#Chef : une recette familiale avec des ingrédients familiers

#Chef est un film sympathique, rempli de bons sentiments et donnant une nouvelle facette au classique du road trip américain.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

#Chef : une recette familiale avec des ingrédients familiers

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 29 octobre 2014
- A +

Par Aurélien Chartier.

chefPas encore bien connu du grand public, Jon Favreau commence pourtant à se faire un nom du côté d’Hollywood. Après avoir joué dans de nombreux films indépendants dans les années 90 et réalisé plusieurs comédies familiales peu mémorables (Elfe, Zathura), il finit par percer en réalisant les deux premiers Iron Man, ainsi que Cowboys & Aliens, blockbuster médiocre de 2011. Tout ceci nous amène en 2014 à son retour à la comédie familiale avec ce #Chef au thème très culinaire au premier abord.

Le film nous narre les péripéties de Carl Jasper (joué par Favreau lui-même), chef dans un grand restaurant de Los Angeles. Autrefois acclamé par les critiques, il est désormais coincé dans un restaurant ne lui laissant aucune liberté dans sa cuisine. Du côté de sa vie familiale, il est divorcé et peine à établir une connexion avec son fils d’une dizaine d’années. Ces frustrations finissent par exploser lors d’une rencontre avec un critique culinaire. Lorsqu’une vidéo de l’incident devient virale sur les réseaux sociaux, la carrière de Carl Jasper prend un brusque coup d’arrêt. Suivant un conseil de son ex-femme, il décide de se relancer en achetant un vieux food truck pour regagner sa liberté culinaire. S’ensuit un road trip dans le Sud des États-Unis avec son fils et un ancien collègue.

Si le synopsis du film peut paraître assez sombre, le scénario prend rapidement un ton plus léger dès que le projet du food truck prend vie. Le contraste est saisissant que ce soit au niveau des éclairages, où on passe d’un début à l’éclairage assez fade à un Miami vibrant et bariolé, ou de la musique d’inspiration cubaine. Les nombreux plans du Sud-Ouest américain lors du road trip sont eux aussi magnifiques et parviennent à restituer l’ambiance unique des différentes étapes (Miami, La Nouvelle Orléans et Austin), le tout assorti à chaque fois d’une excursion dans la cuisine locale. La caméra se plait dans de longs plans sur la nourriture cuisinée avec soin par les personnages principaux. N’allez pas voir ce film l’estomac vide, vous aurez du mal à tenir jusqu’à la fin !

L’enthousiasme du personnage principal pour sa cuisine est parfaitement retranscrit et on se plait à suivre ce néo-entrepreneur mettre en place son projet qui devient rapidement un succès. Le rôle des nouvelles technologies est introduit par son fils qui se charge de la promotion de son père sur les réseaux sociaux. Bien que leur rôle puisse sembler exagéré, garantissant un succès immédiat au food truck partout où il se trouve, il ne fait que refléter une réalité marketing de nos jours où la stratégie du buzz est omniprésente. Le titre français met d’ailleurs l’accent sur cet aspect du film en rajoutant un hashtag au titre initial.

chef2La relation entre Carl Jasper et son fils est également un des points forts du film. Dépeinte avec finesse, on suit les tentatives maladroites du père pour nouer une relation affective avec son fils. Un parallèle intéressant est fait entre l’utilisation de la cuisine par Carl pour toucher les gens et son incapacité à être un père idéal, jusqu’au moment où il entraîne son fils dans son aventure culinaire. Cela aurait pu être davantage développé mais ce n’était pas le thème de l’histoire narrée ici. Bien que peu original, ce thème des relations père-fils est ici touchant, notamment grâce à la performance des deux acteurs.

Le film pêche malgré tout par un excès constant d’optimisme, tout se passant trop bien pour les personnages principaux, au point que cela en devient irréaliste. Ainsi, le vieux food truck que Carl Jasper achète au début du film semble en ruine, mais ne pose aucun souci par la suite. Le policier qui les arrête lors de leur ouverture pour non-respect d’une loi locale leur fournit au final davantage de publicité. Même le critique culinaire qui déclenche l’incident initial du film finit par devenir un allié du cuistot. S’il est évident que le film cherche avant tout à avoir un ton léger, on peut regretter l’absence totale d’obstacles qui l’empêche de laisser une impression plus marquante.

S’il sera probablement rapidement oublié, #Chef est un film sympathique, rempli de bons sentiments et donnant une nouvelle facette au classique du road trip américain. Le peu d’originalité et l’absence totale de prise de risques du scénario rendent toutefois la recette finale assez fade et laissent un arrière-goût d’inachevé.

  • #Chef, comédie américaine réalisée par Jon Favreau (sortie le 29 octobre 2014), avec Jon Favreau, Sofia Vergara, Scarlett Johansson, Dustin Hoffman, Robert Downey Jr., John Leguizamo. Durée : 1h54mn
Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une fuite d’une décision de la Cour suprême sur l’avortement a été révélée par Politico. Selon le juge conservateur Samuel Alito, « nous estimons que Roe v. Wade doit être annulé et le droit à l’avortement n’est protégé par aucune disposition de la Constitution ». Un changement majeur pourrait donc survenir, environ cinquante ans après l’arrêt Roe v. Wade de 1973, où la Cour légiféra a minima sur l’avortement aux États-Unis.

La question de l’avortement reste au cœur des débats autour de la Constitution américaine notamment du fait des ... Poursuivre la lecture

Par Robby Soave.

YouTube a supprimé une vidéo téléchargée par le Comité du 6 janvier qui montrait des images de l'ancien président Donald Trump contestant les résultats de l'élection de 2020.

La fausse affirmation de Trump selon laquelle les machines à voter ont par erreur "déplacé des milliers de votes de mon compte vers le compte de Biden" a été diffusée lors des audiences du comité du 6 janvier, qui se poursuivent cette semaine. L'ancien procureur général William Barr a déclaré devant la commission qu'il n'avait découvert auc... Poursuivre la lecture

En 1974, Valéry Giscard d’Estaing avait affirmé que son adversaire n’avait pas « le monopole du cœur. » Les démocrates d’aujourd’hui et leurs supporteurs auraient grand intérêt à méditer sur cette phrase. En effet, ils adorent pointer du doigt la moindre faute de leurs adversaires – le raisonnement fût-il fautif – mais esquivent plus vite que le Flash quand on tente de leur appliquer la formule.

Prenons la triste fusillade d’un suprématiste blanc présumé à Buffalo récemment. Très vite, les laquais médiatiques des démocrates ont pointé ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles