Politique française : comment libéraliser ?

Il est grand temps de mettre l’individu au centre du jeu politique pour assurer l’épanouissement de la citoyenneté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Léviathan (image libre de droits)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Politique française : comment libéraliser ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 octobre 2014
- A +

Par Fergane Azihari.

 

leviathan credits tallworthy (licence creative commons)

La crise de la représentation démocratique que vivent les citoyens français semble altérer les fondations du contrat social. Le sentiment des individus qui n’ont pas l’impression d’être suffisamment considérés dans l’élaboration des règles qui régissent leur vie quotidienne s’apparente à celui d’une servitude aux antipodes de l’idéal de liberté qui fonde la démocratie. Mais cet essoufflement constitue une opportunité de réécrire le contrat social. Après soixante-six années de régime rythmé par un césarisme présidentiel dans un environnement politique oligopolistique, le tout conformément au paradigme jacobin, il est grand temps de mettre l’individu au centre du jeu politique pour assurer l’épanouissement de la citoyenneté. C’est tout l’intérêt d’une VIème République parlementaire, pluraliste, fédérale et post-nationale.

Abolir le césarisme présidentiel au profit d’un régime parlementaire

Les Français aiment crier leur républicanisme sur tous les toits. Leur régime n’en reste pas moins l’un des plus monarchiques d’Europe. Parmi leurs concitoyens européens, seuls les Roumains ont un régime politique plus ou moins semblable à la Vème. Le Conseil de l’Europe leur recommandait de s’inspirer du régime gaulliste pour éviter de démocratiser leur pays trop vite. Difficile de faire plus monarchique qu’un régime qui consacre la toute-puissance d’un exécutif qui ne rend pas de compte et qui assujettit un « Parlement » réduit au rôle de vulgaire chambre d’enregistrement. Une démocratie forte requiert pourtant une assemblée forte vis-à-vis de l’exécutif. Un régime parlementaire reviendrait à accroître la responsabilité des gouvernants par rapport aux gouvernés. Cela amoindrirait la dimension hiérarchique du pouvoir politique et le rapport de domination qui en résulte en confortant la liberté politique et l’égalité juridique des citoyens. Le Chef de l’État se contenterait d’un rôle d’arbitre. Le Premier ministre serait élu à travers la représentation parlementaire et serait titulaire de l’intégralité du pouvoir exécutif. Sa responsabilité ainsi que celle de son collège aurait enfin un sens. Le parlementarisme valoriserait le débat d’idées alors que le semi-présidentialisme actuel insiste davantage sur le plébiscite d’une personnalité en entretenant tous les cinq ans le mythe de l’homme providentiel. Mais l’instauration du parlementarisme n’est pas suffisante pour résoudre les problèmes démocratiques de notre société. Libéraliser la vie politique française passe aussi par l’abolition du bipartisme.

Abolir le bipartisme oligopolistique au profit d’un pluralisme concurrentiel

La qualité de l’offre politique ne satisfait plus la demande citoyenne. Or cette qualité n’a aucune chance de s’améliorer compte-tenu du manque de concurrence. Le mode de scrutin actuel bénéficie aux partis les plus puissants qui se voient placés dans une situation oligopolistique. Les partis en position dominante ne ressentent aucunement le besoin de produire une offre politique de qualité pour rester au pouvoir. Au contraire, la proportionnelle intégrale induirait plus de concurrence. Il serait plus facile pour n’importe quel mouvement citoyen d’entrer en politique. La vie politique serait moins élitiste. Il en découlerait une compétition accrue qui obligerait les partis (notamment les plus puissants) à innover et à produire une offre politique de qualité sous peine de perdre leur électorat. Ce phénomène serait amplifié avec la suppression des subventions. Les citoyens ne seraient plus contraints de financer via l’impôt des partis auxquels ils n’adhérent pas. Les mouvements politiques deviendraient plus dépendants de leurs adhérents et sympathisants et donc plus responsables vis-à-vis de ces derniers. Ils seraient obligés d’être plus attractifs et donc plus démocratiques et transparents. Les partis politiques étant de véritables lieux de pouvoir et d’expression citoyenne, leur démocratisation interne est consubstantielle à celle de la vie politique française. Parachever le processus de démocratisation requiert enfin l’abolition du jacobinisme. C’est ainsi qu’il faut amorcer la construction d’une véritable culture de la subsidiarité tout en cessant de fonder l’action politique sur l’identité nationale.

Abolir l’État-nation jacobin au profit d’un fédéralisme post-national

Si la démocratie est la forme de société dans laquelle les individus sont libres d’édicter les règles qu’ils s’appliquent, le modèle unitaire et centralisé propre au jacobinisme n’est assurément pas la forme la plus pure de démocratie. Ce modèle tend au contraire à nier la singularité de l’individu au profit d’une dictature de la majorité uniformisante. Une véritable démocratie encouragerait au contraire une décentralisation maximale des pôles constitutionnels, législatifs et administratifs afin de les rendre plus respectueux de la diversité des réalités individuelles. Le fédéralisme requiert donc que l’on cesse d’amalgamer égalité juridique et uniformité constitutionnelle et législative. Tous les citoyens seraient égaux devant les ordres juridiques auxquels ils décideraient de se soumettre. En outre, la liberté de circulation due à l’absence de frontière permettrait à l’individu de choisir l’offre politique qu’il préfère sur un espace géographique donné. Cette concurrence politique libérerait les initiatives politiques locales. Les territoires seraient libres d’expérimenter de nouvelles formes de démocraties. Chacun s’inspirerait des réussites et des échecs des voisins.

La fin du jacobinisme doit enfin être parallèle à celle de l’État-nation. Il s’agit là d’un concept liberticide qui autorise l’État à régenter l’identité de l’individu pour mieux la soumettre à un cadre arbitrairement défini. De plus, conditionner l’exercice des libertés individuelles à l’allégeance à une identité nationale revient à exclure de la Cité l’individu coupable de ne pas partager l’identité dominante. Il en découle un autre rapport de domination du fait d’une institutionnalisation de la xénophobie qui bride l’universalité de la liberté. Cela dénature logiquement son corollaire, la démocratie. La citoyenneté devrait au contraire être rationnellement fondée, c’est-à-dire octroyée en fonction de la résidence en lieu et place de l’allégeance à cette religion qu’est la nation.

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • partage l’opinion de contrepoint. Comment faire pour mettre en pratique ce qui n’a jamais existé
    bonne journée

    • Abolir le nationalisme me semble une étape primordiale. Le nationalisme entretient l’idée fallacieuse que l’échelle nationale est le cadre principal voire exclusif de la liberté. Ouvrir le droit de vote aux étrangers permettrait de porter un coup à cette idée et donc à amorcer la libéralisation de la vie politique française.

      • Le droit de vote aux étrangers, c’est une mesurette, et abolir le nationalisme, c’est une utopie et un vaste programme, comme celui de l’article d’ailleurs. Donc on en revient toujours à la même question : théoriquement, on est d’accord, on peut même peut-être convaincre une majorité de citoyens si on leur présente bien les choses, mais ensuite ? Ceux qui ont le plus à perdre sont maîtres de l’ordre du jour, et rien n’indique qu’ils pourraient cesser de l’être dans un avenir proche.

        • « Tout le monde savait que c’était impossible. Et puis un jour est arrivé quelqu’un qui ne le savait pas et qui l’a fait. »
          Churchill.

          Il y’a de nombreuses raisons de ne pas faire les choses. Qu’elles soient difficiles à accomplir n’en fait pas partie. Une telle attitude est clairement un aveux de faiblesse et d’impuissance. Quand on est faible et impuissant, par définition, on ne fait rien.

          D’autre part, j’ai entendu les mêmes mots dans la bouches de gens qui cherchaient à promouvoir leur propre agenda, en le présentant comme plus pragmatique mais équivalent quand en fait, il allait clairement à l’encontre de ce que l’on recherche.

          Partir perdant ou dans le mauvais sens au prétexte que c’est plus façile.
          Aucune de ces deux attitude ne me convient.

  • Nous n’en sommes même plus à « la dictature d’une majorité uniformisante », mais à celle de minorités agissantes car bien placées…

  • Très bonne analyse mais dont l’application dans les faits se heurterait au tempérament latin propre a notre pays,: Ce genre d’organisation réussit dans les pays anglo-saxons mais pas en Europe du sud ; Il suffit de regarder dans les régions et dans les départements qui reproduisent, envers et contre les citoyens les mêmes dérives qu’au niveau de l’état avec plétore de personnel très très grassement payés et dépenses somptuaires avec l’argent des autres.La France serait un pays formidable si elle n’était peuplée de francais

    • Certes les collectivités territoriales peuvent reproduire le même étatisme à l’échelle locale. Mais dans la mesure où une décentralisation maximale intensifierait la concurrence entre les territoires (et donc la mobilité des individus), les collectivités seraient moins enclines à faire n’importe quoi sous peine de perdre leurs citoyens.

      • la concurrence entre les territoires est une machine de guerre. En revanche la concurrence pour relancer les activités économiques par la création d’entreprises est possible et urgente et ce dans nombre de territoires.

        • Comment peut-on admettre la nécessité d’instituer plus de compétition sur le marché pour faire émerger de meilleures offres/solutions économiques & commerciales tout en abhorrant la compétition sur un espace géographique donné pour faire émerger les meilleurs offres et solutions politiques ?

          • Redéfinir les ancrages économiques locaux et supprimer les anciens monopoles puis développer de nouvelles entreprises en France qui remplaceront ces monopoles.

            • je voulais rajouter que les monopoles peuvent être aussi les communes
              Donc je propose de supprimer ces monopoles de gestion par des entreprises qui développeraient des spectacles (salle des fêtes), actuellement c’est le contribuable qui paient des impôts pour une salle hyper coûteuse

            • Supprimer les lois qui protègent ces monopoles, et ils sauteront d’eux-mêmes.

              S’ils ne sautent pas c’est qu’ils sont légitimes (c’est à dire que personne d’autre n’a l’intérêt ou l’envie de proposer les mêmes services).

              Dans le même ordre d’idées, il est important de supprimer les organismes de protection de la concurrence, qui n’a pas besoin de ça, bien au contraire. Et en parallèle les subventions qui, pour le coup, nuisent réellement à la concurrence.

  • « cet essoufflement constitue une opportunité de réécrire le contrat social »

    ah bon ce contrat social existe à l’écrit? Vous l’avez vu et signé?

    Blague à part, autant la décentralisation maximale semble être la bonne voie, autant je ne vois pas en quoi une république parlementaire permettrait quoi que ce soit. L’institution féconde en législation, c’est bien le parlement, or on en meurt de toute cette législation.

    • Exact. Commençons déjà par définir exactement le périmètre de l’état (c’est à dire quelque chose qui n’inclus ni les questions sociales, ni les questions religieuses ni économiques…), on verra après pour l’organisation.

      Autre chose qui me paraît important est de soumettre toute hausse d’impôt à un référendum, par exemple, ou bien en tout cas à un réel contre-pouvoir.

    • De fait, le Parlement n’est qu’une vulgaire chambre d’enregistrement à la botte d’un exécutif irresponsable.. Le régime parlementaire amoindrirait simplement la dimension hiérarchique du pouvoir en France. Mais je vous rejoins sur le fait que ce n’est pas l’alpha et l’oméga de nos problèmes.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Je vous ai déjà parlé de mes conversations déprimantes sur le climat et la démocratie. En voici une troisième qui s'est tenue samedi dernier : mon interlocuteur, ingénieur, admet volontiers que la Terre a déjà connu des évolutions climatiques d'ampleur mais il considère que le contexte actuel des émissions anthropiques de CO2 va provoquer un changement à la fois si dramatique et si rapide, plus rapide que jamais auparavant, que l'Homme sera incapable de mettre en œuvre son génie technologique dans les temps pour s'adapter à la nouvelle donne.... Poursuivre la lecture

dames conduisant une voiture près de la mer
5
Sauvegarder cet article

D’article en article sur Contrepoints, de nombreux auteurs ont largement argumenté sur les dérives de  l'idéologie écologiste et comment elle dessine peu à peu les contours d’un avenir dystopique, comme on dit maintenant. Même aseptisé ce mot semble presque irréel, relevant d’un cinéma d’anticipation dont les cauchemars ne pourraient « bien évidemment » pas se réaliser, tentons-nous de nous convaincre pour nous rassurer.

Dimanche, longeant la mer sur la Côte d’Azur, par une belle et plutôt douce journée automnale, je pensais à tout ce ... Poursuivre la lecture

Le 2 novembre se célèbre la journée mondiale pour le droit de mourir dans la dignité.

En réalité la périphrase désigne l’euthanasie ou le suicide assisté. Le climat politique illibéral dans lequel baigne la France rend difficile l’affirmation de choisir sa mort. Pourtant, la philosophie classique proposait une herméneutique de l’existence articulée autour de la mort.

Pour Socrate, savoir vivre impliquait savoir mourir et la philosophie n’est autre chose qu’une « pratique de la mort » (mélétè thanathou) : mourir dans le corps pou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles