Sénat : plein les ratiches !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
sénat sans dents hollande rené le honzec

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sénat : plein les ratiches !

Publié le 29 septembre 2014
- A +

Le regard de René Le Honzec.

 

sénat sans dents hollande rené le honzec

La santé de Hollande, notre bien-aimé Cheerleader inquiète ses ferventes supportrices (-teurs) : tous ces oublis et défaillances de mémoires sur les promesses, les chiffres, la croissance, bref des signes avant-coureurs d’Alzheimer qui, cependant, sont difficiles à distinguer des habituelles défaillances d’un esprit socialiste bien formé.

Bon, mais il y a aussi le physique : ce remarquable arrondissement des bajoues, qui fait penser, au choix, au hamster de votre chérubin ou à Georges Pompidou, symptôme d’une altération accentuée de ce physique de rêve qu’il s’était imposé pendant la campagne présidentielle et qui me rappelait, à titre tout à fait personnel, un croque-mort défunt de notre paroisse.

Et là, depuis ce dimanche, Flanby-le-bien-aimé vient de perdre quasiment d’un coup toutes ses ratiches, devenant brutalement un de ces sans-dents dont il se gaussait affectueusement en privé. Il avait déjà paumé le bas du râtelier aux européennes, et, là, vlan, la prothèse supérieure, le Sénat, qui s’est barrée. Faut dire que question alimentaire, il s’est tapé un régime terrible avec des plats lourds, genre réforme territoriale, salade de départements en sauce, budget des collectivités genre sushi, gâteau de potes pourris… Je peux avancer un diagnostic : le scorbut, carence létale en vitamine C. C comme Croissance.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce mardi, les élections américaines de mi-mandat ont pris place sur fond de crise économique.

Après deux semestres de contraction du PIB et une inflation sans précédent depuis 40 ans, la principale préoccupation des Américains était l’économie, selon les sondages.

Il y a trois semaines, le Monmouth University Polling Institute avait constaté que l’inflation est la première priorité des électeurs (46 %), suivie dans l’ordre par la fraude aux élections (38 %), la criminalité (37 %), l’immigration (34 %), le chômage (32 %), l’avort... Poursuivre la lecture

Par Elina Lemaire.

Remous provoqués par la scission de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) en quatre groupes politiques, interrogations autour de l’attribution aux groupes d’opposition de certains postes-clés à l’Assemblée nationale (vice-présidences, questures, présidence de la – très stratégique – commission des finances), réception des présidents des groupes par le président de la République au lendemain des élections, puis par la Première ministre à quelques jours de son discours de politique générale… La situ... Poursuivre la lecture

Par Eric Boehm.

L'annulation, la semaine dernière, de l'arrêt Roe v. Wade (1973) par la Cour suprême des États-Unis a été rendue possible, du moins en partie, par ce que le chef de la majorité au Sénat de l'époque, Harry Reid (démocrate du Nevada), a fait en novembre 2013.

À la recherche d'une victoire politique à court terme, Reid a mis en œuvre ce que les démocrates et les républicains avaient tour à tour menacé de faire pendant la majeure partie de la dernière décennie : abolir le filibuster (obstruction parlementaire corresp... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles