Corentin de Salle. La Tradition de la Liberté. Tome III

Corentin de Salle montre que le libéralisme est une philosophie intellectuellement cohérente et moralement respectable tandis que le capitalisme n’est rien d’autre que sa mise en application économique.

Par Damien Theillier.

corentin de salleDocteur en philosophie et licencié en droit, Corentin de Salle enseigne dans diverses Hautes Écoles bruxelloises et est chargé de cours suppléant à l’Université Libre de Bruxelles. Depuis 2005, il est chercheur au Centre Jean Gol et conseiller à la présidence du Mouvement Réformateur. Il vient de publier le dernier tome de sa trilogie : La Tradition de la Liberté, sous le titre : Splendeur et misères du capitalisme.

À travers les trois tomes de cette somme, il vise à montrer que le libéralisme est une philosophie intellectuellement cohérente et moralement respectable tandis que le capitalisme n’est rien d’autre que sa mise en application économique. Le libéralisme vise à consacrer, préserver et accroître la liberté. Le capitalisme vise, lui, à créer, préserver et accroître la prospérité. Le capitalisme est une condition nécessaire (mais non suffisante) à la liberté. Pas de liberté sans prospérité. Partout où il y a de la liberté, il y a du capitalisme.

En revanche le « néolibéralisme » n’existe pas, écrit-il. C’est un agrégat de propositions caricaturales, contradictoires, d’idées déformées, d’affirmations cyniques, de mythes (sélection du plus fort, dictature des marchés, reproduction des inégalités, etc.), de citations tronquées, mensongèrement attribuées aux auteurs libéraux ou tirées de leur contexte. Il existe, par contre, une pensée libérale, riche, complexe, cohérente et méconnue qui s’est élaborée ces cent dernières années dans le droit fil de la pensée libérale des siècles précédents. C’est l’objet du dernier volet de cette trilogie consacrée à la « tradition de la liberté », achèvement d’un projet ambitieux qui a conduit à synthétiser 10.000 pages de doctrine libérale des origines à nos jours. Dans ce troisième tome, qui couvre la période s’étalant de la crise de 1929 à la crise de 2008-2009, l’auteur a sélectionné dix grands textes qui bousculent les idées reçues. C’est un livre résolument optimiste qui appelle à la réalisation « d’utopies libérales » dont l’immigration libre.

Le tome II, approfondissement du tome I, était consacré aux « Lumières libérales », c’est-à-dire aux grands auteurs (écossais, anglais, français et allemand) qui ont vécu dans l’Europe du XVIIIème et du XIXème siècle et qui sont les pères fondateurs du libéralisme. Le tome III est consacré aux XXème et XXIème siècle. Il commence à partir de la crise de 1929 et s’achève à la crise de 2007-2009.

Comme l’écrit le préfacier du tome III, « Corentin de Salle, n’a pas voulu se contenter d’énumérer scolairement les thèses contenues dans tel ou tel ouvrage. Il a restitué le raisonnement de ces penseurs dans leurs diverses étapes. Il en a suivi fidèlement le déploiement chapitre après chapitre. Il a repris les objections auxquelles ces penseurs avaient été confrontés de leur vivant ou celles qu’ils avaient anticipées. Il a restitué les réponses à ces critiques. »

Le contenu du tome III :

  • Joseph Alois Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, 1942
  • Friedrich August von Hayek, La route de la servitude, 1944
  • Bruno Leoni, La liberté et le droit, 1961
  • Julian L. Simon, L’homme, notre ultime ressource, 1996
  • Tyler Cowen, Plaidoyer pour la culture commerciale, 1998
  • Hernando de Soto, Le mystère du capital, 2000
  • Johan Norberg, Plaidoyer pour la mondialisation capitaliste, 2001
  • Tyler Cowen, La Destruction Créatrice. Comment la mondialisation change les cultures du monde, 2002
  • Philippe Legrain, Nous avons besoin des immigrés, 2006
  • Pascal Salin, Revenir au capitalisme. Pour éviter les crises, 2010
  • Conclusions, Splendeur et Misère du Capitalisme


Sur le web