Vote de confiance du gouvernement Valls : beaucoup de bruit pour rien

La majorité présidentielle a apporté sa confiance au gouvernement Valls : pouvait-il en être autrement ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Manuel Valls en juin 2014 (Crédits : Parti Socialiste, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vote de confiance du gouvernement Valls : beaucoup de bruit pour rien

Publié le 16 septembre 2014
- A +

Par Frédéric Mas.

Manuel Valls en juin 2014  (Crédits Philippe Grangeaud Parti Socialiste, licence Creative Commons)

Manuel Valls a aujourd’hui présenté sa feuille de route devant l’assemblée nationale. En vertu de l’article 49 de la constitution, il a demandé un vote de confiance de la part des parlementaires afin de consolider la légitimité de l’action gouvernementale et s’assurer de la fidélité de la majorité présidentielle. Il l’a obtenu avec 269 voix pour et 244 contre.

Lors de la déclaration de politique générale du 8 avril dernier, le premier ministre avait obtenu une large majorité en faveur de son projet. Depuis, la confiance des citoyens s’est effritée, tant à cause de son impuissance à répondre aux problèmes économiques du jour qu’à une communication publique aussi désastreuse qu’illisible (Affaire Thévenoud, déclarations de Montebourg, livre de l’ex compagne, etc.). Certains commentateurs pensaient que cette accumulation de couacs pouvait affaiblir l’exécutif jusqu’à le paralyser. Une trentaine de députés PS, la plupart des alliés écologistes et des députés chevènementistes ont même clairement déclaré s’abstenir, voire voter contre la confiance au gouvernement. Seulement, une fois dissipé le brouillard médiatique, les mécanismes institutionnels ont offert de remarquables incitations à la stabilité gouvernementale. En effet, pour que la confiance ne soit pas accordée à l’exécutif, il eut fallu que les abstentionnistes dépassent les 50 voix au sein de la majorité parlementaire, ce qui, quelles que soient les circonstances, était impossible. Et cela pour plusieurs raisons.

La première est idéologique ou culturelle : il était impensable que la gauche suive les mots d’ordre de la droite. Les parlementaires PS et apparentés ne pouvaient voter la défiance avec les ennemis du président et, de fait, passer pour plus à droite aux yeux de leur clientèle électorale à un moment où les gauches sont en train de rebattre leurs cartes idéologiques, notamment pour laisser de la place à une nouvelle gauche plus radicale en dehors de la majorité présidentielle (et en préparation des élections à venir).

La seconde vient directement de la relation instaurée par le quinquennat et le calendrier électoral entre branche législative et exécutive après la modification de l’article 6 de la constitution par Jacques Chirac. D’abord destinée à enrayer la cohabitation, ladite réforme a eu pour effet de renforcer la présidentialisation du régime en faisant des parlementaires, élus quelques semaines après le président de la République, les bénéficiaires de sa popularité. En d’autres termes, la plupart des élus de la majorité doivent leurs sièges à la popularité de Hollande au moment de son élection, comme la précédente majorité devait sa prééminence essentiellement à celle de Nicolas Sarkozy. De plus, à tout moment, le chef de l’exécutif peut utiliser la dissolution comme « big stick » pour faire rentrer dans le rang les récalcitrants. Ce genre de hiérarchie informelle entre exécutif et législatif ne favorise ni la sélection des esprits indépendants, ni des frondes trop violentes. Il y a comme une chaîne invisible qui tient les parlementaires et encourage l’exécutif à continuer de gouverner, même en cas de crise de popularité du Chef de l’État.

Plutôt que de relever les incertitudes et les non dits du pénible discours du Premier ministre, attirons plutôt l’attention sur ce qu’il y a de nouveau, et qui témoigne peut-être d’un changement de climat concernant la création d’entreprises en France. Manuels Valls a ainsi pu déclarer, en prenant appui sur le rapport Gallois, que la perte de compétitivité de nos entreprises était sans doute la principale faiblesse de notre économie :

« Nous devons être aux côtés de nos entreprises, des PME, des artisans. Dans une concurrence mondiale qui ne fait aucun cadeau, pourquoi serions nous le seul pays à ne pas aider nos entreprises ? »

La première aide serait déjà d’assainir le marécage réglementaire et l’extorsion fiscale qui enfoncent le pays dans l’abîme. Espérons (un peu…) que ce discours soit suivi d’effets, et que l’étau se desserre enfin pour les Français plongés dans la crise. La prochaine étape pour juger concrètement de ces belles paroles sera le vote du budget le 24 septembre prochain.

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Je suis écoeuré par ces députés du PS qui , morts de trouille, d’avoir à se représenter à une election, législative et de perdre leur poste, soutienne l’insoutenable.
    Ces gens puent.

  • Discours suivi d’effet ?

    Mais de quels effets attendez-vous ?

    Valls a été clair (pour une fois) : pas de remise en cause des 35, ni de la durée légale du travail. « Réformer ce n’est pas supprimer le CDI. Réformer ce n’est pas supprimer le SMIC »

    Réformer blababla etc.

    Une tirade pénible, grotesque, « synthétisante », hollandesque, gauchisante et « anaphoresque » (décidément Manuel est bien un Baby Hollande).

    Il ne se passera… rien. Strictement rien. Et dans quelques mois, à la faveur d’un vote perdu à l’Assemblée, le torrero minable démissionnera, façon Montebourg, pour préserver son image de « grand réformateur je n’ai pas pu accomplir ma tâche »… afin de se mettre en orbite (pense t il, le dément) pour 2017.

    Le scénario du Catalan est cousu de fil blanc.

    Donc je le répète… qu’attendez vous au juste de ce triste sire ?

    • J’allais le dire mince

      Il ne se passera rien de rien, le néan chut écouté

      • Pas tout a fait, le réforme des professions libérales dites « réglementées » est dans les tuyaux, ces salauds de professionnels libéraux réduisent le pouvoir d’achat des français, il faut que ça cesse, et ça cessera …et vous croyez vraiment que le pouvoir d’achat va augmenter après ça ??

  • « démocratie représentative »?…

  • on le savait
    la soupe est bonne
    il ne fallait pas la perdre

  • mais droit dans ses bottes mouilles de sueur de trouille il a hollandise ses positions de matamor et matador qu il avait eu lors de sa visite au medef
    nul2

  • Il n’y a strictement rien à attendre de cette législature: jusqu’au bout ces élus achèteront des votes à grand coup d’impôts. Et dès aujourd’hui le calamiteux qui s’exprimait hier à annoncé qu’il supprimerait la plus basse tranche d’imposition (5,5%), ce qui concerne environ un million de foyers fiscaux, achetés et payés par le surplus qui sera bien évidemment extorqué aux autres.
    De plus, ils savent qu’ils sont totalement grillés (2% seulement de Français sont prêts à revoter pour le Roi fénéant), donc ils s’arquebouteront pour durer le plus longtemps possible en bradant tout ce qui peut l’être pour tenir ne serait-ce qu’un jour de plus.

  • dogmatique au max ,il vas encore nourrir les immigres ,les soigner ,les loger au detriment des francais des campagnes ,des agriculteurs et des veuves francaises qui ont eleves des enfants .tout pour l immigration ,et la punition pour les fds . ! honte aux socialos et aux verts .!!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À partir du moment où l’on admet qu’il existe des « limites à la croissance » comme l’a théorisé le rapport Meadows publié par le Club de Rome en 1972, ou lorsqu’on pense comme Jean-Marc Jancovici que « la planète n’acceptera pas d’avoir 10 milliards d’habitants », dans le droit fil des prédictions apocalyptiques sur l’impossibilité d’obtenir une production alimentaire en phase avec la croissance démographique formulées aux alentours de 1800 par l’économiste britannique Thomas Malthus, on en vient assez rapidement à vouloir imposer un mode de... Poursuivre la lecture

Dans la mythologie grecque, Cassandre était la prêtresse troyenne qui avait reçu la malédiction de prononcer de vraies prophéties, mais de ne jamais être crue.

L'environnementalisme idéologique comporte une cohorte de Cassandre inversées : ils font de fausses prophéties qui sont largement crues. Le biologiste de Stanford Paul Ehrlich, dans son classique de 1968, The Population Bomb, a prophétisé :

"La bataille pour nourrir toute l'humanité est terminée. Dans les années 1970, des centaines de millions de personnes mourront de fai... Poursuivre la lecture

Il y a plus de 10 ans nous avons publié une chronique demandant au Verts de répondre à 12 « petits mensonges ». Depuis aucune réponse sinon des affirmations relevant de l’idéologie.

 

Les mensonges

Les écologistes sont-ils sincères ou ignorants ? La question mérite d’être posée au moment où cette idéologie entend se présenter comme une nouvelle religion mêlant paganisme, socialisme et malthusianisme.

Chaque « Petit mensonge » y fait l’objet d’un chapitre présentant les douze lieux communs et croyances et leurs réfuta... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles