L’immobilier d’État face à la loi du marché

L’État a récolté 26% de moins que prévu de ses cessions d’actifs immobiliers en 2013.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013522 immobilier

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’immobilier d’État face à la loi du marché

Publié le 23 août 2014
- A +

Par Thibaut Doidy de Kerguelen.

imgscan contrepoints 2013522 immobilierAprès avoir été le premier État du monde à faire la démonstration de la pertinence de la courbe de Laffer, notre État français est maintenant confronté à la morosité du marché immobilier, en grande partie générée par la piteuse politique de son ministre, Madame Duflot.

Le ministère du Budget comptait dégager, grâce à la vente d’actifs immobiliers, 530 millions d’euros en 2013. Finalement, « seuls » 391 millions d’euros ont été récoltés, soit le plus bas niveau depuis 2005 !

Les dispositions concernant le logement social ont fait plouf

Les premiers clients de l’État dans les opérations de cession d’actifs immobiliers, sont les collectivités locales. Plusieurs facteurs ont joué. Les collectivités locales ont considérablement ralenti leurs investissements traditionnels en 2013. D’une part en raison de la situation financière délicate dans laquelle se trouvent bon nombre d’entre elles, d’autre part car les investissements les plus urgents ont maintenant été bouclés. Enfin, un certain nombre d’entre elles ont été poussées à l’attentisme par les élections municipales qui se sont tenues en mars dernier.

Concernant le logement social, la loi du 18 janvier 2013 sur la mobilisation du foncier public, qui permet une décote pour les opérations contenant des logements sociaux, n’a pas produit les effets voulus : à peine 10 opérations entrant dans ce cadre auraient été actées depuis. Par ailleurs, même dans ce petit nombre d’opérations, la décote liée à la présence de logements sociaux dans les opérations est telle que l’État récolte moins de recettes que prévu.

Le meilleur est parti

Enfin, il faut savoir que le rythme effréné des cessions des biens immobiliers de l’État français (il a engrangé près de 5 milliards d’euros entre 2007 et 2013) résulte de l’écoulement des biens les plus faciles à vendre d’un parc dont la valeur totale est d’environ 60 milliards d’euros. Autrement dit, rien ne laisse présager que 2014 sera bien meilleure que 2013 sur ce front là non plus…


Sur le web

Voir les commentaires (56)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (56)
  • Il faut privatiser en plus grande quantité.

    • ce sera difficile de privatiser plus que Jospin (qui est le 1er ministre à avoir le plus privatisé de toute l’Histoire de la Vème).

      Dans les faits, il n’y a plus grand chose à privatiser en France. Les assurances privées ont presque totalement remplacé la Sécurité Sociale et la Retraite pour les moins de 35 ans, la SNCF va être totalement privatisée en 2015 (et va donc faire faillite, car le Rail n’est pas rentable, voir les USA et le Canada), les français plébiscitent déjà très largement les écoles privées (comme aux USA, seuls les plus pauvres aujourd’hui vont dans les écoles publiques), et les universités sont en naufrage, totalement dépassées par les IUT et écoles d’ingénieurs et de commerce privées.

      Si on regarde ici :
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Agence_des_participations_de_l%27%C3%89tat

      Les derniers trucs qu’il reste à privatiser sont des ports, des aéroports, la RFF, EDF (le parc nucléaire ? à débattre)… En fait, pas grand chose….

    • Oh oui, vous avez tout à fait raison : plus l’état s’en mêle, et plus il s’emmêle :mrgreen:

  • Tiens, d’ailleurs les professionnels demandent prestement un nième grand dispositif fiscal type Scellier …

  • Que Duflot vienne de se prendre un violent coup de boomerang au coin du pif, et que l’etat soit decu par le resultat de vente de ses actifs immobiliers, vous m’en voyez ravi ! J’espere qu’un jour quelques elus socialistes devront aussi vendre quelques uns de leurs acquis personnels dans de memes conditions. Ils auront ainsi tout le plaisir de gouter, personnellement, a cette soupe amere qu’ils sont d’ordinaire trop contents de nous servir a tous les repas.

  • Les lots cédés à prix d’ami aux copains sont compris dans cette moyenne? Si oui, un quart de moins que prévu, c’est pas si mal.

  • J’ai une connaissance qui travaille dans un réseau d’agences immobilières qui me dit que les vendeurs sont en train de lacher prise sur leurs prétentions.
    Jusqu’à maintenant, ils ne voulaient rien lacher mais ils n’en peuvent plus d’attendre des mois et des mois avec aucun espoir de vendre au prix qu’ils exigent.
    Ainsi, elle a vu un vendeur totalement déprimé baisser son appartement de 335.000 euros à 275.000 €.
    Chose inimaginable il y a un an.

  • Le socialisme tue le logement pour tous…

  • 60 milliards de patrimoine immobilier au total : on observe aisément la profonde vacuité de l’opération face à un déficit qui tend vers 100 milliards… chaque année. Caramba, encore raté ! Il va falloir trouver autre chose pour renflouer le Titanic étatique…

    • le titanique étatique ? lol

      Donc, le PIB de la France est de 2613 Milliards d’euros. Sa dette est grossomodo de 2000 Milliards d’euros. Soit : une année de PIB, soit rien du tout. Une entreprise privée ayant un CA annuel de 200 Millions d’euros, un risque proche de zéro de faire faillite, peut tout à fait s’endetter à hauteur de 200 Millions d’euros (surtout si ses actifs valent plus que ces 200 Millions).

      Bref, la France a très largement les moyens de sa dette. D’ailleurs, ses taux d’intérêts n’ont jamais été aussi bas.

      La raison des privatisations et de la baisse du régime de l’État n’ont STRICTEMENT rien à voir avec la dette. Aucun économiste sérieux ne le prétendra. Il s’agit de relancer l’emploi, en relançant la croissance économique. La privatisation permet de créer de nouveaux marchés, et donc du profit, et donc de la création d’emploi. Le but n’est pas le moins du monde de rembourser une dette somme toute ridicule.

      • Un économiste sérieux, ça commence par décrire la réalité telle qu’elle est et proposer les bons chiffres.

        L’Etat français n’est pas une entreprise : il ne produit strictement rien au-delà des fonctions régaliennes (à peine un tiers de ses dépenses en étant très généreux). Au contraire, l’Obèse est devenu une charge insupportable et constitue le principal frein à la croissance, la principale explication de la récession qui menace de plus en plus.

        L’Etat français n’est pas la France : la France, son PIB notamment, ne lui appartient pas. Nos revenus, notre patrimoine, notre production, nos efforts ne lui appartiennent pas.

        Le PIB de la France en 2013 : 2100 milliards d’euros environ. Les dépenses de l’Obèse : plus de 1200 milliards. La dette de l’Obèse : plus de 2000 milliards désormais, sans compter la dette dissimulée des excroissances (SS ou RFF par exemple) et les engagements irresponsables hors bilan. Loin de relancer quoi que ce soit, l’activité superfétatoire de l’Obèse et sa dette sont des boulets qui détruisent le capital, donc les entreprises, donc les emplois, massivement.

        Sinon, il est vrai que les hommes de l’Etat n’ont aucune intention de rembourser la dette, qu’ils considèrent comme perpétuelle. Mais voilà, entre leurs intentions et la réalité qui les rattrapera tôt ou tard, il y a un gouffre.

        • Vous êtes dans une réflexion éthique et morale. Vous parlez de ce qui « devrait être », et non pas de « ce qui est ».

          Dans la réalité, l’État a tous les pouvoirs. Il peut venir piocher sur votre compte en banque quand il veut : c’est une réalité. Quand il s’endette, c’est sur cette base (sur la base du PIB). Si demain, comme Mitterrand ou Chavez, les maîtres de la BCE décident de diviser par deux la valeur de l’Euro, c’est « votre » épargne et la valeur de « votre » patrimoine qui seront divisés par deux. Vous pourrez toujours brailler que cela ne leur appartient pas, dans les faits, concrètement, matériellement, cela leur appartient : car ils en ont l’usufruit, ils en font ce qu’ils veulent, quand ils veulent. Il n’y a rien que l’État ne puisse réquisitionner.

          D’ailleurs à ce sujet, je vous conseille d’aller placer vos économie hors zone euros avant l’année prochaine…

          • Bonsoir Isga
            C’est bien d’être dans la vérité, d’être si sûr de soi.

          • si les maîtres de la BCE décident de diviser par deux la valeur de l’Euro,

            Qu’ils le fassent donc, on verra la bronca, et les gens se méfieront de l’EuroLIR comme de la peste.

            • C’était une expérience de pensée. Le fait est de démontrer que tant qu’un État existe, tout appartient à l’État. C’est pour cela que les États s’endettent sur la base de leur PIB, pas sur la base de leur revenu fiscal.

              • le fait est de démontrer que tant qu’un État existe, tout appartient à l’État.

                Cela me paraît pour le moins contestable ❗

    • C’est clair, et si on peut discuter des chiffres à la marge, c’est sans alternative.

    • Cette pathétique affaire d’immobilier me fait penser à l’autre illusion, celle du défaut (ou de la sortie de l’euro, c’est pareil). Même en faisant défaut, même en cessant tout remboursement du service de la dette, l’Etat obèse serait encore en situation de déficit insoluble. On peut tourner le problème dans tous les sens, il n’y a vraiment plus aucune alternative aux coupes profondes dans le gras de l’Obèse. La fête des cigales est réellement terminée.

  • Depuis le temps qu’on nous prédit l’effondrement du marché immobilier, loin d’être une norme, le tunnel de Friggit ressemble plutôt à une exception historique, une période exceptionnelle qui a très peu de chances de se reproduire. Peut-être qu’on y reviendra ou peut-être qu’on rejoindra par oscillations successives le niveau des prix du XIXe siècle. Qui sait ?

    • L’effondrement immobilier ne s’est pas produit à cause des interventions étatiques qui faussent totalement le marché. Ce rapport de Fillon est un excellent résumé des 10 ans de politiques économiques allant de 2000 à 2012 : de l’État, encore de l’État, toujours de l’État, tout ça pour protéger quelques propriétaires d’un effondrement inévitable. Dire que certains osent prétendre que Sarkozy était libéral… Un keynésien, un néo-Mitterrandien, voilà ce qu’était Sarkozy et sa politique étatiste d’intervention sur le marché immobilier.

      Soit dit au passage, le marché immobilier a déjà très largement baissé. Les prix de ventes réels des biens immobiliers n’ont rien à voir avec ceux affichés en agences. Ce secret de polichinelle permet de sauver les apparences, de faire croire que le marché est encore haut, et ainsi d’éviter une panique générale, et donc d’éviter un éclatement trop brutal de la bulle. Mais dans les faits, les prix ont déjà énormément chuté.

      Mais ceci dit, avec ces tarifs affichés tellement élevé, le marché reste encore paralysé. Avec le grand retour de la crise économique au niveau mondial (USA + Chine + Russie + Europe en récession synchrone), la déstabilisation brutale des banques européennes (et surtout les banques françaises type Crédit Agricole, qui détiennent une part importante du parc locatif sous formes de régies immobilières), et les revenus des français qui ne vont pas progresser…. il n’est pas difficile de prévoir ce qu’il va se passer. Et l’État, encore une fois, n’y sera pour rien, il n’aura fait que retarder l’inévitable.

      Quand le crédit agricole, qui détient une bonne part de la dette Grecque (mais aussi espagnole et portugaise), va devoir en catastrophe se séparer de ses nombreux biens locatifs sur le marché français, ça va être très rigolo. Là, ce sera le moment d’acheter 😉

      La Crise économique, la vraie : vivement. C’est un processus saint et naturel, un newdeal par le marché.

      • Pour qu’il n’y ait pas de doute, on parle tous ici de prix de vente, pas des prix d’agences.

        Il existe une nuance sémantique entre une correction, une chute et un effondrement. Si une respiration tout à fait saine de 10 ou 20% est qualifiée d’effondrement, vous risquez de manquer de vocabulaire pour qualifier la situation si jamais le marché recule de 50 ou 60%.

        Maintenant, le marché de l’immobilier peut s’effondrer (pourquoi pas ?), mais il serait très étonnant qu’il le fasse seul, alors qu’il représente peu ou prou la composante majeure de l’épargne des Français. Ainsi, une des conditions de l’effondrement du marché immobilier est que les revenus puis l’épargne des ménages s’effondrent également, laissant la courbe de Friggit haut perchée. Dans cette hypothèse, bonne chance à tous ! On note ici que les propriétaires qui sont déjà dans le marché sont indifférents à la chute des prix, avec un pouvoir d’achat relatif inchangé. En effet, si les prix immobiliers baissent, certes la valeur de leur bien baisse mais ceux des autres également. Un appartement vaudra toujours un autre appartement équivalent (emplacement, état…), peu importe son prix. Alors, si la perspective d’une crise vous angoisse, une seule solution : devenir propriétaire sans tarder, avec le moins d’endettement possible.

        • Oh non, la perspective d’une crise me réjouit. L’intervention de l’État et les monopoles favorisent la rente de personnes qui n’en méritent pas. La crise économique va faire un carnage chez ceux qui vivent confortablement sans rien produire.

          Pour les petits entrepreneurs (comme moi), la crise est au contraire une opportunité extraordinaire. C’est en période de crise qu’on s’enrichit le plus quand on est un vrai créateur de richesse (et pas un parasite qui vit grâce à un parc locatif ).

          Il est grand temps d’arrêter avec les politiques inflationnistes Keynésiennes, et de laisser les marchés s’effondrer. Voilà la triste vérité : Chirac, Sarkozy, Hollande.. mais aussi Bush, Obama, Merkel, Poutine : tous des Keynésiens, qui ont refusé de laisser les banques faire faillite, qui ont empêcher les prix de s’effondrer, et le marché de se réguler.

          Les conséquences de cette politique anti-crise, contre-cyclique, on les connaît : Inflation, Stagflation, Slumpflation. Bonne chance à tous ! La crise de 2008 aura été une sinécure comparée à celle de 2015.

      • tout ça pour protéger quelques propriétaires d’un effondrement inévitable.

        Les socialistes, Fabius par exemple.
        Vous ne voyez pas qu’ils sont culs, tête bêche ?

  • Bonjour Isga,

    La France qui a montre l’exemple du tunnel de Friggit ? Et l’Angleterre de par le passe ? Et les Etats Unis, L’Espagne, le Portugal, l’Irlande que je connais bien puisque j’y habite, et ou j’ai pu observer cet effet cyclique de tres pres il n’y a pas longtemps ? J’ai meme eu le plaisir personnel d’acquerir des biens la-bas, tout en bas du marche et de vendre tout en haut du marche. Le tunnel de Friggit est certes une indication que la bulle est en phase de gonflement, mais ne vous renseigne pas pour autant quant a l’imminence du desastre. Il faut mettre en jeu nombre de parametres pour bien juger de tout cela. La panique visible des politiques d’un cote, en relation avec des retours infimes sur les investissements locatifs, ainsi que la confiance exprimee quant au marche, aujourd’hui bien mediatise, en sus de l’existence d’une taxation, tout azimut, debridee en France et d’une baisse consequente generalisee du pouvoir d’achat, sans precedent (et ce malgre des taux d’interet historiquement bas, une presence encore recemment importante sur le marche d’acheteurs etrangers « haut de gamme », et bien peu d’investissements, localises en France, reellement competitifs, en alternative a l’immobilier) sont de meilleurs marqueurs que le « tunnel » que vous decrivez, avec plaisir, comme si c’etait une panacee. Si l’on pouvait se servir de petites recettes faciles et commodes pour prevoir l’economie, tous les gens equipes d’un QI raisonnable, superieur disons a 100/110, seraient riches et le resteraient. Et la France menee par des enarques et des hauts fonctionnaires, tous pluriuniversitaires avec mentions, serait encore et resterait, pour toujours, un pays de cocagne.

    Apparement vous sentez, et vous en etes d’ailleurs tout rassure, que le marche se degonfle gentillement, grace a Holland et son equipe, apres un petit « accompagnement » paternel de la part de Sarkozy et de Fillon. Je vous rappellerais peut-etre le sujet de l’article qui nous occupe. Nous parlions d’un manque a gagner, consequent s’il en est, de l’etat sur la vente de certains de ses actifs immobiliers. Enfin, d’apres vos dires ci-dessus tout cela etait prevu – y compris la decote – me voila moi-aussi rassure…

    Dernier volet, votre confiance totale en la bien pensance des banques qui, aujourd’hui, et depuis deja quelque decades, fonctionnent, comme chacun le sait, « en bon pere de famille », pour leur interet, mais aussi celui des clients, sur le long terme, bien entendu… En plus de la charmante courbe et tunnel « de Friggit » j’imagine que les banquiers que vous citez (les connaissez vous, les avez vous deja juges au travail ?) ont egalement dans leur bureaux, et a cote de leurs ordinateurs ,de bien jolies boules de cristal qui leur permettent sans faille, mais perfidement, de prevoir l’avenir.

    Il y a la, surtout, dans votre conclusion une colossale misconception de votre part : si les particuliers et les entreprises, ayant emprunte aux banques, se cassent la gueule sur un marche glissant, qu’ils ne sont plus a meme de rembourser les banques, et qu’ils sont dans une situation de « negative equity » – ayant vu de mes propres yeux l’experience Irlandaise et Amercaine, grandeur nature, je peux en parler en toute connaissance de cause – les banques qui leur auront preter excessivement se peteront le museau sur le sol quelques minutes plus tard. ainsi que ceux qui leur auront prete sur le marche »de gros » financier. Entrent ici en lice les banques europeenes, banques centrales, Allemandes, etc… L’etat, l’Europe devront secourir le paquet. Game over, pour la France et pour l’Europe aussi. Quand j’ai vu Francois Holland elu president, connaissant le palmares socialiste vis a vis de la conjoncture et leur vision des choses, je me suis tout de suite dit qu’il amenerait la France et l’Europe, a la faillite. Il se peut que je me trompe et que le gouvernement change de politique, mais cela m’etonnerait enormement. Je serais le plus heureux des hommes d’etre surpris.

    Je suis entierement d’accord avec vous pour predir que nous allons vers une merdouille immobiliere de proportion biblique, mais en France je suis sur que cette crise ne nous arrivera pas principalement a cause des banques, qui font plutot bien leur travail (dans leur propre interet – et je parle ici de la distribution de credits – ce qui n’est deja pas si mal) ou a cause de la speculation (essayez de speculer dans l’immobilier en Socialie avec les impots punitifs que nous avons sur les plus values), cela arrivera a cause du gouvernement d’ideologues incapables que nous avons au gouvernail et qui, en accelerant la ruine des francais nous dirige droit vers l’iceberg. Derriere le frele esquif Francais il y a toute la flotte europeenne derriere.

    • Faire confiance aux Banques ?

      Je viens de dire que les banques, depuis les années 2000, rackettent les gens moyennement intelligents et moyennement riches en les poussant sur un marché beaucoup trop haut avec le crédit locatif (au passage, 110 de QI, c’est un QI de sous-doué.). Les banques, elles, ne posent plus un pied dans le marché immobilier depuis belles lurettes (enfin le minimum, car l’État a diverses moyens de les y contraindre).

      Vous avez acheté quand tout était au plus bas pour revendre quand tout était au plus haut ? C’est bien, c’est ce que font les banques, et c’est ce que vient de faire l’État Français. Si vous posséder des biens immobiliers en France : il est grand temps de vendre. Vous auriez déjà du vendre il y a 2 ou 3 ans.

      Maintenant, le marché va s’effondrer. Ceux qui ont pris des crédits locatifs sur ce marché beaucoup trop élevé vont apprécier leur coup de massue :
      http://genevievebrunet.typepad.com/finance/2008/10/de-leffet-de-levier-au-coup-de-massue.html

      Bref, l’État a bien fait de vendre maintenant. L’année prochaine, ça va tanguer sévère, comme ça n’a pas tangué depuis 1873.

      • @ Isga,

        Je me suis en effet rendu compte que nous etions plutot du meme avis, en lisant vos commentaires qui ont suivi celui auquel j’avais reagi plus haut. Il est vrai que j’avais quelques longueurs de retard sur la conversation. Desole de vous avoir sous-estime, mais la reference au tunnel de Frigitt, sur votre premier post, ne vous rendait guere justice. J’entends mieux maintenant.

        Nous sommes entierement d’accord sur ce point : il y a trois ans, ou meme trois ans et demi, etait le bon moment pour vendre de l’immobilier Francais et avoir le temps de gerer la vente tranquillement. Il me reste un peu d’immobilier en France, pour des raisons sentimentales. C’est toujours difficile de se separer des biens de famille. J’etais bien conscient en les conservant de devoir, a l’avenir et dans l’incertitude, jouer sur du long terme.

        Je ne sais pas s’il y aura des affaires a faire en France, apres le crash immobilier, si crash il y a. cela dependra de pas mal de choses dont en particulier la gestion francaise de la crise et l’intervention ou la non intervention europeenne. Je ne pense pas que l’Europe (c’est a dire l’Allemagne) ait la capacite de pouvoir secourir le mammouth. Si les banques Francaises elles-memes sont en difficulte, ce qui en cas de crash immobilier consequent serait fort probable, je verrais mal l’etat venir a leur secours car il n’en a pas les moyens. L’autre souci consiste a savoir quelle politique suivra celle d’aujourd’hui apres les elections. Rien n’est sur.

        Il y avait des affaires a faire a Dublin l’an dernier, ce n’est pas encore trop tard, les rapports sont encore bons, mais il faut faire vite, le marche a repris, et acheter au bon endroit…

  • @Isga,

    « En prevision de l’effondrement du marche immobilier, l’etat a bien fait de se separer de ses biens maintenant que le marche est encore haut »…

    La, nous ne sommes plus d’accord du tout. Ou allons nous ? Avec la distribution gracieuse de bons points a cet etat que vous ne sauriez voir ? Il y a present dans vos commentaires, et c’est ce qui me genat dans le premier, comme une schizofrenie. L’etat actuel, celui que nous avons au pouvoir depuis le printemps 2012, est entierement responsable de la conjoncture, puisqu’il nous declare chaque jour etre capable de mener le bateau France. Mieux encore, le gouvernement socialiste de Francois Holland declare, a qui veut l’entendre, que l’economie va mal a-cause-des-precedents-mechants-gouvernements-de-droite mais que la posologie socialiste finement dosee va bientot faire effet et que la crise sera bientot derriere nous.

    Et ils vendent parcequ’ils savent que le marche est a la baisse ?

    Un gouvernement, capable d’une vision claire des choses, puisque vous decidez ici de les en crediter, aurait deja du vendre ces actifs aujourd’hui bien devalues, des leur arrivee au pouvoir en 2012, Je sais et vous savez, puisque nous en avons parle, que les actifs immobiliers Francais auraient du etre reconvertis des 2011, par des investisseurs astucieux, et vous nous racontez que le gouvernement present « vient tout juste d’avoir RAISON de vendre les actifs immobiliers », maintenant, et pas il y a 2 ans ? N’y a t’il pas ici comme une legere contradiction ?

    Ayant multiplie les conneries depuis bientot deux ans et demi, ils se sont leves un beau matin et se sont dit tout a coup, « bon dieu mais c’est bien sur, on a foutu un tel bordel que le marche immobilier va bientot exploser. Vite, vendons avant qu’il ne soit trop tard !  » Ils se sont ensuite, bien entendu, felicites collectivement de leur action, qui participera en aval et parmis tant d’autres, c’est evident, a sauver la France.

    Il est clairissime que la seule raison pour laquelle l’etat Francais a decide ici de se separer de ses actifs immobiliers, comme dans le passe Sarkozy, quand il avait decide de vendre l’or Francais, c’est probablement tout juste pour generer une petite tresorerie, pour tenir quelque temps. Peut-etre aussi pour ne pas avoir a entretenir un parc immobilier qui demanderait par ailleurs, sans etre vendu, d’etre renove a grands frais (autre effet nefaste des recentes lois socialistes « made in Duflop » concernant les mises en conformite ecologiques, mais c’est un autre sujet…).

    • L’État actuel, depuis 2012 ? lol L’État actuel, depuis 1789 et les Jacobins.

      Le gouvernement (en général) a beaucoup plus d’information que les autres acteurs. L’effondrement du marché est prévisible, et surtout imminent. Voilà pourquoi ils ont vendu à toute vitesse. Je ne dis rien d’autre que cela.

      • Je suis alle jeter un coup d’oeil du cote du site de l’IFRAP de facon a pouvoir me faire une idee precise de l’evolution des ventes d’actifs immobiliers realises par les derniers gouvernements, depuis 2005. Ces chiffres concernent les ventes,effectives,d’actifs de l’etat Francais. On peut donc les comparer aux ventes 2012 et juger ou non d’une acceleration du processus.

        Ventes effectives 2005 : 634,60 millions
        2006 : 796,70
        2007 : 837,40
        2008 : 401,50
        2009 : 221,00
        2010 : 502
        2011 : 598

        Tout ca pour repondre a notre ami Isga qui persiste a penser que le gouvernment socialiste, dans son infinie sagesse, et grace a une connaissance particulierement aigue du marche,ait decide soudain « d’accelerer »les ventes d’actifs gouvernementaux…

        Il suffit de regarder les chiffres pour voir que cela est totalement faux. Reste le manque a gagner par rapport a des previsions erronees qui ne surprendrons personne. Sauf peut-etre notre ami Isga.

        Sources : IFRAO 21 septembre 2011.

        • ERRATUM

          Source IFRAP 21 septembre 2011

          • mais pourquoi persistez vous à appeler « socialiste » ce gouvernement néo-keynésien qui continue la politique néo-keynésienne de Sarkozy ?

            Oui, Hollande, comme Sarkozy, profite de ce marché absurdement haut pour se débarrasser des biens immobiliers de l’État avant que leur valeur ne s’effondre.

            Franchement ? Quelle différence voyez vous entre les 600 Milliards de dette keynésienne de Sarkozy, et le subventionnement de l’offre par Hollande ? Aucune. Ce sont des politiques étatistes d’intervention et de subventionnement.

            Il n’y aucun parti Libéral en France, pas plus d’ailleurs que de parti Socialiste. C’est parce que l’immense majorité de ceux qui se prétendent socialistes ne le sont pas (ils sont néo-keynésiens, à l’image de Mélenchon ou Hollande); et l’immense majorité de ceux qui se disent libéraux ne le sont pas (ils sont néo-keynésiens, à l’image de Juppé ou Sarkozy )

            Soyez véritablement libéraux, et vous arrêterez de croire que le PS est moins libéral que l’UMP.

            • Je vous donne les chiffres de l’IFRAP et vous contestez encore les faits…

              Pourquoi j’appelle le Parti Socialiste, socialiste, est deja dans la phrase. Keynesien ou Neo-Keynesien est une etiquette a la mode. L’UMP, historiquement, est un parti qui dans ses origines, UDR, RPR, etait de droite. Il a ete pousse hors de ses rails par une espece de surenchere marxisante depuis 81. Je suis un liberal de droite, je viens du Gaullisme. Vous etes un liberal de gauche, vous voulez tout casser. Mefiez vous car la reconstruction risque de se passer de maniere bien differente a vos expectations.

              Maintenant, je vais arreter de repondre a vos posts, parceque pour etre honnete je commence a en avoir assez. J’ai surtout quelque chose de tres important a faire, beaucoup plus important que de rester la discuter avec vous dans le noir, surtout que cela risquerait de perdurer…

              C’est dimanche et c’est maree basse, je vais descendre promener le chien sur la plage. Cela me changera un peu les idees.

              Je vous souhaite un bon dimanche – aussi liberal qu’il se peut.

              • Gaulliste ? Beurk …. voilà.. vous êtes un keynésien, un étatiste, un bismarckien, un défenseur de l’État Providence.

                Je vois vraiment pas ce qui peut vous permettre de vous distinguer du PS.

      • L’effondrement du marché est prévisible, et surtout imminent. Voilà pourquoi ils ont vendu à toute vitesse. Je ne dis rien d’autre que cela.

        Vous vous avancez un peu vite. La bande d’incapable au pouvoir n’aurait jamais pensé à un effondrement avant 2005, date des premières vente (???). Ils espéraient que l’inflation mange toutes les dettes. Non, il devait s’agir d’optimiser un peu la gestion, action lancée par « l’adroite droite ». Comment anticiper cela ?

  • @ Isga,

    Toujours dans le domaine de la contradiction, je me suis permis de relever celle-ci, car elle est en effet splendide; vous esperez, d’un cote, vous enrichir avec la crise qui se dessine, et faire emplete de batis revendus au plus bas (probablement, d’ailleurs, par des gens qui n’auront plus les moyens d’assurer leurs remboursements aupres des banques; on est veritablement la dans le domaine d’une ethique glorieuse), je ne l’invente pas puisque c’est vous qui l’ecrivez. Et d’un autre cote vous vous autorisez a dire, parlant de vous-meme, avec cette modestie caracteristique qui est la votre, je cite :

    « … quand on est un vrai createur de richesses (pas un parasite qui vit avec un parc locatif). »

    J’ai quelque peu du mal a vous suivre. Lorsque vous investissez vous etes votre hero, lorsque les autres investissent ce sont des parasites.

    La encore, cette espece d’ethique dicotomique, dont je parlais dans mon commentaire precedent, ou vous distribuez les medailles ou les retirez selon vos propres criteres, d’une maniere tout a fait arbitraire et quelque peu confuse. Rappelons que les personnes physiques, ou les societes privees, qui font de la location (je ne parle pas ici de l’etat) vendent un service qui repond parfaitement a une demande et un besoin sur le marche. N’etes pas vous-meme un entrepreneur ? Sans capital, point d’entreprise. Vous vendez, en effet vous-aussi, quelque chose a partir d’un capital engage. Les detenteurs de parcs immobiliers sont le plus souvent des investisseurs, ou des groupements d’investisseurs , ou bien des retraites qui se sont organises un capital retraite avec pour composante l’immobilier. Ces gens ne sont pas plus parasites que vous ne l’etes, ce sont des entrepreneurs, et ils vendent un service : la location. C’est meme l’essence d’un systeme de retraite par capitalisation. Il s’agit bien evidemment d’avoir un portefeuille diversifie quant a son capital retraite, mais l’immobilier en est clairement une composante desirable. Le parasitage existe bien mais il s’agit du systeme de retraite par repartition qui est en train de se casser la figure. Ne vous y trompez pas.

    Une des origines principales de la crise americaine des subprimes a ete justement, en amont du probleme de creation de produits financiers a partir de ces prets justement a hauts risques, cette volonte de l’etat Americain poussant les banques (qui c’est vrai, ne demandaient pas mieux a l’epoque) a vendre du pret hypothecaire a des gens n’en ayant pas les moyens et representaient financierement un risque de default important. La raison pour laquelle je parle des subprimes, au sujet de l’existence du marche de la location, c’est justement a cause du fait que chacun n’est pas dans une situation financiere suffisement porteuse pour etre candidat a la propriete, et comme a l’evidence il faut bien que chacun se loge il est donc necessaire d’avoir un marche de la location.

    • Devenir riche en faisant des emplettes au prix les plus bas ? C’est une stratégie de Capitaliste façon protestant, de mystiques qui croient au pouvoir magique de l’argent, de néo-étatiste dans l’âme.

      Non, la crise va nous débarrasser de toutes les veilles entreprises non rentables, dépassées, qui squatent le crédit, et surtout, de tous les petits rentiers qui ne méritent aucune rente et qui devraient aller bosser à la chaîne (les retraités allemands et américains en première ligne).

      Les crises économiques favorisent la restructuration de l’économie (Schumpeter : la destruction créatrice, ça vous dit un truc ? Ou vous connaissez que le mysticisme de l’école de Chicago ? ). Tous ceux qui travaillent dans les nouveaux secteurs de l’économie (NTIC, Robotique, Nanotechs, GreenTechs) ont tout à espérer de la crise. D’ailleurs, l’abondance des liquidités favorisent déjà très largement ces secteurs.

      La crise de 2008 a été une crise classique de surproduction. Comme les profits dans le secteur immobilier s’effondraient, l’immobilier a été mis en jachère : on a chassé les gens de chez eux pour raser des maisons qui étaient belle et bien construites ; cette intervention violente, quasi militaire, de l’État avait pour but de protéger les petits rentiers retraités et les grandes institutions bancaires de la faillites.

      Que ceux qui doivent faire faillites fassent faillite. Que les banques qui doivent s’effondrer s’effondrent. Que les retraités qui vivent grassement d’une rente boursière et locatives fassent faillites. Que les jeunes entrepreneurs dans les nouvelles technologies trouvent enfin des financements : VOILÀ COMMENT PARLE UN VRAI LIBÉRAL.

      • Je vais vous faire cette prediction, et vous en ferez ce que vous voudrez.

        La crise en France ne facilitera rien.

        • C’est un énoncé Keynésien que vous tenez là. Vous êtes un simple keynésien, parmi tous les autres.

          • Soyez rassure, il y a un cote extreme chez vous avec lequel le liberal de droite, que je suis, ne s’associera jamais.

            Soit dit en passant vous adorez – furieusement – les references philosophiques et les mots a la mode. Est-ce que cela vous arrive parfois d’avoir des idees a vous, plutot que de servir de relais aux idees des autres…

            J’ai toujours eu les ideologues et les sectaires en horreur. Les pourvoyeurs d’idees de seconde main. A la fin des gens comme vous n’ont rien a voir avec le liberalisme, vous etes ni plus ni moins que des extremistes ordinaires, se reclamant du liberalisme. Vous semblez toujours pret a vous attaquer « aux autres », ceux que vous n’aimez pas, les rentiers, les retraites, les Allemands, les Americains, jusqu’aux commerces ou industries qui ne travaillent pas comme vous dans le « high tec », en fait tous ceux que vous percevez comme des possedants et qui ne rentrent pas dans votre optique. Tous ceux qui possedent, alors que sans doute vous ne possedez pas, ou pas encore. Vous etes sans doute tres jeune. Votre politique est celle du « pousses toi de la que je m’y mette ». Vous n’avez aucune idee de la maniere avec laquelle les gens dont vous parlez, avec haine, ont du gagner leur argent; le plus souvent en travaillant tres dur et en le meritant. Au sein meme de l’etat socialiste beaucoup de gens continuent de reussir au prix d’efforts colossaux, malgre l’etat et non grace a l’etat. Et vous revez de les deposseder ? Essayez un peu de penser a ce que vous ecrivez. Plutot que d’essayer d’avoir l’air smart. Cela vous changera. Pour l’instant, ce que vous ecrivez, a en juger l’ensemble, puisque j’ai la chance pour pouvoir en juger que vous soyez si prolifique, est meme, je crois qu’on peut le dire, assez inhumain. C’est bien la premiere fois que je rencontre un saint just avec des pretentions liberales.

            Ces petits retraites que vous voulez ruiner, vous pensez en faire quoi apres qu’ils n’aient plus rien. Les camps d’extermination ? La rue ? la famine ? le travail obligatoire ? le suicide assiste ?

            • Les camps d’extermination ? La rue ? la famine ? le travail obligatoire ? le suicide assiste ?

              ben, il est plus généreux que vous le laissez penser : il laisse le choix ❗
              C’est très positif, non ?

            • Enfin avec ce raisonnement on pourrai se dire que le type au RSA,le malheureux que va-t-il devenir. ?

              Une bonne crise peut remettre les pendules à l’heure. Le problème c’est que vu le contexte sociétal en france ça va chier….

              Le créateur de richesse aura l’intérêt d’avoir un bon fusil d’assaut, des cartouches, un élevage de pittbuls, de l’essence des provisions. Le tout à la campagne avec quelques potes….

              Pas si sur qu’il puisse développer ses produit high tech sauf peut-être dans l’armement…. au service de l’état.

              Après je suis encore assez jeune pour vivre une situation post apocalyptique mais faut que ce soit maintenant alors… 😀

              • Bonsoir romaric & isga,

                Le type au RSA, contrairement aux petits rentiers qui, ne l’oubliez pas sont vos parents, vos grands-parents, n’a jamais rien fait de sa vie pour contribuer a la societe. Mon grand-pere par exemple a travaille 60 heures par semaine jusqu’a pouvoir s’offrir une exellente retraite, par capitalisation, bien meritee. L’etat ne l’a jamais aide.

                Enfin, vous savez, moi ce que je vous en dis. Quand arrivera la crise (inevitable nous sommes d’accord), je serai planque tranquillement la ou je suis deja aujourd’hui, depuis 26 ans. Je ne serai sans doute meme plus Francais, et considerant votre attitude en ce qui concerne ceux qui ont reussi a se battre et a assurer, en France ou ailleurs, pour eux memes et pour leur famille une situation decente, dans un contexte qui n’etait pas du tout favorable a l’entreprise, et qui n’ont jamais ete subventionnes, ou aides par quiconque. Considerant votre attitude exprimee ci-dessus (romaric), et ci-dessous (isga),

                Je vous souhaite bonne chance.

      • « VOILÀ COMMENT PARLE UN VRAI LIBÉRAL. »
        Je croyait qu’être libéral c’est être tolérant. Ben non!

        • Non, être libéral, c’est être pour l’auto régulation du marché, et donc pour laisser la crise économique faire son travail, qui va consister à faire tomber dans la misère ces masses de petits rentiers parasites. Petits rentiers ou fonctionnaires : même racaille.

      • Non, la crise va nous débarrasser de toutes les veilles entreprises non rentables, dépassées, qui squatent le crédit, et surtout, de tous les petits rentiers qui ne méritent aucune rente et qui devraient aller bosser à la chaîne (les retraités allemands et américains en première ligne).

        Et vous demandez à l’Allemagne de cautionner la rachat des OAT françaises ❓
        Cela devrait intéresser au plus point ceux que vous désignez en gras.
        J’espère bien que Merkel enverra chier bouler le présimou.

  • Et voilà, d’après le Figaro, les loyers des petites surfaces commencent déjà à baisser :
    http://etudiant.lefigaro.fr/vie-etudiante/news/detail/article/les-loyers-etudiants-en-baisse-dans-de-nombreuses-villes-8500/

    Qui a pris du crédit locatif pour acheter des logements étudiants ?

    Coup de bélier, nous voilà !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’encadrement des loyers a été réactivé par le vote de la loi Elan fin 2018. Il vise à limiter le montant des loyers dans les communes situées dans les zones tendues. Dans ces communes le loyer à la relocation va être bloqué à une valeur maximum, appelée valeur de référence majorée, calculée à partir de valeurs fournies par l’observatoire des loyers de chaque agglomération. (Détail du système).

Les obligations sont si nombreuses et complexes que les petits bailleurs privés devront passer de nombreuses heures à assimiler le principe où ... Poursuivre la lecture

Par David L. Veksler.

 

Vous êtes-vous déjà demandé s'il existait un chiffre unique qui vous permettrait de savoir si vous avez réussi sur le plan financier ? Il en existe un en fait : la "règle des 4 %".

La règle des 4 % est une règle empirique utilisée par la plupart des conseillers financiers selon laquelle le fait de retirer un maximum de 4 % de votre portefeuille par an vous permettra de vivre indéfiniment sur vos économies. La règle est basée sur 75 ans d'histoire des marchés boursiers et, bien que le pourcenta... Poursuivre la lecture

inflation immobilier
3
Sauvegarder cet article

Une crise ne devait jamais se produire. Pas après la Grande Modération des 30 dernières années. Mais la plupart des actifs sont sur le point de chuter.

Depuis plus de 100 ans, l’immobilier a baissé lors des périodes comme celles-ci, où l’inflation surpasse les taux d’intérêts et les force à grimper.

Le graphique ci-dessous (source) donne l’indice des prix de l’immobilier en France, en fonction du revenu des ménages.

 

 

Vous pouvez observer trois périodes de chute des prix pour l’immobilier... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles