Venezuela : le basculement vers un régime militaire ?

Nicolás Maduro credits donkey hotey (licence creative commons)

Le Venezuela deviendrait-il un régime militaire ? Le président Nicolás Maduro caresse dans le sens du poil les forces armées.

Par Juan Carlos Hidalgo.

Nicolás Maduro credits donkey hotey (licence creative commons)

Bloomberg nous offre un article sur les nombreux avantages dont jouit l’armée vénézuélienne comparée à la population civile opprimée. Alors que le Vénézuélien lambda doit faire la queue pendant des heures pour obtenir les produits les plus élémentaires (quand ils sont disponibles), les officiers bénéficient d’un accès privilégié vers des supermarchés bien approvisionnés, des voitures neuves, des logements, et de nombreux autres avantages.

Il est évident que la stratégie du gouvernement vénézuélien est de garder haut le moral des forces armées au cas où il en aurait besoin pour se maintenir au pouvoir. Mais la réalité est pire encore. Dans les faits, le Venezuela est devenu un régime militaire. Bien que le président Nicolás Maduro soit un civil, il est entouré par des gens ayant déjà porté l’uniforme : selon Bloomberg, « un tiers des 28 ministres du Venezuela et la moitié des gouverneurs d’État sont maintenant officiers ou officiers retraités. »

venezuela militairesrené le honzecLa hausse des prix n’est d’ailleurs pas la seule inflation dont souffre le Venezuela. Bloomberg rapporte que « l’armée compte désormais entre 4 000 et 5 000 généraux », soit un ratio d’un général pour 34 soldats du rang (aux États-Unis, ce ratio est d’un général pour 1 490 simples soldats). Comme on peut s’y attendre, les généraux bénéficient de salaires plus élevés ainsi que de nombreux autres avantages. En outre, les services du renseignement estiment que les officiers supérieurs contrôlent la plupart des activités illégales au Venezuela, de la contrebande au trafic de drogue. En d’autres termes, les militaires sont les profiteurs du statu quo.

Tout cela rend de moins en moins probable un scénario où les forces armées menaceraient la mainmise des chavistes sur le pouvoir. C’est tout le contraire : l’armée deviendrait un acteur majeur de leur maintien à la tête du pays si jamais les Vénézuéliens venaient à en décider autrement par les urnes.


Traduction pour Contrepoints de « Venezuela: a military regime » publié le 29.09.2014 sur le site du Cato Institute.