Sur le réchauffement climatique…

Le regard de René Le Honzec.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
réchauffement climatique (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Sur le réchauffement climatique…

Publié le 3 novembre 2014
- A +

réchauffement climatique rené le honzec

Je n’ai pas l’intention de me lancer dans un énième débat sur le « réchauffement climatique » devenu, faute de mieux, « changement climatique ». Pour les fans, je rappellerai que je suis un climato-sceptique depuis toujours, parce que je suis historien féru de l’histoire du/des climats (Le Roy Ladurie), que je suis observateur, assez vieux pour avoir une mémoire de plus d’un demi-siècle, etc. Pour ceux qui désirent en savoir plus, mon site de prédilection pensee-unique.org avec des milliers de pages très scientifiques (et quelques petits dessins de votre serviteur qui ont été repris dans divers sites climato-sceptiques dans le monde).

Bref, tout cela pour souligner que parler de réchauffement global (global warming) est une aberration intellectuelle quand on sait qu’on distingue climat équatorial, climat tropical à tendance sèche, climat tropical aride, climat sec et sans intempérie, climat subtropical des façades orientales, climat méditerranéen, climat tempéré continental, climat polaire, de montagne et autres… Eh bien le GIEC a réussi à établir que sur un siècle, tous ces climats résumés en un seul théorique auraient pris… 0,8°… en moyenne !

Vous trouvez ça crédible, sachant tous les aléas de la simple prise de la température à travers tout le globe, du Kamtchaka au Brésil (8 millions km2) au Canada (10 millions) en passant par la Terre de Feu ou la Côte d’Azur… depuis 1880 ? Pour finir, savez-vous qu’on distingue 630 vents divers en France… Prétendre modéliser des systèmes mathématiques pour prévoir ce futur se heurte à la multitude des données qu’il faut/faudrait maîtriser. En attendant, Hollande est en train de proposer l’expertise des entreprises françaises pour aider à exploiter les pétroles bitumeux du Canada à Steve Harper !

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • En France, Culbuto nous a habitué à ses performances sous une pluie battante, son aveuglement socialiste merveilleusement symbolisé par des lunettes couvertes de gouttes de pluie.

    Sans surprise, il est arrivé au Canada… dans une tempête de neige. Foutu réchauffement climatique, quand même !

    • Tiens, une autre (citation de LCI).

      Culbuto au Canada, admirant une chute d’eau : « Waou ! Vous devriez construire un barrage ! »

  •  » tous ces climats résumés en un seul théorique auraient pris… 0,8°… en moyenne !  »

    ☺ C’est à dire un (petit) réchauffement des zones froides, ce qui les rend fertiles et habitables, et rien en zones tropicales comme en atteste les relevés de Libreville, Gabon où le thermomètre oscille avec une régularité de métronome avec la même constance depuis de début des mesurages.

    ☺ Le livre « Histoire du climat depuis l’an mil. » de Emmanuel Le Roy Ladurie est à lire dans sa première mouture, non influencée par la vogue crimatique (sic) d’obédience, comme l’auteur, socialiste.

    Quant à la montée des eaux, résurgence biblico-déluvienne, la grotte Cosquer atteste de ce que l’eau monte indépendamment des activités humaines ☻

    • Remarque pertinente pour le livre de L-L, qui, après s’être inquiété du refroidissement de la planète dans l’édition originale de 1967 s’est découvert une vocation très tardive de réchauffiste. Son livre n’en reste pas moins passionnant et bourré de faits qui vont dans le sens d’un climat évoluant de façon irrégulière à toutes les époques. A retenir, en particulier, ses analyses des mouvements des glaciers des Alpes ou du Lemon Creek d’Alaska.

      • ☻ Révérence gardée pour cet éminent historique historien historiographe, sa vocation tardive de réchauffiste, tiède à vrai dire, constitue une opportunité commerciale peu digne, qui tend à démontrer que l’influence des courants de pensées dominants en vogue et mode sur des sujets exigeant une indépendante rigueur n’est pas nulle.

        ☺ Stephen Jay Gould en a fait une lumineuse démonstration dans un livre « La mal mesure de l’Homme » qui prouve comment, à partir de caractéristiques dimensionnelles simples, sous la pression diffuse et inconsciente(?) de la culture ambiante de grands savants abondent à la pensée unique et que plus tard, avec des moyens techniques plus précis, plus rigoureux de mesurage la thèse défendue tombe dans la honte.

  • Les éminents climatologues du GIEC sont non seulement capables de prédire le climat dans 100 ans, mais dans leur dernier communiqué ils sont aussi capables de mesurer précisément l’impact sur la croissance de la lutte contre le réchauffement pour obtenir une température définie. Dites nous ce que vous voulez et on vous fait le devis ! Et en plus on vous offre un porte-clé cadeau !

    Etonnant, stupéfiant, bizarre autant qu’étrange ! Alors que nos propres spécialistes ne savent même pas où elle est passée cette croissance.

  • Comme si le Canada et Steven Harper avaient besoin de la France et des Hollande pour exploiter ou restaurer les sites pétroliers d’Alberta…
    J’ai fais mon post-doc au canada en Biologie – écologie des sols (restauration et dépollution des sols) : ils sont en avance sur nous d’au moins 30 ans !!!

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Climat est devenu un mot-valise où l’humanité range toutes ses problématiques, et même toutes ses angoisses de l’avenir. À la limite, peu importent les fondements scientifiques de la chose, on a l’impression que même si une découverte fondamentale contredisait clairement le consensus, cela ne changerait rien au processus. Certes, notre planète se réchauffe, nous émettons du CO2 qui contribue au réchauffement. La question est : est-ce-grave ?

 

Qu’on défende l'alarmisme climatique ambiant ou qu’on le relativise, une chose es... Poursuivre la lecture

9
Sauvegarder cet article

Débats et controverses sur le climat et sur les causes de ses évolutions et changements ne cessent d'agiter la communauté scientifique depuis les années 1960.

Le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) est un organisme créé par l’ONU après sa résolution 43/53 de décembre 1988 qui mentionnait « l’évidence que le réchauffement climatique pourrait être dû à la croissance des gaz à effet de serre ». Il a été créé pour « mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’o... Poursuivre la lecture

Dans ce second volume de sa série sur La religion écologiste, Christian Gérondeau interroge la validité des affirmations du GIEC, dont découlent le catastrophisme ambiant au sujet de l’avenir de notre planète, et la désespérance d’une partie de la jeunesse.

Il s’alarme en particulier des conséquences graves sur la vie des plus pauvres.

 

Le mensonge de Glasgow

Dans une première partie, Christian Gérondeau commence par revenir sur la conférence de Glasgow, dite COP 26, qui marque un tournant majeur dans ce cycle de ré... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles