Comment l’UE corrompt l’Ukraine

À quel point la société civile l’est-elle si elle est financée de l’extérieur par une organisation supranationale publique étrangère ? Quelle impression cette influence peut-elle donner à qui n’y est pas favorable ?

Par Dr Richard North, depuis le Royaume-Uni.

000a Ukraine-002 FTS

Christophe Hitchens, sur son blog, rouspète sur les montants que la Commission Européenne a versés à la société civile ukrainienne.

Il cite un article du American Spectator, où l’on y affirme que la somme de 389 millions d’euros a été distribuée, ce qui a immédiatement déclenché une réaction de la Commission à son égard, déclarant que le chiffre réel est considérablement plus bas. Se reposant sur la liste de projets qu’on trouve ici, elle affirme que, de 2004 à 2013, l’UE n’a mis que 31 millions d’euros à disposition de la société civile en Ukraine.

Ces montants, déclare-t-elle, étaient destinés à des programmes tels que le combat contre la traite d’êtres humains, la protection des demandeurs d’asiles, la prévention de la torture et des maltraitances, ainsi que du soutien électoral, le renforcement des fonctions de supervision de la société civile, et la responsabilité de l’État devant la population.

000a Ukraine-002 FTS2

Cependant, sur le système de transparence financière lui-même de la Commission, les chiffres complets des dépenses sont dévoilés pour la période allant de 2007 à 2013 compris. Or, en faisant la somme de chaque année, (voir tableau ci-dessus), nous arrivons au total de 434.918.585 euros, ce qui est pour sept ans, par rapport aux 10 ans où la Commission dit n’avoir déboursé que 31 millions d’euros.

Ce qui aide, c’est que la Commission liste chacun des destinataires, et la somme exacte qui lui est payée. J’ai juste pris les 30 premiers de 2013, et les ai mis sur un seul tableau (ci-dessus). Examinez-les, ainsi que les autres années : il est très clair que les 435 millions d’euro ont été payés à la société civile.

Voilà le montant du « pot-de-vin » payé aux Ukrainiens. Il s’en suit que les destinataires sont redevables à l’Union Européenne et tendront à la soutenir. Il ne peut pas y avoir de doute que l’Union essaye de s’acheter des faveurs mais, fière comme elle est d’apporter son support aux Ukrainiens, on peut se demander pourquoi elle ressent le besoin de mentir sur l’étendue de ce soutien.


Traduction Contrepoints.
Sur le web.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.