Pétrole : Arabie, Venezuela, Mexique, que de souvenirs !

Le ministre saoudien du pétrole effectue cette semaine et la semaine d’après deux déplacements dans deux grands pays exportateurs de pétrole aux États-Unis avec l’Arabie. Est-ce vraiment un hasard ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
pompe à essence credits Cobalt123 (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pétrole : Arabie, Venezuela, Mexique, que de souvenirs !

Publié le 5 novembre 2014
- A +

Rappelons-nous 1998 et la chute des prix du baril sous les 10 $ ! Le pacte de Riyad avec l’Arabie Saoudite le Venezuela et la Mexique furent le départ du rebond. Cette semaine le ministre du pétrole saoudien va à Caracas (Venezuela) avant d’aller ensuite à Acapulco (Mexique)… Prémices d’un accord similaire à celui de 1998 ? Et prise à revers du consensus actuel sur une non action de l’Arabie avant la réunion OPEP du 27 novembre ?

Par Aymeric de Villaret.

pompe à essence credits Cobalt123 (licence creative commons)

Même si officiellement le but de sa visite n’est pas de discuter des cours du baril, le ministre saoudien du pétrole Ali al-Naimi effectue cette semaine et la semaine d’après deux déplacements dans deux grands pays exportateurs de pétrole aux États-Unis avec l’Arabie.

Ces voyages se passent au moment où le monde s’interroge sur les positions du royaume vis-à-vis de la chute récente des cours du baril et le désir qui lui est prêté d’une guerre des prix…
Est-ce le fait du hasard ? Même s’il est vrai que cette semaine à Caracas se déroule une rencontre prévue de longue date pour une conférence sur le climat et de même à Acapulco pour une conférence sur le gaz.

Il n’en demeure pas moins vrai que le marché ne peut oublier l’accord de fin mars 2008 quand les trois pays réunis à Riyad se mirent d’accord, au moment où les prix s’étaient effondrés à moins de 10 $/baril, de couper la production non seulement de l’OPEP mais aussi de pays non-OPEP. Le point important étant que ce soient les trois plus gros exportateurs de pétrole vers les États-Unis qui s’étaient entendus :

villaret1

Différent de 1998 ?

Comme début 1998, alors qu’Hugo Chavez venait juste d’arriver au pouvoir, le Venezuela est particulièrement touché économiquement par la chute des cours du baril. Il a déjà de nombreuses fois appelé à ce que l’OPEP agisse pour enrayer la chute.

De son côté le Mexique n’est pas membre de l’OPEP. Sa production de brut a chuté depuis 1998 (de 3,5 Mb/j en 98 à 2,9 Mb/j en 2013) ; ce qui explique l’ouverture de son marché aux compagnies étrangères. Son poids relatif en a d’autant perdu de l’importance surtout avec la montée en puissance de l’huile de schiste américaine.

Quant à l’Arabie, si le royaume est prêt à une guerre des prix, il paraîtrait logique de ne rien attendre de ces rencontres qui ne seraient que le fruit du hasard… À noter qu’Ali al-Naimi, ministre du pétrole saoudien dont les paroles sont toujours très écoutées, a été silencieux depuis septembre et nombreux sont les observateurs à s’interroger sur les raisons de ce mutisme…

Hausse des prix en Europe et en Asie mais baisse aux États-Unis

Les annonces, le 3 novembre, de prix sur décembre de la part de l’Arabie sont à cet égard intéressantes avec deux messages semblant contradictoires :

1) Hausse des prix pour l’Europe et l’Asie… provoquant une pause dans la chute des prix… puis…
2) Baisse des prix aux États-Unis engendrant une nouvelle chute… et un plus bas…
Ce dernier point entrant en logique avec une « guerre » contre l’huile de schiste américaine…

villaret2

Conclusion

Les marchés ont intégré une guerre des prix de la part de l’Arabie Saoudite. La raison n’est pas évidente : pour ou contre les États-Unis ? 1) Pour : pour gêner la Russie… l’Iran 2) Contre : pour gêner l’huile de schiste américaine.

La réunion de l’OPEP du 27 novembre est-elle déjà décidée, sans changement de production ?
Mais est-ce si sûr ? Le voyage d’Ali al-Naimi qui ne s’est pas encore exprimé ne peut-il pas surprendre ?

Quoiqu’il en soit, d’ici le 27 novembre, les spéculations sur la position de l’Arabie ne sont pas prêtes de s’éteindre.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Gay et Jean-Jacques Nieuviaert.

 

La crise énergétique européenne de ce début 2022 est d’une gravité qui n’avait plus été connue depuis les chocs pétroliers des années 1970.

Mais contrairement à ce que la Commission Européenne tente de nous faire croire, les causes de cette crise ne sont pas principalement externes à l’Europe, et le conflit russo-ukrainien est loin d’en être la cause déterminante.

Depuis plus de 10 ans la Commission européenne n’a aucune stratégie ni aucune vision pour assurer à la ... Poursuivre la lecture

Les prix élevés pour les métaux ?

Un analyste de l’Agence internationale de l’énergie, cité par l’AFP, donne la solution : « investir dans des nouveaux projets miniers. »

Mais où ? Avec quel argent ?

Cela ne risque-t-il pas de vous mettre à dos les écolos ?

Qui a envie d’investir ?

Les métaux ont chuté à travers le plancher en début de 2020, en raison de la fermeture des usines. Si des restrictions bloquent à nouveau les économies, les sociétés vont à nouveau essuyer des pertes.

L’opérateur d’une mine... Poursuivre la lecture

Après de nombreuses tergiversations, l’Europe a finalement décidé dans la nuit de lundi à mardi d’un embargo partiel sur les importations de pétrole russe. « Partiel » car il vise exclusivement les importations par voie maritime (soit deux tiers des importations).

Elles devraient être arrêtées d’ici décembre 2022. En revanche, l’acheminement par oléoduc se poursuivra jusqu’à une date non fixée. Il se matérialise notamment par l’oléoduc de l’Amitié (son nom Russe est « Droujba ») transitant depuis la Sibérie Occidentale 1,5 millions de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles