Macron favorable à l’assouplissement des 35 heures, Désir dit non !

Harlem Désir (Crédits Parti Socialiste, licence Creative Commons)

Le gouvernement Valls II est à peine annoncé qu’il connait déjà son premier couac.

Par Thibault Doidy de Kerguelen

À peine ce « nouveau » gouvernement est-il mis en place que, déjà, c’est la cacophonie au sein du gouvernement, en particulier sur ce qui devait être le fer de lance de l’action gouvernementale, la relance économique…

Dans une interview réalisée la veille de sa nomination, le nouveau ministre de l’économie, Emmanuel Macron, s’est déclaré en faveur d’un assouplissement de la loi sur les 35 heures en vue de « libérer les énergies pour créer de l’activité ».

Pourquoi ne pas donner à toutes les entreprises la possibilité de déroger aux règles sur le temps de travail et sur les rémunérations, en cas d’accord majoritaire avec les syndicats.

Pour le journaliste de BFMTV, Nicolas Doze, cette déclaration pourrait servir de ballon d’essai en vue d’une fin historique des 35 heures.

Dans la foulée de l’interview d’Emmanuel Macron, Harlem Désir, secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, a démenti tout projet de remise en cause des 35 heures.

Emmanuel Macron évoque la possibilité de déroger à la sacro-sainte règle des 35 heures, Harlem Désir (de quoi se mêle-t-il ?) affirme qu’il n’en est pas question. Si c’est ça l’efficacité promise et si le remaniement s’imposait pour que désormais le gouvernement parle d’une seule voix, on peut dire que ça commence bien…