La France a-t-elle besoin de l’UMP… et de Nicolas Sarkozy ?

Le bilan de l’UMP et de Sarkozy est désastreux pour la liberté. Quelques petits mois nous restent pour passer à autre chose et à d’autres.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
img contrepoints489 Sarkozy UMP

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France a-t-elle besoin de l’UMP… et de Nicolas Sarkozy ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 21 juillet 2014
- A +

Par Jacques Garello.

img contrepoints489 Sarkozy UMPDans un article du Figaro du 8 septembre 2013, je posais cette question impertinente : « La France a-t-elle besoin de l’UMP ? ». C’était au moment de la première grande bataille Copé-Fillon et je déplorais que les dirigeants de ce parti s’occupent davantage de la guerre des chefs que d’un programme de gouvernement, si possible libéral. Les choses ne se sont pas arrangées et il me semble qu’on approche du seuil critique au-delà duquel toute crédibilité de l’UMP pourrait disparaître.

D’une part, la solution du triumvirat apparaît bien comme une manœuvre politicienne et n’a aucun sens politique, puisque Alain Juppé et François Fillon sont de potentiels candidats, tous deux partisans d’un État fort et jacobin, tandis que Jean Pierre Raffarin est venu de l’armée libérale aujourd’hui démantelée et vise simplement la présidence du Sénat. Aucun ne représente réellement un « courant » et n’est porteur d’un vrai programme de libération. D’ailleurs, l’UMP a toujours exclu une libre expression des courants, bien que nous ayons une grande variété de « droites » : la sociale, la forte, la nationale, la populaire, l’humaniste, etc.

Bref, à l’UMP on continue à se passer de toute référence doctrinale, parce que « la doctrine divise ». On a choisi de trouver un leader qui voudra bien ensuite nous livrer quelques idées majeures et nous faire quelques promesses bien senties. Nicolas Sarkozy tenait la corde jusqu’à l’affaire du financement de sa campagne, affaire dont il serait malséant d’insinuer qu’il aurait eu quelque bruit auparavant. Mais de quelle doctrine peut-il se réclamer ? Il a toujours plaidé pour le « pragmatisme », ce qui ne l’a pas empêché de s’affranchir formellement de « Hayek et Margaret Thatcher ». En fait, non seulement les promesses (comme la suppression des 35 heures) n’ont pas été tenues, à cause de « la crise » bien sûr, mais la France a poursuivi sa marche forcée au socialisme pendant son quinquennat. Les déficits et la dette accrus (toujours « la cimg contrepoints490rise » qui a obligé Sarkozy à « aller chercher la croissance avec les dents ») les impôts augmentés, les gages donnés à la gauche et aux Verts multipliés (les triomphants Grenelle de l’environnement).

Aux deux questions posées, je réponds non et non : la France a besoin par priorité d’un message de reconstruction et d’espoir, incluant d’ailleurs les questions sociétales (famille, droit pénal, culture) aussi bien qu’économiques et sociales. Elle n’a pas besoin d’un parti en surnombre de généraux, comme l’armée mexicaine, ni d’un lider maximo flexible et peu crédible. Quelques petits mois nous restent pour passer à autre chose et à d’autres.


Sur le web

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • Ce type est dangereux, c’est un fasciste, inculte. A la limite je préfère le neuneu hollande, au moins avec lui on rigole.

    • Si foncer dans un mur vous fait rire, alors effectivement vous n’êtes pas près de vous remettre de votre rigolade…

    • Et il a tout du médicament anxiolytique :
      – un fautif à qui tout faire supporter: Sarkozy,
      – le contre exemple polymorphe parfait pour justifier les trous de ses propres options: Sarkozy,
      – une excuse quand on ne veut pas se fatiguer et briller en société: Sarkozy,
      – une explication quand les solutions de son propre camp ne marchent pas: Sarkozy,
      – le seul point fixe quand il faut trouver une (mauvaise) cause pour réunir ses troupes: Sarkozy.

      Dangereux, fasciste, inculte,… des synonymes d’utile en ces temps.

    • vous rigolez peut être moi pas

    • Ce que ça peut m’énerver ce genre de poncifs débiles.

      Vous savez ce qu’est réellement un fasciste ?
      Des opposants politiques ont-ils été mis en prison entre 2007 et 2012 ? Tout autre parti que le parti présidentiel a-t-il été interdit ? la jeunesse a-t-elle été obligée d’adhérer à des organisations para-militaires ? etc….

      Idem pour la culture.
      Je ne sais pas si Sarkozy est cultivé ou non (même si j’ai un a priori quant à la réponse).
      Mais pourquoi personne ne souligne que le Hollande, de son propre aveu, ne lit jamais un livre ? pourquoi on nous fait un pataquès sur la Princesse de Clèves mais personne ne s’insurge quand Sciences Po supprime l’épreuve de culture générale ? etc..

      Il y a beaucoup de choses à reprocher à Sarkozy, en particulier sur le temps de travail, sur son incohérence gouvernementale ou encore sa politique en Lybie.
      Mais par pitié, laissez tomber les poncifs idiots type Marianne ou Libé.

      • J’ai répondu mais la réponse ne plait pas à Momo Dérateur

      • Tout à fait Thierry ! … pardon, Guillaume. Le petit Nicolas traine assez de casseroles sans avoir besoin de lui en inventer. Mais s’il avait, à certains moments, démontré plus de maîtrise de soi, ça n’arriverait pas. Nous sommes passés en quelques années de 1,93m et « vaste programme » à 1,68m et « casse toi pauv’con ». Quelle dégringolade.

    • Cette description correspond plus à Flamby qu’à Sarko. Ce sont les faits qui nous le disent :
      – FH ne lit pas de livres
      – FH frole l’incident diplomatique dès qu’il sort des frontieres
      – FH a permis qu’on enferme des opposants politiques pour leurs opinions
      Dois-je continuer ?
      Certes, Sarko a enflé les Français, certes il a aggravé l’assistanat en faisant passer les allocations de 28 à 32% dans le revenu moyen, certes il est excecrable dans de nombreux domaines, mais on me fera jamais admettre qu’il est pire que Flamby….
      c’est tout de même triste de discuter qui est notre pire chef d’etat…

  • on prend le même et recommence ? ha non ! il suffit ! sarkozy et ses mensonges , son avidité , ses magouilles , son mépris du peuple , sarkozy et ses promesses non tenus ( si je perd en 2012 vous n’entendrez plus parlez de moi ….) j’en ai marre de voir toujours les mêmes bobines au pouvoir , on n’avancera jamais ; regarder dans quel état est ce pays ?qu’en on t’ils fait tout ces élus , ces couilles molles en puissance , qui ne pensent quà eux , leur poste , leur salaire …..que sarkozy ne revienne pas , que hollande dégage , qu’un miracle se passe pour nous sortir du sable avant que l’on ne tombe au fond …

  • Au moins, Sarkozy a tenté quelques avancées positives ( résistance face aux syndicats, réforme des universités, de la carte judiciaire…), la revalorisation du travail et du mérite était une bonne intuition de départ (mais la TVA sociale fut trop tardive et il aurait fallu abolir les 35 heures). C’est vrai qu’au final, il y a eu beaucoup de déceptions, car comme les autres, il a voulu être populaire. Résultat: pas de popularité et pas de progrès pour le pays. Mais que dire de Hollande? Personnellement, il ne me fait plus du tout rire. Il n’a aucune vision, ce n’est qu’un chef de parti élu par hasard.

  • La France a besoin d’un parti pour faire face à ces illuminés de socialistes. Le problème est que certains pensent en termes purement politiciens: comment me faire élire dans un pays dont le cerveau collectif a été lessivé par 33 ans de socialisme plus ou moins avoué (Chirac). Les autres -plus rares- esquissent un programme un petit peu libéral, comme Le Maire, mais sans exaggérer.
    En effet, tous se souviennent du score d’Alain Madelin (4,5%) et pensent toujours -à tort, il me semble – que la France est toujours libérale à 4,5%.
    Par ailleurs, comme tous ces politiciens dits « de droite » n’ont jamais, tout comme leurs homologues socialistes, travaillé dans le privé, sinon comme avocats (une exception pour les Dassaut) ou éventuellement médecins, ils cherchent tous à continuer à vivre grassement sur le dos des contribuables.
    On ne voit donc guère de sortie à part une argentinisation du pays, associée à une chyprisation des avoirs des français. Pas brillant.

  • Lorsqu’on discute avec des gens qui ont leur carte à l’UMP , on est toujours étonné de les entendre dire que le parti va rebondir.
    Ils pensent que l’UMP, qui existe depuis plus de 50 ans, bien qu’ayant changé de nom (UDR, UD Vème, RPR) c’est « too big to fail ».
    Un peu comme ceux qui en 1988 n’imaginaient pas une seule seconde voir la fin de l’URSS.
    Le PS a un noyau dur qui le soutient (fonctionnaires, Ednat etc..) mais l’UMP fonctionne pareillement.
    Leur électorat est composé de petits bourgeois étatistes qui cherchent à conserver des rentes de situation (professions réglementées, agriculture subventionnée , commerces protégés etc…)

  • La tribune dans le Figaro, exacte et précise dans son diagnostic, est toujours d’actualité.

    Etatisme et socialisme sont les deux faces (farces) de la même pièce électorale ! On a besoin d’un parti qui s’oppose au delà du socialisme, à l’étatisme. L’UMP est-elle ce parti ? Il y a de quoi douter ! Ses structures de base s’appuient plus le personnel politique local que sur la société civile locale. Les entrepreneurs ne dirigent pas l’UMP. Les idées libérales y ont été mises au placard avec la crise de 2008 !

    Sarkozy a déçu, comme Chirac a déçu et Giscard en son temps avait déçu. Décrire leurs politiques : budgét, économie, travail, social, c’est lister leurs échecs qu’ils partagent avec les socialistes. Pourquoi garder un chef qui perd faute d’avoir combattu ?

    Comme l’écrivait l’auteur dans Le Figaro le salut viendra non des militants politiques traditionnels, mais des élites de la société civile qui voudront bien s’impliquer en politique, avec un objectif non de carrière, mais de mission. N’est-ce pas ce que fait Nous Citoyens ? Si l’UMP cherche des idées novatrices et mobilisatrices, qu’elle en prenne de la graine.

    • La mission dont il s’agit c’est : retrouver le plein emploi, par la baisse des impôts, la réduction de la dépense publique et celle du périmètre de la sphère publique. Rien de dangereux, c’est davantage de libertés pour chacun.

  • Le bilan de l’UMP et de N.Sarkozy est désastreux pour la liberté…
    Voilà qui n’est pas sympa pour l’équipe suivante PS + F.Hollande qui interdit et règlemente à tour de bras pour le bien des esprits faibles et qui compte sur le FN pour remettre le couvert en 2017
     » Quelques petits mois nous restent pour passer à autre chose et à d’autres.  »
    En 2017, il faudra choisir entre ceux qui seront là !

  • Ni de l’un et encore moins de l’autre….

  • L’Ump est devenue le réduit d’une chambre close mise sous scellés en secret ce qui lui permet de constituer ainsi les armoiries de la honte de la République… Bien loin le temps où nombre d’entre-eux se disaient « centriste » : opportunisme ou carriérisme ?

    C’est pas vraiment l’égalité à l’Ump, classe « affaires », en ce moment, encore moins la fraternité dans les compartiments dégradés de cette formation politique !

  • Apparemment les arguments développés pour dénoncer le fascisme de Sarkozy n’ont pas l’heur de plaire à Contrepoints ! Ils auraient pourtant été utiles aux gogos qui veulent en reprendre pour cinq ans, ceux qui veulent rappeler un fossoyeur pour sauver la France, hallucinant ! Bon ben, on va faire avec Benita Sarkozy

  • L’UMP c’est devenu n’importe quoi.
    Ni plus ni moins que de l’etatisme socialisant
    Voir par exemple la conference de presse de Christian Jacon de cet après-midi.
    Il n’y a plus rien à attendre de ce parti.

  • Avec cette révélation du magazine « Valeurs Actuelles » Fillon est carrément coulé.
    (je suppose que c’est un coup des copéistes)
    Il ne peut plus être crédible pour demander des économies et des réductions de dépenses publiques.
    Au contraire, il fera figure de parfait faux jeton.
    il est très mal

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/07/22/97001-20140722FILWWW00380-300000-euros-de-deplacements-prives-payes-par-l-ump-pour-fillon-medias.php

  • Fillon se réclame de Thatcher aujourd’hui et veut mettre la Liberté au coeur de son projet. A défaut d’un autre plus crédible et constant,n’est-ce pas le meilleur a « soutenir » dans cet ocean de désespérance totale ? Doit-on le clouer au pilori tout de suite au risque de passer a coté d’une chance, aussi maigre soit-elle ?

  • Cinq ans à Matignon permet de faire toutes les réformes nécessaires. Pourquoi aller repêcher des dirigeants qui n’ont pas équilibré leurscinq budgets ? Qui n’ont pas libéré le pays de l’étatisme ? Ce n’est pas parce que les socialistes font pire que c’est une raison suffisante pour voter UMP !

    Denis Payre Président de Nous Citoyens est d’une autre trempe ! Chef et créateur d’entreprise, les budget, la croissance, l’emploi il a prouvé qu’il avait les compétences clef. Ancien expatrié il connaît le monde.

    Nous Citoyens nouveau petit parti quoique dynamique et dirigeant capable et charismatique.
    UMP grand parti ancien, et dirigeants dépassés : parmi eux aucun entrepreneur, aucun libéral ! Aucun expatrié.

    Si l’UMP pour une politique du renouveau, cherchait un vrai champion, l’optimum serait un profil comparable à Denis Payre, alors pourquoi pas lui ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

C’est la dernière ligne droite avant l’élection présidentielle, et Valérie Pécresse continue de stagner dans les sondages.

??? L'évolution de l'ensemble des sondages publiés pour le premier tour :

?Macron 29% ↘️ ⚫️Le Pen 18% ↗️ ?Mélenchon 14% ↗️ ?Pécresse 11% ↘️ ?Zemmour 11% ↘️ ?Jadot 6% ➡️ pic.twitter.com/ulxIu1T0DB

— mathieu gallard (@mathieugallard) March 24, 2022

Parmi les raisons qui affaiblissent sa candidature, certains accusent le silence embarrassant de celui qui reste le mento... Poursuivre la lecture

Le premier grand meeting de Valérie Pécresse au Zénith a fait salle comble mais n’a guère suscité l’enthousiasme. Son projet de « nouvelle France » se voulait rassembleur, il n’a pas convaincu les commentateurs qui l’ont accusé d’enchaîner les platitudes, de copier ses adversaires et même de surjouer l’autorité pour tenter de s’imposer.

Meeting tellement raté que des militants ont quitté la salle ! ?#PecresseZenith #ValerieDetresse pic.twitter.com/NNM1kxVHBt

— Goery_|?? (@Goery_) February 13, 2022

Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles