Pierre Moscovici, candidat à un poste de Commissaire européen ?

Pierre Moscovici en 2012 (Crédits Mathieu Delmestre-Parti socialiste, licence Creative Commons)

Pierre Moscovici pourrait être désigné commissaire européen d’ici la fin du mois de juillet.

Par le Parisien libéral

Pierre Moscovici en 2012 (Crédits Mathieu Delmestre-Parti socialiste, licence Creative Commons)

Pierre Moscovici, vous connaissez. C’est un homme politique français, socialiste et ancien de la ligue communiste révolutionnaire. Il est âgé de 56 ans et il a été ministre de l’économie entre le 16 mai 2012 et 31 mars 2014, soit pendant presque 2 ans.

Durant cette période, le chômage a progressé, contrairement à l’engagement de François Hollande d' »inverser la courbe », les déficits en pourcentage de PIB se sont maintenus au dessus des 3%, des nouveaux impôts et taxes ont été créés ou relevés, et la croissance a été atone. Certes, Pierre Moscovici n’était que l’exécutant, chargé de mettre en musique une partition impossible écrite par son chef, François Hollande. Et certes également, tout ne dépend pas du ministre de l’économie. Son rôle devrait être, non pas de laisser croire que François Hollande est autre chose qu’un cynique ou un incompétent, mais de créer un environnement favorable aux entrepreneurs (stabilité fiscale et juridique, notamment).

Mais ce qu’on peut affirmer sans erreur, c’est qu’en tant que ministre de l’économie, le bilan de Pierre Moscovici, pourtant parfait représentant de l’élite française – DEA de philosophie, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris (Sciences Po) et de l’ENA, promotion Louise Michel (1982-1984) – est mauvais.

Question : comment, avec des résultats pareils, le président Hollande ose-t-il proposer la candidature de Pierre Moscovici à un poste de commissaire européen ? Parce que l’autre candidature française, Élisabeth Guigou, n’est guère plus attrayante ? Quid de personnes compétentes mais qui n’ont apparemment pas fait acte de candidature ? On peut penser à Sylvie Goulard, par exemple ?

En tout cas, si l’objectif de Jean-Claude Juncker est de redonner du dynamisme à l’Europe, il ne nommera ni Moscovici ni Guigou. Mais si son objectif est autre… Et au-delà même des calculs de tel ou tel, les électeurs Européens ont été clairs. Ils ont donné une majorité aux conservateurs. Des socialistes n’ont donc absolument rien à faire dans l’exécutif européen.


Sur le web.