La foire aux Illuminés, de Pierre-André Taguieff

Le secret est suspecté d’être omniprésent, posant sans cesse la question de sa place au sein des démocraties.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Foire aux illuminés

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La foire aux Illuminés, de Pierre-André Taguieff

Publié le 28 juillet 2014
- A +

Par Julien Josset 

Foire aux illuminésPierre-André Taguieff, dans une foisonnante étude critique sur les origines de la théorie du complot, ainsi que les causes de sa survivance, analyse en particulier la diabolisation qu’a subi une société secrète du dix-huitième du siècle, les Illuminati, dont l’existence ne dépassa pas dix ans, mais qui, pourtant, bien au-delà de sa réalité historique, a été élevé au rang de mythe unificateur à la théorie du complot. Notre but est ici de montrer de quelle manière l’exemple des Illuminati peut faire figure de paradigme pour la dénonciation du secret. À cette société secrète, ou plus exactement sa transfiguration en légende, est attribuée la volonté de dominer le monde en établissant un gouvernement mondial de type totalitaire. Cette société secrète serait toujours hostile à la société, voire à l’humanité toute entière. Elle représenterait une menace pour l’ordre existant. En effet, la théorie du complot postule la dangerosité de la société secrète et la systématise sous la forme d’un principe de subversion. Elle postule également la puissance de cette organisation, admettant même ses membres comme les véritables « maîtres du monde ». Ce serait eux qui, derrière le gouvernement officiel, dicteraient aux États leurs orientations. De l’assassinat de Kennedy aux attentats du 11 septembre 2001, les théoriciens du complot défendent l’idée selon laquelle les Illuminati seraient à l’origine de tous les vacillements des démocraties occidentales :

Ce qui a pris valeur d’évidence, c’est la distinction entre le monde social visible […] et l’arrière-monde formé par des « gouvernants invisibles », soit l’univers occulte des « Illuminés », ces derniers étant imaginés comme cyniques et/ou dotés de mauvaises intentions. Derrière le « décor » démocratique […] se joue le jeu véritable, qui n’a rien à voir avec les valeurs démocratiques. […] Conquérir, dominer, contrôler : tel est le programme politique des Illuminés.1

Cette vision paranoïaque de la société secrète révèle, en premier lieu, une surestimation de la puissance des sociétés secrètes qui, en admettant qu’elle projette de renverser les démocraties, n’en aurait peut-être pas la capacité. Il faut se demander si les sociétés secrètes, loin de pouvoir être réduites au paradigme conspirationniste, appartiennent toutes au même schéma : n’en n’existe-t-il pas d’apolitiques, ou bien de clairement démocratiques ? La dichotomie, opérée par Bataille, entre société de complot et société secrète, nous aidera à répondre à cette question. En second lieu, la théorie du complot repose sur une opposition de type clairement manichéenne2, dans laquelle le bien est l’apanage de la lumière, du visible et de l’ordre, le mal celui de l’obscurité, le désordre, dont l’incarnation serait la société secrète. Le mal serait donc à détruire, pour que règne, enfin, la lumière. Ainsi apparaît le but de la théorie du complot. Diaboliser le secret en l’affublant de tous les maux témoigne d’une volonté de faire de la société une immense pièce de verre, dans laquelle rien, jamais, ne peut rester hors de la lumière, bref, l’instauration d’une transparence absolue. Transparence et non pas publicité. Car, par ailleurs, les contempteurs du secret considèrent la publicité démocratique, et ici réside toute l’ambiguïté de cette théorie, comme un voile, un simulacre qui masque la réalité du pouvoir et l’identité de ses véritables possesseurs. La visibilité offerte au public n’est qu’une forme de manipulation, de désinformation qui renforce la puissance du complot dirigé contre les « honnêtes » citoyens, contrairement aux fourbes conspirateurs. La compatibilité de la haine totale du secret et un attachement à la démocratie peut, par conséquent, être fortement mis en doute.

img contrepoints513 complot financeHormis le caractère fantasmagorique d’une telle diabolisation, sur lequel il est bien évidemment inutile de gloser, ce qui est intéressant, dans le cadre de notre problématique, c’est la conception inavouée de l’espace public comme espace monolithique et transparent. Or, cette transparence n’est-elle pas la voie qui conduirait à une tyrannie ? De plus, il faut s’interroger sur l’efficacité d’un tel projet, la suppression du secret et des sociétés secrètes : paradoxalement, la dissipation du mystère ne revient-elle pas à le consacrer, à l’affirmer en renforçant la croyance au complot ? Toute révélation du secret est ainsi, à proprement parler, impossible : la suspicion est infinie, une preuve de la dissolution du secret ne serait qu’une « ruse » des conspirateurs pour faire croire à leur inexistence. Ainsi, loin de détruire le secret, la théorie du complot le pose comme irréductible.

La seconde catégorie de critique, celle qui défend le monopole d’État du secret, révèle les mêmes faiblesses que la première. Opposer l’intérêt de l’État et celui des sociétés secrètes sous-tend cette même réduction de ces dernières au paradigme conspirationniste. Quelles que soient les buts, réels ou supposés d’une société secrète, c’est son existence même, en tant qu’organisation secrète, qui suscite la méfiance du pouvoir à son égard. Simmel, dans le chapitre V de sa Soziologie, résume parfaitement3 :

C’est ainsi que la société secrète semble dangereuse, simplement parce qu’elle est secrète. Comme on ne peut pas savoir d’avance si une association particulière ne va pas employer un jour les forces qu’elle a rassemblées à des fins légales – c’est ce qui donne naissance à cette suspicion de principe du pouvoir central contre les associations de sujets – il est d’autant plus facile de soupçonner les sociétés qui se cachent par principe de dissimuler des dangers derrière leur secret.

Le refus du pouvoir, qui se considère comme l’unique détenteur légal du secret, de voir se constituer des sociétés secrètes ressort de la même volonté de transparence, laissant ouverte la porte à une tyrannie qui consisterait à ruiner les possibilités de l’intimité, une dictature de l’apparence dans laquelle le citoyen serait une « conscience publique », absolument ouverte et sans ombre, ses activités, contrôlées, épiées par le pouvoir. Cependant, notre critique fait face à une objection : quelle doit être l’attitude de l’État à l’égard de sociétés secrètes politiques qui projettent ouvertement, telle la Cagoule en France, le renversement de la démocratie ? Quelle posture la démocratie peut-elle, doit-elle adopter face à ses ennemis ? Taguieff laisse ouvertes ces questions.

Pierre-André Taguieff, La foire aux Illuminés. Ésotérisme, théorie du complot, extrémisme, Mille et une nuits, 2005, 612 pages.

  1. P-A Taguieff, ibid. p. 24/25.
  2. Taguieff remarque très finement l’origine chrétienne de la théorie du complot : l’Église et ses membres auraient été les premiers a dénoncé le projet des sociétés secrètes comme un projet de destruction de la civilisation chrétienne. La théorie du complot ne s’est réellement « politisée », selon Taguieff, qu’à partir de 1945.
  3. G. Simmel, Secret et sociétés secrètes, Circé, p. 107.
Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Sur la fascination pour les sociétés secrètes, il y aurait encore beaucoup à dire.

    Il me semble que le conspirationnisme se ramène essentiellement à ce que j’appellerais le syndrome Allende.

    Il s’agit d’un développement logique du socialisme, c’est-à-dire la volonté d’employer le pouvoir pour imposer l’harmonie à la société humaine (utopisme) à la pointe du canon.

    En effet, de telles entreprises sont vouées à l’échec, donc leurs tenants à la désillusion.
    Dès lors quelles sont leurs options ?
    Je n’en vois que deux :
    1 – La lucidité: Admettre leur erreur, voire comprendre que « les intérêts légitimes sont harmoniques », donc que le progrès résulte de la liberté, ou
    2 – Le complotisme: Le socialisme n’est pas une erreur, il n’a pas échoué mais a été saboté.

    Hélas le penchant socialiste, ce mépris pathologique pour l’humain, cette fascination pour la contrainte vaguement maquillée en altruisme, est peu compatible avec une quelconque lucidité.
    Sans quoi on ne verrait pas des individus brillants adhérer à ces utopies aussi puériles que vaniteuses.

    D’ailleurs un Thomas Sowell ou un J-F Revel n’a pu succomber au marxisme qu’endoctriné au berceau, et n’a pas attendu l’âge mûr pour apostasier…

  • Pierre-André Taguieff, c’est bien celui qui disait : « Deux millions de musulmans en France, ce sont deux millions d’intégristes potentiels. » ?
    anticons.wordpress.com/2013/06/01/pierre-andre-taguieff-le-neo-con-lajoie/

    Il faut savoir qu’il a une vision paranoïaque, voire conspirationniste, des médias :
    « Nos médias, dans leur ensemble, me paraissent imprégnés par cet antisionisme radical dans le traitement du conflit au Proche-Orient […] Une des hypothèses critiques de mon livre, qui me vaut pas mal d’attaques voire des amalgames scandaleux, porte sur les interférences de la gauche antiraciste, en particulier l’extrême-gauche dite antifasciste, et certaines formes de judéophobie à base d’antisionisme frénétique ou d’islamisme fanatique. » http://www.acrimed.org/article670.html

    Voir aussi cet article :
    http://www.acrimed.org/article3298.html

    Si on veut vraiment lutter contre le conspirationnisme, il vaut mieux lire ceux qui le font sérieusement :
    http://www.acrimed.org/article3968.html

    • Il y a plusieurs racismes par exemple celui se référant à la peau ou autre aspect extérieure mais il y en a un plus subtil que évidemment nos grands médias et divers intellos subventionnés ou non  » oublient  » que moi j’ appelle un racisme d’ estomac c’ est pourtant bien une forme de racisme mais bon l’ hypocrisie , le bluff , de nos temps sont des arts majeurs !

      • Laissez tomber la partie sur le racisme si ça vous perturbe, regardez ce qu’il dit sur le conspirationnisme:

        « De quoi s’agit-il en fait ? De donner une apparence savante à une dénonciation qui englobe dans une même vision du monde de pseudo-explications par des complots imaginaires et des tentatives d’explications par des causes (qui sont parfois des conspirations) bien réelles. La dénonciation des premières permet, à peu de frais, de se débarrasser des secondes. » http://www.acrimed.org/article3298.html

        Avec des gens comme Taguieff, on croirait tous à la thèse du tireur isolé dans l’assassinat de Kennedy.

        Et faites comme si c’était écrit sur un site de droite, ça vous aidera à avoir un regard objectif.

  • étant un grand pratiquant des bulles, illusion collectives, supidité fonctionelle des organisations, désinformations sans pilote, verrouillage médiatique non supervisé, je défend une vision de la stupidité émergente, de la pensée de groupe émergente
    émergente avant tout de l’impact de l’opinion des autres sur votre conform matériel et mental

    http://www.princeton.edu/~rbenabou/papers/Groupthink%20IOM%202012_07_02%20BW.pdf

    http://www.lth.se/fileadmin/indek2013/program/Alvesson_functional_stupidity_scaIEM.pdf

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Julien Giry. Un article de The Conversation

Le 28 mars 2020, l’institut de sondage IFOP, la Fondation Jean‑Jaurès et le site Internet Conspiracy Watch publient un sondage : « L’Épidémie dans l’épidémie : thèses complotistes et Covid-19 ». Ce sondage reprend une étude américaine similaire publiée par le Pew Research Center quelques jours auparavant.

Les sondés se sont vus demander si le Covid-19, selon eux, « était apparu de manière naturelle », « a été développé intentionnellement dans un laboratoire », « a été fabriqué acci... Poursuivre la lecture

Par Francis Pérani.

BlackRock, le candidat idéal pour effrayer les Français au sujet de la capitalisation, a été la cible de théories du complot de la part des journalistes de gauche et d’extrême gauche.

Ce très imposant gérant de fonds est en effet une cible idéale pour ceux qui ne veulent surtout pas entendre parler de retraite par capitalisation.

BlackRock, symbole de la capitalisation

S’il fallait un symbole à la capitalisation, on n’aurait pas pu trouver mieux que le plus grand gérant au monde de fonds avec plus de ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Gérald Bronner, Florian Cafiero et Laurent Cordonier. Un article de The Conversation

C’est un fait : le mouvement des Gilets jaunes a été parcouru par toutes sortes de fake news et de théories du complot. Dès le mois de novembre, les pages Facebook des Gilets jaunes colportaient ainsi des idées infondées concernant le pacte de Marrakech que le gouvernement s’apprêtait à signer, en affirmant qu’il organisait secrètement la perte de la souveraineté de la France en matière d’immigration.

L’idée tout aussi infondée selon laquell... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles