La baisse de l’euro ne fait pas le printemps économique de la France

L’Euro s’affaiblit depuis quelques semaines, faut-il vraiment s’en réjouir ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
chute de l'euro rené le honzec

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La baisse de l’euro ne fait pas le printemps économique de la France

Publié le 1 novembre 2014
- A +

Par Nathalie Janson.

chute de l'euro rené le honzecLe taux de change de la monnaie, c’est comme le temps qu’il fait, il ne satisfait jamais personne. Jusqu’à récemment l’euro était jugé trop fort par rapport au dollar compromettant les exportations françaises, problème d’autant plus aigu que l’activité économique en France est atone. L’euro s’affaiblit depuis quelques semaines, faut-il vraiment s’en réjouir ?

La baisse de l’Euro : au profit de qui ?

La baisse de l’euro profite essentiellement aux entreprises exportatrices pour deux raisons. Les entreprises qui exportent en dollars voient automatiquement leurs recettes augmenter à supposer qu’elles les convertissent systématiquement en euros ce qui n’est pas toujours le cas. Elles ont également des comptes en devises en particulier pour les plus internationales. Par ailleurs, dès lors que l’euro baisse, le prix des exportations baisse automatiquement en valeur nominale. On espère que cette baisse nominale conduise à une augmentation de la demande d’exportations françaises.

Pourtant, l’amélioration attendue de la balance commerciale est loin d’être une certitude et ce pour plusieurs raisons. Pour qu’un tel effet bénéfique se produise, il faut que la demande étrangère hors zone euro se porte sur les produits français. On peut légitimement se demander pourquoi la demande étrangère se porterait davantage sur les produits français plutôt que les produits espagnols, italiens ou allemands… En d’autres termes, la baisse de l’euro a le même effet sur toute la zone euro. Désormais, l’effet positif d’une « dépréciation compétitive » – si tant est qu’il existe – est partagé par tous les pays membres de la zone euro. En outre, l’augmentation des exportations présuppose que la demande étrangère réagisse fortement à la baisse des prix – en jargon d’économiste que l’effet quantité positif lié à l’augmentation des exportations soit supérieur à l’effet-prix négatif de la baisse des prix. Il faudrait donc espérer que les entreprises françaises à l’export soient sur des segments où le prix est le facteur discriminant. Ce raisonnement va à l’encontre des analyses sur les raisons de la faiblesse des exportations françaises à savoir que contrairement aux entreprises allemandes, les entreprises françaises n’ont pas su se positionner sur des produits haut de gamme. Or, c’est la demande pour les produits haut de gamme qui est peu sensible au prix.

Pour finir, la baisse de l’euro a un effet significatif si et seulement les entreprises françaises exportent majoritairement hors zone euro ce qui n’est pas le cas. La zone euro a justement été créée parce que les pays européens ont un commerce intra-zone européenne élevé ce qui justifie l’utilisation d’une monnaie unique, source d’économie de coûts de transaction dans ce cas. Dans ces conditions, on a du mal à comprendre pourquoi tant d’espoir est mis dans la baisse de l’euro !

Qui voudrait d’une monnaie faible ?

Malheureusement, dans leur enthousiasme ceux qui applaudissent à deux mains la baisse de l’euro oublient deux éléments importants : d’une part quand l’euro s’affaiblit, le coût des importations se renchérit automatiquement. Tous les secteurs pour lesquels les intrants sont libellés en dollars sont donc affectés négativement. Par une heureuse conjonction de facteurs, les matières premières sont plutôt à la baisse dernièrement, la baisse de l’euro est donc partiellement ou totalement compensée par la baisse du prix des matières premières libellés en dollars.

Du coup, la baisse de l’euro serait donc une bonne nouvelle pour les entreprises françaises si et seulement si les entreprises exportatrices bénéficiaires de la baisse de l’euro sont plus nombreuses que les entreprises qui subissent la hausse de l’Euro. Au vu des performances de la balance commerciale française depuis quelques années, il est permis d’en douter à court terme. Quant à l’effet à long terme attendu d’une relance des exportations par la baisse nominale des prix (la fameuse « courbe en J »), elle n’a pas vraiment prouvé son existence. Bien souvent le solde de la balance du commerce extérieur peine à devenir excédentaire et a plutôt tendance à rester dans le rouge. La baisse nominale des prix ne permet pas de pallier le problème de fond de compétitivité des entreprises françaises sur le marché mondial.

Par ailleurs, faut-il vraiment souhaiter avoir un euro faible quand l’ambition même de l’euro est de concurrencer le dollar sur les marchés internationaux ? Est-ce qu’une monnaie faible a des chances de remplacer le dollar dans les décennies à venir ? Il est permis d’en douter fortement. Et n’oublions pas que si l’euro s’affaiblit, les investisseurs internationaux qui détiennent une partie non négligeable de la dette française vont sans doute demander une rémunération plus importante pour compenser l’effet négatif du taux de change. Donc au final, la baisse de l’Euro n’est sans doute pas une si bonne nouvelle que cela.


Article publié initialement par 24hGold.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Je me souviens d’un ami roumain a la Fac qui m’expliquait que sous Ceausescu, la balance commercial roumaine était largement bénéficiaire, seulement les gens mourraient de faim car tout le blé du pays était revendu pour payer sa dette.

  • Même en étant furieusement optimiste, la baisse de l’euro n’apportera au mieux qu’une ou deux dizaines de milliards de gains pour le pays, peut-être trois. On le voit, rien qui soit en mesure de modifier les conséquences dramatiques de la gabegie des 1200 milliards de dépenses de l’Obèse !

  • « Il faudrait donc espérer que les entreprises françaises à l’export soient sur des segments où le prix est le facteur discriminant… Or, c’est la demande pour les produits haut de gamme qui est peu sensible au prix. »
    J’en conclus que les produits non-haut-de-gamme sont sensibles à l’effet-prix négatif de la baisse des prix, donc que la baisse de l’Euro favorisera la France ???.
    Pouvez-vous m’espliquer siou plaît?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Non, ce n’est pas le covid et la mise à l’arrêt de l’économie ou encore la guerre en Ukraine qui provoquent l’inflation actuelle dans l’Eurozone. Ce sont les politiques monétaires des banques centrales qui l’ont suscitée, au premier rang desquelles la BCE.

Pour comprendre ce qui nous arrive aujourd’hui et comment la situation va évoluer, il faut se pencher sur 5000 ans d’histoire monétaire. Toutes les bêtises ont déjà été faites par le passé et ont toujours les mêmes conséquences. La multiplication de la monnaie adossée à rien (à aucun... Poursuivre la lecture

stratégie russe
1
Sauvegarder cet article

Résister ou collaborer avec les dictatures ? Ce thème historique est à nouveau d’actualité avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Les pays de l’OTAN ou ceux de l’UE n’étant pas en guerre avec la Russie, la rupture des relations diplomatiques n’est pas envisagée. Mais les démocraties doivent-elles continuer à collaborer avec la Russie ou faut-il décourager toute coopération économique. Faut-il augmenter l’aide militaire à l’Ukraine, ce qui suppose une production plus importante d’armes et de munitions ?

La tentation est grande d’ét... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle.

Les mots les plus dangereux en matière de politique monétaire et d'économie sont "cette fois-ci est différente". La grande erreur des politiciens argentins est de croire que l'inflation est multicausale et que tout se résout avec des doses croissantes d'interventionnisme.

L'indice des prix à la consommation en Argentine a connu une hausse de 58 % en glissement annuel en avril 2022, soit 2,9 points de pourcentage de plus que la variation enregistrée en mars dernier. Une véritable catastrophe. L'inflation en Ar... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles