Censure : CSA v. Fondation Lejeune

La Fondation Lejeune a lancé plusieurs campagnes qui ont fait polémique. Est-ce une raison pour que le CSA demande l’arrêt de leur diffusion ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
censure.jpg licence CC/ credits Isaac Mao

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Censure : CSA v. Fondation Lejeune

Publié le 30 septembre 2014
- A +

Par Maxime Pichon.

censure

Les campagnes de publicité et les différentes vidéos réalisées par la Fondation Jérôme Lejeune font débat, c’est le moins que l’on puisse dire. En quelques mois, le Jury de déontologie publicitaire, Le Nouvel Observateur et le CSA sont montés au créneau et se sont élevés contre certains messages relayés par la Fondation, sous prétexte qu’ils ne susciteraient pas une « adhésion spontanée ».

Le premier épisode de ces controverses entourant les messages de la Fondation Lejeune remonte à la campagne de publicité lancée en janvier 2013 par la fondation d’utilité publique. Très au fait de la destination de l’argent récolté par le téléthon, la Fondation Lejeune n’hésitait pas à affirmer que « la recherche sur l’embryon sert d’abord l’intérêt de l’industrie pharmaceutique. En effet, les cellules souches embryonnaires humaines, comme les cellules iPS, sont efficaces pour la modélisation de pathologies et le criblage de molécules, piliers de l’industrie pharmaceutique. La pression des laboratoires, qui se sont déjà manifestés pendant la révision de la loi de bioéthique de 2011 pour obtenir l’autorisation de la recherche sur l’embryon humain, est significative. Les cellules iPS coûtent cher, alors que l’embryon humain ne coûte rien. »

« Vous trouvez ça normal ? »

Pour alerter l’opinion sur la quasi-certaine destruction des embryons utilisés pour la recherche, la Fondation a lancé une campagne de publicité intitulée « Vous trouvez ça normal ? On arme des bateaux pour défendre les baleines alors qu’on laisse l’embryon sans défense », mettant en regard une image d’embryon humain destiné à la recherche puis à la destruction et une image d’animal, dont les mesures de protection ne cessent d’augmenter.

Le Nouvel Observateur est ensuite venu démarcher et attribuer un prix à la Fondation pour plusieurs publicités pleine page figurant dans différents numéros. Jusqu’ici, rien de très choquant. Sauf que cela a suffi à susciter l’émoi de la communauté des lecteurs du magazine, qui ont immédiatement demandé la fin de la diffusion de la campagne de publicité. Effarouché, le Jury de déontologie publicitaire, dont tout le monde ignorait l’existence jusqu’à présent, est lui aussi intervenu pour mettre fin à la diffusion de la publicité.

La Fondation Lejeune, coupable de montrer des enfants trisomiques à la TV ?

Cette histoire n’est pas un cas isolé. Au mois de juillet 2014, le conseil de surveillance de l’audiovisuel (CSA), sûrement pour justifier son existence, est venu mettre son petit grain de sel dans les affaires de la Fondation. Cette fois-ci, cet organisme public demandait aux différentes chaines de télévision ayant diffusé le message « dear future mom », vidéo notamment réalisée par la Fondation, de ne plus le faire. Cela pourrait culpabiliser des femmes qui auraient fait un choix de vie différent. Mais que voit-on donc de si dérangeant dans cette vidéo ? De nombreux enfants trisomiques qui s’adressent à leur future maman en lui disant que même si leur vie sera parfois compliquée, ils se considèrent heureux et sont capables de beaucoup. Une vidéo pleine d’espoir donc, qui a été vue plus de 5,5 millions de fois dans le monde et rediffusée par de nombreux responsables politiques.

Le CSA a finalement cru bon de demander l’arrêt de la diffusion de cette campagne, jugeant qu’elle ne suscitait pas « l’adhésion spontanée » de tous les téléspectateurs. Mais que peut-on véritablement reprocher à cette vidéo ? De montrer des enfants trisomiques heureux ? Faudrait-il les cacher, les occulter ? Rapidement caricaturée, la Fondation ne fait qu’éclairer des réalités qu’elle juge graves. Au travers des remontrances de ces organismes publics, c’est une réalité trop radicale, trop extrême, trop difficile à supporter, qui se trouve dénoncée. Une autre réalité qu’il convient de rappeler alors que la recherche autour de maladie comme la trisomie 21 n’est aujourd’hui véritablement supportée que par la Fondation Lejeune.

Voir les commentaires (64)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (64)
  • parce que les campagne bio, greenpeace, avec la complicité des TV a coup de documentaires à charge, c’est pas pire ou identique?

    il y a des causes sacrées, et des causes sataniques… justice à géométrie variable.

    • Tout à fait exact.

      On pourrait même aller plus loin, et demander la censure de campagnes de promotion du port du préservatif pour incitation à la débauche tant que nous y sommes.

      Ce pays est vraiment foutu…

    • Les « documentaires » d’Arte sont tout aussi imbuvables.

  • CSA = censure officielle de la république populaire de france

  • La Fondation diffuse un message infâme et dégradant, la pub est censée être supportable, enfin pas vomitive.

    Nous n’avons pas à subir cette propagande nauséabonde.

  • Concrètement je pense que celui qui aura le courage de licencier tous les employés du CSA et de dissoudre cette institution purement est simplement, sera récompensé pour son courage politique.

    • Oui vous avez raison, il existe déjà une justice spécialisée dans ce genre de polémique médiatique, par exemple, la 17ème chambre du TGI de Paris pourrait remplacer le CSA sur ces questions. A ce propos, je me pose une question, les décisions du CSA peuvent elle être discutées devant un tribunal ?

    • « récompensé pour son courage politique. ». C’est à dire concrètement : battu aux élections et expulsé du gouvernement et de son parti, plus ou moins gentiment mais fermement 🙂

  • Cette fois, les défenseurs de la différence enrichissante se prennent les pieds dans le tapis en refusant de montrer des handicapés heureux.
    C’est d’autant plus paradoxal que le handicapé est quasiment devenu « cool » depuis Intouchables et la déferlante de bons sentiments triés sur le volet par la doxa humaniste de gauche.

    Les femmes ont obtenu le droit à l’IVG lequel n’est pas menacé.
    C’est tout ce qu’elles attendent de l’Etat.
    Leur responsabilité, leur culpabilité, leur soulagement, leur liberté, leur réflexion, leur choix ne regardent qu’elles.
    Il ne s’agit ni de les culpabiliser ni de les déculpabiliser au nom d’aucune idéologie et le CSA se mêle de ce qui ne le concerne pas.

    La fondation Lejeune a toujours milité contre l’avortement y compris thérapeutique.
    A partir du moment où cette position ne s’impose pas comme une obligation, elle doit pouvoir diffuser son message sans qu’un organisme de censure intervienne.

    Quant à « l’adhésion spontanée » de tous les téléspectateurs, où est-elle dans les reportages et même les fictions prônant les bienfaits de l’immigration, des familles monoparentales ou recomposées, des actions humanitaires ou les méfaits du nucléaire et des OGM qui relèvent du formatage des esprits si cher à l’ancien ministre de l’Education Nationale ?

    • « elle doit pouvoir diffuser son message »

      de propagande abjecte. Ce n’est pas de la « pub ».

      • http://www.vous-trouvez-ca-normal.com

        De la propagande pour leurs idées que l’on peut contester ou combattre, quant à l’abjection, cela n’engage que vous.

      • Le troll du Mordor sévit encore…

      • @AH: Qui détermine ce qui est de la « propagande abjecte » et de « pub »? Qui a une légitimité indiscutable et une crédibilité suffisante pour être un juge impartial?

        Comment le terme d’abjecte ne pourrit il pas être autre chose que subjectif? Comment ne pas considérer votre prose comme arbitraire?

      • de toute facon, les médias passent leur temps à faire de la propagande socialiste. alors pourquoi les autres n’en auraient pas le droit ?? vous avez déjà entendu parlé de la liberté d’expression. c’est vrai c’est tellement abject osez montré des handicapés heureux. holà, mais c’est du fascisme

      • je préfère la fondation lejeune qui au moins ne fait pas la propagande avec mon argent contrairement à la télé publique, à des chaines comme arte

      • Ah, mais chaque fois que je vois des « pub » pour des trucs publics, des « pubs » payées par mes impôts pour me faire changer d’avis, là oui, je trouve que c’est de la propagande abjecte.

        Par contre si quelqu’un est convaincu par un message quelconque et qu’il veut, financé par lui même et ceux qui pensent comme lui, en faire de la pub, ça ne me dérange pas. Même si c’est le « parti Nazi » ou le « parti Communiste » qui essayent de vendre leur programme. Même si c’est le parti officiellement socialiste. Tant que ce n’est pas financé par mon pognon pour lutter contre moi, ils peuvent dire ce qu’ils veulent.

  • Je vais être concis: Le CSA est l’une des institutions socialistes.

    • Exact et c’est la, comme très souvent, ou l’on se rend compte encore une fois que ceux qui qualifie la France de libéral sont totalement dans le faux.

      En France, l’état intervient partout.

  • Dans le même genre ça serait intéressant de voir des messages à la télé sur :

    – Qu’est ce qu’on fout en Syrie, Urak, Lybie, Centre Afrique, Mali ?
    – Des critiques de l’action gouvernementale
    – Des critiques sur les institutions; AN, Sénat, Agences d’état et puis CSA aussi tiens !
    – Et pourquoi pas aussi des critiques sur des personnes…

    Vu que les journaleux ne font pas le job ça changerait… et ça ouvrirait de vrais débats…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

La France est un des pays les plus corsetés, les plus sclérosés du monde. Les droits naturels, liberté, propriété, personnalité, sont mis à mal par 483 impôts, prélèvements, et par 78 codes.

Leur objectif n’est pas de financer, ou d’organiser des services utiles à la population.

Il est l’achat de voix. Il est de modifier les comportements de chacun dans le sens souhaité par les politiciens. Le libre arbitre disparaît, les individus sont contrôlés.

Non pas contrôlés au sens surveillés. Depuis l’arrivée massive du numérique... Poursuivre la lecture

Par Paul Cwik.

Ordres exécutifs ! Masques obligatoires ! Confinement ! Allons-nous perdre notre pays ? Dans quelques années, le reconnaîtrons-nous ? Beaucoup de gens sont inquiets que la gauche soit en mouvement et qu'elle prenne le pouvoir.

Que pouvons-nous faire ?

C'est cette dernière question que l'on me pose le plus souvent et, honnêtement, je me la pose aussi assez souvent. Que pouvons-nous faire ? Parfois, en replaçant un problème plus important dans le contexte d'une situation plus petite, je peux trouver un peu de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles