Manuel Valls à Ivry

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
img contrepoints512 Manuel Valls Tour de France

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Manuel Valls à Ivry

Publié le 28 juillet 2014
- A +

img contrepoints512 Manuel Valls Tour de France

Le cher Premier a préféré assister à la dernière étape du Tour en sa bonne ville d’Ivry plutôt que d’honorer sa promesse de participer à la commémoration de la batailles de Bouvines. À chacun ses racines. Pour autant, la course entre Israël et Hamas n’est pas finie, avec beaucoup de dopage médiatique des deux côtés. L’attachement déclaré de Valls à la cause sioniste rend délicat les exercices de corde raide entre les lobbies des uns et des autres. Le tour de France a commencé en Grande-Bretagne, il se poursuit au Proche-Orient par l’intermédiaire des athlètes de la désinformation et de leurs supporteurs qui continuent de courir maintenant pour le Tour Palestine-Israël avec des étapes dans différentes villes de France, terre d’accueil.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article
Par Nathalie MP Meyer.

Cet article doit se lire - j'insiste - comme la suite de "Manuel Valls : com’, ambition et coups de menton", portrait que j'avais écrit en décembre 2016 alors que l'ex-ministre de l'Intérieur puis Premier ministre de François Hollande venait de quitter Matignon pour participer à la primaire de gauche en vue de l'élection présidentielle de 2017.

Depuis son monumental plantage face à Benoît Hamon lors de la primaire de gauche de 2017, on le voit chercher fébrilement le parachutage politique en vue qui rendrait enf... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

François Hollande en est convaincu, la victoire présidentielle d’Emmanuel Macron en 2017 ne doit rien au « nouveau monde » à base de « ni droite ni gauche » qu’il promettait aux Français mais tout au refus de ces derniers de voir arriver l’extrême droite à l’Élysée.

Et ce d’autant plus que l’élection s’est déroulée dans un « contexte particulier » où lui, Hollande, ne se représentait pas et où le candidat de la droite était affaibli par l’affaire des emplois fictifs de sa femme.

Autrement dit, plus ... Poursuivre la lecture

Par Marc Crapez.

La jonction opérée entre le centre-droit espagnol d’Albert Rivera et le centre-gauche français de M. Valls est un phénomène significatif. Il annonce un changement de personnel politique, non pas seulement plus jeune, réformateur et réaliste -c’est chose faite depuis Tony Blair et Gerhard Schröder- mais moderniste et europhile.

En effet, à l’instar de l’homme politique du XIXe  siècle Juan Prim y Prats, Rivera a fondé une forme de libéralisme résolument ou agressivement progressiste. Pendant ce temps, en France, ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles