Mauvaise nouvelle : le taux de pauvreté diminue !

Pauvreté SDF (Crédits : Franco Folini, licence CC-BY-SA), via Flickr.

Le taux de pauvreté ne permet pas de mesurer correctement l’appauvrissement du pays.

Par Vladimir Vodarevski.

Pauvreté SDF (Crédits Franco Folini, licence Creative Commons)

L’actualité illustre malheureusement l’absurdité de ce qui est considéré comme le taux de pauvreté en France et en Europe. En effet, comme le montre l’INSEE, le taux de pauvreté a baissé en 2012 par rapport à 2011, mais c’est une mauvaise nouvelle. Car, en fait, les Français sont plus pauvres !

Ce paradoxe est directement lié au concept choisi comme taux de pauvreté. Dans un premier temps, on calcule le revenu médian. C’est le revenu qui sépare en deux la population : 50% gagne plus, 50% gagne moins. Ensuite, on considère que ceux qui gagnent moins de 60% du revenu médian sont pauvres. Le taux de pauvreté est donc le pourcentage de personnes qui gagnent moins de 60% du revenu médian.

Avec une conséquence mécanique : quand le revenu médian diminue, et que par conséquent la population s’appauvrit, le taux de pauvreté diminue. Et, quand le revenu médian augmente, et que la population s’enrichit donc, le taux de pauvreté augmente. En 2012, le revenu médian a baissé, et donc le taux de pauvreté a diminué.

Pourquoi mesurer le taux de pauvreté de cette façon ? Il s’agit bien sûr plutôt d’un taux d’inégalité. Ce qui est mesuré, c’est l’inégalité des revenus. Le taux diminue si l’inégalité diminue, et inversement. Mais quel lien avec la pauvreté ? Même si on considère que la pauvreté vient de l’inégalité, la construction de ce taux de pauvreté est aberrante. Un égalitariste forcené ne considérerait quand même pas qu’un taux de pauvreté qui diminue quand la pauvreté globale augmente est une bonne mesure ! Ou alors, nous sommes dans une situation où l’égalitarisme mène à l’aveuglement idéologique.

Aux États-Unis, la pauvreté est mesurée différemment. On considère le prix de ce qui est nécessaire pour subsister. La mesure n’est sans doute pas parfaite, mais plus logique. Le taux de pauvreté tel qu’il existe doit donc être abandonné, pour une mesure meilleure. En se basant sur les conditions de vie par exemple.


Sur le web