Alzheimer : une avancée décisive

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Alzheimer credits pattoise (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alzheimer : une avancée décisive

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 28 octobre 2014
- A +

Des travaux publiés dans le dernier numéro de Nature ouvrent la voie au screening haute-fréquence qui pourrait déboucher sur la découverte de nouveaux médicaments permettant de stopper la progression de la maladie.

Par Jacques Henry.

Alzheimer credits pattoise (licence creative commons)

Il n’existe pas de modèle animal satisfaisant pour étudier la maladie d’Alzheimer. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles les progrès thérapeutiques sont aussi lents. De plus, les hypothèses -nombreuses- relatives au mécanisme d’apparition de la maladie ne peuvent donc pas être vérifiées avec le modèle animal incomplet que constituent les souris génétiquement modifiées par incorporation d’un gène identifié chez l’homme et entraînant la forme précoce de la maladie – qui est transmissible génétiquement – pour aboutir à l’accumulation de la protéine beta amyloïde. En effet, ces souris ne développent pas l’autre caractéristique de la maladie, qui est une accumulation désordonnée de neurofibrilles conduisant à la mort des cellules nerveuses. Il est donc difficile de progresser dans la recherche de médicaments pouvant éventuellement réduire soit la formation de plaques amyloïdes soit la formation de ces amas de neurofibrilles. Le développement de modèles est dès lors une préoccupation cruciale pour tout progrès thérapeutique.

On sait cultiver in vitro des neurones mais y compris avec des neurones génétiquement modifiés il était impossible d’observer l’apparition simultanée ou séquencée des deux caractéristiques histologiques de la maladie d’Alzheimer, les plaque amyloïdes et les amas de microfibrilles, tout simplement parce que les neurones sont cultivés sur la surface des boites de culture, c’est-à-dire en deux dimensions. De toute évidence les neurones ne peuvent s’organiser que dans un espace à trois dimensions comme le cerveau afin de pouvoir tisser des interconnexions entre eux.

henry

Partant de ce principe, une équipe du Massachusetts General Hospital (MGH) a développé une technique de culture cellulaire en trois dimensions en utilisant un gel spécial pour tenter de prouver quelle était la cause initiale de la maladie, des plaques amyloïdes ou des amas désordonnés de neurofibrilles. L’hypothèse amyloïde date du milieu des années 80 mais n’a jamais pu être prouvée.

hollande alzheimer rené le honzecOn sait que ce sont les amas de neurofibrilles qui tuent les neurones, or les travaux réalisés au MGH sur l’ « Alzheimer-en-boite » indiquent que c’est l’apparition de la protéine beta-amyloïde qui entraîne la formation de ces amas létaux associés à la protéine tau et non l’inverse. Cette nouvelle technique de culture de cellules souches neuronales a d’ores et déjà permis de montrer que si on bloque l’addition de phosphate à la protéine tau, les amas de neurofibrilles n’apparaissent plus malgré la présence de plaques amyloïdes.

Ces travaux publiés dans le dernier numéro de Nature (DOI: 10.1038/nature13800 ) ouvrent donc la voie au screening haute-fréquence qui pourrait déboucher sur la découverte de nouveaux médicaments permettant de stopper la progression de la maladie sinon de la prévenir à un coût très inférieur à celui utilisant des souris génétiquement modifiées. Les espoirs sont donc permis.

Source : Eurekalert


Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Encore des médicaments futurs, pour soigner une épidémie galopante de plus (obésité, diabète, Alzheimer, allergies, autisme, cancers, etc… ) qui pourrait être évité de façon bien plus efficace (10 fois moins de cas ) par prévention, en évitant jeunes toutes les cochonneries que nous mangeons, buvons, respirons, malbouffe, chimie avec des neurotoxiques et perturbateurs endocriniens en nombre infini, certains médicaments à éviter, qui détruisent le cerveau, prions cachés de la vache folle, et qui conduisent à Alzheimer, Parkinson, etc.. !! et en faisant de l’exercice intense au lieu d’être avachi !!

    C’est prouvé par une armada d’études scientifiques à lire gigantesques de quoi remplir ce site !

    • de quoi remplir ce site ! et celui de Jacques Henry multiplié alors par 100 !!

      Commencez par manger sans toutes les cochonneries, surtout pour les foetus le second mois de gestation, crucial pour toute la vie des enfants des décennies plus tard, et éviter ces épidémies de pays riches, par suite de l’épigénétique !!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Bill Wirtz.

La situation à l'usine 3M de Zwijndrecht en Belgique a ramené les produits chimiques PFAS dans l'actualité. Alors que les législateurs du monde entier s'intéressent de plus en plus à ces substances, nous devons nous rappeler que nous ne pouvons pas peindre une gamme de 5000 produits chimiques avec un seul pinceau.

Ce qui s'est passé exactement à l'usine 3M de Zwijndrecht n'a pas encore été établi. L'entreprise fait actuellement appel de la décision du gouvernement d'arrêter la production à la suite de la découver... Poursuivre la lecture

Par Patrick de Casanove.

Première partie de l'article ici.

Cette réforme offrirait en effet aux Français plusieurs milliards d'euros d'économies sur leurs cotisations (les montants exacts seront dévoilés le 18 novembre), grâce à la suppression des frais de gestion des assureurs et des mutuelles. Elle assurerait aussi une couverture de bonne qualité à l'ensemble de la population, tout en réduisant les renoncements financiers aux soins. L'Express du 9 novembre 2021

Le projet Grande sécu n’aborde le problème de la santé que... Poursuivre la lecture

Par Jean-Baptiste Noé. Un article de la revue Conflits.

La crise sanitaire du covid a démontré la nécessité pour un pays de disposer d’entreprises pharmaceutiques puissantes, capables de fabriquer médicaments et vaccins. Or le système français de fixation des prix pénalise le secteur pharmaceutique, qui recule depuis quelques années. Un étau que les acteurs politiques souhaitent desserrer.

L’inflation des contraintes réglementaires, le poids des prélèvements obligatoires et du système de fixation des prix tendent à pénaliser l’i... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles