Macron favorable à l’assouplissement des 35 heures, Désir dit non !

Le gouvernement Valls II est à peine annoncé qu’il connait déjà son premier couac.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Harlem Désir (Crédits Parti Socialiste, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Macron favorable à l’assouplissement des 35 heures, Désir dit non !

Publié le 29 août 2014
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen

À peine ce « nouveau » gouvernement est-il mis en place que, déjà, c’est la cacophonie, en particulier sur ce qui devait être le fer de lance de l’action gouvernementale, la relance économique…

Dans une interview réalisée la veille de sa nomination, le nouveau ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, s’est déclaré en faveur d’un assouplissement de la loi sur les 35 heures en vue de « libérer les énergies pour créer de l’activité ».

Pourquoi ne pas donner à toutes les entreprises la possibilité de déroger aux règles sur le temps de travail et sur les rémunérations, en cas d’accord majoritaire avec les syndicats.

Pour le journaliste de BFMTV, Nicolas Doze, cette déclaration pourrait servir de ballon d’essai en vue d’une fin historique des 35 heures.

Dans la foulée de l’interview d’Emmanuel Macron, Harlem Désir, secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, a démenti tout projet de remise en cause des 35 heures.

Emmanuel Macron évoque la possibilité de déroger à la sacro-sainte règle des 35 heures, Harlem Désir (de quoi se mêle-t-il ?) affirme qu’il n’en est pas question. Si c’est ça l’efficacité promise et si le remaniement s’imposait pour que désormais le gouvernement parle d’une seule voix, on peut dire que ça commence bien…

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Allez François, Manu, virez Jean-Philippe, je suis sur que vous pouvez le faire

  • Harlem, il faut le comprendre : personne ne lui a dit qu’il était Secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères et du Développement international, chargé des Affaires européennes, et il se croit toujours secrétaire général du PS.
    Faut dire que son patron boycottant l’U.E., il n’y a aucun dossier d’affaires européennes à produire.

  • Un obscur secrétaire d’Etat qui recadre un ministre de plein exercice, c’est ce qu’on appelle de la hiérarchie innovante, de l’ordre protocolaire qui décoiffe, du foutoir finement ouvragé dont les socialistes ont le secret, surtout à la lumière des CV des protagonistes.

    On imagine sans mal où Culbuto et son gouvernement de pacotille vont mener le pays.

  • il a pas encore été viré celui la .

  • Fiction d’ Université d’ été :  » Les 35 heures ?, seulement après négotiations avec les partenaires sociaux ! on devrait attendre quelques aménagements horaires autour de 2050 . En attendant on augmente le RSA de 2% pour pouvoir s’ asseoir à leur table  » .

  • Franchement, le débat n’existe que par les gesticulations des gens du PS et de gauche, plus ou moins en vue, et des médias qui n’écoutent ni ne lisent. En gros, la question était :
    « Voyez vous un inconvénient à ce qu’une entreprise négocie des temps de travail avec ses employés qui diffèrent des 35h hébdo légale, lorsque la conjoncture traversée par la dite entreprise est compliquée, c’est à dire êtes vous d’accord avec ce qui existe dans la loi aujourd’hui ? »
    Et Macron a répondu : « Je ne vois aucun inconvénient à ce que les gens respectent la loi. »

    Et tout cela fait du buzz.

    • Vous avez raison et il est bien dommage que l’on fasse ce foin à propos de ce pauvre Harlem.
      Cependant il serait interessant et edifiant d’avoir un bilan des derogations ainsi négociées notamment du point de vue des répercussions salariales. En effet, si les heures faites au-dela des 35 h sont pleinement chargées (tarif heures sup plus charges sociales), l’effet economique n’est peut-etre pas des plus interessants pour les entreprises. D’ou peut-etre eneffet l’interet de revenir sur la base-couperet des 35 h.

      • ces 35 heures sont d’un ridicule…
        je suis frontalier, je travaille en suisse, j’ai un contrat de travail de 42 heures, j’ai 4 semaines de congés payés et j’aurai accès à la retraite à 65 ans (avec les hypothèses actuelles). mais j’ai un salaire double de celui que je pourrais avoir en france pour le même poste.
        150 000 frontaliers ont fait le choix de ces conditions de travail, ils n’ont peut être pas tous tout faux, ils ont peut être compris où est leur intérêt…
        depuis quelques années, je vois de plus en plus de français de l’intérieur qui se pressent à la frontière pour travailler en suisse. les gens ne veulent pas des 35 heures, ils veulent travailler beaucoup et gagner encore plus.
        la semaine prochaine, ce sera une première pour moi : je ferai visiter un appartement à un espagnol qui vient dans nos montagnes pour aller travailler en suisse comme frontalier.

        • Ne généralisez pas, svp.
          Les gens ne veulent spécialement travailler plus, s ils le font, c est souvent par la force des choses.
          On est trop obtu pour reconnaitre qu il faut plus de monde qui travaille, plutôt qu obliger ceux qui ont déjà du boulot a en faire plus.

          • une votation a proposé au suisses 6 semaines de congés payés au lieu de 4, ils ont refusé souverainement, c’est donc que certains sont d’accord pour travailler beaucoup…
            quand à moi, je fais ce que je veux aussi, je prends chaque année des congés sans solde.

            quand à partager le travail… un pays la france, fait les 35 heures pour partager le travail, résultat, 10 % et plus de chômeurs (catégorie a ?)…
            un autre pays, la suisse, le contrat de travail est couramment de 42 heures, parfois de 40 heures par semaine, parfois de 45 heures par semaine. taux de chômage inférieur à 4 %…

  • Pitoyable Harlem !!!
    Un parasite qui a toujours vécu de subventions, d’ailleurs condamné pour sa « légèreté »!!!
    Que connaît-il du travail ? Le VRAI !
    Un petit mec nuisible pour notre pays.

  • « “Pourquoi ne pas donner à toutes les entreprises la possibilité de déroger aux règles sur le temps de travail et sur les rémunérations, en cas d’accord majoritaire avec les syndicats. »

    N’est-ce pas deja le cas? A ma connaissance, un bon nombre de grandes entreprises on negocie la reduction du temps de travail par octroi de « jours de RTT »

    « la sacro-sainte règle des 35 heures »
    Et justement, cette regle ne me parait pas sacro-sainte : quand la loi est passee, la petite boite ou j’etais a negocie 12 jours de RTT (soit 2 heures par semaine, pas 4), nombre de mes amis m’ont alors explique que ce n’etait pas mal (point de vue du salarie), leur lot etant de 7 ou 9 jours.

  • Pourquoi continuer à discuter des 35 heures ? Comme promis par Martine Aubry en 2000, les 35 heures ont permis de mettre fin au chômage. Depuis le démantèlement de l’ANPE et des Assedic suite à la loi sur les 35 heures, les salaires augmentent régulièrement, la cotisation chômage a disparu des bulletins de paye, le déficit du pays s’amenuise et l’harmonie règne sur les banlieues. Que demander de plus ? Supprimer le Ministère du Travail et de l’Emploi ? Canoniser Sainte Martine ? Généraliser la 12eme semaine de congés payés ?

    Comment, il faut que j’arrête de fumer la moquette ? C’est trop, on m’a déjà dit d’abandonner la cigarette !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Victorieuse à la présidentielle mais fortement contestée après les élections législatives, la Macronie va devoir transiger, négocier et réinvestir le champ parlementaire. Et ce n’est pas vraiment dans ses habitudes.

Le triomphe d’Emmanuel Macron en 2017 est aussi le triomphe de l’hyperprésidentialisation du régime. Porté en triomphe par les médias et bénéficiant d’une confortable majorité à l’Assemblée, le nouveau président peut s’imaginer Jupiter. Il s’entoure de technocrates chargés d’appliquer à la lettre ses consignes et exige l’ob... Poursuivre la lecture

casier Législatives coute
0
Sauvegarder cet article

Ce n’est pas Macron, aujourd’hui, c’est la démocratie qui est en marche. Depuis l’heureuse surprise du deuxième tour de l’élection législative, nous retrouvons enfin un équilibre des pouvoirs tel que l’avait défendu Montesquieu dans L’Esprit des lois.

C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser, et pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.

C’est chose faite depuis le 19 juin.

Malgré la position privilégiée que ... Poursuivre la lecture

53,7 % de Français ont refusé de participer au second tour des législatives. Le message est on ne peut plus clair et limpide : 53,7 % des Français ne s’intéressent pas à la désignation du pouvoir.

On pouvait donc penser que le message soit entendu, que le pouvoir fasse preuve d’humilité, réfléchisse, se remette en question… Que nenni ! À peine le chiffre a-t-il été constaté qu’aussitôt, la fureur politicienne a repris le haut de l’affiche.

Il vient pourtant de se prendre une sacré claque, le « en même temps », le « dire une chos... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles