L’État n’est pas votre ami

Le secteur privé crée de la richesse ; l’État, lui, ne sait que la dévorer

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
l'Etat n'est pas votre ami rené le honzec

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’État n’est pas votre ami

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 30 octobre 2014
- A +

Par Steven Greenhut.

leviathan credits Josh Petersen (licence creative commons)

Les partisans de davantage d’État (qui semblent nombreux ces temps-ci) croient que ce dernier est le fournisseur le plus efficace et le plus humain de biens et de services. C’est une façon étonnante de voir le monde, mais il semble que nulle part on n’enseigne plus les merveilles du marché libre.

La dernière élection présidentielle américaine et les débats de l’assemblée législative de Californie illustrent ce phénomène effrayant. Les électeurs ont choisi un candidat qui a une foi impérissable dans le pouvoir de l’État, et même le candidat des Républicains n’a pas su expliquer clairement la leçon la plus évidente : pourquoi l’entreprise libérée est supérieure à la coercition étatique.

Je n’aime guère lancer à la volée des insultes comme « communiste », mais comment appeler autrement une assemblée législative où la vaste majorité bouillonne d’hostilité envers les entreprises privées, et ne cesse de faire éclore de nouveaux programmes d’intervention publique ?

Et pourtant partout où le regard se pose, l’État rate tout.

Le Sacramento Bee a publié un article instructif sur la manière dont une agence fédérale de protection de la nature remporte des contrats pour fournir des services de lutte contre les nuisibles que des entreprises privées fournissent déjà. Une des bases du gouvernement raisonnable est que le secteur public ne devrait pas faire ce que les entreprises privées font déjà ; mais à présent que l’État est illimité, personne ne semble plus s’en soucier.

Une bonne partie des coûts des Wildlife Services sont hors bilans, comme les retraites non provisionnées 1 et les frais généraux, ce qui fait passer l’agence publique pour plus concurrentielle qu’elle ne l’est vraiment. Au final, les contribuables paient la note de quelque chose qui devrait être payé par ceux qui engagent des prestataires pour ces services. Et l’État pousse des entreprises privées à la faillite.

Mais l’aspect le plus instructif de cette histoire est à quel point l’agence publique fournit des services exécrables. Elle est connue pour son approche maladroite de la lutte contre les nuisibles, ce qui inclut de massacrer des espèces en voie de disparition, et de développer une culture où les travailleurs cachent de tels massacres. L’agence a tout bonnement ignoré les demandes de réformes émises par des membres du Congrès ou des groupes de militants.

« L’agence appelée Wildlife Services suscite les préoccupations de ceux qui remettent en question ses méthodes de contrôle des prédateurs et d’autres animaux par élimination dans l’Ouest rural », rapporte le Sacramento Bee. « Plus tôt cette année et à plusieurs reprises, l’agence a ciblé la faune d’une manière qui a abouti à la mort de milliers d’animaux qui n’étaient pas ciblés, dont des animaux de compagnie, et peut déclencher des conséquences écologiques négatives et inattendues. »

Si une entreprise privée fonctionnait de cette manière, on viendrait lui réclamer des comptes : des démarches juridiques pour contrôler ses pratiques, des procès au civil par les gens dont les animaux de compagnie auraient été tués par la faute de l’entreprise, des poursuites au pénal pour avoir violé les lois de protection de l’environnement.

Mais l’État n’a pas à respecter les lois qui s’appliquent au commun des mortels. Plutôt que d’abandonner sur-le-champ ses pratiques, Wildlife Services suit son petit bonhomme de chemin, se mêlant de plus en plus d’une activité dont le marché privé s’occupe déjà, mieux et pour moins cher.
Comme l’article le soulignait, l’agence fédérale fonctionne pratiquement dans le secret, ce qui est une autre caractéristique des initiatives publiques. Toujours dans l’article du Sacramento Bee : « Ça a été une lutte acharnée », déclare Erick Wolf, directeur général d’une firme californienne appelée Innolytics, qui a développé une forme de contraception pour les pigeons et les bernaches du Canada avec l’aide des scientifiques de Wildlife Services au Colorado : « Tout ce qu’ils voulaient, c’était tirer, piéger et empoisonner, ajoute Wolf. Ils ne veulent rien envisager d’autre ».

L’État n’a pas à présenter de bénéfices, de telle sorte que ses motivations sont différentes. Les organismes publics sont à l’abri de toute surveillance significative. C’est pourquoi une agence publique pour la faune fait des ravages sur cette même faune, alors que les entreprises privées vont se spécialiser dans des approches non-mortelles. C’est la raison pour laquelle les États sont souvent les plus gros pollueurs.

Ces jours-ci, j’entends même des gens soutenir que l’État est le meilleur  fournisseur de services, parce qu’il n’a pas de but lucratif, ce qui reflète un niveau presque incroyable d’inculture économique, mais c’est un argument avancé par les fonctionnaires quand ils tentent d’exproprier les compagnies privées de fourniture d’eau, par exemple.

Les entreprises ont besoin de réaliser un bénéfice, mais le prix de leurs produits est déterminé par la concurrence, qui entraîne inlassablement les coûts vers le bas, et augmente leur efficacité à mesure que les fournisseurs les moins capables font faillite. Dans un marché libre, il n’y a pas de manière de se décharger de coûts privés sur le public, même si certaines entreprises font lâchement pression sur l’État pour obtenir des privilèges et des renflouements.

Le secteur privé crée de la richesse, alors que tous les efforts de l’État n’aboutissent qu’à la consumer

l'Etat n'est pas votre ami rené le honzecSi les partisans de l’efficacité de l’État avaient raison, alors l’Union Soviétique (où des milliers de tracteurs inutiles rouillaient dans des terrains vagues alors que les gens faisaient la queue pour le papier-toilette) aurait été l’économie la plus prospère au monde. Nous serions tous heureux au volant de nos Trabans, plutôt que de nos Toyotas, Fords ou Volkswagens.

Le secteur privé crée de la richesse, alors que tous les efforts de l’État n’aboutissent qu’à la consumer. Si mon voisin lance son entreprise, il doit attirer des clients sans employer la coercition. Il ne peut pas les forcer à fréquenter son entreprise ou à payer ses factures. Alors que lorsque l’État fait tourner une entreprise, il oblige tout le monde à subventionner ses opérations. Le secteur privé doit satisfaire les exigences des consommateurs ou bien perdre de l’argent. Les seuls clients de l’État sont les politiciens et les syndicats de fonctionnaires ; il n’est pas étonnant qu’il offre un service en dessous de tout et des produits exécrables.

Il n’a pas d’actionnaires à satisfaire, peu d’incitations à contenir ses coûts, pas de bilan à déposer quand il est en défaut.

Il y a deux façons de fournir des services : par le marché libre, qui excite l’initiative privée dans la mesure où les individus sont libres de poursuivre leurs propres rêves ; ou par le monde politique, où les fonctionnaires et le gouvernement prennent l’argent par la force (l’impôt) et protègent les monopoles légaux. Il y a bien une raison pour laquelle les syndicats d’enseignants, par exemple, se battent avec véhémence contre les écoles libres, le chèque-éducation et les autres systèmes concurrentiels qui les gêneraient.

Si nous voulons une société humaine, efficace et responsable, il nous faut moins d’État, pas davantage. Il faut que les partisans de la liberté comprennent vite comment mieux l’expliquer dans une société qui fonce vers un État omnipotent.


Traduction par Benjamin Guyot pour Contrepoints de « Big Government Is Not Your Friend », publié par Reason le 07.12.2012.

 

  1.  NdT : aux États-Unis, les pensions de retraites du privé sont provisionnées par les entreprises
Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • bonjour , toute tendances confondues, il serait temps que le citoyen français admette la réalité .A savoir : Pour l’anglo-saxon l’état est le peuple ,le parlement sa voix , la bureaucratie son exécutif .
    Pour nous Latins ; l’état est la chose publique qui n’a pas de rapport avec le peuple .
    Ainsi et contrairement à ce que proclamé ,le Gendarme n’est pas son serviteur ,mais l’intermédiaire de son maître .

  • le vrai probleme est le capitalisme de connivence, c’est quand l’État soutient certaines entreprises, soit qu’il cède à leur pression par corruption, soit que ce soit de sa part une volonté délibérée à des fins politiques. le probleme de l’état est que contrairement à ce que croit tous les socialistes (de gauche et droite), ce n’est pas quelque chose de bien mais c’est un instrument aux mains de l’élite au pouvoir (ump et ps) qui s’en sert souvent pour ces propres intérets, pour aider ces copains. l’état francais aide les grandes entreprises à créer le monopole. les politiciens viennent presque tous de la fonction publique donc ils ne comprennent rien à l’économie. ce qui crée des richessses c’est l’entreprenariat, et ce qui crée les emplois c’est les pme pas les grands groupes. aujourd’hui, en france, la surtaxation et la surréglementation détruisent les pme et l’entreprenariat. il faut supprimer toutes les niches fiscales ( qui permettent aux grands groupes de payer moins d’impots), il faut arreter la surréglementation ( qui ne sert l’intéret que des grands groupes (qui font du lobbying pour avoir de la réglementation à leur avantage) et qui peuvent se payer des avocats pour détourner les règles à leurs avantages. plus la justice est complexe plus cela avantage les riches. il faut aussi arreter de sauver les banques et les multinationales avec l’argent du contribuable. en vérité ce qu’il faut c’est séparer l’état de l’économie, l’état doit s’occuper des fonctions régaliennes (éducation, sécurité, justice,…) pas de l’économie. les pays scandinaves séparent l’état de l’économie et ce sont les pays les plus égalitaires au monde. les pays qui font cela, sont les pays qui s’en sortent le mieux (autriche, pays bas,…). il faut réformer la fonction publique qui coute bcp trop chère et qui est très incompétente. la france est paralysé par la surrréglementation.

    • Je crois qu’on arrive tous à la même conclusion sur les réformes nécessaires de la fonction publique mais qui pour le faire ? La très très grande majorité des parlementaires, sénateurs et membres du gouvernement sont soit fonctionnaires, soit avocats, soit médecins; tous vivent allègrement de l’intervention étatique dans leur profession originelle.
      Pour ma part je crois qu’aller faire un petit tour de repérage dans les pays scandinave s’impose.

  • Bastiat: L’État, c’est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. Car, aujourd’hui comme autrefois, chacun, un peu plus, un peu moins, voudrait bien profiter du travail d’autrui. Ce sentiment, on n’ose l’afficher, on se le dissimule à soi-même ; et alors que fait-on ? On imagine un intermédiaire, on s’adresse à l’État, et chaque classe tour à tour vient lui dire: « Vous qui pouvez prendre loyalement, honnêtement, prenez au public, et nous partagerons. »

  • Et puis il faut se méfier d’un amis qui a le monopole de la violence et de la contrainte. L’amitié tout comme l’amour est avant tout un profond sentiment d’altérité.

  • Si nous voulons une société humaine, efficace et responsable, il nous faut moins d’État, pas davantage. Il faut que les partisans de la liberté comprennent vite comment mieux l’expliquer dans une société qui fonce vers un État omnipotent.

    Le problème est de démasquer les imposteurs. L’article en illustre parfaitement un des aspects des résultats des états, pour l’essentiel négatifs.

  • Les vols spaciaux « low cost » de Virgin comptent leurs premières victimes.

    Ne laissons pas le privé s »occuper de ce qui ne le concerne pas.
    Les états forts sont la garantie de notre sécurité

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/10/31/97001-20141031FILWWW00353-anomalie-en-vol-sur-le-vaisseau-spatial-spaceshiptwo.php

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une fuite d’une décision de la Cour suprême sur l’avortement a été révélée par Politico. Selon le juge conservateur Samuel Alito, « nous estimons que Roe v. Wade doit être annulé et le droit à l’avortement n’est protégé par aucune disposition de la Constitution ». Un changement majeur pourrait donc survenir, environ cinquante ans après l’arrêt Roe v. Wade de 1973, où la Cour légiféra a minima sur l’avortement aux États-Unis.

La question de l’avortement reste au cœur des débats autour de la Constitution américaine notamment du fait des ... Poursuivre la lecture

Par Robby Soave.

YouTube a supprimé une vidéo téléchargée par le Comité du 6 janvier qui montrait des images de l'ancien président Donald Trump contestant les résultats de l'élection de 2020.

La fausse affirmation de Trump selon laquelle les machines à voter ont par erreur "déplacé des milliers de votes de mon compte vers le compte de Biden" a été diffusée lors des audiences du comité du 6 janvier, qui se poursuivent cette semaine. L'ancien procureur général William Barr a déclaré devant la commission qu'il n'avait découvert auc... Poursuivre la lecture

En 1974, Valéry Giscard d’Estaing avait affirmé que son adversaire n’avait pas « le monopole du cœur. » Les démocrates d’aujourd’hui et leurs supporteurs auraient grand intérêt à méditer sur cette phrase. En effet, ils adorent pointer du doigt la moindre faute de leurs adversaires – le raisonnement fût-il fautif – mais esquivent plus vite que le Flash quand on tente de leur appliquer la formule.

Prenons la triste fusillade d’un suprématiste blanc présumé à Buffalo récemment. Très vite, les laquais médiatiques des démocrates ont pointé ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles