Entreprise : le profit reste le nerf de la guerre

N’en déplaise à Xavier Fontanet, il semblerait que le profit est ce qui permet à l’entreprise de durer : sans profit, une entreprise est vouée à la mort.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Xavier Fontanet

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Entreprise : le profit reste le nerf de la guerre

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 2 octobre 2014
- A +

Par Philippe Robert.

Xavier Fontanet
Xavier Fontanet

 

L’ancien président d’Essilor International, Xavier Fontanet, désormais professeur affilié de stratégie à HEC, vient de publier Pourquoi pas nous ? dont, au même titre que son premier ouvrage, je me suis délecté avec, toutefois, une interrogation existentielle concernant sa façon de considérer le profit. En effet, à moins de n’avoir pas compris que M. Fontanet maniait une forme d’humour dont le sens m’a alors totalement échappé, j’ai été fort surpris de lire les lignes suivantes (pp. 36 & 37) se rapportant à la défense de l’entreprise et donc tout naturellement, me semble-t-il, à celle du profit, l’auteur nous faisant alors part de sérieuses réserves :

Il faut bien dire que la défense de l’entreprise a souvent été prise par des ultralibéraux qui sont aussi des universitaires et des théoriciens. J’ai du respect pour les travaux de Milton Friedman, mais en disant que l’entreprise est là essentiellement pour faire du profit, il en donne une image caricaturale.

Dont acte mais que d’amalgames, mes aïeux !

À titre personnel, j’éprouve une grande admiration pour Xavier Fontanet à mes yeux justifiée par une réussite hors du commun à la tête d’Essilor International. Mais il m’apparaît néanmoins que le profit représente aussi le nerf de la guerre qui permet à une entreprise de fonctionner durablement : sans profit, une entreprise est vouée à la mort.

Dans son dernier ouvrage L’État de connivence – En finir avec les rentes, Jean-Marc Daniel fait grand cas des travaux du prix Nobel d’économie (1971) Simon Kuznets (1901-1985) qui a consacré toute sa vie de chercheur à essayer de comprendre et de décrire le processus d’expansion économique, donc de la croissance :

Son premier constat est que la croissance repose sur la diffusion du progrès technique qui, dans les années 1890, prit la forme de l’automobile et de l’électricité pour soutenir la croissance au XXème siècle. Il complète ce constat en affirmant que ce progrès technique est porté par l’investissement. Celui-ci est au centre de la croissance, faisant de l’entreprise qui en est le vecteur l’acteur primordial de l’enrichissement, et faisant du profit qui le finance la clé de tout.

S’agissant de la primauté du profit en économie (politique), je ne manquerai surtout pas de citer le chancelier Helmut Schmidt, cet homme d’État de gauche, qui fut l’auteur inspiré de la célèbre formule résumant en une seule phrase le fonctionnement optimum de l’entreprise :

Les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après-demain.

Une formule lapidaire que le professeur d’économie à ESCP-Europe-Paris Jean-Marc Daniel traduit comme suit en un langage compréhensible par tous sauf à être de mauvaise foi :

L’entrepreneur a besoin de profits : ils financent ses investissements ; ils sont la mesure de son inventivité, la récompense des risques qu’il a pris, la confirmation de son génie.

Nul n’ignore à quel point nos dirigeants actuels, peu ou prou responsables du chômage de masse qui règne en France, sont obsédés par l’urgence de créer de l’emploi à court terme tant leur réélection en dépend. Et pourtant, ne connaissant (presque) pas les lois de l’économie, les voici le plus souvent condamnés à mettre la charrue devant les bœufs !

Cette obsession naît du refus d’accepter le théorème de Schmidt sur l’enchaînement des profits, de l’investissement et des emplois (…) si l’on veut modifier la fiscalité des entreprises pour agir en faveur de l’emploi, il s’agit moins de baisser les charges ou les salaires que de baisser les impôts sur l’investissement et sur les profits. Il faut préserver les profits et non directement les emplois car les profits créent les emplois.

En conclusion de mon propos, je dirai simplement qu’il ne faut pas avoir peur d’appeler un chat un chat même et surtout quand rôde le terrorisme intellectuel à la sauce socialo-communiste dont notre pays, hélas, s’est fait une spécialité et qui le ronge maintenant depuis soixante-dix ans et plus. Mais je crois que les choses bougent enfin et dans le bon sens.


Sur le web

À lire aussi : La meilleure chose à faire pour une entreprise est de maximiser ses profits

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Tout ce qu’il dit, c’est qu’une entreprise est là essentiellement pour produire un bien ou rendre un service, le meilleur, le moins consommateur de ressources, et au plus de clients possibles.
    Faire du profit n’est pas dans son essence, c’est dans les conditions de son existence (et encore, seulement dans un régime capitaliste : en régime socialiste on fait l’impasse sur le profit et on gaspille donc sans vergogne), ce qui est important bien sûr, mais pas « essentiel ».
    En fait, on peut placer « faire du profit » au même niveau que « fournir du travail » : croire que c’est là la mission de l’entreprise, c’est juste un contresens.

    • C’est juste.

      Je ne suis pas un grand fan du Fontanet qui se veut théoricien. Mais un grand fan de l’industriel.

      Fondamentalement, la mission d’Essilor est d’aider les gens à mieux voir : c’est ça son objet social. C’est parce qu’elle le fait mieux que d’autres (mes vieux yeux à verres progressifs en témoignent) qu’elle fait du profit, et c’est parce qu’elle sait investir avec art ses profits qu’elle le fait mieux que d’autre.

      Je vois dans le profit juste une composante du phénomène dynamique de l’entrepreneuriat : s’il devient une fin en soi, alors l’entreprise est condamnée au court termisme et perdra toute vision, ce qui serait un comble pour un fabricant de verres correcteurs.

      Ni Schmidt ni Friedman n’étaient entrepreneurs : ils parlaient avec un point de vue d’économistes ou de leader politique, de manière agrégée. Mais les économistes et les politiques devraient comprendre que la vie d’entrepreneur est très souvent motivée par un instinct créatif, l’envie de voir un organisme vivre et se développer, pas du tout par l’envie de « faire un profit ».

      Cet article est donc à mon avis d’une stupidité sans nom.

  • Pour vivre, il faut que l’énergie gagné soit supérieure à l’énergie dépensée. Le profit, c’est exactement cela. Une entreprise est un organisme vivant qui doit suivre cette loi de la nature qui s’applique de l’algue bleue aux plus importantes multinationales.

  • Ce paragraphe , cette citation , c’ est délirant quel charabia incroyable
    La croissance REPOSE … ?
    pour SOUTENIR ? la croissance
    Là je rectifie : ce progrès technique est porté(?) par l’investissement LEQUEL ( ou qui ) pourquoi un point ? est au CENTRE de la croissance ( ah ! elle a un centre
    l’ entreprise qui en est le vecteur l’ acteur primordial de l’ enrichissement , .etc
    Molière le Bourgeois gentilhomme

    Croissance , profit oui ! mais pas n’ importe quoi ! et surtout PAS à n’ importe quel prix !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le système des prix est un synonyme de liberté. Ou du moins, il est une condition nécessaire à l’existence des libertés les plus primaires, ce dont la plupart de nos contemporains n’ont pas conscience, eux qui fustigent facilement l’économie de marché.

En général, ils souhaitent donc des formes d’organisation sociales plus solidaires, impliquant l’abolition du système de prix et de la monnaie, accusée de conduire à un règne de la marchandisation de l’homme. Il ne se passe guère un jour sans qu’un intellectuel quelconque rédige des pamp... Poursuivre la lecture

Par Samuele Murtinu. Un article de l'IREF Europe

Le « néolibéralisme », c’est-à-dire la version du capitalisme démocratique moderne qui met en scène des marchés et des échanges guidés par de puissantes institutions publiques mondiales, ne doit pas être confondu avec la vision libérale classique de la société libre formulée par Adam Smith, John Stuart Mill, Lord Acton ou F. A. Hayek. De nombreux problèmes associés au néolibéralisme sont en fait le résultat d’une intervention trop lourde de l’État, de la recherche de rentes et d’autres f... Poursuivre la lecture

Par Dora Triki, Alfredo Valentino, and Anna Dimitrova.

Bien que le nombre de décès dus au terrorisme ait diminué de 14 % en 2021, le nombre d’attentats terroristes dans les pays de la région Afrique du Nord et Moyen-Orient (MENA) reste élevé, et en conséquence, le terrorisme demeure une menace importante dans ces pays. Encore récemment, un attentat revendiqué des forces rebelles Houthis du Yémen a eu lieu à quelques kilomètres du site du Grand Prix de Formule 1 d’Arabie saoudite, qui réunissait fin mars l’élite du sport automobile inte... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles