De simples solutions pour limiter la corruption en Afrique

Tant que la pauvreté ne sera pas combattue, la corruption continuera à faire la rage.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ugandan anti-corruption sign credits futuratlasdotcom (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

De simples solutions pour limiter la corruption en Afrique

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 26 octobre 2014
- A +

Par Isidore Kpotufe, responsable d’IMANI Francophone

La corruption est mortelle CC Flickr futuratlasdotcom

Pour contrôler la corruption en Afrique, il faut d’abord combattre la pauvreté

Un des principaux maux dont souffre l’Afrique aujourd’hui est la corruption. Parlant de la question, les politiciens sont toujours accusés comme les premiers instigateurs du fléau.

Mais une analyse plus fondée et perspicace  montre que les politiciens sont loin d’être les premiers coupables de la corruption et que les « pauvres » citoyens eux-mêmes restent blâmables. Pareil, en cherchant à prescrire un antidote à ce mal qui constitue lui-même un composant de l’inégalité économique dans la société, il faut premièrement s’attaquer à la pauvreté, étant une des causes majeures de la corruption.

Qu’est-ce que la corruption ?

Selon Transparency International, « la corruption est l’abus d’un pouvoir confié, à des fins privées. Elle frappe toutes les personnes dont la vie, les moyens d’existence ou le bonheur dépendent de l’intégrité de ceux qui occupent une position d’autorité. »

Citoyens, pauvreté et corruption

Bien souvent, dans les pays africains, les gouvernements sont considérés comme des « petits royaumes divins sur terre » par les citoyens. Une telle considération donne aux gouvernants toute opportunité à entreprendre n’importe quel projet au nom du « développement du peuple ».  Par ailleurs, pour la plupart des Africains, un des moyens les plus faciles pour se créer de la richesse est d’entrer dans la fonction publique – occuper un poste dans le gouvernement.  Et c’est évident dans les mentalités des politiciens. Un ancien président ghanéen John Agyekum Kuffor affirme : « il est mieux d’être un messager dans un parti politique au pouvoir qu’un Secrétaire Générale dans un parti politique dans l’opposition. » Cette expression toute seule révèle très clairement les intentions infernales des politiciens africains.

Donc, le fait d’avoir son ami ou son frère dans la fonction publique suffit pour trouver des solutions à ses fardeaux économiques. Cette notion bien chérie par les politiciens leur permet de foncer la main dans la caisse de l’État sans rendre de compte approprié. En outre, une fois qu’une relation occupe un poste dans le gouvernement, que ce soit ministre des finances, secrétaire-trésorière de la caisse publique… ce dernier a une responsabilité imposée par son entourage de verser une « taxe. »  Cette taxe, sous la forme d’aide, de prêt, de cadeau… sort très certainement des fonds publics.

Cette pratique a longtemps encouragé la mal gérance des finances publiques dans les pays africains et entrave le développement économique.

La corruption a toujours existé parmi les hommes sous différentes formes et natures et ne peut être entièrement éradiquée ; du moins on pourra la contrôler.

Comment ?

Très simple. Comme dit plus haut, la pauvreté populaire contribue à la multiplication des actes de corruption ; et les gouvernements en Afrique ont été placés à un niveau incroyablement inimaginable, très élevé – c’est désastreux.

  • Limiter le pouvoir de nuisance des gouvernements

Les États (surtout à taille haute) créent la misère – c’est un fait historique et un fait incontestable. Les gouvernements n’ont pas de solutions aux problèmes les plus pertinents que rencontre l’Afrique. Limiter la taille des États en Afrique limitera la création des institutions, commissions, comités inutiles qui ne font que sucer le sang des populations… à travers les taxes et autres.

  • Combattre la pauvreté

C’est la misère qui pousse nombre d’Africains à prendre les politiciens pour des « petits dieux sur terre. » Et c’est cette demande de soutien financier du côté des peuples qui met la pression sur les politiciens et les oblige ainsi souvent à foncer la main dans les fonds publics. Donc, tant que la pauvreté ne sera pas combattue, la corruption continuera à faire la rage

Comment donc créer la richesse pour les Africains ?

Limiter l’aide. L’aide à l’Afrique défavorise le développement local, encourage la mal gouvernance et contribue aussi à la corruption. Il faut créer des coopérations économiques avec les autorités rurales plutôt qu’avec les gouvernements centraux. Une chose est certaine : les populations rurales sentiront directement les retombés du progrès économique dans leur localité.


Sur le web.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • bonjour , il est grand temps que d’aucuns se rendent compte qu’abreuver les gouvernements Africains de subventions ,c’est emplir « ad vitam aeternam  » le fameux tonneau des Danaïdes !
    Par ailleurs je nourris une forte suspicion envers une coopération .comme dirait l’autre ;j’ai déjà donné !
    Surtout parce que j’ai du y laisser de moi-même * déception quand aux résultats .
    Comme dit dans l’article ; aider au niveau local sans aucun compte à rendre aux organismes d’état .
    Nous avons encore pu constater l’échec de ces aides lors de la catastrophe d’Haïti ; il eut fallu d’office écarter le gouvernent de toute participation .
    * Et je vous fait grâce du travail accompli ,du matériel perso = A classer dans les pertes sèches & temps perdu à jamais .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Samuel Gregg.

Si l’on veut être cohérent dans notre lutte contre la pauvreté, nos préoccupations ne peuvent pas être enracinées dans des récits émotionnels ou relativistes sur ce que sont les êtres humains. Elles doivent être fondées sur la reconnaissance de la liberté, de la rationalité et de la dignité de chaque personne.

En 2012, le financier George Soros et Fazle Hasan Abed, qui est à la tête de l’une des plus importantes ONG anti-pauvreté, remarquaient dans le Financial Times que malgré la Grande Récession, le nombre de... Poursuivre la lecture

« La vraie question que vous devriez vous poser est : aujourd’hui l’État français prélève à peu près 62% de la richesse française et rien ne marche […] Qu’est-ce qu’ils font de notre pognon ? »

 

Ces mots de Charles Gave prononcés à l’antenne de Sud Radio sonnent comme du bon sens. Si la question initiale visait le secteur régalien, elle se pose également pour la politique environnementale. Cette année, le ministère de la Transition écologique a été doté d’un budget de 45,5 milliards d’euros, soit cinq fois celui des Affair... Poursuivre la lecture

liberté
10
Sauvegarder cet article

Il est communément dit qu’en France, le libéralisme n’aurait aucun ancrage populaire, aucune existence politique, aucun passé et donc par voie de conséquence, aucun avenir.

On est en droit de se poser la question de savoir si c'est une réalité ou un mythe savamment entretenu à la fois par les libéraux désespérés du niveau de collectivisme du pays et par les collectivistes habitués à prendre leurs vues pour des réalités.

Si cela était vrai, pourquoi entendons-nous parler tout le temps de libéralisme ?

Certes, c’est princip... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles