Extradition : La Belgique condamnée pour n’avoir pas su résister aux pressions américaines

prison credits Aapo Haapanen (licence creative commons)

Une extradition de la Belgique vers les États-Unis sanctionnée récemment par la Cour Européenne montre le rapport complexe qu’entretiennent droit et politique sur le sujet.

Par Roseline Letteron.

prison credits Aapo Haapanen (licence creative commons)

L’arrêt Trabelsi c. Belgique du 4 septembre 2014 marque une nouvelle intervention de la Cour européenne dans la relation qu’entretiennent les États parties avec les États-Unis, plus particulièrement dans le domaine de la lutte contre le terrorisme. Après les deux arrêts Al Nashiri et Abu Zubaydah du 24 juillet 2014 condamnant la Pologne pour avoir abrité des « sites noirs » permettant de torturer des personnes soupçonnées de terrorisme, il s’agit cette fois de sanctionner une extradition vers les États-Unis accordée par la Belgique.

Le requérant, Nizar Trabelsi, ressortissant tunisien, a été condamné en 2003 par la justice belge pour avoir planifié un attentat suicide au camion piégé contre la base aérienne belge de Kleine-Brogel. Comme le droit français, le droit belge a intégré l’infraction d’association de malfaiteurs en vue d’un attentat terroriste, et c’est sur ce fondement qu’intervient la condamnation du requérant à dix ans de prison. Celui-ci a fini de purger l’intégralité de sa peine en Belgique en juin 2012.

Alors qu’il purge sa peine, Nizar Trabelsi est réclamé par deux États. La Tunisie tout d’abord, dont les tribunaux l’ont condamné par contumace pour appartenance à une organisation terroriste, et qui introduit une demande d’exéquatur de ce jugement, sans succès. Les États-Unis ensuite, qui demandent l’extradition de Nizar Trabelsi en 2008 sur le fondement de la convention belgo–américaine d’extradition de 1987, pour des faits d’actes terroristes autres que ceux commis en Belgique. Ils obtiennent satisfaction en octobre 2013.

Si l’existence de pressions américaines sur la Belgique n’est pas formellement mentionnée dans l’arrêt, elles en constituent néanmoins le fil rouge. Car la Belgique n’est pas sanctionnée pour avoir soumis le requérant à un éventuel traitement inhumain ou dégradant, dès lors qu’il risquait aux États-Unis une peine réellement incompressible. Elle est sanctionnée pour violation de son droit au recours, puisque les autorités belges ont extradé l’intéressé en passant outre une mesure conservatoire de la Cour.

La peine incompressible et l’article 3

Le requérant encourt aux États-Unis une peine de prison à vie incompressible, ce qui signifie qu’en cas de condamnation, il n’aura aucun espoir de libération. Depuis son arrêt Kafkaris c. Chypre du 12 février 2008, la Cour européenne estime « qu’infliger à un adulte une peine perpétuelle incompressible peut soulever une question sous l’angle de l’article 3 ». Cette formulation n’interdit pas qu’une peine de réclusion à perpétuité soit purgée dans son intégralité, c’est à dire jusqu’au décès de l’intéressé. Ce qu’interdit l’article 3 est l’impossibilité de droit d’obtenir une libération. En quelque sorte, le détenu doit pouvoir conserver un espoir d’être libéré, aussi ténu soit-il, qu’il s’agisse d’une grâce présidentielle ou d’un aménagement de peine.

En matière d’éloignement des étrangers, expulsion ou extradition, la Cour estime que la responsabilité d’un État peut être engagée si l’intéressé risque de subir un traitement violant l’article 3 de la Convention dans le pays de destination (CEDH, 7 juillet 1989, Soering c. Royaume-Uni), quand bien même il aurait commis des actes extrêmement graves de terrorisme (CEDH, 3 décembre 2009, Daoudi c. France). Il s’applique en particulier lorsque la peine de mort risque de lui être infligée, principe définitivement acquis depuis l’arrêt Al Saadoon et Mufdhi c. Royaume-Uni du 2 mars 2010.

Depuis les arrêts Harkins et Edwards c. Royaume-Uni du 17 janvier 2012 et Babar Ahmad et autres c. Royaume-Uni du 10 avril 2012, la violation de l’article 3 peut aussi être envisagée dans le cas de requérants risquant une peine perpétuelle. Par ces deux décisions, intervenues à propos d’expulsions de personnes accusées de terrorisme vers les États-Unis, la Cour avait conclu à l’absence de violation de l’article 3. Faisant observer que le système américain prévoit des possibilités de réduction de peine et de grâce présidentielle, elle considérait que la peine n’était pas perpétuelle. À ces éléments de droit s’ajoutent des éléments de fait, puisque les autorités du pays sollicité peuvent demander aux autorités judiciaires américaines des garanties selon lesquelles l’intéressé pourra demander la mise en œuvre de telles procédures.

L’arrêt Trabelsi reprend cette jurisprudence en affirmant cependant clairement qu’une peine effectivement perpétuelle constitue une violation de l’article 3. En l’espèce, elle observe cependant que le requérant extradé aux États-Unis bénéficie d’une « chance d’élargissement », même si elle reconnait que « des doutes peuvent être émis sur la réalité de cette chance en pratique ». Elle observe d’ailleurs que la Belgique a demandé effectivement le respect de ces procédures.

Le raisonnement n’est évidemment pas dépourvu d’hypocrisie dès lors que nul n’ignore, ni en Belgique ni aux États-Unis, que le requérant n’a aucune chance de remise en liberté. Cette « chance d’élargissement » est une fiction juridique qui permet surtout de sauver les apparences.

Le refus d’exécuter une mesure conservatoire

Mais cela ne sauve pas la Belgique, qui est tout de même sanctionnée pour violation de l’article 34 de la Convention garantissant le droit au recours devant la Cour européenne des droits de l’homme. Le 6 décembre 2011, après l’échec du contentieux judiciaire de l’extradition, le requérant a en effet saisi la Cour d’une demande d’indication de mesure provisoire, procédure prévue par l’article 39 de la Convention européenne des droits de l’homme. Le jour même, la Cour fait droit à sa demande et « indique » à Belgique de ne pas extrader le requérant vers les États-Unis. À trois reprises, la Belgique demande ensuite la levée de cette mesure provisoire, toujours en vain. Finalement, elle passe outre et extrade Nizar Trabelsi aux États-Unis.

Les éléments du dossier figurant dans la décision montrent que l’extradition du requérant aux États-Unis l’a empêché d’exercer pleinement son droit au recours. Incarcéré dans une prison de Virginie, sous un régime d’isolement qui restreint considérablement ses relations avec le monde extérieur, il n’a pu avoir aucun contact direct avec l’avocat qui le représente auprès de la Cour européenne. La Cour constate d’ailleurs que les autorités belges n’ont pas recherché de solution alternative et n’ont même pas effectué la moindre démarche visant à expliquer la situation aux autorités américaines, par exemple en s’assurant que l’intéressé pourrait communiquer avec ses conseils dans le cadre de ce contentieux européen. Elles auraient pu, sur ce point, s’inspirer de l’arrêt Toumi c. Italie du 5 avril 2011. Dans une affaire portant sur l’expulsion vers la Tunisie d’une personne soupçonnée de terrorisme, les autorités italiennes avaient ainsi exigé une note diplomatique des autorités tunisiennes, s’engageant à garantir à l’intéressé le droit de recevoir des visites.

Le refus de la Belgique d’exécuter la mesure conservatoire indiquée par la Cour trouve, au moins en partie, son origine dans des pressions américaines qui ont dû être considérables. Qui a oublié qu’en 2003 la Belgique a dû renoncer à sa loi de compétence universelle, les États-Unis menaçant alors de transférer le siège de l’Otan et de dérouter une partie du trafic maritime américain d’Anvers à Rotterdam ? Sur ce plan, la décision Trabelsi montre les difficultés d’une relation triangulaire entre les États parties à la Convention européenne, les États-Unis et la Cour européenne. Si cette dernière peut effectivement sanctionner les États européens, elle est complètement impuissante face à une administration américaine qui n’hésite pas à mettre toute sa puissance au service d’un seul but : écarter les standards européens des libertés lorsque ses intérêts sont en jeu.


Sur le web