Écosse : la sécession au service des citoyens ?

Le 18 septembre prochain, les Écossais vont décider, par référendum, de quitter ou non le Royaume Uni. Le professeur Lemennicier analyse les enjeux du vote.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
oui écosse indépendante credits phyllis buchanan (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Écosse : la sécession au service des citoyens ?

Publié le 15 septembre 2014
- A +

Par Bertrand Lemennicier

oui écosse indépendante credits phyllis buchanan (licence creative commons)Le 18 septembre prochain, les Écossais vont décider, par référendum, de quitter ou non le Royaume Uni pour redevenir un État souverain. La question posée est simple :

« Souhaitez-vous que l’Écosse devienne un pays indépendant ? Oui/Non

Les Écossais, partisans du oui, supposent que, séparés du Royaume-Uni, leur destin sera meilleur que de rester dans l’Union. Les partisans du non pensent le contraire1.

Le problème soulevé par ce référendum est intéressant à plus d’un titre et peut être généralisé à n’importe quelle union, y compris l’Union Européenne, mais aussi à n’importe quelle région d’un État. Le gouvernement britannique, qui menace souvent les gouvernements européens de quitter l’Union Européenne, expérimente, sur son propre sol, ce que signifie la menace de quitter le Royaume Uni qui, comme son nom l’indique, est une union. Le Front National, un parti politique français nationaliste, propose aussi de quitter l’Union Européenne. Si ce parti arrive au pouvoir, il proposera un référendum à la population pour savoir si elle souhaite quitter l’UE. D’où l’intérêt pour ce parti et l’ensemble des français d’être attentif à cette expérience écossaise. Si le oui l’emporte, le 18 septembre 2014 deviendra une date mémorable et la transition vers l’indépendance une leçon pour les futurs imitateurs. Est-ce que les Écossais doivent conserver la livre anglaise comme monnaie en circulation, faut-il recréer une armée et une défense écossaises, quid des bases sous-marines de la force de frappe atomique de la Grande Bretagne situées en Écosse, à quel domaine étatique appartiendront les champs de pétrole à proximité de l’Écosse, est-ce que la souveraineté territoriale de l’Écosse s’étendra aux plateformes en haute mer ? Un divorce, fut-il unilatéral, pose le problème du partage des investissements réalisés dans l’union par l’un et l’autre des partenaires.

Que l’Écosse redevienne un État souverain indépendant n’est pas anodin. Cet événement peut bouleverser l’Europe par un effet d’imitation. En effet, ce qui vaut pour les Écossais peut valoir pour les Bretons, les Alsaciens, les Basques, les Normands, les Gens du Nord, les habitants de la Provence Côte d’Azur, les Corses, les Franciliens ou les habitants de l’ex république des Escartons. Eux aussi pourraient demander la séparation et l’indépendance de leur région à l’égard du pouvoir central parisien. Ce qui est vrai des régions françaises le serait aussi pour les allemands, les espagnols et les italiens. Mais aussi du Royaume Uni lui-même, réduit à la terre d’Angleterre. L’Europe éclaterait en une multitude de petits pays indépendants2 associés ou non dans une confédération. Pourquoi s’arrêter aux régions ou provinces ? Les sécessions territoriales peuvent concerner les villes qui deviennent villes libres et/ou États Cités : Paris enfin libéré… de la tutelle étatique française.

La fragmentation des États n’est pas une nouveauté, c’est même la caractéristique fondamentale de la fin du siècle dernier et du début du siècle dans lequel nous vivons. La majorité des États dans le monde ont une petite taille depuis que les grands empires ont implosé, soit naturellement, soit suite à des guerres d’indépendance. Le nombre d’États en 1950, membres de l’ONU, était de 51. En 2012, cette organisation reconnaissait 197 États souverains ! Parmi les 27 États de l’Union Européenne, 16 ont une superficie inférieure à 100 000 km2, 22 ont une population moyenne de 7,2 millions d’habitants. L’Europe a déjà connu une sécession, la Slovaquie s’est séparée de la République Tchèque. La Flandre et la Wallonie sont proches de la sécession, la Catalogne en prend le chemin en ce moment même, et l’Écosse risque de reprendre sa souveraineté abandonnée par l’acte d’union de 1707. N’oublions pas le référendum sur l’indépendance de la Nouvelle Calédonie qui touche les français, ni la dissolution de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS) le 26 décembre 1991. L’éclatement de celle-ci en une multitude d’États souverains laisse encore des traces, aujourd’hui, avec des annexions et des mouvements séparatistes en Ukraine. Les guerres de sécession des années 1990 dans les Balkans avec le Kosovo, la Slovénie, la Croatie, le Monténégro sont encore dans les mémoires, la sécession de la Transnistrie en Moldavie, de l’Ossétie du Sud en Géorgie aussi. Le gouvernement Chinois fait face lui-même à de tels mouvements en Mongolie intérieure, sans compter la Birmanie, et le Moyen-Orient avec le Kurdistan turc ou irakien, et en Syrie avec le retour de formes étatiques d’autrefois : le califat islamique. Que dire de l’Afrique avec le Mali, le sud du Maroc, la Mauritanie, la Kabylie en Algérie, le Somalie land, le Soudan du sud, l’Érythrée .. S’il y a un phénomène politique majeur qui menace les États Nations, c’est bien celui de la sécession.

L’avenir politique des États-nations ne semble pas résider dans la construction de grands États en dépit du contresens, au sens littéral de l’expression, de la construction européenne comme futur grand État fut-il fédéral. Le sens de l’histoire, contrairement aux désirs des hommes politiques ou des partisans de l’État-nation, va dans la direction de la fragmentation des grands États contemporains en plus petits États. Et pour beaucoup d’entre nous cette fragmentation et sécession en entités politiques plus petites est un grand pas vers les libertés individuelles dans une société ouverte au reste du monde. C’est une force de progrès. Pour bien comprendre pourquoi il en est ainsi, il faut revenir sur la question de la taille « optimale » d’un État-nation.

Les économistes, dont on connaît la curiosité légendaire, se sont intéressés à la sécession et/ou à la taille des États, à la structure de leur gouvernance, à leurs unions ou cartellisations et dissolutions ou séparations. Plusieurs auteurs s’y sont essayés dont D. Friedman (1977)3, J.Buchanan et R. Faith (1987) 4 ; Withman D (1991)5, J.J. Rosa (2000)6, A.Alesina et E. Spolaore (2003)7 pour ne mentionner sur ce sujet que les plus connus. Leurs arguments peuvent nous aider à comprendre ce phénomène politique qu’est la sécession.

Une première idée, celle de Withman et Rosa, consiste à faire l’analogie entre les États , les entreprises ou les individus. Ces derniers s’unissent, se marient, se séparent, divorcent, font faillite, se rachètent entre eux ou se remarient. La thèse des économistes est d’une simplicité désarmante : les chefs d’entreprises, les individus et les hommes d’État décident de mettre en commun les ressources et les talents dont ils disposent lorsque, pris ensemble, la combinaison de ces facteurs de production génèrent plus de satisfactions et de richesses que pris séparément. Ils se séparent dès qu’il n’en est plus ainsi.

Les gains attendus d’une union de deux États proviennent essentiellement des économies d’échelle ou d’envergure dans la production de biens ou services dits « publics » qu’ils offrent aux citoyens et des économies de coûts de transaction que permet la suppression des barrières étatiques entre les pays de l’union. Les coûts de produire pris ensemble plutôt que pris séparément prennent racines dans la gouvernance (la structure de contrôle, pour les États il s’agira de la forme du régime politique ; démocratie parlementaire ou présidentielle, autocratie, royaume), le partage des gains de l’union (transferts entre membres de l’union) et la congruence des préférences sur les buts poursuivis par l’union (homogénéité ou hétérogénéité des préférences des partenaires à cette union).

L’autre idée, celle de Friedman, Buchanan/Flair, et Alesina/ Spolaore, est de regarder l’autre face de l’État, celle du monopole de la coercition. Il y a une différence fondamentale entre un État et une firme. Les échanges entre une firme et les consommateurs reposent sur un consentement révélé par l’achat ou la vente d’un bien ou service. Les échanges entre un État et les habitants qui vivent sous son autorité reposent sur l’extraction d’une rente (un impôt) par l’usage de la force ou de sa menace par une faction politique, disposant temporairement8 de son monopole. L’extraction de cette rente sur des richesses acquises légitimement par le travail des habitants peut être plus ou moins consentie en fonction de la structure de gouvernance de l’État. Les gains attendus de l’extraction de l’impôt dépendent de la taille du pays et de la productivité de ses habitants. Ces gains sont limités par le coût d’entretien du monopole de la coercition et le coût du prélèvement de l’impôt lui-même. Ces deux visions permettent d’organiser le débat sur l’indépendance de l’Écosse ou de toute autre région qui voudrait faire sécession d’un État-nation.

Commençons par la première interprétation. L’Écosse, l’Angleterre, le Pays de Galles et l’Irlande du Nord produisent-ils plus de richesses pris ensemble que pris séparément ? Du coté des gains nos auteurs notent les économies d’échelle ou d’envergure9 liées à la production de certains types de biens dits publics comme la défense, les réseaux routiers ou ferroviaires, les communications, l’éducation, la protection sociale ou la santé. Plus la taille du territoire de l’union est grande en superficie, plus la production de ces biens profiterait des économies d’échelle et d’envergure. Le mariage de territoires adjacents peut permettre de saisir ces économies en partageant, entre les membres de l’union, les coûts fixes de production dont le coût variable diminue avec la distance. Pourquoi s’arrêter à l’Écosse ? L’Union pourrait s’étendre à d’autres pays successivement adjacents aux nouveaux entrants10 et pourrait englober le monde entier.

La taille de l’union est vite limitée par les déséconomies d’échelle et d’envergure qui peuvent apparaître et/ou les coûts d’administration de l’union, de contrôle d’opportunisme des pays membres, des conflits dans le partage des gains de l’union entre les membres et hétérogénéité des préférences sur les buts poursuivis par l’union qui augmentent avec l’admission de nouveaux entrants. Les coûts d’administration de l’union et les difficultés de sa gouvernance seront d’autant plus élevés que le nombre des participants à l’union augmente et que les préférences des partenaires sont hétérogènes.

Une union entre États tendra à se développer jusqu’à ce que l’admission d’un État adjacent supplémentaire ne permette plus de saisir des économies d’envergure, ou augmente les coûts d’administration, de gouvernance et d’hétérogénéité des préférences au-delà des gains attendus.

Dans cette vision, les partisans du non au référendum vont faire miroiter aux partisans du oui tous les gains dans la production des biens présentant des économies d’envergure dont les écossais vont être privés mais aussi dont les autres membres de l’union seront privés11 puisque la sécession est unilatérale12.

En défense de la sécession, les écossais partisans du oui, devraient rappeler les arguments suivants. Tous les biens ou services à fortes économies d’échelle ou d’envergure peuvent être obtenus, aujourd’hui, à un coût plus faible sur le marché mondial parce que les firmes privées qui produisent ces biens et services sont en compétition entre elles et réalisent ces économies d’échelle et d’envergure à une taille bien supérieure à celle que peut offrir l’espace restreint de ces entités locales et ce grâce à la libéralisation des échanges internationaux13.

Cette évolution est générale. De plus en plus les États sont concurrencés dans la production des biens dits publics par le marché lui-même. L’externalisation rend obsolète les gains attendus de l’union puisque pris séparément on peut obtenir les mêmes services, et moins chers, avec des entreprises privées en compétition sur le marché mondial. Les coûts d’administration, de partage des gains et de préférences hétérogènes ont simultanément augmenté. L’immigration massive de personnes de cultures différentes sur le marché du travail a modifié la congruence des préférences de l’ensemble de l’union, les transferts liés à la protection sociale modifie le partage des gains dans l’union elle-même et la structure de gouvernance, sous la logique de l’extension du pouvoir et sa concentration dans les mains de quelques uns, a éloigné les électeurs des pays adjacents des décisions centrales du gouvernement de l’union. Les gains de l’union ne sont plus compétitifs vis-à-vis du marché mondial et les transferts opérés vers les autres membres de l’union de la rente pétrolière qui appartient au domaine public écossais privent les habitants de ce territoire d’une richesse qui devrait revenir en premier aux écossais.

Cette évolution, qui frappe tous les États-nations, pousse au divorce et à la sécession des entités politiques qui les composent. L’Écosse en est un exemple qui peut faire tâche d’huile. Les hommes politiques anglais en sont conscients. Si le gouvernement de Londres ne veut pas de la sécession, c’est qu’il pense que la contribution de l’Écosse au Royaume Uni est profitable pour l’ensemble de l’union. Si Londres tient à l’Écosse, il suffit au gouvernement d’acheter le maintien de l’Écosse dans l’union par des transferts d’argent et de souveraineté jusqu’au point où un abandon de souveraineté ou un transfert supplémentaire réduit à néant l’intérêt de prolonger l’union avec l’Écosse. Cette politique de transferts est menée depuis longtemps par le gouvernement britannique avec la création du parlement écossais en 1999. Au fil du temps le parlement écossais a obtenu presque tous les pouvoirs exceptées les affaires étrangères, la monnaie, l’énergie, la fiscalité et la défense qui restent du ressort de Londres. Mais la limite est atteinte.

On voit tout de suite où le bât blesse : pour rester dans l’Union les écossais peuvent demander aux anglais la pleine restitution de la rente pétrolière14. Le gouvernement de Londres s’y refuse, car les autres membres devront payer l’énergie au prix du marché mondial dicté par les cartels des pays pétroliers15. Si l’Écosse quitte l’Union, le gouvernement central ne peut plus prélever d’impôts sur les écossais, la base fiscale du Royaume Uni se réduit drastiquement et la rente fiscale ne pourra plus être aussi facilement détournée pour satisfaire les intérêts privés de l’oligarchie qui gouverne le Royaume Uni.

La base fiscale est le pouvoir suprême de tous les États modernes. Sans le prélèvement de l’impôt les hommes d’État ne sont rien. On comprend mieux la panique du gouvernement anglais si l’on se tourne vers la face obscure de l’État : celle de la prédation.

Cela nous renvoie à la conception de l’État Léviathan. Cette analogie éclaire le débat sur la sécession. Il s’agit d’une lutte entre deux factions politiques, l’une écossaise (de gauche)16 et l’autre anglaise (de droite) qui cherchent à extorquer une rente fiscale optimale sur les habitants qui sont sous leur juridiction. L’enjeu est celui de la rente pétrolière que chacun veut s’accaparer et de la base fiscale écossaise dont seront privés les autres membres de l’union.

Le chiffre d’affaires de l’État moderne, c’est le volume des recettes fiscales (qui est le produit d’une base taxable et du taux d’imposition) et des autres revenus obtenus des activités domaniales (produits des capitaux et rente pétrolière) ou des monopoles qu’il contrôle (celui du monopole d’émission de la monnaie offrant l’opportunité de pratiquer l’illusion fiscale par l’impôt d’inflation pour annuler les dettes publiques). La stratégie retenue par les hommes politiques est celle d’extraire une rente maximale des monopoles fiscaux, monétaires et du domaine (les ressources pétrolières par exemple) dont ils disposent temporairement ou non au profit de ceux qui les ont portés au pouvoir. La dimension des États va dépendre non seulement du rendement attendu de la rente nette des coûts à extorquer ces revenus, mais aussi de la structure de contrôle. L’État est-il contrôlé par les hommes politiques (les managers), les citoyens-électeurs contribuables (les actionnaires) ou encore un Roi (propriétaire) ?

Revenons à la dimension optimale d’un État Léviathan dans un régime politique donné. Le comportement du Léviathan consiste à étendre la base taxable le plus loin possible jusqu’au point où le coût d’étendre ce pouvoir de coercition à une unité géographique supplémentaire excède le gain tiré de la rente fiscale de cette unité. Il y a donc une limite à la taille du Léviathan parce que les coûts d’extorsion sont croissants et les rendements attendus décroissants en fonction de la distance où le Léviathan a localisé le centre de ses décisions.

C’est la raison fondamentale pour laquelle, il y a, géographiquement, de la place pour plusieurs Léviathans se partageant la taxation sur des territoires adjacents, et non pas un seul Léviathan dominant l’ensemble du monde. Chacun marque, par des frontières, l’aire de son pouvoir de taxation vis-à-vis des autres prédateurs locaux. Les revenus de la taxation comme des réglementations édictées par le pouvoir central du Léviathan sont investis dans la productivité des habitants afin d’augmenter le niveau de leur production et accroître les recettes fiscales futures. Une autre partie est consacrée aux dépenses pour réduire l’hétérogénéité de la population qu’il a sous son contrôle via une éducation nationale17. Par ailleurs, la faction au pouvoir doit composer avec ses sujets pour les empêcher de se révolter ou de s’évader ou de se détourner des activités productives intensives en recettes fiscales. Une autre fraction des recettes fiscales est consacrée au maintien d’une obéissance civile minimale (police, renseignements généraux, gendarmes mobiles, compagnie républicaine de sécurité) et à un niveau d’emploi générateur d’impôts 18 pour enrichir les groupes de pression ayant soutenu les factions au pouvoir.

L’extension de la base taxable à d’autres territoires, par les élites politiques qui les gouvernent, peut se faire par la conquête militaire, l’union de territoires et l’entente entre les prédateurs locaux pour mettre des taux d’imposition plus élevés. Chaque prédateur cherche à accroître sa base fiscale19 en diminuant ses taux d’imposition aux fins d’attirer sur son territoire des firmes et des individus aptes à développer des activités génératrices de richesses taxables. Mettons de côté la conquête militaire et l’entente sur les taux d’imposition, pour nous intéresser à l’union.

Du point de vue du Léviathan, les gains d’une union résident dans la capacité à saisir des économies d’échelle ou d’envergure dans la technologie civile et militaire de lutte contre les insurrections pour contrôler un territoire plus vaste à un coût plus faible qu’auparavant. Ainsi un investissement de 20 milliards d’euros dans ce contrôle de la population coûte 100 000 d’euros par tête dans un pays de 200 000 habitants, 1000 euros par tête dans un pays de 20 millions d’habitants et seulement 100 euros par tête dans un pays de 200 millions d’habitants. Ce contrôle peut alors être développé sans que le contribuable s’y oppose car le coût de se rebeller contre le Léviathan excède les 100 euros.

Le coût de l’union est tributaire des coûts administratifs du prélèvement fiscal et de l’hétérogénéité des populations quant à leur degré de résistance à l’impôt. Là aussi la mondialisation et les progrès des nouvelles technologies d’information et de communication ont sérieusement limité les économies d’envergure et/ou d’échelle réalisées dans la lutte contre l’insurrection, la désobéissance civile, l’évasion fiscale ou l’homogénéisation des préférences via l’école.

Les contemporains sont frappés par le fait que les synergies entre la téléphonie mobile et internet permettent de maintenir des liens étroits entre les membres de différentes communautés familiales, religieuses ou doctrinales même si leurs membres sont éclatés dans différents territoires parfois distants de milliers de kilomètres. Le contrôle des croyances par le Léviathan est devenu particulièrement difficile dans ce contexte. L’individualisation et l’hétérogénéité des préférences se développent au sein des territoires suite aux mouvements de populations et aux nouvelles technologies d’information qui font échec à la politique d’homogénéisation20 voulu par le Léviathan. L’extension de la base taxable par l’intermédiaire d’une union n’est donc plus aussi intéressante qu’autrefois. Le Léviathan renonce à l’union et substitue à l’extension de la base taxable la hausse des taux d’imposition. C’est la raison pour laquelle les Léviathans préfèrent constituer des ententes entre eux pour limiter la concurrence fiscale que de créer des unions visant l’intégration dans un État plus grand.

Si l’avenir semble plutôt favorable aux mouvements sécessionnistes, cela ne veut pas dire que les choses se passeront à l’amiable. Quand l’autonomie par la dévolution des pouvoirs et les transferts compensatoires, pour maintenir les États dans l’union, ont été réalisés, aller plus loin devient rapidement un casus belli, car on frappe au cœur même le pouvoir du Léviathan. La guerre de sécession ou d’indépendance devient l’ultime recours pour les séparatistes. Il n’est pas certain que les écossais soient prêts à franchir le cap de la résistance armée, comme les irlandais ou les séparatistes ukrainiens.

Cette fragmentation des grands États en micros États est-elle favorable à la croissance et au bien-être des populations ?

« La meilleure chose à faire pour la liberté serait de diviser l’Europe en plein de petits États. Cela vaut également pour l’Allemagne. Plus l’expansion territoriale de l’État est petite, plus il est facile d’émigrer et plus l’État doit se montrer conciliant envers ses citoyens, afin de garder ceux qui sont productifs » nous dit H. H. Hoppe.

À défaut de copropriétés multiples en compétition21, la petite taille des États est garante d’une imposition modérée et du respect des droits de propriété comme des droits individuels car un petit État a beaucoup de concurrents proches et que le vote avec ses pieds est plus facile à mettre en œuvre pour sanctionner les dirigeants de cette entité politique. Dans un État central (même fédéral) dominant de vastes territoires, le pouvoir d’imposer des taxes et réglementations est plus facile à mettre en œuvre car le coût d’émigrer est plus élevé. Un petit État ne peut mettre en œuvre une telle politique d’expropriation. Les individus émigrent et, par ailleurs, les entreprises quittent le petit État sans qu’il puisse en attirer de nouvelles, car celles-ci sont toujours à la recherche de la fiscalité la plus faible et des réglementations les moins contraignantes.

Les micros États qui offrent de tels avantages, faible taxation et réglementations, se développeront mieux que les autres. On explique ainsi l’origine du capitalisme par le fait même que celui-ci émerge dans un monde politique composé d’innombrables entités politiques : Cités-États de l’Italie du nord, Allemagne du Sud et Pays Bas sécessionnistes. C’est aussi une des raisons de la mondialisation du capitalisme. On peut rappeler qu’au XVII siècle, l’Allemagne était composée de 234 comtés, 51 villes libres et de 1500 manoirs de chevaliers indépendants !

Les micros États, non seulement sont contraints de pratiquer une prédation modérée mais aussi sont contraints de s’intégrer dans l’économie du reste du monde. L’intégration économique est le contraire de l’intégration politique. L’un est le développement pacifique des échanges et des marchés, l’autre est l’expansion territoriale du pouvoir de taxer, d’exproprier et de réglementer. L’intégration économique de micros États dans l’économie de marché pacifie les relations. En revanche, l’expansion des États vers des dimensions territoriales plus grandes comme la tentative d’un État européen (ou mondial) est une source permanente de conflits et de guerres. Quand ce phénomène de concentration et de centralisation des États s’accompagne d’une nationalisation des États (disparition des monarchies) il n’existe plus aucun frein à la croissance des impôts et des expropriations réglementaires autres que le libre échange international ou l’implosion interne par la sécession.

L’ouverture des économies et la mobilité des capitaux comme du travail ont en fait amoindri la capacité de taxation et de redistribution des États contemporains. Il est naturel que les régions ou les territoires les moins centraux comme les territoires potentiellement les plus riches remettent en cause les dépenses et les prélèvements étatiques. La réduction des dépenses de l’État affecte aussi les dépenses de police et de maintien de l’ordre, et cela favorise les mouvements indépendantistes ou séparatistes. C’est ce que l’on observe en ce XXIe siècle.

C’est la raison pour laquelle le retour à des micros États via la sécession est un facteur de progrès. La séparation volontaire remplace la cohabitation forcée par des relations (internationales) contractuelles mutuellement avantageuses, si on laisse les individus de la nouvelle entité politique commercer librement avec autrui y compris les gens vivant à l’extérieur du nouvel État. Cette sécession en micros États accroît la diversité ethnique, linguistique, religieuse et culturelle alors que la centralisation et l’extension de l’État (vers l’État Européen ou mondial) veut mettre fin à cette diversité par la violence politique. Une Europe consistant en des centaines de pays, de cantons, régions distincts, de milliers de villes indépendantes préfigure l’avenir contrairement au TGE (Très Grand Etat) que cherchent à mettre en place, en Europe, les hommes de l’État dont on devine bien qu’ils poursuivent leurs intérêts personnels dans cette entreprise et non pas ceux des habitants qu’ils maintiennent sous leur autorité.

C’est pour cela qu’il faut encourager la sécession de l’Écosse à l’égard du Royaume Uni. Non pas tant pour les écossais eux-mêmes, qui seront contraints de supporter un gouvernement nationaliste et en plus travailliste, ce qui n’est pas la joie22, mais parce que cette sécession montrera, par l’exemple, qu’il est possible aux citoyens des autres territoires européens (et du reste du monde) de s’affranchir, pacifiquement, par la voie d’un référendum dont le résultat est respecté par les membres de l’union, ce qui n’est pas certain, connaissant la duplicité des hommes politiques, de leurs États nationaux respectifs.

Sur le web

  1. Il est intéressant de noter que seuls les Écossais aient le droit de voter pour ce référendum. Il s’agit d’un divorce unilatéral. Les autres membres de l’Union sont aussi concernés par les conséquences de ce vote et ils n’ont pas voix au chapitre. On imagine volontiers que si les Antillais et les Corses demandaient leur indépendance et que l’ensemble des français prenait part au vote, ils seraient tout de suite indépendants. Ces territoires coûtent plus aux contribuables français qu’ils ne leur rapportent. Mais si on demandait aux seuls Antillais ou Corses de voter pour leur indépendance, ces derniers voteraient non à la séparation tant ils ont à perdre. Par ailleurs, quand un pays demande l’entrée dans l’union ou l’intégration dans un pays, c’est aux français qu’il faudrait le demander. Or, ils n’ont pas été consultés pour que Mayotte devienne un département français. Ceci en dit long sur les conceptions des hommes politiques et le mépris total qu’ils ont de leurs électeurs pour achèter des populations entières avec l’argent du contribuable français sans que ces derniers, les payeurs, puissent exprimer leur désaccord.
  2. Avant 1789 il y en avait 300, en 1815 il y en avait 60. En 1871 ce chiffre tombe à 20. En un siècle 1789-1871, les bouleversements politiques ont ramené le nombre d’États souverains de 300 à 20 !
  3. D. Friedman (1977) “A Theory of the Size and Shape of Nation” Journal of Political Economy, vol. 85, no. 1
  4. J.Buchanan and R.Faith (1987), Secession and the Limits of Taxation : Toward a Theory of Internal Exit, American Economic Review (December) pp.1023-1031
  5. D. Whithman (1991) »Nations and States : Mergers and Acquisitions ; Dissolutions and Divorce, » American Economic Review Papers and Proceedings (1991)
  6. J.J.Rosa (2000), Le second XXe siècle ; Déclin des hiérarchies et avenir des Nations, Grasset, Paris
  7. A.Alesina et E.Spolaore (2003), The Size of Nations MIT Press London England
  8. Dans un régime parlementaire, la faction politique détient ce monopole pour une période déterminée à l’avance, dans une autocratie cette période peut durer une vie, celle de l’autocrate, ou être abrégée par un coup d’État ou un assassinat ; dans un royaume ce monopole peut rester dans la même famille plusieurs générations. Dans chaque cas la gestion de ce monopole conduit à des décisions différentes. Mais ce n’est pas l’objet de notre discussion.
  9. Les économies d’échelle présentent la caractéristique suivante : la production du bien ou du service considéré exige un coût fixe initial, important (indépendant du volume de la production) tandis que les coûts variables diminuent avec le volume de la production. Les économies d’envergure correspondent à la sous additivité des fonctions de coûts. Pris ensemble, deux entreprises produisent moins chers que pris séparément.
  10. Comme on l’observe dans l’Union européenne avec les pays de l’Est
  11. Si le territoire de l’Écosse est décisif dans la saisie de ces économies d’envergure.
  12. Contrairement à la séparation entre la république Tchèque et la Slovaquie.
  13. Après tout c’est la thèse du Prix Nobel Paul Krugman
  14. Mais à qui appartient ces champs de pétrole et gaz ? Au premier occupant (ou à proximité) les habitants de l’Écosse, ou à ceux qui ont investi leur capital pour exploiter ces champs et développer cette industrie, les propriétaires des compagnies pétrolières et les contribuables du Royaume Uni qui ont financé les infrastructures permettant cette exploitation ?
  15. Depuis 2003 nous vivons un troisième voire quatrième choc pétrolier, le prix du baril de pétrole en dollars est passé de 30 dollars en 2003 à 100 dollars en 2013
  16. Le parti nationaliste écossais est plutôt travailliste ou du moins entame la chanson du socialisme et espère profiter de la manne pétrolière pour la redistribuer aux écossais, promesse qui équivaut très directement à un achat de vote.
  17. On comprend mieux l’objectif de 90% de reçus au baccalauréat. Il ne s’agit pas de rendre les jeunes générations plus intelligentes ou moins ignorantes mais d’homogénéiser leurs préférences et de former leurs croyances afin qu’ils acceptent comme naturel la prédation du Léviathan.
  18. La préoccupation des hommes politiques pour les chômeurs est intéressée. Imaginons que le taux de chômage soit de 100% pendant un an, la base taxable sur les salaires serait drastiquement réduite.
  19. En attirant des activités productives et des évadés fiscaux sur son territoire.
  20. On évoque souvent le terme d’intégration forcée
  21. Qui est la forme de gouvernance des petits « États » qui respecte le plus les droits de propriété individuels puisque dans ce cas l’État lui- même, ou son domaine, est strictement privatisé et son gouvernement est contractualisé sur un marché des gérants de copropriété.
  22. Pour les libéraux ou conservateurs qui décideront de rester, mais au moins ils n’auront pas beaucoup de kilomètres à faire pour émigrer vers le sud.
Voir les commentaires (26)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (26)
  • Désolé mais pas cette fois, l’Ecosse est un bastion de gauchistes nationalistes, une sorte de nouvelle France en devenir.
    En termes de liberté et de croissance rester dans l’Union est préférable, la preuve est que le Royaume-Uni a aujourd’hui la plus forte croissance économique d’Europe.

    • Tout à fait d’accord. L’argument consistant à négliger les conséquences pour les intéressés afin de donner au monde un symbole fort me paraît complètement décalé.

    • Et ce qui est vrai pour l’Ecosse l’est également pour la Catalogne, qui est très attirée par les sirènes socialistes.

      • Les catalans sont très attirés par les sirènes socialistes du fait même de dépendre de Madrid pour les transferts de ressources afin d’assurer les compétences de la communauté autonome (l’Espagne n’est pas un Etat fédéral, hormis le pays basque et la Navarre, les communautés autonomes dépendent essentiellement des transferts de Madrid). Cela les place dans une situation où ils doivent quémander et peuvent dépenser sans compter parce qu’ils ne sont pas in fine les responsables comptables.
        En étant indépendants, cette tendance pourrait s’inverser à la longue quand ils se rendront compte qu’ils ne peuvent s’en sortir sans être compétitifs sur les marchés mondiaux.

        Mais ceci dit, si la Catalogne n’est plus un modèle vertueux, il en est de même d’autres régions espagnoles et du gouvernement espagnol lui-même (la dette publique de l’Etat ne cesse d’augmenter et il n’y a aucun train de réformes et de déréglementation , tout le contraire). Ca n’est donc pas un argument différenciel.

        Quand au nationalisme de ses dirigeants, il existe pour emporter l’adhésion derrière lui, mais finalement on retrouve les mêmes traits nationalistes fondamentaux dans tous les pays européens. Si à Barcelone vous n’avez pas accès à l’éducation publique en espagnol, à Madrid vous ne l’avez pas non plus en catalan et à Paris c’est en français et rien d’autres.
        Les subventions à la culture nationale existent aussi à Madrid et à Paris, l’Histoire est réécrite en fonction de la mémoire nationale de la même manière qu’à Madrid ou à Paris aussi.
        On peut espérer qu’à la longue ce réflexe nationaliste s’estompe un peu, mais pour qu’il disparaisse il faudrait que la Catalogne ait la taille d’Andorre, de Monaco ou du Liechtenstein.
        Ce qu’il faut espérer surtout, c’est que les catalans ou les écossais soient eux-mêmes ouverts au séparatisme en leur sein, et là j’ai des doutes.

        De manière globale, je souscris à la conclusion de Lemennicier, il faut espérer le oui aux referendums sur l’indépendance pour que cela fasse tâche d’huile. Il faut en tout cas encourager la tenue de ces referendums parce qu’il est légitime que les individus puissent choisir à quelle communauté politique ils veulent appartenir. Ceci étant il faut se méfier et ne pas trop s’afficher avec les forces indépendantistes qui n’ont rien de libérales.

        • « Mais ceci dit, si la Catalogne n’est plus un modèle vertueux, il en est de même d’autres régions espagnoles et du gouvernement espagnol lui-même (la dette publique de l’Etat ne cesse d’augmenter et il n’y a aucun train de réformes et de déréglementation , tout le contraire). Ca n’est donc pas un argument différenciel. »

          Ah non ! Le gouvernement espagnol a vraiment réformé et rendu l’Espagne plus compétitive, la réforme du marché du travail a été radicale. Et c’est juste la réalité, c’est un fait accompli.
          Et si l’Espagne se relève économiquement aujourd’hui c’est grâce à ça.

          • C’est la seule réforme réalisée, la seule, et en plus elle va pas très loin. Pour le reste, plus d’invasions législatives, plus de dépenses publiques et le sauvetage des copains banquiers sur le dos du contribuable.
            Je pourrais te dire aussi que la Catalogne a ouvert en partie les quotas de dimanches travaillés pour les commerces et privatisé quelques entreprises publiques, mais pareil, c’est noyé dans la masse des mauvaises mesures.

            Si l’Espagne se relève actuellement c’est malgré son gouvernement. L’Espagne se relève parce que la dette du secteur privé a baissé de plus de 300 milliards d’euros, et donc les entreprises ont à nouveau plus de perspectives pour investir. Pendant ce temps-là c’est la dette publique qui la remplace et même la dépasse de loin (1000 milliards d’euros), dont les 3/4 au moins sont liées aux dépenses de l’Etat et 1/4 des collectivités locales.

    • Sauf que le libéralisme est justement la doctrine qui préfère laisser les gens libres de se tromper, plutôt que de les obliger à adopter ce qui est le mieux pour eux.

      D’un point de vue libéral, l’indépendance de ces régions est donc souhaitable, même si ces populations veulent la concrétiser par plus de socialisme.

      D’ailleurs, ce socialisme ne tiendra pas très longtemps dans des petits Etats soumis à une forte concurrence par d’autres petits Etats, On connaît bien cette situation en Suisse, où même les cantons les plus socialistes, sont obligés d’avoir une politique plus ou moins libérale pour survivre…

      • En plus le socialisme à petite echelle a plus de sens : la redistribution forcée est plus facilement constatable, acceptable et moins facilement détournable si c’est le voisin d’en face qui en bénéficie que si c’est un gars à l’autre bout d’un grand pays dont on ne peut pas vérifier le train de vie et donc les abus… ou au contraire la detresse.

    • L’Ecosse et la Catalogne sont surtout riches. Et en cela elles véritablement socialistes : la solidarité, oui, mais pas si c’est moi qui la paie !

      • Je pense que l’on est davantage socialiste quand le solde net est positif, et à ce petit jeu-là l’Andalousie et l’Extrémadure sont gagnantes, la Catalogne et la communauté de Madrid sont perdantes.
        Si on compare avec les individus, je pense que nous serions d’accord avec ceux qui se plaindraient de trop payer d’impôts et de recevoir peu en services, et bien là c’est un peu la même chose.

        • Le même raisonnement est également vrai pour la France.

          Des régions comme l’Alsace, Rhône-Alpes et l ‘ Île-de-France sont largement perdantes.

          Elles devraient donc demander leur indépendance…

          • Et bien pourquoi pas?
            Au-delà de ça, si la Catalogne ou l’Ecosse demandent leur indépendance et pas le Limousin c’est bien parce que le sentiment identitaire y est bien plus fort (langues distinctes et institutions propres). Faudrait essayer de ne pas faire exprès de ne pas comprendre.
            Les gens ignorent que la Catalogne a été un comté indépendant puis a eu des institutions pleinement autonomes au sein de la couronne d’Aragon (sorte de confédération de monarchies dominée par les catalans), puis au sein de la couronne de Castille et d’Aragon jusqu’en 1714.
            Quant à l’Ecosse, avec des courants religieux différents, des langues locales, un couronne indépendante jusqu’en 1707 et considérée comme une nation du Royaume-Uni.
            Les français n’arrêtent pas de dire qu’ils voudraient moins payer pour les polonais et les roumains au sein de l’UE, pourquoi les catalans ne pourraient pas en faire de même au sein de l’Espagne?

  • chez nous , tout est réglé d’avance ; il me semble bien qu’en 2005 , l’on s’est assis sur le vote des français qui avait dit non à la constitution européenne ; on n’en fait pas souvent en france des référendums , et pour cause , ils sont innutiles car les décisons du peuple ne sont pas respectées ;

  • J’ai découvert la République des escartons ( à traduire par cantons -> bonjour la suisse 🙂 )
    http://www.briancon-vauban.com/escarton.html
    merci 🙂

  • Très belle analyse, au service d’une vision économique qui se montre fort convaincante.

    Toutefois, il me semble que les dimensions culturelles du phénomène soient trop marginalisées face aux intérêts économiques. Dans les patterns culturels du désir d »indépendance, je range les empreintes affectives restées tapies dans l’ombre de l’inconscient collectif des peuples et transmises par la mémoire ancestrale, mais aussi, les nouvelles formes d’individualisme de masse qui émergent d’une société en mutation rapide dont on peut observer certaines des lignes directrices. Ces facteurs, plus émotionnels que politiques ,seront structurants dans l’organisation à venir des sociétés, et les ignorer conduit à une anticipation certes cohérente, mais probablement trop simple.

    En particulier, le Leviathan (qui est, je crois, plus que la somme des individus tirant profit de son existence) sera incité a évoluer vers moins d’autoritarisme (version visible de son pouvoir) mais toujours plus de contrôle (version occulte, compatible avec une illusion de liberté individuelle, cf. Deleuze). Ainsi, dans le cas de l’écosse, il est fort à craindre que le pouvoir central anglais ne laisse se produire une telle scission sans trouver une contrepartie (dans le court terme ou le long terme) qui serait plus sournoise dans sa forme que ce que l’on peut observer de son système actuel, et qui lui permette de garder la main sur le contrôle de ses intérêts fondamentaux…

    En tout cas, il est vrai que ce qui se passe en écosse est à suivre de très près pour comprendre l’ensemble de la tendance en Europe et dans le monde…

  • « les habitants de l’ex république des Escartons » c’est gentil de parler de nous…

  • « Le Front National, un parti politique français nationaliste, propose aussi de quitter l’Union Européenne. » J’ai arrêté de lire.

    • La vérité est elle si dure que ça à supporter?

    • Qu’est-ce qui est incorrect?

    • Le front national, parti pour lequel je n’ai aucune sympathie d’ailleurs, ne réclame pas la sortie de l’Union européenne. Comme tous les autres partie, le FN réclame une « autre Europe ». Il s’imagine, ou en tout cas veut nous faire croire, qu’il peut ou pourra décider des orientations majeures d’une union de 28 pays.
      Le FN prétend vouloir sortir de l’Euro mais jamais une déclaration officielle, une profession de foi, un document en ligne n’a évoqué la sortie de l’union.
      C’est une contre-vérité polarisante véhiculée par les détracteurs du FN. Non pas que j’ai un problème avec une quelconque opposition avec ce parti, mais lorsque cela va à l’encontre du sérieux et de la vérité permettez-moi de tiquer.
      Cette phrase seule discrédite l’ensemble du discours mes yeux, et j’espère que vous le comprenez.

  • « Cette évolution est générale. De plus en plus les États sont concurrencés dans la production des biens dits publics par le marché lui-même. L’externalisation rend obsolète les gains attendus de l’union puisque pris séparément on peut obtenir les mêmes services, et moins chers, avec des entreprises privées en compétition sur le marché mondial.  »

    C’est une vue de l’esprit, ce que vous dites là. Ou plus exactement, c’est la version des faits vus par les banques qui mesurent de l’utilité de toutes choses en fonction de ratios financiers qui donnent souvent une image très déformée de la réalité. L’expérience des privatisations prouve au contraire que nombre de services publics transférés au privé, loin de bénéficier aux consommateurs, se sont au contraire dégradés et renchéris. La distribution et le traitement de l’eau sont un modèle du genre. Regardez seulement ce que peuvent donner les partenariats public-privé en matière environnemental et énergétique. C’est souvent une catastrophe, l’exemple des éoliennes subventionnées par l’Etat et le contribuable est un modèle du genre. Ces analyses à courte vue trop exclusivement numériques tendent à faire la part belle aux marchés, alors qu’il n’en est rien. Car ce que vous appelez « marché », n’est rien d’autre en fin de compte que de la prédation financière alliant la gabegie de l’Etat aux ressources de l’ingénierie financière pour mettre des pays en coupe réglées. La cession des biens collectifs, dans l’environnement comme dans l’énergie a clairement montré de quoi les acteurs financiers affublés du doux nom de « libéral » sont capables. Je doute que les Ecossais soient très favorables à l’envahissement du marché tel que vous le concevez dans leurs affaires locales. Bien au contraire, il s’agirait plutôt du rejet de la collusion entre les financiers et le Leviathan qui pousse à la sécession avec le Royaume-Uni et par-delà avec l’Union européenne, les préoccupations de rendement financiers arrivant loin derrière dans les motivations d’Ecossais connus pour leur esprit de résistance à l’Etat britannique.

  • Là aussi la mondialisation et les progrès des nouvelles technologies d’information et de communication ont sérieusement limité les économies d’envergure et/ou d’échelle réalisées dans la lutte contre l’insurrection, la désobéissance civile, l’évasion fiscale ou l’homogénéisation des préférences via l’école.

    Encore une idée fausse: c’est tout le contraire qui se passe, comme l’a démontré l’affaire Snowden. Loin d’être mises au service des populations, les technologies de l’information sont devenues au contraire des instruments par excellence de surveillance et de répression. Heureusement que le camarade Snowden s’est sacrifié, car sans cela les sophistes libéraux dans votre genre auraient continué à nous vendre sans vergogne les fables sur les économies d’échelle, la productivité et blablabla réalisées grâce aux techniques de la « nouvelle économie », qui se révèlent pour ce qu’elles sont, c’est-à-dire des instruments d’oppression au service de la puissance prédatrice dominante, en l’occurrence le Royaume-Uni et son système orwellien de surveillance, sans égal en Europe. C’est justement contre ses dérives de l’Etat totalitaire que les Ecossais prétendent se soulever, mais pas pour édifier un petit Léviathan comme le laisse supposer votre assimilation abusive entre des structures de pouvoir étatiques délocalisées et les mêmes structures centralisées à Londres.Si les Ecossais se révoltent contre les abus de pouvoir de Londres et secondairement de Bruxelles, ce n’est certes pas pour répéter les mêmes erreurs totalitaires chez eux, bien qu’eux aussi partagent certaines de vos thèses libérales fachisantes en matière d’éducation standardisantes qui formatent l’individu pour le conformer aux meilleures pratiques comportementales du cyborg.

  • « Les micros États, non seulement sont contraints de pratiquer une prédation modérée mais aussi sont contraints de s’intégrer dans l’économie du reste du monde.  »

    … les micro-états sont proies d’autant plus faciles pour les macro-Etats.

    Ce Lemennicier, il est payé par la Russie (qui utilise la création de micro-états pour affaiblir ses périphériques) ? Ou par la Chine (qui asservit le micro-Etat Hong Kong).

    Ce monsieur oublie de vivre dans la réalité.

  • Globalement d’accord avec l’article. Par contre, j’ai un doute quant à la pertinence de la référence à l’Allemagne du XVIIe siècle pour illustrer le propos…

    « On peut rappeler qu’au XVII siècle, l’Allemagne était composée de 234 comtés, 51 villes libres et de 1500 manoirs de chevaliers indépendants ! »

    Il me semble que les micro-états allemands ont été en guerre les uns avec les autres jusqu’en 1648, et qu’ensuite chacun s’était doté d’un tel monceau de loi que cela avait bridé le développement économique.

    Développement qui aurait été permis par la remise à plat des lois allemandes liée à la conquête napoléonienne, le regroupement autour d’un pouvoir fort (Zollverein) et finalement l’unification du pays.

    Si quelqu’un peut éclairer ma lanterne sur ce sujet précis, je suis preneur !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Écosse
0
Sauvegarder cet article

Par Jérémy Elmerich. Un article de The Conversation

Dans les circonstances exceptionnelles de la pandémie, et dans un contexte marqué par une sortie de l’Union européenne qui a profondément divisé la société britannique et par le spectre de l’indépendance écossaise, seul le temps pluvieux sous lequel s’est tenu le scrutin avait de quoi redonner un peu de normalité au tableau.

Pandémie, Brexit, indépendance de l'Écosse : une campagne singulière

Si le référendum d’indépendance de 2014 s’est soldé par une victoire du Non avec 55 % ... Poursuivre la lecture

Grande Bretagne en crise brexistentielle
0
Sauvegarder cet article

Par Colin Hay.[1. Professeur des Universités, Sciences Po – USPC.]

[caption id="attachment_260740" align="aligncenter" width="640"] La Grande Bretagne en pleine crise brexistentielle- By: Karen Roe - CC BY 2.0[/caption]

 

Le Brexit est une blessure que les Britanniques se sont auto-infligée. Ses conséquences sont véritablement ontologiques, car elles menacent l’existence même de la Grande-Bretagne en tant qu’espace politique et économique unifié. Le plus tragique, c’est que ceux qui ont bouleversé l’ordre britannique... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Nathalie MP.

[caption id="attachment_258407" align="aligncenter" width="640"] Brexit- By: Jolene Faber - CC BY 2.0[/caption]

Nous, les Européens, venons probablement de vivre l’événement pacifique le plus incroyable et le plus bouleversant que nous ayons connu depuis bien longtemps dans notre histoire, depuis la signature du traité de Rome qui donnait forme à la CEE en 1957, en fait. En se prononçant à 51,9 % en faveur du Brexit, c’est-à-dire pour une sortie de l’Union européenne, les citoyens britanniques tournent le dos à ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles