Les sanctions figent la croissance russe

Les sanctions liées à la question ukrainienne imposées à la Russie ont pratiquement figé la croissance, paralysé l’investissement et risquent d’aboutir à l’isolement économique du pays.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les sanctions figent la croissance russe

Publié le 2 juillet 2014
- A +

Flag map RussiaSelon le FMI, les sanctions subies par la Russie de la part des États-Unis et de l’Union européenne poussent les investisseurs à déserter le pays. Le FMI s’en tient à une prévision de croissance de 0,2% cette année et la banque centrale russe à une projection de 0,4% de croissance, alors que le ministère de l’Économie espère que sa propre prévision de 0,5% sera battue cette année par un chiffre plus proche de 1%.

Même sans l’escalade de la crise ukrainienne, une incertitude prolongée et la dégradation de la confiance en résultant pourraient déboucher sur moins de consommation et d’investissement, plus de pression sur le taux de change et plus de sorties de capitaux qu’on ne le pense habituellement.

En outre, cela risque d’interrompre le cours des réformes et de pousser le pays dans l’autosuffisance économique plutôt que vers l’intégration avec le reste du monde. Le président russe exhorte les chefs d’entreprise à rapatrier leurs actifs et à réduire leur dépendance envers les marchés financiers occidentaux après que plusieurs responsables russes, dont bon nombre sont ses plus proches alliés, ont subi l’impact des sanctions sous la forme d’un gel des actifs ou d’une interdiction de visa.

Malgré tout, la Russie a vu $80 milliards de capitaux fuir durant la période janvier-mai, le rouble perdre 10% de sa valeur face au dollar et l’inflation flamber. Le FMI estime que les sorties de capitaux pourraient atteindre 100 milliards de dollars cette année, ce qui correspond à la projection du gouvernement russe.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
anti-guerres
4
Sauvegarder cet article

Certains thèmes dans la société occidentale sont difficiles à remettre en question sans courir le risque de recevoir des vives critiques. Par exemple, pour les thèmes suivants, il existe un position considérée correcte par l’opinion publique : « l’État social », « la politique climatique », « la société multiculturelle », ou « la vaccination anti-covid ». La position à adopter socialement sur ces sujets a été donnée d’innombrables fois par les médias ; il est sous-entendu qu’aucune analyse critique préalable est nécessaire au niveau individue... Poursuivre la lecture

La banque mondiale a débloqué 4,5 milliards de dollars pour l’Ukraine afin de l’aider à faire face aux conséquences économiques de la guerre. Ces fonds sont fournis par les États-Unis. Le gouvernement ukrainien recevra le financement par tranches, en commençant par un décaissement de 3 milliards de dollars en août. Un problème persiste néanmoins : la corruption endémique du pays. Un défi de taille pour la bonne utilisation de l’aide à l’Ukraine.

 

Le problème de la corruption en Europe de l’Est

La corruption reste très impo... Poursuivre la lecture

Par Julien Pomarède.

« Régénérée », « revitalisée », « ressuscitée » : les adjectifs ne manquent pas pour qualifier le retour de premier plan de l’OTAN depuis le début de l’agression de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022.

L’idée d’une renaissance de l’OTAN tire sa crédibilité d’un constat simple. Après deux décennies d’errements dans le bourbier afghan, l’Alliance retrouve sa mission historique : dissuader une attaque conventionnelle d’un État tiers – qui plus est de l’ancien ennemi, la Russie – contre ses membres.

<... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles