors qu’elles pouvaient avoir un sens il y a 50 ans. La planification centralisée est plus que jamais un non-sens. Et il faut se méfier du raccourcissement des cycles et de leurs déphasages car l’accélération n’est pas uniforme.

      On ne peut plus non plus réfléchir et agir comme si on était le centre du monde ou comme si le nombre d’acteurs était limité ou même connu. Les faiseurs d’opinions ne peuvent plus imposer leur vérité à la planète entière, et un petit village d’irréductibles peut tirer parti des erreurs de ces présomptueux pour acquérir une position dominante sans que personne n’ait rien vu venir.

    • L’animisme n’est pas inutile pour l’avenir, comme toute parcelle de philosophie ancestrale qui avait une part de vérité. Certes la vision du monde de cette pratique ancienne est dépassée, mais pas autant qu’on pourrait le croire pour protéger à l’avenir notre planète, car il y a vit en celle-ci une pratique de respect de notre environnement vital qui était magique et majuscule, qu’on a totalement oubliée aujourd’hui, nous croyant dieux sur Terre avec nos machines sans consciences qui nous envoient directement vers un esclavagisme majuscule, dans une humanité cauchemardesque totalement dominée pas elles.

      Au fond, je crois qu’il y a autant d’obscurantisme aujourd’hui dans l’aveuglement des technophiles et des informaticiens pour nous proposer un modèle de société totalement robotisé que dans les pratiques antédiluviennes où l’on ouvrait le ventre d’un animal pour voir l’avenir.

      Cela s’appelle en dynamique le retour de boomerang. L’auteur de l’article ne croyait pas si bien dire mais ne pensait sûrement pas à ce retournement de l’histoire, à ce ‘ »science sans conscience n’est que ruine de l’âme » qui nous amène directement à la ruine de l’humanité, aux origines. Dans les arts, on a vu la métaphore prospérer depuis un siècle par un nihilisme constant qui nous voyait sans cesse retourner au chaos. Dans l’énergie nucléaire, dans la robotique, dans les sciences du vivant avec les manipulations génétiques, virales et bactériennes, on se dirige vers la même folie incontrôlable de Docteurs Folamour en puissance.

      • « il y a autant d’obscurantisme aujourd’hui dans l’aveuglement des technophiles et des informaticiens pour nous proposer un modèle de société »

        D’abord il y a ambiguïté : parlez vous de technocrates, de geeks, d’entrepreneurs ou de chercheurs ? (Pour moi 2 sur 4 brassent du vent, et les autres ne verront aboutir leurs idées que si elles apportent quelque chose d’utile)

        D’autre part chacun a ses limites dans ce qu’il est prêt à accepter « de son vivant » comme évolution de la société. Mais le monde futur appartient aux générations futures. Ca me laisse toujours dubitatif quand on parle au nom des générations futures comme les Khmer verts alors qu’on a déjà du mal à comprendre ses enfants ou le monde actuel.

        • Vous avez raison, mais comme le montent les romans d’anticipation, la folie est répartie universellement, il y a des fous chez des scientifiques et le système qui les accompagne et des scientifiques qui sont décrétés comme fous (ainsi que le système socio-professionnel qui les accompagne) parce qu’ils sont en avance sur leur temps qui ne les comprend pas pour des raisons objectives ou subjectives (irrationalité, retards structurels ou croyances) et les ostracice.

          Qui peut savoir aujourd’hui qui a raison ?

          Quand on regarde l’écologie, on voit que certains écologistes sont évidemment des cinglés et adeptes d’une secte religieuse, extrémiste. Pourtant la conscience écologique est un fait majeur de notre époque et nécessaire pour ne pas détruire notre biotope nourricier. Où mettre le curseur ente la folie de certains et l’aspect rationnel des choses pour sauvegarder notre biotope nourricier ?

          Regardez par exemple les progrès effectués sur le traitement sélectif des déchets depuis 1970. C’est extraordinaire comme avancée de l’humanité, c’est un réel progrès historique, sans précédent compte tenu du nombre d’humains sur la terre qui aura quasiment quadruplé entre 1920 et 2020. Pour ceux qui sont nés au début des années 60 comme moi et qui ont connu les décharges ouvertes partout, à ciel ouvert en montagne comme au bord de la mer, à chaque arrêt pipi sur la route des vacances, la vie a changé à ce niveau d’une manière extraordinairement positive.

          On peut raisonnablement objecter que les théories du GIEC sont infondées (d’après ce que je lis, à charge, mais je ne suis pas scientifique non plus mais très intéressé par le sujet depuis toujours ayant fait des études scientifiques jusqu’au Bac et après par curiosité comme domaine d’intérêt) car ne voulant pas tenir compte d’une contradiction rationnelle étayée par des observations scientifiques et ne pas être contre l’écologie.

          Là est la difficulté de notre époque contemporaine très médiatique. Être capable de ne pas remettre en cause des mouvements de fond sociétaux nécessaires à la survie de l’humanité tout en remettant en question ceux qui sont censés les défendre en apparence, parce qu’ils ont un esprit sectaire qui désire opposer un moratoire à tout progrès humain.

      • « L’animisme n’est pas inutile pour l’avenir, comme toute parcelle de philosophie ancestrale qui avait une part de vérité. »

        C’est chouette, l’animisme ! Quand il y aura des robots partout, les crédules pourront sans effort leur attribuer une âme, d’autant plus facilement qu’on leur aura donné un aspect humain. Les législateurs produiront des lois pour sanctionner les souffrances faites à ces êtres vivants doués de sensibilité, avant de passer au mariage pour tout, unissant les nouveaux dieux robotiques et les misérables humains.

        Pas de doute, sur le marché des veaux d’or de l’animisme triomphant, les programmeurs de demain vont bien se marrer.

        • Votre question pose un problème essentiel qui n’a pas encore été encore abordé et qui viendra sur le tapis assez rapidement, beaucoup plus rapidement que prévu. Déjà les drones posent de sérieux problèmes de vie en collectivité, d’espace vital, d’espace privé et public… Quand les robots seront présents partout autour de nous, la jurisprudence et la loi devront évoluer. A terme, qui sera prioritaire entre l’humain et le robot, sachant que le robot, propriétaire du riche, pourra être considéré supérieur à la race des « esclaves », ceux qui ne sont pas propriétaires de robots et ne désirant pas l’être, qui s’opposeront physiquement ou par la destruction aux robots.

          Nous ne sommes pas à un paradoxe près avec cette révolution. Il y aura évidemment un schisme d’ordre religieux entre les pour et les contre, entre les tenants d’une révolution robotique et du droit afférent et les tenants d’une « réaction traditionaliste  » qui voudra considérer toujours les humains comme supérieurs aux machines, au nom du « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

          Le débat ne fait que commencer.

        • Et puis on a oublié un détail dans cette prospective tout-robotique. Admettons que chaque humain ait un, deux ou trois robots à sa disposition. Que ce soit au niveau des matières premières comme de l’énergie disponible ici bas, il va y avoir très rapidement un problème central de ressources disponibles. A moins de robotiser aussi les extractions minérales et énergétiques par l’activité humaine extraterrestre, je ne vois pas très bien comment on va s’en sortir ?

          • « A moins de robotiser aussi les extractions minérales et énergétiques »

            Vous avez vous même répondu à la question (ou du moins vous avez une réponse à priori valable alors que le problème ne se pose pas encore)

            « je ne vois pas très bien comment on va s’en sortir ? »

            C’est pas grave, car ce n’est ni vous ni moi qui auront a rechercher des solutions à ce problème particulier.

            Ce qui m’inquiéterais plutôt, c’est que 10 milliards d’individus prospères sont aptes à faire évoluer le monde à toute vitesse dans toutes les directions. Alors que ces 10 milliards d’individus sont incapables d’examiner tous les problèmes pour en discuter ensemble. (100 individus peuvent discuter des problèmes de ces mêmes 100 individus, mais pas 10 milliards !)

            Y-a-t’il donc un avenir pour la démocratie parlementaire, pour notre organisation sociale ? Imaginez quand les sensibilités ou programmes politiques « officiels » seront dépassés et à la traîne par rapport à ce qui se dit sur les réseaux sociaux, et que ces même réseaux sociaux de 10 milliards d’oisifs tchatchant dans tous les sens seront incapables de faire émerger un centre d’intérêt et de discussion commun pendant plus longtemps que quelques minutes.

            Le danger de la surpopulation n’est-il pas la : l’impossibilité de gérer le monde parce que le nombre des interactions augmente avec le carré du nombre de participants (plutôt que les ressources dont le besoin augmente de façon linéaire et devra être solutionné par les progrès de la technologie et de l’agronomie).

            Vous avez parlé de roman d’anticipation : lisez Iain M Banks ! Je crois qu’il a raison : le monde futur ne pourra être géré que par des Super Cerveaux robotiques pendant que l’humanité jouera au golf ou autre chose.

            • « Ce n’est ni vous ni moi qui auront à chercher les solutions… » mais on a commencé à réfléchir à l’hélicoptère au XVIè siècle. Le cerveau qui a émis cette idée en observant les graines d’érable et de platane tomber s’appelait Leonardo da Vinci… Jules Verne a réfléchi à la fusée et aux villes de l’an de 2000 avant 1900…

              En sociologie on dit que dans une réunion de 2 personnes, le consensus est possible et quasi certain ; à trois, il est impossible, les clans se forment pour tuer l’aspect minoritaire et son représentant. Un consensus à 100, à 10 milliards ? Non, le pouvoir de la majorité est le seul vecteur de démocratie. Imparfait de toute évidence car ne tenant pas compte ou peu de la totale représentativité des opinions.

              Vous proposez le pouvoir des oligarques éclairés, si je ne m’abuse !
              Pourquoi pas ne pas supprimer le droit de vote… Qui ne sert à rien, je suppose !

              Le nombre des interactions impossibles à gérer commence à partir de trois individus. Lesquels comptez vous garder (frères, sœurs, père, mère, enfants, cousins, relations, amis..) avant d’enfermer, voire rendre irresponsables ou inférieurs (ou plus) les autres ?

              Votre dernière phrase me fait évidemment penser à Terminator 1,2,3,4.
              On connait la suite. Désolé, je préfère écouter dans ce cas là les Cassandres. Ils me paraissent à toute époque plus objectifs et nettement plus réalistes. En tout cas plus détachés de la matière qu’ils étudient, moins le nez dans le guidon.

      • « L’animisme n’est pas inutile pour l’avenir, comme toute parcelle de philosophie ancestrale qui avait une part de vérité. »

        Tout bien réfléchi et sans connaissance de cause, j’opte avec enthousiasme pour le pastafarisme ! dont la divinité est le Monstre en Spaghettis volant, un dieu créateur surnaturel dont l’apparence serait celle d’un plat de spaghettis et de boulettes de viande ! MIAM MIAM ! au moins on peut le bouffer lui et donc en plus écologique.

        • Pastafarisme aussi. C’est les fontaines de bière et les strip-teaseuses au paradis qui m’ont convaincu.

          • ça c’est si vous êtes zenti… parsk si vous êtes méssant, dans l’enfer pastafarien la bier est éventrée et les stripteaseuses ont des infeksions sexuellement trans-missiles.

            eskuzez moa, zé trô manzé de spaghettis !

            • Ah ! Je vais bientôt baptiser ma fille! Elle rejoindra la communauté gaie du Pastafarisme!

              Que sa sainte nouille vous bénisse ! Mangez en paix !

    • Qui pousse les utilisateurs à faire des choses débiles?

      Qui répète qu’il faut changer souvent de mots de passe?

      Qui parle de « complexité » des mots de passe, ce qui est du charabia?

      Qui a fait croire qu’un pare-feu était indispensable pour la sécurité informatique?

      • Vous êtes peut-être un peu dépassé par l’informatique. Mais rassurez vous, les informaticiens aussi. Les uns font semblant, les autres ne s’en rendent même pas compte.

  • Les 4 premières lettres sont en trop pour Anticrétins

  • J’apprécie les articles de Michel Gay, certes tranchés, mais limpides et ne sombrant pas dans l’attitude « mouton de panurge » des modes de l’époque. Dans les années 20 ou le radium constituait une cure de santé préconisée par des médecins mercantiles et autres charlatans Il aurait démonté la bêtise des « bobos » de l’époque. Il se serait rangé du côté de la science c’est-à-dire de Marie Curie préconisant de se calmer; les effets bénéfiques des radiations n’étant pas démontrés. Nous avons besoins de gens comme lui qui remettent les points sur les « i » face aux dérives.

    Dans son article il joue au « lanceur d’alertes » pour reprendre la phraséologie codifiée du système médiatique. Dérives de l’information que certains osent appeler « liberté d’expression » pour leur plus grand profit et que la BBC veut réduire en accordant davantage de place aux véritables chercheurs qui publient, exposent leurs travaux, selon une procédure scientifique rigoureuse, devant un collège de pairs.

    CONFIANCE DES POPULATIONS DANS LA SCIENCE, LE SAVOIR

    Il ne s’agit pas de sombrer dans une inquiétude disproportionnée comme pourrait le laisser penser cet article. Le savoir, les diplômes officiels le validant, « le sachant » jouissent toujours d’une « aura » dans le public à un point tel que même les usurpateurs s’y réfèrent.
    Faux diplômes, faux titres, fausses plaques pullulent dans le monde et de plus en plus en France. Ainsi le débat sur « l’usurpation » de diplômes d’un dirigeant de parti politique comme celle d’un ministre…publié récemment dans Mediapart. Mais au-delà de ce monde politique dont les populations accordent de moins en moins de crédit il n’en demeure pas moins que le monde scientifique jouit toujours d’une grande confiance dans les populations (92 % selon le sondage IPSOS pour le Forum 2011 « Science, recherche & société », organisé par Le Monde et La Recherche).

    LYSSENKISME, CARRIÉRISME, CORRUPTION, CONFLIT D’ INTÉRÊT…
    Or le monde de la science est préoccupé par des manquements à l’éthique de certains chercheurs. Ainsi l’article de Lucienne Letellier dans « Le journal du CNRS » du 12/09/2014 intitulé : « Osons parler de la fraude scientifique » (ref. https://lejournal.cnrs.fr/billets/osons-parler-de-la-fraude-scientifique ).

    Que dit-elle ?
    « …Qui n’a pas un exemple à citer d’auteurs abusivement ajoutés dans des publications, de données publiées peu fiables ou « arrangées », de plagiat, d’appropriation illicite de données, de pressions exercées sur des jeunes chercheurs censées « booster » leur carrière, de collaborations qui tournent mal ? … »
    Elle poursuit :
    « …reconnaître que, dans un monde où la compétition tend à prendre la place sur le savoir, les dérives deviennent inévitables. Les institutions doivent le reconnaître et y faire face… »

    Michèle Leduc dans la même revue écrit quelques jours plus tard (le 30/10/2014) son souci de l’indispensable éthique dans la recherche. (ref. https://lejournal.cnrs.fr/billets/de-limportance-de-lintegrite-en-recherche ).Elle écrit :
    « … Les chercheurs sont régulièrement consultés par leur gouvernement pour donner un avis sur des questions très diverses qui impliquent des choix politiques… Des alternatives à l’expertise sont souvent proposées, sans trop de fondement scientifique, par des associations militantes pour ou contre certaines technologies. Dans un tel contexte foisonnant et souvent contradictoire, la parole des experts doit être reconnue comme intègre… »
    Elle poursuit :
    « … La vigilance s’impose aussi face aux risques de corruption, fraude et conflits d’intérêts liés aux financements fréquents de la recherche médicale par les laboratoires pharmaceutiques… D’autres domaines que ceux de la santé offrent aussi des risques humains considérables en cas de fraude : ainsi des résultats falsifiés en psychologie de l’enfance ont pu entraîner des erreurs prolongées et dommageables dans les politiques éducatives de pays entiers. Il en va de même dans le domaine économique … ».

    Elle termine :
    « … Les théories se valident à travers des expériences qui doivent pouvoir être reproductibles d’un laboratoire à l’autre et d’une période à l’autre … Toutefois, l’intégrité de la recherche, au moment où ces connaissances sont élaborées et validées, repose sur le fait que les méthodes existantes aient été utilisées sans falsification par désir de trop prouver, sans relâchement dans l’exigence de rigueur lié à des pressions sur les acteurs de la recherche, sans biais résultant de l’idéologie, d’impératifs économiques ou politiques. L’intégrité scientifique rejoint alors l’intégrité morale… »

    Le souci du monde de la recherche dans l’environnement actuel mondialisé lancé dans la compétitivité a incité le comité d’éthique CNRS à publier en juillet 2014 un guide intitulé : « Promouvoir une recherche intègre et responsable » (cf. http://www.cnrs.fr/comets/IMG/pdf/guide_promouvoir_une_recherche_inte_gre_et_responsable_8septembre2014.pdf ).

    EN CONCLUSION
    Qu’il soit bien précisé que des méthodes de soins sans fondement ni explication scientifique, du psychanalyste au coupeur de feux, tous deux restés au stade de l’expérience clinique et dont l’occurrence de succès varie d’un sujet à un autre constitue un fait, un phénomène ! Soigner psychiquement un individu avec ses propres mots ou physiquement par les paroles d’une prière… n’est-ce pas stupéfiant?
    Loin de moi de vouloir comparer le travail considérable impliquant autant le psy que son sujet, les tentatives de théorisation de cette profession, avec les recettes formalisées sur un morceau de papier des rebouteux du coupe-feu. Il n’en demeure pas moins que ces méthodes empiriques ont des résultats ! Que les religions, grandes sectes, extrémistes sectaires en aient peur cela se comprend ! La concurrence de ces « sorciers » accomplissant des petits miracles « confessant » sans jugement et sans tabou des patients ou récitant des « prières particulières » leur est inacceptable pour diverses raisons dont celle de réduire le champ de leur emprise. Pour le scientifique ces pratiques, ces phénomènes utilisant les mots pour soigner sont, au contraire, des champs de curiosité et d’investigation possibles.
    Le souci des scientifiques comme le montrent les extraits plus haut c’est de ne pas à perdre de leur crédibilité suite aux divers événements gravissimes de ces dernières années. Scandales politico pharmaceutiques ou des accidents nucléaires japonais tous dus davantage aux comportements tels la priorité financière prenant le pas sur les règles et le bien public de la part des gestionnaires. La science n’y est pour rien ; la chimie et le nucléaire ne sont pas dangereux par eux-mêmes ; c’est la façon de les utiliser qui l’est !
    Le souci du monde scientifique se résume à fournir à l’espace public des éléments solides non entachés de pressions financières ou idéologiques.
    Les rebouteux en tous genres (efficaces ou non) s’infiltrant dans les services de santé, n’y trouvent pas seulement un marché juteux de la souffrance, mais aussi une caution « scientifique » importante aux yeux du patient preuve que le savoir scientifique jouit toujours d’une aura. Eux-mêmes, les détracteurs des pratiques scientifiques validées usent de scientifiques (acquis à leur cause ou non), de rapports (officiels ou non), de publications, d’études etc. Au 21ème siècle ils invoquent plus rarement une illumination divine ou les écrits saints …

    • J’ai particulièrement apprécié votre intervention, sauf une phrase qui m’a sauté au visage tellement je l’ai trouvée excessive : « Le nucléaire et la chimie ne sont pas dangereux par eux-mêmes, c’est la façon de les utiliser qui l’est ! »

      Votre phrase comporte de telles contradictions qu’elle en est suspecte. La vrai formulation devrait être : « le nucléaire et les manipulations chimiques sont dangereuses par essence à partir du moment où on les utilise ». Mon père était pharmacien biologiste possesseur de son laboratoire d’analyse médicales et mon grand-père pharmacien-chirurgien, ils manipulaient toutes sortes de choses, étaient d’une méticulosité inouïe avec tout ce qu’ils manipulaient, des mélanges et des bocaux propres à faire sauter tout un quartier…

      Je ne les ai jamais entendus dire que la chimie n’était pas dangereuse. C’était plutôt l’inverse ! Ils s’en méfiaient comme d’une science capable du meilleur mais aussi du pire. Mon père et moi sommes pro-nucléaire, communiant sur les bienfaits d’une telle énergie quasi gratuite, mais jamais je ne l’ai entendu dire, lui le spécialiste de ces choses, que le nucléaire n’était pas dangereux. Même pas à l’Andra, dont j’ai côtoyé des personnels dans mes relations de travail à l’époque des recherches sur le laboratoire souterrain de Bure (-1000 mètres, pour un chose pas dangereuse, c’est beaucoup !), ce genre de phrase aurait parue très suspecte.

      En pharmacie les interactions médicamenteuses apparaissent à partir d’un mélange de deux principes actifs. Et pourtant en apparence elles paraissent inoffensives, ne font pas d’explosion… Parlons du meilleur dissolvant présent sur la terre : l’eau. Si vous restez dans votre bain ou dans l’eau de mer deux à trois jours, votre peau commencera à souffrir, à se flétrir. Et pourtant l’eau est la plus insignifiante des formes chimiques, en apparence, nous en sommes composés à 70%, formule proche du liquide phi et de l’eau de mer.

      Le nucléaire est une technique très dangereuse qui deviendrait catastrophique si nos pays n’avaient plus les moyens d’entretenir ces installations très coûteuses. La Cogema ne vend qu’à des pays ayant atteint un seuil de développement technologique minimum (très élevé, 10 pays dans le monde), c’est dire si elle ne fait aucune confiance au tiers monde… pour gérer cette technique très dangereuse ! Un pays sous-développé ne pourrait pas se soumettre aux procédures de sécurité imposées par l’AIEA, sise à Vienne, Autriche.

      C’est en cela qu’il est une des technologies les plus compliquées au monde, mais qui a tout pour devenir l’énergie de demain. Les écologistes et la Criirad, sous des dehors religieux, n’ont pas tout à fait tord (complètement raison) de mettre en permanence la pression aux lobbies du nucléaire. J’ai un terrain à Beaumont-Hague. La centrale est à 1,5 km. Dans la baie d’Ecalgrin, des plongeurs de la Criirad et de Greenpeace ont fait des mesures au bout du tuyau d’évacuations des rejets d’eau chaude de la centrale. C’était infâme comme résultat, et pourtant la centrale est une des plus sécurisées au monde, techniquement parlant… la dilution se faisait dans mer. La chance de cette centrale : être à un des plus forts coefficients de marée au monde (-10m) avec des courants de 10kts au plus fort du jusant et du flot.

      Nous n’avons malheureusement pas assez de recul pour savoir comment seront les produits de la mer dans deux à trois générations, dans cent ans. rie que pour démanteler La Hague, c’est 50 années de travaux… Une technique pas dangereuse ? Parler de religion dans ces cas là est de l’obscurantisme le plus basique, tout crin tout dur, bien propre sur lui. Le nucléaire est une technique infiniment dangereuse, à la base. C’est la raison pour laquelle sa gestion coûte des fortunes. Regarder actuellement les problèmes des centrales de 3ème génération à Flamanville et en Suède !

      Le nucléaire n’est pas dangereux…

      • Remarque intéressante sur mon propos provocateur! Je pensais recevoir les foudres de quelques adeptes à la mode du « tout nature » ou d’antinucléaire convaincu…
        Votre propos sur la manipulation méticuleuse de vos parents pharmaciens comme vos remarques sur le coût élevé de la sûreté du nucléaire conforte mon propos de la nécessité de gens compétents, professionnels à l’esprit non pollué par des pressions irresponsables. On disait, de mon temps, « capable » et « consciencieux ». Le système maîtrisé: danger identifié et risque calculé c’est ensuite à l’homme d’être vigilant. Ses manquements, incompétences, objectifs pervers comme le démontrent les rapports de Bhopal ou de Fukushima ont en effet des conséquences graves pour ses semblables…

        Pour résumer : danger connu, le risque dépend alors du comportement.
        Conduire une centrale nucléaire ou conduire une voiture quelle est la différence ? Je ne sombrerais pas dans l’angélisme du zéro risque…mais n’y a-t-il pas disproportions entre la place accordée aux catastrophes du nucléaire et celles de l’industrie du tabac, des accidents domestiques, de l‘amiante …? Une revue publiait récemment une étude (à vérifier sa validité) que, outre les traitements en radiothérapie (cancers), l’électricité produite en lieu et place du nucléaire, à partir de centrales au le fioul ou au charbon, auraient générée beaucoup plus de morts et de maladies…

        Je voulais aussi souligner que la nature c’est de la chimie, la nature c’est aussi de l’irradiation, des ondes (en référence à un autre commentaire de ce forum). Seule la puissance (bénéfique ou nuisible) des effets fait que le travail de la chimie, comme du nucléaire et d’autres activités humaines industrieuses, ne peuvent être mises entre toutes les mains. Même la très sympathique herboristerie n’est pas sans dangers. Pour plagier Paracelse, un alchimiste de la Renaissance; je dirais que « …tout est poison, rien n’est poison c’est la dose qui fait le poison… ».

        Pour le nucléaire de la Hague; est-ce de la température de l’eau rejetée ou de la radio activité que vous parlez?

        Pour en revenir aux pays sous-développés, je ferais la remarque que tout bouge très vite! Nous n’en sommes plus à l’époque keynésienne ou chaque état, relativement fermé, maîtrisait son économie, son industrie avec plus ou moins de succès en fonction de la compétence et la foi dans un avenir meilleur de ses citoyens, foi mise dans la science, l’effort individuel, le savoir.
        Aujourd’hui ces valeurs sont diffusées et partagées dans le monde entier alors qu’elles « semblent » s’affaiblir, s’étioler et sont remises en cause par les sectaires de tous poils dans « notre riche quartier du village mondial ». Cela motive Michel Gay et en font un personnage intéressant.
        Industries françaises en Chine, usines indiennes en France, haute technologie provenant des 4 coins du monde; il y a de moins en moins de différence avec les « pays sous-développés » des années 60, les BRICS aujourd’hui !
        Ce développement considérable des « autres » n‘a rien de préoccupant en soi, on pourrait dire que ce sont les effets bénéfiques de la mondialisation. Or cette mondialisation, effaçant les Nations, les frontières, les barrières, exige d’être compétitifs c’est-à-dire à la fois moins disant et mieux disants. USA, Allemagne, France avons été de longue date mieux disants. Il nous faut devenir moins disant ; c’est ça le drame ! Conséquences sociales (paupérisation) souvent évoquées mais aussi et surtout sur les normes techniques et préventives jugées trop coûteuses et beaucoup moins traitées par les médias sauf quand il y a scandale et/ou catastrophe…

          • Pour le tuyai d ela Hague, le prob

            • Pour le tuyau de la Hague, le problème n’était pas, bien entendu, la température de l’eau (dilution quasiment immédiate dans l’eau froide et peut-être biotope potentiel pour nouvelles espèces comme autour du port artificiel d’Arromanches) mais bien la radioactivité très au-dessus des normes tolérées et tolérables.

              PS : je demande à la médiation SVP de supprimer mon erreur de frappe ci-dessus et ce PS, appui sur ENTER malencontreux…

      • Je vous ai épargné le scandale de la fosse des Casquets (en Français, en anglais Hurd Deep) que je connais depuis plus de 25 ans et que relate le blog ci-dessous sur Mediapart (Dieu sait pourtant que le propriétaire de Médiapart est loin d’avoir ma sympathie). Qui va gérer cette catastrophe écologique à venir avec ses petites mains ? J’ai navigué souvent au-dessus de cette fosse, quand j’ai appris ce qu’il en était, cela m’a fait froid dans le dos…

        blogs.mediapart.fr/blog/etienne-servant/140413/28500-conteneurs-de-dechets-radioactifs-au-large-de-la-hague

        Oui, loin de tout obscurantisme, même chez les scientifiques car ce cas-là en est un majeur, la gestion de notre biotope est devenu central dans nos sociétés. Les développements à venir de l’économie libérale devront intégrer drastiquement ces paramètres de sauvegarde de notre environnement, il n’y a pas le choix. Le temps des bêtises monstrueuses en toute liberté et impunité fait partie du passé.

        L’attitude de responsabilité écologique dans la production manufacturière est en cours de manière marginale, cela doit être généralisé à toute la production. Après tout, BMW ne promeut-il pas des voitures recyclables à 98%. Cela les a-t-il empêché de gagner des parts de marchés ?

        Il faut donc militer pour que la réalisation de produits manufacturées soient de plus en plus safe, jusqu’à la distribution, d’autant que le processus créera de nouveaux métiers et compétences. Il est vrai que certaines normes ont des impacts négatifs sur l’économie, mais d’autres c’est l’inverse ! Tout un marché est à inventer pour les libéraux à la suite de la prise de conscience écologique généralisée. De fait les retours au charbon sont des catastrophes… comme tous les retours en arrière, en général. Revenir au franc par exemple… pourquoi pas aux sesterces ?

        Concernant par ailleurs le fait d’être traité de réactionnaire ou de facho en parlant d’écologie, je considère au contraire que c’est être réactionnaire que de ne pas en parler, et que c’est être en avance sur son temps que de penser au monde incontournable qui s’imposera à tous dans cent ans. Cette attitude est donc plutôt être en avance d’un siècle… Les normes écologiques seront le centre des sociétés en 2100. Elles seront intégrées comme la brosse à dent le matin, comme l’activité physique et sportive s’est imposée au XXème siècle. Ce fut tout bénéfice pour la santé et la durée moyenne de vie des populations dans le monde, à l’instar de la recherche scientifique sur les médicaments.

  • Je voulais rajouter, suite à ces fabuleux échanges nés de ce très pertinent article de Michel Gay et des interventions de Diaz concernant l’obscurantisme car la controverse semble opposer la science, les scientifiques à la religion et aux croyants, ma réflexion suivante. Rien n’est moins certain cependant.

    C’est la surface du débat, son apparence lisse qui ne devrait laisser aucune part à l’interprétation. Au cours de l’histoire des hommes on constate pourtant un fait majeur. Moins les hommes comprennent ce qui se passe autour d’eux et en eux, plus ils sont croyants, plus ils mettent toutes les manifestations du sensible et du réel dans la case d’une existence supérieure, immanente et incontrôlable. Plus les découvertes avancent dans ce que l’on n’appelle pas encore la science et plus cette vision primitive rétrécit et provoque en elle des convulsions qui iront jusqu’aux guerres de religion et aux bûchers de l’inquisition afin de faire taire les hérétiques, ceux qui prétendraient expliquer le monde autrement que par les textes saints déclarés incritiquables ou impossibles à remettre en question, car émanant de la parole de Dieu ou de son représentant, de son envoyé, de son archange ou de son fils sur Terre.

    Et là s’impose un constat sans appel : le doute ne peut atteindre la religion alors que c’est le propre de la démarche scientifique, en théorie. Ce qui fait que la première ne peut évoluer, sauf de manière millimétrique par siècle, alors que la seconde évolue de manière permanente au fur et à mesure des avancées et des découvertes.

    Et c’est la raison pour laquelle je me permets de rebondir ici, car il y a dans une certaine démarche scientifique d’aujourd’hui, car elle émane de pontes, de mandarins, de scientifiques d’un exceptionnel niveau de compétence totalement détaché de celui du commun des mortels car ils côtoient l’infiniment petit et l’infiniment grand au quotidien (les étoiles, le nouveau domaine des Dieux), la même prétention, la même absence de doute à nouveau, la même arrogance, la même suffisance de ceux qui ne peuvent frayer avec la masse, avec le tout venant.

    On le voit ici-même concernant le débat sur le nucléaire et les ondes électro-magnétiques. Malgré les études qui doivent nécessairement, compte tenu de l’échelle extrêmement novatrice dans laquelle les recherches scientifiques humaines toujours en progrès (les hommes sont ils les seuls dans l’univers à procéder de la sorte ?) se situent aujourd’hui (la manipulation du vivant, l’énergie solaire nucléaire, les études quantiques et leurs débouchés…), ici dans ce débat, le doute n’est plus permis, est désormais interdit. L’obscurantisme scientifique fait à nouveau son apparition. La manière est récurrente dans l’histoire car il fallu de nombreuses découvertes pour que l’académie accepte les avancées précédemment non prouvées.

    Puisqu’on n’a pas découvert aujourd’hui de preuves concernant telle ou telle chose, c’est donc faux.

    C’est le message que véhicule cet article.

    Il n’y a aucun doute, donc ce que disent les opposants est faux, ils sont des religieux et des sectaires.
    N’est-ce pas un dogme religieux à son tour de penser ainsi ?

    Je m’explique, de trois manières.

    – l’un connu que j’ai déjà rappelé ci-dessus : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » sujet de philosophie bien connu des bacheliers.

    – le deuxième est un constat sans appel, je l’ai découvert par la pratique professionnelle de la musique, mon domaine, les débats en son sein au sujet de la musique contemporaine. Je ne suis pas scientifique et de formation scientifique, mais j’ai une formation artistique et technique de niveau supérieur, du son et des notes (+ économique, biologique et mathématique), domaine des sciences (dures et molles) qui embrassent et font se rejoindre de nombreuses interactions scientifiques, mathématiques, techniques, technologiques, philosophiques, sociologiques, psychosociologiques, pour que je puisse avoir un certain recul sur la « science, son comportement, ses buts, son utilité ». Je suis totalement immergé au quotidien dans la science. C’est mon activité cérébrale quotidienne car je dois rechercher des nouvelles notes, de nouveaux sons, de nouvelles et novatrices combinaisons horizontales et verticales d’organisations sonores en utilisant des logiciels très pointus. Je pratique cette activité 30 à 40 heures par semaine depuis 35 ans. La gestion de mon travail et les interactions nombreuses autour de ce champ central expérimental me prennent le reste de mon temps, non dévolu à la création. J’ai été amené dans mon métier à débattre sur la musique dite « contemporaine » comme style et genre (et par élargissement à l’art contemporain, car les mêmes implications théoriques s’y retrouvaient). Et les débats finissaient par être du même ordre qu’ici. En gros s’opposèrent les musiciens pour qui (en résumé) les mathématiques et la recherche fondamentale étaient le centre de la musique et ceux pour qui l’âme (en résumé) était le centre de la musique, bien que les représentants des deux pôles aient suivi identiquement dans leur cursus des études plus ou moins poussées pour pratiquer ce même art (apparemment) commun.

    Malgré tout, les débats furent du même ordre. Les premiers traitaient les seconds de réactionnaires, de trolls ineptes, de conservateurs, jusqu’à la « reductio hitlerum » bien connue. Résultat des courses : les tenants d’une pratique de la musique par voie scientifique pure sont aujourd’hui totalement déconnectés du réel sensible et des hommes à qui ils sont censés faire plaisir ou rendre service par la musique. Les seconds continuent à parler à l’âme humaine et sont suivis par le public. Pourquoi cette métaphore de l’art contemporain (au sens de celui d’aujourd’hui) pour illustrer ici un débat entre la science et la religion, caricaturalement et schématiquement. Tout simplement pour montrer que les hommes, mêmes avec leur science la plus infuse, ne sont pas les créateurs de l’Univers, malgré leur arrogance anthropocentriste insupportable. L’homme n’est pas au-dessus du vivant, il n’est pas le créateur de l’Univers, il en fait simplement et très très humblement partie. S’il continue d’ignorer ce fait pourtant central, sa très prétentieuse science détruira le vivant et la vie sur Terre. C’est pourtant assez simple à comprendre et à assimiler pour celui qui veut une petite seconde détacher son regard de ses éprouvettes et de son guidon, et faire un peu de philosophie pour se dégager les neurones, les faire respirer. De nombreux artistes et philosophes se sont pourtant penchés sur la situation depuis bien longtemps… Il y a cent ans, la dernière année du cursus d’apprentissage au lycée s’appelait la Philo, et non la Terminale… Il y a avait certainement quelques raisons à cette appellation, il fallait faire « ses humanités ».

    Pourquoi finir par cette métaphore musicale ? Tout simplement pour expliquer que ceux qui ont un ressenti non expliqué par la science n’ont pas forcément tord même s’ils ont tord à un instant donné, n’ont pas à être traités de débiles ou de psychopathes (pourquoi pas d’hérétiques, vite le bûcher !), car les bios (les animaux dont nous faisons encore partie sauf information contraire, il faut quand même le rappeler) ont démontré depuis très longtemps leur capacité à utiliser certaines qualités aujourd’hui découvertes et utilisées scientifiquement par l’homme, que l’intelligence humaine n’avait pas réussi à appréhender rationnellement jusqu’alors. Pas besoin de revenir sur le sujet concernant les capacités des animaux, vastes domaines que la recherche scientifique a mis des milliers d’années à comprendre et à expliquer dans de multiples directions et qui structurent ou accessoirisent aujourd’hui les avancées technologiques.

    – pour finir avec la prétention de la science à tout expliquer et tout savoir, parce qu’elle est « La Science » (Dieu tutélaire des nouveaux croyants ou nouvelle religion obscurantiste révélée tant qu’elle n’a pas été prise en défaut), je finirai par le troisième point qui n’est que le rappel de la façon dont Molière traitait les pédants et les prétentieux, la fausse science de l’école présentée dans l’introduction à ses œuvres complètes par Georges Mongredien (Vol IV Garnier-Flammarion ed 1965) afin d’édifier encore plus exactement mon propos, je cite :

    « Sur son art même d’auteur comique, Molière donne une nouvelle preuve de sa soumission au sens commun en déclarant que les fameuses règles formulées par les théoriciens depuis Aristote jusqu’à ses contemporains se réduisent en définitive à des conseils de bon sens et que la grande règle, formulée aussi par Racine et par La Fontaine, est tout simplement de plaire aux honnêtes gens sans s’embarrasser de la fausse science de l’école, qu’il a moquée à travers ses philosophes, ses médecins, ses pédants. Contre l’enseignement sclérosé de l’école, il est pour la science des « gens de maintenant » et défendra leurs découvertes telle la circulation du sang, contre l’ignorance et l’obstination de l’enseignement officiel. Sa position intellectuelle apparaît donc comme celle d’un humaniste éclairé, qui n’ignore rien des enseignements du passé, mais qui, opposé de toutes ses forces à l’obscurantisme, garde son regard lucide fixé sur l’avenir, sur un avenir dans lequel il a foi et qu’il croit sincèrement devoir être meilleur que par le passé ».

    Je pense que cela se passe de commentaires, c’est prégnant pour toute époque.

    Pour ma part, je continuerai à croire en la science et dans les scientifiques tant qu’ils continueront à se remettre perpétuellement en question, malgré leurs découvertes extraordinaires qui nous font rêver tous les jours (dont Rosetta aujourd’hui, bravo!). Avancées ne sont que de minuscules étapes dans la découverte de l’Univers, les chercheurs et les scientifiques, comme nous tous, n’étant eux-mêmes que des microbes insignifiants au milieu de cette immensité.

    • Je ne pouvais pas trouver meilleure illustration à ce que je viens d’énoncer dans mon paragraphe ci-dessus dans l’interview donnée hier au Point par l’astrophysicien Jean-Pierre Bibring, coresponsable scientifique de Philae, dans le dernier paragraphe de celle-ci que je reproduis ci-dessous.

      http://www.lepoint.fr/astronomie/rosetta-ce-que-philae-est-parti-faire-sur-cette-comete-15-11-2014-1881406_1925.php

      Le Point : S’agit-il de ce que l’on appelle les briques de la vie ?

      Jean-Pierre Bibring : Oui, même si cette expression a pas mal changé d’interprétation. Il n’y a pas si longtemps, l’idée dominante était que les briques de la vie étaient de toutes petites molécules qui, ensemble, en présence d’énergie, avaient permis de synthétiser des acides aminés, des sucres, et d’autres molécules indispensables au vivant. Aujourd’hui, on considère que les choses ont pu être différentes et que les briques de la vie étaient peut-être déjà des molécules assez complexes, présentes avant même que les planètes ne se soient formées. Les comètes pourraient avoir amené certaines molécules de ce type, précisément celles dont le vivant, en tout cas sur Terre, avait besoin pour aller vers plus de complexité. Ainsi les comètes auraient-elles ensemencé la Terre avec la matière d’origine du système solaire piégée dans leurs glaces…

      CQFD

    • Texte qui peut se résumer par une phrase : « Dès que la science ne doute plus, j’ai un doute sur la science. »

  • D’accord avec ce triste constat, de plus en plus prégnant depuis qu’un parti politique prétendument écologiste et en fait antinucléaire et plus globalement anti-progrès scientifique, a « infecté » notre classe politique de gauche.
    Le sectarisme et le dogme ont remplacé la réflexion stratégique, l’honnêteté intellectuelle et le sens de l’intérêt général.
    Il et vrai que l’obscurantisme ne date pas d’hier : au moyen âge des « alchimistes » prétendaient faire des miracles avec leur pierre philosophale, mais il est vrai que le monde des vrais scientifiques n’était pas très développé.
    Encore sous Giscard, des escrocs ont réussi à tromper une grande compagnie pétrolière avec l’agrément du président (pourtant polytechnicien ) avec les fameux « avions renifleurs » !
    La nouveauté c’est qu’avec l’arrivée des Verts, l’obscurantisme appuyé sur de l’idéologie a pris le pas sur la rigueur scientifique et même sur le simple bon sens.
    L’alternance politique permettra de corriger de travers dangereux ? On peu l’espérer, mais rien n’est moins sîr.

  • Un excellent texte qui ne dvrait être que banal si la population et ses journalistes avaient un peu de culture scientifique.
    Merci

  • Il y a les scientifiques éclairés et les aveugles :

    http://www.lepoint.fr/sciences-nature/l-intelligence-artificielle-la-fin-de-la-race-humaine-03-12-2014-1886415_1924.php

    Les éclairés ont beau être handicapés, on croirait pourtant que c’est l’inverse.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
uerss
13
Sauvegarder cet article

La chute de l’UERSS

Article disponible en podcast ici.

 

De l'UE à l'UERSS

Il faut se remémorer l'UE libérale. Son histoire commence avec la communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951. Son but figure dans le titre : créer une solidarité autour du charbon et de l’acier pour accroître les économies de chacun.

Cette vision libérale centrée sur l’économie est arrivée à son maximum avec Shengen en 1985 et l’ECU (ancêtre de l’euro) en 1979. L’UE voulait que l’argent, les citoyens, les entreprises et les idées circulent le plus li... Poursuivre la lecture

union européenne
3
Sauvegarder cet article

La gestion de la crise énergétique actuelle, la planification écologique, ou encore les récentes manifestations d’agriculteurs aux Pays-Bas posent de plus en plus la question du bien-fondé des politiques européennes. Si cela est particulièrement notable depuis la guerre en Ukraine, la plupart des pays européens subissent aujourd’hui les conséquences d’un système énergétique européen fragilisé depuis plusieurs années par des politiques expérimentales et des investissements dans des sources d’énergies peu fiables et résilientes.

L’engoue... Poursuivre la lecture

La France vise la neutralité carbone en 2050 afin de lutter contre le réchauffement climatique. La certitude que l’on peut avoir est que l’exploitation des énergies fossiles qui a permis la croissance des moyens de production alimentaire et du confort de vie ne pourra perdurer que dans la limite de l’existence de ces ressources.

D’après l’ADEME, 47 % de l’énergie produite est consommée par les ménages à des fins domestiques (éclairage, chauffage, cuisine, hygiène) mais la majeure partie est constituée par le chauffage et le cas échéant... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles