Pétrole : Arabie, Venezuela, Mexique, que de souvenirs !

Le ministre saoudien du pétrole effectue cette semaine et la semaine d’après deux déplacements dans deux grands pays exportateurs de pétrole aux États-Unis avec l’Arabie. Est-ce vraiment un hasard ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
pompe à essence credits Cobalt123 (licence creative commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Pétrole : Arabie, Venezuela, Mexique, que de souvenirs !

Publié le 5 novembre 2014
- A +

Rappelons-nous 1998 et la chute des prix du baril sous les 10 $ ! Le pacte de Riyad avec l’Arabie Saoudite le Venezuela et la Mexique furent le départ du rebond. Cette semaine le ministre du pétrole saoudien va à Caracas (Venezuela) avant d’aller ensuite à Acapulco (Mexique)… Prémices d’un accord similaire à celui de 1998 ? Et prise à revers du consensus actuel sur une non action de l’Arabie avant la réunion OPEP du 27 novembre ?

Par Aymeric de Villaret.

pompe à essence credits Cobalt123 (licence creative commons)

Même si officiellement le but de sa visite n’est pas de discuter des cours du baril, le ministre saoudien du pétrole Ali al-Naimi effectue cette semaine et la semaine d’après deux déplacements dans deux grands pays exportateurs de pétrole aux États-Unis avec l’Arabie.

Ces voyages se passent au moment où le monde s’interroge sur les positions du royaume vis-à-vis de la chute récente des cours du baril et le désir qui lui est prêté d’une guerre des prix…
Est-ce le fait du hasard ? Même s’il est vrai que cette semaine à Caracas se déroule une rencontre prévue de longue date pour une conférence sur le climat et de même à Acapulco pour une conférence sur le gaz.

Il n’en demeure pas moins vrai que le marché ne peut oublier l’accord de fin mars 2008 quand les trois pays réunis à Riyad se mirent d’accord, au moment où les prix s’étaient effondrés à moins de 10 $/baril, de couper la production non seulement de l’OPEP mais aussi de pays non-OPEP. Le point important étant que ce soient les trois plus gros exportateurs de pétrole vers les États-Unis qui s’étaient entendus :

villaret1

Différent de 1998 ?

Comme début 1998, alors qu’Hugo Chavez venait juste d’arriver au pouvoir, le Venezuela est particulièrement touché économiquement par la chute des cours du baril. Il a déjà de nombreuses fois appelé à ce que l’OPEP agisse pour enrayer la chute.

De son côté le Mexique n’est pas membre de l’OPEP. Sa production de brut a chuté depuis 1998 (de 3,5 Mb/j en 98 à 2,9 Mb/j en 2013) ; ce qui explique l’ouverture de son marché aux compagnies étrangères. Son poids relatif en a d’autant perdu de l’importance surtout avec la montée en puissance de l’huile de schiste américaine.

Quant à l’Arabie, si le royaume est prêt à une guerre des prix, il paraîtrait logique de ne rien attendre de ces rencontres qui ne seraient que le fruit du hasard… À noter qu’Ali al-Naimi, ministre du pétrole saoudien dont les paroles sont toujours très écoutées, a été silencieux depuis septembre et nombreux sont les observateurs à s’interroger sur les raisons de ce mutisme…

Hausse des prix en Europe et en Asie mais baisse aux États-Unis

Les annonces, le 3 novembre, de prix sur décembre de la part de l’Arabie sont à cet égard intéressantes avec deux messages semblant contradictoires :

1) Hausse des prix pour l’Europe et l’Asie… provoquant une pause dans la chute des prix… puis…
2) Baisse des prix aux États-Unis engendrant une nouvelle chute… et un plus bas…
Ce dernier point entrant en logique avec une « guerre » contre l’huile de schiste américaine…

villaret2

Conclusion

Les marchés ont intégré une guerre des prix de la part de l’Arabie Saoudite. La raison n’est pas évidente : pour ou contre les États-Unis ? 1) Pour : pour gêner la Russie… l’Iran 2) Contre : pour gêner l’huile de schiste américaine.

La réunion de l’OPEP du 27 novembre est-elle déjà décidée, sans changement de production ?
Mais est-ce si sûr ? Le voyage d’Ali al-Naimi qui ne s’est pas encore exprimé ne peut-il pas surprendre ?

Quoiqu’il en soit, d’ici le 27 novembre, les spéculations sur la position de l’Arabie ne sont pas prêtes de s’éteindre.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Dans un article publié sur Atlantico en décembre dernier, Damien Ernst s’efforce de montrer que l’affirmation de Jean-Marc Jancovici selon laquelle la disparition du pétrole condamne l’avion n’est pas fondée.

Hélas, un examen rationnel et lucide des conséquences de cette disparition ne peut déboucher sur une autre conclusion. Aussi, professer que le seul moyen de contrarier la marche funeste du climat est de sevrer l’économie de sa nourriture principale fait-il courir un risque considérable aux sociétés humaines.

Pour Damien Ern... Poursuivre la lecture

Le vendredi, c’est traditionnellement poisson. Ce jour-ci, ce sera du Ordralfabétix, c’est-à-dire pourri, et par la tête comme il se doit.

La surprise est totale : on apprend par deux sources, Investigate et Disclose, que l’actuelle ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, est directement liée par des intérêts financiers et familiaux avec la seconde compagnie pétrolière en France, Perenco.

Apparemment, les trois enfants de la ministre – âgés de 5, 10, 13 ans en 2016 – et un de leurs cousins ont pris place à... Poursuivre la lecture

Il fut longtemps considéré comme un truisme que, outre l’honnêteté, la qualité la plus attendue d’un gouvernement est la compétence, la disposition la plus appréciée le talent rehaussé d’une dose de courage et d’une pincée de clairvoyance.

Hélas, depuis près de 30 ans, une trivialité toujours plus insolente gagne dans l’indifférence générale ce qui n’aurait jamais dû cesser d’être un sanctuaire de la méritocratie comme celui qui éleva la jeune nation américaine au rang des nations les plus développées, grâce au chemin de fer et à un vi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles