Quelle est l’origine des grandes fortunes ?

Beaucoup d’économistes dénoncent les inégalités. Mais combien s’interrogent sur l’origine de ces fortunes ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
nouveaux-riches

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quelle est l’origine des grandes fortunes ?

Publié le 23 octobre 2014
- A +

Par Bernard Zimmern et Valérie d’Emploi2017.

Nous entendons beaucoup d’économistes qui s’exclament sur l’importance des grandes fortunes et dénoncent les inégalités. Mais combien sont-ils qui s’interrogent sur l’origine de ces fortunes et se demandent ce que serait la croissance économique sans l’apport de ceux qui les ont créées ?
La question est d’importance car ces économistes ont fini par nous faire croire que les plus riches étaient parvenus au sommet de leur richesse en exploitant la croissance, par le seul jeu de la rente et des intérêts composés.

nouveaux-riches

 

Mais ces économistes n’ont jamais été regarder une source statistique que pourtant ils utilisent généreusement pour dénoncer les inégalités : la liste des milliardaires publiée par la revue américaine Forbes. Nous joignons les 30 premiers noms de cette liste, mais les conclusions visibles que nous en tirons restent les mêmes si nous étendons nos calculs aux 400 noms de cette liste.

L’intérêt de cette liste est de distinguer parmi les milliardaires ceux de première génération, qui ont créé cette fortune par eux-mêmes de leur vivant, de ceux qui sont devenus milliardaires par héritage de leurs parents, mais parents partis aussi de rien ou de peu, les milliardaires de seconde génération ; et enfin les milliardaires grâce à leurs grands-parents ou aïeux plus reculés.

  • Le fait essentiel est que 67% des milliardaires sont de la première génération et que ce pourcentage atteint 90% avec la seconde génération
  • En d’autres termes, 90% des milliardaires américains avaient des grands-parents pauvres ou peu fortunés.

Sauf à la gagner au jeu, ce qui semble peu probable au vu des montants, la seule façon de se construire une fortune d’un milliard ou plus en une génération est de créer des entreprises.

La liste de Fortune démontre que les très riches sont des entrepreneurs, ceux qui créent de la richesse collective

Mais sont-ils responsables de l’entièreté de la croissance économique, ou seulement d’une fraction ?

Et quelle fraction ? Que serait, sans eux, l’expansion économique que les différents pays du monde ont connue ?

C’est la question dont nous aimerions penser qu’elle préoccupe ou a préoccupé des économistes, et savoir quelle réponse, ou début de réponse ils ont pu lui apporter.

Liste des milliardaires américains et origine de leur fortune
liste-milliardaires-b60b0
—-
Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
riches
0
Sauvegarder cet article

Par Michel Kelly-Gagnon.

Plusieurs commentateurs, dont certains se présentent par ailleurs comme étant spécialistes en fiscalité, aiment répéter ad nauseam sur toutes les tribunes publiques que « les riches ne paient pas d’impôt ».

En tout cas, si certains riches réussissent peut-être à éviter de payer l’impôt sur le revenu grâce à diverses manœuvres (légales ou non), je peux vous assurer que plusieurs en paient, et une claque à part ça !

l'Un de ces riches, un bon ami à moi, lequel fait clairement partie du 1 % des contr... Poursuivre la lecture

Par Guillaume Périgois.

Elon Musk, Bill et Melinda Gates, Bidzina Ivanishvili, MacKenzie Scott, Min Kao et Charles Feeney prouvent qu'il existe de multiples façons de mettre sa fortune au service de l'amélioration du monde et de la condition de son prochain.

Elon Musk : de la Terre à Mars

L'une des premières choses que le fondateur de Tesla a faite lorsqu'il est devenu l'homme le plus riche du monde le mois dernier a été de demander conseil sur la façon d'être un meilleur philanthrope.

Mais le nouveau Texan semble avoir u... Poursuivre la lecture

Par Simone Wapler.

Le Conseil d’analyse économique a fait une brillante découverte : durant le confinement, les riches ont épargné tandis que les plus démunis n’ont pas réussi à joindre les deux bouts. De mars à fin août, 46,58 milliards d'euros ont été mis de côté dont 32,2 milliards par les 10 % les plus riches.

Le Conseil d’analyse économique est un des multiples machins payé par le contribuable. C’est même un machin dans le machin car situé dans la nébuleuse de France Stratégie.

Le CAE est censé éclairer Matignon. Or ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles