Valeurs de l’Occident, de quoi parle-t-on au juste ?

Statue de la liberté (Crédits : benonrtherun, licence Creative Commons)

Quelles sont les valeurs caractéristiques de la civilisation occidentale ?

Par Guy Sorman

Statue de la liberté (Crédits : benonrtherun, licence Creative Commons)

Les valeurs occidentales, on s’en gargarise, on les vante, on les maudit, on les oppose aux valeurs asiatiques, mais on ne s’aventure pas trop à les définir. L’entente ou la mésentente sur ces valeurs sera d’autant plus soudée que l’on ne sait pas de quoi on parle. Il se trouve que la FAES, Fondation pour l’analyse et études sociales, un Centre de réflexion hispanique présidé par José Maria Aznar, réunie pour son congrès annuel à Guadarrama, près de Madrid, le 5 juillet, m’a mis au défi de donner un contenu à ces fameuses et insaisissables valeurs. Après m’être torturé les esprits pendant des semaines, je suis parvenu non pas à un résultat final mais à une hypothèse : il me paraît, par comparaison avec les visions du monde rencontrées dans d’autres grandes civilisations, que la nôtre se distingue par un caractère unique, assez introuvable ailleurs, la capacité de critique et d’autocritique.

L’esprit critique, me semble-t-il, explique comment l’Occident est devenu le foyer historique de l’innovation et du progrès. Ainsi que l’expliquait le philosophe britannique Karl Popper, la science progresse avant tout en Occident parce que toute hypothèse scientifique est immédiatement soumise à un feu critique qui la confortera ou lui substituera une hypothèse plus persuasive. Dans la sphère islamique en revanche ou confucianiste, chacun est prié, voire contraint de se conformer à un modèle initial supposé parfait, d’origine coranique pour les Musulmans ou proto-historique chez Confucius. Dans ces deux cas, l’âge d’or est situé dans le passé tandis qu’en Occident l’âge d’or appartient au futur. Ces grands, trop grands principes, ne s’embarrassent pas ici de détails historiques et contradictions: ce sont, me semble-t-il, des tendances de fonds.

En admettant cette singularité occidentale comme à peu près fondée, on peut en repérer les origines – j’avance à pas comptés comme on marche sur des œufs – dans deux sources emblématiques, la Bible et la tragédie grecque. Dans le livre de Job, le lecteur assiste à une controverse – inconcevable dans toute autre religion révélée – entre Job, simple mortel et son Dieu. Parce que Dieu lui inflige des châtiments qu’il estime infondés, Job proteste, il critique Dieu. Dieu finalement cédera, il restaurera la bonne fortune de Job mais tout en arguant qu’étant Dieu, il n’a pas à se justifier. Job lui répond « Je me soumets », mais ce faisant il a tout de même le dernier mot ; rappelons que Dieu, après cet échange critique ultime, ne réapparaîtra plus jamais dans les livres suivants de la Bible. Adhérer à la théologie juive puis chrétienne, conduit donc à discuter de tout y compris de ce qui, a priori, est révélé d’en Haut. Si Jérusalem est la source première des valeurs occidentales, Athènes est la seconde, ou concomitante. On ne rappellera ici, dans un souci de simplicité, que la dispute entre Antigone et Créon, son souverain. Antigone (il s’agit des funérailles de son frère) s’oppose à l’autorité monarchique au nom de lois supérieures qui selon elles, s’imposeraient au Roi : l’autorité politique ne saurait donc être absolue, jamais, ce qui fait d’Antigone l’ancêtre de tous les militants de la démocratie et des Droits de l’homme.

Job et Antigone fondent la pensée occidentale mais en même temps, ne sèment-ils pas un certain désordre ? La critique de l’autorité portée à l’incandescence, critique de Dieu et du Roi, fera longtemps vaciller l’Occident entre anarchie et despotisme. L’équilibre sera trouvé au temps des Lumières par l’introduction de l’état de droit, une sorte de synthèse entre l’ordre social et la vitalité critique. L’essor de l’Occident, théologique, philosophique et politique d’abord, se métamorphosant en un progrès scientifique, technique, économique: le tout chaotique souvent, mais ininterrompu.

On m’objectera le « déclin de l’Occident » – une chanson aussi ancienne que l’Occident lui-même – et la montée en puissance des valeurs asiatiques qui l’emporteraient à terme, celles-ci étant fondées essentiellement sur le despotisme. Mais ce pessimisme historique propre à l’occident, une forme de l’autocritique, est contredit par les faits : si nous admettons que l’avenir appartient aux innovateurs, il apparaît qu’aujourd’hui, les deux tiers des brevets déposés dans le monde, une photographie de l’économie à venir, sont d’origine occidentale, États-Unis et Union européenne. Si on ajoute le Japon, partiellement rallié aux valeurs occidentales, voire la Corée du Sud, 80% des brevets sont d’origine occidentale, le solde revenant à la Chine et à l’Inde.

Enfin, ce que nous avons défini comme valeurs occidentales parce que nées en Occident ne seraient-elles pas tout bonnement universelles ? Par exemple, non négligeable, Liu Xiaobo, le leader démocrate et incarcéré, de la Chine, se réclame de la philosophie des Lumières occidentales : il les considère comme universelles, tout en restant complètement chinois. Si Liu Xiaobo, de sa prison, dit juste, il ne faudrait plus parler de valeurs occidentales mais considérer que l’esprit critique est universel, mais plus ou moins réprimé. Partout où l’oppression politique ou religieuse ou ethnique recule, il est avéré que l’esprit critique l’emporte et que le progrès des sociétés en résulte: les occidentaux s’étant en quelque sorte libérés les premiers, il leur appartient de rester libres, critiques et auto-critiques, fidèles à eux-même, et de soutenir ailleurs, tous ceux qui adhèrent à ce même désir de liberté.


Sur le web.