Les Français ne veulent plus de Nicolas Sarkozy

Englué dans des affaires de plus en plus graves, Nicolas Sarkozy est aussi lâché par les Français : deux sur trois ne veulent pas le voir candidat à la présidentielle de 2017.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Nicolas Sarkozy à Davos (Crédits : World Economic Forum, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Français ne veulent plus de Nicolas Sarkozy

Publié le 5 juillet 2014
- A +

Par Alexis Vintray.

Englué dans des affaires de plus en plus graves et dont on voit mal comment il pourrait être totalement innocenté, Nicolas Sarkozy récolte de moins en moins d’adhésion parmi les Français. Ainsi, selon un sondage BVA pour Aujourd’hui en France paru ce samedi, seuls 33% des Français souhaitent le voir candidat dans trois ans à l’élection présidentielle.

Nicolas Sarkozy candidat en 2017 (Crédits BVA tous droits réservés)

En dehors de l’UMP, les sympathisants de tous les partis ne souhaitent pas le voir candidat. 94% des sympathisants de gauche souhaitent, sans surprise, qu’il ne se présente pas à la présidentielle de 2017. Mais, plus inquiétant pour l’avenir politique de l’ancien président, 83% des sympathisants du Modem ne veulent pas qu’il se représente, et même 59% des sympathisants de l’UDI. À l’UMP seulement les souhaits de retour de Nicolas Sarkozy sont majoritaires, mais largement, à 78%. Au global à droite, plus d’un tiers des électeurs interrogés ne souhaitent pas le voir candidat en 2017.

img contrepoints447 sondageMalgré ce rejet de la candidature de Nicolas Sarkozy, en particulier dans l’électorat centriste essentiel pour remporter l’élection, 70% des sondés restent convaincus que Nicolas Sarkozy se présentera. Les affaires, nombreuses, visant l’ancien président, changent toutefois le tableau selon les sondés. Interrogés plus précisément sur ce sujet (Question : Avec les affaires en cours, pensez-vous que l’UMP peut tout de même présenter Nicolas Sarkozy comme candidat à la présidentielle 2017 ?), les sondés répondent toujours cette fois non, à 57%. Convaincus que l’ancien président tentera de se présenter, les sondés se demandent si l’UMP le laissera faire avec les affaires qui l’entourent.

Sa tentative de se disculper sur TF1 et sur Europe 1 en agitant la carte du complot n’a en effet que peu convaincu les Français : seuls 44% l’ont trouvé convaincant dans ses interventions, même si 88% à droite ont toutefois été convaincus. Ces résultats viennent confirmer ceux d’un précédent sondage sorti ce jeudi : deux tiers des Français ne croient pas Nicolas Sarkozy victime d’un complot politique, malgré ses affirmations.

Suivre l’auteur sur Twitter

Voir les commentaires (91)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (91)
  • Ce n’est pas du tout ce qu’on entend dans les cafés du commerce!

  • Vous nous avez habitué à meilleur et moins partial. Etonné que vous vous adonniez à l’exercice.

    • Mr Vintray se rendrait plus utile envers la communauté des citoyens-internautes en évitant de flinguer Mr Sarkozy de manière alignée sur le « mainstream médiatique ». Ce que nous attendrions plutôt de lui searit d’éclairer son public vers « là où il voit surgir l’homme providentiel » (ce qu’il ne se hasardera pas à émettre, bien évidemment) !
      Je soutiens donc l’opinion précédente : partialité et une forma de bassesse largement répandue parmi les médias. Contrepoints mérite mieux !

      • SI vous croyez que Contrepoints cherche à « éclairer son public vers « là où il voit surgir l’homme providentiel » « , alors vous n’avez rien compris à la ligne éditoriale, vous n’avez rien compris au libéralisme.

    • Il apparait, si on veut rester objectif et impartial, que toutes les affaires (Kadhafi, Karachi, Bétencourt, trafic d’influence, violation secret de l’instruction…) dont Sarko est accusé sont montées de toutes pièces. (je ne suis pas pro-Sarko) Ceux qui l’accusent espèrent que les gens finiront par dire : « Pas de fumée sans feu. »
      Toutes ces affaires vont être soigneusement orchestrées pour sortir opportunément aux échéances successives de l’échéancier politique français.
      Ceci dit, je pense que Sarko capitalise trop de haine contre lui pour pouvoir exercer à nouveau le pouvoir (même en étant innocent de ce dont on l’accuse).

  • Merci Contrepoints pour cette analyse pointue.
    Je propose que les élections soient définitivement supprimées pour laisser place aux sondages.
    Cela aurait pour effet bénéfique de virer le président actuellement en place sans attendre 2017…

    • Tiens une groupie de Sarkozy pas contente ! 😆

      • Oui y a un nid !

        J’ai déjà vu le film.
        En ce moment on projette le remake en série B.

      • Faut-il être groupie de Sarkozy pour constater que les sondages contribuent à façonner l’opinion autant sinon plus qu’ils ne la reflètent ?
        C’est le cas pour les sondages sur N.S. c’est le cas aussi pour ceux qui régulièrement indiquent le niveau de popularité de François Hollande.
        Vous semblez considérer que les sondages sont « purement factuels » ce serait le cas si les mêmes questions étaient posées au même panel mais vous remarquerez que les questions changent, parfois de manière subtiles sans que le public qui reçoit l’information sache exactement à quelle question il est répondu, et les instituts de sondage aussi.
        Le gros titre de cet article est :
        « Les français ne veulent plus de Sarkozy »
        C’est donc que selon l’auteur, un sondage effectué à un temps T autorise une affirmation sans précaution de ce que veulent ou non les français, sur Sarkozy mais aussi sur l’euthanasie ou la garde alternée ou les limitations de vitesse…
        Le sondage serait donc l’expression d’une volonté populaire et non plus une photographie de l’opinion à un moment sur une question.

  • Dommage que cet article soit si partial, il en perd en crédibilité.

    • Cet article n’a rien partial. C’est au contraire un article purement factuel : il ne fait que rapporter les résultats d’un sondage.

      • Sarkozy n’est pas encore condamné pour quoi que ce soit aux dernières nouvelles, et il n’est pas dit qu’il ne soit pas blanchi dans les nouvelles affaires où il est cité. En ceci, l’article est bel et bien partial, n’en déplaise aux sarkophobes dans votre genre.

        • Je reconnais l’acharnement et l’utilisation de moyens illégaux.
          Néanmoins Sarkozy est clivant, Hollande aussi l’est devenu.

          D’autre part il s’est fait prendre aux lois liberticides qu’il a fait votées. Bien fait.

          Pas entendu parlé de son programme.

          • « lois liberticides qu’il a fait votées »

            lesquelles?

            • C’est une blague ?

              Loi LOPSI dite Sarkozy I (2002): Fusion des fichiers du STIC et du JUDEX : 30 millions de personnes fichées : délinquants, criminals, vistimes et même témoins !
              surveillance et contrôle des informations circulant sur internet. Cette loi prevoit la conservation pendant un an d’un train d’information entourant les contenus échangés en ligne : adresses IP, pseudonymes, matériel utilisé, coordonnées de la personne, identifiants de contenu et même les login et mots de passe. contrôle du net. Elargit le prélèvement ADN à des simples délits hors de la présomption d’innocence (créé à l’origine en 1998 uniquement pour les crims sexuels). 75% n’ont fait l’objet d’aucune condamnation.

              Loi LCEN (2004) et 2006-064 : accès aux éléments ci-dessus sans l’autorisation d’un juge. Les mails ne sont plus de la correspondance privée (appréciaition au cas pas cas donc a posteriori !). Lecture automatisée des plaques d’immatriculation même sans infraction et conservation des données y compris des transports punlics (ferroviaire, péage, sncf, maritime… etc)

              Loi Peines planchers (2007) : atteinte à la séparation des pouvoirs. Le juge est lié par la loi, de façon mathématique et hors de toute appréciation pour l’application des peines et se fait convoquer par le parquet s’il essaie de s’en écarter.

              Loi sur la rétention de sûreté (2008) : instaure la peine infinie et l’intention de récidive !

              Fichier Edvige (2008, décret retiré) : devait recenser de manière systématique et généralisée, toute personne « ayant sollicité, exercé ou exerçant un mandat politique, syndical ou économique ou qui joue un rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif ». Sans exception, toutes les personnes engagées dans la vie de la cité sont donc visées.

              Ce fichier comprenait les informations suivantes : informations ayant trait à l’état civil et à la profession ; adresses physiques, numéros de téléphone et adresses électroniques ; signes physiques particuliers et objectifs, photographies et comportement ; titres d’identité ; immatriculation des véhicules ; informations fiscales et patrimoniales ; déplacements et antécédents judiciaires ; motif de l’enregistrement des données ; données relatives à l’environnement de la personne, notamment à celles entretenant ou ayant entretenu des relations directes et non fortuites avec elle.

              Loi LOPPSI II (2011) : Le piratage légalisé : La police, sur autorisation du juge des libertés, peut utiliser tout moyen (physiquement ou à distance) pour s’introduire dans des ordinateurs et en extraire des données dans diverses affaires, allant de crimes graves (pédophilie, meurtre, etc.) au trafic d’armes, de stupéfiants, au blanchiment d’argent, mais aussi au délit « d’aide à l’entrée, à la circulation et au séjour irrégulier d’un étranger en France commis en bande organisée », sans le consentement des propriétaires des ordinateurs
              La vente à la sauvette devient un delit puni de peine de prison de six mois !

              Censure de sites internet : un juge n’est pas nécessaire à la censure d’un site par la police, et aucun appel n’est possible à la suite d’une telle censure.

              Les écoutes administratives ne nécessitent plus l’interbention d’un juge qu’a posteriori dans les 15 jours qui suivent.

              Selon Ars Technica, Der Spiegel et The Register, la France s’est dotée de la loi la plus répressive du monde en matière de cybercriminalité, passant devant l’Australie, déjà réputée pour sa sévérité en la matière

              2012 : le fichier des immatriculations est vendu par le ministère au privé !
              Allez sur oscaro.com et vous verrez qu’ils vous connaissent.

              Mais bon, tout ça ne pose aucun problème aux gens qui n’ont rien à cacher !

  • Et il ne faut pas confondre, ne pas vouloir qu’il se présente, sous entendu : un autre correspondrait mieux. Et voter contre lui si jamais il se présente effectivement.

  • Je n’arrive plus à comprendre contrepoints, pourtant un site que j’affectionne. Avoir un autre candidat en tête pour 2017, plus libéral j’imagine, ça je peux comprendre. Mais à devenir plus anti-sarkozystes encore que les gauchistes et le FN, ce qui est le cas depuis un moment, ça me dépasse. À force de taper sur lui, en 2017, si par malchance le ou les candidats que vous avez en vue ne seraient pas en mesure de remporter les élections, vous aurez encore Hollande ou au mieux Marine Le Pen. Si c’est ça que vous voulez, alors je m’incline, c’est votre choix. Mais au moins soyez claires.

    • « Je n’arrive plus à comprendre contrepoints, pourtant un site que j’affectionne. »

      Pourquoi ? Vous ^pensiez que Contrepoints était un site pro-UMP !?? 😆

      • Je fini par penser qu’il est pro-PS…

        • On commence à se poser la question (après cet article d’une partialité qui dépasse l’entendement surtout la première phrase sans équivoque pour qui sait lire) de la récupération de la direction de Contrepoints par des lobbyistes (ou des barbouzes) de la rue de Solférino, en effet. Souvent des chèques ou des avantages en nature, voire des menaces d’interdiction de diffusion, suffisent.

          Après, dans les alignements politiques de la presse, il faut que le libéralisme de Contrepoints affiche clairement ses opinions et sa position, en cas de situation tripartite aux élections de 2017 entre Sarkozy, Le Pen et Hollande, qui seront avec une très forte probabilité les trois prétendants à l’investiture finale. Ensuite on pourra juger.

    • Libéralisme ≠ droite ou gauche actuelles.
      Sarkozy n’était globalement pas libéral, économiquement et politiquement.

    • Puis un libéral qui n’est pas intransigeant avec ses principes fondamentaux, n’est pas libéral.

      • Au-delà du libéralisme, Sarkozy est un problème pour la droite. Il est la seule raison de la victoire de Hollande en 2012, et sa seule chance en 2017.

        Je ne m’explique vraiment pas sa popularité relative chez certains. Il a quand même réussi a s’aliéner les libéraux évidemment mais aussi le centre-droit, les gaullistes et la droite sociale, et même la tendance nationale-sécuritaire (en trompant leurs attentes)… et il dégage une image personnelle plutôt antipathique (contrairement à Chirac, ou même à Hollande d’ailleurs). Comment peut-on être sarkozyste ?

        Il a même réussi… à se faire écouter. Échanger des informations confidentielles avec son avocat par téléphone prouve qu’il est idiot et qu’il a choisi un avocat incompétent. Un de mes proches à été impliqué dans une petite affaire de stupéfiant il y a quelque années : la première chose que lui a dite son avocat c’est de ne pas échanger d’informations sensibles par téléphone et de se déplacer au cabinet, alors même que les enjeux était insignifiants. C’est vraiment le b.a-ba. Le vrai problème c’est que cela signifie que Sarkozy ne prend sûrement pas la peine de chiffrer correctement ses communications sensibles depuis qu’il à quitté la présidence (et peut-être avant), et donc que les services de renseignements étrangers ont probablement eu accès à des tonnes d’informations sensibles à travers lui.

  • beaucoup de français ne savaient pas qu’ils n’étaient pas français .

  • Ce ne sont pas les sondages qui font les politiques, mais les politiques utilisent les sondages pour déterminer leurs tactiques, à leurs risques et périls.

    J’aimerais un fois voir le résultat de sondages où des questions telles que celles-ci seraient posées:
    1.- selon vous est-il dans l’intérêt du parti X que Monsieur ABC se présente à l’élection?
    2.- selon vous est-il dans l’intérêt du parti Y que Monsieur ABC se présente à l’élection?
    3.- selon vous est-il dans l’intérêt du parti Z que Monsieur ABC se présente à l’élection?
    4.- selon vous qui est votre candidat favori?
    5.- selon vous qui est le candidat favori des Français?
    6.- qui finira par être élu?

  • L’Italie a eu son Berlusconi avec une forte déterioration de son image, il ne faudrait pas que la France ait son Sarkozy !
    C’est pas Hilary Clinton qui dirait le contraire.

  • Pourquoi les mêmes questions n’ont-elles pas été posées simultanément pour Hollande ?

  • PS, FN, et certains de ses « amis » objectivement alliés, le lynchage médiatique continue. Mais d’ici 2017 …

    • Allons, les Français pourraient bien avoir appris qu’en choisissant un homme plutôt que des idées et des méthodes, ils sont forcément perdants. Et ils ont aussi le temps de découvrir pas mal de choses d’ici 2017, en business et non en affaires.

  • Le sondage a eu lieu avant l’intervention de NS sur TF1. Personnellement, j’ai été assez convaincu par ce qu’il a dit, alors que je ne souhaite absolument pas qu’il soit de nouveau Président à cause de son étatisme primaire.
    Je n’aime pas NS parce que je suis libéral, alors que la plupart des français n’aiment pas Sarkozy parce que les socialistes ont fait pendant 5 ans une campagne de dénigrement qui a porté ses fruits et que de nombreuses personnes, tout simplement « ne l’aiment pas », alors que son premier défaut fut qu’il voulait qu’on l’aime.
    Qui aura le courage de faire ce qu’il faut pour redresser le pays?
    Pour le moment personne et c’est bien ce qui me désole.

    • J’aime machin, je n’aime pas truc… MDR vous voulez vivre avec ?
      Et le programme comme dit MichelO ? !

      • Je ne vous suis pas…
        Pourquoi parlez-vous de programme ?
        N.S. ne s’est pas prononcé sur son retour en politique, il réagit sur la manière partisane dont selon lui, certains juges instruisent les affaires dans lesquelles son nom est cité ( écoutes, garde à vue, juges d’instruction en charge lui ayant clairement notifié leur hostilité politique par écrit )

    • Oui, la façon de présenter « l’affaire Tapie » (il n’y a pas d’affaire Tapie, il y a une affaire Crédit lyonnais, pardon, des tas d’affaires) est à gerber.

      Même la très sainte Cour des compte a déféqué un « rapport » sur le sujet. Elle en a vraiment mis partout, c’est un carnage.

      Tout est bon pour démolir Sarko (que je déteste viscéralement, pour bien cadrer les choses).

  • Il a une chance, infime soit-elle. Il ne faut pas oublier qu’en France, il y a un bon « terreau » .
    Un petit lien : http://www.defensedescitoyens.org/AECC/courses/COURSES%20ET%20MSA/LES%20TROIS%20FR%C8RES%20WEB.htm

  • Allons bon, voilà que Contrepoint se met au diapason de la lèpre médiatique partiale.
    Ça ne grandit pas.

    • En fait, ne pas évoquer un sondage sur Sarko serait partial !

      • Peut-être sauf que les 18, 20 % bloqués depuis des mois sur Hollande me donnent les mêmes soupçons.
        On peut ne pas aimer Sarko et aimer encore moins être pris pour un c.n et se faire enfumer à grosses particules.
        Il serait préférable que les adversaires s’affrontent sur le terrain des idées, quand il y en a (on est d’accord, ce n’est pas gagné !) que d’utiliser ces méthodes qui décrédibilisent tout le monde politique et leur officines : la presse et les sondeurs.

  • Erreur de ma part : « pour l’empêcher de revenir se présenter devant les français en 2017 ».

  • Voila que le forum de Contrepoints se transforme en mur des lamentations pour partisans UMP …

    Patientez. Ici on tire à vue sur tous les politiciens. On a les hommes de pouvoir en horreur. Seules nous intéressent les idées pour nous sortir du merdier. (Et si Sarko avait des idées, ça se saurait)

  • Bonjour
    Les sarkolâtres sont de sortie lol

    • Dénoncer une machination politico-mediatico-judiciare n’est pas être Sarkolâtre. Comme personne ne parle des non-lieux et de la présomption d’innocence et qu’ici, sur contrepoints, site d’idéologie libérale auto-proclamé, on censure toute autre opinion, alors autant le dire : si les libéraux de Contrepoints exècrent l’opinion d’autrui car elle ne va pas dans leur sens, où celle-ci pourrait-elle donc s’exprimer, car le mainstream restant des médias français interdit de penser dorénavant que Sarkozy pourrait-être blanchi à terme de toutes les accusations dont il est l’objet. L’homme n’est pas jugé, mais il est délibérément coupable aux yeux de l’opinion. Voilà ce qu’on appelle en termes choisis un complot médiatique. On comprend la haine de la gauche et des fonctionnaires contre Sarkozy, il voulait réformer l’État et diviser leur nombre par deux comme de mettre un terme aux subventions et niches fiscales de la presse. Logique ! On ne s’attendait pas à moins de ces deux catégories de populations.

      Il est plus étonnant de voir un site libéral joindre la meute des pleureuses anti-sarkozistes alors que lui-même est un admirateur fervent du libéralisme même s’il n’a pu l’exprimer politiquement lors de son mandat compte tenu de la crise mondiale de 2008, a préféré protéger les français et la France par son parapluie social en ces temps plus que troublés. Pas une erreur de diagnostic de sa part mais un bilan terrible quant au prix de cette protection des français : 600 milliards de dettes supplémentaires… mais un quitus pour bonne gestion de la part de la Cour des Comptes !

      Malgré la pensée unique qui attribue la « théorie du complot » à un marqueur d’extrême droite ! Donc, pensée unique, on ne peut plus rien dire à Contrepoints comme ailleurs ! Verbotten ! Doigts sur la couture, même à Contrepoints ! Dommage, Contrepoints avait des atouts et des charmes évidents, mais on se lasse de tout, surtout de l’alignement de la presse sur la pensée unique !

      Allez, zenzurez-moi tout za !

      • Une chose est certaine et avérée concernant Sarko c’est qu’il ne sait vraiment pas s’entourer et quand on vise le pouvoir (absolu) qu’est la présidence à la française c’est une incompétence grave.

      • Bonjour fraserve
        On se calme..
        Sarkozy n’a jamais été libéral, donc..
        Son libéralisme s’arrêtait à dîner avec les Bétancourt et autres Bolloré.
        Si vous n’avez pas compris que la pensée libérale est bcp plus riche que la défense des nantis, passez votre chemin.

        • Le libéralisme n’est pas monolithique (un bloc) ni univoque (une voix), c’est bien ce qui fait sa richesse et sa force, je suis entièrement d’accord avec vous.

          Sarkozy a fait une carrière exemplaire dans le privé en tant que libéral en même temps qu’il se lança en politique. Il doit sa fortune à ses activités de conseil et d’avocat d’affaire, pas à la politique. II voulait réformer (et éteindre) le socialisme Français (qu’il déteste viscéralement) par la prise de pouvoir et il s’est fait absorber par l’étatisme récurrent de la France, ses vaches sacrées et ses immobilismes notoires, c’est tout. Il s’est heurté de plein fouet au mammouth français, qui n’est plus d’ailleurs qu’un cadavre en pleine décomposition, au grand dam de ses géniteurs les marxistes-léninistes-communistes-cégétistes-trotskistes-socialistes… Ne considérons pas comme identiques son échec (apparent) à le réformer (il a drôlement fait évoluer les mentalités dans le sens du libéralisme par son volontarisme e ses discours empreints de vérité sur la France, que les français lui ont toujours reconnu et jamais reprochés, sauf la gauche nécrosée et « morte » (selon les propres termes du rapeur MValls).

          Sarkozy est fondamentalement libéral, que vous soyez ou non pour lui. Si vous n’avez pas compris cet engagement, alors, il vous faut relire ses programmes de 2007 et 2012. Après vouloir réformer à l’heure actuelle et depuis 1981 la France dans un sens libéral est considéré comme un viol et un crime social par les forces de gauche qui descendent immédiatement dans la rue pour dénoncer… on ne sait plus quoi à force ! J’aurais aimé vous y voir, vous, les libéraux théoriciens de ce blog, sur le terrain.

