Écotaxe et consentement à l’impôt

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Portique écotaxe sur une autoroute française (Crédits : Murielle29, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Écotaxe et consentement à l’impôt

Publié le 9 octobre 2014
- A +

L’écotaxe n’en finit pas de renaître. Il y a quelques jours, le conseil municipal de Paris s’entourait de mille et une précautions pour ne pas éveiller le moindre soupçon qu’une nouvelle dégelée de ponctions allait s’abattre sur le contribuable parisien et avouait, à mots choisis, que cette taxe, destinée à frapper (d’abord) les transports routiers de marchandises, serait de toute façon mise en place au début de l’année 2015, qu’on le veuille ou non, circulez, y’a rien à voir et tout à taxer.

Et effectivement, comme prévu, la lente progression administrative vers le flicage automatisé de toutes les routes de France continue, camouflé en droit de passage des méchants camions étrangers qui viennent jusque dans nos bras abîmer nos routes de campagne, aux armes citoyens et tout le tralala. Et quoi de mieux pour camoufler le camouflage qu’envelopper tout ça dans l’épais papier coloré d’un écologisme de bon aloi ?

ecomouv

C’est exactement ce à quoi s’emploie Ségolène Royal avec sa Ségotaxe. Las. Cette nouvelle ponction ne passe vraiment pas. Malgré toute la bonne volonté dont pourrait faire preuve le ministre de l’Écologie et des Punitions Environnementales pour mettre en place une ponction supplémentaire sans déclencher de cris, le contribuable ponctionné commence à émettre des grognements de plus en plus audibles : l’Organisation des transporteurs routiers européens (OTRE) réclame ainsi l’abandon pur et simple du projet de péage de transit poids-lourds (cette fameuse écotaxe qui ne ferait pas de mal à une mouche, n’aboutira jamais à un contrôle routier supplémentaire et ne sera promis juré craché jamais adaptée pour les véhicules particuliers). Et histoire de bien faire comprendre que les routiers, jadis sympas, en ont assez de se faire rouler dessus, ils ont déposé un ultimatum et laissé au gouvernement jusqu’au 15 octobre pour revenir sur la nouvelle taxe.

Immédiatement, notre ministre, sentant sans doute que l’affaire prenait une tournure délicate, a rapidement tenté de calmer le jeu, avec une déclaration des plus limpides, sans aucun doute apte à apaiser les plus vindicatifs :

Il faut se calmer un petit peu parce que les circuits qui relèvent de ce péage de transit ont été considérablement réduits.

ségolène wtfLes circuits ont été considérablement réduits. Les klaxibules ont été renforcés. Les rotabidons seront parallélisés. Tout va bien.

Autrement dit, vous serez toujours ponctionné, mais sur une distance plus courte. Et tout ça sans renoncer ni au principe, ni au calendrier. Voilà qui doit mettre en joie, non ? Ce n’est pas clair, et c’est sans doute dû à la confusion dans laquelle s’ébroue péniblement Ségolène Royal. En effet, l’écotaxe l’embarrasse de plus en plus, qui est contrainte à gérer un dossier qu’elle ne maîtrise pas, et dont elle a hérité tant de la précédente majorité (qui l’a initiée) que du gouvernement Ayrault qui lui trouvait suffisamment d’avantages pour la laisser en place (ou trop d’inconvénients à l’abandonner, au choix). Et paradoxalement, elle ne peut revenir en arrière sans dénoncer le principe même de pollueur-payeur dans lequel son action politique s’inscrit, sauf à devoir jongler avec un comportement schizophrénique trouvant nul l’installation de portiques dans le paysage français, mais louant tout de même l’idée d’aller tabasser de taxes les camions en transit.

Cette confusion promet, au moins pendant quelques jours, de laisser perplexe les différents acteurs de ce drame fiscal qui se met gentiment en place. Passé ce délai, on risque en revanche de voir les uns et les autres s’agiter.

Pour les taxés, il apparaît de plus en plus clair que les choses ne se passeront pas toutes seules. Il faudra attendre le 17 octobre pour voir si l’ultimatum est suivi d’effet, d’autant qu’on peut parier sans risque que le gouvernement ne va pas lâcher du lest tout de suite. Mais si, d’aventure, nos amis camionneurs se décident à bloquer les routes, la situation pourrait bien échapper rapidement à tout contrôle. En effet, à l’instar des agriculteurs, les camionneurs font partie de ces populations qui ont largement démontré ces dernières décennies leur capacité à se mobiliser et faire connaître leurs griefs de façon musclée. Or, la même écotaxe a réussi, à la fin de l’année dernière, à mobiliser de façon durable les Bonnets Rouges bretons, excédés de voir pousser ces étranges portiques, et qui détruisirent proprement ce que l’envahisseur bobo-parisien écolo-compatible tentait de faire passer pour une mesure idoine afin de réduire la pollution.

Au passage, ce genre de mécontentement populaire et démonstratif est assez mal géré par la gauche qui, d’habitude, est plutôt du côté de ceux qui manifestent. La presse avait d’ailleurs fait un fier travail de diabolisation des révoltés fiscaux sans parvenir à convaincre qu’ils n’étaient qu’un ramassis de patrons et de bourgeois tentant une jacquerie mal à propos. Le bilan, on s’en souvient, avait été une reculade du gouvernement, montrant bien que la question était bien plus épineuse qu’il n’y paraissait au premier regard.

sapin et le consentement à l'impôt

En réalité, Ségolène Royal traîne son écotaxe comme un boulet encombrant et doit avoir perçu que la moindre fausse manœuvre risquait d’entamer franchement ce consentement à l’impôt qui semble de plus en plus fragile dans le pays : depuis la rentrée de septembre, la nervosité grandit autour des bâtiments publics dédiés à la tonte fiscale, et on compte déjà quatre incendies de ces locaux pompeusement rebaptisés Centre des impôts.

Cette nervosité, visible chez les imposés, commence à se voir aussi chez le personnel imposant, au point que la presse s’en fasse le timide relais.

Oh, bien sûr, il serait plus que prématuré de s’imaginer voir plus, ici, qu’une petite série d’agacements locaux, et il reste encore assez peu probable que tout ceci s’aggrave, tant les ventres sont pleins et les têtes occupées avec les calembredaines télévisuelles et gouvernementales. Mais il n’y a pas besoin de faire beaucoup d’efforts pour comprendre ce que pourrait entraîner un mouvement de camionneurs excédés, bloquant de grands axes routiers, pendant plusieurs jours, et réclamant bruyamment l’abandon d’une taxe : la multiplication des revendications sectorielles, des expressions plus ou moins vives de ras-le-bol fiscal, et, pourquoi pas, la cristallisation de l’un ou l’autre mouvement de refus de payer un impôt devenu trop lourd et dont on peine franchement à voir où il passe.

portique multitaxe Bercy

Et du point de vue gouvernemental, s’il y a bien quelque chose qu’il ne faudrait surtout pas attraper maintenant, c’est une fiscalite aiguë, cette maladie grave d’un pays en faillite dont le peuple décide, du jour au lendemain, qu’il va chercher son bonheur ailleurs que dans une feuille d’impôt, aussi écoconsciente, citoyenne et festive soit-elle. Ce genre de maladies serait problématique à plus d’un titre : d’une part, cela accroîtrait les difficultés de bouclage d’un budget devenu un véritable casse-tête (bisous Sapin, hat tip Moscovici). D’autre part, cela montrerait au monde entier que la capacité de l’État français à recouvrer l’impôt, ce qui lui permet actuellement de rembourser sa dette, serait brutalement amoindrie. S’ensuivrait probablement une longue spirale de gros soucis baveux, depuis la hausse des taux jusqu’à la fuite des investisseurs, en passant par les gros yeux de la Commission Européenne et de nos partenaires de l’Union.

Autrement dit, si jamais les petites tensions observées devaient cristalliser, avec ou sans l’aide de camionneurs, vous pouvez parier que la nervosité du gouvernement tournerait rapidement à la panique, bien mauvaise conseillère. Fiscalement, les prochains mois promettent d’être… intéressants.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (31)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (31)
  • le gouvernement essaye de repartir la charge de la dette sur les gens qui gagnent encore un peu d’argent. L’austerité est donc bien réelle et commence d’ailleurs à étouffer le moteur de la France.

    L’austérité pour l’Etat, non mais, vous rigolez ou quoi ?

    Tres mauvais calcul d’un parasite en train de se tirer une balle dans le pied. Mais finalement, je vais l’encourager sur cette voie. Il serait plus simple d’ailleurs de rajouter des radars à 30 km/h sur les routes de campagne par exemple. Ça passe très bien ce genre de chose.

    J’en profite pour exprimer mon dégoût pour les ingénieurs qui conçoivent des routes. Celles ci ne permettent plus aux poids lourds de circuler, tuent des motards grace aux chicanes et aux dos d’ane. Crèvent les pneus et détruisent les jantes des voitures.
    Et en plus, elles sont moches.

    Mais, nos élus s’en tappent. Les helicos n’ont jamais de problèmes de circulation ! On est bête. Bêêê

  • Oh, mais de quoi se plaignent-ils ces routiers pas sympas? Puisqu’on nous a promis-juré la stabilité fiscale? Ni hausse de taux, ni nouvelle taxe, ni « dynamisme de la fiscalité locale » (très belle expression de M. Sapin), ni réduction de prestation sociale, bien sûr. Le consentement à l’impôt devrait être stable lui aussi, non?

  • « Il faut se calmer un petit peu parce que les circuits qui relèvent de ce péage de transit ont été considérablement réduits. »

    J’adore! Et je reformule: « il faut se calmer un petit peu parce qu’on vous avait prévu un coup de pied au cul par jour et finalement on n’en fera qu’un par semaine »

  • Que les routiers ne bloquent pas les axes routiers autour des grandes villes!
    Quelle drôle d’idée d’avoir installer ces portiques pour financer soi disant les infrastructures ferroviaires

    La route pour aller travailler

  • En même temps faut arrêter de gémir, nos dirigeants sont des nuls ? la démocratie est baffouée ? Alors sortons un peu de nos coquilles et mettons les dehors ! De toutes les manières ils ne comprennent que la manière forte.

  • Super, ça commence a sentir le roussi pour toute cette caste de petits énarques malveillants; Le consentement a l’impot oui pour payer des choses utiles a la nation pas pour engraisser ces porcs autoproclamés représentants du peuple qui ne cessent de gaspiller notre pognon et vivent comme des nababs a notre insue

    • « vivent comme des nababs a notre insu »
      Non non! pas à notre insu, réveillez-vous et ouvrez les yeux, ils le font au grand jour, sans honte et sans pudeur, ils nous méprisent, nous les « sans dents ». En plus une grosse majorité de français croit encore aux balivernes débitées journellement dans les médias, ne se posent aucune question et espèrent encore en des lendemains qui chantent! Quelle misère intellectuelle!!!

  • Le recouvrement d’un impôt ou d’une taxe coûte, TOUJOURS, entre 0.5 % et 1,5 % de ce qui rentre dans les caisses de l’Etat. Le recouvrement de l’éco taxe (dénomination stupide) coûte 20 %, ce qui est absolument jamais vu et représente un gaspillage inadmissible qu’aucun pays européen n’accepterait.
    Pour couronner le tout c’est une firme italienne qui est chargée de la gestion !!! En caricaturant un peu, on est dans la fuite des capitaux et le blanchiment d’argent organisé par l’Etat.
    Enfin rendons à César ce qui appartient à César, c’est bien Mme Kosciusco-Morizet à qui revient la maternité de ce chef d’oeuvre .

    • Qu’ils soient Pierre , Paul ou Jacques peut importe ils sont avant tout énarques, cette école se moque de l’intéret des populations et ne se préoccupe que du bien être de ses clients,au frais de la nation; Une vraie secte malfaisante rèponsable de tous les maux dont souffre notre pays

      • NKM n’est pas énarque. C’est une des rares scientifiques / techniques (hors médecins) dans le monde politique.
        Ce qui rend d’autant plus incompréhensibles les décisions politiques qu’elle a portées.

        • Les femmes en politique, en France…..mouaaaaaah.

          Imaginez Ségo qui fait péter son petit coup de gueule quand elle arrive dans son ministère:
          halte aux gros cochons !

          Elle en sait quelque chose, pour avoir frayer avec le gratin socialiste Froançais.
          DSK et comparses: les héritiers de la mite.

          Dans ces sphères pipo-politiques, le zizi, la coke et le champagne, sont forcément accompagnés de call girl et de ministres femmes.

          Une Najat sans culotte, en mini juppe, posant sur une chaise stark pourrait être la seule chose positive et respectable de ce gouvernement.

          • J’ai toujours considéré un(e) porte-parole comme par essence l’équivalent un(e) péripatétipute.

            Avec Najat, ça a de la gueule.

        • NKM scientifique ? Combien de publis ?
          Femme d’énarque, fille, petite-fille et arrière-petite-fille de politiciens, entrée directement à Bercy à l’issue de ses études. N’insultez pas les X qui ont eux choisi une carrière scientifique / technique.

          • C’est donc là que vous avez fait vos études ?
            Bravo à vous.

            Je vous taquinerai plus sur les molécules chimiques. Apres tout, chacun est libre de se brosser les dents avec du désherbant 🙂

            Pour en revenir à la concentration et la toxicité, vous avez raison. Les tests sur les petites souris sont avec une molécule, voir quelques unes.

            Il faudrait (je vous propose, à vous de disposer :), tester un millier de molécules en même temps sur la souris. Puis on compte le nombre de jours avant sa maladie. Vous pourriez faire ça pour moi ?

            Juste pour infirmer ma théorie et confirmer la votre.

  • Car ce qui touche à la route doit être avant tout pour les citoyens, je réclame le droit d’être propriétaire d’un radar sur un axe Parisien.

    Les entreprises qui sont de combines avec l’état sont bien entendue privées…..et ont un marché suite à des appels d’offres en règles. Aucun dessous de table, ni rétro commissions la dedans. Que du bonheur.

    Libérons les radars et les portiques qui défigurent nos routes et nos campagnes ! Allons, allons, égorgeons nos moutons, la la la, nos fils et nos compagnes. C’est beau cet hymne national. Plein de sang, de larmes, d’atrocités.

    Il y a bien des pays qui ont des airs qui parlent des vertes montagnes, des ruisseaux et des petits oiseaux…..pas de chance pour nous !

  • Je viens de lire sur Le Figaro que des élus et associations d’automobilistes plaidaient pour une renationalisation des autoroutes, ce qui coûterait 30 milliards d’euros…On en a pas fini, et les français semblent vraiment demandeurs..

    • C’est intelligent ça !
      On paie déjà plusieurs fois chaque service d’Etat: alors nationalisons encore plus !

      Par exemple l’école dite publique.

      Il faut payer sans arrêts. L’Etat ne paie plus. (enfin si, mais à 365 jours)

      Alors, comme nous sommes gentils tout plein, on paie une fois pour les impôts et puis une fois pour l’école.

      N’oublions pas que l’édna est le 1° budget de France. Mais que font ils du pognon ?
      Ils doivent se torcher avec, c’est pas possible autrement.

      Cette logique devient vraiment nauséabonde.

  • Et bien Ségo elle est sympa avec les routiers car elle vient de reporter l’écotaxe sine die . (Donc elle ressortira un jour ou l’autre sous une autre forme)

    • Belle performance. Elle a vaillamment résisté pendant 2 jours? 3 jours?

      Oyez, oyez, braves gens, si vous travaillez dans le secteur des transports, vous pouvez faire reculer la direction de votre entreprise et / ou le gouvernement sur tous les projets qui vous dérangent. Air France, SNCF, RATP, taxis, routiers…

  • Bon, preuve est faite. sans violence, ou menaces de violences, l’Etat est totalement sourd aux revendications du peuple. L’abdication du gvt face aux routiers a une seule raison : la peur de l’étincelle qui fait tout sauter. Donc, si nous voulons que ça change il faut faire peur à nos dirigeants.

    • « Donc, si nous voulons que ça change il faut faire peur à nos dirigeants. »

      C’est fait ! sous des airs zen ils ont peur, sinon pourquoi croyez-vous qu’ils reculent à chaque fois : ils sont cuits, ce n’est plus qu’une question de temps.

    • Les corses et les cgtistes ont compris cela depuis longtemps.

  • Félicitations pour votre esprit d’à propos cher H16: l’hypernormale qui nous concocte la plus importante réforme du quinquennat (le concours est ouvert et la madame pense qu’elle va tous les pulvériser) vient d’annoncer: primo, l’abandon de l’écotaxe (et oui ça décoiffe!), secondo (faut pas pousser grand-mère…), elle envisage de taxer les sociétés d’autoroutes pour remplacer ladite écotaxe!
    C’est pas de l’hyperactivité néo-ultra-libérale ça?

  • Pour remplacer l’écotaxe, Royal prétend désormais taxer les profits des autoroutes. Comme d’habitude, cette proposition fait suite à une série d’articles dans certains médias dénonçant, fort opportunément depuis quelques jours, les profits jugés scandaleux des sociétés gérant les autoroutes. Une nouvelle fois, on note la remarquable synchronisation du tribunal médiatique (sans appel) avec les pathétiques saillies fiscales du pouvoir.

    Quelques pigeons (dont les représentants auto-proclamés des automobilistes) qui espéraient obtenir une baisse des péages, au nom de la lutte des classes routières, en seront pour leur frais : ce sont bien les automobilistes qui, au final, paieront l’écotaxe grimée en taxe autoroutière. Ces pigeons n’ont toujours pas compris qu’on ne négocie jamais avec l’Obèse. On ne discute pas avec le Truand et ses 40 voleurs : on les empêche de nuire.

    La connexion des médias avec le pouvoir et leurs tentatives éhontées de manipulation de l’opinion sont de plus en plus caricaturales. Beurk ! Ils n’ont toujours pas compris qu’ils creusent leur tombe, frénétiquement.

    • « La connexion des médias avec le pouvoir et leurs tentatives éhontées de manipulation de l’opinion sont de plus en plus caricaturales. »

      Un exemple, s’il en était besoin ?

      En rapport avec l’abandon de l’écotaxe décidée hier par Mme Royal :
      La chronique de Thomas Legrand de ce matin sur France-Inter (~ 7h45), suivie de la totale désapprobation de la décision gouvernementale par les soit-disant « débateurs » Dominique Seux et Bernard Maris… 🙁

  • aujourd’hui , j’étais au champignon , demain j’y retourne . les champignons l’état me les prendra pas . me défoncer au travail pour le moment c’est fini , tant que les ponctions seront au niveau actuel .

  • Je viens de faire un tour sur socialter. Pendant un moment je me suis demandé si c’était un site de canulars comme le gorafi…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Jonathan Frickert.

Votée tard dans la nuit de mardi à mercredi, le Sénat a validé le projet d’une écotaxe frappant les camions circulant sur l’autoroute A35 reliant les deux villes alsaciennes de Saint-Louis au sud à Lauterbourg au nord.

Si le projet doit encore recevoir l’aval de l’Assemblée nationale, le principe semble être acté, d’autant qu’il avait été annoncé en catimini par une ordonnance publiée au printemps et ouvrant la possibilité d’une taxe sur le fret routier en Alsace.

Il faut dire que l’autoroute en que... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

À peine rentrée de vacances et l’esprit encore bien loin du terrain politico-économique qui m’occupe ici ordinairement, je jette néanmoins un œil nonchalant sur les dernières nouvelles de l’actualité française et qu’apprends-je ?

Que « l’économie française se porte bien ! », qu’elle a réalisé un véritable « exploit » sur le plan du chômage, que le retour au niveau d’avant-crise est prévu pour la fin de cette année et que la France peut s’enorgueillir des meilleurs chiffres de croissance de la zone euro ! C... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Michel Gay.

L’écotaxe avait été imaginée par le Grenelle de l'environnement de 2007, puis abandonnée fin 2014 suite à la fronde des « bonnets rouges » qui emporta les portiques et leurs caméras de contrôle après une coûteuse installation aux frais du contribuable et n'ayant jamais servi.

L'écotaxe : la taxe « écologique » de trop

Suite aux réflexions orientées par des professionnels lors la Convention citoyenne pour le climat, et au projet de loi présenté le 10 février 2021 en conseil des ministres, l'exécutif s’interroge su... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles