Pourquoi il faut vendre vos obligations françaises

contrepoints 839

David Einhorn, un poids lourd de Wall Street, parie sur l’effondrement de la France. En exclusivité, le texte de son intervention à la Robin Hood Investors Conference.

Par Thibault Doidy de Kerguelen

contrepoints 839Nous vous disions il y a quelques jours de surveiller le contenu de vos fonds euros et de vos placements « sans risque ». La raison en était que l’euro est à la baisse et que cela, d’après un certain nombre d’analystes que nous rejoignons, va se poursuivre, au moins jusqu’à parité avec le dollar.

Autre sujet d’inquiétude, les taux d’emprunt de la dette française. Je sais, les mauvais esprits diront que cela fait un an que je rabâche qu’ils sont déconnectés de la réalité et sous-évaluent par trop le risque. Cela fait un an que je dis que leur remontée est imminente et qu’il vaut mieux se débarrasser de la dette publique française qui peut se trouver dans vos comptes. Sauf que l’épisode récent concernant la présentation du projet de budget de la France devant la Commission européenne a éveillé quelques soupçons chez un certain nombre d’analystes avant-gardistes.

David Einhorn (né le 20 novembre 1968), est un gestionnaire de fonds spéculatif américain. Il est le fondateur et président de Greenlight Capital, un « fonds de couverture long-court axée sur la valeur ». Il a commencé Greenlight Capital en 1996 avec 900,000$. Greenlight a généré un rendement annualisé de 20% pour ses investisseurs. Einhorn a défrayé la chronique dans les médias professionnels lorsqu’il a annoncé la vente à découvert de certains grands noms de la place financière de New York (comme Allied Capital ou Green Mountain Coffee Roasters stocks). Son « coup de maître » fut l’annonce de vente à découvert de Lehman Brothers, la banque que tout le monde avait classée « too big to fail » et qui se planta majestueusement quelques mois plus tard. Il a aussi à son actif un procès gagné contre Apple pour l’obliger à distribuer des dividendes, quelques titres de champion de poker, et de figurer parmi les plus gros donateurs caritatifs des États-Unis (il reverse en particulier tous ses gains du poker à des fondations).

Pourquoi vous parler de ce poids lourd de Wall Street ?

Parce qu’il a annoncé cette semaine que sa prochaine grosse vente à découverte concernait… la dette publique française !

David Einhorn, a dressé un tableau dramatique de la situation en France : « Les marchés obligataires considèrent la France comme l’Allemagne, alors qu’elle ressemble bien davantage à la Grèce. » Il voit d’ailleurs Athènes dans une meilleure situation que Paris : « La Grèce a pris sa potion amère, a restructuré ses obligations et son économie, et est en convalescence après son expérience de mort imminente. La France semble trop fière pour se réformer. » Chiffres à l’appui, il montre que la charge de la dette payée par la Grèce est désormais inférieure à celle de la France (en pourcentage de leur croissance).

Sa position est claire. Il joue la dette française à la vente et se couvre avec des actions de banques grecques.

Voici, en exclusivité française, les diapos de son intervention concernant la dette française lors de la Robin Hood Investors Conference du 20 octobre 2014. Vous y trouverez le texte en anglais et une traduction par mes soins en français1.

 


Sur le web.

  1. Merci de bien vouloir me faire part de vos suggestions si certains passages vous semblent perfectibles.