          D’autre part, vous n’avez pas reçu à vous tout seul la flamme de l’esprit-saint libéral, ou alors veuillez me présenter le mandat céleste que vous détenez à cet égard. Ma famille est originaire de près de Tocqueville, dans la Manche. Là-bas souffle le vrai esprit libéral ! Allez donc le respirer pour comprendre ce qui vous manque au lieu d’énoncer de grandes théories et des anathèmes. Chez moi, il est génétique.

          • Bon a part le statut d’auto entrepreneur, Sarkozy a augmenté les impots sans baissé les dépenses.
            Je n’ai pas la flamme du libéralisme pure, je respecte les anarcap et les liberaux conservateurs, mais dire de sarkozy a fait une politique libérale non!

            • Vous savez bien comme moi que la France ne peut se réformer que dans et par le chaos, c’est historique. Malgré la bonne volontgé et l’idéologie première de ses dirigeants. Madelin a été éjecté pour avoir énoncé son libéralisme face aux médias comme seule vertu (à raison) pour sauver la France, à contre-courant d’un système étatique et collectiviste totalement autiste. Sarkozy a intégré le système jusqu’au sommet pour le réformer d’en haut et a peut-être oublié en chemin (je ne le pense pas même s’il a du composer avec ses intentions premières) son origine libérale.

              Il a augmenté les impôts pour faire face aux conséquences d’une politique socialiste et la faillite imminente (35 heures, retraites, fonctionnaires, comptes sociaux…) que tous les élus de droite doivent assumer depuis 1981, malgré les déficits accumulés et face à la rue de gauche.

              • Echange intéressant, mais après avoir été ébloui par le candidat de 2007 (quand il dit en prime time qu’il « ne fallait pas avoir peur du libéralisme » dire ça à la télé, quelle audace en Socialie française) au bout de 2 mois j’ai compris qu’il ne brasserait que de l’air : laisser passer un ÉTÉ (quel meilleur moment pour remuer la merde sans mettre tous les guignols surprotégés dans la rue?) avec un tel écart de voix (légitimité fraiche et écrasante) sans faire de vraies réformes, c’est à mes yeux laisser filer la dernière chance pour ce pays de changer de cap.

                Il fut un excellent candidat, mais rien d’autre malheureusement.

                • Il a essayé, il a ouvert des glacis, il a ridiculisé les convenances et les mensonges, les esprits partisans et les idéologies, l’illégitimité foncière du syndicalisme à la Française, pour les mettre face à eux-mêmes (un miroir parfait de la médiocrité politque et syndicale française de gauche comme de droite) et aux réalités grâce à des discours qui sortaient de 50 années de conventions et de complasiance face au Pacte de Varsovie et son idéologie mortifère qui nous empeste encore les cabinets de l’histoire acutelle et récente, malgré la chasse d’eau.

                  N’est-ce pas déjà énorme et aussi ce pourquoi NS est dans cette situation politico-judiciaire aujourd’hui ?

                  Ne le menace-t-on pas aujourd’hui uniquement parce que son discours vrai trancha avec la langue (de pute) de bois et la pensée unique ?

                  N’a-t-il aps été le premier trucideur en chef de la pensée unique que Chirac (et ses 40 voleurs) n’avaient pas récusés pusqu’ils étaient copains comme cochons avec cette gauche bien pensante ?

                  Chirac et Mitterrand comme Hollande préféraient le poste aux convictions. Il est évident que Sarkozy préférait les convictions au poste, sinon il aurait été réélu. Hollande est le digne héritier corrézien de Chirac, en bons rad-soc tous les deux.

                  Il y a dans la politique française un avant et un après Sarkozy. Après lui, rien ne fut plus jamais comme avant. On oubliera qui lui a succédé. On n’oubliera pas Sarkozy. Sarkozy est le marqueur politique de notre début de siècle en France, l’axe autour duquel tournent les débats. Les autres sont soit des suiveurs, soit des imitateurs, soit des disciples, soit des opposants, mais tous sans exception se définissent par rapport à lui.

                  Se définit-on par rapport à Hollande ou Chirac ? Non ! On se définit par opposition à ou en accord avec des principes forts, pas en opposition à ou en accord avec des principes mous, mouvants ou inexistants. Se souvient-on des hommes de pouvoir qui ont précédé ou suivi Napoléon ? Moi comme vous, néant ! Sarkozy reviendra ou pas, mais il aura marqué son époque, que vous le vouliez ou non.

          • « Sarkozy est fondamentalement libéral »

            et il a fait la loi HADOPI.

            Pour séduire Carla?

    • L’auteur de cet article écrit :
       » Englué dans des affaires de plus en plus graves et dont on voit mal comment il pourrait être totalement innocenté, Nicolas Sarkozy récolte de moins en moins d’adhésion parmi les Français.  »
      C’est un libéral qui parle… à priori donc peu enclin à condamner pour délit de sale gueule et pourtant il n’a pas besoin d’instruction même uniquement à charge ou de procès pour savoir que l’ancien président est « englué » dans des affaires de « plus en plus graves » dont il ne pourra pas être totalement innocenté…
      La messe est dite !
      Il n’est pas besoin d’être « sarkolâtre » pour y voir un certain parti pris…

      • Vous semblez détenir des preuves personnelles de sa culpabilité. Pas moi, les juges non plus apparemment ! Dans le cas contraire, les juges et les médias de même, produisez-les, ces preuves ! Ce qui semble la chose la plus difficile à tout le monde, en apparence. En attendant, on se sert des médias et de la vox populi comme courroie de transmission de la médisance et de la diffamation pour condamner un homme (c’est pitoyable et infamant pour ceux qui se prêtent à ce jeu comme le public dans l’arène face à des gladiateurs ou des taureaux condamnés à mort par essence, ce qui laisse une piètre image de notre médiocratie), qui pour l’instant est considéré comme innocent, en attendant que la justice le détermine comme coupable des chefs d’accusation qui lui ont été énoncés par les deux juges d’instructions syndiqués au SM d’extrême gauche auteur du Mur des Cons. A partir de « preuves » fausses, « faux et usages de faux », de la part d’un journal dirigé par un trotskiste d’extrême gauche (le financement Libyen) qui a obtenu la peau de l’ex-président en émettant des faits inventés entre les deux tours de la présidentielle de 2012. Seuls ces faits sont réels et vérifiés pour l’instant dans cette histoire ! Le reste est de la broderie médiatique et des oui-dires, des allusions et des « certitudes » de gauche (on sait le poids d’une parole de gauche désormais après 30 années de mensonges) relayées par une presse qui fait du beurre et de la crème avec ces histoires.

        Que des suppositions, aucune preuve, contrairement à l’affaire Cahuzac dont on ne parle plus d’ailleurs. Un écran de fumée à gauche, comme d’habitude, pour masquer l’incompétence crasse et les résultats électoraux pires que calamiteux. Là on n’est pas surpris par la gauche. Jamais d’ailleurs ! Rien de bien tangible dans « les affaires Sarkozy », on en dresse la liste mais elles ressemblent toutes à des coquilles vides, trouvées à la va-comme-j’te-pousse par des filets dérivants dans des écoutes illégales et dignes de la STASI, c’est tout. Ce sont pour l’instant les seuls faits avérés, le mépris de la justice, des politiques et des médias pour la loi.

        En Italie, ces procès d’intention sans preuve sont bannis de la loi, car ils sont considérés comme immoraux. Un juge met en examen une personne quand les preuves sont sur la table, pas quand il n’y a que des présomptions. Les Italiens sont horrifiés de ce qui se passe en France avec Sarkozy. Ils ne le comparent pas avec Berlusconi qui lui a eu maille à partir avec la mafia, comme le Vatican par sa Banque du même nom. Là, ce sont des faits avérés et vérifiés, pas des oui-dires lâchés dans la presse pour qu’il perde une élection que ne voulait pas laisser échapper la gauche, quels que soient les moyens employés, même les plus abjects et les plus vils de notoriété publique via le Médiapart dirigé par le copain de Hollande.

  • « Englué dans des affaires de plus en plus graves et dont on voit mal comment il pourrait être totalement innocenté »

    Beurk.

    Je n’ai pas vomis, mais quand même.

    • J’ai prouvé par un commentaire long de 50 lignes l’abjection de cette phrase introductive en début d’après-midi. En 5 minutes montre en main, mon commentaire a été censuré par Contrepoints. Eh, oui, censuré ! J’croyais qu’à Contrepoints on aimait le débat, ce qui faisait la force de son forum où des intelligences de tous bords se rencontraient dans une unité de volonté de réforme drastique de la société française percluse de maladies létales. Visiblement, il y a ici comme partout des controverses autorisées et d’autres moins.

  • Etant, moi-même Filloniste, je ne sais pas ce que décidera François Fillon si Nicolas Sarkozy se déclare candidat en 2017.
    Dans l’Express Fillon a expliqué sa divergence de vue avec Sarkozy sur les remèdes à apporter pour redresser le pays.
    Sarkozy étant davantage pour prendre des mesures consesuelles et attendre le redémerrage économique.
    Fillon ne croit pas à l’efficacité des mesures consensuelles. Il veut taper fort durant les 6 premiers mois d’un quinquennat entouré d’un gouvernement « commando » formé de gens d’une fidélité absolue et qui sont en accord avec lui; et non pas en allant chercher des ministres selon un casting de compromis où on retrouverait des gens qui mettront 6 mois pour comprendre les dossiers dont ils ont la charge.
    Cela étant, si Fillon abdique face à Sarkozy, c’est qu’il pensera que Sarkozy est le mieux placé pour gagner.

    • Avant Sarkozy Ier, le premier ministre était la pour faire le sale boulot et servir de fusible, pendant que le président jouait le Père de la nation.

      Mais ça, c’était avant …

    • Manquait plus que richard_ump
      Ca va saigner entre les fillonistes les sarkolâtres et les copeistes qui sont à l’affût lol

      Le malheur, c’est que c’est nous qui vont douiller. pas_lol

    • Toutes les saillies de Fillon ces dernières années m’ont laissé un gout amer de rectitude idéologique à la française (tambouille keynésienne avec plein d’autres ingrédients antilibéraux). Si cet homme était libéral, je crois que :

      1. Les libéraux que nous sommes tous sur ce site dans notre diversité l’auraient reconnu comme tel.
      2. Les journaleux et tout ce que compte ce pays de collectivistes l’auraient depuis trèèèès longtemps flingué définitivement.
      3. Il n’aurait pas pu tenir tout un mandat à brûler de l’argent publique comme ça a été fait sans faire d’ulcère. Un grand homme d’Etat libéral aurait, je pense, donné sa démission devant l’impossibilité de faire les bons choix, notamment de réformes lourdes (et très douloureuses). Puis, pourquoi pas, utilisé un grand média pour pousser un coup de gueule, expliquer les raisons de son départ, et surtout dresser un constat (fatalement ultra-violent!) de l’état réel du pays.

      Il se serait trouvé au chômage (politique), sans doute à vie, mais l’Histoire sait reconnaître les hommes qui posent des actes courageux.

      … Rien vu de tout ça en 5 ans. Juste des dépenses, des lois, des dépenses, des lois, des déficits, de la dette, des lois.

  • Il me semblait qu’une de nos plus grandes forces en tant que libéraux, était l’attachement à la vérité sans fard, à l’honnêteté intellectuelle. Or présenter ainsi ce sondage me semble faire défaut à cette éthique. Dire par exemple que Sarkozy s’enfonce dans des affaires de plus en plus graves est marqué le parti pris. Je ne vois pas en quoi abuser de la faiblesse d’une personne pour s’enrichir serait moins grave que ce pourquoi les juges le mettent en examen maintenant, à seul titre d’exemple.
    Présenter les résultats du sondage en titrant « les français ne veulent plus de Nicolas Sarkozy » comme s’il s’agissait d’une conclusion logique à ses déboires est trompeur.
    Rappelez moi avec quelle proportion de français le pouvoir actuellement en place et qui truste la quasi totalité des pouvoirs exécutifs de l’état et des collectivités locales a-t-il été élu? Hollande a fait 22,3% des inscrits au 1er tour. Total des partis de gauche au premier tour des législatives: 22.5% des inscrits. Au deuxième tour, 26.6%.
    Rappelez moi ce que le niveau de confiance des français dans leur classe politique ou les partis de gouvernement. Pour mémoire, un même sondage BVA du 15 mars annonçait que près de 7 français sur 10 considèrent « que les personnalités politiques sont le plus souvent corrompues » et que cela rejaillit sur l’ensemble de la classe politique pour 80% d’entre eux.
    Plusieurs blogueurs libéraux se sont posé la question de ce qui anime tant la haine envers l’ancien président. Je pense qu’un facteur non négligeable est la rancoeur. Rancoeur de ceux qui se sont sentis trompés par le non respect de ses engagements et rancoeur de ceux qui estiment qu’il leur a volé l’élection. C’est d’ailleurs assez classique à gauche, celle-ci ayant beaucoup de mal à trouver légitimes ceux qui ne sont pas de son bord ou ne défendent pas leurs valeurs.
    Par ailleurs, si on veut se livrer à une analyse politique, ce sondage peut apporter un éclairage intéressant. Ainsi les français qui ne sont pas marqués « à gauche » semblent rechercher avant tout un candidat qui assurerait le départ des socialistes (entendre François Hollande) du pouvoir.
    Or tout le travail de sape effectué par la gauche a consisté précisément à présenter Sarkozy comme clivant. Pour ce faire, elle a poussé les habituels « modérés » (comme Juppé) à se mettre en avant comme figures de recours providentiel. Elle a par ailleurs facilité autant que faire se peut l’émergence du FN comme parti de pouvoir.
    Pour le reste, ce sont les premiers temps de son mandat qui lui ont coûté le plus cher. Et pourquoi? Essentiellement par sa démarche résolument atlantiste que rien ne nécessitait sinon l’inscription du destin de la France au sein d’un ensemble européen et transatlantique, ce qui lui a valu de fortes inimitiés à gauche comme à droite qui furent relayées ensuite à cause de la crise; et par sa volonté de réforme, en proposant de casser le glacis des chapelles, corps intermédiaires et autres avantages acquis, se faisant de nouveaux ennemis jurés. De surcroit, il a été très maladroit dans cette dernière séquence. A-t-il cru que le temps de la transparence et de l’âge adulte étaient venus à la politique française? Contrairement aux caciques du PS et autres partis de gauche qui cachent ou minorent leur situation, il a dévoilé la sienne au grand jour. Plutôt que de donner des gages à ses extrêmes (comme l’a fait Hollande), il a choisi de rechercher des politiques au delà des clivages. Une sorte de pacte républicain avant l’heure. Et il a été systématiquement attaqué pour cela. On lui a reproché ce qu’on passait aux autres. S’afficher avec Berger ou Pigasse était une marque de réalisme, de renouveau et de progressisme, s’afficher auprès de Bolloré était une provocation insupportable.
    Quant aux commentateurs professionnels, comment ne pas s’interroger sur la présentation quasi unanime du FN comme un parti de droite quand bien même son programme s’apparente à celui d’un parti étatiste et collectiviste? La réalité est que nombre de ceux qui ont voté FN, l’ont fait en réaction au régime des partis qui verrouille la politique française depuis des décennies, procédant à un vaste jeu de chaises musicales lors des élections, veillant à ne surtout pas déstabiliser le fameux statu quo… et préserver les rentes, qu’elles soient politiques ou de connivence.
    On met en avant les 65% des français qui ne souhaitent pas que Sarkozy se présente. Pourquoi ce chiffre plutôt que celui qui donne 70% des français convaincus qu’il se présentera? On aurait alors eu droit à un titre tel que « Sarkozy sera présent à la présidentielle pour une très grande majorité de français ». De même, il n’aurait pas été convaincant quant à sa prestation. Mais le clivage est quasi parfait entre gauche et droite: pas convaincant pour 89% des sympathisants de gauche et convaincant pour 88% des sympathisants de droite.
    Quant à la présentation de l’opinion des sympathisants du Modem et de l’UDI comme essentiels à la victoire d’un candidat de droite, cela me laisse songeur. Ce sont des partis d’élus. D’ailleurs BVA se garde bien de donner le détail de ses résultats. Nulle part est-il indiqué combien de ces 1057 personnes se revendiquaient sympathisantes de ces deux partis, et annexement le taux d’erreur que cela implique lorsqu’on se réfère à des données d’une telle taille… On eut aimé aussi connaître la proportion de sympathisants de gauche et de droite.
    Enfin, tout cela relève de l’encombrement médiatique, où les véritables enjeux sont occultés, les débats manipulés et les opinions radicalisées. Pas terrible comme résultat.
    Bref, j’attends mieux de Contrepoints. Ce qui ne veut pas dire que toute opinion n’a pas le droit de s’exprimer. Au contraire. Mais une opinion ne peut être une réécriture des faits ou une présentation partiale. Nous soufrons de ne pas trouver le moyen d’agir et d’influencer la politique de notre pays et au delà. Ce n’est pas en reproduisant les travers des nos représentants actuels que nous le ferons.

    • SARKOZY N’EST PAS LIBERAL

      • Il n’y a pas de parti libéral français. Alors pourquoi moins lui que les autres ?

      • Qu’il soit innocent ou coupable, ce que j’ignore, Nicolas Sarkozy a déjà été président et il a échoué après n’avoir respecté aucune de ses promesses. Qu’il retourne au Cap Nègre, ou à la Santé, n’importe où en fait, sans avoir l’impolitesse de le paraphraser.

      • Euh… vous répondez à quoi et à qui gillib?
        Non, Sarkozy n’est pas libéral, et moi JE NE SUIS PAS SOURD… 😉

        • Sarkozy aurait été libéral, il n’y aura pas eu l’affaire Betancourt, il n’y aurait pas eu l’affaire Bygmalion, l’affaire Tapie, l’affaire karachi, etc…
          Apres on peut discuter sur une confluence d’intéret ente les juges de gauche, les média de gauche, la garde des sceaux de gauche, il reste pas moins que ses compte de campagne ont été invalidé.
          Présenter Sakorzy comme une victime du pouvoir socialiste, c’est comme pleurer sur une lutte à mort dans un panier de crabes.
          Oui je suis pour une justice indépendante ce qui n’est pas le cas en france, mais la droite était au pouvoir pendant 10 ans elle aurait pu faire les reformes ad hoc à commencer par la garde à vue qui est une méthode d’investigation d’un autre temps.

          • Qu’est-ce que l’affaire Tapie?

            Vous voulez dire l’affaire Crédit Lyonnais? Qui était au pouvoir?

            Pierre Bérégovoy, Michel Sapin, Mittrand…

    • Enfin une analyse qui a du fond ! Ca commençait à manquer sur Contrepoints, à part les blagues potaches des derniers diplômés tout frais tout neufs, sûrs de leur science et de leurs références livresques mais peu riches d’expériences de la vie, car nés à la fin des années 1980, ce qui enlevait quelque peu de crédibilité à certaines analyses un peu superficielles…

  • Si en 2017, on a le choix qu’entre la peste (FH) et le choléra (NS), la France n’est pas près de trouver une sortie à sa dette et son marasme eéconomique…

    • Oui. C’est plutôt ça le fond du débat: comment peut-on en arriver là et que faire pour l’éviter?

      • Pour 2017 le candidat devra savoir : tenir un budget, faire prospérer une entreprise, et créer des emplois marchands. Un créateur / chef d’entreprise ayant connu l’expatriation serait idéal.

        Fin 2016 l’UMP invite Denis Payre a ses primaires, puis le choisit comme candidat.
        Elu Président de la République, Denis Payre, grâce à ses réseaux dans le monde de l’entreprise, et à son réseau Nous Citoyens dans la société civile sera à même de libérer le pays de sa caste dirigeante : politiciens professionnels, journalistes vendus, haut fonctionnaires et magistrats politisés, capitalistes de connivence…

        En 1958 lorsque De Gaulle a redressé le pays, il avait la coopération des meilleurs,car il suscitait la gratitude pour la France Libre. Après 40 ans de décadence chercher un leader qui a fait oeuvre utile. L’entreprise et l’expatriation sont le vivier des compétences nécessaires.

        • Denis Payre… bonjour l’interventionnisme

          Ce message du mois de mai résumait bien le bonhomme

          http://www.contrepoints.org/2014/05/15/166052-elections-europeennes-4-questions-a-denis-payre#comment-847868

        • Pourquoi pas si ces figures nouvelles allient talent, compétence, expériences hors administration, expériences internationales au plus haut niveau, multilinguisme, honnêteté… Je crois que nous tous, les français, en avons marre de la classe politique actuelle vérouillée et profondément malhonnête parce qu’oligarchique et que de nouvelles têtes originales et iconoclastes émergent serait une merveilleuse nouvelle.

          Après, est-ce que les grands corps de l’Etat noyautés par les lobbyistes de la banque vont accepter une candidature marginale ? Exemples Tapie (pas de diplômes) ou Béregovoy (un CAP de métallo)… C’est fort peu probable.

          La France n’est pas les USA, le talent personnel ou la fortune, la réussite professionnelle privée n’est pas suffisante (cas Sarkozy, qui n’est ni énarque, ni rien pour « ces gens-là » d’où la haine viscérale et ses ennuis à répétition).

          Le réseau est prépondérant en France, des cercles d’influence faire partie aussi. Interalliés, Siècle, tribunes VIP du Stade de France, Golf, Institut Montaigne, Club des Cents, Aspen France, Marrakech, ENA, HEC, Sciences Po, Mines, Ponts, Polytechnique, Centrale… il faut en être.

          Sarkozy n’était RIEN DE TOUT çA, il aurait raté son dernier examen de 5ème année de Sciences Po selon mes sources (à vérifier). Quand on pense que 6000 énarques font la pluie et le beau temps en France, cela laisse rêveur ! L’analyse CSP des Ministères et de l’Assemblée Nationale aussi.

  • Comment des adeptes à la philosophie libérale pourraient souhaiter le retour d’un mégalo avéré qui ne rêve que d’une seule chose, jouer avec les manettes du pouvoir de l’état !?!

    • Je doute vraiment que ayez compris quoi que ce soit à la fonction d’élile, depuis la base jusqu’au sommet de l’Etat, où une certaine forme de mégalomanie, d’intérêt certain pour la chose publique, d’égotisme, de nombrilisme et de narcissisme, souvent pervers se mélangent en un seul cerveau pour arriver à une fonction d’homme d’Etat (ou pas). De nouveau, je vous conseille la lecture du brillantissime essai « Ces malades qui nous gouvernent ». Car au cas ou vous l’auriez oublié, le pouvoir est une pathologie, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle la plupart des gens ne veulent ou ne peuvent pas l’exercer. Et que vous comme moi préférons que ce soient les gens « élus »(par nature) pour ces rôles qui les exercent plutôt que nous. Mon père était élu (de base) ce qu’il a empêché d’aller plus loin dans les dégats mentaux, mais il a connecté les grands de ce monde et sa description n’était jamais idyllique. Je voyais déjà ce que donnait les réunions de conseils municipaux ou de conseils départementaux quand il rentrait à la maison, en colère et dans un état de stress hallucinant compte tenu de la malhonnêteté de certains propos et attitudes ! Il était d’une ancienne génération pour laquelle « pouvoir local » était uniquement synonyme de « bien public ».

      • Merci pour ce témoignage très personnel ceci dit, la mégalomanie des uns et des autres peut être dosée différemment entre un Juppé à l’âge de la sagesse (si elle existe chez les politiciens) et un Sarko qui a visiblement des comptes à rêgler et des tocs compulsifs qui en disent longs.

  • Étonnamment, le lien mis par Vintray sur sa phrase choc qui débite son article à charge ne convainc personne, car dans tous les dossiers que l’on constate dans cet article de RTL, aucune condamnation n’est pour l’instant produite 7 ans après les faits. Aucun jugement n’est en route alors qu’on se rapproche de 2017 à grand pas. Quelle coïncidence, comme par pur hasard ! Quelle fabuleuse chronologie des médias, comme on dit dans d’autres professions tout aussi spectaculaires (le cinéma) !

    Du grand art signé « la gauche ».

    L’article ne fait état que de SOUPCONS. Est-cela la justice ? Il est soupçonné de , il est soupçonné de , il est soupçonné de… La presse de gauche ne le soupçonnait-elle pas non plus d’être Hitler, Pétain, Nazi… J’en passe et des meilleures… A-t-il été prouvé aussi qu’il était Hilter (l’un de pus grands criminels de l’histoire), Pétain (l’un des plus grands collaborateurs de l’histoire mis au pouvoir par une assemblée de gauche), Nazi (des gens qui ont tué des millions de gens dans les chambres à gaz et ailleurs) ? Apparemment non ! Cela se saurait comme le reste. Pourtant les unes de presse sont encore archivées sur Internet. Mais cela on n’en parle plus. On ne parle que des soupçons et des diffamations, des suppositions. Les faits ?

    Je demande à nos interlocuteurs de Contrepoints s’ils sont vraiment crédibles et à leur place quand ils relaient une information autant à charge et si peu objective (les preuves fournies par Médiapart, on les attend toujours) ?

    Où sont sur ce forum les articles qui sont à charge et à décharge dans toutes ces affaires :
    – Affaire Tapie : pourquoi ne parle-t-on pas ici de l’Affaire du Crédit Lyonnais (jamais jugée) et des deux incendies criminels (plus de preuves) qui ont détruit « accidentellement » le même jour les sièges sociaux et les archives de cette banque sous mandature socialiste (Peyrlevade).
    – Pourquoi ne parle-t-on pas des comptes de campagne trafiqués du PS et de la somme rondelette (16 millions d’Euros estimés) que le brillant économiste Cahuzac a dissimulé et fait transiter sur des comptes offshore comme trésorier de ce parti, pour financer la campagne de 2012. Où en est sa condamnation et son parjure devant l’Assemblée Nationale ?
    – Pourquoi ne parle-t-on pas de ce cher Aquilino Morel qui a confondu ses attributions de fonctionnaire avec celles d’un lobbyiste privé et en a tiré profit alors qu’il était le principal conseiller de l’actuel président de la République comme le Cahuzac précité, tirant profit de lois votées pour augmenter ceux de multinationales pharmaceutiques qu’ils conseillaient tous deux en parallèle. Les scandales du sang contaminé et des implants mammaires ne sont-ils pas des affaires (de gauche) d’autant plus graves qu’elles impactent sur des problèmes majeurs de santé publique (comme par hasard oubliés) et ont déjà des milliers de victimes morts ou handicapés sur leurs listes noires.
    – Pourquoi parle-t-on que des « affaires Sarkozy » là où il n’y a que des présomptions et des faits non prouvés, alors qu’au sommet du Conseil Constitutionnel siège un médiocre revanchard en la personne de Debré qui ne fut jamais un grand homme politique (fils à Papa sans envergure) et qui veut la peau de Sarkozy, quels que soient les moyens utilisés pour l’abattre.
    – Pourquoi ne parle-ton jamais des % que le mari d’Elizabeth Guigou (PS) prenait sur les achats de scanners outre atlantique à une époque où il dirigeait en tant que fonctionnaire une des principales agences de l’Etat ?
    – Les affaires Guérini et Aubry et le financement mafieux (rackets et menaces de mort sur les élus à l’appui) des fédérations PS du Nord et du PACA. Quid ?
    – Le racket de la CGT (de gauche) sur le CE d’EDF, sur les comptes sociaux et ceux de l’URSSAFF qu’ils cogèrent syndicalement ? Le syndicat du Livre qui obstrue l’information en France par des actions criminelles notoires (caches d’armes de la NMPP, obstruction de l’information par la grève sur le tas dans les imprimeries, destruction de matériel d’imprimerie par des casseurs chez les récalcitrants…)
    – pour les plus jeunes qui n’étaient visiblement pas nés (la gauche est habituée de ces montages scabreux) on se permet de leur rappeler aussi des histoires des « diamants de Bokassa » (faux montage médiatique de la presse de gauche et du PS) qui avait obscurcit la Présidentielle de 1981 (victoire de la gauche comme par hasard) les histoires (véritables et prouvées historiquement) à la même époque, notamment l’horrible Francisque (la plus haute distinction du régime) obtenue par Mitterrand pour services rendus au régime de Vichy donc à l’occupant.

    Tiens, on ne parle jamais de tout cela dans la presse, car il y a les « affaires Sarkozy ». Pendant ce temps là, la gauche est contente, tout le monde dort, tout le monde a son petit spectacle et sa petite distraction alors que la France crève à petit feu de la faute d’un marxisme-léninisme épouvantable, et la gauche sourit.

    Bref, les « affaires Sarkozy », cela a tout d’un montage politico-médiatique qui va s’évanouir avec le vent qui passe ! J’en mets ma main à couper. Je commence à avoir l’habitude des officines de la rue de Solférino. Ils ne sont pas débutants en la matière, rassurez-vous tous ! Ce sont des professionnels de l’arnaque, mentale, idéologique, politique. Ils n’obtiennent le pouvoir qu’avec ces méthodes, c’est prouvé historiquement car ils n’ont jamais été majoritaires dans ce pays, électoralement. Jamais ! La France es un pays de droite et le restera. Sinon, pourquoi faire venir des immigrés par centaines de milliers, à part pour le remplacement de population projeté par la gauche ?

    Réveillez-vous Contrepoints ! Vous finissez par boire le doux poison ensorcelant de la presse de gauche honteusement mensongère ? Lisez le Jean Sévillia si édifiant à ce titre « Le terrorisme intellectuel », augmenté à chaque nouvelle édition des prouesses de la gauche en la matière. Des champions du monde de l’escroquerie mentale, idéologique, financière, électorale et politique ! Relisez Jean François Revel. Documentez-vous au lieu de pondre des inepties d’articles basées sur des rumeurs et des oui-dires ! Relisez l’intégralité de l’histoire de la Vè République et l’histoire du Coup d’État permanent alors que l’escroc de gauche montait des faux attentats contre lui pour faire mousser son image et dégrader celle de De Gaulle (l’affaire de l’Attentat de l’Observatoire). Quel Ministre de l’Intérieur a fait tirer sur la foule et fait condamner à mort les opposants d’Algérie sous la IVè République ? Un socialiste qui est devenu Président de la République 25 ans plus tard. Qui était Caton le menteur sous la première mandature de Mitterrand : l’actuel Président de la République.

    Les faits sont têtus.

  • La vérité dérange vraiment Monsieur Vintray. Mon plus récent commentaire (100 lignes, publié à 12:00) vient à nouveau d’être censuré en 5 minutes, le temps d’aller me laver les mains. Relisez-donc « Le terrorisme Intellectuel » de Jean Sévillia. Cela vous évitera bien des déboires dans le futur et vous évitera de passer à côté de l’essence des choses dans la politique française. Vous n’avez pas assez de bouteille et de vécu politique à Contrepoints pour juger de l’histoire française récente et cela se sent terriblement. Dommage pour l’objectivité de certains de vos articles !

  • Il apparait, si on veut rester objectif et impartial, que toutes les affaires (Kadhafi, Karachi, Bétencourt, trafic d’influence, violation secret de l’instruction…) dont Sarko est accusé sont montées de toutes pièces. (je ne suis pas pro-Sarko) Ceux qui l’accusent espèrent que les gens finiront par dire : « Pas de fumée sans feu. »
    Toutes ces affaires vont être soigneusement orchestrées pour sortir opportunément aux échéances successives de l’échéancier politique français.
    Ceci dit, je pense que Sarko capitalise trop de haine contre lui pour pouvoir exercer à nouveau le pouvoir (même en étant innocent de ce dont on l’accuse).

  • Ce que les français ne veulent plus, ce sont nos professionnels de la politique (truanderie). nous avons besoin de gens impliqués, honnêtes et de ce fait vierges de tout carrierisme politique.

  • Interprétation aventureuse ! On peut à a fois estimer que Sarkozy a été un des meilleurs présidents de la France, et estimer que son retour déclencherait immédiatement une campagne pire encore que celle qu’il a dû subir, mettant en cause sa pâte dentifrice ou sa passion de nouilles au beurre …

    Non, il faut aux français un président vaseux, invisible, un vrai magouilleur, mais surtout pas un type doué et courageux.

  • Sarkozy cherche à obtenir , à nouveau, l’immunité présidentielle pour régler en priorité des comptes personnels et assouvir ses désirs de revanche.
    Il faut être très con pour voter pour un tel personnage qui se fout des problèmes du citoyen lambda..

  • En fait tous nos homes politiques sont choisis (parmi les candidats) pour un mandat commercial et sociétal : faire gagner du fric aux maîtres de la suprématie financière internationale qui colonise la France et les autres, et pour gagner le plus de fric il faut une société aseptisée (en bonne santé, sereine et obéissante).

    Mais la plupart de nos dirigeants ne remplissent pas « le contrat » et finissent donc dans des affaires scabreuses, car ils ont trop misés avec les puissants (comme au poker) qu’il rassurent à coup de chiffres statistiques étriqués..

    Cette oligarchie du pouvoir financier, en place depuis plus d’un demi siècle, ne tient sa place qu’avec le consentement de la population (le vote signe le contrat) qui croit élire l’homme providentiel de son désir..
    Tant que cette supercherie fonctionnera, le pouvoir restera dans les mêmes mains et nos espoirs seront toujours vains.

    • « Cette oligarchie du pouvoir financier »

      eeeuh savez-vous où vous êtes ici ? Sur contrepoints la finance est exempt de tout reproche ou défaut, vous allez vite vous en rendre compte 🙂

      • C’est une critique injuste et infondée Citoyen. Il suffit pour s’en convaincre de lire ne serait-ce que tous les articles s’intéressant à l’école autrichienne, mais il y en a des tas d’autres. Cette confusion, comme celle qui affecte de prendre pour libéral (de néo à ultra) ce qui n’est que capitalisme, collectivisme ou socialisme de connivence est un outil de propagande. Je ne doute pas que vous soyez offensé par certains propos, mais les libéraux défendent en l’espèce ce qui fonctionne, en respectant l’état de droit, la liberté des individus et la responsabilité qui en découle.
        Ce n’est pas la finance dont nous avons à nous méfier ou nous garder, mais par exemple la fin de l’aléa moral par la collectivisation forcée des pertes qu’elle subit, grâce à l’entremise de l’état et de son monopole de la violence.

        • 🙂 Quand j’évoquais ici l’affaire du libor on me fustigeait en me disant tu n’as rien compris, simplement pour faire un écran de fumée et protéger ce petit monde sacralisé.

          • 😉
            tu as dû mal tomber, ça arrive. On connait tous les dérives des marchés. D’ailleurs ce n’en sont plus pour ainsi dire.
            Un peu comme si les manipulateurs de grand chemins avaient passé la vitesse supérieure: détruire ou détourner le sens des mots ne leur suffisait plus, il leur fallait aussi détruire ce que ces mêmes mots recouvraient. Les américains utilisent volontiers le terme d’obfuscation pour décrire cette manière de faire. L’entrée wikipédia est à ce sens amusante, car elle induit en erreur quant au sens réel du terme en venant parler de technique de protection de la vie privée. Le sens en est beaucoup plus simple: il s’agit de masquer la réalité en la rendant incompréhensible. C’est ce que nombre de commentateurs, notamment parmi les libéraux (au sens français), ont reproché par exemple à la FED. Leur credo comme sur ZH (qui est excellent) est « Baffle Them With Bullshit ».

            • Obfuscation =

              Masquer la réalité en :

              noyant le Poisson
              emberlificotant
              créant un écran de fumée

              Merci pour l’info 😉

  • Le + grand Escroc que la France est connu a côté Mitterand et Chirac etait des enfants de coeur

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Virginie Tisserant|1. Doctorante Histoire de la Politique (laboratoire Telemme-CNRS), Aix-Marseille Université.]. Un article de The Conversation

L’opinion publique n’existe pas écrivait Pierre Bourdieu dans un texte fondateur publié en 1973. Cet intitulé questionnait le fonctionnement, la pertinence et le degré de représentativité des sondages apparus au cours du XXe siècle.

En effet dès la fin du XIXe siècle, l’évolution des démocraties libérales et l’organisation des masses participent à la naissance du citoyen et du consomma... Poursuivre la lecture

Ce dimanche 10 avril se tiendra le premier tour de l'élection présidentielle. À l'approche de celui-ci, certaines stars ont déjà choisi leur camp et l'ont exprimé haut et fort à la télévision ou sur les réseaux sociaux. Dernièrement, 2000 artistes, comédiens, écrivains et cinéastes appellent à voter pour Jean-Luc Mélenchon dans une tribune commune.

Le 4 avril, l’IFOP Fiducial a mesuré "en temps réel" les intentions de vote pour LCI, Paris Match et Sud... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles