Climat, Antarctique, Groënland, les statistiques de la peur

Groenland (Crédits : Christine Zenino, licence Creative Commons)

À quelle vitesse le Groënland et l’Antarctique perdent-ils leurs glaces ?

Par E. Calvin Beisner and J.C. Keister
Un article de Watts Up WIth That.

Groenland CC Christine Zenino

À quelle vitesse le Groënland et l’Antarctique perdent-ils leurs glaces ?

Si vous faites confiance à l’Évaluation Nationale du Climat (NCA en anglais), vous allez penser, « très vite ». Et c’est à dessein. Le but est de provoquer la peur, pour que le public soutienne l’objectif du gouvernement Obama de dépenser des milliers de milliards de dollars pour combattre le réchauffement climatique.

Voici comment la NCA représente le taux de pertes des calottes glaciaires couvrant le Groënland et l’Antarctique :

clip_image0022

Des déclins assez forts, n’est-ce pas ? Ça fait peur.

Mais s’il y a une manière trompeuse de représenter des tendances, c’est bien avec des chiffres bruts sans aucun contexte de proportions. La NCA aurait dû représenter soit les pertes de glaces en pourcentages, avec un graphique allant de 0 à 100, soit en milliards de tonnes, mais allant de zéro au maximum pour l’endroit en question.

À quoi ressembleraient les graphiques dans ces conditions là ? Pour le savoir, il faut  connaitre la masse totale de glace au Groënland et en Antarctique, et le taux de pertes annuelles. Aucune de ces deux valeurs n’est connue de façon très précise mais, en partant de chiffres largement admis, nous avons fait les calculs. Quels sont les résultats ?

Le Groënland perd environ 0,1% de sa masse de glace par décennie, c’est à dire 0,01% par an. À ce rythme, ça va prendre un siècle pour perdre 1%. L’Antarctique perd environ 0,0045% de sa glace par décennie, à peu près 4,5 millionièmes par an. À ce rythme, ça va prendre environ 2.200 ans pour perdre 1%.

Et à quoi ressembleraient les graphiques une fois représentées les proportions ? À ceci :

clip_image0041clip_image0061

Non, les tendances ne manquent pas. Ce sont les lignes rouges en haut au niveau des 100% des graphiques. Leur pente est si faible que celle du Groënland est à peine perceptible, et celle de l’Antarctique, pas visible du tout.

Et qu’en est-il des effets sur le niveau des mers ? Les deux compris, environ 1 mm par an, soit environ 9 cm d’ici la fin de ce siècle.

Ça fait déjà moins peur, non ?

Mais là n’était pas l’intention du gouvernement Obama. Maintenant vous savez pourquoi il a recouru à des graphiques trompeurs.


Sur le web.