Rentrée scolaire : Ouverture en rythmes saccadés

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rentrée scolaire : Ouverture en rythmes saccadés

Publié le 1 septembre 2014
- A +

Par Stanislas Kowalski

école CC Flickr BiblioArchiveY a-t-il un bon moment pour changer de ministre ? La rentrée scolaire véhicule l’idée d’un nouveau départ. Il y a quelque chose de frais dans ces cahiers neufs dont on veut croire, le temps d’un soupir nostalgique, qu’ils seront moins cochonnés que les précédents. Et on pourrait rêver que la nomination d’un ministre de 36 ans, femme de surcroît, apporte enfin une bouffée d’air frais et de jeunesse triomphante dans une école sclérosée par le fonctionnariat, le regard sévère de la société, et les 2772 pages du Code de l’éducation (Dalloz 2015, 85€).

Mme Vallaud-Belkacem s’est évidemment empressée… de ne rien changer. Et c’est parfaitement logique. Car une rentrée scolaire n’est un commencement que pour les élèves. Les professeurs, les chefs d’établissements, les rectorats et les services municipaux travaillent depuis des mois à mettre en place tous les nouveaux dispositifs, les nouveaux cours et, hélas, les réformes. Oh ! Je sais bien qu’ils ont tous profité de leurs longues vacances estivales. Mais qu’ils se soient préparés en mai ou qu’ils travaillent dans l’urgence parce que l’administration vient de leur envoyer leur affectation, ils devront être prêts le jour J. On n’envoie pas de contrordre à une semaine d’une réforme aussi lourde que la réforme des rythmes scolaires.

Mais est-on réellement prêt ?

Si l’on examine un peu la mise en place de cette réforme, depuis 20 mois que le décret a été promulgué, on constate qu’elle s’effectue sous les auspices de la procrastination.

Des élus qui traînent les pieds

Procrastination des maires d’abord, qui, pour la majorité d’entre eux, ont courageusement profité du délai accordé par M. Peillon et ont renoncé à mettre en place dès 2013 les joyeux ateliers ludiques indispensables à l’épanouissement égalitaire des enfants de France. Il fallait du temps pour s’organiser. Festina lente.

Et puis on a encore attendu, pour voir si par hasard l’impopularité de Vincent Peillon le forcerait à reculer, ou si son successeur allait écouter enfin les inquiétudes des professeurs et des élus locaux. Mais le Parti est sûr de lui, et on ne saurait transiger avec linterêtdézenfants, qui, comme chacun sait, est avec le vivrensemble la plus sûre boussole vers les lendemains qui chantent. Avec une guitare sur un âne, c’est encore plus rigolo. Le troisième ministre de la réforme vient de nous le confirmer une dernière fois. Nous n’y couperons pas. C’est le bien, un point c’est tout.

Alors ce printemps, cet été, les maires, bon gré mal gré, s’y sont mis. Ils ont senti approcher la sonnerie fatidique annonçant la remise des copies et le jugement sévère des enseignants, des parents et des élèves. Mais voilà, c’était sans compter la procrastination des animateurs.

Des animateurs peu enthousiastes par la précarité des emplois proposés

Mais il faut comprendre, au lieu de ricaner bêtement au fond de la classe. Ce n’est pas de la mauvaise volonté. Des gens qui aiment les enfants, qui sont prêts à se dévouer pour un salaire, il y en a sûrement des tas. Mais voilà, on recherche des temps très partiels, et qui puissent correspondre aux contraintes horaires des classes. Idéalement, on en recherche pour le début d’après-midi, juste avant la reprise des cours. Mais allez trouver un animateur compétent qui veuille, et puisse, bloquer toute une journée de travail pour trois quarts d’heure au SMIC ! On voit des annonces çà et , pour 3 à 20 heures hebdomadaires, forcément réparties sur toute la semaine. Même avec de la bonne volonté, on hésite, on tergiverse, on attend de voir s’il existe de meilleures opportunités, ou si, par aventure, le maire et la directrice de l’école voudront bien assouplir un peu leurs horaires, ou proposer un petit complément de service pour joindre les deux bouts. Alors on bricole. On triche un peu. Ici, ce sera en fin de semaine, et tant pis pour la bonne répartition des temps scolaires, qui était pourtant la justification de la réforme. Là, on va se contenter d’une simple garderie vaguement colorée de jeux basiques.

Et on espère que personne ne fera défection. Parce que c’est ça aussi, le travail ultra-précaire que les maires sont contraints de proposer. On peut obtenir du dévouement ponctuellement, mais on ne fidélise pas les travailleurs avec du vinaigre. Nous saluerons au passage l’ironie des pouvoirs publics qui dans le même temps prétendent interdire aux entreprises de proposer des contrats de moins de 20 heures.

La mainmise de l’État sur les loisirs des enfants

Mais le plus grave dans cette affaire, ce n’est pas le cafouillage monumental de la mise en œuvre. Ce n’est même pas le coût pour le contribuable. Ce n’est pas non plus le coût pour les familles, qui selon les endroits seront amenées à débourser de zéro à plusieurs dizaines d’euros par mois. Ce n’est même pas le fait de rejeter la responsabilité financière sur les élus locaux. Amusant d’ailleurs, d’avoir mis en place un fonds d’amorçage pour une mesure qui engendre essentiellement des dépenses de fonctionnement. Comment fera-t-on ces prochaines années, quand ce fonds sera appelé à disparaître ?

Non, le plus grave, c’est l’idée de faire passer les loisirs des enfants sous contrôle public, sous prétexte que ces activités ont un rôle éducatif et que tous les enfants n’y ont pas un accès égal. Quand M. Peillon a parlé pour la première fois de réformer les rythmes scolaires, il a fait passer l’idée à partir du constat que les élèves français avaient perdu un grand nombre d’heures de cours depuis une trentaine d’années. Ce qui est vrai. Et s’il s’était contenté de rajouter quelques heures et de les répartir un peu mieux dans la semaine, il n’y aurait pas eu grand-chose à redire. Les instituteurs auraient sans doute râlé un peu, pour le pouvoir d’achat et ce genre de choses, mais ils se seraient exécutés, avec le sentiment qu’au fond c’est légitime. Après tout, ils ont déjà travaillé quatre jours et demi, il n’y a pas si longtemps. Et si on les avait dispensés, pour l’occasion, des interminables réunions qui les détournent de leur mission véritable, je vous fiche mon billet qu’ils auraient signé des deux mains. Mais ce n’est pas ça, pas ça du tout, qu’on prétend mettre en œuvre. Pour une fois, j’approuve les enseignants qui vont faire grève ainsi que les maires et les parents qui vont manifester, même si je ne suis pas toujours d’accord avec leurs arguments.

Beaucoup voient dans cette réforme simplement quelque chose d’inutile. Mais ce qui est inutile devient néfaste, dès lors qu’il y a contrainte. Bien plus, il s’agit d’abus de pouvoir.

C’est déjà beaucoup, et sans doute trop, que l’État ait pris le contrôle de l’instruction. Il est certes légitime de vouloir que tous les enfants bénéficient d’une instruction solide, mais il y a d’autres solutions que ce monstre administratif, qui s’est constitué, par couches successives depuis 130 ans. Le chèque éducation est un bon compromis entre la responsabilité des familles et la nécessité de s’assurer que les enfants ne pâtiront pas de l’éventuelle pauvreté de leurs parents.

Le projet est d’essence totalitaire. Il ne faut pas se laisser induire en erreur par le fait qu’il est confié aux mairies. Ce n’est pas par respect de la subsidiarité qu’on procède ainsi. Quand le ministre ordonne, il ne délègue pas. C’est une raison tactique, qui les pousse à agir à ce niveau-là, plutôt que de créer une administration ad hoc. Une telle administration serait mal acceptée pour l’instant. Et on n’a plus d’argent pour la créer. Passer par les mairies ne permet pas de diminuer le coût, ce serait trop beau, mais de le rendre plus diffus et de ne pas l’inscrire dans les comptes du décideur.

Mais regardons les motivations. C’est très simple, il s’agit de donner aux enfants des pauvres les mêmes possibilités d’activités que pour les riches, parce que, en apparence, c’est cela qui expliquerait le succès scolaire des classes aisées. Suffira-t-il de singer les loisirs de la classe bourgeoise ? Non. Cette réforme ne résoudra aucune inégalité. Les mairies de campagne n’ont évidemment ni les moyens ni les opportunités de Neuilly. Alors quoi ? Renoncera-t-on ? Ce serait mal connaître les socialistes. Non, une fois que le pli sera pris et que les gens auront admis que ces activités appartiennent au domaine de l’État, on amendera le dispositif, on instaurera des péréquations coûteuses, on fabriquera des normes. Il faut bien ça pour créer un homme nouveau.

Il ne faut pas prendre à la légère la prétention de refondation qui se cache derrière cette réforme. Ce n’est pas un point de détail, mais un élément clé d’un projet beaucoup plus vaste, comprenant, entre autres, la morale laïque, les ABCD de l’égalité, et la réforme des programmes, de l’évaluation, des redoublements. On n’a pas pris M. Peillon assez au sérieux, quand il en a fait la pierre angulaire de sa politique. Mais cela prend tout son sens, si l’on considère cette réforme comme le moyen d’accroître spectaculairement le périmètre de l’État.

Espérons que le mur de la réalité budgétaire nous arrêtera avant que nous ayons pris trop d’élan.

Les socialistes ont une fâcheuse tendance à faire le bonheur des gens à contretemps. Il faudrait bien qu’un jour, nos dirigeants comprennent que la politique n’est pas affaire de bien en soi, mais d’opportunités, de kairos.

Sur ce, je vous laisse. J’ai une rentrée à préparer.

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • Rhaa le sujet qui me fait sortir de mes gonds !

    Avez-vous entendu les pubs à la radio sur le sujet ? Incroyable !

    J’ai une amie qui a une fille de l’âge de 10 très bonne en violon. Celle-ci a fait une activité « musique ». Quel carnage. Évidemment, pendant 15 séances elle a strictement perdue son temps.
    Mais le pire, c’est que la philosophie de ces pseudo-initiations c’ est d’être abordable par tous, gros nuls y comprit. La conséquence est que cette gamine, au premier abord motivée d’avoir cette activité, s’est vue brimée et rabaissée. Ses qualités musicales n’ont pu être mis en avant dans le cadre de ce genre de pseudo-activités qui tiennent plus de la garderie que de la réelle action éducative.

    Encore une fois, le gros problème de ces activités c’est de se substituer aux vrais enseignements de qualités ( arts/sports etc ). Les parents lucides le comprendront.
    Le pire est que le format de ces interventions rend impossible de manière générale l’acquisition d’un savoir exigeant. C’est du loisir à l’école.

    A suivre bientôt: la fin du redoublement et les vignettes de couleurs pour la notation. Et puis plus tard cours de jeux vidéo.
    Quand on voit le résultat des coréens, ça envoi du lourd….. La les jeunes de cette générations de petits français sont foutus…. Heureusement reste l’enseignement privé.

    • « Heureusement reste l’enseignement privé. »

      tout le monde ne peut pas envoyer ses enfants dans l’école privée : vous n’avez pas idée de la longueur des listes d’attente pour entrer dans le privé. cela fait des années (4 ans) que je cherche à y inscrire mes enfants. en janvier, les listes sont déjà complètes pour le mois de septembre.
      par chance, cette année, j’ai réussi à exfiltrer 3 de mes enfants, j’espère que les 2 autres suivront l’année prochaine. je rencontre plein de parents qui me disent « nous aussi, on y réfléchi… », la demande est énorme, actuellement, l’école privée n’arrive pas à répondre à cette demande, le principal problème, c’est le nombre de classes dans les locaux, il faudrait partout un ou 2 étages supplémentaires…

    • « Heureusement reste l’enseignement privé »

      Beaucoup de profs du public inscrivent leurs enfants dans le privé pour les faire échapper au Machin : ils n’ont aucune illusion! On ne peut pas les critiquer du fait de protéger leurs enfants, et ce n’est pas hypocrite : ils peuvent faire au mieux pour les enfants des autres en limitant la casse (beaucoup de profs font leur possible pour diminuer la casse).

      Parfois, les mêmes défendent le Système, l’enseignement égalitaire, etc. Là c’est monstrueux d’hypocrisie!

  • « On n’a pas pris Peillon assez au sérieux.. » Mais il suffisait de lire ce qu’il a écrit: » Et donc l’école a un rôle fondamental puisque l’école doit dépouiller l’enfant de toutes ses attaches prérépublicaines pour l’élever jusqu’à devenir citoyen. Et c’est bien une nouvelle naissance, une transsubstantiation qu’opère dans l’école et par l’école, cette nouvelle église avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la loi. »
    Franchement, n’était-ce pas assez clair ?

    • Stanislas Kowalski
      1 septembre 2014 at 9 h 49 min

      Effectivement, j’aurais dû le citer. Ce qui est intéressant, c’est de souligner le lien très fort qu’il y a entre cette idéologie et la réforme des rythmes scolaires. Il s’agit de tout autre chose que d’une réforme cosmétique, comme on peut le lire à droite ou à gauche.

    • Clairement, Peillon est un des hommes les plus dangereux qui soit parvenu au pouvoir en France. Sa prise de responsabilité à l’Education Nationale a été retentissante … pour ceux, effectivement, qui savait l’entendre. Mon dieu, quelle comédie ! Quelle tragédie, plutôt !
      L’idéologie liberticide dans toute sa splendeur.

      • Quelle que soit les politiques, il est impératif que les enfants apprennent à lire, écrire et compter. L’assistance de la machine en fait des esclaves.
        La garde des enfants est importante. Ils suivent les conditions horaires des parents. Quelles conditions de vie ont ils ?

        • Pauvres enfants, ils subissent ces changements d’heure que sont l’heure d’hiver et l’heure d’été. Quand verra t’on son abolition ?

          • et aussi, dans la cour de l’école, ils courent, parfois, il y en a qui tombent et se font mal au genou. parfois, il y a même du sang qui coule, et les plus fragiles pleurent… pauvres enfants…

            sur la même ligne, vous ne songez pas à interdire les voyages qui impliquent un décalage horaire ? les enfants turcs qui vont en vacances dans le pays de leurs parents ? les sales gosses de riches qui ont la chance d’aller en amérique pour leurs séjours linguistiques ?

            • le chgt d’heure provoque un decalage horaires pour tous ceux qui vivent avec des horloges.
              De plus le royaume de la vitesse dans lequel nous vivons fait de nous des esclaves ?

              • oui, tout à fait, d’ailleurs même les vaches le ressentent, n’achetez pas un fromage dont le lait est issue d’une traite moins d’une semaine après un changement d’heure : le fromage n’a pas le même goût et les lépludémunys risquent de tomber malade.

      • La Najat est aussi dangereuse…. C’est les komsomols cette réforme. En pire, car les komsomol mettaient en avant les qualités de l’enfant. C'(était dans une perspective guerre froide et il fallait former des enfant pour devenir des conquérants du socialisme !

        Ici on ne forme les gosses à devenir des gentils adultes au service d’une France bisous qui de toutes façons te donnera un RSA en échange de céder ta liberté.

  • Vous n’avez rien compris messieurs, Najat a dis: demain chaque classe aura son professeur, c’est pas gagné, alors on va pas commencer à parler des pb de rythme.
    Une amie instit à Levallois Perret m’a expliqué les changements, une merveille, le mercredi travaillé.

  • Limpide et il n’y a rien à rajouter……Ah si introduction à la psychanalyse pour nos chers petits !!!! Cette détricoteuse du surmoi, émanation aliénante du poids de la loi du père (de l’état ici..) et de la mère (école, église etc….)…Je retourne m’allonger et merci pour cet article.

  • article très intéressant.

  • Il est de la nature de l’Etat de vouloir accroître son emprise sur les individus, via le contrôle, la coercition, votre exemple des loisirs est tout à fait juste et pertinent. On pourrait dire la même chose des ABCD de l’égalité qui ont comme objectif d’imposer par le haut (pléonasme d’ailleurs) une pensée unique. C’est pour cela que si l’Etat ne peut être totalement supprimé (débat sur ce sujet d’ailleurs), il doit à la fois être minimal mais ce n’est pas suffisant, il doit également être entouré de garde-fous afin que cette minimalité ne se transforme pas petit à petit en maximalité. Des contrôles extérieurs doivent être mis en place (cela peut passer par exemple par des contrôles de l’action de l’Etat par des organismes privés, la limitation des mandats (tout type confondu), mais il doit également être mis en place à l’intérieur même de l’Etat sa propre limitation, par exemple l’interdiction constitutionnelle pour l’Etat d’intervenir dans certains secteurs qui seraient à définir (cela pourrait être l’éducation, la santé, le travail (plus de lois mais des contrats), la culture, les « problèmes de société » (parité, prostitution, etc).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Non, Monsieur Zemmour, un remake de l’école d’avant ne relèvera pas la France économiquement et n’apportera aucune solution à la situation actuelle que vous n’êtes pas le seul à déplorer ! La bataille se joue en effet à l’école : la France s’est fourvoyée, mais pas comme vous l’entendez !

Oui, la France doit viser l’excellence et son école, l’éclosion d’intelligences multiples.

Sachez que vos propositions qui rappellent les incantations sur le « lire, écrire, compter » de certains ministres de l’Éducation – issus du sérail - , q... Poursuivre la lecture

Par Baudoin Collard.

L'obligation de porter le masque dans les écoles dès l'âge de 6 ans est avant tout une mesure politique qui, malgré tous les efforts de dédramatisation de ces derniers jours, ne peut qu’avoir un impact négatif sur le bien-être et le développement des enfants. Ils s’adaptent mais à quel prix ?

De plus, on peut douter de l’intérêt d’une mesure décidée vendredi alors même que les chiffres de contaminations suggèrent que le pic de la quatrième (ou la cinquième ? )vague a été atteint et que, toute chose restant é... Poursuivre la lecture

Par Lisa Kamen-Hirsig.

Ce qui frappe en arrivant au Cours du Pont de Pierre, ce sont les dizaines d’emplois du temps affichés. « Chaque élève a le sien » explique son directeur, Grégoire van Steenbrugghe. Il a fondé cette école étonnante il y a neuf ans pour accueillir des enfants à besoins spécifiques, souvent déscolarisés et parfois désocialisés. Elle est étonnante, car elle repose sur une idée ancienne et disruptive à la fois : le préceptorat.

De sa propre scolarité Grégoire ne dit pas grand-chose, mais on sent qu’elle a été ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles