Un tiers des milliardaires français ont quitté la France

Un tiers des milliardaires français ont déjà quitté la France, et nombreux sont ceux qui ont créé des entreprises à l’étranger.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Départ d'avion (Crédit : Gabriel Rocha, Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un tiers des milliardaires français ont quitté la France

Publié le 15 septembre 2014
- A +

Par Valérie, d’Emploi 2017.

Un article d’Emploi 2017.

Départ d'avion (Crédit : Gabriel Rocha, Creative Commons)Un tiers des milliardaires français de la liste de Challenges sont en fait des résidents étrangers et un peu plus de la moitié sont de la « new money », c’est à dire ont fait fortune en créant leur entreprise. Et celle-ci opère souvent hors de France et ne contribue que peu ou pas à l’emploi.

En rose clair, ceux résidant à l’étranger. En rose foncé, ceux résidant à l’étranger et y ayant créé une entreprise.

Nom Fortune (2014), en milliards € Pays de résidence
1 Bernard Arnault 27 France
2 Liliane Bettencourt et famille Meyers 26 France
3 Gérard Mulliez et sa famille 20 France
4 Bertrand Puech et Famille Hermès 17 France
5 Alain et Gérard Wertheimer et leur famille 14,5 Suisse
6 Serge Dassault et sa famille 13,5 France
7 François Pinault et sa famille 13,5 France
8 Vincent Bolloré 10 France
9 Xavier Niel et sa famille 8,5 France
10 Pierre Castel et sa famille 7,5 Suisse
11 Emmanuel Besnier et sa famille 6,5 France
12 Patrick Drahi 6 Suisse
13 François Perrodo et sa famille 5,5 France
14 Pierre Omidyar 5,1 États-Unis
15 Margarita, Eric, Kirill et Maurice Louis-Dreyfus 5 Suisse
16 Jean-Claude Decaux et sa famille 4,6 France
17 Christian Courtin-Clarins et sa famille 4 France
18 Danièle Ricard et sa famille 3,3 France
19 Pierre Bellon et ses enfants 3,2 France
20 Benjamin de Rothschild et sa famille 2,9 Suisse
21 Marie-Christine Coisne-Roquette
et familles Coisne et Lambert
2,8 France
22 Jacques Saadé et sa famille 2,8 France
23 Famille Guerlain 2,7 France
24 Martin et Olivier Bouygues et leur famille 2,6 France
25 Ginette Moulin et sa famille 2,5 France
26 Bris Rocher et sa famille 2,5 France
27 Jacques Bouriez et sa famille 2,3 Belgique
28 Martine Primat et sa famille 2,2 Suisse
29 Alain Mérieux et sa famille 2,1 France
30 Edouard Roquette et sa famille 2,1 France
31 Bruno Bich et sa famille 2 Suisse
32 Robert Peugeot et sa famille 2 Suisse
33 Daniel Roullier et sa famille 2 France
34 Familles Domange, Desanges,
Gérondeau, Maréchal, Pinault
1,9 France
35 François de Wendel et sa famille 1,9 France
36 Familles Hennessy, Moët et Chandon 1,8 France
37 Laurent Burelle et sa famille 1,7 France
38 Dominique Hériard Dubreuil et sa famille 1,7 France
39 Jacques Merceron-Vicat et sa famille 1,7 France
40 Anne et Henri Beaufour et leur famille 1,65 France
41 Paul-Georges Despature et sa famille 1,65 Suisse
42 Jean-Claude Mimran et sa famille 1,6 Suisse
43 Nicolas Puech 1,6 Suisse
44 Marc Ladreit de Lacharrière 1,5 France
45 Gilles et Yves-Loïc Martin 1,5 Belgique
46 Robert Mouawad et sa famille 1,5 Liban
47 Antoine Fiévet et familles Bel, Fiévet,
Dufort et Sauvin
1,4 France
48 Famille Lescure 1,4 Suisse
49 Claude Dauphin 1,35 Suisse
50 Famille Michelin 1,3 France
51 Philippe d’Ornano et sa famille 1,3 France
52 Edouard Carmignac et sa famille 1,3 France
53 Elisabeth Badinter et sa famille 1,2 France
54 Clément Fayat et sa famille 1,2 France
55 Louis Le Duff 1,2 France
56 Jean-Charles Naouri 1,2 France
57 Jean-Pierre Savare et sa famille 1,2 France
58 Philippe Louis-Dreyfus et sa famille 1,2 France
59 Tony Murray 1,2 Royaume-Uni
60 Jean-Pierre et Edith Cayard et leur famille 1,15 France
61 Mohed Altrad 1 France
62 Claude Berda 1 Suisse
63 Michel Leclercq et sa famille 1 France
64 Jérôme Seydoux et sa famille 1 France
65 Bruno Moineville 1 Suisse
66 Rolland-Yves Mauvernay et sa famille 1 Suisse
67 Armando Pereira 1 Suisse


Sur le web

Voir les commentaires (26)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (26)
  • Il serait intéressant de savoir combien de français ont quitté la France et sont devenus riche en créant une société a l’étranger… mais c’est plus difficile a savoir.

  • Il me semble que Pierre Omidyar devrait être en rose foncé (quel choix de couleurs !). D’un autre côté, il a quitté la France à l’âge de 6 ans, il était précoce…

  • Et encore, les milliardaires sont-ils ceux qui peuvent partir le plus facilement ? Je dirais que les fortunes moins élevées (10-500M) sont certainement plus mobiles : moins de sociétés, moins médiatiques ou médiatisables.
    Par ailleurs, on notera que dans un pays de 65M d’habitants soi-disant 5eme puissance économique du monde, avoir 30 milliardaires (et leur familles, donc la fortune est souvent partagée), ce n’est quand même pas énorme, loin de là…

    • Il est vrai que la France a comparativement peu de milliardaires, et leur émigration ne va pas aider.
      Mais le Japon ou l’Allemagne ne font pas vraiment mieux, seuls les USA (Près de 450 milliardaires tout de même !), le Royaume-Uni et la Russie sont un peu hors normes (et encore en Russie c’est surtout le fait du copinage, des relations et de la corruption que du mérite vu que le gouvernement décide de qui est milliardaire et de qui ne l’est pas).

      • Exact. Toutefois, le Japon de traine dans une stagnation qui n’en finit pas, et l’Allemagbe à certainement beaucoup, mais alors beaucoup plus de patrons de PME multimillionnaires !

        • Je doute que le Japon sorte un jour de la spirale de la faible croissance, au contraire ça pourrait empirer vu sa démographie : le nombre de jeunes chute à vitesse grand (1 million de naissances par an dans les années 2010 comparé à environ 2,3 millions par an dans les années 50) et une explosion de retraités.
          La baisse de la population et la nécessité de faire rembourser l’immense dette (245% du PIB) à une population active de plus en plus réduite va mécaniquement provoquer une baisse de la consommation avec le temps et une pénurie dans de nombreux corps de métiers.

          Pour l’Allemagne oui ils ont plus d’entrepreneurs riches et à succès c’est certain, c’est pas plus mal.

          • J’ai plusieurs fois lu que cette dette n’était pas un problème pour le Japon, car leur système fiscal éteint cette dette pour les particuliers à leur décès par une fiscalité quasi totale, et comme la dette est détenue par les japonais…

            • Si c’était si facile le pays n’aurait pas augmenté la TVA en Avril, et ce fut justement la raison invoquée.
              Cette dette est détenue par les japonais mais ça ne change rien au fait que ces gens ne prêtent pas pour rien, il ne s’agit pas d’un don au gouvernement, hors une fois à la retraite de nombreux japonais retirent leur épargne, cette épargne qui finance la dette..Hors le nombre de ces retraités explose, ce qui fait que le taux d’épargne du pays qui atteignait 30% y a 30 ans n’est même plus à 3% aujourd’hui et ne cesse de dégringoler car les jeunes épargnants diminuent en nombre en plus d’être plus précaires (pas grand chose à épargner donc) tandis que les retraités « désépargnent »
              —> Le Japon emprunte de plus en plus à des investisseurs étrangers qui réclament des taux d’intérêt plus élevés que les locaux. Si les étrangers représentent une part croissante de la dette il faut leur montrer que le budget et la dette publique sont sous contrôle.

              Beaucoup de gens se font des illusions, espérant que la dette n’aura jamais à être remboursée, qu’on pourra continuer l’endettement pour toujours et que jamais il ne faudra faire d’efforts.
              Laisse-moi te dire une chose : n’écoute pas ces gens, la dure réalité est qu’il n’y a pas de solution miracle. Le Japon devra un jour subir les conséquences de son immense dette.

              • Oui, les choses sont effectivement bien plus nuancées car les japonais commencent à ne plus vouloir être floués par leur gouvernement. Convenons que la situation est aujourd’hui vivable car la dette actuelle ne sera en grande partie jamais remboursée, mais que la prise en compte de ce non remboursement par les japonais soit en ne la souscrivant plus soit en tentant d’en récupérer le plus possible avant leur décès, va la rendre insoutenable à terme.

  • je ne suis ni milliardaires ni millionnaires , à peine au smig , mais ce qui me retiend en france ce sont des obligations familiales . sans cela , riche ou fauché , je partirai de france , le coeur lourd car j’aime mon pays , mais je supporte de moins en moins la politique qui y est mené depuis tant d’années et qui nous a mené là ou nous en sommes ;

    • Le plus fou est qu’il y a des français, aux idées exactement opposées, qui partent pour les mêmes raisons ! Faute de boulot. Sans se rendre compte que le pays qui les acceille peut le faire parce qu’ils n’ont pas mis en place les idées qu’ils ont. Sans se rendre compte qu’ils partent notamment parce que le pays dont ils proviennent les a mises en place.

  • Plus que la pression fiscale actuelle, c’est l’absence de perspectives meilleurs qui engendre les departs, pas seullement des capitaux, le pire est probablement le depart massifs des jeunes diplômés a la recherche d’un emploi dans le privé, le vrai…car combien reviendront?…

    • Probablement très peu.
      Et en effet les jeunes qui partent sont les stars économiques de demain, ceux qui restent sont plutôt ceux qui ont des connexions ou envisagent d’être politiciens.

    • Nous sommes dans un contexte nouveau, celui de la mondialisation, où la circulation des individus est devenue plus aisée que jamais, et où l’information est facile à obtenir.
      Alors, dans un pays qui a décidé de prendre du fric à ceux qui en ont, pour le distribuer à ceux qui n’en ont pas, que se passe-t-il?
      -Ceux qui en ont, ou bien espèrent en avoir par leur travail, partent.
      -Ceux qui veulent en recevoir arrivent.
      Voilà le remaniement que connaît notre pays, et chaque année qui passe voit le fossé entre les uns et les autres se creuser, jusqu’au moment où le système s’effondrera: il n’y aura plus assez de « riches » pour payer les « pauvres ».
      Mais l’expérience et l’observation d’autres pays nous montrent que, quoi qu’il arrive, la classe politique continue à prospérer, et même de plus en plus.
      Alors, ne comptons pas sur elle pour redresser la situation: elle va continuer à distribuer pour se faire élire. Jusqu’à donner le droit de vote aux nouveaux arrivants!

  • Patrick Drahi devrait aussi être en rose foncé.

    Le drame, c’est que les miliardaires ne sont pas les seuls à partir. Comme il l’a été dis, les jeunes aussi fuient la France (c’est mon cas). L’on a donc à la fois une émigration de ceux qui ont créés de la richesse dans le passé, et de ceux qui pourraient en créée dans le future.

  • Les Mulliez n’étaient-ils pas parti en Belgique par hasard ?

  • C’est quoi un milliardaire français ?

    Depardieu n’est pas un milliardaire mais il est déjà autant russe que français. J’aurais plutôt tendance à penser qu’un milliardaire a dans ses poches autant de passeports qu’il le désire, et des résidences dans de nombreux pays. La question est de savoir où il désire (négocie ?) payer des impôts en fonction de l’optimisation fiscale et de la restructuration de ses affaires qui peut être plus ou moins lourde.

    On ne me fera pas croire que les accords fiscaux entre pays concernent réellement les grandes fortunes, dès lors qu’elles contrôlent des pans stratégiques de l’économie et de l’emploi. Les pays comme la France ont d’autant plus besoin de ménager ces grandes fortunes qu’elles découragent l’actionnariat ou sucent le patrimoine des classes moyennes dans une utopie collectiviste qui ne dit pas son nom.

  • Je confirme que dans ma commune à Ixelles en Belgique, les Français font flamber l’immobilier et de ma fenêtre, je peux apercevoir les traders d’une banque privée venus spécialement de Paris pour suivre leur clientèle fortunée. Je crois que ces gens prennent le Thalys comme on prend le métro. En même temps, si ils arrivent à supporter notre climat pourri, ils ont un certain mérite…
    Il faut néanmoins ajouter que la France exporte également chez nous ces étudiants en art, logopédie etc. qui ne risquent pas de faire chauffer les cartes de crédit. La Belgique francophone assure donc la formation d’une partie de vos futurs sculpteurs, auteurs de bande-dessinée et artistes de cirque. Alors dites-nous merci!

    • Le temps n’est-il pas superbe en ce moment ❓ 🙂

    • Harold ,
      «  »Il faut néanmoins ajouter que la France exporte également chez nous ces étudiants en art, logopédie etc. qui ne risquent pas de faire chauffer les cartes de crédit. La Belgique francophone assure donc la formation d’une partie de vos futurs sculpteurs, auteurs de bande-dessinée et artistes de cirque. Alors dites-nous merci! » »

      Nous vous disons merci !!! Cependant , il faut être honnête et faire remarquer qui’une partie de la Belgique francophone ( Wallonie et Brabant ) veut devenir française ( les malheureux!!!) et que si cela se passe , cela va encore nous couter un bras !!!

      • Je doute malheureusement que la Wallonie se rattache jamais à la France. J’en serais enchanté mais les élites décident toujours et ils s’en foutent de voir la majeure partie de leur peuple sombrer dans la misère. C’est une nation de petits chefs. Ils n’accepteront jamais de se voir dicter leur conduite par Paris. Ca ne passera jamais. Alors, on peut toujours négocier un statut d’autonomie mais, à ce moment là, je vous garantis 2000 ans d’emmerdes non-stop.

  • Les pauvres ! Ils ont bien plus que nous mais n’en n’ont jamais assez.
    D’un autre côté je les comprends : s’il faut financer les routes, l’enseignement public et la sécurité sociale des pauvres ça va leur faire une piscine en or en moins.

    • Mr José (de la cgt?)
      Ce que les gens comme vous ne comprennent pas, c’est que les milliardaires (que je ne suis pas, je suis un très pauvre entrepreneur sans dent et avec des chicots pourtant je donne 30% de ce que je gagne pour la sécu) le sont devenus par leur travail, essentiellement en créant leur société et la faisant prospérer.
      les sociétés qu’ils créent fabriquent des emplois pour les pauvres comme vous. Peut être que quelqun ici aura des chiffres précis mais 1 milliardaire, juste à titre personnel créé une centaine d’emplois directs ou indirects, plus la ou les sociétés qu’il créé ou investit.
      Donc 1 milliardaire qui part=10000 emplois qui partent ou ne sont pas créent, dont 10000 très pauvres sans emplois.
      moins il y a de milliardaires, plus il y a de pauvres.
      Ah oui, et même s’ils se font faire une piscine d’or, ce qui m’étonnerait mais : ce n’est pas eux qui la font, ça ferait pas mal d’emplois, de ceux qui vont chercher l’or à ceux qui devraient l’entretenir

    • Quand les riches maigrissent , les pauvres meurent . Maître K’ong .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin et Philippe Lacoude.

Première partie de la série ici Seconde partie de la série ici Troisième partie de la série ici Quatrième partie de la série ici Cinquième partie de la série ici Sixième partie de la série ici Septième partie de la série ici Huitième partie de la série ici

Comme nous l’avons vu précédemment, les impôts directs sur le capital (tels l’IGF, l’ISF, l’IFI ou les droits de succession) ne pourraient avoir un impact positif sur la croissance économique à long terme que dans la mesure où l’usage qui ... Poursuivre la lecture

Par Guillaume Périgois.

Elon Musk, Bill et Melinda Gates, Bidzina Ivanishvili, MacKenzie Scott, Min Kao et Charles Feeney prouvent qu'il existe de multiples façons de mettre sa fortune au service de l'amélioration du monde et de la condition de son prochain.

Elon Musk : de la Terre à Mars

L'une des premières choses que le fondateur de Tesla a faite lorsqu'il est devenu l'homme le plus riche du monde le mois dernier a été de demander conseil sur la façon d'être un meilleur philanthrope.

Mais le nouveau Texan semble avoir u... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Delsol. Un article de l'Iref-Europe

Un second rapport du Comité d’évaluation des réformes de la fiscalité du capital a été publié ce 8 octobre pour poursuivre l’analyse des réformes engagées notamment au titre de la transformation de l’ISF en IFI et de l’instauration du Prélèvement forfaitaire unique et libératoire de 30 % -le PFU- sur les revenus du capital mobilier. Ce Comité conclut globalement, et avec prudence bien sûr, que trop d’impôt sur le capital peut aussi tuer le capital et coûter à l’État.

La baisse d... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles