Venezuela : le basculement vers un régime militaire ?

Le Venezuela deviendrait-il un régime militaire ? Le président Nicolás Maduro caresse dans le sens du poil les forces armées.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Nicolás Maduro credits donkey hotey (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Venezuela : le basculement vers un régime militaire ?

Publié le 2 octobre 2014
- A +

Par Juan Carlos Hidalgo.

Nicolás Maduro credits donkey hotey (licence creative commons)

Bloomberg nous offre un article sur les nombreux avantages dont jouit l’armée vénézuélienne comparée à la population civile opprimée. Alors que le Vénézuélien lambda doit faire la queue pendant des heures pour obtenir les produits les plus élémentaires (quand ils sont disponibles), les officiers bénéficient d’un accès privilégié vers des supermarchés bien approvisionnés, des voitures neuves, des logements, et de nombreux autres avantages.

Il est évident que la stratégie du gouvernement vénézuélien est de garder haut le moral des forces armées au cas où il en aurait besoin pour se maintenir au pouvoir. Mais la réalité est pire encore. Dans les faits, le Venezuela est devenu un régime militaire. Bien que le président Nicolás Maduro soit un civil, il est entouré par des gens ayant déjà porté l’uniforme : selon Bloomberg, « un tiers des 28 ministres du Venezuela et la moitié des gouverneurs d’État sont maintenant officiers ou officiers retraités. »

venezuela militairesrené le honzecLa hausse des prix n’est d’ailleurs pas la seule inflation dont souffre le Venezuela. Bloomberg rapporte que « l’armée compte désormais entre 4 000 et 5 000 généraux », soit un ratio d’un général pour 34 soldats du rang (aux États-Unis, ce ratio est d’un général pour 1 490 simples soldats). Comme on peut s’y attendre, les généraux bénéficient de salaires plus élevés ainsi que de nombreux autres avantages. En outre, les services du renseignement estiment que les officiers supérieurs contrôlent la plupart des activités illégales au Venezuela, de la contrebande au trafic de drogue. En d’autres termes, les militaires sont les profiteurs du statu quo.

Tout cela rend de moins en moins probable un scénario où les forces armées menaceraient la mainmise des chavistes sur le pouvoir. C’est tout le contraire : l’armée deviendrait un acteur majeur de leur maintien à la tête du pays si jamais les Vénézuéliens venaient à en décider autrement par les urnes.


Traduction pour Contrepoints de « Venezuela: a military regime » publié le 29.09.2014 sur le site du Cato Institute.

Voir les commentaires (41)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (41)
  • Relire à ce sujet « La route de la servitude ». Hayek y explique fort bien comment l’on passe d’un socialisme des bisous à un régime autoritaire.

  • …dont jouit l’armée vénézuélienne comparée à la population civile opprimée….

    Ha bon ?

    Juan Carlos Hidalgo est analyste au Cato Institute, un think tank américain basé à Washington D.C..

    Je comprends mieux…

    • c’est juste la vérité. vive la mauvaise foi. donc votre seul argument s’est que le cato institute est un think tank américain ?

      • oui oui les mêmes qui auraient pu vénérer staline a l’époque, et mainenant disent « on pouvait pas savoir », vénèrent aujourd’hui le vénézuela.

        Il faut voir les articles élogieux qui l’on trouve dans la presse a tendance rose et plus.

        Enfin que l’on trouvait, il y a encore pas longtemps… Parce qu’aujourd’hui, même ceux qui ne veulent pas voir commencent a sentir qu’il y a un problème. Ils ont beau continuer a appeler les manifestants des émeutes récentes des « activistes d’extrême droite », les infos un peu plis réelles et concretes commencent quand même a percer.

        Enfin, ces gens la sont du coté du Bien, ils ont donc la possibilité morale de ne pas etre du coté de la réalité. Et nous, qui sommes des vilains, qui avons le toupet et le cynisme d’oser utiliser l’insulte « libéral » pour nous désigner nous-même, devrions baisser la tête en signe de respect.

    • Ras le bol des marxistes qui viennent nous donner des leçons de morale mais qui ferme les yeux et se bouche le nez devant les massacres de leurs chers dictateurs.Pour moi c’est la même chose que les extrémistes dit de droite qui ont la mémoire qui flanche devant les massacres perpétués par les nazis.
      Je me pose toujours la question de savoir si ces personnes ont une once d’humanité, et je pense que non, car humanisme sous entend, esprit critique et indépendance.Mais pour « ces gens là monsieur », peu importe la vérité car il n’y a que la ligne du parti qui compte.
      VIVE LA LIBERTE

      • ce que l’on appelle « extrême droite’ est une quelque chose d’assez flou. certains partis dit d’extreme droite n’ont pratiquement rien en commun. la plupart des partis ou mouvements extrême droite n’ont rien à voir avec le nazisme et ne soutiennent absolument pas ce qu’hitler a fait. contrairement à bcp de membres d’extrême gauche (ou même de gauche des gens comme hollande) qui pratiquent le révisionisme et n’hésitent pas à rendre hommage au communisme, idéologie qui a fait plus de 100 millions de morts. les rares membres d’extrême droite qui font du révisionisme et louent le nazisme ce sont les membres de l’extrême droite traditionnel (une frange radical de l’extrême droite traditionnel). une chose intéressante: les membres de l’extrême droite traditionnelle ont en général plus de chose en commun avec la gauche que la droite (surtout avec l’extreme gauche, ils ont bcp de similitudes avec l’extrême gauche). la majorité des membres d’extrême droite sont des jeunes hommes venant des classes populaires ayant un faible niveau d’éducation,ils ont un discours anticapitaliste et antilibéral, ils sont contre la finance les banques,ect. il n’y a d’ailleurs pas que les membres de l’extrême droite traditionnel, il y a aussi d’autres mouvances d’extreme droite comme le fn qui est un parti national socialiste (comme l’était le parti nazi).

        • « que les membres de l’extrême droite traditionnel » que les membres de l’extrême droite traditionnel qui ont beaucoup de choses en commun avec la gauche (et l’extreme gauche).

    • Et comme d’habitude, les marxistes nient les faits, qui ne sont que les conséquences naturelles du marxisme…
      Ils ont fait pareil avec l’URSS, le maoisme, le Cambodge, Cuba…

      D’abord, ils nient, parlent de propagande capitaliste… Ensuite, face aux problèmes économiques, ils parlent du complot capitalistoaméricain, et relativisant les problèmes, les présentant comme un moindre mal nécessaire à l’ingénierie sociale… Et au final, ils disent : mécépaducommunisme ça, cédeladictature !

      C’est bien le chavisme, parce que ça ne fait que confirmer ce qu’on savait avec le Chili d’Allende : que même par la démocratie, le socialisme tourne mal.

      • le vénézuela n’est pas un régime démocratique. les médias sont muselés, il y a des milices qui font régner la terreur, les opposants politiques sont régulièrement arrêtés,……

      • L’Argentine Kirchnérienne suit la même voie, viol des obligations en droit américain (afin de rassurer les créanciers) qu’elle a pourtant choisi souverainement, bref big fail économique puis dénonciation d’un complot ourdi par les US, classique.

    • C’est-y-pas mignon, le petit chaviste frustré dépourvu de la première once d’argument, réduit à pointer du doigt l’auteur de la critique comme si cela avait valeur d’argument massue.
      Surtout que l’on peut difficilement reprocher au Cato Institute de rouler pour le gouvernement américain comme le petit chaviste le laisse entendre, mais ça demande d’en connaître les positions…

    • Contrepoints est partenaire de plusieurs magazines, instituts et think tanks libéraux dont le Cato Institute. Quand on se renseigne un minumum sur ce qu’est le Cato Institute (et Contrepoints), on comprend vite que ce n’est pas ici qu’on trouvera un avis nuancé sur la situation au Vénévuela…

      • perso, j’ai un cousin qui vit au vénézuela. et je connais une vénézuelienne vivant à bruxelles et ayant tjs de la famille là bas. alors, je crois connaitre la situation du vénézuela et je ne vois pas en quoi contrepoints exagère ou ment sur ce qui se passe au vénézuela. au contraire, contrepoints devrait faire plus d’articles sur le vénézuela (par exemple sur la criminalité. A rappeller que 7/10 des crimes sont commis avec la participation d’au moins un membre des services de sécurité de l’Etat, ce qui en dit long sur l’état de délabrement du vénézuela. ou bien un article sur l’économie et les pénuries).

      • Pure intox. Vous n’avez aucun contre-argument.
        C’est le problème de se reposer uniquement sur l’argumentaire des Chaviste franchouillard du PG : quand ils n’osent pas relayer la propagande du régime, il ne vous reste plus rien à troller.

      • le cato institue ne peut pas vraiment être accusé de travailler pour le gouvernement américain (au contraire). surtout pour le gouvernement actuel.

    • marrant, les défenseurs de chavez sont obligé d’inventer des théories du complot pour pouvoir justifier l’injustifiable, pour pouvoir justifier la ruine du vénézuela et les pratiques du gouvernement(arrestations d’opposants politiques,…ect). ils utilisaient excatement les mêmes arguments pour défendre les régimes communistes pdt la guerre froide.

      • dommage que chavez soit mort. parce que dans quelques année,s qd ils ne pourront plus défendre l’injustifiable. je suis sur qu’ils arriveront à excuser chavez en faisant porter toute la responsabilité à Maduro

    • Argument pitoyable. Et alors ? En termes de démocratie et droits de l’homme les USA sont un grand pays, ils sont parfaitement habilités à donner des leçons à des dictatures ringardes 😉

  • Hugo Chavez a ruiné son pays, ce qui, pour un pays producteur de beaucoup de pétrole n’est pas une mince prouesse. Il a, faisant à grande échelle ce que d’autres font à plus petite échelle, acheté des millions d’électeurs pour une bouchée de pain, et ce sont ces électeurs achetés qui le pleurent aujourd’hui : un chien servile et soumis craint toujours de voir le maître qui remplit son écuelle disparaître. Il a muselé les médias, ce qui permet aux Vénézueliens d’avoir une information encore plus biaisée que les Français (ce qui n’est pas peu dire). Il a confisqué au profit de l’Etat, donc à son profit (la fortune qu’il laisse est colossale) des centaines d’entreprises, ce qui a fait fuir tous les investisseurs éventuels et conduit ceux qui ont pu sauver un peu d’argent à le placer à Miami. Il a installé, sur le modèle cubain de son ami Fidel, des sortes de Comité de défense de la révolution, chargés de la délation dans tous les quartiers et dans tous les immeubles.

    • La Floride connaît en effet une explosion de sa population vénézuélienne et Miami profite beaucoup de leur argent, une véritable aubaine.
      D’ailleurs Miami a prouvé que les cubains sont bien plus riches et prospères sous le libéralisme que le socialisme.

      • il y a également les pontes du régime chaviste notamment les militaires qui achètent de jolies maisons à miami (qui coutent plusieurs millions de dollars) grace au fric gagné par le capitalisme de connivence. ils font cela en général grace à des sociétés écrans

  • j’ai lu un article dans courrier international ( dans demain la troisième guerre mondiale ?). l’article parlait des milliardaires sauces socialistes qui pour la plupart sont des anciens militaires proches de chavez qui se sont enrichi grace au capitalisme de connnivence en obtenant par exemple les marchés publics

  • Oui mais le général Alcazar pourrait renverser le Général Tapioca (ou le contraire).

  • 1 général pour 34 hommes du rang, c’est pas mal mais la France fait mieux : Dans la gendarmerie, il y a plus de généraux que d’hommes du rang.

  • Ca fait tellement plaisir de tomber sur des commentaires d’une tout autre nature que ceux qui aparaissent dans Le Monde. Merci de continuer de parler de ce qu’ils se passe dans mon pays. Les choses vont de mal en pis et la communauté internationale se tait.

    Merci, continuez de porter la voix sur ce qu’il se passe chez moi et d’éduquer les gens et oui, il s’agit bien de communisme ce qu’il se passe au Vénézuela. Je suis socialiste et contre ce gouvernement corrompu et bourgeois qui a ruiné puis vendu notre pays aux chinois et aux Cubains. Nous avons une dette multimillardaire envers les chinois que jamais nous ne pourrons rembourser, nous donnons du petrole gratuit à Cuba et des millions de dolars au Bronx et à des pays Africains alors que notre population meurs de faim et que le pays est confronté à une épidémie de chicunguya. Les militaires se foutent de ce qu’il se passe tant qu’ils gardent leur avantage et le nombre de généraux avec peu d’hommes sous leur commandement permet également d’éviter des rébellions à grande échelle. Le voleur corrompu #1 Diosdado Cabello président de l’assemblée Nationale qui avait participé au coup d’état de 89 revetit souvent l’uniforme militaire et il me semble qu’il consère encore son statut de militaire.

    Nous vivons sous une dictature moderne et le pire de tout c’est de voir des marxistes anti americains bobo qui n’ont probablement jamais mis les pieds au Venezuela et n’ont aucune idée de ce que nous vivons défendre ces dictateurs qui ont torturé des centaines d’étudiants, emprisonné 3000 d’entre eux et tué plus de 40 d’entre eux.

    Merci de continuer de porter notre combat pour la liberté et les exactions de ceux qui nous gouvernent. Ca fait chaud au coeur de voir que tout le monde n’est pas aveugle…

    • « Je suis socialiste et contre ce gouvernement corrompu et bourgeois »

      Si les lecteurs de Contrepoints sont plus lucides que ceux du Monde quant au régime qui accable votre pays, peut-être ont-ils aussi raison de rejeter le socialisme au profit de son contraire, le libéralisme.

      Le libéralisme consiste à récuser tout recours à la contrainte (sauf nécessité objective et impérative).
      C’est pourquoi le régime vénézuélien nous consterne.
      Contraindre les bourgeois ou les miséreux est selon nous également condamnable.

      Le libéralisme raisonne en termes de création, le socialisme en termes de pillage.
      La redistribution socialiste est celle du butin.
      Le libéralisme ne distribue ni ne redistribue, chacun possède ce qu’il produit et ce qu’il échange librement.

      Le Vénézuela a besoin de libéralisme, et si les bourgeois vous font envie, pourquoi leur faire du mal ? Rejoignez-les plutôt …

    • Même si la relation avec d’autres pays (surtout Cuba) est clairement une opération perdante pour le Vénézuela, ce ne sont pas les pays étrangers qui l’ont ruiné. Chavez a réussi seul cet exploit (pour un pays aussi riche en ressources naturelles) en bon Vénézuélien et avec une politique tout ce qu’il y a de plus socialiste et nationaliste. Quand on décide par exemple de faire payer le pétrole moins cher que l’eau minérale afin de se faire réélire, il ne fait pas s’étonner d’aller à ruine.

      Ne faites pas l’erreur classique de cherche comme bouc-émissaires ceux qui ne sont là qu’en conséquence des actes d’un Chavez nationaliste, communiste et soit disant anti-impérialiste. Il n’a rien vendu ou trahi, mais simplement respecté à la lettre toutes les étapes d’appauvrissements déjà testés par ses prédécesseurs marxistes. Vous n’êtes pas les premiers à basculer en dictature sous prétexte de servir le pays ou l’idéal communiste. Chavez et Maduro sont des mégalos utopistes marxistes qui veulent se servir du Vénézuela comme d’autres se sont servis de la Russie, la Chine ou de la Roumanie. Et vos vies seront à leurs yeux toujours moins importantes que leur idéologie.

    • le problème s’est que le socialisme est interventionniste en économie. or plus l’état intervient dans l’économie plus il y a du capitalisme de connivence (au profit des personnes dirigeant l’état ainsi que leurs amis). le vénézuela illustre à merveille cela. le capitalisme de connivence, c’est quand l’État soutient certaines entreprises, soit qu’il cède à leur pression par corruption, soit que ce soit de sa part une volonté délibérée à des fins politiques. en france, il y a bcp de capitalisme de connivence. le probleme de l’état est que contrairement à ce que croit tous les socialistes (de gauche et droite), ce n’est pas quelque chose de bien mais c’est un instrument aux mains de l’élite au pouvoir (ump et ps) qui s’en sert souvent pour ces propres intérets, pour aider ces copains. l’état francais aide les grandes entreprises à créer le monopole. les politiciens viennent presque tous de la fonction publique donc ils ne comprennent rien à l’économie. ce qui crée des richessses c’est l’entreprenariat, et ce qui crée les emplois c’est les pme pas les grands groupes. aujourd’hui, en france, la surtaxation et la surréglementation détruisent les pme et l’entreprenariat. il faut supprimer toutes les niches fiscales ( qui permettent aux grands groupes de payer moins d’impots), il faut arreter la surréglementation ( qui ne sert l’intéret que des grands groupes (qui font du lobbying pour avoir de la réglementation à leur avantage) et qui peuvent se payer des avocats pour détourner les règles à leurs avantages. plus la justice est complexe plus cela avantage les riches. il faut aussi arreter de sauver les banques et les multinationales avec l’argent du contribuable. en vérité ce qu’il faut c’est séparer l’état de l’économie, l’état doit s’occuper des fonctions régaliennes (éducation, sécurité, justice,…) pas de l’économie. les pays scandinaves séparent l’état de l’économie et ce sont les pays les plus égalitaires au monde. les pays qui font cela, sont les pays qui s’en sortent le mieux (autriche, pays bas,…). il faut réformer la fonction publique qui coute bcp trop chère et qui est très incompétente. la france est paralysé par la surrréglementation.

      • Le Capitalisme de Connivence est surtout propre aux modèles sociaux-démocrates. Sous régime socialiste, c’est du Capitalisme d’Etat pur et simple et déconnecté de toute réalité. Le politburo, par exemple, décidait qu’il fallait construire X ordinateurs (pour être moderne), allouait les ressources aux entreprises et personne n’achetait car c’était hors de prix pour la masse ou bien réservé à l’Élite. Et encore, la plupart du temps ils n’arrivaient même pas à produire la quantité voulue.

        Puis à la chute de mur de méchants capitalistes ultra-libéraux ont détruits les invendus et récupérer les matériaux non utilisés pour produire des petites babioles que les gens pouvaient vraiment s’acheter.

        Choisissez votre modèle, Camarades.

        • le capitalisme d’état pur et simple s’est plutôt sous les régimes communistes (même si bien sur, il y a du capitalisme d’état sous les régimes socialistes comme au vénézuela). le capitalisme d’état est assez semblable au capitalisme de connivence càd que ceux qui controle l’état, l’utilise à leur profits (et au profit de leurs proches) au détriment du reste de la population. on voit apparaitre une classe d’appatrichs . aujourd’hui, la plupart des socialistes sont sociaux démocrates (qui n’est qu’une évolution du socialisme)

    • Je suis socialiste et contre ce gouvernement corrompu et bourgeois qui a ruiné puis vendu notre pays aux chinois et aux Cubains.

      Vous n’utilisez pas le bon terme. Vous n’êtes pas socialiste ou ne devriez plus l’être. Soyez pour quelque chose qui demande le moins d’état possible, quelque de plus pacifique et bien moins violent que le socialisme.

  • Encore une fois le socialiste a été saboté par les États-Unis et les Juifs, afin de maintenir les peuples dans l’asservissement capitaliste…

    Vite, nommons une rue de Paris en mémoire du grand Hugo Chavez.
    Entre la place Salvador Allende et la future avenue Fidel Castro.

  • Les lecteurs de contrepoints auraient-ils oublié que l’Amerique du Sud a été le terrain de jeu des expérimentations politiques de l’USA et de la CIA, le communisme n’en fut que sa réponse…

    • « l’Amerique du Sud a été le terrain de jeu des expérimentations politiques de l’USA et de la CIA, le communisme n’en fut que sa réponse… » les usa avec la doctrine monroe (soit bien avant la création de la cia) ont considéré que l’amérique du sud leur appartenait, que c’était leur zone d’influence (exactement comme la russie aujourd’hui avec des pays comme l’ukraine ou la biélorussie,..). lors de la conférence de yalta, les usa et l’urss se sont divisé le monde (l’amérique du sud revenaient aux usa). cela a été le début de la guerre froide. les usa avaient peur du communisme et particulièrement du communisme dans leur zone traditionnel d’influence. ce qui a bien sûr accru de l’ingérence car ils voulaient empêché à tout prix l’établissement de régimes communistes dans leurs zone d’influence (mais aussi dans le reste du monde).

    • la situation a bcp changé, les usa ont perdu bcp de leur influence en amérique du sud

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J'ai récemment eu l'occasion de relire le Manifeste communiste de Karl Marx. Près de vingt ans s'étaient écoulés depuis ma première lecture du texte à l'université et je ne me souvenais guère que des antagonismes de classe, du matérialisme de Marx et de l'exploitation du prolétariat.

Mais la crise actuelle au Venezuela m'a conduit à réfléchir une fois de plus à la philosophie socialiste et communiste qui se cache derrière la crise en cours.

 

Ce que j'ai trouvé

Avec ses 60 pages seulement, le Manifeste est étonnammen... Poursuivre la lecture

Par Augustin Neyrand. Un article de l'IREF Europe

« Outil des riches », le marché boursier vénézuélien a toujours été tourné en dérision par l’ancien président Hugo Chavez.

En réaction, les investisseurs internationaux s’en détournèrent d’autant que la monnaie perdait quasiment toute valeur durant les années de récession, la contraction de l’économie atteignant près de 80 % sur la période 2013 à 2020. Aujourd’hui, son successeur, Nicolas Maduro tente de relancer l’économie en tournant la page de l’ère Chavez.

Le présiden... Poursuivre la lecture

Par Dr Rainer Zitelmann. Un article de la Foundation for Economic Education

Le Chili a longtemps été considéré comme un pays capitaliste modèle en Amérique du Sud. Dans l'indice de développement humain 2022, le Chili se classe premier parmi tous les pays d'Amérique latine. Et dans l'indice de liberté économique 2022 de l’Heritage Foundation, il se classe 20e, devant les États-Unis et le Royaume-Uni. En 2018, le taux de pauvreté du Chili capitaliste était de 6,4 %, ce qui contraste fortement avec les 76,6 % du Venezuela socialiste.

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles