La France est-elle gouvernée par des Shadocks ?

En bon Shadoks, les hommes politiques s’obstinent à prendre de mauvaises solutions alambiquées pour répondre à un problème simple.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France est-elle gouvernée par des Shadocks ?

Publié le 14 septembre 2014
- A +

Par Nicolas Nilsen.

baignoire (Crédits : Nicolas Nilsen, tous droits réservés)
Il y a deux sortes d’hommes politiques… Les bons, et les mauvais. Le problème avec les Français est que, chaque fois qu’ils ont eu à choisir, ils ont voté pour les plus mauvais. Ils auraient pu choisir des systèmes souples, efficaces, décentralisés, privilégiant la liberté ; ils ont préféré subventionner l’inverse : l’étatisme et sa rigidité, le centralisme jacobin et la bureaucratie dépensière et ruineuse.

Ceux qu’on a mis au pouvoir ont construit ce système digne des Shadoks. 

Regardez le dessin ci-dessus. Il vous donne une idée de ce qu’ils ont fait au cours des dernières décennies : ils ont inventé des tuyauteries plus débiles les unes que les autres pour corriger en aval les effets de leurs conneries en amont. En gros, ils ouvrent grand les robinets et donc, comme les déficits débordent de partout, ils doivent récupérer sur le contribuable en prélevant de plus en plus pour éponger leurs dépenses insensées. Et comme les prélèvements augmentent, l’argent s’en va. Alors ils rajoutent des lois et des taxes et des contrôles fiscaux. Et ils matraquent : beaucoup de lois et beaucoup de taxes et beaucoup de sparadraps partout. Forcément leur machinerie-redistributive est complexe ! Et comme la confiance se tire elle-aussi, ils rajoutent des sanctions et des pénalités. Et encore de la tuyauterie partout. Et encore des ministères chargés de nouvelles tuyauteries. Et comme ces machines à gaz coûteuses ne présagent rien de bon, les citoyens le sentent et sont encore plus inquiets. Et comme les entreprises sont tétanisées, elles ne créent plus d’emplois, et les gens sont au chômage. Et comme il faut payer les allocations et les intermittents du spectacle, et tout ce qu’ils appellent l’État-providence, ils dépensent encore plus avec des politiques dites keynésiennes que tous les médias adorent et qui me rendent littéralement fou… Et ils taxent encore plus etc., etc. Bon je vous la fais énorme mais regardez l’image, elle est super claire.

Les hommes politiques que j’aurais aimé avoir à la tête du pays auraient fait ça. Regardez juste le robinet en (A).

baignoire (Crédits : Nicolas Nilsen, tous droits réservés)

Je vous l’avais dit : c’est aussi bête que ça. Il suffit de fermer le robinet des dépenses. Mais ni Hollande, ni Valls, ni Sapin ne savent faire. Bon, et maintenant il faut que je vous laisse pour aller travailler. C’est que je ne suis pas Président ou député moi : faut que je paye des impôts pour financer tout ça !

* * *

Qu’ont-il fait de nos impôts ?

C’est tout de même hallucinant : jamais on ne nous aura pris autant d’argent au titre des impôts – avec un matraquage fiscal sans précédent débouchant sur le « ras-le-bol fiscal » généralisé et une faille gigantesque dans le consentement à l’impôt… Et qu’ouïs-je ? Qu’ils auraient dilapidé et gaspillé cet argent, qu’ils l’auraient encore mal dépensé ? Que cela n’a toujours pas servi à colmater les brèches ou à réformer l’État ? Que ce n’est toujours pas assez et qu’il va encore falloir payer (sous forme de taxes, de TVA, de hausse des cotisations ou de baisse des prestations…). Mais ils se moquent de nous ou quoi ?

Et Michel Sapin nous annonce sans rire qu’il ne sait toujours pas comment il va trouver 21 Mds€ (sur les 50Mds € annoncés) pour réduire le déficit public et répondre aux demandes de Bruxelles qui exige maintenant de la France des « mesures crédibles ». Les entreprises, les indépendants, les ménages, tous les Français sont à bout, et leurs finances sont à plat. La dette est à 2000 Mds et Hollande et Valls continuent à laisser filer les dépenses et à creuser les déficits ? Mais ils s’imaginent quoi ? Qu’on va continuer indéfiniment à payer leurs folies d’idéologues ?

Il faut que je retrouve ma fourche !

À lire aussi :

 


Sur le web

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • Ah mais attendez la suite, on a LA solution : http://www.challenges.fr/economie/20140908.CHA7428/l-incroyable-pactole-que-rapporterait-une-taxe-sur-les-transactions-financieres.html
    On peut toujours discuter de la pertinence d’une telle taxe (moi je suis réglé par défaut sur « contre ») mais les commentateurs omettront toujours de préciser qu’il est inutile de faire rentrer de l’argent tant que l’état dépense plus qu’il ne gagne.

  • nouvelle taxe pour les auto entrepreneurs : pour frais de chambre consulaire ;on commence par le bas , ( ou les sans dents , comme vous voulez ) et puis petit à petit on va remonter vers le français moyen , à ceux là aussi on va bien leur trouver encore un peu de fric à leur piquer , et puis on va augmenter la tva , comme ça tout le monde paiera……la douloureuse , c’est pour les citoyens , la belle vie , c’est pour les politiques ;

  • ce qui manque dans ce petit schéma, c’est les hommes politiques et leurs copains dessous en train de se gaver avec des tuyaux branchés directement dans leurs poches

  • bonjour, cela fait invariablement penser au vieil adage connu dans l’industrie : Un problème si compliqué soit-il , abordé de manière correcte par le bureau d’études ,devient encore plus compliqué .

  • Faut pas oublier que la dette sert à justifier toujours plus d’impôts et donc encore plus de dépenses.

  • « Le problème avec les Français est que, chaque fois qu’ils ont eu à choisir, ils ont voté pour les plus mauvais. Ils auraient pu choisir… » : choisir qui ?

    A bien regarder les programmes des principaux partis, uniformément socialistes, les Français n’ont plus le choix depuis longtemps. Certes, il y a parfois quelques candidats libéraux mais leur notoriété est tellement faible qu’elle est sans danger pour la marche forcée vers la collectivisation. En outre, le vote des Français n’atteint pas la haute administration alors que cette dernière détient une part non négligeable du pouvoir réel, les politiciens paraissant de plus en plus comme des pantins sous contrôle du marionnettiste dans un théâtre de Guignol. Enfin, quand plus de 60% des Français éclairés cessent de voter, le résultat des élections ne vaut pas tripette.

    Les Russes sous régime soviétique sont le peuple qui a le plus voté au monde, à tout propos, à chaque instant, plus que n’importe quel autre. La belle affaire ! Va-t-on dire pour autant que les Russes choisissaient leurs dirigeants et leur politique ? Bref, la démocratie telle qu’elle est pratiquée est inopérante et il est vain de le reprocher aux Français. Il va falloir trouver autre chose. Et ce n’est pas une bête question d’institutions. La 6e république est déjà dépassée, malgré les beaux discours de ceux qui veulent en réalité nous faire revenir à la 4e, constitution dont on se souvient qu’elle avait été rejetée par la majorité des Français.

    • En gros le Français est con comme un poulet sans tête.

      Même sans tête, il continue à courir dans la merde. Alors qu’importe.

      On peut quand même enrager pour la richesse humaine, culturelle, qui est détruite au nom des « valeurs » de nos élus. Enfin pauvre, il ne restera plus rien à la France. Que des idées rances de socialo-communisme et de vivre ensemble en bonne entente pour l’éternité….pathétique quand même.

    • Quant on voit les exploits des candidats libéraux (loi anti-Reichman, nuage radioactif stoppé à la frontière, le PLD batifolant avec l’UDI avant de se prendre une grosse claque dans la gueule), le national-socialisme triomphant se risque absolument rien.

  • Il paraît que 65% des Français seraient favorables à une limitation de la publicité pour les produits gras etc… Quand donc cesseront-ils d’abdiquer leur liberté au profit de l’État ? Quand comprendront-ils que cet État interventionniste dans tous les domaines est la cause première de notre décadence économique, et même intellectuelle et morale ? Et des atteintes à nos libertés ? Et de l’augmentation des impôts ?

    • Il va falloir limiter les campagnes électorales des gros porcs à la Huchon donc 😉

    • « Il paraît que 65% des Français seraient favorables à une limitation de la publicité pour les produits gras etc… »

      Justement, il faudrait se poser la question : pourquoi ?
      Et la réponse qui me vient à l’esprit est « collectivisation » car le risque des uns est supporté par tous les autres qui n’ont pas ce risque. Et pourtant la mutualisation ce n’est pas ça. Donc pas étonnant que l’on veuille que les autres soient dans la norme car les hors-norme coûtent à tous.

      Si la copulation était un risque pour la santé, nul doute que l’on stigmatiserait les baiseurs responsable du trou… de la sécu.

      Dans un système libéral l’assureur pourrait trier les clients suivant le risque et imposer des primes différenciées. Le fumeur paierait plus pour sa santé (moins longtemps ha ha), le skieur prendrait une assurance spécifique, on paierait suivant l’indice de masse corporelle, peu importe que ces paramètres soient pertinents ou pas, c’est à l’assureur de décider.

      Pour aller même plus loin on paierait un voyage en avion suivant son poids et ça serait la revanche des nains qui pourraient alors emporter (ou même monnayer) 50kg de bagages sans surcoût et aussi celle des petits qui se vengeraient ainsi d’être à hauteur des dessous de bras des grands dans les files d’attente.

  • Pour creuser un peu plus l’idée, une analyse en trois parties, dont la première est ici : http://fikmonskov.wordpress.com/2013/10/03/comment-les-shadoks-ont-pris-le-pouvoir-premiere-partie-les-shadoks-sont-parmi-nous/

    Les suivantes sont en lien en bas de l’article.

  • Pouvez-vous corriger le titre?

  • « Le problème avec les Français est que, chaque fois qu’ils ont eu à choisir, ils ont voté pour les plus mauvais ». Vraiment ?
    Fallait-il choisir Jospin contre Chirac en 1995 ?
    Fallait-il choisir Le Pen contre Chirac en 2002 ?
    Fallait-il choisir Royal contre Sarkozy en 2007 ?
    Face à la curée généralisée qui discréditait le peu de choses positives du quinquennat Sarkozy, y avait-il vraiment le choix en 2012 ? Et finalement, Sarkozy aurait-il pu faire quoi que ce soit dans un 2ème mandat ?

    Je suis libéral, donc je crois profondément dans la rationalité des choix de chacun. Nier la rationalité c’est saper son propre argumentaire libéral.
    Que l’on ait souvent à choisir entre la peste et le choléra, je ne le conteste pas. Mais c’est une conséquence du noyautage socialo-communiste à bien des niveaux de la société (journalisme, syndicats, associations, monde politique, star-system…), pas d’une absence d’intelligence des Français.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Comme la croissance ne vient pas malgré les coûteuses politiques de relance, les "spécialistes" affirment que c’eût été bien pire si nous n’avions rien fait.

Par Guillaume Nicoulaud.

Pour venir à bout de la crise, déclara le Grand Prêtre, il faut élever un veau d’or au sommet de la butte Montmartre et inciter tous les Français à en faire trois fois le tour.

De là, deux possibilités :

Si la croissance revient, on en conclura que la méthode fonctionne. Si la croissance ne revient pas, on affirmera que c’eût été bien ... Poursuivre la lecture