Nicolas Sarkozy, ce problème français

Nicolas Sarkozy à Davos (Crédits : World Economic Forum, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.

Les récentes affaires judiciaires autour de Nicolas Sarkozy soulignent les racines du problème français.

Par Stéphane Montabert

Nicolas Sarkozy à Davos (Crédits : World Economic Forum, licence Creative Commons)Quand Nicolas Sarkozy est apparu aux Français mercredi soir il avait tout de l’animal blessé – animal politique, blessure de fierté.

Aussi discret que pouvait être le personnage depuis sa défaite à la présidentielle contre François Hollande, il est revenu sous le feu des projecteurs au cours d’une opération médiatique parfaitement orchestrée, preuve d’une maîtrise étendue de sa communication et de son image, mais aussi de ses relais. Quel justiciable « comme les autres » a jamais eu accès à un tel accès en prime-time pour un plaidoyer sans contradicteur ?

M. Sarkozy ne pouvait bien sûr se contenter de jouer sa partition sans se livrer à sa tactique favorite, la contre-attaque. La justice française – muette dans le spectacle – est ainsi devenue une marionnette inféodée au pouvoir socialiste, pourchassant un innocent avec la dernière mauvaise foi. Les gentils, les méchants, TF1 ne diffuse pas du prêt-à-penser que pendant les pauses publicitaires.

La réalité n’est évidemment pas aussi simple. Comme le relevèrent de nombreux Français, il faut un certain culot pour prétendre être innocent et pur lorsqu’on est poursuivi par une demi-douzaine de chefs d’accusation portant sur autant d’affaires différentes.

Pourtant, il faut aussi le reconnaître, l’acharnement judiciaire existe lui aussi. On sait depuis plus d’un an que l’Élysée a mis en place un cabinet noir pour empêcher le retour politique de Nicolas Sarkozy. Une des deux juges d’instruction en charge de l’affaire est membre d’un syndicat fortement engagé à gauche. La Garde des Sceaux Mme Taubira a montré par une incroyable gaffe que non seulement elle ment effrontément (ce dont chacun se doutait depuis longtemps) mais aussi que le gouvernement suit de près les soucis judiciaires de l’ancien président.

Que lui est-il reproché ? Sur le dernier dossier en date, un mélange de soupçons fort peu étayés :

Les policiers cherchent à prouver que Nicolas Sarkozy aurait tenté d’obtenir des informations sur la décision que s’apprêtait à prendre la Cour de cassation sur le sort de ses agendas saisis dans le cadre de l’affaire Bettencourt.

Pour y parvenir, il aurait proposé un poste à Monaco à Gilbert Azibert, avocat général à la Cour de cassation, affirme-t-on. Problème, aucune parole ne le prouve de façon claire ; le poste en question n’a de loin rien de prestigieux ; l’homme ne l’a de toute façon pas obtenu ; enfin, ces conversations compromettantes n’ont été arrachées qu’après de longs mois d’écoute « à filet dérivant » entre un avocat et son client, au mépris du secret professionnel et des besoins de l’enquête pour laquelle elles avaient été réclamées en premier lieu…

On ne peut s’empêcher de penser que Nicolas Sarkozy a été mis sur écoute sur un prétexte, et gardé sous ce régime jusqu’à ce que l’on trouve quelque chose à se mettre sous la dent.

L’ancien président de la République n’est pas blanc comme neige pour autant. Slate fait l’inventaire des « dossiers » de Sarkozy et celui pour lequel il a été placé en garde-à-vue n’est ni le plus grave, ni le plus solide. De nouvelles affaires pourraient encore s’ajouter à la longue liste, notamment sa responsabilité dans l’affaire des fausses factures entre l’UMP et Bygmalion pour le financement de sa campagne de 2012, où il paraît impensable qu’il n’ait été au courant de rien. Et pourquoi quelqu’un qui se prétend innocent de tout a-t-il besoin d’acquérir un second téléphone sous une fausse identité ?

Si Nicolas Sarkozy a des raisons personnelles d’être furieux, c’est avant tout pour des questions de calendrier. Envisageant vraisemblablement son retour officiel à la rentrée, il aurait eu alors beau jeu de dénoncer les accusations le visant comme autant de tentatives d’obstruction lancées par François Hollande pour se prémunir contre lui en 2017. Mais en imposant leur agenda à Nicolas Sarkozy, les juges d’instruction l’ont pris de vitesse. L’actualité judiciaire l’a rattrapé dans sa retraite. Cela colorera d’une toute autre manière son avenir politique, où son retour est désormais perçu comme une fuite en avant à la Berlusconi pour espérer échapper à ses déboires judiciaires.

Entre des enquêtes trop liées au pouvoir socialiste et un politicien surjouant l’indignation, la confusion règne. Les socialistes sont empêtrés dans le discours sur l’indépendance de la magistrature alors que tout prouve le contraire. L’UMP hésite à soutenir un candidat gênant alors que tant d’ambitions se dévoilent pour 2017. En dépit de tout, les Français sont invités à renouveler leur confiance en leur classe politique puisque la thèse du « tous pourris » fait le jeu du Front National..

Des sondages au lendemain de sa prestation montrent que les Français sont très partagés. 47% se disent convaincus de son innocence, 49% de sa culpabilité : l’objectif de semer la confusion est donc atteint. Et si 69% des Français estiment qu’il n’y a pas eu d’acharnement judiciaire, 33% ne le jugent pas honnête.

Mais quelle importance devrait avoir l’opinion des Français dans une instruction judiciaire ? La culpabilité ne doit pas dépendre de la popularité. En prenant les Français à témoin sur ses déboires personnels, Nicolas Sarkozy a détruit les derniers restes d’honorabilité dont pouvait encore disposer les magistrats. C’est la tactique de la terre brûlée. Qu’il finisse condamné ou non, la crédibilité des juges est en miettes : le grand public ne verra plus que des desseins politiques à la moindre occasion. La Justice a été traînée dans l’arène médiatico-politique et n’en sortira pas indemne.

En France la politique semble phagocyter petit à petit tous les rouages de la société. Désormais même les notions d’innocence et de culpabilité s’effacent devant les considérations partisanes et les sondages d’opinion.


Sur le web